Partagez | 
 

 (16+) ••• her voice in my head ; Law

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mythologique Barghest

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
H. Prudence O'Donnell
Mythologique Barghest
Coeurs : 48 Messages : 57
Couleurs : PipiDeChat
J'ai traversé le portail depuis le : 04/07/2015 et on me connaît sous le nom de : Pizza. Mon nom est : Hysteria Prudence O'Donnell. Actuellement je suis : enceinte. Il paraît que je ressemble à : Lightning Farron (FFXIII) & Olivia Wilde (irl) et à ce propos, j'aimerais remercier : Tia my lov ♥ (signa)
(16+) ••• her voice in my head ; Law | Ven 16 Oct 2015, 21:12


her voice in my head

Les ailes du hibou fendent la brise, le regard doré planant sur leurs têtes. Ses yeux attentifs, le gardien du silence file, tranche l'air. Et à sa suite, dans son ombre se terre le spectre d'une nuit trop calme. L'écho des battements d'aile et les pattes de velours sur les dalles. Le poil épais et la course infinie. Une voix résonne dans ma tête. Tout va trop vite et je ne sens plus rien. Les yeux brillants dans la nuit et le souffle court, les muscles se rompent. Un bond et la voilà sauve. Crac. Le bruit d'un os brisé contre le sol, une mauvaise chute pour mieux la rattraper. Sa voix étouffée dans sa si maigre gorge. Elle résonne dans ma tête. Sa jolie voix et ses yeux pétillants. Le sourire au coin de ses lèvres. Elle résonne dans ma tête. L'idée de son corps inerte tombé au sol.

Comme si cela faisait une éternité. Depuis quand me rappelais-je de mes nuits hantées ? Depuis quand tant de souvenirs surgissaient de mes cauchemars mouvementés ? La silhouette perdue dans une fine brume. Le vol du hibou freine. Il se hisse jusqu'au toit, d'où l'ombre ne pouvait l'observer. Cette ombre immobile, figée dans ma poitrine, douloureuse dans ma tête.

Cours. Tu n'es pas seule, ce soir. Il y a cette voix qui résonne dans ma tête. Au fond de mes entrailles pourries, une voix étranglée qui suppliait. Vis. Tu n'es pas en sécurité, dehors. Le loup te chasse et il te trouvera. Ce foutu flic.

Un bruit et l'ombre fuit. Le regard éteint dans la brume et l'obscurité. Le souffle silencieux. Une fausse note dans la démarche. Elle ralentit. La vitesse se perd et d'un coup. Crac. Le bruit de ses muscles déchirés par le sauvetage d'une fillette. Mais sa voix résonnait dans ma tête. Sûrement pas la sienne. Mais elles étaient si proches, en même temps. Et derrière moi le hibou plane, tombe jusqu'à mon épaule. Alerte. A sa suite se dessine une silhouette inconnue.

Pourquoi ne l'avais-je pas remarqué avant ? Pourquoi Spaghetti ne se déplaçait que maintenant ? Un pas en arrière et l'ombre se fond mais ne s'oublie pas. Incapable de fuir et un regard brûlant à son égard. Approche et tu es un homme mort. Un grognement rauque au fond de la gorge, les mâchoires serrées. Mais il y avait sa voix au fond de mon ventre qui me chuchotait de l'aimer. Le loup te cherche et l'agneau te trouvera.



Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Thomas-C. Law Phoenix
Staffien
Coeurs : 37 Messages : 117
Couleurs : Law (#003366) & Alpha (#6E0B14)
J'ai traversé le portail depuis le : 13/10/2015 et on me connaît sous le nom de : Kenza ❀ (T.Brownie) Mon nom est : Thomas Conner Law Phoenix. Actuellement je suis : Célibataire et hétéro. Il paraît que je ressemble à : Cain (Starfighters) & Hibari Kyouya (KHR) & Ian Perfect Somerhalder ▬ IRL et à ce propos, j'aimerais remercier : My lovely bitch (sign) & my one darling (gifs)
Re: (16+) ••• her voice in my head ; Law | Sam 17 Oct 2015, 00:20



Nights
Prudence & Thomas

La froideur de la nuit lui saisit les os à peine protégés par son blouson en cuir porté depuis trop longtemps. Son souffle s’échappe de ses lèvres en volutes de buée qui s’évanouissent systématiquement dans l’air. Chaleur blanche sur nuit noire.
Thomas rase les murs des ruelles sombres alors qu’il cherche à rentrer chez lui. La scène de crime sur laquelle on l’a convoqué plusieurs heures plus tôt est déjà loin, pourtant il a la sale impression qu’il n’est pas prêt de rentrer. Rien qu’une impression, mais ça le prend aux tripes et lui arrache une mine trop méfiante qu’on n’est pas habitué à voir sur son visage. Tout en marchant, il s’empare du paquet de cigarette qui gît dans sa poche et en sort une qu’il embrase avant de la porter à ses lèvres. Ça ne le détend pas. Le pli qui barre son front est toujours présent.
Sale soirée en perspective.

La clope au bec et les mains dans les poches, le jeune homme accélère l’allure, bien décidé à éviter les mauvaises rencontres. Sans vraiment qu’il le réalise, son essence s’efface pour n’être réduite qu’à une ombre, un spectre trop furtif pour qu’on le remarque, et qu’on oublie presque aussitôt. Il aurait bien aimé qu’Alpha soit à ses côtés, rien que pour avoir une présence près de lui.
La nuit ne l’effraie pas, le silence c’est différent.
Soudain tout s’accélère. Un froissement d’aile. Un bruit de pas feutré. Une respiration saccadée. Un rien qui lui colle des sueurs froides et lui hérisse le poil sous le cuir noir de son blouson. Mais instinct de flic ou instinct de merde, Thomas s’élance tout de même aux trousses de la bête, la main au flingue et souffle court. Il ralenti et s’arrête dans sa course en même temps qu’elle. Et sous les lueurs blanche et jaune de la Lune et du lampadaire grésillant, il décrit de ses yeux inquiets la bête devant lui. Plus sombre que tout ce qu’il a pu voir de sombre. Plus stupéfiante aussi. Il s’immobilise sur place quand elle se retourne vers lui. Le grognement qui se répercute contre les murs de la ruelle lui filent la nausée. C’est quoi ce truc putain ?

Et puis une lumière s’allume dans son esprit et il comprend. Ce truc, il l’a déjà vu. Pas en vrai, c’est certain, mais Keira semble avoir un bon coup de crayon car le dessin qu’elle a fait du gros chien noir qui lui a sauvé la vie l’autre jour retranscrit assez fidèlement les courbes bestiales qui s’offrent à sa vue. Dès lors, Thomas ne pense plus à arrêter la bête, mais plutôt à la remercier. Il a noté la présence du hibou, il avait forcément affaire à un hybride.
Il fait un pas, assuré mais lent, et lève les deux bras en l’air en signe de paix. Dans l’une de ses mains trône son Desert Eagle, qu’il tient bien en évidence par le canon pour montrer qu’il ne compte pas s’en servir.

▬ Ok pas de blagues, me mange pas s’il te plaît.

Il ancre son regard onyx dans les yeux rougeoyants de la créature. Une paire d’yeux comme ceux de Thomas, il n’y en a que trois au monde. Les siens, ceux de son jumeau, et ceux de sa fille. Ses derniers ne seraient peut-être pas aussi brillants sans l’intervention de l’animal -intervention qui n’aurait jamais du être nécessaire, il s’en veut encore et s’en voudra encore un moment d’avoir laissé Keira aller chez une amie tard le soir, même si elle n’avait que trois rues à traverser.

▬ T’as sauvé une môme récemment non ? Me buter reviendrait à la rendre orpheline alors j’y repenserais à deux fois si j’étais toi.

Il espère juste ne pas s’être trompé de gros chien noir. Si c’est le cas, il est dans la merde.

Code - Kuru



▬ WRECKED MIRROR ▬



There's this tune I've found that makes me think of you somehow and I play it on repeat, until I fall asleep:
 
Pinkie promised on forever, and forever is what I shall do:
 
Leagues and stuff:
 
Mythologique Barghest

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
H. Prudence O'Donnell
Mythologique Barghest
Coeurs : 48 Messages : 57
Couleurs : PipiDeChat
J'ai traversé le portail depuis le : 04/07/2015 et on me connaît sous le nom de : Pizza. Mon nom est : Hysteria Prudence O'Donnell. Actuellement je suis : enceinte. Il paraît que je ressemble à : Lightning Farron (FFXIII) & Olivia Wilde (irl) et à ce propos, j'aimerais remercier : Tia my lov ♥ (signa)
Re: (16+) ••• her voice in my head ; Law | Sam 17 Oct 2015, 01:19


her voice in my head

Sa silhouette se définit dans la pénombre et le brouillard. Une vague perception d'un signe de paix maladroit. Un pas en arrière et l'ombre se fait plus froide. Comme une voix que j'aurais déjà entendue. Un souvenir incertain, une menace peut-être. Certaines nuits trop floues ou des journées trop embrumées par la clope et un verre de whisky. Les journaux entassés sur la table et le dos collé au canapé. Tout ça était trop vieux pour s'en souvenir. Trop loin d'une réalité si bestiale. Inconstante. Mais sa voix continue de résonner et je sens la tête me tourner. Une mauvaise impression. Les muscles me sont douloureux et mes os se craquent. Mon regard se perd et mes grognements sont sourds. Mais il s'éternise et je me sens me perdre.

Il parle mais ses mots sont incompréhensibles. Un charabia fou et maladroit qui faisait sa ronde dans ma tête sans que j'en comprenne la moindre syllabe. Des onomatopées lancées aléatoirement dans l'espoir de faire des mots. Et la tête me tourne. Tout va trop vite. Je ne sais plus où je suis lorsque sa voix se fait plus claire. Et tout à coup le souvenir de cette nuit se fait plus limpide. Les muscles rompus et une mauvaise chute. La gamine et son sourire inadéquat.

Je m'assieds. Par automatisme plus que par véritable preuve de compréhension. Je ne saisissais plus le sens de ses mots mais il avait pourtant réussi à capter le peu d'attention que je pouvais lui offrir. Un tant soi peu de ma clairvoyance seulement passagère. Cet état me brûle le sang. Ardent. Le sol est humide sur mes pattes. Il commence à pleuvoir. Je lève le museau et replante immédiatement mon regard dans le sien. Prudence. Il était toujours un ennemi. Potentiellement au moins.

Le hibou se poste sur le toit en face et surveille. Il fallait être d'autant plus prévoyant depuis que la police s'était mise à te chercher. Et de toutes évidences, un civil n'aurait pas eu tel armement. J'étais en danger. Pourquoi parlait-il de cette enfant ? Était-elle un leurre, pour mieux m'attraper ? Trop de questions tournaient et tournaient au fond de mon esprit pourri. Mais sa voix résonne. Et tout s'apaise si vite alors.

J'avance. Un pas. Puis deux. Et je me retrouve à sa hauteur. Le regard fixe, je demeure immobile et le dos abattu. Courbé. L'approche semblait si facile, en théorie. Mais un frisson parcourt mon dos et je recule. Cette maudite aura. La puanteur et une chaleur trop fragile. Je serre les mâchoires. Comme une pulsion, une envie terrible de sauter à sa gorge et de lui arracher son dernier souffle. La tête me tourne et il devenait si difficile de me souvenir, d'être consciente. Je me sentais me perdre encore et encore dans mon esprit caverneux.

Je me lève sur deux pattes, en équilibre, et attrape dans ma gueule son arme, doucement, la faisant valser quelques mètres plus loin, glissant sur le sol. Juste au cas où tout ne serait qu'une mise en scène. Et la conversation pouvait alors commencer.

Sauf que je ne savais pas parler.



Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Thomas-C. Law Phoenix
Staffien
Coeurs : 37 Messages : 117
Couleurs : Law (#003366) & Alpha (#6E0B14)
J'ai traversé le portail depuis le : 13/10/2015 et on me connaît sous le nom de : Kenza ❀ (T.Brownie) Mon nom est : Thomas Conner Law Phoenix. Actuellement je suis : Célibataire et hétéro. Il paraît que je ressemble à : Cain (Starfighters) & Hibari Kyouya (KHR) & Ian Perfect Somerhalder ▬ IRL et à ce propos, j'aimerais remercier : My lovely bitch (sign) & my one darling (gifs)
Re: (16+) ••• her voice in my head ; Law | Lun 19 Oct 2015, 17:32



Nights
Prudence & Thomas

Elle était rentrée à bout de souffle ce soir là. Immédiatement, Thomas avait compris que quelque chose s’était passé. Une bousculade. Une bande d’ados à peine sortis du collège et abrutis par l’alcool, qui avaient trouvé drôle de chahuter une gamine qui passait par là. Un jeu qui aurait pu tourner au vinaigre trop rapidement au goût du jeune père qui, en entendant l’histoire que Keira lui contait, avait envisagé une petite expédition punitive plus tard dans la soirée -juste histoire de leur montrer ce que cela faisait d’être chahuté par plus grand que soi. Mais l’air anormalement expressif que la gosse avait arboré en décrivant l’animal qui lui avait sauvé la peau avait refroidit ses ardeurs. Elle semblait moins choquée par l’agression que soufflée par le sauvetage. Keira l’avait plutôt habitué aux visages blasés et aux piques cyniques, et moins aux yeux illuminés et aux babillements admiratifs. La bête avait réussit l’exploit de transformer la fille de Thomas en enfant de huit ans normale. De quoi surprendre le policier.

Mais quand il la voit aussi menaçante, tapie dans l’ombre de la ruelle, il se dit que sa fille n’est définitivement pas une gamine comme les autres pour avoir été époustouflée par un tel monstre. Une masse noire et brillante, ponctuée du rouge sang de ses yeux, et du blanc éclatant de ses crocs découverts. Il songe un instant à contacter plus tard un psy pour Keira avant d’abandonner l’idée -à bien y repenser, il évite les poupées Barbie grâce à ça, c’est un mal pour un grand bien.

Un bruissement interrompt le fil de ses pensées quand la créature adopte une position assise. Puisant dans toutes ses ressources pour ne pas ciller devant elle, Thomas s’efforce de la regarder dans les yeux pour oublier les crocs blancs. Et peut-être n’est-ce qu’une impression, mais il lui semble remarquer un éclat d’attention -et de compréhension ?- dans le regard incandescent. Un hybride, c’est certain. Un hybride mythologique peut-être ? Ou bien un loup-garou ? Dans le noir, c’est difficile à déterminer. Mais une conscience humaine se cache forcément sous les poils, les muscles et les os.
Elle s’approche à pas feutrés. Et chaque nouveau pas augmente la pression de l’ange déchu. Il sent son tee-shirt coller à son dos à cause de la sueur, mais ne bronche pas. Pourtant, les dieux savent à quel point la présence de la bête le met mal à l’aise. Comme si elle était auréolée de peur pure, la conscience du jeune homme s’affole chaque fois qu’elle se rapproche un peu plus.
Instinctivement, Law se met en état mineur de synesthésie. Il sait qu’il ne doit pas forcer son pouvoir sous peine de souffrir un peu plus tard de troubles sensoriels divers, mais à ce niveau, il ne risque rien. Juste assez pour accroître légèrement ses sens, afin d’être sur un pied d’égalité avec la créature. Un grondement, un début de mouvement, et il se tiendra prêt à se défendre si besoin, sans être prit de surprise.
Elle est à sa hauteur désormais. Et quand elle se lève sur ses pattes arrières, la gueule ouverte, le jeune homme a tout le temps de détailler la mâchoire qui risque de lui arracher un bras au moindre faux-pas. Mais lentement, l’animal referme ses crocs sur le pistolet et l’arme fait un petit vol plané avant de s’écraser sur les dalles du sol dans un bruit qui déchire le silence de la nuit.
Thomas ne sait pas encore dire si c’est bon signe ou non.

▬ Euh, fait-il en passant ses mains levées derrière son crâne, juste au cas où, je préfère préciser : j’aurais besoin de le récupérer après hein. Ça fait pas très pro de paumer son arme de service, aux yeux de ma chef…

Il n’espère pas spécialement de réponse positive, mais le simple fait de parler le détend. Le silence pesant, entrecoupé de grognements et de bruits de pas, le met particulièrement mal à l’aise ces derniers temps… Il repose les yeux sur la bête.

▬ Bon, tu comprends ce que je dis hein ? On va dire que oui.

Dans le cas inverse, personne n’était là pour le voir faire la conversation à un animal de toute façon.

▬ C’était bien toi l’autre fois hein ? Une petite brune, les yeux noirs, comme moi. Avec un pull bleu clair, haute comme ça -il met sa main à environ 1m30 du sol.

Il tente de déceler le moindre indice dans sa réaction. Et à sa surprise, un hochement de tête semble lui donner une réponse positive.
Un sourire soulagé vient étirer les commissures de ses lèvres.

▬ Tu m’as un peu piqué mon job de papa en sauvant ma fille à ma place, mais merci. Je préfère pas imaginer ce qu’il se serait passé sans toi.

Vaguement apaisé, il sort une nouvelle cigarette de son paquet et souffle sa tension en même temps que la nicotine.

▬ J’ai pas l’air con maintenant, marmonne-t-il autant pour lui que pour elle.

Code - Kuru



▬ WRECKED MIRROR ▬



There's this tune I've found that makes me think of you somehow and I play it on repeat, until I fall asleep:
 
Pinkie promised on forever, and forever is what I shall do:
 
Leagues and stuff:
 
Mythologique Barghest

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
H. Prudence O'Donnell
Mythologique Barghest
Coeurs : 48 Messages : 57
Couleurs : PipiDeChat
J'ai traversé le portail depuis le : 04/07/2015 et on me connaît sous le nom de : Pizza. Mon nom est : Hysteria Prudence O'Donnell. Actuellement je suis : enceinte. Il paraît que je ressemble à : Lightning Farron (FFXIII) & Olivia Wilde (irl) et à ce propos, j'aimerais remercier : Tia my lov ♥ (signa)
Re: (16+) ••• her voice in my head ; Law | Ven 13 Nov 2015, 18:52


her voice in my head

Les mots se fondent à la nuit, les images à l'ombre. Le voyage alors avait commencé. A partir de là, je n'étais plus rien d'autre qu'un esprit errant, flottant au-dessus de la conversation dont je n'étais même plus participante. Et un grognement sourd résonne par delà mes canines d'argent. Le regard pourpre et le corps fragile. La douleur de mes pattes assaillies par le froid me fait revenir un peu à moi, avant de me perdre à nouveau. Et tout semble se mélanger quand sa voix me rappelle. Je devais être là. Une ombre tapie au fond d'une ruelle et d'autres pas se font entendre. Qu'étaient-ils ? Le regard attentif et les oreilles mouvantes. Droite. Gauche. Rien. Plus rien. Et pourtant il y avait quelque chose. Quelqu'un. Une sorte d'odeur vaguement effacée avec la brume et ma propre puanteur. Parce que je puais. Mes Dieux que je puais. Je n'étais pas un monstre, rien de plus qu'une vieille bestiole sortie des égouts oui. Dégoût. Et la mine se relève, marquant ma répugnance. De moi-même. Quelle ironie. Il était malhabile de penser que j'allais rester là. Tranquille. Alors qu'une ombre planait au-dessus de nos têtes. A tous les deux. Ou rien que de la mienne ? S'il était mon ennemi, alors c'était son complice, là-haut qui sur les toits n'attendaient qu'un signal pour sauter et me trancher la gorge. Mais si ça n'avait véritablement pas été du bluff, alors nous étions tous les deux en danger. J'étais blessée et lui, désarmé.

C'était sans compter les crocs et la gravité.

Il saute. Terrible erreur. Un pauvre fou qui avait cherché à venger ses pairs, sûrement. Et il se met à flotter, au même titre que moi. Et ses yeux effrayés, tremblants et son corps stupéfait se dessinait alors tout à coup dans l'ombre devant mes pupilles qui brillaient. Et je n'avais aucun moyen de lui arracher la tête, en apesanteur ainsi. Alors que l'autre, là derrière, était encore sur ses deux pieds. Merde. S'ils étaient complices, j'allais me recevoir du plomb dans une patte. Rétablie. Je retombe sur mes coussinets, serrant les mâchoires de douleur et m'enfuis, rapidement.

Il était hors de question de mourir ici. Et un coup de feu retentit. Puis un deuxième. Impossible de savoir quel en était l'auteur. Mais me voilà avec du plomb dans la cuisse, à rouler contre le mur de briques de la rue d'en face. A l'abri d'un quelconque autre tir. Une balle dans la cuisse. Deux coups de feu. Où était parti le second ?

Un grognement sourd au fond de la gorge et sa voix me harcèle dans ma tête. Cette voix qui me rassurait doucement. Sauf que j'étais en colère. Enfoiré de fils de pute.  



Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Thomas-C. Law Phoenix
Staffien
Coeurs : 37 Messages : 117
Couleurs : Law (#003366) & Alpha (#6E0B14)
J'ai traversé le portail depuis le : 13/10/2015 et on me connaît sous le nom de : Kenza ❀ (T.Brownie) Mon nom est : Thomas Conner Law Phoenix. Actuellement je suis : Célibataire et hétéro. Il paraît que je ressemble à : Cain (Starfighters) & Hibari Kyouya (KHR) & Ian Perfect Somerhalder ▬ IRL et à ce propos, j'aimerais remercier : My lovely bitch (sign) & my one darling (gifs)
Re: (16+) ••• her voice in my head ; Law | Jeu 24 Déc 2015, 00:17



Nights
Prudence & Thomas

La clope au bec, Thomas attends que quelque chose se passe. Un signe plus éloquent de la bête, une intention quelconque, un bruit, un mouvement. Autre chose que les grondements sourds et dénués de sens aux oreilles de l’ange déchu qui ne sait finalement toujours pas sur quel pied danser. Va-t-elle lui sauter à la gorge ? Va-t-elle se laisser approcher sans gronder ? Va-t-elle laisser place à quelque chose de plus humain au cours de la nuit ?

Que de questions auxquelles l’ange mordu n’aura pas de réponse. Car un nouveau venu s’est invité à la fête, et vu l’accueil que lui fait la bête, il n’était pas le bienvenu. Law le repère aussi vite que l’animal, mais contrairement à celui-ci, il n’est pas doté du sixième sens qui lui aurait permit de détecter la menace que représentait l’inconnu plus tôt. Et il saute du toit et c’est comme si le temps se déroule au ralenti pour le lieutenant. D’abord, les deux corps flottent dans les airs, à son plus grand désarroi. Les pouvoirs influents sur la gravité sont bien connus pour donner du fil à retordre à ceux qui s’attaquent à leur propriétaire, et il ne sait pas s’il préfèrerait que ce soit la bête ou l’assassin qui le possède. Il a sa réponse en voyant l’animal noir retomber souplement sur les pavés humides et s’enfoncer dans les ruelles étroites, tandis que l’autre manque de tomber. Il remarque alors qu’il tient un pistolet, et dès qu’il lève le bras pour descendre la créature, Law se précipite sur son propre flingue qui gît toujours au sol. Deux coups de feu pour deux gémissements. Celui de la bête touchée par l’invité surprise, et celui de ce dernier dont la rotule est partie en éclat sous le coup de la balle tirée par Thomas. Il prend le temps de le désarmer et de lui présenter son badge de policier avant de s’enfoncer dans la noirceur de la ruelle, guidé par la voix plaintive de l’animal en colère. Sous le lampadaire grésillant, il ne voit qu’une masse de poils sombres et brillants. Le sang coule en fin filet et se répand sur les pavés, reflétant la lumière de la lune sous les yeux de l’ange déchu. Et alors il voit l’éclat des crocs dévoilé et la colère dans l’oeil rouge.

Déterminé à ne pas caner ce soir là, Thomas fronce les sourcils, soucieux et garde un distance de sécurité avec l’animal blessé. Il n’est pas zoologue, n’y connait rien aux hybrides, et encore moins en ce qui concerne la rivalité entre la part humaine et la part bestiale chez ces derniers. Aussi, pour ne pas prendre de risque inutile, il ne s’approche pas plus. Néanmoins, il jette son arme qui vient se fracasser sur les dalles pour la seconde fois de la soirée -mais cette fois de son plein gré.

▬ Je peux essayer de t’aider si tu n’attaques ni lui, ni moi, fait-il d’une voix ferme mais rassurante. Il a eu son compte, je ne veux pas que t’en rajoute.

Et il attend. Le souffle calme, mais le coeur battant.

Code - Kuru



▬ WRECKED MIRROR ▬



There's this tune I've found that makes me think of you somehow and I play it on repeat, until I fall asleep:
 
Pinkie promised on forever, and forever is what I shall do:
 
Leagues and stuff:
 
Mythologique Barghest

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
H. Prudence O'Donnell
Mythologique Barghest
Coeurs : 48 Messages : 57
Couleurs : PipiDeChat
J'ai traversé le portail depuis le : 04/07/2015 et on me connaît sous le nom de : Pizza. Mon nom est : Hysteria Prudence O'Donnell. Actuellement je suis : enceinte. Il paraît que je ressemble à : Lightning Farron (FFXIII) & Olivia Wilde (irl) et à ce propos, j'aimerais remercier : Tia my lov ♥ (signa)
Re: (16+) ••• her voice in my head ; Law | Ven 12 Fév 2016, 14:56


her voice in my head

Le regard fixe, sévère. Le souffle brûlant et un grognement sourd au fond de la gorge. L'odeur du sang est infecte mais la douleur est tenable. Ses paroles flottent dans l'air, pesant. Il semblait bien calme, pour un homme désarmé devant un animal contrarié. Mes mâchoires se resserrent et ma silhouette se hisse sur ses quatre pattes. M'aider. La bonne blague. Je n'avais jamais eu besoin d'aide. Ce n'était pas du plomb dans la cuisse qui allait changer ça. Je m'avance, lentement, vers le pistolet qu'il a laissé tomber. Je détestais ces armes. Il n'y avait que les lâches et les faibles pour s'attaquer à un adversaire à distance. La technologie avait détruit tout l'honneur que représentait une victoire. On ne se battait plus à l'épée mais au pistolet. On pouvait tuer sans même voir le visage de sa victime. On pouvait mourir sans même connaître son assassin. Et combien étaient morts de ma main sans savoir qui j'étais...

Il avait raison, au fond. J'étais peut-être en état de demander de l'aide. Mais c'était sans compter que le cri de l'homme dans la ruelle à côté retentit. Un hurlement à en casser les tympans. Peut-être aurais-je du faire semblant d'être surprise ? La sensation de son agonie me ravissait. Je riais intérieurement, une chaleur naissant au fond de mon ventre. La mort. Infligée avec douleur. C'était ça, que tu chérissais ? Mon corps me paraît lourd à porter et je le traîne, boitant jusqu'à la carcasse encore gémissante de l'agresseur. Les griffes du hibou s'étaient plantée dans ses yeux et ses narines, lui arrachant la peau. Il pissait le sang. La sensation d'excitation s'était alors transformée en un curieux dégoût.

Sous ma cape noire, ma silhouette était redevenue humaine, le regard fixe sur son cadavre qui me suppliait. Achève-moi, qu'il répétait sans cesse. Sa voix me hantait déjà alors qu'il était encore en vie. Mais quelle vie avait-il ? Et pourquoi avait-il choisi de s'attaquer à moi ? Ma voix cassée m'irrite la gorge.

« Pourquoi ? »

Il commençait déjà à s'étouffer dans son sang qui devait maintenant remplir sa gorge. Je plisse le nez. Je n'avais jamais aimé voir des cadavres et le sang me dégoûtait presque autant que la pourriture qui commençait déjà à sortir de sa bouche. Il arrivait à peine à prononcer quelques syllabes. Ma femme. Comme une image abstraite, vengeur d'un amour perdu. Je savais bien ce que c'était, de vouloir se venger pour un être aimé. Je savais bien ce que c'était, de courir au travers de toute une vie pour trouver le meurtrier de son bonheur. Et j'étais là, devant lui, devant moi, spectatrice de mon propre massacre. Je l'avais tué. Et je l'avais tuée elle aussi. Je serre les dents, un goût amer au fond du palais. Ma main devant ses paupières lui fait fermer ses yeux. Je fronce les sourcils, le regard bas. Un souffle presque inaudible me brûle les lèvres.

« Je suis désolée... »

Les bruits de pas me font me retourner, brusquement, laissant à nouveau place, sur un coup de panique, à la fourrure et les yeux rouges, brillants dans la nuit. S'il m'avait vue de dos, il pouvait seulement deviner que j'étais une femme. Qu'aurait-il pu voir d'autre ? Pas de cheveux, pas d'yeux. Pas de courbes. Simplement les traits de ma main, tremblante. Est-ce que j'étais en danger ? Il était policier. Il avait peut-être déjà récolté mon sang. Est-ce que j'étais en danger ? Il avait une dette envers moi. Je n'ai pas tué cette homme. Le hibou l'a fait. Mais j'en ai tué bien d'autres. Est-ce que j'étais en danger, si je le laissais filer ?

Merde. Merde. Merde. Un grognement s'échappe de ma gorge, fort, assez pour sembler menaçant. Je hérisse les poils, dans l'espoir qu'il fuie. Va-t'en. Je ne veux pas te tuer toi aussi.



Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Thomas-C. Law Phoenix
Staffien
Coeurs : 37 Messages : 117
Couleurs : Law (#003366) & Alpha (#6E0B14)
J'ai traversé le portail depuis le : 13/10/2015 et on me connaît sous le nom de : Kenza ❀ (T.Brownie) Mon nom est : Thomas Conner Law Phoenix. Actuellement je suis : Célibataire et hétéro. Il paraît que je ressemble à : Cain (Starfighters) & Hibari Kyouya (KHR) & Ian Perfect Somerhalder ▬ IRL et à ce propos, j'aimerais remercier : My lovely bitch (sign) & my one darling (gifs)
Re: (16+) ••• her voice in my head ; Law | Sam 19 Mar 2016, 13:27



Nights
Prudence & Thomas

L’odeur du sang se fait de plus en plus omniprésente. Elle se répand dans l’air telle un poison invisible et c’est comme si ses effluves s’infiltraient par tous les pores de sa peau, excitant ses tripes, titillant ses canines qui menacent de s’agrandir. Thomas peste dans sa barbe contre cette nature qui s’agite dès que le sang coule et rend chacune de ses interventions plus compliquées, lui imposant un self-control plus grand encore, à lui qui a déjà manqué de sang-froid une fois de trop.
La silhouette se redresse sur ses quatre pattes avec le même éclat au fond des yeux, et le même grondement au fond de la gorge. À croire que la bille de plomb logée au creux de ses muscles ne changeait rien à rien. Et Thomas ne peut s’empêcher de repenser à elle, à Erin, cette amie d’enfance qui même blessée avait toujours refusé qu’il l’aide par fierté. Il aurait presque ricané de cette comparaison s’il ne se trouvait pas dans une situation où son statut de lieutenant venait se confronter à ses intuitions d’homme et où l’ombre du danger de mort planait toujours autour de lui.
Et derrière, les grognements de douleur se muent en une plainte à vous déchirer l’âme en deux. Les effluves aux relents métalliques redoublent, lui prenant la gorge jusqu’à l’écoeurement, et quand il se retourne précipitamment, c’est une vision d’horreur qui le frappe de plein fouet. Law en a vu des choses sales, des choses mauvaises. Mais il y a peu de scènes comparables qui lui reviennent à l’esprit alors qu’impuissant, il constate que l’homme neutralisé plus tôt est condamné, rendu aveugle par les serres du grand duc. Instinctivement, son corps se tend et il amorce un mouvement pour s’élancer près du corps, sauver ce qu’il reste à sauver, mais il avorte la tentative avant d’avoir esquissé le moindre geste. C’est peine perdue, il le sait. Il déglutit avec difficulté, l’amertume sur le bout de la langue ; voilà qui va être dur à expliquer à ses supérieurs. Doucement il s’approche, le regard fixé sur le futur cadavre. Et dans l’obscurité, il ne remarque pas tout de suite que la silhouette de la bête n’est plus si bestiale que ça, et c’est quand une voix féminine et enrouée s’élève qu’il se détache de sa contemplation morbide et résignée.

▬ Pourquoi ?

Il y a de la douleur dans cette voix. Et pas le genre de douleur causée par une balle dans la cuisse. Plutôt le résultat d’une peine longue et traînante, d’une culpabilité résignée. Une douleur qu’il a déjà effleuré par le passé.
L’homme murmure quelques borborygmes que Law, trop éloigné, ne peut comprendre. Mais la voix cassée résonne à nouveau et les choses se font un peu plus claires dans sa tête.

▬ Je suis désolée …

L’amertume dégoulinait à flots de ces paroles ; il comprend mieux. Si elle ne l’a pas tué de sa propre main dans cette ruelle, elle a néanmoins sa part de responsabilité dans ce carnage. Peut-être une autre mort ? Plusieurs même ? Pourquoi tant de peine dans ces quelques mots alors ?
Peut-être parce que l’intuition était vraie. Parce qu’elle n’y peut rien. Les légendes font bien part de ces hommes qui deviennent incontrôlable et qui tueraient femmes et enfants une fois la pleine lune levée, alors tout était possible. Un nouveau frisson vient ébranler le flic ; si c’était bien un de ces cas qu’il avait sous les yeux, à combien le nombre de morts inévitables s’élevait-il ? Bien trop, très probablement.
Il s’approche, elle se retransformer avant qu’il n’ait pu apercevoir autre chose qu’une mèche de cheveux échappée de la cape et la pâleur de sa main, et à nouveau ce sont les yeux rouges et les crocs blancs qui lui font face. Mais elle a sauvé Keira, et une ou mille morts n’y changent rien. C’est devenu personnel.

Thomas se baisse vers le corps, le visage froncé, et entreprend de retirer sa chemise avant qu’il ne devienne trop rigide pour être manipulé, en prenant soin de ne pas laisser d’empreintes sur le cadavre. Puis il se redresse et lance le vêtement aux pieds de la créature.

▬ Dégage de là. Bande ta plaie avec ça, serre bien pour que ça ne coule plus. Ne laisse pas de trace derrière toi.

La sueur glacée sur son dos brûlant lui arrache presque la peau et un début de migraine crispe tout son visage.

▬ Je m’occupe de lui, comme ça on est quittes. Pour elle. Mais sache seulement qu’on en a pas fini toi et moi.

Et il l’observe se fondre dans la nuit avant de lâcher un soupir vacillant.
Plus qu’à se charger du mort maintenant.

Code - Kuru



▬ WRECKED MIRROR ▬



There's this tune I've found that makes me think of you somehow and I play it on repeat, until I fall asleep:
 
Pinkie promised on forever, and forever is what I shall do:
 
Leagues and stuff:
 
 
(16+) ••• her voice in my head ; Law
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (16+) ••• her voice in my head ; Law
» [SOFT] PANA.MA VOICE MESSENGER : Enregistrer des messages vocaux [Gratuit]
» Ma toile "Voice of the Shepherd"...
» [SOFT] DJEMAN VVM v1.3.1 (17/05/2010) : Visual Voice Mail Orange [Gratuit]
» [DEMANDE GRAPH.]Visual Voice Mail

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Ruelles sombres-
Sauter vers: