Partagez | 
 

 Coco versus Chanel ♕ (Double)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ange déchue

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Judith Levy-Cohen
Ange déchue
Coeurs : 128 Messages : 431
Couleurs : #585858
J'ai traversé le portail depuis le : 17/06/2013 et on me connaît sous le nom de : Judy. Mon nom est : Judith Levy-Cohen. Actuellement je suis : follement amoureuse de lui (Matthew) Il paraît que je ressemble à : des œuvres originales • IRL : Megan Fox et à ce propos, j'aimerais remercier : Miss Amazing.
Coco versus Chanel ♕ (Double) | Mer 01 Juil 2015, 21:51


behind the wall, there is a world. and only one princess.
Even if I hate you more than you hate me, even if my blue eyes are prettier than yours, even if your ghosts are worse than mine... Whatever we'll say, whatever we'll think : there is only a wall which separate our mind, which separate our worlds. Just a wall, and nothing else.

On entend le bruit de sa musique dans tout le bâtiment. Qu’elle soit mise au maximum n’est néanmoins pas un problème, en sachant qu’elle est la seule propriétaire encore vivante qui ait assez de courage pour vivre ici. Le quartier est après tout peu conseillé, les alentours ne sont pas sûrs et les lumières extérieures ne marchent pas. Seulement, elle n’en est pas du tout gênée. Cet appartement est pour elle le seul endroit où elle peut se ressourcer en toute tranquillité, sans avoir à attendre de la visite ou à se plaindre de ses voisins. Personne ne vient lui réclamer quoi que ce soit et c’est parfait ainsi. Les conditions ne lui déplaisent pas. Tant que les insectes et les prostituées ne montent pas plus haut que sa cage d’escalier alors tout va bien. Peut-être bien qu’elle a grandit dans la rue, peut-être bien qu’elle n’est pas forcément habituée au grand luxe et que le nécessaire lui suffit amplement. Tout le monde n’est pas né avec une cuillère en argent dans la bouche. Judith en est bien consciente, elle a traversé des marées de boue et des torrents de peine avant d’avoir pu tirer bénéfice de sa situation. Elle a souffert en étant plus jeune : on l’a humiliée, frappée, critiquée. On l’a traitée comme un monstre jusqu’à ce qu’elle en devienne réellement un.

Soudain et alors que sa main venait de se poser sur son téléphone, une pensée lui traversa l’esprit. Pensée qui n’était pas la sienne mais celle de son affilié, un cobra long d’au moins deux mètres qui venait d’entrer en télépathie avec elle. Où est-ce que tu vas ? Elle lui répond « quelque part » puis lui demande s’il veut la suivre. Le serpent, ne semblant pas très emballé, se retire sans dire un mot. Judith le regarde se faufiler entre les prises et le mur, s’ouvrant ainsi un chemin vers la sortie. Elle retourne finalement les talons pour se diriger vers la salle de bains, souhaitant se laver les dents une dernière fois avant de commencer à se préparer. Manique de l’hygiène, elle aime avoir son sourire éclatant de blancheur et pas qu’un peu. Judith fait tout dans l’excès. Elle aime l’adrénaline, elle aime la confrontation, elle aime être l’incarnation de tout ce que ses ennemis ne pourront jamais être. Elle est une pécheresse dans la peau d’une sainte : un démon dans le corps d’un ange. Elle est le plus beau monstre qui soit.

Quarante-cinq minutes plus tard, la voilà partie pour le centre-ville de la capitale. Derrière la plus grande avenue, à quelques pâtés de maison de l’appartement de son bien-aimé, se trouve le lieu de réception. Elle y arrive légèrement en retard à cause des embouteillages mais peu importe. Elle ne cherche pas à faire la une des journaux, elle ne cherche pas non plus à être la première à poser avec les hôtes. Non, Judith ne déteste pas les belles choses. Elle ne déteste pas qu’on la remarque ou même qu’on la complimente. Extravagante, elle n’aime pas non plus la transparence. « Que se passe-t-il ? » me diriez-vous. La réponse à cette question n’existe pas car il n’en est rien. L’ange déchue n’a pas à jouer des coudes ni même à rire plus fort que les autres pour se faire remarquer. La jeune femme a fait une entrée sensationnelle sans avoir à faire d’effort ; et c’en est presque devenu banal. Entourée de personnes qui n’ont probablement jamais vu telle beauté auparavant, elle se sent comme supérieure. Judith prend les gens de haut et ce peu importe leur nom de famille ou l’épaisseur de leurs parures en or. A ses yeux, ils ne sont qu’un amas d’inconnus qui n’ont ni son charme, ni son visage d’ange, ni son statut et ni son originalité.

Un serveur apporte le plateau de gourmandises à deux pas mais elle ne prend rien. Elle n’a pas faim et grignoter une sorte de biscuit dur comme du roc ne la tente pas des masses. Un groupe de personnes la regarde au loin, sans doute en train de vanter sa splendeur. Elle ne tique pas. L’hôtesse vient lui faire la bise, elle prend de ses nouvelles. Judith fait semblant de suivre la conversation sans pour autant faire de sourire faussement amical. La dame finit par s’éloigner tandis qu’un jeune homme s’approche. Ils se connaissent car il est un de ses dealers. L’ange déchue passe les salutations et va directement au but en lui demandant si le marché fonctionne. Après une discussion brève et précise, les deux s’éloignent l’un de l’autre pour retourner à leurs occupations. L’un vend et l’autre observe tout en repérant de potentiels nouveaux contacts.

Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes jusqu’à ce qu’une dame ne lui étant pas inconnue décide d’engager la conversation. Judith s’est naturellement retournée pour mieux dévisager la personne qui a osé la perturber en plein travail… Jusqu’à ce qu’elle se rende compte qu’elle n’a pas été la seule à le faire. Une jeune femme se tient à ses côtés. L’inconnue paraît interloquée mais Judith ne s’attarde pas là-dessus. Elle se rend rapidement compte de la situation et fait mine de rien face à leur interlocutrice. Emma semble faire pareil, les deux sont sur la même longueur d’onde. L’ange déchue, bien maligne, ne voudrait pas que l’amie proche de madame Harrington aille lui faire un portrait péjoratif de sa personne. En particulier si elle devrait inclure dans le récit l’ancienne petite-amie de son copain ; et les Dieux savent à quel point Judith ne pourrait supporter l’idée même de faire de la publicité gratuite à cette pétasse.

Lorsque la dame s’est éloignée les deux jeunes femmes se sont retrouvées face-à-face pour la première fois. Une banale rouquine, peut-être jugée mignonne par certains. Elle n’est pas laide mais elle n’est pas Judith. C’est peu impressionnée que cette dernière remarque discrètement la tenue et les accessoires de la Hottenberg. Une robe ! Que c’est peu original ! Autour d’elles les femmes en portent presque toutes. Par contre, la sublime brune fait la différence pour sa part. Vêtue d’une combinaison à double couleurs - rose pâle en avant et noire de dos - signée Emilio Pucci, elle s’impose comme femme fatale pouvant tout porter. Les lèvres rouges sang, le trait au khôl discret, le teint parfait et le parfum enivrant. Ses cheveux d’ébène sont lisses et souples. Sa coiffure est simple mais féroce... Judith pourrait avoir l'air adorable, mais elle a cette flamme dans les yeux qui rappelle qu’elle n’est pas une petite fille & qu’elle ne cherche pas non plus à être ridiculement mignonne comme la rouquine qui lui fait face. Judith est belle. Judith est sexy en diable. Elle est parfaite en comparaison et elle le sait.

Cependant, et vu qu’un verre d’alcool pour supporter la conversation qui va suivre ne peut lui faire de mal, elle appelle l’un des serveurs pour qu’il lui remette une coupe de champagne. Elle n’attend pas plus longtemps pour en boire une gorgée. Car après tout même si elle a pas encore ouvert sa gueule qu'elle la trouve déjà chiante, Judith a hâte que la rouquine retire le balai qu'elle s'est enfoncée dans le cul la veille pour voir ce qu'elle a comme merde en stock.

❥ (judithemma) - coco versus chanel.
(C) WILLOU


HRP - Comme je te l'ai déjà dis, je me remets petit à petit dans la peau du personnage. Ce post ne reflète en aucun cas le point de vue de Judy mais un p.d.v extérieur (soit le mien). Je rectifierai le tir au prochain post.



« Je t'aime à la folie »
JUDYMATT ▬ Real love is always chaotic. You lose control; you lose perspective. You lose the ability to protect yourself. The greater the love, the greater the chaos. It’s a given and that’s the secret.
   

(c) Myuu.BANG!
 
Coco versus Chanel ♕ (Double)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Egérie du rouge à lèvres "Rouge Coco" - CHANEL
» COCO avant CHANEL
» Coco Avant Chanel - Edition Préstige Limitée Colette
» Coco Chanel 2009
» Coco Chanel: le téléfilm

Sanctuary of Heart :: RPs abandonnés-
Sauter vers: