Silence of unspoken things. ∞ SOLO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ange déchue



Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
avatar
Judith Levy-Cohen
« Ange déchue »



Coeurs : 125 Messages : 444
Couleurs : #585858
J'ai traversé le portail depuis le : 17/06/2013 et on me connaît sous le nom de : Judy. Mon nom est : Judith Levy-Cohen. Actuellement je suis : follement amoureuse de lui (Matthew) Il paraît que je ressemble à : des œuvres originales • IRL : Megan Fox et à ce propos, j'aimerais remercier : H. RELYSE
MessageSujet: Silence of unspoken things. ∞ SOLO   Jeu 30 Avr 2015 - 1:21




I am nothing but I must be everything

— Karl Marx.


« C’est la pause ! »
Judith se rendit aux coulisses pour s’asseoir sur un des canapés. Devant elle, viennoiseries et boissons en bouteilles posées sur la table. Elle se mit à lire le dialogue de son personnage sur une des nombreuses feuilles qu’elle avait en main, puis le fit à voix haute afin de mieux tout retenir. Souhaitant être une bonne « recrue » la jeune femme n’hésita pas à se répéter, à hausser la voix et à joindre les paroles aux actes. Personne n’envahissait l’espace alors pourquoi ne pas en profiter ? Judith, ambitieuse, confiante, savait pertinemment que c’était l’instant ou jamais pour montrer de quoi elle était capable et faire ses preuves. Plus tard, elle finira artiste. Elle en était sûre et certaine. Sa photographie sera affichée en grand sur toutes les routes, sur tous les buildings de la capitale. Multimillionnaire, l’ange déchue pourra enfin vivre la vida loca dont elle a toujours rêvé et n’aura besoin de remercier personne.

Elle s’arrêta un instant, posa son texte sur la table et sortit son smartphone d’une des poches de sa large veste. Aucun message. Un sourire en coin étira ses lèvres ; elle préférait cela. L’indifférence totale de ses contacts vis-à-vis d’elle ne pouvait que lui rendre service. Ils la laissaient tranquille et c’était tant mieux. Antipathique, hostile à l’égard des autres, la brune se fichait éperdument d’être appréciée ou pas. Recevoir des messages à tout bout de champs, être interpellée à chaque coin de rue ? Rien à foutre. Elle ne faisait rien pour et pourtant c’était déjà le cas. Pas souvent, mais bien trop à son goût. Qu’on l’aime ou qu’on la haïsse, qu’on la connaisse ou qu’on ignore son existence...Tout ça n’était que superflu à ses yeux. Calculatrice, prévoyante, elle avait tout prévu pour atteindre son but – parce que mademoiselle, bien que n’en ayant pas l’air avait tout préparé. Au fil des années, au fil des mois, Judith tissa des liens avec des personnes influentes qui lui seraient sûrement utiles. Elle s’était entourée de dealers, de truands, s’était faite une place dans le trafic de drogues en tout genres et maintenant comptait s’en faire une parmi les bourges. Les gens pouvaient la qualifier de “chanceuse” mais il y avait tout autre chose derrière. Totalement détachée, distante et incapable de ressentir une once de compassion envers qui que ce soit, elle était dépourvue de gentillesse et était prête à manipuler tous ceux qui avaient le malheur de faire sa connaissance. Même si la Levy-Cohen estimait que certains d’entre eux valaient la peine de s'y intéresser - et exceptionnellement s’y attacher - il n’en était rien. Ils étaient tous des putains de vulgaires marionnettes qu’elle se ferait un plaisir de piétiner le temps venu. Eux, leurs cœurs, tout. Dans leur totalité, elle voulait qu’ils souffrent tous. Que tout le monde soit peiné, que le monde s’écroule. On l’avait mise de côté, on l’avait blessée, violée et maintenant ces enfoirés allaient tous payer. Avec le temps, l’ange ayant perdu son titre et son innocence se ferma complètement au monde extérieur. L’adolescente rebelle se transforma en adulte au tempérament de feu qui à son tour, commençait à devenir tout autre chose : un monstre.


« Hey...Qu’est-ce que tu fais là toute seule ? demanda un grand brun aux yeux clairs qui venait d’entrer dans la pièce.
J’essaye d’apprendre mon texte… C’est pas trop difficile pour toi ?
Ca va faire deux mois que j’suis ici, alors j’ai pas trop de soucis. Il prit un croissant. Tu veux que je te laisse, peut-être ?
Ouais, s’il te plaît. »

On lui a dit qu’il fallait se forcer à être sympathique avec ses collègues dans ce milieu, même si ce n’était pas de bon gré. N’étant pas tombé dans l'oreille d’une sourde ce conseil fut appliqué à la lettre, pour le bien de tous et surtout pour le sien. Ne pas exprimer ses sentiments, jouer sur l’apparence...Elle savait faire et ce très bien même. Judith le faisait tout le temps avec les inconnus - et ses proches n’étaient d’ailleurs pas non plus épargnés. Puis sourire donne des rides, c’est connu alors pourquoi se faire du mal ? L’ange déchue lâcha un soupir avant de se servir du coca-zero dans un gobelet en plastique et l’amener jusqu’à ses lèvres. Elle se mit à surfer sur le net et fit défiler les images du « couple le plus glamour du moment ». Lol. Bientôt ce serait elle et Matthew qui feraient la une des magazines. Quitte à devenir connue et donc se faire critiquer, autant préparer le terrain pour que tout lui soit au final bénéfique. Oh bien sûr que sortir avec  un homme - un Harrington qui plus est - n’était pas dans ses plans, mais c’était une sacrée opportunité pour décoller… Autant sentimentalement que socialement. Qui sait ? Peut-être qu’ils tomberont amoureux l’un de l’autre et auront de nombreux et beaux enfants ensemble ! Ahahah. Non, impossible. Ou du moins pas pour l'instant.
Premièrement parce que Judith détestait les enfants plus que tout au monde, qu’elle n’était pas du tout prête à fonder une famille et SURTOUT pas à tomber amoureuse du premier venu. Bien sûr il n’était pas le premier à tenter de la séduire et il ne serait sans doute pas le dernier, mais quelque chose le rendait très attirant, voire même irrésistible. Enfin bon Matthew Harrington avait beau être son premier petit-ami, rien n’était joué pour autant et ce qui était sûr à cent-pour-cent était que s’il venait à la mettre en rivalité avec une autre, il pouvait définitivement l’oublier. Très narcissique, aucun roi des pâquerettes ne viendrait se foutre de sa gueule aussi fortuné ou beau soit-il. Parce qu’elle était Judith Soraya Levy-Cohen, une ange déchue avec un putain de corps de rêve. Hurler au monde entier qu’on a réussi à se la faire devait être sacrément cool pour quelqu’un à l’ego-surdimensionné...Puis ce devait être extrêmement jouissif de flirter avec le danger, mais à quel prix ?

« Judith ? Scène III. On vous attend ! » la dame s’est ensuite éclipsée sans dire un mot de plus. La brune se laissa cinq minutes pour relire son texte, balancer sa veste sur un des canapés, réajuster son haut et s’avancer jusqu’au centre de la scène.
Tête haute, elle se présenta et commença ensuite son jeu d’actrice. Elle y mit tout ce qu’elle pouvait et bien qu’on lui ait promis un rôle il fallait qu’elle assure. Son visage s’était décrispé et maintenant très expressive, elle était méconnaissable. Lorsqu’elle eut terminé, les messieurs assis face à la scène lui ont de suite demandé d’enchaîner sur un exercice qui n’était jusque là pas prévu. Judith fit comme elle pouvait et même s’ils n’ont pas applaudi à la fin, elle savait que la place lui reviendrait de droit et que s’ils n’applaudissaient pas maintenant c’était parce qu’ils le feraient plus tard.
C O D E © W H A T S E R N A M E .



12 roses. ♥

bang bang shot you down:
 


Judith & Matthew:
 
 

Silence of unspoken things. ∞ SOLO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Avis sur Melita solo ?
» Ploc Roses des vents amérindienne et solo
» hide (X-Japan et carrière solo)
» Recensement intérêt pour un custom Han Solo PF
» 5x06. En Solo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sanctuary of Heart :: Principaux lieux de l'île :: Chloris :: Théâtre-