Partagez | 
 

 "Chasser ou être chassé" [with Artémis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Staffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Nayla
Staffienne
Coeurs : 115 Messages : 397
Couleurs : #00CCCB
J'ai traversé le portail depuis le : 16/07/2013 et on me connaît sous le nom de : Shama/Etilya. Mon nom est : Nayla. Actuellement je suis : en profonde introspection. Il paraît que je ressemble à : création d'omocha-san/weiss schnee de RWTB et à ce propos, j'aimerais remercier : Dimée ♥♥♥.
Re: "Chasser ou être chassé" [with Artémis] | Ven 04 Avr 2014, 10:32

Nayla. Un simple prénom, sans nom de famille superflu pour l’accompagner. Pourquoi en aurait-elle besoin ? La lignée de ses ancêtres ne nécessitait pas de mot complémentaire pour informer les autres à qui ils avaient affaires. Les kirins se suffisaient à eux-mêmes. Comme pour Nayla, qui portait le même patronyme qu’une nymphe des rivières de la Grèce antique. Un prénom choisi soigneusement par ses parents ; la Kirin maîtrisait l’eau, vivait dans l’eau. Nayla ne s’attendait pas à ce que la déesse commente son prénom ; elles avaient toutes deux un point commun : elles ne parlaient jamais pour ne rien dire. Pourquoi gaspiller sa salive, son temps et son énergie pour émettre des commentaires dénués de sens et inutiles ? Nayla s’assit en face de son interlocutrice et entreprit de coiffer sa longue chevelure platine. Elle en profita pour demander à Artémis si elle était déjà venue en ce lieu.

Comme elle s’y attendait, cette dernière lui répondit par l’affirmative. Mais sa visite remontait longtemps auparavant, tandis que Nayla vivait depuis seulement quelques mois sur cette île. Elle hocha la tête, comme l’avait fait son interlocutrice quelques minutes plus tôt. Elles avaient des attitudes similaires, mais la kirin n’y faisait pas vraiment attention. Ce n’était point pour imiter la déesse, loin de là ; ce n’était pas du tout son genre de répéter les actions des autres. Elle trouvait même cela agaçant, voire offensant lorsque d’autres personnes tentaient de l’imiter. C’est alors qu’une bande d’humains, armés, surgit de la forêt. Nayla se leva le plus calmement possible et demanda ce qu’ils venaient faire ici. Apparemment ils la cherchaient, mais sous sa forme de kirin, ignorant ainsi qu’ils s’adressaient à la « bête » qu’ils souhaitaient chasser du lac.

Si la divinité n’avait pas été présente, Nayla aurait certainement fait des dégâts. Elle était très impulsive et colérique depuis sa libération. Elle se méfiait de n’importe quel humain, magique ou non, et elle prenait vite la mouche. Heureusement, Artémis était là, aussi Nayla lui laissa le soin de renvoyer ces humains d’où ils venaient. Ceux-ci s’inclinèrent bien bas lorsqu’ils reconnurent la jeune femme blonde, sans doute aidés par le retour de la biche aux pieds d’airain. La déesse les congédia d’un geste sec de la main. Pendant toute la scène, Nayla était restée silencieuse et immobile, droite comme un i. Une brise vint caresser son visage et soulever les mèches ondulées qui l’encadraient. Elle se tourna à nouveau vers Artémis.

« Je me demandais simplement si c’était les humains que j’avais fait fuir qui vous avaient attirés jusqu’ici, ou si vous ne faisiez qu’une simple ronde. Peu de gens viennent par ici, ces derniers temps, et encore moins par hasard. »

Inutile de préciser pourquoi le lac recevait de moins en moins de visiteurs. Qui se trouvaient être en général des pêcheurs, que Nayla détestait. Mais lorsqu’il s’agissait de simples humains qui souhaitaient profiter de la belle vue, Nayla les laissaient tranquilles. Cela faisait plaisir de voir encore des gens qui appréciaient la nature. Tant qu’ils ne polluaient pas son eau avec leurs déchets. Ce qui arrivait de temps en temps. Dans ces cas-là, Nayla utilisait son pouvoir de maîtrise de l’eau pour leur renvoyer. Et s’ils décidaient de prendre les jambes à leur cou sans ramasser leurs saletés, elle leur apparaissait sous forme humaine et leur demandait poliment de bien vouloir jeter dans une poubelle ce qu’ils avaient laissé derrière eux. Nayla fit demi-tour et s’avança à nouveau au bord du lac. Ses pieds nus pénétrèrent dans l’eau avec aisance. Elle s’arrêta là, contemplant les reflets du paysage sur la surface de l’eau, le regard dans le vague.

« Je ne sais pas comment vous faites pour les supporter. »

Nayla s’accroupit et plongea une main dans l’eau. Puis elle se concentra en fermant les yeux. Elle libéra petit à petit son pouvoir, commandant à l’eau de se mouvoir. Elle avait laissé dans le creux d’un petit rocher, sous l’eau, des objets qui lui appartenaient. Grâce à sa maitrîse de l’eau, elle força l’élément à remonter petit à petit les objets consciencieusement cachés. Finalement, une petite colonne d’eau se forma à la surface de l’eau. Le petit sac remonta le long de la colonne jusqu’à atteindre le sommet. Nayla n’eut plus qu’à tendre la main pour le récupérer, puis elle ordonna à l’eau de reprendre sa forme initiale. Il ne resta plus que quelques remous pour témoigner de la perturbation. Elle de redressa et ouvrit la sacoche en en sortit tout un jeu d’épingles de corail blanc. Elle commença alors à se démêler les cheveux, puis à les remonter progressivement sur le sommet de son crâne, utilisant les épingles pour les immobiliser.

« Je ne suis pas un monstre, comme ils semblent le penser. Simplement, je ne tolère pas que des humains viennent perturber la paix et la tranquillité de ce lieu. Ce n’est pas parce que j’y habite, mais parce qu’ils ne peuvent s’empêcher de torturer  les créatures qui y vivent, ou de polluer le lac avec leurs déchets. »

Elle ne cherchait pas vraiment à justifier son attitude agressive, lorsqu’elle avait chassé les pêcheurs. Elle ne savait pas pourquoi elle disait cela. C’était la vérité, certes. Peut-être avait-elle besoin que quelqu’un la comprenne, que quelqu’un ne la juge pas comme une bête sans foi ni loi. Peut-être ressentait-elle au final un soupçon de solitude. Elle tourna la tête vers la biche qui se tenait aux côtés de sa maîtresse. Nayla n’avait pas d’affilié. Elle ne savait pas ce que ce lien signifiait. A son souvenir, ses parents n’en avaient pas non plus. La présence d’un animal devait sans doute combler le vide dans le cœur de certains.

HRP:
 




merci Arwy ♥
Nayllen:
 

White Rose:
 

cey trop beau:
 
Ligues & fan clubs





avatar
Invité
Invité
Re: "Chasser ou être chassé" [with Artémis] | Ven 18 Avr 2014, 15:31

chasser ou être chassé
   artémis& nayla

« Je me demandais simplement si c’était les humains que j’avais fait fuir qui vous avaient attirés jusqu’ici, ou si vous ne faisiez qu’une simple ronde. Peu de gens viennent par ici, ces derniers temps, et encore moins par hasard. »
« Ce sont eux qui m'ont menés ici. »

Artémis fit un signe de la tête approbatif en même temps qu'elle répondait, toujours aussi calme qu'à son habitude. A vrai dire, elle ne serait pas venue jusqu'ici si la petite troupe d'humains qu'elle avait fait fuir tout à l'heure n'était pas passée en trombe devant elle, hurlant à la mort. Pathétiques, ces hommes alors qu'est ce qu'ils pouvaient lui taper sur le système quand ils le voulaient. Et dire qu'ils avaient gâchée sa partie de chasse qui avait si bien commencée avec leurs cris de terreur et d'agonie, vraiment, elle aurait mieux fait de les achever tous un par un pour cet outrage qu'ils avaient commis à son égard. Ou alors elle aurait dû les donner en pâture à ses chiens, au moins il auraient servi à quelque chose ces imbéciles. La déesse soupira, il était un temps où elle n'aurait pas hésité à tous les tuer pour cette bêtise qu'ils avaient commise, mais disons qu'avec le temps elle s'était 'adoucie' (si l'on pouvait dire ça comme ça) et elle ne tuait plus les hommes pour la moindre raison. Même si, entre nous, elle en avait envie. Par contre, les téméraires qui osaient lui faire la cour ne bénéficiaient d'aucune traitement de faveur et étaient achevés sans pitié de sa part.

Qu'on la traite de déesse cruelle et sans pitié ne la dérangeait pas tant que ça, c'était la vérité. Enfin, elle n'était pas cruelle mais elle pouvait se montrer extrêmement avide de sang et sans aucun remord quand elle le voulait, même si cela arrivait rarement.  Après tout, qui oserait se confronter à la farouche et froide déesse de la lune qui tue tous les hommes s'approchant trop près d'elle à son goût? Personne de sain d'esprit en tout cas. Silencieuse, elle écouta la suite des paroles de Nayla;

« Je ne sais pas comment vous faites pour les supporter. »
« Moi non plus, quelques siècles auparavant je les aurais tous achevés. Il faut croire que je m'assagis avec le temps. »

La déesse à la chevelure longue et lumineuse avait prononcé ces paroles d'un ton tranchant et amer, en haussant les épaules, gardant néanmoins un masque froid collé au visage. Après tout, tout le monde connaissait l'histoire d'Actéon ce pauvre homme qui avait été là au mauvais endroit au mauvais moment; Artémis ne regrettait pas pour autant ce qu'elle lui avait fait. Elle ne laisserait vivre personne du sexe opposé qui avait l'image d'elle nue dans son esprit, même si elle aurait simplement pu lui effacer la mémoire, par simple principe. Elle, injuste? Non, juste sans pitié avec les êtres de sexe masculin, voilà tout.

Artémis observa la jeune hybride s'accroupir auprès de l'eau pour y plonger ses mains avec concentration. Silencieuse, la déesse attendit que la jeune fille (enfin, jeune... vous m'avez comprise) ait terminé ce qu'elle faisait en silence. Quand la colonne d'eau se forma à la surface de l'eau, la blonde se dit que la kirin avait tout de même une bonne maîtrise de son pouvoir, elle connaissait des humains ayant le même don qui n'étaient pas capables de provoquer ne serait-ce qu'un remous dans l'eau. Tandis qu'elle se recoiffait, Nayla continuait;

« Je ne suis pas un monstre, comme ils semblent le penser. Simplement, je ne tolère pas que des humains viennent perturber la paix et la tranquillité de ce lieu. Ce n’est pas parce que j’y habite, mais parce qu’ils ne peuvent s’empêcher de torturer  les créatures qui y vivent, ou de polluer le lac avec leurs déchets. »

Le fait que l'interlocutrice de la déesse se justifie encore fit froncer les sourcils d'Artémis. Elle n'avait pas à continuer de se justifier de la sorte, elle avait ses raisons de penser ce qu'elle voulait des humains et Artémis n'allait pas l'empêcher de penser ce qu'elle voulait des humains, après tout elle-même pensait les même choses qu'elle des fois, elle aurait été très mal placée pour lui faire la morale. Avec tout ce qu'il lui arrivait de penser sur les humains, leur façon de traiter la nature et les animaux, ce qu'elle leur avait fait subir à certains d'entre eux par le passé, elle était vraiment très mal placée pour faire la morale à qui que ce soit, même si elle était et restait une déesse avant tout qui pouvait tout se permettre, elle savait se retenir quand elle était mal placée ou en tort. Artémis caressa d'une main l'encolure de Cérynie tandis que cette dernière se penchant pour brouter de l'herbe à leurs pieds tout en disant à Nayla;

« Les humains sont comme des enfants inconscients, il faut bien les punir de temps à autres. Tu n'as pas à te justifier de tes actes, tu as tes raisons. »

La haine et la colère qu'elle éprouvait face à un certain type d'humains devait certainement venir de ses expériences ou de son passé, Artémis avait suffisamment vécu pour comprendre cela. Silencieusement, elle chassa une abeille de la main -la petit plus quand on est la déesse de la faune et de la flore c'est que les petites bestioles comme les abeilles- frelons -araignées et j'en passe n'osaient pas vous approcher pour vous faire de mal sous peur d'être puni. Plutôt cool non? Après quelques minutes elle continua sans délaisser son masque froid d'indifférence, sur lequel apparut néanmoins l'ombre d'un sourire;

« Et puis, entre nous, j'ai du mal à les supporter moi aussi. »



   [ hrp; Excuse-moi de l'attente, et ce post est pas terrible pardon ;; ♥
par contre ta réponse était très bien! :3]

   (c) brumy , don't touch please. ♥
   
Staffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Nayla
Staffienne
Coeurs : 115 Messages : 397
Couleurs : #00CCCB
J'ai traversé le portail depuis le : 16/07/2013 et on me connaît sous le nom de : Shama/Etilya. Mon nom est : Nayla. Actuellement je suis : en profonde introspection. Il paraît que je ressemble à : création d'omocha-san/weiss schnee de RWTB et à ce propos, j'aimerais remercier : Dimée ♥♥♥.
Re: "Chasser ou être chassé" [with Artémis] | Mar 10 Juin 2014, 00:11

« Ce sont eux qui m'ont menée ici. »

Nayla inclina la tête imperceptiblement, sans s’en rendre compte. C’était bien ce qu’elle pensait. Leurs mugissements avaient dû attirer l’attention de la déesse de la chasse qui patrouillait dans les environs. Que de trouillards peuplaient cette terre… si peu de respect demeurait encore dans l’âme des humains qu’elle se demandait s’il n’avait pas oublié ce que cela représentait. Aujourd’hui, ils faisaient preuve d’une telle lâcheté… Où étaient passées toutes ces belles valeurs que Nayla appréciait chez les humains, il y a longtemps ? Leur presque disparition était la principale raison qui l’avait poussé à les détester. Pourtant, certaines peuplades occupaient encore une place dans son estime. Nayla sentit le mépris que la déesse ressentait envers les humains. Au moins sur ce point, elles étaient sur la même longueur d’onde. Le hochement de tête approbateur d’Artémis confirma ses pensées. Elle était bien la seule personne, Arwenn excepté, qui la comprenait… Elle soupira, soudain lasse, sans en connaître la raison. Elle fut surprise d’entendre son écho, qui n’était que le soupir de la déesse vierge. Tiens, elles avaient réagi en même temps…

Après s’être approchée du lac, Nayla exprima sa frustration quant à pouvoir supporter ces humains. Oui, comment la déesse faisait-elle ? eh bien, la déesse ne le savait pas non plus. Nayla tourna la tête vers elle et posa ses yeux bleus si étranges sur la divinité. Vraiment ? C’était l’inverse pour la kirin. Avant, elle était plus… sage, moins colérique. Mais la capacité de destruction des humains, leur avidité, leur cupidité, leur égoïsme, leur cruauté, leur arrogance… Tout cela l’avait rendu plus haineuse, jour après jour, année après année, mais ce fut sa longue captivité qui fut le réel élément déclencheur. Quand elle y pensait, cela faisait à peine quelques mois qu’elle était de nouveau libre. Les visages de ses libérateurs étaient gravés dans son esprit. Un jour, elle les retrouverait et elle payerait sa dette envers eux, si tant est que ce fut possible de la rembourser en intégralité. Car non seulement ils lui avaient sauvé la vie, mais également celle de nombreuses créatures marines, indirectement. Seulement, son chemin n’avait pas recroisé le leur, et elle n’avait pas vraiment songé à les retrouver, pour l’instant. Elle avait tellement de choses à rattraper…

« Il faut croire » répéta-t-elle, songeuse. « Cela ne semble pas fonctionner avec moi. Plus le temps passe et…  plus la noirceur de leur âme me révulse. Oui, plus les années s’écoulent et plus ma colère et ma rancœur s’intensifient.»

Encore une fois, elle n’avait pas mâché ses mots. Elle était ainsi, même en face d’une divinité elle ne pouvait cesser d’être franche. Elle ne pouvait cesser d’être elle-même, tout simplement. Et si ça ne plaisait pas, tant pis… Au moins, elle ne faisait pas son hypocrite. L’hypocrisie… encore un état d’âme qui l’insupportait. Elle ne voyait plus que leur défaut, certes, sans doute parce qu’elle n’avait jamais croisé un humain qui eut une bonne âme. Arwenn était mi-elfe, mi-dragon. Quant aux deux jeunes gens qui l’avaient libérée… elle ne saurait le dire. Mais il lui avait semblé détecter une aura similaire à la sienne. Des mythologiques, sans doute.

Tandis qu’elle utilisait sa maîtrise de l’eau pour récupérer des affaires, elle songea à la jeune fille qu’elle était plusieurs siècles auparavant. Que penseraient ses parents s’ils apprenaient qu’elle s’en était pris à des humains ? Ils le lui avaient toujours défendu. Mais, entre regarder ses créatures marines mourir à petit feu, et faire cesser leur souffrance… Elle avait choisi la voie la plus facile. Mais, elle ne devait pas laisser le remord poindre. Non, elle ne le regrettait pas. Elle ne devait plus douter. Cependant, elle ne sut pas pourquoi, mais elle se mit à se justifier à voix haute sur ses actes. Pourquoi, elle qui n’en avait jamais eu besoin ? Cette soudaine faiblesse de sa part l’agaça. La réponse d’Artémis lui attira à nouveau son regard curieux. La divinité l’appuyait dans ce sens. Ainsi, elle la comprenait vraiment… Un étrange sentiment la traversa, aussi bref que diffus. Elle ne réussit pas à l’identifier, sur le coup.

« Et puis, entre nous, j'ai du mal à les supporter moi aussi. »

Nayla se retourna pour lui faire face, les mains croisées dans ses manches amples. Son regard, qui portait le poids des siècles, scruta celui de la déesse de la chasse. Le même sentiment la traversa, mais encore une fois, sa signification lui échappa. Avec son cœur froid comme la glace, elle était indifférente à ce genre de choses. Elle n’était donc pas vraiment douée pour les décrypter. Bien souvent, elle commettait des impaires, sans le vouloir. Elle ne prenait pas de pincettes car elle ne voyait pas pourquoi elle devrait prendre des précautions. Certains l’avaient déjà qualifiée de sociopathe…

« Je vous comprends. Il y a de quoi. »

L’expression de Nayla perdit un instant son impassibilité, pour laisser la place à la sympathie. Ce changement presque imperceptible correspondait, chez les autres, à un sourire. Car notre Kirin ne souriait pas, ou peu, depuis des décennies. Son masque indéchiffrable reprit vite sa place. Lentement, elle quitta le bord du lac pour se rapprocher de la déesse. Elle s’arrêta à quelques pas d’elle.

« Pour tout vous avouer, vous êtes bien la seule, Arwenn excepté, à me comprendre. Les personnes qui partagent nos valeurs sont si rares, de nos jours… C’en devient vraiment navrant.»

Arwenn n’était peut-être pas le meilleur exemple à citer, car il était très jeune, comparé à elles deux, et qu’il avait un caractère bien trempé… Nayla n’était pas dupe. Elle savait bien qu’il se comportait différemment avec elle. Elle sentait son regard respectueux, presque admiratif, lorsqu’ils étaient ensemble. Elle éprouvait également une certaine fascination pour lui. Savoir qu’il était né du fruit de l’amour entre une elfe et un dragon, ancien serviteur de Poséidon… Elle ne connaissait rien à ce sentiment, mais elle trouvait cela fascinant. Arwenn n’était pas le meilleur exemple, mais il était son seul ami. Le seul qui la comprenait, le seul avec qui elle pouvait être elle-même sans qu’il la fuît.

« Ma seule consolation est que la qualité surpasse la quantité. Et puis… je ne puis rien changer. Que pouvons-nous faire face à la médiocrité, lorsque les humains font les sourds et refusent d'entendre raison, ni d'apprendre ? »

HRP : voilà, désolée de l'attente. j'espère que ça te convient !




merci Arwy ♥
Nayllen:
 

White Rose:
 

cey trop beau:
 
Ligues & fan clubs





avatar
Invité
Invité
Re: "Chasser ou être chassé" [with Artémis] | Jeu 12 Juin 2014, 21:33

chasser ou être chassé
artémis& nayla

« Je vous comprends. Il y a de quoi. »

La farouche déesse s'autorisa à offrir un léger sourire imperceptible à la jeune kirin, chose très rare. La jeune Nayla avait bien de la chance d'obtenir la sympathie pour le déesse, car cette dernière avait tendance à être beaucoup plus... antipathique qu'elle ne l'était là. Digne et fière, Artémis ne bougeait pas d'un millimètre reprenant son masque d'indifférence bien que son regard désormais doux contrastait avec sa posture. Silencieuse, comme à l'accoutumée, elle observait le reflet du ciel sur le lac. Elle n'était pas du genre à s'extasier sur la beauté d'un paysage, ce genre de choses étaient pour les mortels, elle avait eut tout le temps d'observer tous les paysages possibles et imaginables du fait que son statut de déesse lui permettait de voir tout n'importe quand n'importe où, mais elle devait avouer que ce paysage-ci était magnifique. La fière Artémis n'allait pas pour autant s'extasier sur cette beauté et papoter du reflet des nuages sur la surface translucide du lac, ce n'était pas fait pour elle. La déesse s'était toujours contentée de garder ses sentiments et pensées pour elle, car oui, elle ressentait émotions et sentiments, douleur et colère, comme tout le monde. Seulement, elle contrôlait son comportement mieux que quiconque, n'était elle pas aussi réputée que la sage Athéna pour sa maîtrise de soi? Certes dans ses années de 'jeunesse' elle avait commise des erreurs, mais elle était devenue beaucoup plus réfléchir qu'autrefois, tant que des hommes ne se mettaient pas en travers de son chemin.

Cependant, ce n'était pas pour autant qu'Artémis allait regretté les punitions qu'elle avait infligées à certains humains, certains hommes en particulier. Ils avaient mérité ce qu'elle leur avait fait, enfin selon elle, de toute façon qui se risquerait à la contredire? Personne n'était assez fou pour contredire la fière et forte Artémis, celle dont le courage n'avait d'égale que son froid naturel. Le regard tranquille, la déesse gardait un oeil tout de même sur Nayla, sondant ses pensées les plus profondes, et elle fut intriguée de ce qu'elle y vit. Elle ne haïssait donc pas complètement les humains, contrairement à ce qu'aurait pu penser la déesse blonde quelques instants plutôt, elle avait de la pitié pour eux.

« Pour tout vous avouer, vous êtes bien la seule, Arwenn excepté, à me comprendre. Les personnes qui partagent nos valeurs sont si rares, de nos jours… C’en devient vraiment navrant. »

Arwenn? En plongeant dans les pensées, la déesse à l'allure enfantine comprit mieux de qui voulait parler la kirin. Un hybride, tout comme elle, fils d'un serviteur de Poséidon et d'une elfe, un curieux mélange. Mais c'était un homme, et malgré le fait qu'il ait une part animale en lui rien que le fait qu'il soit du sexe oppose l'horripilait, elle le casait d'office dans la catégorie des mâles idiots qui croyaient pouvoir tout contrôler. Néanmoins si Nayla le portait en haute estime, c'était que le jeune homme l'avait mérité. Enfin, c'était aussi à Artémis d'en juger si un jour son chemin croisait le sien. D'où venait le mépris d'Artémis envers les hommes? Premièrement, de son père, Zeus, qui ne savait pas être fidèle à sa femme Héra qui elle l'était sans aucun doute. Le dieu des cieux avait en plus de cela osé procréer avec une de ses chasseresses en la séduisant, et ça, Artémis n'avait jamais pu le lui pardonner, elle n'avait pas pardonné non plus à sa chasseresse qu'elle avait tué de ses flèches. Ce qu'elle était devenue? Zeus l'avait changée en constellation, voulant garder le bon rôle.

« Ma seule consolation est que la qualité surpasse la quantité. Et puis… je ne puis rien changer. Que pouvons-nous faire face à la médiocrité, lorsque les humains font les sourds et refusent d'entendre raison, ni d'apprendre ? »

La jeune déesse ne dit rien, elle comprenait le désarrois de Nayla mais ne répondait pas. Certes, la kirin avait des raisons de penser comme cela, et elle était certes sage, mais elle n'était pas assez âgée pour avoir le recul nécessaire pour poser un regard sans haine sur les humains. Artémis avait dû apprendre à le faire au fil des siècles et des millénaires, et Nayla allait devoir apprendre à le faire à son tour. La jeune kirin ne pouvait pas continuer à effrayer ainsi tous les humains, il allait falloir qu'elle les apprenne à apprendre de leurs erreurs sans s'en mêler, même si cela voulait dire qu'elle devait laisser mourir des animaux de son lac. Artémis avait dû apprendre à laisser les humains chasser des animaux jusqu'à l'extinction (l'hippotrague bleue par exemple) afin que les humains se rendent compte de leur bêtise, et regardez; maintenant ils préservaient les espèces sur le point de disparaître! Ils étaient des enfants aveugles, ils devaient apprendre de leurs nombreuses bêtises même si les issues pouvaient être.. désastreuses. Les dieux ne pouvaient pas toujours intervenir.

« Les humains sont ainsi. »

Ce fut la seule et unique réponse d'Artémis. On pouvait penser qu'elle choisissait la facilité, qu'elle faisait tout pour ne pas entrer dans un débat qu'elle aurait très bien pu gagner, mais c'était tout ce qu'elle avait à dire. Les humains étaient inconscients, les hommes ne l'étaient que plus. Avares, vicieux, ils voulaient toujours plus que ce qu'ils ne possédaient, et c'était en grande partie pour ne pas avoir à les supporter que la déesse s'exilait beaucoup dans la forêt pendant des jours des mois des semaines sans communiquer avec personne hormis la nature. La solitude lui seyait parfaitement. Alors qu'elle s'apprêtait à dire quelque chose, un appel télépathique la coupa net. La déesse fronça doucement les sourcils tandis que des bribes de mots lui parvenaient, que se passait-il donc?

« Nayla, nos chemins se séparent ici. Tu as encore une longue, très longue vie devant toi, nos chemins se recroiseront très certainement. »

Elle n'était pas sensée lui révéler son avenir, mais elle pouvait lui dire s'il lui restait beaucoup de temps à vivre, ce n'était pas comme si Zeus allait lui en vouloir, personne ne dictait sa conduite à la farouche et insoumise Artémis. Personne. La déesse eut un signe de la tête martial, ses yeux bleus plongés dans ceux de la kirin. Rapidement, elle reprit se forme de biche tandis que Cérynie revenait à ses côtés. La meute de chiens vint se reformer en vitesse à ses côtés, et elle jeta un dernier regard à Nayla;

« Protège cet endroit, Nayla. »

Puis d'un bond puissant et agile, elle disparut pour de bon, laissant pousser un bosquet de fleurs à l'endroit duquel elle venait de bondir. Il fallait le dire; elle savait comment apparaître et disparaître en beauté.

[ hrp; je te laisse clore ça? :3]

(c) brumy , don't touch please. ♥
Staffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Nayla
Staffienne
Coeurs : 115 Messages : 397
Couleurs : #00CCCB
J'ai traversé le portail depuis le : 16/07/2013 et on me connaît sous le nom de : Shama/Etilya. Mon nom est : Nayla. Actuellement je suis : en profonde introspection. Il paraît que je ressemble à : création d'omocha-san/weiss schnee de RWTB et à ce propos, j'aimerais remercier : Dimée ♥♥♥.
Re: "Chasser ou être chassé" [with Artémis] | Sam 14 Juin 2014, 19:47

Cela faisait bien longtemps que Nayla n’avait pas croisé une personne telle qu’Artémis. En même temps, c’était une déesse, on ne pouvait que s’attendre à de telles valeurs de sa part. Mais il en existait également chez les mortels, parfois même chez les humains. Quant aux autres races, elfes, fées, démons, etc, elle n’en avait pas croisé suffisamment pour se faire une opinion. Les peuples sylvestres et montagnards vouaient en général plus de respect envers la nature que la race terrienne, mais il y avait toujours des exceptions. Nayla observait Artémis, l’air songeur. Et dire qu’un peu plus tôt, elles étaient à deux doigts d’en venir aux mains… Il aurait été bien dommage qu’elles se battent. D’autant plus que la kirin n’aurait pas fait le poids face à la divinité. Nayla discerna une fraction de seconde un changement dans l’attitude d’Artémis, mais ce fut si furtif et si éphémère qu’elle ne sut dire quoi. Elle ne s’en formalisa pas. Elle aussi était peu expressive. Elle s’appliquait quotidiennement à se parer d’un masque indéchiffrable. Cela déconcertait ses ennemis, et les empêchait de prévoir ses réactions.

Nayla commença à parler des humains, et de leur débilité navrante. Mais pourquoi ? Dans quel but disait-elle cela ? Certainement pour soulager sa rancœur, elle devait avoir besoin de le dire à voix haute. Était-ce l’eau douce du lac qui la rendait ainsi ? Elle repensa au jour de sa libération. Sa colère ce jour-là avait atteint un sommet. Elle chassa le souvenir du militaire évadé de son esprit. Rien ne sevrait de ressasser ces souvenirs. Un jour, son chemin recroiserait le sien. Et là, elle ne lui laisserait aucune chance. Le commentaire de la déesse la ramena à la réalité. Nayla inclina légèrement la tête, signifiant son accord.

« En effet, ce n’est pas en un jour que leur nature changera. »

Si c’était possible… Elle ne préférait pas espérer une telle chose. Il valait mieux être pessimiste et ne pas subir de désillusion, plutôt que de transmettre un espoir vain à son entourage. Pour Nayla, ce n’était pas du pessimisme, mais du réalisme. Elle était très terre à terre, elle gardait toujours ses objectifs en vue. Concentrée sur un but, elle n’était pas pour autant butée. Enfin, ce n’était pas le moment de procéder à une introspection. Une brise fraîche vint caresser son visage impassible, agitant quelques mèches de sa chevelure pourtant bien coiffée. Soudain, ses yeux repérèrent l’expression soucieuse d’Artémis. Elle inclina la tête sur le côté, en guise d’interrogation muette. Elle savait que la déesse pouvait communiquer par télépathie avec les animaux. Était-ce l’un d’eux qui requérait son aide ? Possible, mais la kirin ne le saurait pas, et de toute façon cela ne la regardait pas. Elle n’aimait pas qu’on se mêle de ses affaires, alors elle ne le faisait pas aux autres. La maîtresse de la chasse l’avertit qu’elle allait devoir partir. Nayla hocha la tête.

« J’en serais honorée, déesse Artémis. Ces quelques instants en votre compagnie furent agréables. »

Si Nayla parlait peu, elle exprimait toujours le fond de sa pensée. Ainsi elle ne mentait jamais ; elle exécrait le mensonge et l’hypocrisie. Pour ne pas ternir la vérité, elle se contentait de se taire ou d’éluder une question. Elle observa la divinité reprendre sa forme de biche sans esquisse un geste. Elle était toujours debout, les mains croisées dans ses manches amples, lorsque la déesse tourna une dernière fois ses yeux vers elle, sa meute de chien et son affilié à ses côtés. Elle lui adressa une recommandation, celle de protéger cet endroit. La déesse n’avait pas besoin de le lui ordonner, ou même de le lui demander. Elle l’avait fait dès son arrivée sur l’île et elle ne comptait pas s’arrêter là. Cependant, il était inutile qu’elle dise tout cela. Et puis, elle se sentait presque honorée qu’une autre divinité lui demande quelque chose. Elle servait et vénérait Poséidon depuis sa naissance, après tout.

« Vous pouvez compter sur moi » se contenta-t-elle de répondre tout bas alors que la déesse disparaissait dans la forêt.

Nayla se tourna vers le lac. Oui, elle ne comptait pas faillir dans cette honorable tâche. Préserver la nature était une mission essentielle. La kirin ferma un instant les yeux, inspirant une bouffée d’air frais, puis elle laissa son pouvoir s’évader. En quelques secondes, la frêle humaine laissa sa place à l’imposante kirin. Elle leva sa lourde tête vers le ciel et poussa un hurlement cristallin. Puis elle s’avança petit à petit dans l’eau douce, jusqu’à ce que l’eau lui arrive au niveau du poitrail. Alors, elle plongea dans les profondeurs du lac.




merci Arwy ♥
Nayllen:
 

White Rose:
 

cey trop beau:
 
Ligues & fan clubs





Contenu sponsorisé
Re: "Chasser ou être chassé" [with Artémis] |

 
"Chasser ou être chassé" [with Artémis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» "Chasser ou être chassé" [with Artémis]
» Le chass? c'est moi...
» Chasser l'orage en AVION?
» Chassé croisé
» Thème de Novembre 2014 "Chassé-croisé" (fin le 23/11)

Sanctuary of Heart :: Principaux lieux de l'île :: Montagnes-
Sauter vers: