Partagez | 
 

 Drowned in madness ✗ ft. Noah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ange déchue

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Judith Levy-Cohen
Ange déchue
Coeurs : 126 Messages : 423
Couleurs : #585858
J'ai traversé le portail depuis le : 17/06/2013 et on me connaît sous le nom de : Judy. Mon nom est : Judith Levy-Cohen. Actuellement je suis : follement amoureuse de lui (Matthew) Il paraît que je ressemble à : des œuvres originales • IRL : Megan Fox et à ce propos, j'aimerais remercier : delgnvflue.
Drowned in madness ✗ ft. Noah | Lun 20 Juil 2015, 00:26



Son regard se perd, tout comme ses pensées. L’obscurité dans laquelle la pièce est plongée ne la dérange pas, elle y est habituée. Lassée de ne rien faire et d’être allongée sur ce lit seule, elle décide de se redresser et faire une marche. La lumière s’allume lorsque ses doigts viennent se poser sur l’interrupteur de sa chambre, tandis qu’elle exclame un juron, agacée à l’idée de ne pas trouver son téléphone. Un soupir s’échappe d’entre ses lèvres lorsque sa main vient décoiffer ses longs cheveux, prise au piège par quelques mèches coincées par l’une de ses bagues. Elle s’arrête alors un instant et ne fait plus rien, si ce n’est prendre de grandes inspirations pour se calmer.

Le processus fonctionnant, elle s’avance vers son armoire et en sort une tenue de course qu’elle s’empresse d’enfiler. Près de la porte, elle met sa paire de chaussures et enroule un large foulard sur ses épaules. Fin prête, elle sort de son appartement, claque brutalement la porte d’entrée puis descend les escaliers à une allure folle. Simplement par habitude et non par peur, elle marche à grands pas dans ce quartier qui a su l’accueillir et lui donner une place. Un homme portant une capuche la salue discrètement au loin : c’est un de ses dealers. Elle lève alors le pouce pour lui faire comprendre que tout est dans les cordes, que son coup d’envoi serait inutile. Finissant par comprendre, il finit par retourner à ses occupations, disparaissant au détour d’une ruelle.

Depuis quelques mois déjà, Judith est habituée à donner des directives. Elle reçoit telle marchandise et elle est dans l’obligation de la liquider. Tous les moyens sont permis, sont budget est illimité. Elle doit aussi avoir le coup d’oeil ; savoir distinguer de potentiels clients pour ses vendeurs. Les inciter à rejoindre son monde pour s’évader du leur, leur vendre du rêve en toute discrétion. Sans éveiller les soupçons, sans se mettre en danger, elle reçoit des ordres qu’elle doit appliquer à la lettre… et c’est ce qu’elle fait. Les primes de risque en valent la peine, se dit-elle. La peur constante aussi. Peu reconnaissante, elle est quand même persuadée que ce métier est une sorte de bénédiction car elle gagne beaucoup d’argent ; assez pour se faire plaisir, assez pour se faire des économies.

Gardant l’oeil toujours ouvert, c’est sans surprise qu’elle remarque une silhouette masculine au loin. Peu crédule, elle utilise son pouvoir et se transforme en insecte, battant des ailes vers l’inconnu sur son chemin. « Noah ? » demande-t-elle, surprise. Son corps reprend sa forme originelle tandis que le jeune homme semble faire un pas en arrière, pris de court. Judith lui donne un coup dans les épaules, le poussant au dessous du réverbère. Leurs visages maintenant éclairés, elle continue dans sa lancée : « Qu’est-ce que tu fous ici ? » sans gêne aucune, elle dit à haute voix ce qui lui passe par l’esprit. « Si t’es venu me rendre visite sache que c’est foutu pour toi mon gars. J’ai eu ma dose de rencontres cette semaine. » Elle s’apprête à lui tourner le dos, quand soudain elle s’arrête. Le silence de son ami lui est pesant, ce n’est pas habituel de sa part. Généralement, il ne se gêne pas non plus pour lui dire de se taire mais ce soir, il n’en a rien fait.

La jeune femme se contente de le regarder, tandis qu’il baisse les yeux en sa direction, plongeant son regard dans le sien. Elle retient son envie de quitter les lieux pour rester auprès de son ami. Sans dire un mot, elle s’assoit par terre, laissant Noah faire de même. « Dis moi ce que tu as. » Dit-elle plus comme un ordre qu’une suggestion. Même si le ton correct n’y est pas, elle est au moins présente pour lui.

Judith n’est définitivement pas du genre à vouloir aider les autres ou même les conforter dans leurs moments de chagrin, mais pour une fois, elle a décidé de rester au lieu de fuir. Ce comportement lui semble étrange, elle en est consciente, mais peu importe. Elle se remettra en question plus tard : celui qui a besoin de parler à cette heure-ci, c’est lui et personne d’autre.
Son très cher Noah.


12 roses. ♥

bang bang shot you down:
 


Judith & Matthew:
 
Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:



http://sanctuary-of-heart.forumactif.com
avatar
Noah Lhyov Nevenscheinder
Staffien
Coeurs : 111 Messages : 279
Couleurs : #400000 & #007C7C
J'ai traversé le portail depuis le : 02/10/2011 et on me connaît sous le nom de : MISS AMAZING. (aka Kao'). Mon nom est : Noah Lhyov Nevenscheinder-Kingston. Actuellement je suis : pas intéressé. Il paraît que je ressemble à : Fuwa Mahiro & Kurosaki Tasuku, deux BG pour le prix d'un. ♥ (IRL: Hunter sexy Parrish) et à ce propos, j'aimerais remercier : moi (avatar) + baby Melichat superawesome (gifs) + super gingin (gif signa)
Re: Drowned in madness ✗ ft. Noah | Lun 27 Juil 2015, 00:18

and I fell out of bed, hurting my head from things that I said
I started a joke which started the whole world crying I looked at the skies running my hands over my eyes And I fell out of bed hurting my head from things that I said 'Till I finally died which started the whole world living Oh If I'd only seen that the joke was on me

Il existait deux façons de faire taire la douleur : se soigner ou oublier.
Le choix était rarement compliqué, on se tournait généralement vers l'oubli ; c'était la solution de facilité, celle qui permettait d'y remédier le plus vite, même si c'était juste passager, au moins c'était quelque chose qui fonctionnait. Noah essuya les quelques gouttes de sang qui perlaient sur le coin de ses lèvres et regarda avec dégoût le corps inanimé qui gisait à ses pieds. Il resta un moment silencieux, l'air de se demander ce qui avait pu se passer entre le temps où il avait croisé le chemin de cette pauvre âme égarée, et celui où il l'avait finalement laissé retomber au sol comme un objet dont on n'aurait plus besoin.

LLEWELYNN — Il est mort ?
NOAH — Non, juste inconscient.


Il rabattit sa capuche sur ta tête et s'avança plus haut dans la rue, sous l'œil mauvais de la lune qui semblait toujours répondre présente pour lui rappeler cette triste nuit durant laquelle tout son calvaire avait commencé. Cette nuit où il avait cédé malgré lui à l'appel du sang, celui dont il avait juré ne pas toucher. Je suis désolée, Maman. Penser à sa mère adoptive dans un tel moment lui donna la nausée ; c'était comme souiller sa mémoire, et se rappeler qu'il ne restait plus rien d'elle. Elle lui avait appris tous ses principes, qu'il avait détruits un par un au fil des années, à force de laisser l'amertume ronger petit à petit tout ce qui avait été beau dans sa vie. Quand recommencerait-il à apprendre qu'il n'était pas forcé de causer du tort autour de lui pour survivre ? Ce n'étaient pas des choses qui étaient sensées s'oublier, et pourtant Noah l'avait fait et ne pouvait plus croire en ces vertus noyées dans l'illusion d'un monde où les âmes damnées avaient droit à la rédemption. Il laissa le corps baigner dans une flaque visqueuse et écarlate. Il n'était pas mort, mais c'était tout comme. Llewelynn suivit son lié puis laissa leurs routes se séparer ; il y avait des mois que le papillon avait compris que Noah dans ces moments devait se faire face à sa manière, le mettre devant ses démons n'était pas la bonne méthode, et tous deux le savaient.

Il n'y avait pas longtemps, il pensait avoir trouvé le moyen de se soigner. Tandis qu'il s'enfonçait dans l'obscurité des ruelles sombres, Noah songea à ce que pourrait penser Naomiie si elle le voyait agir ainsi, en se renfermant sur lui-même, empêchant même son Affilié de rentrer. « Tu n'es pas seul. » C'était sans aucun doute ce qu'elle lui aurait dit. Il avait fini par la connaître, à force. Pendant les mois qui avaient suivi leur rencontre, Naomiie s'était frayée un chemin jusqu'au coeur de son monde, et durant la douce période où il avait appris à accepter sa présence, Noah avait cru qu'elle serait à même de le guérir du fléau qu'il était pour lui-même. Il avait pensé que sans doute sa mère avait-elle raison : il y avait, peut-être une voie vers la rédemption qu'il pouvait emprunter. Mais chasse le naturel et il revient au galop. Puis il s'était souvenu qu'elle ne serait pas toujours là. Peu importe combien elle le lui avait dit, elle ne serait pas là pour toujours, cette elfe avec ses cheveux couleur neige et ses yeux couleur de l'océan. Elle était trop fragile, elle finirait par disparaître, et la pensée lui fit mal au coeur. Et puis par-dessus tout, elle appartenait déjà à un autre ; comment pouvait-elle penser qu'elle pourrait rester avec eux pour toujours ? Ce n'était pas juste, mais personne n'a jamais dit que la vie l'était.

Mais elle avait raison sur un point : il n'était pas seul. Peu importe à quel point il tentait de croire en l'illusion du contraire, Noah avait pris conscience que Naomiie avait raison sur bien des points, dont celui-ci. Il savait très bien où il allait en s'enfonçant dans les rues les moins bien fréquentées de l'île. Il ne faisait même pas tache dans le paysage, il avait même sa place à cet endroit plus qu'à aucun autre. Mais ce n'était pas tant pour cela qu'il avait choisi de rester au lieu de partir. Il leva les yeux vers la rue, bifurqua à l'intersection et prit le chemin le plus court vers le territoire de la reine de la nuit.


— X —


Il n'eut même pas le besoin de chercher car leurs chemins se croisèrent naturellement. La rue était vide à ce moment-là, mais sans doute ne l'étaient-ils pas. Il y avait tant de monde tapis dans l'ombre, dissimulés entre les murs et cachés au coins des rues. L'endroit n'était pas sûr, mais sans doute était-ce la principale raison pour laquelle cette femme évoluait si bien dans le milieu. Ils se toisèrent un moment, juste après qu'elle ait repris sa forme originelle, le prenant de court alors qu'il pensait être seul.

JUDITH — Si t’es venu me rendre visite sache que c’est foutu pour toi mon gars. J’ai eu ma dose de rencontres cette semaine.


Elle, c'était vraiment une connasse. Ne pouvait-elle pas être aimable, au moins une fois dans sa vie ? Il soupira et enfonça ses mains dans les poches de son sweat-shirt, prêt à partir puisque celle qu'il était venu voir ne voulait pas de lui ce soir. En temps normal, il ne se serait pas gêné pour répliquer une remarque acerbe, mais son esprit n'avait même plus la force de trouver quoi lui répondre. Il voulait lui demander de rester pour lui, mais les mots restaient coincés dans sa gorge, par fierté ou simplement parce qu'il ne trouvait pas comment le lui dire. Ils se toisèrent encore et encore, dans un silence presque religieux durant lequel chacun se demandait s'il était réellement sage de partir. Et puis finalement, elle décida de ne pas partir, et s'assit sur le rebord du trottoir sur lequel Noah ne tarda pas à la rejoindre en prenant conscience qu'elle lui offrait sa présence ce soir.

NOAH — Mes états d'âme vont te faire chier, mais tu sais bien que je suis pas là pour te faire plaisir.


La manière dont ils se comportaient l'un avec l'autre étaient étrange, mais pas dérangeante. Ils se connaissaient suffisamment bien, et depuis suffisamment longtemps pour considérer l'autre comme un ami, et c'était pour cette raison qu'il était venu la voir alors que d'autres solutions s'étaient offertes à lui au moment de prendre une décision. Dans un sens, elle était peut-être la personne qu'il dérangeait le plus en venant la voir de la sorte, mais de son point de vue elle était surtout ce qui lui importait le moins de gêner dans ses projets. Et en parallèle, il suffisait à l'ange déchue de demander son aide pour qu'il laisse tomber les siens pour elle.

NOAH — Ça fait environ un mois que j'ai arrêté le faux régime que je suis depuis que je suis un gosse. Hans' m'avait dit que ça arriverait, je pensais vraiment que c'étaient des conneries mais au final il avait raison cet enfoiré.


Judith savait que Noah avait pour habitude de ne pas consommer de sang humain, et bien qu'elle lui ait dans le passé fait part de sa curiosité à propos du sujet, il lui avait toujours répondu que c'était une question d'éducation plus qu'un réel désir. À force, il avait fini par s'y faire ; mais aujourd'hui, une seule goutte du liquide infect qui servait de sang aux bêtes sauvages lui donnait la nausée.

NOAH — J'ai tué personne pour l'instant, mais je sens que ça va arriver bientôt, et ce jour-là je voudrais être prêt à réagir. T'as pas des trucs à m'apprendre ? T'as l'air assez calée sur le sujet.


Il tourna la tête vers elle, et l'observa un instant, sous la lumière pâle de la lune. Elle avait une gorge divine, et le sang qu'on pouvait presque voir courir dans ses veines semblait avoir le goût du paradis.

❥ (noadith) - drowned in madness.
(C) WILLOU



(3 roses) de Double (Judy). ♥️

: N E V E N S C H E I N D E R :
 
: TEAMS :
 

: LEAGUES & FAN CLUBS :
 
Ange déchue

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Judith Levy-Cohen
Ange déchue
Coeurs : 126 Messages : 423
Couleurs : #585858
J'ai traversé le portail depuis le : 17/06/2013 et on me connaît sous le nom de : Judy. Mon nom est : Judith Levy-Cohen. Actuellement je suis : follement amoureuse de lui (Matthew) Il paraît que je ressemble à : des œuvres originales • IRL : Megan Fox et à ce propos, j'aimerais remercier : delgnvflue.
Re: Drowned in madness ✗ ft. Noah | Jeu 30 Juil 2015, 12:37

and I fell out of bed, hurting my head from things that I said
I started a joke which started the whole world crying I looked at the skies running my hands over my eyes And I fell out of bed hurting my head from things that I said 'Till I finally died which started the whole world living Oh If I'd only seen that the joke was on me



JUDITH —J’ai pas attendu que tu me le dises pour le savoir.


répond-elle l’air de rien. Elle a la critique facile, c’est bien connu. Des remarques pareilles, elle en a des tas stockées dans un coin de son crâne. Toujours là pour ajouter son grain de sel, elle le laisse néanmoins commencer son récit sans l’interrompre une seule fois. Lorsque le vampire a terminé, elle a prit tout son temps pour se mettre dans une position confortable. Il ne faudrait pas que Judith ait des fourmis ou même une crampe : après tout, elle habite à cinq minutes et personne ne viendra la prendre en scooter. Quoique Noah pourra toujours servir de roue de secours.


JUDITH — Tu insinues que je ne suis pas comme les autres nanas ? Que je suis une criminelle, sans sensibilité avec qui tu peux parler ouvertement de tes problèmes psychotiques ?


elle hausse les sourcils et prend un air choqué. Son interlocuteur n’a pas trop l’air de comprendre. Elle lève les épaules comme si ça lui importait peu puis le rassure en affirmant que

JUDITH — Oui, c’est vrai.


L’ange déchue prend le temps de se faire une queue-de-cheval haute avant de reprendre là où elle en était.

JUDITH —Tu sais mon gars… Cette pulsion que tu as ne fera que s’amplifier avec le temps. Dans mon cas - puisque je me base sur mes expériences et si tu t’en plains je te bute - au début je voulais m’en empêcher, je voulais constamment me dire que c’était pas moi, que j’étais pas censée agir ainsi. Sauf qu’un jour j’ai explosé et je me suis plus du tout contrôlée. Tu dois laisser les choses se faire naturellement si tu veux en limiter les dégâts.


la connaissant, il devait savoir qu’elle n’allait pas lui conseiller de voir un spécialiste ou même de faire des offrandes pour implorer le pardon des gens là-haut. Judith n’est pas une ange déchue pour rien et tout le monde le sait, y compris lui. S’il est venu la voir, c’est qu’il voulait être sûr. Car elle est celle qui dit la vérité et donne les réponses justes aux interrogations. Elle n’a ni langue de bois ni scrupule alors si quelqu’un est perdu et cherche à savoir la vérité, il a toqué à la bonne porte pour tout savoir. Souvent crues, souvent moches, ses réponses ont au moins le mérite d’être réalistes.

JUDITH —Par contre t’auras sans doute plus aucun état d’âme. Une fois la phase gore dépassée, tu deviendras une autre personne. Il faut regarder le bon côté des choses : tu en ressortiras unique.


C’est ce qui lui est arrivé et elle ne s’en sort pas si mal. Certes, elle peut être dépressive, hautaine et vraiment mauvaise par moments mais en toute franchise qui ne l’est pas ? De nos jours, c’est pratiquement une mode d’être sans cœur. Certains font semblant pour se donner un genre mais Judith ne fait pas partie de ce mouvement stupide de mal-aimés.

JUDITH —Pourquoi tu fais cette tête ? Je vais pas te dépecer au détour d’une ruelle, hein. J’ai de meilleures choses à faire.


Soit il a peur, soit cette situation l’excite. Il y a des gens avec des délires uniques en leur genre : parfois crades, vraiment répugnants. Autour d’un verre, les hommes au bar de la taverne se lâchent parfois et oublient que des gens les entourent. A force, Judith a en mémoire tout ce qu’elle aurait préféré ne jamais entendre.

JUDITH — Calme toi, mec. Tu respires plus fort qu’un zébu.


Noah semble avoir dit quelque chose mais distraite, elle n’a rien entendu.

JUDITH —Il y a tout de même une autre solution. Si tu t’obstines à croire que tu es quelqu’un de bien et que tu as des valeurs - elle tousse à deux reprises et mon cul c’est du poulet - alors écoute bien ce que je vais te dire car tu seras peut-être rassuré.



Elle laisse durer le suspense et attend que son ami pose son regard sur elle.

JUDITH — Ce qui me poussait à faire du mal aux autres c’était la haine. Sauf que c’est pas ton cas. Ce qui t’anime toi c’est la faim. Tu as faim Noah ! Comment est-ce qu’ils font, les autres vampires ? Tu crois qu’il se nourrissent de salade jour et nuit ? Non. Ils boivent du sang et je ne te parle pas uniquement de sang animal. Tu le sais, alors arrête de t’obstiner. C’est chiant à la fin.


elle ne fait pas dans la dentelle mais elle est réaliste. Elle apprécie énormément Noah - même si elle ne le lui avouera jamais - et lui mentir serait une grosse erreur. Consciente, elle préfère amorcer sa chute en le mettant en garde. Lui ouvrir les yeux est sans doute la meilleure chose à faire : après tout, quelle amie serait-elle si elle le poussait à continuer son stupide régime à la con ?


JUDITH —Tu peux pas devenir cinglé parce que tu as peur d’enfoncer tes canines quelque part. Mais si c’est vraiment le cas… Si t’as vraiment envie d’éviter de faire du mal à des innocents… je suis là pour toi. J’ai du sang sur les mains mais j’en ai aussi dans mon corps.  


elle se lève et lui tend une main pour qu’il fasse de même. Face à lui l'ange déchue termine son discours par : « N’oublie jamais.  »

❥ (noadith) - drowned in madness.
(C) WILLOU


12 roses. ♥

bang bang shot you down:
 


Judith & Matthew:
 
Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:



http://sanctuary-of-heart.forumactif.com
avatar
Noah Lhyov Nevenscheinder
Staffien
Coeurs : 111 Messages : 279
Couleurs : #400000 & #007C7C
J'ai traversé le portail depuis le : 02/10/2011 et on me connaît sous le nom de : MISS AMAZING. (aka Kao'). Mon nom est : Noah Lhyov Nevenscheinder-Kingston. Actuellement je suis : pas intéressé. Il paraît que je ressemble à : Fuwa Mahiro & Kurosaki Tasuku, deux BG pour le prix d'un. ♥ (IRL: Hunter sexy Parrish) et à ce propos, j'aimerais remercier : moi (avatar) + baby Melichat superawesome (gifs) + super gingin (gif signa)
Re: Drowned in madness ✗ ft. Noah | Mar 13 Oct 2015, 11:02

and I fell out of bed, hurting my head from things that I said
I started a joke which started the whole world crying I looked at the skies running my hands over my eyes And I fell out of bed hurting my head from things that I said 'Till I finally died which started the whole world living Oh If I'd only seen that the joke was on me

Il y avait chez Judith quelque chose de très différent des autres. Elle était le genre de personne qui n'était ni votre ennemi, ni votre ami. Le genre qui se promène entre les deux, qu'on aime autant qu'on déteste, dont on pense pouvoir se passer mais qui vous est plus nécessaire que vous ne le pensiez. Elle était unique en son genre, comme dans son rapport avec les autres, en équilibre sur une ligne à la frontière de deux terrains aux caractéristiques diamétralement opposées.

JUDITH — Il y a tout de même une autre solution. Si tu t’obstines à croire que tu es quelqu’un de bien et que tu as des valeurs -elle se mit à tousser et il lâcha un grognement en gage de réponse- alors écoute bien ce que je vais te dire car tu seras peut-être rassuré.


Un frisson parcourut le dos du demi-vampire, sensation étrange dans la mesure où il n'était pas sensé recevoir cette vague de froid puisque son élément était supposé être le feu. Ces derniers temps, il était arrivé bien des choses à Noah qui ne lui ressemblaient pas ; depuis peu, il avait commencé à se soucier des autres, à ceux qui n'étaient pas lui. Il avait hiérarchisé ses priorités, et il ne se plaçait plus au-dessus de tous. Émotionnellement, Noah s'était fatigué et aujourd'hui, il était arrivé au bout de ses forces.

NOAH — Comme thérapeute on fait difficilement pire que toi.


Elle se leva après sa conclusion et tendit une main vers lui tandis que ses iris carmins se tournaient vers elle. Ses longs cheveux noirs tombaient sur ses épaules, et elle paraissait étrangement pâle sous la lumière de la lune.

NOAH — Qu'est ce que tu veux dire ?


Noah n'avait jamais été très vif d'esprit. Ce qui était évident lui échappait parfois, mais venant de Judith il fallait s'y prendre à deux fois avant de conclure. Le personnage était l'un des plus complexes qu'il lui avait été donné de rencontrer au cours de sa vie. Ils ne s'étaient pas énormément rencontrés depuis, mais il y avait une époque où Noah n'avait pu se raccrocher à personne d'autre qu'à l'ange déchue. Il avait croisé sa route à un tournant de sa vie où ils se ressemblaient, où il avait retrouvé une partie de lui en elle et où il se disait que peut-être il n'était pas la pire ordure qu'il eut été. Elle lui avait appris malgré elle que nos choix faisaient de nous ce que nous étions. Elle lui avait appris à embrasser sa nature plutôt que tenter de la refouler. C'était une leçon qu'il pensait avoir maitrisée, jusqu'à ce qu'il rencontre cette petite elfe aux cheveux couleur neige qui avait retourné son monde, rendant le bon mauvais et le mauvais juste.
Et voilà qu'il rejettait encore la faute sur quelqu'un qui n'avait rien fait.
On est ce que nos choix font de nous.

NOAH — Je peux pas te demander ça.


Il tendit le bras et posa sa paume sur celle de Judith, puis tira vers lui pour s'aider à se lever. Elle ne broncha pas et soutint son poids tandis qu'il reprenait appui sur ses propres jambes, puis il se retrouva une tête au-dessus d'elle, rétablissant l'ordre de grandeur auquel il s'était accoutumé. Il fourra ses mains dans des poches et leva la tête vers les etoiles qui brillaient timidement dans le ciel. Il ne pouvait pas lui demander ce qu'elle lui suggérait, pas parce que c'était elle, mais juste parce qu'il lui devait déjà beaucoup trop. Il l'avait déjà suffisamment fait entrer dans son monde, et il avait déjà trop empiété dans le sien quand bien même ils étaient parvenus au fil des années à un accord tacite selon lequel ils ne devaient pas trop s'en faire pour l'autre. Mais les choses avaient trop changé depuis.

NOAH — Tu ne veux pas entrer dans ma tête.


Il recula d'un pas de sorte à ce qu'elle puisse le regarder dans les yeux. Ce n'était pas de lui que ça venait, c'était quelque chose qu'il ne voulait pas qu'elle ait à supporter.
C'était juste pour elle.

❥ (noadith) - drowned in madness.
(C) WILLOU



(3 roses) de Double (Judy). ♥️

: N E V E N S C H E I N D E R :
 
: TEAMS :
 

: LEAGUES & FAN CLUBS :
 
 
Drowned in madness ✗ ft. Noah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Gordon, Noah] Le médecin d'Ispahan
» At The Mountains Of Madness par Guillermo Del Toro et James Cameron
» Le Creative madneSS V2
» Kurt et Noah
» N'oublie Jamais [Noah & Allie]

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Ruelles sombres-
Sauter vers: