Partagez
 

 Lorsque le jour sauve la nuit [Aurora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




Anonymous
Invité
Invité
Lorsque le jour sauve la nuit [Aurora] | Jeu 25 Sep 2014, 09:19

Le jour commençait à arriver sur l'Île et le vampire courait comme un fou dans les ruelles les plus mal famées de la cité de Skyworld. Jamais il n'avait eu la peur au ventre, jamais il n'avait ressenti la crainte. Mais en cet instant, elle était sur le point de l'envahir. Cependant, il tentait de se contrôler, pour ne pas perdre la face de même que la vie. L'angoisse se disputait à la colère, tendant tous les muscles de son corps dans un effort considérable. Les odeurs de la crasse, de la saleté, de la maladie et de la mort emplissait ses narines délicates. Il ne voyait presque plus rien malgré ses yeux ouverts. Il ne ressentait plus rien malgré ses bras nus. L'adrénaline semblait le porter comme un aigle. Dans sa fuite - ce qu'il pouvait détester cela.... - il avait laissé sur Terre son étui avec son arme, dissimulé dans une poubelle, dans une rue qu'il connaissait bien. Il avait dû faire ce choix pour plus de facilité dans ses déplacements. Il avait beau être souple et rapide, cela n'excédait pas les capacités d'une humain bien entraîné. Ses dons avec ses armes lui étaient pour le moment inutiles, seule sa vue perçante lui permettait de ne pas se faire prendre au piège. Même sa régénération avait du mal à s'enclencher, en témoignait la blessure profonde qu'il avait au flan. Un coup d'épée bien placé de la part de son adversaire. Adversaire qui ne semblait pas vouloir lui lâcher la grappe d'ailleurs. Il avait sauté dans le portail à sa suite pour tenter de le piéger.

    - Mugen, je fatigue là !

Le vampire gronda violemment et se tourna vers son familier. Le félin n'était pas rapide à cause de sa corpulence et ses pattes devaient le faire souffrir. Poussant un nouveau grognement, le sang-mêlé pris l'animal sur son épaule avant de reprendre sa course effrénée. Le chat miaula de mécontentement à être secoué dans tous les sens mais il n'eut pas le loisir de se plaindre plus lorsqu'un carreau d'arbalète se planta dans un mur, près de son oreille qu'il érafla au passage. Leur ennemi poussa un rire sombre dans les ruelles. Il semblait se rapprocher toujours plus.

    - Il arrive !
    - TU LA FERMES SINON JE T'ÉGORGE ET JE TE LAISSE SUR PLACE !

La colère et la peur qui montait en lui faisait dire de mauvaises choses à Mugen. S'il commençait à s'emporter, c'était terminé. Les traits tirés, presque bestial, les crocs ressortant comme jamais, l'homme se retrouvait transformé en animal traqué. L'affilié déglutit difficilement. Il n'avait jamais vu son maître dans cet état, ce qui lui certifia qu'il devait se taire pour son bien-être. Une sorte d'instinct de conservation.

L'immortel stoppa une seconde sa course. Le ciel était presque entièrement éclairé par l'aube désormais. Il n'appréciait que très peu le soleil, même s'il pouvait s'y trouver sans grands risques pour sa santé. La nuit avait toujours été sa compagne. Là, sous l'astre du jour et blessé comme il l'était, son métabolisme ne pouvait pas tout assumer. Il serra rudement les crocs et prit quelques secondes pour récupérer un peu de force. Puis il recommença à courir. Le sang roulait sur sa jambe depuis sa blessure. Ses vêtements étaient entièrement déchirés et sa combinaison en partie, ce qui lui donnait une allure de fou. Derrière lui, le chausseur de chimère éclata de nouveau de rire avant de tirer un autre carreau dans une fenêtre, la faisant éclater sous l'impact violent. S'il s'arrêtait, il était mort.




Anonymous
Invité
Invité
Re: Lorsque le jour sauve la nuit [Aurora] | Lun 06 Oct 2014, 14:34

Je poussai un long bâillement alors que pas très réveillé, j'arpentais les rues de la ville à la recherche d'une boulangerie. Il était encore tôt, trop tôt même, mais ma mère m'avait envoyé chercher des croissants et du pain, cette dernière l'ayant oubliée hier en faisant les courses. C'était bien son genre d'obliger les autre a rattraper ses erreurs, mais bon, il ne valait mieux rien lui dire, sinon la connaissant, j'aurais dû y aller avec un coup de pied au cul, alors quitte à y aller, autant le faire sans douleur au postérieur. J'entendis Ultvir pousser un petit rire et en même temps détourner le tête, ce dernier ayant voulu m'accompagner. Je n'eut pas de mal a comprendre qu'il avait du suivre mes pensées, ce qui devait le faire bien rire.

- Dit Ultvir, porte-moi, je suis pas encore réveillé.

- Je ne suis pas réveillé moi non plus, j'ai encore les pattes engourdit, on verra sur le chemin du retour.

Je poussai un petit soupir en regardant la panthère ténébreuse qui marchait à mes côtés. Il était un peu plus grand que la normal, ce qui lui permettait de me portait de temps en temps, bien qu'il ne pouvait pas le faire sur de grand trajet, ce n'était pas un cheval non plus après tout. Mais bon, c'était sans doute ce qui était pratique quand on avait un familier aussi imposant qu'une panthère. Je pouvais voir se dernier humer l'air autour de lui, à la recherche de l'odeur familière qu'avait le pain. Je comptais sur lui pour cela, il avait un odorat bien meilleur que la mienne. Le seul sens sur lequel je pouvais plus ou moins l'égaler étant l'ouïe, ce qui ne m'était pas vraiment utile dans cette situation. Je le vis enfin redresser la tête, signe qu'il avait trouvé quelque chose.

- Je sens une boulangerie par-là, dit-il en m'indiquant une ruelle qui n'avait pas l'air des plus fréquentables. « Mais je sens aussi une odeur de sang. »
- Venant de ce genre de ruelle ce n'est pas étonnant, mais une boulangerie dans ce genre de rue de m'inspire pas confiance.
- L'odeur est plus loin, cette ruelle est juste un raccourci je pense, on peut faire le tour, et je sang que je sens est frais.
- Bah on verra, ce n'est pas aujourd'hui que j'aurais peur d'une ruelle.

Ultvir hocha la tête et nous entrâmes dans la ruelle, j'avais passée des années comme assassin a arpentait ces rue a la recherche de mes cibles qui pensaient pouvoir s'y cacher, alors j'y étais presque à ma place, enfin, j'avais quitté ce milieu depuis quelques années, et je ne voulais pas y retourner. Enfin bon, ce n'est pas en passant dans une ruelle mal famé que j'allais redevenir un assassin. J'entendis un bruit de pas et de course. Il n'était pas compliquer de deviner que quelqu'un était en ce moment même chasser par une autre. A entendre les pas, ils se dirigeaient dans ma direction, et en effet je pu voir un homme tourner dans ma direction, rapidement suivit d'un autre. La deuxième personne était armée d'une arbalète, je ne pouvais pas rester sans rien faire. Si je n'étais pas passée dans cette ruelle, cela ne m'aurais rien fait d'apprendre la mort du premier homme, mais puisque j'étais-là, je ne pouvais pas laisser ce genre de chose.

L'homme tira un carreau d'arbalète et s'il ne changer pas d'axe, l'homme qui venait de me dépasser était mort. J'utilisai alors mes cheveux pour faire une sorte de bouclier entre le carreau et lui. La flemme s'engouffra dedans sans trop de difficulté, mais je resserrai mes cheveux autour pour la stopper net. Je la laissai alors tomber au sol, faisant clairement voir à l'assassin que son attaque avait échouée.

- Je peux savoir pourquoi tu chasses cet homme ?

J'avais pris mon attitude sérieuse que j'utilisais seulement en mission, ce qui pouvait faire bizarre quand on me connaissait.




Anonymous
Invité
Invité
Re: Lorsque le jour sauve la nuit [Aurora] | Dim 12 Oct 2014, 13:00

Son souffle se perdait de plus en plus alors que sa course se poursuivait. Comment, par tous les Dieux, avait-ils réussi à se mettre dans une situation aussi catastrophique ? Jamais il n'avait été à ce point dans une situation aussi dangereuse. Derrière lui, il entendait le félin souffler de plus en plus fort. Il était épuisé. Conscient qu'il ne pourrait plus tenir bien longtemps, l'immortel se stoppa une seconde afin de le prendre dans ses bras. Un carreau en profita pour se planter à l'arrière de sa cuisse. Dans un grondement sourd, il l'arracha et reprit sa fuite. Seigneur qu'il détestait ce mot ! Mais il n'avait pas le choix... Encore quelque chose qui l'agaçait au plus haut point. Il haïssait plus que tout ne pas avoir le contrôle. C'était quelque chose qui avait le don de l'énerver. Cependant, il n'avait présentement pas le temps de s'attarder sur ce qui pouvait s'apparenter à un petit détail. Sa survie était en jeu. Sentant le sang couler sur sa jambe, il en grogna de plus belle. La blessure allait sans doute rapidement cicatrisée lorsqu'il serait au repos, mais elle ne pouvait pas tant qu'il utilisait ses muscles à un niveau aussi intense. L'inconvénient d'avoir une bonne régénération, c'était qu'il devait se poser un petit peu pour qu'elle puisse s'activer.

L'immense vampire passa rapidement près d'une demoiselle sans la voir, trop concentré qu'il était sur sa course. Il ne pouvait pas se stopper. Il n'avait pas le droit. Contre son torse puissant, il pouvait sentir son affilier trembler comme une feuille. Il resserra légèrement son étreinte sur lui. Son coeur se serra douloureusement alors qu'il ressentait toute la peur du pauvre félin. Ce dernier miaula légèrement et lui donna un coup de patte. Mugen faillit en tomber en trébuchant sur une bouteille de vodka vide traînant sur le sol. Il s'arrêta et se tourna. Le chasseur fixait la demoiselle, une ingénue blonde à la voix forte et qui semblait lui avoir sauvé la vie. Le vampire voulut une seconde profiter de cette aubaine et s'enfuir, mais son côté gentleman et protecteur lui interdisait d'abandonner une jeune femme sous les crocs de ce taré. Il serra les dents et les écouta alors que son adversaire secouait la tête et répondait d'un ton glacial à sa sauveuse :

    - Et je peux savoir depuis quand les enfants se baladent ici seul ? Un conseil petite : ne te mets pas entre moi et ma proie.


L'immortel connaissait suffisamment son ennemi pour savoir qu'il pourrait ne faire qu'une bouchée de cette douce apparition. Le demi-vampire avait déjà tué des demi-dieux avec aisance. Il était sur cette terre depuis des siècles, il avait largement eu le temps de s'entraîner. À l'image de cette blonde ingénue se superposa une seconde celle de Valentine. Jay avait décidément la mauvaise habitude d'apparaître dès qu'il avait l'occasion de se trouver en bonne compagnie. Poussant un long soupire, Mugen posa son affilié sur le sol, près de son sac, et boitilla jusqu'à pouvoir poser sa main sur l'épaule de la petite créature. Il lança un regard cruel à son adversaire qui éclata de rire avant même qu'il ne puisse prendre la parole.

    - Allons allons Mugen, tu ne vas pas une nouvelle fois faire une victime collatérale dans ta fuite, si ?


Ce fut cette fois la colère qui s'infiltra dans les veines du vampire. Ses crocs grandir légèrement sous ses lèvres et son regard se fit plus animal qu'humain. Sa main se resserra d'ailleurs sur l'épaule de la demoiselle sans qu'il ne s'en rende compte. Il avait raison, il ne pouvait pas à chaque entraîner quelqu'un dans ses problèmes. Il avait été la victime de trop. Il n'avait pas le droit de blesser, voire de tuer, une nouvelle personne en fuyant ses responsabilités. Il se pencha alors sur l'oreille de l'ingénue et lui murmura de sa voix rauque et grondante :

    - Je vous remercie pour votre aide, gente demoiselle, mais je vous demanderais de ne pas rester ici. Il serait malheureux qu'il vous arrive quelque chose.


Puis il se redressa légèrement et lâcha la douce apparition dans l'espoir qu'elle l'écoute. Cependant, il n'avait jamais vraiment eu beaucoup d'autorité sur les femmes, donc cela ne l'étonnerait qu'à moitié qu'elle se rebelle, voire qu'elle le gifle - celui lui était déjà arrivé !




Anonymous
Invité
Invité
Re: Lorsque le jour sauve la nuit [Aurora] | Mer 05 Nov 2014, 16:51

Je sentis une pointe d'enervement me traverser quand l'homme que j'avais en face de moi me traita d'enfant. J'avais seize ans pas dix ! Bon c'est vrai que j'étais assez gamine sur les bords, on me le repeter assez souvant, et c'est bien pour cela que ça m'agacer. Je ne comprenais toujours pas trop la situation, mais j'avais déja décidé que cet homme m'enervais, ce qui n'était pas bon pour lui. Je n'allais pas le tuer juste pour ça, d'ailleurs je ne comptais pas le tuer, mais il allait morfler, je m'occuperais des détails comme qui est en tort plus tard, de toute façon, du moment que son carreau d'arbalète m'avait touché, même si c'était juste mes cheveux que j'avais volontairement imposé, j'étais en cas de légitime défense ... sans doute. Je sentis Ultvir gronder à mes côtés, signe qu'il était lui aussi prêt a attaquer si besoin, mais je lui envoyai par message télépathique je ne n'aurais sans doute pas besoin de lui cette fois. Je n'avais pas envie qu'il trempe ses griffes ou ses crocs dans du sang humain.

Je sentis alors une pression sur mon épaule, et en tournant la tête, je vis l'homme que je venais de protéger a mon niveau, toujours aussi blessé a mon niveau. Je le pensais écrouler sur le sol ... Peut-être était-il un peu plus résistant que je le pensais. L'homme que j'avais fait de mon ennemi parla, me faisant comprendre qu'il avait déja fait des victimes en poursuivant celui a mes côtés et qui visiblement s'appelait Mugen. Ce dernier sembla contrarié par ses paroles. Ne jamais se faire déstabiliser par des paroles en combat, c'était pourtant une des règles de base. Enfin bon. Je ne pus m'empêcher de rire quand je l'entendis me dire de me mettre à l'abri.

- Ne vous inquiétez pas pour moi, je suis loin d'être une petite fille fragile, bien au contraire, je suis plutôt du genre dangereuse quand je suis sérieuse, dis-je avec une voix enfantine qui contrastait complètement avec mes propos.

Mon corps était après une véritable arme de tuerie a lui tout seul, on pouvait dire sans grand problème que j'étais faite pour tuer, et je ne pourrais pas le contredire étant donner que j'ai subi, certes contre mon grès, des expériences pour en arriver à ce point. Je transformai les doigts de ma main en acier, en petite lame, et utilisant la vitesse accrue que j'avais de ma race, je passai outre sa garde pour le saisir à la gorge, mes doigts s'enfonçant un peu dans sa peau tandis que je le soulever un peu du sol, son sang coulant le long de mon bras. J'utilisai la maitrise de mes cheveux pour enrouler une grosse mèche autour de son bras et le compresser avec de le forcer a lâcher son arbalète.

- Tu vas faire un petit dodo maintenant d'accord ? Lui demandais-je sans attendre de réponse de sa part.

Je fis parcourir mon bras d'un courant électrique qui passa dans le corps de mon adversaire, l'assommant sur le coup. Je le relâchai, le faisant ainsi tomber au sol et me retournai en direction de la personne que je venais de sauver et de laisser en plan en lui faisant un petit sourire, Ultvir venant se coller contre moi alors que je faisais attention à ne pas mettre de sang sur son pelage blanc. Je n'avais bien entendu pas pris de mouchoir sur moi, ou quoi que ce soit pouvant me nettoyer.

- Vous voyez, il n'y avait pas a s'en faire, je ne l'ai pas tué, il est juste inconscient, si vous voulez le faire libre a vous mais moi je me suis promis de ne plus tuer sans en cas de nécessité absolut, ce qui n'était pas le cas. Au fait, vous aurez quelque chose pour essayer le sang ? Demandais-je en lui faisant voir mon bras maculer dont j'avais fait disparaître toute trace de transformation.




Anonymous
Invité
Invité
Re: Lorsque le jour sauve la nuit [Aurora] | Jeu 27 Nov 2014, 07:55

Dire que le vampire fut étonné ne suffit sans doute pas pour décrire son émotion du moment. Cette jeune femme savait y faire, c'était certain. Il avait déjà croisé des créatures aussi puissantes que lui, d'autres bien plus - le désavantage d'être un sang-mêlé c'était qu'il voyait ses pouvoirs considérablement réduits par rapport à une race pure - mais il ne s'était pas attendu à ce que la demoiselle prenne les choses en main de cette manière. Et c'était le cas de le dire. Une seconde, Mugen se sentit soulagé de ne pas être son ennemi, même si une frappe électrique de cette ampleur ne l'aurait pas envoyé dans les roses. Lui. Un léger sourire ourla ses lèvres à ce constat. Non il n'était point vaniteux, cependant il trouvait la situation plutôt amusante et un brin sarcastique pour Jay. Le pauvre. Il aurait presque eu pitié de lui. Presque hein, fallait pas pousser le vampire dans les gousses d'ail non plus.

Poussant un léger soupire devant l'assurance de la demoiselle, le vampire leva les yeux au ciel. Mignonne, mais elle manquait un poil d'expérience. Souriant légèrement, il se pencha sur elle et posa sa main sur son épaule. Il prit la parole d'une voix douce et sereine, bien que légèrement amusée.

    - Merci pour votre aide, jeune demoiselle. Sans vous, j'étais dans les choux. Cependant... Je ne crierais pas victoire trop vite. Jay est assez résistant et il va se réveiller dans peu de temps.


L'odeur du sang lui retourna l'estomac. Mugen en supportait pas de sentir le sang de personnes qu'il détestait, c'était dans sa nature. Il souleva doucement l'ingénue comme s'il s'agissait un petit paquet de plumes et sauta agilement sur un toit, Merlin sur les talons. L'énorme chat feula sous l'effort mais se retint de faire le moindre commentaire. Sans doute la panthère près de lui avait-elle quelques vertus pour le faire taire. Sachant cela, Mugen aurait peut-être dû se pencher sur la question avant ! Il s'éloigna le plus possible dans ces ruelles qu'il finissait par connaître par coeur. Il s'arrangea pour emprunter les plus sales afin de brouiller leur odeur et s'assurer que son ennemi ne les suivrait pas. Une fois qu'il fut certain d'être à l'abri, il déposa la jeune femme sur un toit crasseux et lui ébouriffa gentiment les cheveux. Il aimait jouer les protecteurs avec les gens de petites tailles, qui lui paraissaient toujours faibles. Enfin pour cette nuit, c'était plutôt elle la protectrice. Et puis tout le monde avait l'air petit à côté de lui.

Il s'éloigna légèrement et s'assit sur le bord du toit, les jambes pendant dans le vide. Il regarda une seconde le ciel. Son ventre se mit à grogner. C'était malin, cet abruti lui avait donné une faim de loup... Le vampire poussa un léger soupire et regarda de nouveau la jeune demoiselle blonde. Sous la lueur de la lune, sa chevelure semblait lui faire comme une grande auréole. Elle ressemblait à un ange. Avec le bras en sang, certes, mais un ange tout de même. Amusé de cette idée, il reprit la parole, toujours de sa voix rauque et sereine.

    - Que faites-vous seule à cette heure dans cet endroit ? Bien que je ne doute pas de vos capacités, il est tout de même établi que ces ruelles ne sont pas l'endroit le plus sûr ni le plus amusant pour y traîner. Déjà de jour ce n'est pas terrible alors de nuit, c'est encore pire.


Il lui montra la petite place à ses côtés. Si elle souhaitait, elle pouvait s'asseoir et discuter un petit peu avec elle. Le loup solitaire qu'il était appréciait toujours d'avoir une compagnie aussi agréable. Et il n'allait pas lui sauter dessus pour la dévorer. Ce n'était pas dans ses habitudes de le faire sans demander la permission. Tout de même, il était certes un vampire, mais gentleman avant tout ! Merlin leva les yeux au ciel et s'allongea sur le rebord du toit, la queue pendant dans le vide. Il fixa la ruelle une seconde avant de s'endormir. Ce chat pourrait passer sa vie à comater s'il en avait l'occasion, Mugen en était certain. Secouant la tête, il lui accorda une douce caresse avant de reporter son attention sur l'ingénue face à lui.




Anonymous
Invité
Invité
Re: Lorsque le jour sauve la nuit [Aurora] | Jeu 04 Déc 2014, 14:59

Je tournai la tête en direction du jeune homme quand ce dernier posa sa main sur mon épaule, lui faisant un petit sourire. On pouvait dire que j'avais fait ma bonne action du jour, enfin ce n'était sans doute pas cela qui allait racheter une enfance passer à tuer, je ne sais combien de personnes. Je devais sans doute être parmi les personnes ayant le plus tuer de ses dernières décennies, et pour cause, je réduisais parfois à néant des clans entiers de personne dont l'organisation voulait se débarrasser, obéissant aux ordres comme le bon pantin que j'étais à l'époque. Enfin bon. Je manquai de rire en l'entendant dire que je ne devais pas crier victoire trop vite. Je savais très bien que ce Jay allait se réveiller, après tout, je l'avais laissé en vie, mais avant que je ne puisse répondre, le jeune homme sembla décider que je n'étais pas capable de courir seule.

Je me retrouvai dans ses bras sans avoir le temps de vraiment comprendre pourquoi, et l'homme se mit soudainement à courir. Jetant un regard par dessus son épaule, je soupirai en remarquant que la boulangerie que je pouvais voir s'éloignait de moi, j'allais être en retard, et a tous les coups, j'allais me faire engueuler par ma mère. Utlvir nous suivait, gardant ses yeux fixés sur l'homme sans doute pour vérifier ce que dernier ne me faisait rien de pervers, mais si c'était le cas, il se serait déjà pris un poing composé de cheveux dans la tête.

Il me posa alors sur un toit, avant d'aller s'asseoir sur le rebord. N'ayant rien de mieux à faire pour le moment, et surtout étant dans tous les cas en retard, je partis m'asseoir à côté de lui, écoutant la question qu'il avait à me poser. Je manquai presque de rire et me je m'était retenu de justesse de lui dire que la nuit avait était mon terrain de jeu, enfin, mon lieu de travail pendant des années, mais je doute qu'il comprenne vraiment comme ça, ou pire, il risquerait de se meprendre et que me prendre pour une prostituée, alors autant me taire sur ce sujet, cela vallait mieux.

- Je n'ai pas peur de la nuit, et puis, on est plus le matin que la nuit, dis-je en rigolant. « Et pour ta question, j'étais simplement partie chercher du pain sur la demande de ma mère, j'étais presque arrivé quand tu es arrivé avec l'autre méchant. Ah, et pour précision, s'il se réveille c'est simplement car je le veux bien, j'aurais pu le tuer très facilement, ou le tuer a n'importe quel instant. Il y avait presque aucune chance que quelqu'un comme lui puisse me tuer. Du moins, pas en étant simplement armée d'une arbalète. Il me faisait presque penser à un simple humain, ou peut-être un vampire. D'ailleurs tu es quoi toi ? »

Pour lui prouvait que j'étais loin d'être à fond contre ce Jay, je fis bouger mes cheveux, ses derniers formant des mèches autour de ma tête, avant de transformer chaque mèche en sorte de gros poignard. Je les fis bouger selon ma volonté, donnant de petit coup dans le vide devant moi avant de les réunir en un point. Au centre ce de point, je fis apparaître une étincelle électrique qui gonfla jusqu'à devenir une grosse boule. Je relâchai alors l'énergie accumulée, et un éclair parti en flèche vers le ciel avant d'être attiré par un paratonnerre un peu plus loin. J'étais encore loin d'être à mon maximum, mais le but n'était pas de griller le jeune homme sur place.

- Et toi, c'est quoi tes pouvoirs ?

Je sentis quelque chose se poser sur mes jambes, et en les regardant, je vis qu'Ultvir avant poser sa tête dessus pour se reposer. Je commençai doucement à lui caresser la tête, j'espérai qu'il n'allait pas s'endormir, après tout, je ne comptais pas passer la mâtiner assise sur ce toit.




Anonymous
Invité
Invité
Re: Lorsque le jour sauve la nuit [Aurora] | Jeu 18 Déc 2014, 09:53

Elle était amusante. Le vampire sourit doucement en écoutant sa compagne du moment. Elle ne savait pas face à quel danger elle avait fait face. Jay n'était pas qu'un demi-vampire. Il avait des siècles d'existence, et il avait capturé de nombreuses chimères. Notamment des enfants de divinités, qui avaient succombé sous de graves blessures ou des tortures toutes plus horribles les unes que les autres. Il soupira doucement en regardant ses longs cheveux blonds former des poignards avec lesquels elle commença à s'amuser. Elle était forte, elle avait du caractère, cependant elle avait encore beaucoup de chose à apprendre. Même lui, à plus de 50 ans, était encore un novice concernant la vie, les épreuves et la mort. Dire qu'il aurait l'éternité pour y songer... C'était un peu déprimant comme pensée. Souvent, son père lui manquait. Ses conseils, son affection et leur complicité. Tout cela lui avait apporté un indéniable soutient pendant toute son enfance et son adolescence. Alors sans lui, il se sentait des fois perdu...

Reportant son attention sur la demoiselle près de lui, il ricana légèrement. Elle avait une de ces manières de parler.. Mais il n'allait pas s'en offusquer. Il sourit d'un air paternel et lui répondit d'une voix amusée, dévoilant légèrement ses crocs :

    - Un vampire. Et sans douter de vos compétences, vous n'auriez pas pu le tuer. Je vous assure.


Il regarda de nouveau devant lui. Il n'avait volontairement pas répondu à sa seconde question. Ses pouvoirs..? Elle venait de lui poser une de ces colles... Bien entendu il connaissait ses points forts et ses faiblesses. Mais ses pouvoirs.. À part attirer des ennuis à ses proches, il ne semblait pas en avoir. Alors qu'il allait tout de même essayer de lui apporter un élément de réponse, Merlin prit la parole d'une vois fatiguée, s'allongeant de tout son long sur le rebord du toit, une patte dans le vide :

    - C'est un gros lynx, Mugen. Il voit bien, et en plus il se soigne rapidement. Et il mange beaucoup également !


Le vampire grogna légèrement. Il porta son regard sur le familier de la jeune blonde. Cela lui collait plutôt bien... Il entendit son ventre gargouiller légèrement et grogna de nouveau. Il avait une faim de loup... Heureusement, ses blessures commençaient déjà à se soigner. Mais elles se régénéreraient plus rapidement s'il seulement il avait l'estomac plein. Il allait bientôt devoir partir en chasse afin de manger un petit peu. Il n'était pas de ces vampires qui tuaient leurs victimes. Lui ne leur prenait que le sang qui était nécessaire à étancher sa faim. Et encore, il pouvait se nourrir de nourriture humaine, avec une large préférence pour la viande rouge et saignante. Tentant d'oublier son appétit du moment, le vampire regarda de nouveau sa compagne de ce début de journée, alors que le soleil se levait lentement sur l'Île.

    - Et vous, qu'êtes-vous, miss ? Une déesse ? Une fée ? Une chimère ? Vos pouvoirs sont bien étranges je trouve... Seriez-vous la fille du soleil, avec vos cheveux d'or ?


Il lui sourit de nouveau doucement, souhaitant continuer cette petite discussion qui lui permettait de ne pas songer à son estomac vide pour le moment.




Anonymous
Invité
Invité
Re: Lorsque le jour sauve la nuit [Aurora] | Mar 13 Jan 2015, 12:35

J'haussai les épaules alors qu'il me confirma que le jeune homme qui l'avait attaqué était bel et bien un vampire. Je n'avais pas plus peur d'eux que de n'importe qui d'autre, les seules a qui je n'oserais jamais m'attaquer, c'était les dieux ... Et peut-être les dragons si je suis seule. Mais bon, je n'allais pas le forcer à me croire s'il n'en avait pas envie, après tout, il ne connaissait pas mon passé de tueuse, tout comme je ne connaissais pas le sien. Qui plus est, il était possible qu'il est du mal a comprendre à quel point mon pouvoir pouvait être dangereux. Quand la moindre partie de mon corps pouvait se transformer en lame, il était presque impossible de me tenir contre ma volonté sans avoir la main transpercé ou couper. Car si on pouvait bloquer mes membres, qui n'étaient pas des plus agiles, s'en était différant pour mes cheveux. Et ça ne servait a rien de les couper je pouvais les faire repousser.

Je tournai la tête en direction de son affilié qui répondit a ma question sur les pouvoirs de son maître. Ce dernier était un chat, et donc de la famille des félins, comme mon Ultvir, pourtant, la taille et la puissance qui séparait les deux animaux étaient quand même assez conséquente. Je suis presque sûr qu'Ultvir pourrait l'avaler d'un coup s'il en avait envie, mais comme il n'avait pas de raison de le faire, il ne le ferait pas, il était bien trop paresseux pour ça.

- Vous être un peu comme un hybride en gros, vous en avez peut-être dans votre sang ?


Je n'avais pas encore rencontré d'hybride, enfin de sang pur, mais je n'avais pas vu la présence d'appendice propre à cette race, comme une queue ou encore des oreilles d'animaux. Peut-être que les sangs mêlés n'en avaient pas après tout. Ou alors, il faisait trop noir pour que je puisse les voir, c'était aussi une possibilité a tenir en compte. Enfin bref, avec tout ça, je commençais a avoir faim, et je n'avais toujours pas pus aller chercher mon pain, je ne savais même pas où était la boulangerie la plus proche maintenant. Enfin bon, j'avais sauvé quelqu'un, je n'allais pas non plus me plaindre.

- Je suis la fille de Zeus et je suis aussi une fée, ma mère en étant une, c'est pour ça que je maitrise la foudre. Après mes autres pouvoirs vienne d'ailleurs. Je suis aussi plus rapide et agile que la normale.


Je ne rentrai pas dans le détail de mes autres pouvoir, pas envie de dire qu'on avait des expériences avec mon corps et que des milliards de machines parcouraient mon corps en long et en large. Bien que, cela ne me dérangeait plus autant qu'au début, on s'y habituer à ses petites bêtes, ce n'est pas comme si elles mordaient, enfin, elles ne m'avaient jamais mordu, et de toute façon, elles étaient invisible a l'œil nue, étant de taille nanoscopique.

- Au fait, pourquoi il vous poursuivait comme ça l'autre fou ? Vous lui avez fait quelque chose ?

J'avais envie de savoir après tout. Mon estomac se mit alors a grogner, me rappelant que je n'avais toujours pas pris mon petit-déjeuner. Oui bon, il attendra encore un moment, je devais encore acheter le pain et rentrer à la maison, me faire engueuler par maman et seulement après manger. Il y avait encore un bon nombre de choses à faire. Heureusement que je n'avais pas cours aujourd'hui.




Anonymous
Invité
Invité
Re: Lorsque le jour sauve la nuit [Aurora] | Lun 26 Jan 2015, 22:08

Une fille de Zeus... S'il s'y était attendu ! Le vampire devait avouer qu'il ne l'avait pas vu venir, celle-là ! Il était plus qu'étonnée et également terriblement flatté de rencontrer une jeune femme ayant du sang divin. Il n'avait jamais été de ces hommes qui priaient ou même qui avait une quelconque attache avec une religion, mais les divinités méritaient tout de même le respect pour ce qu'elles avaient pu faire par le passé. Bien entendu de nos jours, on ne pouvait pas dire qu'elles faisaient encore beaucoup de chose pour la plupart d'entre elles. Certaines, comme Hadès ou Héphaïstos, avaient encore beaucoup de travail, mais certaines avaient également perdues un peu de leur utilité et profitaient désormais du temps qui leur était offert afin de prendre du bon temps et de ne pas toujours être fouettés jusqu'au sang par les humains qui leur demandaient mille et une choses.

Se tournant de nouveau vers la jeune demoiselle il fixa une seconde sa gorge si alléchante avant de secouer légèrement la tête et lui sourire. Malgré sa faim, il ne devait absolument pas se laisser aller à la dévorer elle. De toute manière, elle ne se laisserait sans doute pas faire, donc ce n'était pas la peine de combattre pendant des heures, surtout qu'au final il allait se faire blesser. Souriant doucement dans la pénombre qui ne le dérangeait pas beaucoup pour sa part, il prit la parole de sa voix sereine, oubliant la traîtrise du gros chat sur ses genoux :

    - Je suis honorée de rencontrer une fille du roi des dieux. Quant à cette malheureuse course poursuite à laquelle vous avez si brillamment mis un terme, il voulait tout simplement me capturer. Jay est un chasseur de chimère. Il est capture et les vend, mortes ou vives cela n'a aucun importance pour lui. Mais vives, elles rapportent bien.


C'était triste et méchant, mais c'était la réalité de la chose. Des gens comme Jay, il y en avaient sans doute plein dans le monde entier. Et combien de chimères s'étaient faites prendre dans leurs pièges ? Le vampire ne voulait pas y penser... Il poussa un léger soupire avant d'entendre le ventre de la jeune femme gronder famine. Pour la remercier, sans doute pouvait-il lui offrir un petit quelque chose à manger. Au moins comme cela, une personne sur deux aurait le ventre rempli ! Se levant en réveillant en passage le félin noir qui grogna de mécontentement, l'immortel sauta lestement au bas de l'immeuble sur lequel ils avaient élu domicile pour discuter un petit peu. Son côté gentleman ne pouvait décemment pas laisser une jeune demoiselle le ventre vide, surtout lorsqu'elle était sa sauveuse de la soirée. Sans elle, il aurait été dans un beau pétrin, c'était certain ! Souriant de nouveau de son air calme, bien que légèrement amusé, il tendit la main vers la jeune femme.

    - Dites-moi, chère fille de Zeus, souhaitez-vous aller manger un petit quelque chose ? Je me porte garant de la bonne santé de votre estomac que j'entends gronder d'ici. Je vous invite dans le lieu de votre choix, pour vous remercier de votre aide.


Eh oui, gentleman jusqu'au bout de ses griffes de lynx. Cela serait sans doute sa perte un jour, mais pour le moment il avait juste envie de faire plaisir à sa sauveuse. Et puis ce n'était pas courant, que le jour sauve la nuit.




Anonymous
Invité
Invité
Re: Lorsque le jour sauve la nuit [Aurora] | Mer 04 Fév 2015, 12:02

Visiblement, il semblait surpris de ma filiation divine. Rencontrer des demi-dieux n'était peut-être pas aussi courant que ce que je pensais. Pourtant, on devait être un certain nombre sur cette île, après tout, il y avait déjà pas mal de dieux dans la mythologie grecque. Maintenant, c'est vrai qu'il y avait énormément de monde sur le sanctuaire, alors peut-être ne représentons-nous qu'une minorité parmis les habitants. Mais au final, tout cela me passait au dessus de la tête, je n'en avais rien à faire du nombre de demi-dieux par rapport au reste, en fait, je n'y pensais même pas. C'était juste que j'avais été surprise de sa surprise.

Oh, je vois
, dis-je pas du tout surprise par sa situation.

En même temps, même si je n'allais pas le lui dire, j'avais aussi été dans une situation similaire quand j'étais encore plongé dans le monde des ombres. J'avais tué beaucoup de personnes de différend gang ou organisation, qu'elle soit officielle comme la police ou non, sous la contrainte bien sur, mais cela ne changeait pas les faits. De ce fait j'attirais beaucoup de haine, et ma tête avait été mise a prix, un beau prix d'ailleurs. De ce fait, je savais très bien ce que cela faisait que d'être chassé, bien que quand je n'étais pas en mission, je restais enfermé dans une des bases de l'organisation a m'entraîner, et quand j'étais en mission, si je tombais sur un chasseur, ce n'était qu'une simple gêne que je devais écarter en le tuant. Je n'avais presque jamais fui devant l'un d'entre eux. La seule fois était peut-être quand j'essayais de quitter le lieu d'un de mes meurtres et qu'ils m'étaient tombés dessus en groupe. Ne devant pas perdre de temps j'avais alors fui.

Je fus surpris quand il se leva pour me tendre la main, visiblement, il avait entendu mon ventre gronder, et qui me fit rougir sous la honte, mais bon. Puisqu'il m'offrait quelque chose a manger, je n'allais pas dire non, en retard pour en retard, j'allais dans tous les cas me faire engueuler. Ultvir se releva lui aussi, libérant mes jambes, ainsi je pus prendre sa main pour me relever à mon tour. Une fois debout, je me dégourdis mes jambes en sautant un peu et étirai mes bras. Il me laissait me choix de l'endroit, seulement, je ne savais même pas où on était, après tout, c'était lui qui m'avait transporté sans que je n'ai le temps de dire quoi que ce soit. De ce fait, je ne savais pas du tout ce qu'il y avait à proximité. Je n'étais pas là depuis assez longtemps pour connaître toute l'île, je connaissais les alentours de ma maison et de mon école mais pour le reste ...

- Un endroit près d'une boulangerie serait bien, je dois prendre du pain pour ma mère après.


Maintenant, je le laissais ce débrouiller, avec un peu de chance, il connaissait mieux les environs que moi. En regardant les étoiles encore visible dans le ciel, je savais que ma maison se trouvait au nord, et donc que nous étions au sud de cette dernière mais pour le reste ...




Contenu sponsorisé
Re: Lorsque le jour sauve la nuit [Aurora] |

 
Lorsque le jour sauve la nuit [Aurora]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Casino de jour comme de nuit
» Epeire diadème sur sa toile
» Meules neuves : le jour et la nuit !
» [FINIE] Le Jour et la Nuit
» QUAND LA NUIT SERA COUVERTE DE JOUR, JE SORTIRAIS DE L''HOPITAL de Gaëlle de Malglaive

Sanctuary of Heart :: RPs abandonnés-
Sauter vers: