Partagez
 

 tous des imbéciles; PV Eratolia.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant




Anonymous
Invité
Invité
tous des imbéciles; PV Eratolia. | Mar 18 Mar 2014, 21:28

tous des idiots
(pv eratolia)



La silhouette fine et chétive d'une adolescente blonde se glissa contre les murs dans la clarté de la lune. Si l'on faisait attention, on pouvait apercevoir une masse volumineuse de cheveux blonds s'entremêlant les uns aux autres. Des bruits de pieds nus tapant contre le sol frénétiquement, un rouge-gorge piaillait assez rapidement en voletant aux côtés de la silhouette, comme s'il la guidait dans les méandres de ces ruelles sombres et sinueuses que l'on ne pouvait traverser sans appréhension. Les deux silhouettes aussi discrètes et silencieuses l'une que l'autre se fondaient dans la nuit parfaitement, elles devaient sûrement chercher quelque chose -ou quelqu'un. Quand un mur se dessina devant ces deux silhouettes, la jeune adolescente aux cheveux blonds serra les dents. Un soupir s'échappa des lèvres de la déesse de la lune. Sa longue chevelure d'or voleta quelques instants au vent avant qu'elle n'arracha machinalement une feuille à une des branches d'un petit arbre en pot à l'entrée d'un bar. Bon sang, ce loup avait eut une idée folle de s'aventurer dans cette partie de la ville! Laissez-moi vous raconter toute l'histoire.

Il y avait de cela environ une demie-heure, Artémis -car c'était bien elle cette silhouette d'adolescente farouche qui déambulait rapidement dans la rue- avait été interrompue dans sa partie de chasse par un rouge-gorge. Ce dernier avait piaillé dans ses oreilles tellement fort que la déesse n'avait rien compris et avait été contrainte de lui crier dessus pour qu'il se calme et lui explique tout ce qu'il avait à lui dire sereinement: c'est donc ce qu'il fit avec beaucoup de mal. Selon lui, un loup avait décidé de s'avancer dans la rue pour tenter de dégoter quelque chose à manger car ce dernier ne trouvait plus aucune proie ces derniers, et Artémis ne put que soupirer à cette tentative stupide: si des humains le trouvaient ils le tueraient, car un loup sauvage tout frais sortit de la forêt n'avait rien d'un affilié! Elle avait alors suivit ce rouge-gorge (en fait elle n'avait pas le choix) jusqu'à la ville, bien que le fait de rentrer sur le domaine de son frère les dérangeait un petit peu: elle était légèrement asociale et se retrouver en ville ne lui plaisait guère.

Des cris la ramenèrent à la réalité, usant de son pouvoir de téléportation elle passa derrière le mur d'où provenaient les cris et se retrouva juste devant le loup qui grognait face à des ivrognes, sûrement des hommes ayant un peu trop bu pour se lamenter sans remords sur leur pauvre vie minable. Prit entre quatre hommes qui le menaçaient avec leurs bouteilles encore à moitié pleine: elle ne put que grimacer à la vue de tout cet alcool, mais reprit bien vite son masque froid qui ne la quittait qu'à de rares occasions. Les hommes se mirent aussitôt à dire; « Eeeeh gamine, bouge de là on doit s'occuper de ce chien! » Soupir silencieux. Elle répliqua froidement; « Vous ne vous occuperez de rien du tout. Je l'emmène. » Sa voix autoritaire claqua dans le noir, elle plissa les yeux pour tenter d'apercevoir leur visage mais elle finit par abandonner. Les hommes s'approchèrent un peu plus, et elle se retint de faire exploser toute sa rage sur eux. Ah, ces hommes, en des centaines d'années certains étaient restés aussi mal élevés et idiots que leurs ancêtres, voilà qui était fort affligeant pour la race humaine et ce que pensait l'insoumise déesse d'eux. Quand un des quatre hommes lui attrapa le bras, elle lui fit une clé de bras. Sans aucun état d'âme, elle l'écouta geindre comme un enfant avant de le relâcher sèchement tandis que résonnait la voix du loup dans sa tête. *Déesse, je suis désolé de vous causer du soucis comme cela, mais la faim a été plus forte que moi.* *Ne t'excuse pas, ce n'est pas un problème. Je m'occupe de ces idiots.* Un sourire invisible s'étira sur les lèvres de la déesse, et quand un des hommes lui lança une bouteille qu'elle esquiva avec aisance, le loup se jeta sur l'humain sans qu'elle n'eut rien demandé.

On disait d'Artémis que haïssait les hommes, les méprisait et était impassible quand il s'agissait de les punir pour leur manque d'intelligence quand ils osaient s'attaquer à elle et c'était vrai: elle écouta l'homme hurler de douleur tandis que le loup lui mordait le bras sa sourciller. La tête haute, le regard froid elle observait cet humain qui avait tenté de lui faire du mal -avec une bouteille en verre, tout de même, cet homme pensait-il vraiment tuer la déesse de la chasse de la lune et j'en passe avec une simple bouteille de verre? se prenait-il pour Dionysos?- se tordre de douleur sous les crocs du loup. Un sourire satisfait mais imperceptible s'étira sur ses lèvres, et elle siffla d'un coup sec pour ordonner au loup d'arrêter. Ce dernier lui obéit -il n'avait de toute façon pas le choix- et se rangea aux côtés de sa déesse. Le rouge-gorge quant à lui avait disparu de la circulation. Les trois autres hommes observaient leur ami geindre de douleur en tenant son bras ensanglanté, puis Artémis d'un claquement de doigt referma ses plaies.
Comme il faisait nuit, l'énergie de la lune fut beaucoup plus efficace pour soigner plus rapidement cet imbécile, et c'est très satisfaite de son apparition depuis plusieurs années en ville qu'elle tourna sur elle même pour jeter un regard au loup qui la fixa avant de baisser les yeux et de se mettre sur le dos.
Position de soumission, comme s'il avait d'autre choix hormis de se soumettre face à sa déesse, honnêtement.

Le silence était revenu dans la rue, aussi Artémis se dit qu'elle allait sûrement ne pas tarder à partir. Après tout, elle avait donné une bonne leçon à ces ivrognes -ils y réfléchiraient à deux fois avant d s'attaquer à une femme à l'apparence chétive et frêle ivrogne ou pas- et elle avait retrouvé ce fameux loup, sa 'mission' était donc terminée! Mais alors qu'elle allait partir, un mouvement dans l'ombre attira son attention..

[HRP; désolée pour l'attente ♥
& oui, le gif et H-S mais il m'a fait craquer owo /meurt/]

(c) brumy , don't touch please. ♥




Anonymous
Invité
Invité
Re: tous des imbéciles; PV Eratolia. | Ven 21 Mar 2014, 12:13

La pluie argentée s'écoula tendrement au coeur de ce voile obscure, balayant les ombres pour danser amicalement avec ces dernières, se mariant ainsi dans un tableau de la nature. Rien n'était comparable à la symphonie du nocturne. Elle apportait son lot de charmes et voluptés dans mon âme ténébreuse... et revigorait mes sens. Ainsi, je me sentais pleine, complète et revitalisée par ces caresses fraîches sur ma peau soyeuse. J'étais un peu comme les vampires dans ce sens là, la journée m'épuisait et je préférais sortir le soir ou au crépuscule. Je détestais profondément l'agression des rayons solaires sur ma pupille ou encore ma peau parfaitement blanche. Les rayons blafards de la Lune étaient plus doux et ne dissimulaient pas d'innombrables mensonges à travers une lueur trop éblouissante masquant la réalité derrière des louanges infectes. L'atmosphère nocturne était charmante... calme, un repos éternel remué d'une agitation lui étant propre, une mélodie séduisante à qui pouvait l'entendre.

Soit, dans ce décors merveilleux et récurrent, j'admirai le bal nocturne du haut d'une terrasse d'une de ces tavernes de la ville, non loin des ruelles sombres si bien fréquentées par les malfrats, ivrognes et les catins vendant leurs rêves. J'exhalai cette délicate fumée m'enveloppant dans un sentiment de légèreté, profitant de chaque instant pour laisser cette émotion s'installer avant de recommencer l'expérience. Par occasion, je laissai ce liquide chaud parcourir ma gorge en l'imbibant de son parfum alcoolisé, après tout, il fallait bien se détendre un peu avant de partir en expédition... encore. Je ne savais guère où on avait encore prévu de me traîner mais la dernière fois... Les tombeaux égyptiens étaient bien beaux, mais il y faisait un peu trop chaud en journée pour une adoratrice de la nuit comme moi. Je crus fondre sur place, je compris aisément ce que pouvais ressentir un pitoyable carré de glaçon dans mon whisky. Sous cette pensée je repris une gorgée de ce dernier avant de constater un élément perturbant.

Depuis la terrasse j'avais une vue incroyable... sur la ruelle juste en dessous et les éventuels décolettés de catins. Enfin, soit, j'aperçus une merveilleuse scène entre quatre alcooliques complètement ivres -dont je reconnus quelques visages- et un loup errant, aculé contre le cul-de-sac non loin de la taverne. Ce n'était pas pour rien qu'elle s'appelait "le Cul-de-sac". Mon regard amusé se porta attentivement sur ce petit spectacle car une gamine en bas âge s'était interposée. Insouciante, idéaliste et totalement candide comme toutes les gamines de son âge sans le moindre doute. J'inspirai une bouchée d'air de ma cigarette en admirant tout ceci. Je me demandai la raison de la présence d'un loup mais cette intérogation soulevée se dissipa vite de mon esprit : Ce n'était pas mon problème mais celui du lupin. S'il avait des tendances suicidaires ce n'était que le cadet de mes soucis. Je pouvais même l'aider -s'il le désirait- à abréger ses souffrances existencielles ! Avec grand plaisir, une fourrure si douce n'était guère perdue d'avance !

Contre mes attentes, la gamine fit preuves de prouesses martiales inattendues, maîtrisant un de ces ivrognes sans la moindre difficulté. Moi qui m'attendait à être spectatrice d'une belle agression, j'étais aussi déçue qu'admirative. Le loup lui même intervint, d'habitude ces créatures étaient du genre craintives, il devait être désespéré. Mais le parfum du sang s'écoulant raviva des souvenirs plaisants en moi, des scènes aussi épiques que dramatiques. Cependant mon plaisir fut gâchée, l'action se dissipa aussitôt commencée. Une aura curative enveloppa la victime et soigna sa blessure, aucun doute c'était l'oeuvre de la gamine. Ces hommes étaient trop bourrés pour utiliser la magie. Un soupir de lassitude s'échappa d'entre mes lèvres. Elle était d'une stupidité sans nom que l'on nomme bonté. Je ne compris jamais l'intérêt d'une telle chose, à part à être le dindon de la farce et se faire poignarder par derrière comme un faible trop confiant. Un second soupir siffla dans l'air.

Je terminai cul-sec mon verre avant de sauter de la rembarde pour rejoindre cette ruelle. Je pris par le col l'un des hommes dont je reconnus le visage ivre et incompréhensif. Mon regard était glacial, un océan sombre calme et inquiétant. J'écrasai ma cigarette sur son front avant de le lâcher comme un vulgaire torchon.

-Tu m'dois cent drachmes depuis un mois j'te rappelle, si tu veux pas que j'termine le boulot de la gamine, lançai-je d'un ton sinistre qui trancha le silence nocturne. Enfin, soit j'te laisse un délai d'une semaine, ajoutai-je dans un élan de générosité.

Je me détournai de ces individus misérables pour croiser cette gamine aux cheveux d'or transportant le loup sur ses épaules. Une question me frôla l'esprit... Elle arrivait à supporter ce tas de muscles et de graisses sur ses épaules ? J'étais curieuse de savoir combien de mètres elle allait faire dans cet état avant de s'écrouler par terre. En soit l'idée me fit sourire intérieurement face à cette image burlesque se dessinant dans mon esprit.

-Eh bien tu as du potentiel pour une gamine dis-moi ! Même un peu trop, cela cacherait pas quelque chose... par pur hasard, abordai-je par rapport à l'aura qu'elle dégageait. La dernière fois que je sentis une aura similaire... c'était dans ce temple perdu où j'avais trouvé quelque chose d'inavouable aux Dieux et Déesses, ces imposteurs.

Je m'adossai contre le mur pour prendre une position plus confortable. Mon corps se marait en partie à l'ombre du mur, épousant parfaitement la noirceur de ma tunique mettant en valeur mes courbures féminines. Ma chevelure noire était toujours balayée et libre dans l'air, une anarchie d'ébène dansant au rythme de la nature. Mes jambes frêles et nues sous ma tunique me donnaient un air plus séduisante et me permettèrent de ressentir la fraîcheur de la nuit. De nombreux bijoux ornaient mon apparence, collier en perles, bracelet relié à un anneau par une chaîne. Bien entendu, mon papillon tribal tatoué était visible sur mon épaule.

-Par contre, repris-je, je me permets une petite remarque sur ce que tu as fait. Soigner son adversaire, excuse-moi, mais c'est l'idée la plus stupide en ce bas-monde. Je veux bien admettre que tu sois (excessivement) trop gentille, mais à jouer à ce jeu là, tu vas être la victime la plus savoureuse des individus les plus cruels. Qui plus est... si tu voulais les punir pour leurs gestes... tu perds toute crédibilité à ce sujet. C'est comme si tu châtiais un chien pour une bêtise tout en lui donnant un carré de sucre juste après. Soit sûre qu'il va recommencer aussitôt en ayant rien retenu de la leçon.




Anonymous
Invité
Invité
Re: tous des imbéciles; PV Eratolia. | Jeu 27 Mar 2014, 22:00

tous des idiots
(pv eratolia)


La déesse observait l'ombre en silence qui approchait. Le canidé à ses côtés s'était mit à grogner et à avancer lentement avant de s'arrêter en entendant le claquement de langue sec d'Artémis, qui s'était légèrement détendue en voyait une jeune femme (belle, il fallait le dire) sortir de l'ombre. La déesse à la masse capillaire aussi blonde que le soleil fut étonnée de croiser une femme comme elle dans une ruelle comme celle-là mais ne dit rien. Elle n'avait certainement rien raté du spectacle qui venait de se dérouler, la blonde s'en doutait fortement. Ladite femme prit l'un des hommes à terre par le col, ce qui suscita l'attention de la déesse qui ne le montra néanmoins pas, se contentant d'observer en silence, comme à son habitude. « Tu m'dois cent drachmes depuis un mois j'te rappelle, si tu veux pas que j'termine le boulot de la gamine, enfin, soit j'te laisse un délai d'une semaine. » Grimace: encore et toujours des problèmes d'argent. Ces mortels ne pouvaient donc pas s'intéresser à autre chose comme.. la sauvegarde de la faune et de l flore par exemple? Mais non, bien sûr que non c'était trop leur demander à ces imbéciles! Franchement, pourquoi toujours chercher à gagner autant de pièces sans aucune valeur, quand on pouvait avoir autre chose comme l'estime de soi? Sans rien dire, Artémis regarda la brune relâcher violemment l'homme par terre ce qui la fit sourire intérieurement: elle avait l'air d'avoir un sacré caractère tout de même cette femme!« Eh bien tu as du potentiel pour une gamine dis-moi ! Même un peu trop, cela cacherait pas quelque chose... par pur hasard. » La déesse se sentit outrée par le fait que cette inconnue qui venait de faire son entrée l'appelle par un adjectif aussi péjoratif pour un Dieu de son rang. Elle était tout de même une Olympienne bon sang! Oui, certes, elle n'avait pas dû le remarque à cause de son physique d'adolescente effarouchée et vierge, mais tout de même son aura ne trompait pas! Des siècles plus tôt, Artémis aurait égorgé cette brune pour son arrogance et ce manque de respect, ou alors elle aurait envoyé tous ses chiens sur elle après l'avoir transformée en une biche ou une antilope, quelque chose dans le genre, mais elle avait mûrit depuis ses jeunes années où elle apprenait les rudiments et la patience qu'une déesse devait avoir, mais elle passa l'éponge pour cette fois se contentant de garder son masque froid et de claquer sourdement sa langue contre son palais d'un air outré. Tout de même, on n'avait pas appris aux mortels à se reconnaître entre eux par leur aura? Si, alors pourquoi ne le faisaient-ils pas bon sang! Bouillonnant intérieurement, la déesse se retint de faire une remarque tout de même. Le loup à ses pieds lâcha un court grognement mais se tut bien assez vite en écoutant l'ordre muet de sa maîtresse, et il recula pour se mettre légèrement derrière elle tandis que la blonde fixait l'elfe (elle le devinait à son aura et à son visage) avec froideur. Son interlocutrice continua bien rapidement: « Par contre, je me permets une petite remarque sur ce que tu as fait. Soigner son adversaire, excuse-moi, mais c'est l'idée la plus stupide en ce bas-monde. Je veux bien admettre que tu sois (excessivement) trop gentille, mais à jouer à ce jeu là, tu vas être la victime la plus savoureuse des individus les plus cruels. Qui plus est... si tu voulais les punir pour leurs gestes... tu perds toute crédibilité à ce sujet. C'est comme si tu châtiais un chien pour une bêtise tout en lui donnant un carré de sucre juste après. Soit sûre qu'il va recommencer aussitôt en ayant rien retenu de la leçon. » Là, la déesse de la chasse et de la lune était complètement surprise. Elle se permettait de lui donner une leçon, à elle? Jamais personne n'avait osé lui parler comme ça, en même temps on avait beaucoup trop peur d'elle et de son imprévisibilité qui en faisait frémir et se ronger les sangs plus d'un! C'en était trop, elle voulait bien être compréhensive, mais il y avait des limites tout de même! Cependant, elle resta calme et sereine, elle n'avait pas reconnu la déesse à laquelle elle avait affaire, alors cette dernière ne pouvait pas encore la remettre à sa place si elle ne savait pas qui elle était.

Un silence suivit le petit monologue de la brune, qui avait su attiser en quelques paroles l'agacement de la déesse, ce qui ne présageait rien de bon. Néanmoins, en plusieurs millénaires, cette dernière avait appris à se maîtriser et à ne pas tuer tous les mortels qui osaient lui manquer de respect de la sorte, c'est pourquoi elle se contenta de lui répliquer froidement: « Je n'ai pas de conseils à recevoir sur la façon de me comporter avec mes ennemis, il était ivre de toute façon. Et je n'étais pas venue pour eux à la base. » Sa voix claqua dans le silence qui s'était installé, mais elle restait calme et ne perdait pas son sang-froid. Oui, elle avait été à deux doigts de lui planter une dague dans la gorge pour ses paroles mais Artémis avait fait preuve de bonté à son égard, pour cette fois du moins. Que cela ne se reproduise pas, sinon tout ne se passerait pas très bien entre elle, enfin surtout pour l'elfe brune qui se tenait en face d'elle. Et puis, avec cette tenue indécente et ce tatouage sur l'épaule, tout comme sa position contre le mur, la déesse ne pouvait que trouver la nouvelle venue vulgaire. Oui bon, il fallait dire qu'Artémis était aussi vieux jeu, alors tout ce qui était paradoxal vu qu'elle avait tendance à se couvrir légèrement, mais elle s'entêtait à dire que pour elle c'était différent vu qu'elle était une déesse et n'avait aucune attirance sexuelle pour les hommes/femmes/animaux/végétaux et j'en passe, après tout elle avait tout de même prêté le serment de chasteté éternelle. « Et je ne suis pas une gamine. » Droite comme un I, la jeune déesse ajouta cette dernière phrase d'un ton froid et mature qui ne collait pas du tout avec son visage enfantin et rosit par le froid. Sa main droite était posée sur celle du loup, et avec patience elle attendrait les excuses de cette jeune elfe ignorant qui lui étaient dues. La déesse n'avait pas l'habitude d'outrages de la sorte, et quand il lui arrivait d'en être victime elle avait tendance à prendre la mouche très vite bien que des fois ses actes étaient un peu démesurées (repensez à Calypso qu'elle avait tenté de tuer car Zeus l'avait charmée avec ses pouvoirs pour copuler avec elle, brisant ainsi le serment des chasseresses d'Artémis qui était de rester chaste. Cela avait eut pour effet de rendre la déesse folle de rage, et cette dernière avait tenté de tuer Calypso. Toute cette histoire avait finit très mal, évidemment.) Dans la froideur de la nuit, deux silhouettes sombres illuminées par la clarté de la lune se jaugeaient froidement.

[HRP; pardon pour la petite attente ;w; ♥
& sorry, Artémis est pas trop du genre bavarde toussa, donc j'm'excuse d'avance de son comportement xD]

(c) brumy , don't touch please. ♥
[/quote]




Anonymous
Invité
Invité
Re: tous des imbéciles; PV Eratolia. | Mar 01 Avr 2014, 11:54

[désolée j'étais en période d'exam donc j'pouvais pas répondre x)]

J'avais parfaitement conscience des paroles que j'avais prononcées précédemment, sans le moindre doute je percevais l'effet de ces mots affûtés qui transpercèrent cette fille à jour. Provoquante, aguicheuse et incontrôlable, c'était du Eratolia tout craché. Certes, l'aura de cette enfant était parfaitement étrange, me laissant présager quelques doutes au coeur de mon esprit, mais cela ne m'empêcha guère de taquiner voire provoquer ce personnage pour en refaire sortir sa nature. Avec succès, il fallait l'avouer. La froideur extrême imprégnait l'atmoshpère et la jeune fille, ne dévoilant davantage que la haine et la rage se canalisant dans ses veines bouillantes, parfaitement contrôlées par une volonté de fer. Elle mourrait d'envie de me faire ravaler ma fierté, cela se sentait dans la tension électrique imbibant l'air. Plus les secondes passèrent sous ce silence n'en dévoilant que davantage, plus j'en apprenais sur cette jeune fille. J'en profitai pour l'observer et analyser davantage sa silhouette, son apparence, son aura et surtout, son ombre murmurant un nombre d'informations insoupçonnables. Sa tenue blanche ne révélait que sa pureté d'âme candide se mariant à sa peau pâle, ce genre de robe, bien que très belle, était un peu démodée depuis des années... voire davantage. A mes yeux, elle ressemblait typiquement à la petite fille modèle de son âge : belle, gentille, voire altruiste, candide et innocente. Soit, un affront écoeurant pour moi, fille de la Nuit ne jurant que par le chaos, le désordre et le plaisir personnel, surtout le plaisir personnel... Après tout à partir du moment où on prenait son pied, qu'il y avait-il de mal?

Cependant, autre chose attira l'attention de mon regard, ses feuilles dans ses cheveux. Voilà qui était... original? Tant d'amour pour la nature, cela expliquait son secours porté sur ce loup masochiste et suicidaire. Je n'avais rien contre l'écologie, j'étais elfe et j'étais embauchée récemment comme agent pour règler tous les problèmes en forêt... Ma foi, je ne savais que c'était une profonde arnaque cette affaire même si la paye était intéressante. Le loup grogna fugacement contre moi avant de se cacher derrière sa maîtresse. Mon regard glacial croisa celui du lupin, il avait cet océan de soumission qui flottait dans ses yeux. Au moins, il avait senti cette aura d'obscurité qui nappait mon âme, l'enfant des ténèbres, fille de la Lune dévorant le Soleil. Au bout du compte, je me contrefichais totalement de cet animal, il n'était que le cadet de mes soucis. Cette jeune demoiselle était radicalement plus intéressante.

Sa voix claqua dans l'air, brisant le silence de la ruelle qui était fort agréable. Elle était à bout, elle ravalait ses sentiments bouillonant tandis que mon esprit restait d'un calme paisible et imperturbable... peut-être grâce à l'alcool et le tabac, ou mon éternel m'en-foutisme total... surtout cela en fait. Mais ce sentiment se brisa brutalement quand une once de lueur parvint dans mes idées les plus obscures. Je manquai de pouffer de rire en l'entendant dire qu'elle n'était guère une gamine. Au vue de sa taille et son apparence de jeune adolescente... Cela était parfaitement ironique comme situation, je portai ma main à ma bouche pour dissimuler mon sourire face à la conviction de ses propos. Je la croyais parfaitement, beaucoup de personnes dans cette ville pouvait changer d'apparence à leur guise, mais je trouvais la situation assez... comique en réalité. Je repris assez rapidement mon indifférence caractéristique.

-Après, tu fais ce que tu veux je m'en contre-fiche en fait, c'était juste pour t'aborder et attirer ton attention en fait -quelle vile manipulatrice je fais je sais, n'est-ce pas mignon?- Et avec succès je crois !lançai-je d'une voix mariant un côté suave avec un aspect humouristique. J'étais un félin non? Je retombais toujours sur mes pattes !

Je ne mentais pas, son aura m'intriguait au plus au point, surtout lors de l'utilisation de sa magie, imprégnant davantage l'air de son essence mystique. J'avais sentie une aura sembable dans un temple un jour, sans réellement en comprendre l'origine. Mais l'ombre de la "gamine" m'en dévoila beaucoup plus, assouvissant l'ensemble de mon désir. L'ombre n'était que le reflet de l'âme, suivant son propriétaire partout, comme l'aura. Je ne percevais que très difficilement les différences entre les aura, mais je sentais parfaitement les murmures et les caresses des ombres. Ce n'était qu'une viariante de l'aura en fait, j'analysais l'aura inscrustée dans l'ombre de la personne... qui était plus riche. L'aura d'une personne ne dévoilait que la puissance et l'émotion à l'instant présent. L'ombre regorgeait des sentiments passés, mais pas les souvenirs. Et ce fut une déferlente, un déluge complexe que j'abandonnai aussitôt. Il y en avait trop, même un vampire n'en avait autant. Et cette apparence me disait quelque chose au fur et à mesure de cette compréhension, par rapport à des histoires anciennes. Un rictus se dessina entre mes lèvres.

-En fait je trouve que tu dégages une aura assez étrange que j'ai déjà rencontrée par le passé sans en connaître la source, lançai-je pour meubler la conversation durant que mes pensées s'organisaient.

Pendant que je prononçai ces paroles, j'avais parfaitement conscience de l'identité de mon interlocutrice, d'où ce sourire que j'eus précédemment. Elle correspondait à la description de cette farouche d'Artémis. Ma foi, moi qui voulait un jour me quereller verbalement avec une divinité sur un sujet sensible, j'étais tombée sur le gros lot... Car celle que je portais le moins dans mon coeur, c'était bien elle... Et pour cause, par le passé, elle prit la place de celle que je considérais comme ma créatrice : Hécate, titan-déesse aux multiples titres, dont celui de la Lune et des ténèbres, celle-la même qui envoyait ses démons et autres créatures du Tartare sur terre. Elle était souvent confondu avec Artémis d'ailleurs. Mais cette haine ne venait pas uniquement de ce "remplacement" en réalité. Ce qui animait cette révolte face aux Divinités était uniquement le fait qu'ils prirent la place de tous les Titans en les enfermant dans le Tartare à cause de la stupidité de Cronos, même Gaïa. De ce fait, à mon égard, tous les Dieux n'étaient que des imposteurs, et les Titans les seuls et véritables dieux. Artémis ne faisait que profiter d'une place vaccante revenant de droit à Hécate. Les dieux étaient devenus possesseur d'un monde qu'ils n'avaient créé, profitant de leurs pouvoir au passage... Avec toutes ces progénitures de demi-dieux.

Je voulus continuer de taquiner légèrement cette "gamine" en passant pour une idiote qui n'aurait percuté sur son origine. J'avais le désir de faire croire que je la prenais pour une métamorphe et que cela expliquait tout. Cela aurait été la prendre vraiment pour une imbécile, mais il fallait avouer que l'idée était très attrayante. Et au passage, je cherchais désespéremment des métamorphes, pas des hybrides changeurs de forme. J'avais besoin de leur savoir pour quelques sombres idées... Non pas des idées de zoohpilies bandes de... !!!!

-Donc... Je, repris-je avant d'être coupée par un son de vibreur venant de mon portable attaché à un long collier pendant jusque mon ventre. Je lançai un juron et soupirai avant de regarder le message. Je murmurai d'une voix légèrement audible : Blablabla, choses étranges dans la forêt, blabla, soupir, animaux fuyant la forêt... Dans quelle galère j'vais encore me fourer moi? Bref. mon regard se détourna vers celui de la déesse.Désolée, message urgent du palais, il se passe des trucs en forêt, étrangement, je sais que t'es au courant au vue de ton aura.




Anonymous
Invité
Invité
Re: tous des imbéciles; PV Eratolia. | Mar 06 Mai 2014, 22:16

tous des idiots
(pv eratolia)



La déesse ne supportait pas cette ruelle puante. Des relents de nicotine s'infiltraient dans sa gorge -comment les personnes qui fumaient ces cigarettes pouvaient supporter ça?- et l'odeur de l'alcool lui montait à la gorge. Mais il en fallait bien plus pour l'ébranler, c'est pourquoi elle restait de marbre du haut de son mètre cinquante-huit. Et cette elfe juste en face d'elle commençait à lui taper sur le système avec son air suffisant. Est-ce qu'elle savait qu'elle pouvait la tuer d'un simple mouvement de bras? Un dieu pouvait tuer de mille manières divertissantes un mortel, et Artémis aimait beaucoup admirer le spectacle d'une mort méritée et bien douloureuse. Elle pouvait se montrer très cruelle vous savez. Guider des araignées à rentrer dans votre corps par les oreilles, les narines, la bouche... et ensuite vous dévorer de l'intérieur et autres joies, tout ça, c'était possible pour elle. Enfin, je vais vous épargner l'imagination débordante que possédait la déesse sur la manière de faire souffrir les mortels, c'était si simple avec eux. Les mains pendant dans le vide, elle se tenait droite, martiale, prête à en découdre avec cette elfe. Artémis jugeait très facilement et rapidement, qui a dit que les dieux étaient parfaits? C'était pour cela que très peu de personnes arrivaient à se faire apprécie d'elle, car elle se fiait toujours à la première impression en grand damne de certaines personnes. A noter que pour les hommes, c'était déjà perdu d'avance; elle ne supportait que de rares hommes mortels et ces derniers étaient comme sur un siège éjectable quand ils étaient à proximité d'elle. « En fait je trouve que tu dégages une aura assez étrange que j'ai déjà rencontrée par le passé sans en connaître la source. » Artémis retint un reniflement de nez méprisant, et garda son masque impassible. Elle était calme, sereine. Gardant un sang-froid implacable, elle ne lâcha pas un son, pas un bruit, et ne bougea pas. Elle était une statue, observant son interlocutrice d'un regard martial, guerrier et froid. Artémis était une guerrière, elle vivait comme une guerrière, elle n'avait peur de rien et c'était ce qui faisait sa réputation, avec son manque de considération pour les hommes, aussi. Dans le regard de la brune, Artémis savait qu'elle savait. Ne pas oublier qu'elle avait des millénaires de vie derrière elle. Durant tout ce temps elle avait appris à comprendre le langage corporel, le visage, les rictus. Et puis ses pouvoirs de déesses lui permettaient de savoir. Eratolia se jouait d'elle, Artémis n'aimait pas du tout ça. Mais elle ne disait rien, elle gardait son calme olympien. Laissons-la s'embourber dans ses mensonges seule. « Donc... Je » La voilà qui était coupée par une sonnerie de téléphone. Artémis eut une grimace intérieur; aah la technologique! Chose bien inutile, avec toutes ces ondes cancérigènes et cette communication devenue trop facile. La déesse écouta d'une oreille la jeune femme qui lisait à voit haute le message et eut un haussement de sourcil imperceptible tandis que l'elfe reprenait; « Désolée, message urgent du palais, il se passe des trucs en forêt, étrangement, je sais que t'es au courant au vue de ton aura. » Artémis ne dit rien.

Après quelques secondes à la fixer, Artémis répondit enfin d'une voix neutre; « Ton affirmation est vraie, je sais ce qu'il se passe. » Un long silence s'ensuivit alors. Un froid glacial. Illuminée par la lumière de la pleine lune, les deux femmes se toisaient d'une part et d'autre de la rue, l'une minuscule par rapport à l'autre. Mais Artémis pouvait changer de forme, si elle le souhaitait, elle pouvait devenir aussi grande que cette simple mortelle, mais elle affectionnait particulièrement cette forme enfantine. Personne ne lui cherchait des noises sous cette forme, elle était tranquille. Le loup à ses côtés était assis et remuait les oreilles dans tous les sens. D'un geste, Artémis lui fit signe de s'en aller; il obéit et disparu dans la nuit. Pendant un long instant, Artémis plongea son regard bleu polaire saisissant dans les yeux de l'elfe, sans flancher. Après tout, elle était la fière Artémis, la fougueuse chasseresse, la déesse insoumise, l'éternelle chaste. Personne n'arrivait à la soumettre, même les loups se soumettaient à elle, elle était implacable. « Ne me prends pas pour une idiote, je sais que tu sais ce que je suis, alors arrêtons de tourner autour du pot. » Ces mots sortirent finalement de sa bouche, durs. Froide comme la neige, elle soutenait son regard fièrement, ses yeux brillaient comme des flammes gelées la lune s'y reflétant. Après quelques longues minutes d'un silence menaçant, elle finit par faire un geste de la main comme si elle balayait ce qu'elle venait de dire, comme si ce n'était qu'un avertissement, puis elle continua; « Eh bien, quelles sont la suite des évènements? Je t'écoute, mortelle. » La nature était sous sa protection après tout, alors si cette elfe la servait elle ne pouvait que lui apporter des informations dont elle avait besoin, même si elle était complètement irrespectueuse et agaçante. Si il y avait d'autres personnes dans cette ruelle, eh bien ils savaient se faire discret et ils avaient tout le respect de la déesse; le silence était prenant. Pas un bruit, pas un sifflement de la part du vent, pas un chant d'oiseau, pas le bruit d'une feuille avançant en se frottant contre le sol. Rien, rien qui parvenait à l'ouïe pourtant sensible d'Artémis, qui dardait son regard d'argent polaire sur la jeune femme ténébreuse qui restait aussi sensible qu'elle. Avait-elle vexée cette pauvre femme en l'appelant par le nom de mortelle? Pour al déesse, ce genre de choses futile n'avaient pas d'importance. C'était ce qu'elle était, une mortelle. Elle, elle se faisait bien appeler déesse par les animaux et ne s'en offusquait pas. Comment ça c'était différent? Pour Artémis c'était exactement la même chose. Silencieuse, la tête relevée et l'air implacable, elle attendait que la mortelle daigne lui adresser sa réponse. Elle n'avait pas toute la journée devant elle, déjà qu'elle lui accordait un peu de son précieux temps.


[HRP; excuse moi pour le retard ♥ ;;]

(c) brumy , don't touch please. ♥




Anonymous
Invité
Invité
Re: tous des imbéciles; PV Eratolia. | Lun 12 Mai 2014, 13:45

L'atmosphère devint de plus en plus électrique entre moi et la déesse. La tension grimpait en flèche dans l'air. Le silence régnait au milieu de ces échanges de regards froid. Aucune de nous deux ne démordillaient davantage de sa position. Avec nos deux caractères aussi semblables qu'opposés... la scène ne pouvait tourner autrement que via cette joute verbale et visuelle. Personne ne vint troubler cet instant, ne voulant périr certainement, ou subir la colère de deux effarouchées aux esprits empreints d'un orgueil excessif. Je restai parfaitement calme et posée, bien que mon regard fut glacial envers la déesse, après tout, j'éprouvais un certain mépris à son égard. Son silence dévoilait beaucoup, laissant les paroles s'insinuer dans mon esprit comme la douce mélodie macabre des remontances divines. Il était difficile, à ce moment, d'obtenir un compromis dans ce différent entre elle et moi. Nous étions toutes les deux trop fières et pleine de vanité, ce soit disant péché. Après tout les dieux eux-mêmes péchaient, pourquoi pas nous? Ils n'étaient guère fidèles, profitaient des plaisirs, étaient hautains et d'autres encore... comme les mortels.

La voix de la déesse trancha l'air l'espace d'un instant, coupant temporairement cette éternelle atmosphère pesante. Très rapidement, le silence vint reprendre son dû pour réinstaller cette électricité maladive. A chaque instant on pouvait croire que l'une se jeterait sur l'autre pour lui arracher la tête, mais rien ne se fit pour autant. Chacune gardait son calme tout en exaspérant silencieusement l'autre. Si elle croyait que j'allais l'aduler comme une enfant devant un pissenlit... ou la vénérer comme l'imposteuse qu'elle était... elle se trompait lourdement. J'étais comme elle, trop farouche et vaniteuse pour me plier face à qui que ce fût, même pour obtenir les informations dont j'avais besoin... sauf Hécate dans mon cas, qui était comme ma mère... peut-être était-ce le cas. Artémis n'avait l'air décidée de m'en dire davantage sur ces problèmes en forêt. Soit, j'aurais fait pareil à sa place. Aucune de nous deux ne voulait céder une part de terrain à l'autre, nous n'allions guère avancer dans ces conditions. Bornées? totalement.

Elle décida enfin d'aborder le sujet de sa divinité. Elle voyait pertinnemment que je me jouais d'elle depuis le début. Cela n'avait rien d'étonnant. Je retins un sourire dessiné sur mes lèvres face à ses paroles accusatrices. L'aurais-je froissée dans cette attitude peu élogieuse à l'égard des dieux? Ma foi, c'était le but recherché pour me prouver qu'ils ne désiraient uniquement être vénérés et adulés par des moutons dépourvus de système nerveux central pour se donner de l'importance et flater leur égo. Les êtres humains avaient cela de semblable, le goût du pouvoir.

-Oh, il semblerait que l'Eternelle Insoumise perde sa patience, qu'elle effrontée je fais que de la provoquer ! Il faut voir le bon côté des choses, on est aussi tétue l'une que l'autre ! dis-je d'un ton empreint d'un certain respect marié à de l'ironie masquée... C'était, parfaitement volontaire. J'avais des tendances masochistes et suicidaires, je jouais avec le feu.

Elle aborda aussitôt le sujet de la forêt, elle était parfaitement au courant, mais ne me donna guère la moindre information. Je n'avais guère envie de lui arracher ces vers putrides du nez sans un bon désinfectant. Elle n'allait guère être disposée à cela, et je n'avais guère envie de m'abaisser à la caresser dans le sens du poil. Je préférais les chats et autres félins, ils ronronnaient et venaient gratter la jambe pour me demander à manger. Elle, elle aboyait plutôt pour me tirer la jambe et me balancer dans un bassin rempli d'acide chlorhydrique... Nettement moins mignon.

-La suite? A moins que tu sois disposée à vouloir continuer cette petite joute verbale au combien amusante et divertissante... Je crois que se rendre sur les lieux et analyser les fluctuations arcaniques me semble plus approprié, répondis-je d'un ton neutre. Quelque chose à dû être libéré dans la nature, je ne vois que cela pour le moment, ajoutai-je à ma conjecture.

Je laissai soin au silence de se réinstaller le temps que l'esprit de la déesse eût évacué l'ensemble de ses émotions accumulées pour organiser une réponse à ma proposition. Libre à elle ou non d'accepter mon intervention -ou l'inverse?- dans ce problème fâcheux. Il était clair que si nous faisions équipes, la rivalité allait être de mise et le voyage allait être remué et empreint de divertissements !




Anonymous
Invité
Invité
Re: tous des imbéciles; PV Eratolia. | Lun 09 Juin 2014, 18:45

tous des idiots
(pv eratolia)



« Oh, il semblerait que l’Éternelle Insoumise perde sa patience, qu'elle effrontée je fais que de la provoquer ! Il faut voir le bon côté des choses, on est aussi tétue l'une que l'autre ! » Si elle s'était laissée aller à ses pulsions, l'elfe serait déjà morte depuis le début de la conversation. heureusement pour cette dernière, Artémis était une des déesses qui avait le plus de sang-froid et qui maîtrisait mieux que quiconque ses actes et son comportement, elle n'allait pas se laisser aller, ce serait donné trop d'importance à cette idiote qui ne demandait que ça. C'est donc d'un ton froid qu'elle coupa court à ses paroles; « Ne me compare pas à toi, mortelle. » Sans rien dire de plus, la déesse blonde releva la tête et darda son regard bleu cristallin sur l'elfe sombre qui se tenait face à elle avec un irrespect non feint. Artémis n'avait jamais porté les mortels dans son coeur; trop irrespectueux, trop peu reconnaissants de ce que les dieux faisaient pour eux. Savaient-ils au moins qui avait crée cette île? Que c'était grâce aux dieux que Sanctuary of Heart existait et accueillait les non humains? Si Artémis avait été la seule à commanditer la création de l'île, elle n'aurait laissé passer que les personnes un tant soit peu respectueuse des divinités et de la nature, rien de plus.

La fougueuse Artémis se taisait, jaugeant du regard l'elfe. Cette dernière avait beaucoup de chance d'appartenir à cette race, car elle tenait en haute estime les elfes et les fées, alors sa race jouait sur le fait qu'elle soit encore saine et sauve malgré son manque total de respect envers elle. D'ailleurs, la déesse au physique enfantin « La suite? A moins que tu sois disposée à vouloir continuer cette petite joute verbale au combien amusante et divertissante... Je crois que se rendre sur les lieux et analyser les fluctuations arcaniques me semble plus approprié. Quelque chose à dû être libéré dans la nature, je ne vois que cela pour le moment. » Au moins, elle n'était pas idiote, et cela aussi faisait partie des choses pour lesquelles la déesse ne lui avait encore rien fait. Se contentant de poser son regard bleu sur elle sans rien dire de plus, Artémis ne lui dit rien. Bien sûr qu'elle savait ce qu'il se passait, toute la nature était sous son commandement (enfin.. sous son commandement.. façon de parler bien sûr). Mais pour tester un peu l'elfe qui se tenait face à elle, Artémis décida de ne rien lui dire et ne laissa rien paraître sur son visage, restant aussi impassible et froide qu'à son habitude.

Après quelques secondes de silence, la déesse finit par prendre une autre apparence. Adieu la forme d'enfant pré-pubère, bonjour la femme à la longue chevelure blonde aux muscles finement tracés, aux mollets puissants et au port de tête royal. C'était là la forme qu'elle était sensée aborder tout le temps, mais elle préférait surprendre ses ennemis avec sa forme enfantine et sans aucune forme. Pour simple explication elle lança avec une pointe d'ironie subtilement cachée; « Sous cette forme il te sera peut-être plus simple de me prendre au sérieux.» Histoire que l'elfe n'oublie pas qu'elle avant en face d'elle une vraie déesse et non pas une simple enfant aux pouvoirs surnaturels. Ses cheveux blonds étaient noués en une tresse serrée et épaisse, ses pieds nus s'enfonçaient dans l'herbe grâce et sa robe blanche avait été troquée pour un short noir et un débardeur blanc. Comme cela, la déesse de la faune et de la flore était beaucoup plus martiale, impressionnante, oppressante de sa présence. A son dos, son arc et ses flèches en or étaient apparus. Puis, sans prévenir, elle les téléporta toutes les deux sur le lieu des évènements. Bien sûr, le voyage fut un peu houleux pour l'elfe, la déesse y prit bien soin pour tenter de lui faire comprendre qu'elle n'était pas n'importe qui et qu'il ne fallait pas jouer avec elle.

Si la brune arrivait à ne pas vomir en arrivant, la déesse serait obligée de reconnaître qu'elle était résistante, mais en tout cas il serait sûr qu'elle aurait au moins un bon tournis ou des nausées, elle y avait veillé personnellement. Quoi? On ne rigole pas avec les dieux, il faut les prendre au sérieux je vous rappelle. D'un air froid elle lui demanda avec un sourire aux commissures des lèvres imperceptible; « Pas trop secouée par le voyage, Eratolia?» Comment elle connaissait son nom? Ne pas oublier qu'elle était une déesse voyons! Elle savait tout de ses interlocuteurs, lisait leur pensées les plus profondes, sondait leurs expressions et leur visage, observait leur comportement. Elle lisait en eux comme un livre ouvert. « Nous y voilà.» Pour simples paroles d'explications elle lance ces deux mots en montrant du doigt la forêt dans laquelle elles venaient de se retrouver, au milieu de la nuit. Elle savait que l'elfe était nyctalope, aussi, la lune n'était pas pleine et n'illuminait pas leur chemin. De toute façon la déesse voyait aussi bien jour que nuit. Quelques grognements retentirent, et sans hausser un sourcil la déesse tourna le regard vers l'elfe, elle savait qu'elles avaient en face d'elle un sans-coeur assez remonté.« Je te laisse te charger de lui, je veux voir comment tu te débrouilles et si tu es digne que je t'apporte mon aide.» De toute façon, si l'elfe était douée au combat qu'elle l'était pour manquer de respect, elle n'aurait aucun mal à se débarrasser de ce monstre échappé dans sans-coeur. Dans le cas contraire... eh bien tant pis pour elle. La déesse ne ferait rien pour la sauver et considérerait cela comme sa punition, elle n'allait pas être douce avec elle sous prétexte que c'était une femme et une elfe, elle avait déjà été beaucoup trop clément envers elle et avait laissé passer beaucoup de choses.


[HRP; excuse moi pour le retard ♥ ;;]

(c) brumy , don't touch please. ♥




Anonymous
Invité
Invité
Re: tous des imbéciles; PV Eratolia. | Mer 18 Juin 2014, 17:51

Il était amusant de voir à quel point les divinités voulaient se donner de l'importance en nous parlant de mortalité. Nous étions des âmes emprisonnées dans des corps pouvant mourir certes... mais nos âmes étaient aussi mortelles qu'eux. L'âme n'était qu'un concentré d'arcane spirituelle, tout comme les dieux dans une proportion bien supérieure. D'ailleurs... cette pseudo-différence semblait justifier tout le reste dans l'argumentation... Pathétique. Ils étaient en proie aux mêmes erreurs et influences que nous autres : les sentiments. Cette chose affligeante pouvant engendrer des comportements stupides et incohérents. Ces divinités avaient un caractère propre aussi... n'étant que des dérivés plus ou moins extrêmes de comportements humains... parfois retrouvés dans cette même espèce. Il n'y avait aucun doute, le pouvoir et l'adulation faisaient naître ce sentiment qui imprégnait les dieux. Avoir le même en étant qu'une "mortelle" était amusant de ce fait, j'incarnais la notion du chaos : Aucun maître autre que ma volonté et mes désirs, des pensées atypiques mais guère anarchiques. En effet, je me foutais clairement d'autrui sauf si j'y trouvasse mon intérêt.

Artémis décida enfin de quitter sa forme infantile pour prendre une apparence beaucoup plus mâture, certainement celle qu'elle prenait officiellement. Elle présentait ses nombreux attributs dont son arc. Elle était plus plaisante et resplendissante dans cette tenue en tout cas. Je n'eus guère le temps d'apprécier la fleur de l'âge -Bha quoi, je la portais pas au fond de ma poitrine, mais la sienne était intéressante à regarder-. Aussitôt, le paysage devint flou et se déroula à une vitesse fulgurante sous mes yeux, tournoyant et dansant aléatoirement le tout dans une lumière omniprésente et oppressante. Que je détestais cette chose blanche et radieuse qui affolait mon coeur palpitant dans ma poitrine de plus en plus fort. Bien que l'expérience ne dura que l'espace d'un instant... ce fut particulièrement désagréable. Une fois la perturbation finit, je me retrouvai au milieu de la forêt, les genoux s'affalant au sol et me rattrapant de justesse pour ne pas m'affaler lamentablement sur le sol. La cadence de mon coeur resta affolée pendant plusieurs minutes encore. Je portai ma main au creux de ma poitrine pour tenter de le calmer tandis que je me relevai péniblement, la tête tournoyante. Prenant de grandes bouffées d'air au sein de mes poumons, peu à peu, je marquai ma domination sur ces vertiges. Elle l'avait certainement fait exprès... surtout que je pouvais me déplacer assez rapidement sans problème... enfin pas aussi vite, mais les invocations d'ombres étaient particulièrement utiles pour se créer un destrier volant.

Prenant appui sur un arbre avec mon bras, je lançai un regard particulièrement noir à la déesse. Il était clair qu'elle profitait de la scène que je lui donnais à voir. Enfin, j'aurais fait pareil sans hésiter si j'avais possédé une telle capacité.

-On ne va pas se mentir, c'est qu'une question d'habitude. lançai-je d'un ton froid dénué de sentiments, aucune rage ou fureur n'imprégnant mes mots... uniquement de la certitude.

Peu de temps après, elle pointa du doigt une forme obscure se propageant au coeur des feuillages. Les flux de magie empestaient l'origine maléfique de ces créatures. Aucun doute, il s'agissait d'un sans-coeur en proie à la fureur qui sortit du buisson pour se ruer sur moi. En ayant vue des vertes et des pas mûres de leur part... ce fut d'un regard glacial qu'une cage faite d'un métal ombreux apparut tout autour de ce dernier. Emprisonnée, la créature se débattit, tentant de briser les ombres matérialisées le retenant. Malgré ses tentatives vaines, la seule chose qu'il gagna fut de légèrement brûler d'une flamme noire et ombreuse. Lâchant un soupir d'exaspération, je manipulai d'autres ombres pour l'embrocher nette dans d'innombrables piques qui parcoururent l'ensemble de la cage. Les cris d'agonie s'élevèrent dans l'air à mon grand plaisir malsain. Faible. Pathétique. De la chair à canon. La nuit et les ténèbres étaient mon pouvoir. J'étais à mon paroxysme dans cet élément.

-T'as pas mieux à me proposer? lançai-je d'un ton de lassitude profondément marqué. Je sais pas moi... un truc un peu plus solide, résistant et pas flasque. C'est ennuyant ces petites bêtes ça pullule par dizaine et ça crève en deux secondes. ajoutai-je avec une ironie flagrante.

Lâchant un second soupir, je me préparai à l'éventuelle venue d'autres de ces bêtes noires et agressives à souhait. Ce n'était guère la première fois que j'en croisais... De nombreuses de mes missions furent en rapport avec des excursions de ces choses sur terre voire sur l'île, une très bonne source d'argent au passage. Ma foi, ce n'était guère aussi simple quand l'élite de leur rang venait se joindre à la fête... mais ça rajoutait du défi. Le plus coriace étant le crypto-ombre, je redoutais uniquement ce dernier, bien plus que les dual blader.

Sentant les flux d'énergie s'affoler, je manipulai les ombres pour faire apparaître dans mes mains, ma fidèle lame d'ombre. Elle n'avait guère de limite définie, on ne pouvait guère voir la lame, dissimulée au coeur d'une flamme d'un noir profond. Les ténèbres étaient mes alliées, peu importaient que mes ennemis furent créés à partir de celles-ci aussi. Le feu par le feu. J'expirai un large bol d'air en attendant la suite des événements, il était sûr que d'autres allaient venir bientôt. Une source devait se trouver non loin, une brèche certainement... ou des crétins qui ont joué avec une magie noire plus ou moins interdite. Une belle galère en soit. Mon regard se porta sur la déesse qui restait spectatrice et passive.

-Alors, on prend racine? ou on bouge d'ici avant que ses copains se ramènent? La source ne doit pas être si loin. Je n'aimais pas attendre... en effet.




Anonymous
Invité
Invité
Re: tous des imbéciles; PV Eratolia. | Mar 01 Juil 2014, 13:21

tous des idiots
(pv eratolia)



Une fois qu'elles furent arrivée, Artémis ne laissa rien paraître sur son visage, mais elle était satisfaite de voir l'elfe arrogante et irrespectueuse aller s'appuyer contre un arbre d'un air nauséeux. La soeur jumelle d'Apollon n'avait aucune honte à agir ainsi, elle avait déjà été bien aimable de ne pas mettre fin à la vie de cette elfe qui commençait à lui taper sur les nerfs, mais c'était amusant de jouer avec les siens aussi. Entre les deux femmes, un jeu d'agacement mutuel s'était formé. Qui allait céder la première à la colère? Certainement pas la déesse dont la patience n'avait d'égale que sa haine envers la gent masculine. L'insoumise fut extrêmement amusée du regard haineux que lui jeta l'elfe; pour l'instant, c'était elle qui était en train de gagner puisqu'elle n'avait pas perdu son calme une fois. Si elle avait été humaine et mortelle, elle aurait très certainement éclaté de rire à la vue qu'offrait cette mortelle qui venait de prendre un 'sacré coup', mais elle était Artémis, la fière, la fougueuse, l'impétueuse, l'insoumise. Elle ne pouvait pas se comporter ainsi, elle devait rester droite et martiale, elle ne devait pas sourciller. Et c'était exactement ce qu'elle était en train de faire, elle la fixait d'un air neutre, sans même que ses yeux ne laissent paraître la moindre émotion. « On ne va pas se mentir, c'est qu'une question d'habitude. » Bien sûr. Artémis se contenta de hausser un sourcil l'air de dire 'tu es sûre de ce que tu avances' mais elle ne répondit rien, elle ne gaspillait pas sa salive pour de tels enfantillages, elle avait mieux à faire que se disputer avec une elfe qui se croyait au-dessus de tout.

Artémis était confortablement adossée à un arbre, tandis qu'elle laissait l'elfe se charger du sans-coeur. Pourquoi elle ne le faisait pas d'elle-même? C'était plus amusant de voir Eratolia se battre, comme ça elle pourrait en même temps la jauger. D'un claquement de doigt Artémis aurait fait exploser cette immondice, et tout aurait été réglé. Seulement cette fille lui avait tapé sur le système, elle n'allait pas s'en sortir comme ça. Alors comme ça elle maîtrisait les ombres? Hm, bien, bien. Sans rien laisser paraître, la déesse se disait quand même que cette jeune femme était douée au combat et se défendait plutôt bien, même si elle se doutait que face à un sans-coeur d'un plus haut niveau sa tâche aurait été plus longue et ardue. La déesse de la faune et de la flore observa le combat silencieusement, comme à son habitude. Évidemment, Eratolia gagna le combat, ce n'était pas comme si ce sans-coeur était puissant, c'était une créature de niveau moyen. L'elfe enferma la créature des enfers dans une cage d'ombre jusqu'à ce qu'il meure d'asphyxie, sous l'oeil approbateur de la divinité blonde qui ne bougeait pas d'un pouce. Enfin, l'elfe se tourna vers Artémis et lui dit; « T'as pas mieux à me proposer? » Oh, vraiment? Les mortels étaient si fragiles, elle ne voulait pas que l'elfe meure d'un combat au niveau trop élevé pour elle, ça aurait été dommage de gâcher une telle perle qui avait si bel avenir devant elle. Son arrogance allait coûter cher à Eratolia un de ces jours si elle continuait sur cette lancée, telles étaient les pensées qui parcourraient le cerveau de la fougueuse Artémis qui dardait sur l'elfe sombre son regard froid. « Je sais pas moi... un truc un peu plus solide, résistant et pas flasque. C'est ennuyant ces petites bêtes ça pullule par dizaine et ça crève en deux secondes. » Artémis aurait pu éclater de rire si la jeune femme à la chevelure sombre ne l'avait pas autant agacée. Si elle lui envoyait une meute de loups, ou qu'elle lançait sa meute de chien à ses trousses en la transformant en lièvre, est-ce qu'elle s'en sortirait? Si elle la mettait face à dragon, s'en sortirait-elle? Si elle la faisait se confronter au minotaure ou à cette créature qu'elle avait chassé avec Hadès aux enfers, s'en sortirait-elle? Non, la réponse était non. « Alors, on prend racine? ou on bouge d'ici avant que ses copains se ramènent? La source ne doit pas être si loin. » Artémis la détailla de haut en bas sans rien dire, il allait vraiment falloir qu'elle revoie sa façon de s'adresser aux dieux... même si elle se doutait que c'était perdu d'avance.

Sans bouger, la déesse, en bondissant, prit sa forme de biche et d'un signe de la tête vers Eratolia, elle intima à cette dernière de la suivre. Quoi? Voilà qui lui ferait les pieds, elle n'avait qu'à s'adresser correctement à elle. C'était une elfe, la vitesse et la rapidité étaient dans ses gènes alors rattraper une biche n'était pas très difficile pour elle, même si Artémis courrait beaucoup plus vite qu'une biche normale. Elle bondissait, sautait, courrait, trottait, esquivait. Sa silhouette gracile se fondait dans la forêt tandis qu'elle avançait vers cette source noire. Quand elle arriva enfin dans cet endroit sans arbre et baigné de la lumière du clair de lune, entouré de pierres polies et brillantes, la déesse reprit sa forme humaine de jeune femme et se contenta de dire; « C'est ici. » Elle ne se retourna pas, elle savait qu'Eratolia n'était pas loin derrière et qu'elle l'entendrait. Droite, arc et carquois au dos, prête à agir, elle attendait que la mortelle daigne enfin la rejoindre, à moins qu'elle ne soit aller trop vite pour ses pauvres petites jambes? De dos, elle s'autorisa à avoir un petit rictus amusé avant de reprendre son masque habituel, pensive. Le vent passait doucement dans la plaine, elle observait du regard cette multitude de pierres polies aussi brillante que la surface de la lune, ça puait la magie noire par ici.

[HRP; PARDON je suis lente, je sais, excuse moi ;w;
j'espère que la réponse te va au moins? ♥]

(c) brumy , don't touch please. ♥




Anonymous
Invité
Invité
Re: tous des imbéciles; PV Eratolia. | Jeu 17 Juil 2014, 16:49

L'échauffement était enfin terminé. Enfin je l'espérais, car si cet imposteur de déesse voulait mesurer mes capacités... Elle n'avait encore rien vue, durant une belle nuit pareille, les ténèbres étaient aussi luxuriante que cette forêt durant l'été. Tant d'énergie obscure couvrait ces landes miséreuses sous la formes d'ombres... ne demandant qu'à être utilisée sous une forme ou l'autre. J'étais dans mon élément, revigorant même sous le clair de lune. Cet astre illuminait le bal nocturne, bien que ses rayons me privaient d'une vigueur totale, leurs caresses étaient d'une délicatesse proche de la soie. Je regardai, sous les éclats de la Lune, la déesse se changer en biche avant de se ruer sans attendre dans les bois. elle n'avait guère envie de parler ou attendre quoique ce soit. Je n'avais guère envie de me fatiguer à la poursuivre. J'expirai un large bol d'air et utilisai alors mes innombrables amies flottant dans l'air et dansant sur le sol : les ombres. Particulièrement fainéante, je manipulai les ombres pour matérialiser une araignée d'environ un mètre et demie de hauteur en dessous de moi. Cette dernière, n'étant qu'un ramassis d'ombres sans volonté ni conscience, ne pouvait se déplacer que sous mon commandement. Je restai donc posée sur cette créature tandis que mon esprit lui donnât ses ordres. Ceci me demandait plus ou moins de concentration, m'empêchant de me déplacer durant l'invocation. De ce fait, cela devenait un moyen de locomotion particulièrement intéressant : Avec deux jambes on est forcément lent.

Ainsi je traversai la forêt en poursuivant cette biche infâme, sur le dos d'une araignée géante qui courait, bondissait à une allure vertigineuse et surtout, qui s'amusait à déchiqueter les éventuels sans-coeur traînant à portée de pattes. Ce fut particulièrement distrayant de voir mon invocation se balader dans la forêt avec un bout de sans-coeur entre les mandibules. Oui je m'amusais comme une folle et ne pouvait rester sérieuse dans un moment pareil. Ce fut d'ailleurs dans ce même esprit que je débarquai dans la clairière où se tenait Artémis, hurlant comme une gamine faisant du rodéo sur son araignée géante n'ayant guère finit son repas. Niveau discrétion c'était particulièrement ratée, mais je m'en foutais royalement tant que je me distrayais... surtout que cela pouvait potentiellement rameuter du monde pour palier à mon ennui ! Si cela blasait Artémis, cela ne fut qu'une pierre deux coup !

Nous étions donc dans une grande clairière, étrangement, parfaitement circulaire. Je savais que la nature pouvait faire des choses magnifiques, cependant, c'était trop circulaire à mon goût. La clairière était baignée par l'astre lunaire dans un déluge argenté se déversant sur la fine couche d'herbe. Peu de nuages venaient apporter un contraste à cette lueur. Cette dernière venait se refléter davantage sur quelques pierres situées au centre et entassées d'une manière... peu naturelles et ordinaires. Cela puait le rituel foiré à tous les coups. De plus, les vents de magie étaient particulièrement intenses et empreint d'une marque impie autour de la clairière. J'avais pu sentir cet afflux important durant le trajet, mais je n'y avais guère prêté attention. Tout était corrompu ici. D'ailleurs la végétation portait cette trace en elle. Quelques racines et autres ronces se tortillaient dans tous les sens sous l'énergie maléfique les habitants. Les arbres portaient aussi cette corruption, certains avaient perdu leurs feuilles, tandis que les troncs d'autres dessinaient des formes étranges et complexes. Je lâchai un soupir. La magie noire était intéressante en soi pour sa puissance, sa diversité et complexité, mais elle était trop aléatoire aussi bien en effet... qu'en conséquence sur les lanceurs.

Je descendis de ma monture, la laissant immobile pour pouvoir me déplacer de nouveau. J'avançai jusqu'au centre de la clairière, où l'énergie magique confluait en masse. De nombreuses marques étaient gravées dans les roches, d'autres dessinées via du sang, rien d'étonnant jusque là. L'herbe était brûlée par endroit, dans une forme précise dessinant le cercle du rituel. Des ossements parsemaient le sol, appartenant à plusieurs personnes à première vue. Ces inconscients avaient certainement mal fini. Ils avaient certainement oublié quelque chose dans leur rituel. L'énergie était si intense en cet endroit... Rendant la frontière tellement fine avec l'outre-monde. Aucun doute, cet endroit servait de point d'entrée pour les sans-coeur. Je me relevai suite à mes observations et me tournai en direction de la déesse, avec une mine sérieuse cette fois.

"Bon, il semblerait qu'un groupe d'imbéciles aient voulu tester un peu de magie noire ici... et qu'ils ont tellement bien raté leur coup qu'un portail s'est généré. La corruption ici est grande. La nature va mettre du temps à s'en remettre"

J'expirai un large bol d'air d'ennui en pensant à la suite de mes propos.

"Maintenant la question est : Qui va s'occuper de sceller la brèche? Personnellement ce n'est pas trop dans mes cordes, de plus ma magie est trop proche de la magie noire et risque plutôt d'accentuer le problème... voire de me corrompre. Mais s'il faut prendre ce risque... Cela peut devenir amusant au pire."

D'autre part, je n'avais guère envie de le faire... même si je ne l'ajoutais guère, je voulais clairement préciser "qu'elle se rendît enfin utile". Mais je ne voulais guère lancer des épines supplémentaires dans ce coeur de ronces en lui disant que c'était le boulot des dieux cette affaire. Après tout... ils ne faisaient pas grand chose pour lutter contre les sans-coeurs. Si c'était le cas, la menace serait écartée depuis longtemps.





Contenu sponsorisé
Re: tous des imbéciles; PV Eratolia. |

 
tous des imbéciles; PV Eratolia.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» tous des imbéciles; PV Eratolia.
» [Autin-Grenier, Pierre] C'est tous les jours comme ça
» [SOFT] PL TOGGLE : rotation manuelle dans tous les sens [Gratuit]
» [THEME] Dusk [Pour tous les TF3D --> bien choisir ses cab...]
» [Follett, Ken] La nuit de tous les dangers

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Ruelles sombres-
Sauter vers: