Partagez | 
 

 Who's bad ? [Pv Julie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ange déchue

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Judith Levy-Cohen
Ange déchue
Coeurs : 126 Messages : 423
Couleurs : #585858
J'ai traversé le portail depuis le : 17/06/2013 et on me connaît sous le nom de : Judy. Mon nom est : Judith Levy-Cohen. Actuellement je suis : follement amoureuse de lui (Matthew) Il paraît que je ressemble à : des œuvres originales • IRL : Megan Fox et à ce propos, j'aimerais remercier : delgnvflue.
Who's bad ? [Pv Julie] | Mar 05 Aoû 2014, 17:28

Ce soir la majorité des clients -sans doute inscrits aux “alcooliques anonymes”- sont de bonne humeur et pour cause, ils ne paieront pas les verres qu’ils videront jusqu’au petit matin. La plupart de ceux qui sont des habitués sont des hommes et qu’ils soient jeunes ou d’un certain âge, ils ont quasiment tous de gros bras et un pois-chiche à la place du cerveau ; mais on ne peut pas les blâmer pour ça, après tout sur qui les riches venant des quartiers huppés de Skyworld passeraient des soirées entières à se lamenter de l’attitude de ces pauvres déchets vivants.

Jude et ses “collègues” sont tous présents ce soir. Ils sont assis au fond de la Taverne -aux meilleures places, bien évidemment- et de jolies jeunes femmes ayant chaud au cul leur apportent leurs boissons alcoolisées, ne se gênant pas pour leur montrer leurs formes un peu plus près, dans l’espoir de finir dans un lit d’hôtel luxueux en compagnie de l’un d’entre eux.

Il n’y a qu’un seul membre de leur groupe restreint qui manque à l’appel et malgré le temps, son absence se fait bien ressentir et son suicide reste un sujet tabou dont personne n’ose parler, par peur de s’attirer la colère de mon aîné. Même moi j’ai toujours un peu de mal à réaliser qu’il ne sera plus jamais à nos côtés et rien que d’y penser me brise le cœur. Dire que j’espérais qu’il reviendrait pour me présenter ses excuses, qu’on redeviendrait les meilleurs amis du Monde et qu’on reprendrait nos mauvaises habitudes ensemble mais à la place de ça Jasp’ a préféré rester auprès de sa chienne de petite-copine qui l’a rendu tellement triste qu’il a cru pouvoir noyer son chagrin en prenant de la drogue... mais il en a trop abusé, a fait une overdose et ne s’en est pas sorti vivant.

J’ai bu d’une seule traite le contenu de mon verre avant de me tourner vers un des serveurs et lui demander de m’en servir un autre. Après tout, à quoi bon me pourrir l’esprit avec ça ? C’était sa faute, son erreur, son choix et si l’ange déchu qu’il était est en train de brûler en Enfer à l’heure qu’il est alors je ne peux que me réjouir de ça puisque de toute manière, il devait bien savoir qu’on abandonne jamais les membres de sa famille.
Et surtout pas pour une putain de suceuse qu’il connaissait depuis seulement quelques mois.

« C’est ton pote, Matthew ? » demandai-je au jeune homme sans pour autant lui donner l’opportunité de s’imaginer que je m’intéresse à lui plus longtemps, puisque je lui ai tourné le dos et me suis éloignée sans dire un mot avant même qu’il n’ait eu le temps de terminer sa phrase. Pourquoi ça ? Eh ben j’en ai rien à branler, c’est simple !

J’observe donc au loin tous mes anciens assis au fond et plus particulièrement John qui lance des regards discrets en ma direction - histoire de ne pas attirer l’attention de mon frère ou d’un pote - tout en tenant le joint qu’il fume, laissant son autre main se balader sous le haut d’une fausse blonde assise inconfortablement sur ses genoux. Il faut dire que depuis que moi et Matt’ on se reparle, j’ai décidé de l’ignorer un bon moment avant le considérer juste comme un simple ami et rien d’autre. Ce que monsieur a peut-être sans doute mal pris, mais ça j’en ai rien à foutre et s’il fait ça pour me rendre jalouse (bien que ce soit tout naturel venant de lui et donc nullement calculé) alors c’est grillé d’avance.
Et puis c’est pas comme si ça pouvait me faire quelque chose, sérieux… J’ai tellement mieux.

Ennuyée de toujours devoir assister au même spectacle avec ces mecs, j’ai jeté un rapide coup d’oeil vers les tables du milieu, où j’ai pu distinguer de nombreuses connaissances…… Sauf une meuf sortie de nulle part que personne n’a jamais croisé ici - bah oui parce que JE n’ai jamais vu quelqu’un ici auparavant ça veut dire que personne ne l’a vu - et qui a plus l’air d’être paumée qu’autre chose.
Emportant deux bouteilles de bière sur mon chemin, je me suis dirigée vers la table de cette inconnue. Une fois arrivée devant elle, j’ai tiré la chaise, me suis assise, ai posé les bouteilles devant nous.

« T’es qui toi ? »

J’ai haussé un sourcil en regardant sa gueule de merde et ne put m’empêcher de lâcher un : « Dégueulasse. » alors qu’elle s’apprêtait à terminer sa phrase.




HRP - Voilà, c'est très court et très nul mais comprends moi j'ai dû refaire le RP à cause de la connexion pourrie que j'ai et comme je sais que tu veux pas perdre de temps j'ai posté ça vite fait. J'espère que ça t'ira quand même. :)


12 roses. ♥

bang bang shot you down:
 


Judith & Matthew:
 




avatar
Invité
Invité
Re: Who's bad ? [Pv Julie] | Mar 05 Aoû 2014, 19:05



L'air paumée, Julie observait autour d'elle, sans savoir où aller. Trop de monde, trop de gens, trop de couleur. Tout lui était inconnu, et ça la déstabilisait. Où était passé son Londres tranquille, son quartier chéri ? Tous les personnages qu'elle connaissait des livres se promenaient là, parlaient, semblaient vivre sagement leur vie, comme dans un rêve. Julie allait finir par croire qu'il s'agissait d'un rêve. Oui, voilà. Elle se réveillerait plus tard. En attendant, qu'est-ce qu'elle pouvait faire ? Visiter ? Et peut-être que quelqu'un voudra l'embaucher pour une quête, une aventure, comme dans les héroics fantaisy ! Gaiement, elle s'avança sur les pavés, dévorant tout le paysage des yeux, ne pouvant empêcher un large sourire d'étirer ses lèvres. Boutiques, marchands, vampires, démons, sorciers, ils étaient tous réunis là, et la ville bruissait de discussions, cris, bruits en tous genre. Elle avait l'impression de trancher, au milieu de toutes ces races différentes. Heureusement, ou pas, personne ne faisait attention à elle. Enfin, jusqu'à ce qu'elle passe devant un groupe de filles qui gloussaient et piaillaient à qui mieux mieux. Elles l'abordèrent, et avec forces mimiques et moues qu'elles voulaient mimi, elles lui fourrèrent un sablé en forme d'étoile dans les mains, avant de se sauver en pouffant de plus belle, sans que Julie ne pige pourquoi. Elle scruta le biscuit sous toutes les coutures, sans lui trouver de truc chelous, et reprenant sa route, croqua dedans. Il était délicieux, malgré un arrière-goût bizarre qu'elle n'arrivait pas à identifier. Soudain, elle se sentit à l'étroit, dans ses vêtement. Elle se stoppa, regardant sa tenue. Ils... Ils avaient rétrécis ?! Elle releva les yeux, et le reflet d'une jeune fille d'environ 18 ans lui renvoya son regard. Elle resta bouche bée. Que s'était-il passé ?! Elle s'approcha de la vitrine où elle se mira, sans comprendre. Était-ce le gâteau ? Lui jetant un regard soupçonneux, elle le jeta dans un coin, tant pis si elle gaspillait. Elle était toujours blonde, avait toujours ses yeux bleus, ses sourcils épais, ses joues rondes, mais elle était... Grandie. Que c'était bizarre. Que devait-elle ? Elle se mit à paniquer, agitant nerveusement les bras devant le magasin, ce qui lui valut quelques regards incrédules. Captant enfin qu'elle passait pour une grosse idiote, elle s'arrêta, avant de poser ses mains sur ses tempes :

Réfléchis, Julie, réfléchis. Ne pas paniquer, ne pas-AAAH. JE FAIS QUOIIII ?!

Elle regarda autour d'elle, essoufflée de panique.

Du calme, du calme. Je vais trouver une solution. Je vais trouver une solution. Une solution ?

Pour éviter d'attirer encore plus l'attention par ses cris et ses gestes, elle s'engagea dans la ruelle à côté de la boutique, se posant contre un mur, sans savoir quoi faire. Bon, elle avait grandi, okay ? Et après ? Elle n'avait aucun chez elle et- Oooh. Une idée venait de fuser dans son cerveau. Elle donnait 18, 19 ans, non ? Donc elle avait le droit de faire ce qu'elle voulait ! Elle sourit. C'était un mal pour un bien, autant qu'elle profite des avantages ! Rassérénée, elle reprit sa marche. Donc, qu'est-ce qu'on pouvait faire quand on était majeur ? Aller en boite, boire ? Elle ne savait même pas les discothèques existaient, ici. Pour les bars, si, ça se voyait, vu les noms des boutiques. Et elle commençait à avoir mal aux pieds. C'était une idée. Elle pointa donc son nez à l'entrée, avant de pénétrer dans un grand salon assez sombre, et qui semblait squatté par de beaux poivrots, des costauds et des vrais, du genre à qui dix bouteilles d'eau de vie ne feraient rien. Pas rassurée pour un sou, elle déglutit et se dépêcha d'aller occuper une petite table, au fond de la pièce, collée contre le mur de bois foncé. Elle commençait déjà à regretter son entreprise. A peine dut-elle installée qu'une jeune servante, aux formes généreuses, et peut-être pas assez couvertes pour le bon sens, s'approcha pour prendre sa commande. Elle hésita un moment, avant de prendre une bière. Elle n'était pas habituée à l'alcool, d'une parce qu'elle n'avait pas envie de ressembler à sa mère, de deux parce qu'elle n'osait pas, tout simplement. Mais allez, elle avait poussé, non ?! Alors hop, du cran, Julie ! Deux minutes plus tard, la bouteille arriva, et elle colla timidement ses lèvres au goulot pour avaler une gorgée, avant de grimacer. C'était amer et acide, avec un goût qu'elle ne saurait définir, mais ce n'était pas si mauvais. Elle but une autre gorgée. Elle sentait déjà ses joues qui chauffaient sous l'effet de l'alcool. Ça faisait du bien. Elle soupira. Elle allait rester là un moment, et elle réfléchira plus tard à son problème. Et si elle restait toute sa vie comme ça ? A cette idée, elle écarquilla les yeux et s'engouffra la moitié de la bouteille. A côté, la taverne s'emplissait, notamment grâce à un groupe de gens qui étaient là pour se bourrer la gueule, apparemment. Elle les observa un moment, et croisa un instant le regard d'une des personnes, avant de détourner les yeux, embarrassée. Et à sa grande surprise, la jeune femme se leva, délaissant ses amis pour venir vers elle, deux bières à la main, qu'elle posa sur sa table, avant de tirer la chaise et de s'asseoir, l'air pas commode. Julie déglutit. Elle avait de longs cheveux noirs, un visage fin et pointu, et des yeux perçants dorés. Elle était mince, mais on sentait qu'elle n'était pas fragile. De plus, elle n'était pas habillée comme une richarde, mais plutôt une... Enfin, elle portait un débardeur noir, un jogging, de ce qu'elle avait pu voir. Ca allait déjà mieux que ses propres fringues trop petites. Unie peau mate. Elle se demanda qui elle était.

T'es qui toi ?

Bonjour sinon, hein ? Elle ouvrit la bouche, alors qu'un "Dégueulasse" sortait de celle de la sienne. Elle écarquilla les yeux, mais décida de ne pas calculer. Si elle commençait une bagarre, elle n'allait jamais se sortir de ce barbier.

Euh... Julie. Julie Grantt... Et toi ?

Elle jeta un regard vers la troupe de la jeune femme, qui leur jetait des regards étonnés, puis retournaient à leur occupation. Elle les pointa discrètement :

Ce sont... Tes amis ? Ils nous observent...


Ange déchue

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Judith Levy-Cohen
Ange déchue
Coeurs : 126 Messages : 423
Couleurs : #585858
J'ai traversé le portail depuis le : 17/06/2013 et on me connaît sous le nom de : Judy. Mon nom est : Judith Levy-Cohen. Actuellement je suis : follement amoureuse de lui (Matthew) Il paraît que je ressemble à : des œuvres originales • IRL : Megan Fox et à ce propos, j'aimerais remercier : delgnvflue.
Re: Who's bad ? [Pv Julie] | Mar 05 Aoû 2014, 19:59


« Euh… Julie. Julie Grantt… Et toi ? »

Et oui j’avais bien raison : cette nana est une inconnue dont personne n’a jamais entendu parler et dont personne n'entendra sans doute parler et que ce soit dans un futur proche ou lointain à cause de son physique trop banal et son faible caractère. C’est triste pour ceux qui comme elle sont constamment associés à ces “gens totalement inintéressants et non-populaires” qu’ils sont. Je n’ai même pas daigné lui répondre puisqu’après tout c’est une honte de ne pas savoir qui je suis de près ou de loin, ni même savoir faire la différence entre une ancienne ou une tshoin (bah oui parce que mademoiselle prend la confiance à c’que j’vois). « Ce sont… Tes amis ? Ils nous observent. » Je jetai un bref regard vers ceux qu’elle croit être mes amis avant de rouler les yeux. Qu’est-ce que cette Julie je sais pas quoi peut être conne putain comme si j’vais être pote avec des pauvres énergumènes comme eux que je ne connais ni d’Adam ni d’Eve.

Ce n’est pas un délire de garce hautaine même si ceux qui ne me connaissent pas -et je me demande comment ils font ? Peut-être qu’ils habitent dans des grottes - pourraient penser avant de me parler ne serait-ce qu’une minute pour comprendre que ce n’est pas le cas, mais c’est plutôt qu'on ne mélange pas les torchons avec les serviettes et contrairement à ce que vous pourriez penser, nous (c’est-à-dire moi y compris) ne nous considérons pas comme étant les serviettes ; bien au contraire. Nous gagnons notre argent d’une façon malhonnête, avons grandis pour la plupart dans des familles décomposées ou en tant qu’orphelins, et passons notre temps à provoquer les autres et semer le désordre partout, en agissant méchamment avec tous ceux qui ne nous sont pas semblables et qui ne comprennent pas ce qu’on a enduré. Aujourd’hui nous sommes pour le plus grand nombre d’entre nous riches, voire millionnaires, ou milliardaires pour les plus déterminés grâce au trafic de drogues/stupéfiants en tous genres, crimes organisés et autres ; mais ça ne m’oblige pas à me balader en mini-jupe et talons hauts tous les jours, surtout ici aux ruelles sombres où seules les prostituées ou celles qui ont des réputations de filles faciles se baladent ainsi. Ça ne m’étonnerait pas que l’idiote assise en face de moi fasse un portrait totalement faux de ma personne mais vous me direz, quand on est arriviste c’est normal de ne pas savoir qu’une gucci sur la tête vaut 450 facile et le survêt’ que je porte aux alentours de 250 - et ça encore pour moi c’est rien, mais à quoi bon porter des habits qui m’ont coûté parfois même le triple ou le quadruple alors que j’ai grandis ici et que c’est une taverne, pas une soirée mondaine. « J’les connais pas. » ai-je alors dit à ladite Julie, rompant ainsi le silence entre nous. « Ils doivent être en train de se demander ce que je fous avec une meuf comme toi. » J’ouvris une bouteille. « Qu’est-ce tu fiches là, en fait ? » Puis la deuxième, avant de les pousser vers elle. Je bois pas de ça moi, je tiens trop bien l’alcool de toute manière alors vous imaginez deux bières ? Aucun effet. J’ai alors tourné la tête vers la table à ma gauche, où un jeune homme compris bien vite que je voulais la bouteille de vodka sur sa table. Il me l’a déposée juste devant moi et est reparti sans dire un mot.

J’ai fixé un instant la Grantt, attendant qu’elle commence à boire mais rien du tout.
“Putain, tu vas boire salope ?!” j’aurais pu hurler ça, mais pour une fois je me suis contentée de dire : « Bois ça. ».

Je m’en fous d’elle et de sa déshydratation ou je ne sais quoi mais c’est surtout que mademoiselle a une voix de bébé et si ça se trouve c’est une usurpatrice. Juste par simple curiosité.. M’enfin non je m’en bas les couilles ; juste par ennui on va dire.


12 roses. ♥

bang bang shot you down:
 


Judith & Matthew:
 
 
Who's bad ? [Pv Julie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une leçon de courage... avec Julie Benz
» Nouvelle série avec Julie Benz : "Dexter"
» Julie VS Amélie.
» Salut ! Moi c'est Julie.
» [Peters, Julie Anne] La face cachée de Luna

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Ruelles sombres-
Sauter vers: