Partagez | 
 

 « So that's friendship ? » [Pv Niji] | [Clôturé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ange déchue

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Judith Levy-Cohen
Ange déchue
Coeurs : 126 Messages : 423
Couleurs : #585858
J'ai traversé le portail depuis le : 17/06/2013 et on me connaît sous le nom de : Judy. Mon nom est : Judith Levy-Cohen. Actuellement je suis : follement amoureuse de lui (Matthew) Il paraît que je ressemble à : des œuvres originales • IRL : Megan Fox et à ce propos, j'aimerais remercier : delgnvflue.
« So that's friendship ? » [Pv Niji] | [Clôturé] | Ven 02 Aoû 2013, 01:59

 

J'étais tranquillement assise sur un banc, en train de regarder les enfants qui marchaient dans le parc tous ensemble, le sourire collé aux lèvres pour la plupart. Il y en avait deux ou trois qui n'avaient pas l'air de bonne humeur. Ou plutôt, ils n'avaient pas envie de faire semblant d'être contents d'être avec tous les autres. Non, ceux-là préféraient tirer la tronche et observant d'un mauvais oeuil les gestes des autres. Ils avaient la haine envers eux. Et pourtant ces pauvres là n'avaient pas l'air de les avoir provoqué ou quoi que ce soit. Non bien loin de là. C'était plutôt qu'ils rendaient morts de jalousie les trois qui étaient hautains et qui ne prenaient même pas la peine de se retenir de les briser à n'importe quel moment histoire d'éviter une mauvaise ambiance. Bwah. Ces gamins. Je m'apprêtais de tourner la tête vers la rivière, qu'un cri de fille était parvenu à mes oreilles. C'était une des fillettes qui faisait partie du groupe d' " amis " - entre autre, si l'on enlevait les parasites -. Un des garçons avait volontairement fait tomber son cornet de glace sur son tee-shirt. Il s'éloigna d'elle l'air de rien, comme s'il n'avait rien fait du tout. Une de leurs amies s'était mise entre eux deux, puis demanda au morveux pourquoi il avait fait ça. Pas de réponse. Bien évidemment. J'avais lâché un soupir, tandis que je suivais toujours la scène très attentivement. Deux autres lui avaient dit de lui demander pardon. Ce crétin s'était contenté de dire en un seul souffle " je te présente mes plus plates excuses ", avant de se retourner de nouveau et de se remettre à marcher. La petite qui avait tout l'air d'avoir joué le rôle de son défouloir s'était aussi remise à marcher, en se gardant bien de lui faire une remarque sur son sale caractère. Pourtant elle aurait dû. Mais mademoiselle ne l'avait pas fait, car selon ce que j'avais vu et ce que j'avais lu dans différents livres sur la psychologie des êtres humains - oui, je m'instruis bien plus que tu le crois -, elle ne souhaitait pas empirer la situation actuelle. L'imbécile avait réussit à plomber l'ambiance entre eux - j'arrivais à le sentir de là où j'étais - et cette dernière ne voulait pas en rajouter. Ni l'humilier. Encore une fois, elle aurait pu. Mais car cette gamine avait bon coeur - à moins qu'elle n'était diabolique et qu'elle avait une idée derrière la tête (chose peu probable) -, elle avait décidé de fermer sa bouche. En un sens je pourrai vous dire que cette rousse est tout mon contraire. De l'autre, j'arrive à la comprendre. Et c'est dans des moments pareils quand je me retrouve spectatrice de telles scènes que je me rends compte très souvent à quel point je suis dégueulasse avec les autres. Immonde, même. N'allez pas croire que j'en suis fière car bien au contraire ; ça me donne l'envie de vomir. D'un pas rapide, je m'étais dirigée vers cette bande de gnomes. Ou plutôt vers le blond qui avait osé agir comme je ne sais qui quelques minutes auparavant. Une fois à sa hauteur - ouais bon t'as pigé, je le dépasse quand même d'au moins vingt centimètres -, j'avais posé mes mains sur ses épaules, et l'avait retourné sur lui même histoire qu'il ne soit plus de dos. Une fois ça de fait, je lui avait flanqué une gifle. T'inquiètes je m'étais retenue un maximum - on tape pas fort les gosses naméoh - mais ça avait quand même eu l'effet de lui faire tourner la tête à 180 degrés. Les sourcils froncés, la main levée, je lui avais dis d'un ton strict : « Tu t'prends pour qui toi sérieux, pour lui faire ça ? Tu t'crois so gangst mais t'as même pas encore de poil sur la quéquette, imbécile. » Silence. Il ne voulait rien dire. Au moins on lui avait enseigné qu'il ne fallait pas répondre aux grandes personnes. C'était déjà ça. A moins qu'il était juste en train de flipper sa race et que sur le coup même s'il aurait voulu en placer une, les seules choses qui seraient sorties de sa petite bouche n'auraient été rien d'autre que des balbutiements ou une série de mots totalement incompréhensibles. Les deux cas n'étaient pas pour me déplaire de toute manière. « T'as pas à lui faire ça, tu piges ? » Je l'avais alors brusquement poussé avant de me retourner et de dire : « Allez hop, barre toi avec tes potes et fous leur la paix. Fais pas chier la prochaine fois. » Je sentais tous les regards des enfants autour de nous qui avaient observé le spectacle du début jusqu'à la fin. Tandis que je faisais encore et toujours la gueule - j'ai envie de dire pour pas changer -, la rousse de tout à l'heure m'avait fait un grand sourire. Ni une ni deux, je m'étais remise à marcher vers une autre direction, vers un lieu où j'étais presque certaine de ne pas trouver beaucoup de monde. Quelques minutes plus tard j'y étais déjà. Un arbre gigantesque était devant moi. Autour, il n'y avait que de l'herbe - ils m'avaient toujours fait rire ce qui précisaient avec " verte " à côté. Comme si que y avait de l'herbe bleue, marron ou orange. 'Fin ... Les gens avaient de ces couleurs de cheveux tellement pas croyables que j'imaginais que je n'aurai franchement pas grand mal à croire la personne qui allait m'avouer cela un jour - en ce qu'il s'agissait de la couleur du gazon. Bref. Personne à l'horizon. Juste parfait. J'avais fait quelques pas en avant, et m'étais allongée de tout mon long à terre, enlevant ma casquette et la posant à côté de moi, après avoir détaché ma longue chevelure (pas la peine de dire qu'elle est soyeuse et tout le tralala inutile, vous devinez facilement que j'ai grandement de quoi me vanter sur mon physique). Ah. Qu'est-ce que ça faisait du bien. Tellement que ce petit moment de détente qui venait de débuter avait eu le mérite de m'arracher un léger sourire. J'avais les yeux fermés et pourtant je sentais tout ce qu'il y avait autour de moi. J'arrivais à m'imaginer le décor rien qu'en sentant les doux reflets du soleil sur ma peau qui devenait de plus en plus chaude, les brises fraîches qui passaient de temps à autre en soulevant les pétales des fleurs aux alentours et notamment les gazouillements des oiseaux perchés sur les branches de l'arbre qui faisait un peu d'ombre. Oui, c'était tout à fait magnifique. Enfin... ça l'était jusqu'à ce que j'avais senti une présence non loin de là. J'avais papilloné des yeux avant de les ouvrir une bonne fois pour toute et de m'être soutenue avec mes coudes histoire d'être capable - plus ou moins - d'apercevoir le visage de celui ou celle qui m'avait dérangé - roh la phrase de snob -. Contre toute attente, c'en était un qui ne m'était absolument pas inconnu. C'était celui de N. J'aurais pu le reconnaître entre mille avec sa belle gueule et ses cheveux verts. Ou pas. J'aurais pu confondre avec Matthew. Quoique. Les siens étaient beaucoup, mais alors là beaucoup moins longs. Puis le mage avait des iris de la même couleur que les miennes : ambrées. Atta' ... Putain. Pourquoi je pense à lui, moi ? Chui trop conne. « Oh. C'était que toi. » Avais-je dit d'un extrêmement calme, avant de m'allonger à nouveau sur les dos et de croiser mes mains sur ma poitrine, le regard levé vers le ciel dégagé. Oui je n'ai même pas pris la peine de le saluer comme une jeune femme tout à fait normale, oui c'était pas comme ça qu'il fallait agir et tout le bordel, mais moi j'étais pas comme les autres et puis c'est tout. En plus N, je le connaissais depuis déjà un bout de temps. Ce gars là réussissait à me déstabiliser car sans que je ne m'en rendais compte, je devenais de plus en plus agréable avec lui. Parce que monsieur avait le don de ne pas me juger à cause de mon statut, de la façon dont j'agissais envers lui ou encore de mon humeur - totalement exécrable au passage. Et puis à force à force, je m'y étais habituée. Bien sûr je n'allais pas le lui dire, ni même le lui faire comprendre, car au tout début ça n'était même pas mon but de m'en faire un ami. Je me demandais même si je pouvais le qualifier comme étant tel. Lui sans doute, mais moi j'avoue que j'avais un peu de mal. Judith Levy devait être une ange déchue qui ne comptait pas grand nombre d'individus dans son cœur. C'était le cas, d'ailleurs. Mais malheureusement il y en avait des comme lui qui n'en avaient rien à foutre de comment je pouvais être et qui revenaient toujours à la charge lorsque je les envoyais bouler - alors qu'en vrai c'était eux qui étaient en de meilleures positions pour le faire. Finalement le soleil commençait à sérieusement me taper sur la tête, et puis me faire griller c'était pas une chose que j'souhaitais vraiment. D'autant plus qu'avec mon pouvoir, faire bronzette ne servait très clairement à que dalle. Du coup je m'étais levée. Pour m'asseoir à un mètre de là même pas, adossée contre le tronc d'arbre. Ouey allez comprendre ma logique. Mais on s'en fiche t'façon. Faire les choses de travers c'était un truc pour moi et pour personne d'autre. Ceux qui m'étaient proches étaient bien placés pour le savoir.

« Quoi de neuf ? »

Quitte à rester avec lui, quitte à devoir m'avouer un de ces quatre matins qu'au fond je l'apprécie bien ce mec - allez pas croire que je l'aime, loin de ça -, quitte à devenir sa pote ... Autant commencer en douceur, non ? Et tu vois comme faire semblant de me soucier de comment il allait était impossible pour moi de le faire, autant lui poser une question sur les dernières nouvelles. Que ce soit les siennes ou pas. J'avais l'impression à ce moment là que l'entendre parler ne pouvait me faire que du bien. Ces temps-ci j'étais prête à tout. Même à me retenir de faire des commentaires cinglants ou de tout faire pour avoir le dernier mot. Il m'semblait que j'devenais gentille. Plus douce. Plus tendre.

... Beurk. Dégueulasse !

(c) Luchy



12 roses. ♥

bang bang shot you down:
 


Judith & Matthew:
 




avatar
Invité
Invité
Re: « So that's friendship ? » [Pv Niji] | [Clôturé] | Ven 02 Aoû 2013, 04:39


« So that's friendship ? »

E. Niji Faräwell & Judith Levy
Une journée des plus banales, encore... Il fallait vraiment remuer tout cela afin de mettre un eu de piment dans la vie ! Des aventures, des exploits, des surprises ! Mais qu'es-ce que je raconte là ? Venons à notre cher protagoniste, beau gosse de la life et le plus adorable ever : Niji.
Niji Faräwell, un des mecs les plus appréciés et les plus beaux de l'île. Bon, en réalité cela dépendait des goûts de chacun mais il faut tout de même avouer que son visage d'ange ferait chavirer des coeurs. Non mais attendez, en plus d'avoir été gâté par la nature, ce mec fait des études de médecine. Intelligent en plus ! Bon bon, arrêtons de faire autant de louanges sur notre elfe adoré (et mince, voilà que j'ai bien merdé) et parlons de lui.

Après avoir passé une matinée assez chargée à l'hôpital du Castle of Heart, endroit où il effectue son stage, et donc, après être allé vérifier si les plantes médicinales se développaient normalement et en tout confort, après avoir prit des notes durant que son maître de stage - ou plutôt le médecin qui l'avait prit comme assistant - faisait des examens aux patients, après avoir rangé une centaines de boîtes de médoc' et les avoir distribué à différentes personnes dans le besoin et après avoir mangé de bonnes pâtes à la carbonara dans un resto du coin et qu'il n'avait pas de boulot l'après-midi, il avait décidé d'aller prendre un peu d'air au parc. Cet endroit était sans doute, l'un de ses espaces favoris, où l'atmosphère était calme et paisible, ou l'air était encore plus pure...


    ▬ AÏE ! ARRÊTE DE ME TIRER LES CHEVEUX !
    ▬ T'AVAIS QU'A PAS ÊTRE AUSSI MOCHE !
    ▬ JE VAIS LE DIRE A MA MÈRE ! ET PUIS C'EST TOI QUI EST MOCHE !
    ▬ TAIS TOI !


L'elfe avait tourné la tête vers ces deux enfants qui devaient être âgés de cinq ans, le garçon avait tout de même méchamment tirer la chevelure blonde de la fillette qui pleurait à présent. Quoique, le parc n'était peut-être pas aussi calme qu'on le prétendait. Niji soupira et décida de s'approcher d'eux, il se positionna en tailleur afin d'être à leur niveau. Une voix calme, il commença à leur parler, tout en leur faisant la moral avec un léger ton sévère. Il ordonna ensuite aux s'enfants de s'excuser mutuellement et de jouer correctement sans bagarre. C'était impressionnant la manière dont il calmait et influençait les gens. C'était comme si par sa voix il les ensorcelait, par son charisme on l'écoutait. Un homme pas comme les autres je vous dis ! Si ça se trouve, c'est l'homme de votre vie ! ...
Quoique, êtes vous la personne de sa vie ? Trêve de bavardages, Niji décida, après ce petit incident qui avait brisé son image d'un parc tranquille, de partir à la recherche d'un endroit calme où il pourrait piquer un petit somme. Après avoir marcher durant plusieurs minutes, il aperçut un coin plutôt isolé avec peu d'enfants. Tout en s'approchant du lieu désiré, il fut attiré par une personne, allongé délicatement dans l'herbe. Une jeune femme, dont le visage dont les traits étaient droits, sa peau, blanche comme la neige, ses longs cheveux d'un noir ébène des lèvres rouge comme...
Je vous arrête tout suite, la femme en question était loin de ressembler à blanche-neige.

Alors qu'il avait rapproché sa tête de celle de la jeune fille, celle-ci, sembla alerté par sa présence et ouvrit les yeux. Elle se mit à battre des cils, c'était quand même assez creepy à vrai dire. Bref, cette fille en question n'était autre que Judith. Une manipulatrice ! Mais pas assez pour Niji. Enfin quoique, elle n'avait jamais vraiment cherché à le manipuler. Plutôt réfléchi et "jem'enfoutisme", l'elfe était un peu dans son monde la plupart du temps, non pas qu'il n'acceptait pas la réalité ou qu'il était égocentrique, non non non, loin de là. Il était altruisme et parfois terre à terre, mais disons qu'il change souvent d'avis.

    ▬ Oh. C'était que toi.


Oui, ce n'était que lui. Rofl, avoue que tu es contente que ce ne soit pas un pervers venu pour te mater et qui pourrait te violer dans la minute qui suit. Quoique...
Non non non, pervers mais pas violeur ! Il sourit alors à Judith, il l'avait bel et bien reconnu, malgré le fait qu'elle pouvait changer d'apparence. D'ailleurs, Niji préférait la voir sous sa vraie apparence, elle était bien plus belle, bien plus élégante.

    ▬ Quoi de neuf ?


Judith, toujours aussi malpolie, pas même de bonjour, ça va. Quoique en fait, Niji s'en fichait complètement, son amie était là et il n'allait pas passer un après-midi seul. Il pouvait lui parler, lui faire des choses...Non je rigole. D'ailleurs, il semblerait que depuis peu, il se passait des choses entre elle et son cousin Matthew. A vrai dire, l'elfe n'en savait pas grand chose, juste qu'ils se connaissent et qu'ils se voyaient parfois. Bref, il n'en savait vraiment rien mais la curiosité lui donnait envie de la taquiner sur ce sujet.

    ▬ Eh oui, c'est bien moi, quoique, tu espérais voir Matthew ? Désolé pour cette déception.

L'elfe éclata de rire puis prit place aux côté de Judith. Taquiner les gens était l'un de ses passe-temps favoris. Le plus drôle était sans doute leur réaction et leur réponse. On aime toujours les surprises hein ? Niji appréciait Judith pour la simple et bonne raison qu'il ne s'ennuyait pas avec elle et qu'il avait détecté la première fois, un peu de bonté en elle malgré ses airs hautains. C'était une gentille fille en réalité, enfin, cela dépend de votre définition de "gentille". L'elfe voyait le bien partout à vrai dire, il voyait la vie en vert, non merde en rose.


    ▬ Mon stage à l'hôpital se passe plutôt bien. C'était appétissant de voir l'intérieur d'un corps, surtout lorsque c'est vivant. Tu vois le coeur qui est en train de battre, tu vois même le sang qui circule dans les veines. C'est fascinant. Haha, un jour si j'ai mon cabinet, tu viendras te faire ausculter chez moi ~


Hum...Oui appétissant N. Mais c'est complètement dégoûtant ! Voir des corps ouverts pouvaient en dégoûter plus d'un mais pas Niji. Des corps ouverts dont les boyaux avaient été dispersés aux alentours, dont les membres ont été mutilés, ça il l'avait vu. Il avait vu ces horreurs alors qu'il n'avait que quinze ans. Ce fut un traumatisme pour lui durant quelques années jusqu'au jour où il comprit que sa vocation était de sauver des gens, donc la médecine.


    ▬ Et toi ? Quoi de nouveau ? D'ailleurs, comment ça se passe avec Matthew ? Parait que le courant passe bien entre vous. Dommage, j'aimerai bien en profiter moi aussi ♪


Niji maîtrisait totalement cet art d'humour un peu salace bizarre. Lorsqu'on se trouvait en sa compagnie, pas étonnant d'entendre au moins deux voire trois phrase de ce genre. Les gifles volaient parfois vers lui, mais heureusement, agile et rapide, il les évitaient la plupart du temps...Bien que parfois cela pouvait lui laisser une joli marque rouge sur la joue. Bon dieu Niji, c'est sans doute l'un de tes plus grands défauts ! Après avoir taquiné la belle Judith, il se tourna vers son côté pour la regarder, et sans doute la déstabiliser avec son regard de charmeur. Oui de charmeur, pas de dragueur. NUANCE. Quoique en fait, ça se rapproche.


    ▬ Je rigole bien sûr.


[Ton RP était très bien 8D Désolé pour le mien où je blablate pour rien >< J'espère qu'il te plaira ;_;]

© fiche créée par ell

Ange déchue

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Judith Levy-Cohen
Ange déchue
Coeurs : 126 Messages : 423
Couleurs : #585858
J'ai traversé le portail depuis le : 17/06/2013 et on me connaît sous le nom de : Judy. Mon nom est : Judith Levy-Cohen. Actuellement je suis : follement amoureuse de lui (Matthew) Il paraît que je ressemble à : des œuvres originales • IRL : Megan Fox et à ce propos, j'aimerais remercier : delgnvflue.
Re: « So that's friendship ? » [Pv Niji] | [Clôturé] | Ven 02 Aoû 2013, 23:26

 

« Pas du tout. » avais-je dit comme réponse à sa question. C'était un mensonge et il devait s'en douter. D'ailleurs en y repensant, ça commençait à faire un bail que je l'avais pas vu l'autre. 'Fin c'était mieux ainsi. Au moins j'étais consciente que j'avais une chance sur deux de ne pas en devenir totalement accro. Comment ça, c'était déjà partiellement fait ? Oh et puis vous pouviez pas me foutre la paix d'abord ? Sérieux quoi. Fallait toujours que quelqu'un se ramenait pour me poser des questions pièges. Ceux-là je les trouvais pas à chaque coin de rue - tant mieux - c'était évident, mais des fois lorsqu'il arrivait que nos chemins se croisaient, ils avaient le mérite de me faire grincer des dents et ce plutôt deux fois qu'une. Sauf que comme je ... Aha ! J'avais changé de sujet et vous ne vous en étiez même pas rendus compte. J'aurais pu continuer à me vanter toute seule de mes propres capacités à mener les gens par le bout de leurs nez ou à passer du coq à l'âne sans être prise en flagrant délit, mais il avait fallu que N m'avait détaillé ce qu'il avait fait vu je ne sais quand. Je m'étais retenue de lui faire part de mon dégoût qui se faisait grand en lui disant : « J'crois pas non. » tout en arquant mes fins sourcils tracés au crayon. Comment ça j'étais tout à fait débile pour ne pas avoir sauté sur l'occasion ? Bah ça allait hein. D'autant plus que je n'étais pas une petite profiteuse bon ok je l'avoue : des fois juste un peu. Et puis hein si dans un futur lointain je devais rendre visite à un docteur, ça n'allait pas être lui. Que je sache. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que ce jour là, c'était pas pour ma santé mais pour autre chose.

Comment ça, ça t'étonnais de me voir penser à des trucs pareils ? Bahwi et heureusement d'ailleurs, parce que depuis tout à l'heure je déconnais. Non non j'pouvais vous l'assurer : j'étais une fille trop bonne qui n'était carrément pas du même genre que les autres pétasses qu'il était facile de trouver dans les ruelles sombres. J'y traînais et c'était normal, car j'y habitais, mais sinon  ... Prenez moi pas pour une dévergondée. C'était tout ce que j'avais à vous dire.

« Et toi ? Quoi de nouveau ? D'ailleurs, comment ça se passe avec Matthew ? Parait que le courant passe bien entre vous. Dommage, j'aimerai bien en profiter moi aussi. »

Qu'il avait dit. Ah. J'avais légèrement incliné la tête vers le bas. Franchement ce mec. Il avait toujours une réplique à me sortir  et aussi idiote, futile ou gênante (comme celle-ci) soit-elle, il réussissait toujours à me donner l'envie de sourire. Cela devait sans doute être mon humour tout à fait pourri. Quoique j'avais sérieusement des doutes là dessus. Bref. Un sourire en coin s'était dessiné sur mes lèvres teintées de rouge très clair. J'avais senti son regard posé sur mon visage et l'avait donc tourné vers lui en lâchant un " idiot " à peine audible. Et puis au fait, pourquoi il me parlait de Matthew ? Chépa... P'têt qu'ils avaient parlé de moi. M'enfin non ça m'étonnait. C'était pas son genre - j'en avais l'impression en tous les cas. Roh et puis on s'en foutait pas mal aussi. Je voyais pas pourquoi on parlait du mage alors que lui si ça s'trouvait il pensait même pas à nous à l'heure actuelle. D'autant plus qu'en temps normal je n'y pensais et/ou parlais même pas. Bon ok c'était un énorme mensonge pas vrai à cent pour-cents mais c'était que de là où il était, il devait bien s'en rendre compte le gars. Toute façon hein j'étais pas le genre à gueuler à quelqu'un que je ... " l'aimais bien " - ah mais quand c'était pour exprimer ma haine, c'était fait sans aucun problème -. Mon sourire ne s'était pas détaché de mes lèvres lorsque N m'avait assuré qu'il était en train de rigoler. C'était évident. Autrement j'allais pas me retenir de faire la tronche encore plus longtemps.

« Désolée de te décevoir - à mon tour -, mais un plan à trois me tente absolument pas. » Bah quoi ? Quitte à se marrer, autant me laisser aller et lâcher une connerie à mon tour. Non, il n'y avait pas de sous-entendu ou de message secret dans cette phrase. Je ne voulais pas insinuer que je couchais avec le Harrington. Hein ? J'connaissais bien la réponse à cette question, du coup pas la peine d'y penser encore et encore. Pis de toi à moi c'était pas ce soir que j'étais d'humeur à finir dans son lit ou dans celui d'un autre. Anyway. Après avoir ri pendant un court instant, j'avais détourné mon regard du sien afin de le poser au loin, devant nous. Ah la la.  Qu'est-ce que je me détestais dans ces moments là. Dire que j'étais censée être une mauvaise fréquentation. Dire que j'étais censée haïr montrer les expressions faciales plus ou moins gaies de mon visage. Dire que je n'étais pas censée être ici à faire causette avec N... Et bah les gens restaient en ma compagnie pour une raison qui m'échappait, dire que je souriais et dire que j'étais là comme une meuf qu'avait rien d'autre à faire de sa misérable ive que de blablater de tout et de rien dans un coin isolé du parc, assise sur l'herbe et adossé à un tronc d'arbre gigantesque, en train d'observer mes longues jambes blanches qui étaient étendues devant moi. Arg. J'avais pas utilisé mon pouvoir aujourd'hui. Qu'est-ce que je me préférais avec une peau hâlée. C'était surtout que les gens aimaient bien me comparer à Blanche Neige et il fallait croire que j'étais tout sauf une fille à papa qui se prenait pour la reine du Monde, de l’île et des Cieux. Du coup une putain de princesse à deux balles ... C'était vraiment pas l'image que j'avais de ma propre personne et donc je n'appréciais pas que quelqu'un d'autre le faisait à ma place.

« Au fait ! » m'étais-je exclamée en tournant à nouveau ma tête vers le jeune homme à mes côtés, qui lui avait toujours l'air de bonne humeur. « Tu m'as pas dis quels sont tes pouvoirs. » C'était vrai quoi. Moi je lui en avais bien dévoilé deux : suspicion et contrôle de mon apparence. Ouey j'aimais bien m'en garder un rien que pour moi. Poser toutes mes cartes sur table n'était pas chose que je faisais grand nombre de fois. Et puis mon troisième était tout de même le plus puissant que j'avais. Un physique et deux psychiques. J'étais en train de le regarder fixemment - pour pas changer de chaque fois où ses iris de la même couleur que la plus belle des émeraudes du Sud Africain m'envoûtaient (lol) -, attendant patiemment sa réponse. Il arrivait des fois où j'étais curieuse, d'autres pas du tout ... Comme maintenant. Sauf que c'était surtout un de mes nombreux défauts qui me disait de lui soutirer les vers du nez parce qu'il avait fait la même avec moi. « Alors ? » Avais-je dit tout en éloignant les quelques mèches courtes et rebelles qui s'étaient posées sur mon doux visage - haha -. « T'oublieras pas de me raconter des trucs marrants après. En rapport avec toi. » Je lui avais alors fait un clin d'oeuil avant de lui dire : « Allez et si t'arrives à me faire rire, je répondrai à n'importe laquelle de tes questions. » C'était un défi que je lui proposais là avec une belle récompense à la fin. C'en était aussi un pour moi puisque je devais donc m'empêcher de rire. Mais bon que voulez vous ? J'allais passer cet après-midi avec lui et puis... J'avouais que s'il allait me dire un truc sur son cousin, ce serait pas mal - histoire que je m'en serve contre lui plus tard ('fin gentiment quoi, vous me connaissez). - drôle.

(c) Luchy



P.M.A. : J'adore ta façon de narrer. Change rien surtout ! xD


12 roses. ♥

bang bang shot you down:
 


Judith & Matthew:
 




avatar
Invité
Invité
Re: « So that's friendship ? » [Pv Niji] | [Clôturé] | Sam 03 Aoû 2013, 20:51


« So that's friendship ? »

E. Niji Faräwell & Judith Levy
Niji, toujours présent pour faire des blagues à la con qui lui sortait naturellement de la bouche. C'est fou mais, même si il paraissait débile, on se doutait qu'il disait ça pour rigoler et qu'en fait c'est un mec super intelligent qui connait plein de trucs ! Bref, tout pour dire que Niji est pas super en technique de drague. Attends de drague ? D'où tu vas draguer Judith alors que tu sais bien qu'elle n'a d'yeux que pour son ton cher cousin Matthew. Attends voir... Niji ne s'intéresse pas à Judith, non non non, il l’apprécie, comme une amie... (Niji il est à moi naméo !).  
Bref, j'arrête de blablater pour rien parce que ce n'est guère intéressant. Après avoir taquiné la petite Judith qui essayait de ne pas montrer ce qu'elle ressentait réellement par le biais de son visage, elle lui répondit de manière brève afin de ne pas se trahir. Bien que la petite note de ses phrases en disait déjà beaucoup. « Pas du tout. »  « J'crois pas non. » Roh Juju, un petit effort de réponse ! Tu veux pas lui avouer que tu meurs d'envie de revoir Matthew, de te jeter dans ses bras et de l'embrasser jusqu'à l'aube ? Non ? Bon ok, je me tais.
L'elfe demeurait toujours souriant, peut-être avait-il besoin de compagnie ? Il aimait être entouré de gens mais aussi être seul de temps en temps, il changeait régulièrement d'avis. Tiens, revenons à Judith. Alors que Niji lui avait, bon sous entendu qu'il se sentait attiré par elle alors qu'en fait ce n'est qu'un mensonge pour l'embêter, elle répondit avec un sourire.

    ▬ Désolée de te décevoir - à mon tour -, mais un plan à trois me tente absolument pas.

    ▬ Ah mais, je ne parlais pas vis à vis de toi. Je ne suis pas intéressé. C'est Matthew que je veux.

L'elfe lui jeta un regard, tout en souriant et en haussant un sourcil. Vous savez, ce genre de regard à la fois narquois et sexy qui disait : "si tu vois ce que je veux dire...". (regard de charmeur chelou !) Oh mon dieu il me fera toujours rire cet enfant. Oui encore une blague, mais que voulez vous, il adorait ça. Il se tut un instant attendant la réponse de cette dernière. Puis, il se rallongea dans l'herbe, si fraîche, si douce...Cette herbe n'était sans doute as d'aussi bonne qualité dans les plaines ou dans les prairies dont il en avait eu l'expérience. Proche de la nature, il ferma les yeux un instant, imaginant chaque détail qui l'entourait. Le parc, des gens, les enfants qui courraient, qui jouaient, des oiseaux qui chantonnaient, des arbres, des fleurs, de l'herbe, une chaleur.
Cette chaleur à ses côté était Judith. Malgré son caractère assez trempé, c'était une fille attachante et intéressante bien que pour certains, elle pourrait se montrer repoussante. Niji avait sans doute un pouvoir bien à lui qui faisait que les gens l'appréciaient. D'ailleurs, il ne recherchait pas tellement la sympathie chez les gens, il ne cherchait pas à se faire des amis. Cela venait tout seul. A vrai dire, la curiosité, l'un de ses plus vils défauts l'incitait à connaître la personne, il voulait savoir, apprendre et comprendre cette personne. Mais si celle-ci refusait, cela ne faisait rien, car lui non plus ne s'ouvrait pas totalement. Non pas qu'il ne vous faisait pas confiance, mais pour se protéger.


    ▬ Au fait ! Tu m'as pas dis quels sont tes pouvoirs.


L'exclamation de Judith réveilla l'elfe d'un seul coup. Il fut comme abasourdi un temps et resta les yeux fixés vers le ciel. Puis, après avoir reprit conscience, il tourna sa tête vers la jeune fille qui le regardait à présent. Qu'elle petite curieuse...A vrai dire, personne ne connaissait réellement les pouvoirs de l'elfe. D'ailleurs, il connaissait déjà quelques pouvoirs de l'ange, elle avait la possibilité de modifier son apparence à toutes les sauces (non Niji, n'imagine rien.) et le pouvoir de la suspicion, enfin je sais pas si on pouvait appeler ça comme ça. Je ne comprenais pas trop ce pouvoir, m'enfin bref, ce n'était pas si important que cela. Niji avait esquissé un sourire en entendant la question sur ses pouvoirs, allait-il le lui révéler ?


    ▬  T'oublieras pas de me raconter des trucs marrants après. En rapport avec toi. Allez et si t'arrives à me faire rire, je répondrai à n'importe laquelle de tes questions.



Judith venait de lui faire un de ses clins d'oeuil ravageur très sexy et draguant, merde, charmant. (en plus draguant dans c'te phrase ne veut absolument rien dire !). L'elfe élargit son sourire puis tourna sa tête pour observer le ciel en réfléchissant. « Est-ce que tu mérites que je te les révèle...Hmmm... » Devait-il lui révéler ? Peut-être. En plus, elle voulait qu'il fasse le guignol après ! Genre un clown à domicile. D'accord, d'accord, j'arrête de débiliter des imbécillités. Niji repensa à Judith et à ses pouvoirs puis se dit qu'elle avait tout de même le droit de savoir. Eh bien oui, ce n'était pas juste si il savait tout et pas elle. Sans détacher les yeux du ciel, il déclara d'un air naturel et décontracté :


    ▬ Bon d'accord, alors déjà, je peux me mettre tout nu en l'espace d'une seconde. Je peux voir sous tes vêtements, d'ailleurs jolie culotte noire. Et pour finir en beauté, lorsqu'il y a quelque que j'apprécie énormément, je pointe et ça me guide vers la personne. Ça l'a fait tout a l'heure, regarde comme je suis dur.


...Ok. Merci Niji pour ce filet de conneries sortis de nulle part, j'en rigole encore. Mais quel débile ! Il fait encore plus peur comme ça ! Non mais sérieux, dire qu'on s'attendait à une réponse sérieuse de monsieur Faräwell, ce dernier continue à dire n'importe quoi ! D'un côté, imaginez si quelqu'un avait ces pouvoirs, le gars serait un pervers violeur de fou. Brrrr...Effrayant. Imaginez que vous marchez dans la rue, un gars se pointe avec un truc qui pointe dans son pantalon, il vous décrit vos sous vêtements de manière dégueulasse et là se met tout nu.
Gosh, je vais faire des cauchemars.
Niji s'était tut afin de voir la réaction de Judith. Sa réponse lui faisait rire intérieurement, c'était assez débile comme ça.


    ▬ Non je te rassure c'est faux.


Bien sûr qu'elle devait sans douter, mais elle devait aussi se douter que Niji allait lui répondre des conneries de ce genre. Cela lui ressemblait tellement bien, mais Niji t'es quoi au fait ? Parfois, on se demandait ce qu'il se passait dans sa tête. C'était limite si il ressemblait à un malade mental. Quoique, il s'en fichait royalement vu que ça l'amusait de voir quelles réactions avaient les gens autour de lui. C'était drôle voire hilarant pour lui, cela apportait un peu de piment dans sa vie. En fait, l'elfe avait une vie assez remplie, il ne s'ennuyait presque jamais.
Pour revenir à Judith et Niji, ce dernier lui jeta un regard accompagné d'un sourire. « Si t'es sage je te le dirai. Quoique, tu peux très bien le découvrir par toi-même. » Han, Niji c'est pas cool ça. Nous aussi on aimerait connaître tes pouvoirs ! (bien qu'on peut tricher, mais chut...). C'est pas juste de dire ça ! Quoique, l'elfe avait découvert par lui même les pouvoirs de Judith, enfin, elle l'avait quand même aidé à deviner en lui montrant explicitement. Bon, désormais, il fallait la faire rire...Mais comment ? La plupart du temps ce que faisait Niji c'était les choquer. Enfin, choquer et rire. Finalement, il se dit que lui dire la vérité allait peut-être être mieux...Quoique...


    ▬ Tu vois Reshiram, cette semaine il a faillit mourir écraser par moi. Je m'explique, il était assis sur le canapé, version miniature, le truc qu'on ne voit pas, et je me suis assis dessus. Si je n'avais pas senti un truc me rentrer dans les fesses je ne l'aurai pas remarquer. C'était affreux, c'était limite si je me faisais sodomiser.



Attends...T'es sérieux ? C'est trop dégoûtant pour moi...Pauvre Reshiram, j'ai trop de la peine pour lui. Quoique il avait de la chance de pouvoir être Niji. Imaginez vous, vous endormir près de ce corps de rêve... Oui bon, c'est assez flippant comme ça n'en rajoutez pas.
après cet épisode, l'elfe n'avait pas grand chose à raconter car ces temps ci il passait beaucoup de temps à l'hôpital.


    ▬ Alors, je ne t'ai pas fait rire comme convenu ? Et toi, tu as des choses à raconter ? Je peux savoir comment ça se passe avec Mat' ou tu comptes me le cacher plus longtemps ? Je le vois, de mes yeux de grand frère.



© fiche créée par ell

Ange déchue

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Judith Levy-Cohen
Ange déchue
Coeurs : 126 Messages : 423
Couleurs : #585858
J'ai traversé le portail depuis le : 17/06/2013 et on me connaît sous le nom de : Judy. Mon nom est : Judith Levy-Cohen. Actuellement je suis : follement amoureuse de lui (Matthew) Il paraît que je ressemble à : des œuvres originales • IRL : Megan Fox et à ce propos, j'aimerais remercier : delgnvflue.
Re: « So that's friendship ? » [Pv Niji] | [Clôturé] | Dim 04 Aoû 2013, 01:46

 

Il m'avait donc dévoilé ses pouvoirs. Enfin c'était c'est ce qu'il disait... Et aussi ce qu'il appelait comme tels. Moi, je trouvais surtout qu'ils étaient surtout dignes d'un obsédé du sexe de première catégorie. Nan mais j'étais pas du tout surprise de c'qu'il venait de dire, hein. Et puis c'est que j'arrivais à croire sans aucun problème qu'il possédait ces capacités magiques là. Primo parce que j'avais toujours traîné avec des mecs et que j'avais pas de " copines " entre autre - ouey les filles c'étaient toutes des idiotes de toute façon et qui s'amusaient en plus à se lancer constamment des piques ou à se critiquer entre elles bien qu'elles se disaient " amies " -, qu'il y avait vraiment de tout sur l'île et que sérieusement, venant de lui, c'était pas choquant. 'Fin à moins que c'était encore son humour, mais si c'était le cas alors là j'avais pas du tout - mais alors là du tout - pigé. En guise de commentaire là dessus, j'avais juste lâché : « Je m'attendais à des trucs pareils. » avant de rajouter un : « Aussi louches que toi. » Un rire moqueur était alors sortit de ma bouche lorsqu'il m'avait " rassuré " en m'avouant que ça n'était pas vrai, jusqu'à ce que je m'en rende compte qu'il avait dit un truc ... Oh putain le salopard. J'avais tout à coup froncé les sourcils, et troqué mon air plus ou moins gai dû au sourire qui étirait jusque là mes lèvres contre ... Bah ma gueule habituelle quoi. « Je t'encacate. » Non non vous n'étiez pas au beau milieu d'un rêve rempli de magie, de paillettes et de bonté. C'était réellement moi qui faisait de plus en plus d'efforts pour être polie et donc me retenir de balancer toutes les insultes vulgaires qui m'passaient par la tête. Vous saviez au moins que je faisais même pas exprès ? C'était vraiment chiant de penser qu'à des trucs négatifs ou à des critiques péjoratives sur les autres. Ceux qui arrivaient à faire le vide dans leurs têtes, qui se disaient zen ou je ne sais quoi d'autre étaient dôtés d'une étrange capacité psychologique de sorte à ce qu'ils arrivaient à écarter toutes les idées noires de leurs esprits et d'éloigner toutes les ondes négatives de leurs propres personnes. Euheh bébé chou fallait arrêter de s'faire des films ; j'déconnais. Et pis même si j'me foutais pas de ta gueule ne serait-ce qu'une seconde, est-ce que t'arrivais à m'imaginer dans un délire musique relou avec des bruits de couin couin de canards, de gazouillements d'oiseaux et de bruits stressants dû à l'effet du vent qui venait soulever les feuilles d'un arbre cocotique du fin fond d'une île paradisiaque à la Robinson Crusoé ? Alors tu pouvais foncer dans le mur. Les choses comme ça c'était pas pour moi. Ni pour ceux qui me ressemblaient. Et qui donc de mon point de vue étaient réalistes un minimum. Quoi ? Tu croyais aussi que j'allais nous traiter de tarés ? Nop. S'insulter soi-même, ça servait jamais à rien. C'était comme faire son auto-portrait en n'employant que des critiques élogieuses. Oh et puis tu savais quoi ? Je n'avais jamais pensé sincèrement de mal de quelqu'un, ni l'avoir " traité " verbalement, ni avoir pris la grosse tête en me " la pétant ". Je disais juste la pure et simple vérité. Et même si la vérité avait le mérite de blesser le plus souvent les autres, il s'avérait que dans mon cas, ça n'était pas le cas. Ou du moins, très rarement.

« Lol. »

Non mais allô quoi tu pensais que j'disais vrai là ? Naaaaaaaaaan. J'avais toujours su que jouer le rôle de la parfaite garce qui se croyait meilleure que le peuple - oops - m'allait mieux que d'agir comme un garçon manqué, sauf que j'aimais pas ça. Parce que j'étais pas comme ça. Yup exactement ; j'étais un cas à part. C'était pas forcément sympathique de penser ça de moi, mais j'savais que les autres avaient différents avis sur ma façon d'être et ... Roh et puis on s'en battait les cacahuètes de c'qu'ils pouvaient en penser.

« Ok. J'retiens. » avais-je dit en chuchotant, tout en fermant les yeux et en mettant ma tête contre le tronc d'arbre, après avoir repris la casquette que j'avais mise à l'envers quelques heures plus tôt pour la poser juste entre nous deux. Eh non mais c'était pas du jeu là. Ce gars était complètement dégueulasse de me faire ça. J'voulais dire : moi j'lui avais bien dit - ouais 'fin il a bien fini par connaître - deux de mes pouvoirs, et lui il était là, tranquille, à me faire piger gentiment que monsieur N ne comptait pas me les dévoiler de si tôt. Tsst. Faisait chier. « Voilà c'que ça coûte de vouloir être gentille. » M'étais-je exclamée en croisant les bras. Ah bah bravo. C'était reparti pour un tour ! Je commençais à ne plus pouvoir me retenir. Ouais la coolitude/patience/toute autre qualité digne d'appartenir à un moine/prêtre et moi ça faisait quatre vingt neuf et ça c'était un secret pour personne. Du moins au départ ça l'était pas. Ensuite si quelqu'un l'ignorait c'était d'sa faute. Oui, j'étais une jeune femme qui ne se considérait nullement responsable de quoi que ce soit qui pouvait arriver et qui était en rapport avec. Je le disais haut et fort d'ailleurs. Quitte à croire que me laver les mains était un de mes passes-temps favoris. Après avoir foutu la merde, bien sûr. Bref. N devait maintenant me faire rire. J'espérais qu'il allait réussir. Rien que pour rectifier le tir de tout à l'heure, qui avait fait monter à la surface un peu de mon animosité bien connue. J'étais donc en train de l'écouter attentivement les yeux fermés, dans l'espoir qu'il allait me raconter une bêtise qu'il avait fait plus jeune avec les membres de sa famille - en l'occurence ses parents. J'avais perdu les miens lorsque j'étais toute petite, on ne pouvait pas dire que je m'en souvenais - ça par contre c'était un secret que je n'avais confié à personne si ce n'était Jasper que je considérais avec Jude tel notre frère, en plus d'être notre meilleur ami - et donc... J'aimais écouter les autres me parler de leurs enfances passées auprès de leurs géniteurs. Des fois j'écoutais et j'm'imaginais à leur place. Hein ? Comment ça, j'étais une femme touchante quand je le voulais ? Yeurk.

« On peut dire que tu as merdé en beauté, là. » J'avais ré-ouvert les yeux à ce moment là. What ? J'avais répondu à sa question : il n'avait pas du tout réussi à me faire marrer. En même temps c'était évident hein. Lui même devait s'en rendre compte. J'vous cachais pas que j'étais un peu déçue de ne pas avoir pu l'entendre me parler d'autre chose que de cul ou d'affilié. Quoique... Les blagues sur les plans culs c'était pas mal fun du tout, mais sinon là.. Bof.

« Hmm... Je sais pas. J'te parlerai peut-être de moi et lui plus tard, quand j'aurai constaté que t'auras été sage. » Je venais de lui retourner ses propres paroles et de les lui balancer dans la figure. J'avais d'ailleurs fait la même chose avec son cousin, lors de notre première rencontre. Quoi encore ? Ouey je l'savais que t'étais étonné et que tu te disais que Matt' devait me prendre pour un cas social au touuuut début parce que j'agissais comme ça - normalement quoi - mais... On s'en foutait non ? Si. Quand même un tout petit peu. « De grand frère ? Toi aussi t'as une petite soeur ? » avais-je demandé. C'était plus pour changer de sujet qu'autre chose. « Et puis pourquoi forcément le domaine de la médecine, en dehors du fait que t'aimes bien ça ? » C'était qu'il était pas con le cousin, et que j'avais préféré poser question sur question pour ne pas lui laisser le temps d'en placer une et de m'arrêter en plein dans mon élan. Je passais pour une sale petite curieuse, mais si je faisais genre d'être intéressée, c'était de la comédie. Digne d'une grande actrice je le savais, pas la peine de le signaler. Soit. De toutes les manières après je comptais le lui dire, que c'était qu'un coup de théâtre. C'était de l'instinct de survie, de l'auto-défense, une connerie dans le genre si tu voulais en tous les cas juste pour dire que ... j'assumais ce que je faisais. Tout le temps. Et que quand j'agissais, c'était souvent sans avoir de remords par la suite.


(c) Luchy



12 roses. ♥

bang bang shot you down:
 


Judith & Matthew:
 




avatar
Invité
Invité
Re: « So that's friendship ? » [Pv Niji] | [Clôturé] | Dim 18 Aoû 2013, 17:06


« So that's friendship ? »

E. Niji Faräwell & Judith Levy
Oui il avait l'air con, oui c'est un idiot de pervers de pédophile de ce que vous voulez. Niji avait l'art de se mettre en avant, plein de charme et charisme mais pouvait également, en une fraction de seconde devenir un être repoussant et répugnant. Mais voilà, il se fichait littéralement de l'opinion des autres, de ce qu'ils pourraient penser. Seul son avis comptait, non pas parce qu'il était égocentrique ou non, mais il ne souhaitait pas se faire influencer par la pensée des autres. Nombreuses sont les personnes susceptibles et sensibles ayant ressenti des sentiments désagréables à cause de l'avis, non pas lui... Sauf certaines personnes dont je ne citerais pas le nom. Donc, après avoir fait l'idiot et que Judith lui ait répondu d'un air froid et déçu que ses blagues étaient totalement pourries dont l'humour semblait sortir des chiottes qu'il se mit à rire. « On peut dire que tu as merdé en beauté, là. »
Et comment ! Mais niji se sentait comme sur un nuage, il ne voulait pas se prendre la tête, c'est pour cela qu'il disait toutes les débilités qui lui sortaient machinalement de la tête. Tête, tête, ça fait un peu beaucoup comme répétition. Moi aussi je commence à dire n'importe quoi...
En fait, l'elfe était pas du genre à étaler sa vie personnelle, voire sexuelle, quoique si vous êtes intéressé.... Quoique...Il fallait juste lui demander !
Bon, là, il avait bien merdé, il était curieux de savoir si il se passait quelque chose entre Matthew et elle. Enfin... Il l'avait déjà senti, il avait l'impression de connaître la vérité, d'avoir déjà eu une réponse... Mais entendre la personne en question affirmer ce qu'on pense être vrai est vraiment plaisant.

    ▬ Hmm... Je sais pas. J'te parlerai peut-être de moi et lui plus tard, quand j'aurai constaté que t'auras été sage.

Rofl...Judith tu ne vas pas nous faire ça ! Nous les lecteurs, on attend que ça ! Et comment ça quand Niji serait sage ? Tu sais bien qu'il est jamais sage cet enfant !
La fourbe ! Elle essayait sans doute de gagner du temps ou de trouver une excuse pour ne pas répondre à la question de l'elfe. Groumpf oui. Quoique, elle en avait le droit. Si ça se trouve, j'ai proposé des hypothèses totalement fausses. M'enfin bref, notre cher Niji, déçu également, reposa sa tête dans l'herbe. Ses bras étaient croisés sous sa longue chevelure, il regardait à présent le ciel d'un air songeur. Ah oui, il fallait que je précise, il pensait à son premier amour. C'était une petite fille qu'il avait rencontré lorsqu'il avait huit ans. Non, pas de sous-entendus... Eh merde, maintenant vous allez le prendre pour un pédophile juste parce qu'il aimait une gamine. - Qu'il aime peut-être toujours ? - C'est encore plus bizarre comme ça, bravo Dudu. Ses pensées vers cet enfant changèrent de direction pour penser à Louka et Matthew, ces deux garnements fouteurs de merde qu'il adorait par dessus tout. Mais, Judith le sortit une nouvelle fois de ses pensées en lui demandant quelque chose :

    ▬ De grand frère ? Toi aussi t'as une petite soeur ? Et puis pourquoi forcément le domaine de la médecine, en dehors du fait que t'aimes bien ça ?


Judith...Judith. Madame curieuse numéro 1. Vingt mille questions qui s'enchaînent à la suite. Niji tourna la tête vers son amie et sourit, allait-il répondre à ses questions ? Peut-être oui car les réponses lui chatouillaient la langue ou bien non car il avait envie de l'embêter un peu. Quoique, ne pas répondre le ferait passer pour une chieur de première classe. Wow, il avait vingt et un ans quand même, les gamineries c'étaient du passé...Mais pas les conneries.

    ▬ Oh, je vois que tu es bien renseignée. Je me demande si ce n'est pas de famille mais il y a les deux mères jumelles qui ont toutes les deux eu : un fils aîné et une petite fille. Sauf que pour l'une, le grand frère s'est transformé en jumeaux. Quoique, on peut dire que je suis le grand frère de toute cette marmaille vu qu'ils sont plus jeunes que moi. Oh je sais, ça va peut-être t'aider à comprendre.


L'elfe se redressa d'un bond et fouilla dans son sac, il incita la jeune fille à se relever également et pendant ce temps, il cherchait minutieusement son porte-feuille coincer entre deux documents. Après l'avoir enfin trouver, il l'ouvrit et en sortit plusieurs photos. Niji en avait plusieurs, il en avait une de ses parents, une de lui avec sa soeur lorsqu'ils étaient petits puis une avec toute la famille. Les parents, beaux et majestueux, s'étaient placés derrière les enfants. On avait Erwan, puis Destiny, les parents Faräwell, ensuite, Harmony et son mari, le couple Harrington. Devant eux se dressaient, Niji âgé de onze ans, puis Louka, dix ans et pour finir, Haylei et Kaori, huit ans. Les enfants avaient la particularité de posséder des cheveux verts, ce gène qu'ils tenaient respectivement de leurs mères. C'était amusant à voir car rien qu'avec la couleur des cheveux, on pouvait comprendre qu'ils faisaient partis de la même famille. Niji aimait beaucoup cette photo, elle lui rappelait tant de souvenirs d'enfance. après avoir contempler un temps l'image, il la passa à Judith.

    ▬ Regarde, la c'est moi, puis Matt', la petite sœur de Matt' et la mienne. ensuite, pour répondre à ton autre question, depuis toujours je me suis intéressé aux sciences, et puis, devenir l'un des plus grands médecins et guérisseurs de l'île est l'un de mes plus grands rêves. J'aimerai sauver de nombreuses vies et aider les gens puisque je n'en ai pas été capable auparavant. Haha, ma sœur me dit sans cesse que c'est une bien grande ambition.


Niji leva la tête au ciel et les images qu'il avait vécu ce jour là passèrent devant ses yeux. Il baissa ensuite la tête et offrit à Judith un sourire radieux. Le passé était le passé, il ne fallait pas s'apitoyer dessus et aller de l'avant... C'était ce qu'avait dit le chef du village à Niji après la mort de ses parents. En effet, pleurer sur le passé ne fera pas revenir les morts, alors autant sauver nos prochains.

    ▬ Sinon, j'aime bien les gâteaux et aller à la chasse avec Ariel. Et toi alors ? Tu passes tes journées à te prélasser au soleil ?


En même temps, la plupart du temps qu'il voyait Judith, elle ne faisait pas grand chose, ou alors, le hasard voulait qu'au moment où Niji se pointerait sur son passage, elle ne serait pas occupée. Judith était une personne assez étrange, voire bizarre parfois. On pouvait se demander ce à quoi elle pense, ou ce qu'elle aimait. Quoique, l'énigme ici, c'était N. « C'est bon, j'ai été sage et ai répondu à toutes tes questions. Je peux aussi avoir la mienne ?»




Hors RP : Désolé pour le temps et cette réponse de merde D':
© fiche créée par ell

 
« So that's friendship ? » [Pv Niji] | [Clôturé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonjour Kanja Niji
» Mais pourquoi Kanja Niji Eito?
» Friendship
» My little pony: Friendship is magic - S2E10 : Secret of My Excess
» G5 - NEW JOUETS : My Little Pony *Friendship is Magic*

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Parc-
Sauter vers: