Partagez | 
 

 As soon as there is life, there is a kind of danger [PV Hikari]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sang-Mêlé Mordu & Démon

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
William Van Drake
Sang-Mêlé Mordu & Démon
Coeurs : 131 Messages : 226
Couleurs : #C00000
J'ai traversé le portail depuis le : 19/02/2011 et on me connaît sous le nom de : Willou. Mon nom est : William Van Drake Actuellement je suis : plus complètement tout seul. Il paraît que je ressemble à : Red from Pokemon et à ce propos, j'aimerais remercier : MISS AMAZING., my dear (avatar + profil + signature)
As soon as there is life, there is a kind of danger [PV Hikari] | Lun 01 Avr 2013, 16:25

Change your life today. Don't gamble on the future, act now, without delay.

HIKARI & WILLIAM
As soon as there is life,
there is a kind of danger

FLASH-BACK
« Apprends moi à voler. »
« Quoi ? »
« T'as très bien entendu : apprends moi à voler ! »

Apparue devant lui alors qu'il glandait, la blonde le toisa de ses grands yeux bleus. Il leva ses propres iris de la même teinte vers elle et soutint son regard déterminé. Il la regarda de haut en bas, le regard un peu blasé, puis finit par soupirer en saisissant ses cheveux d'un air las. Il se leva, lui ébouriffa les cheveux - geste qui la fit rougir légèrement, comme d'habitude - et esquissa un sourire supérieur.

« Ça s'apprend tout seul... mais je veux bien donner un coup de main à la pauvre fille de Zeus que tu es. »


FIN DU FLASH-BACK
Depuis une petite semaine, je n'arrivais pas à trouver le sommeil. Quelque chose, quelque part dans ma tête, me forçait à me tenir éveillé, sans que je ne parvienne à mettre la main dessus. Je me retournai plusieurs fois dans mon lit et finit par déclarer forfait, pour la énième fois. Quoi que je fasse, quoi que je pense, je ne faisais que perdre mon temps à lutter contre cette sorte d'insomnie qui me prenait soudainement. Je m'étais toujours moqué de ces gens qui venaient se morfondre sur leur existence, qui passaient leur temps à se dire qu'ils traversaient une mauvaise passe et bla bla bla... peut-être que c'était mon cas finalement. Non, laissez tomber : je refuse d'admettre un truc aussi absurde. Je sortis du lit et attrapai un t-shirt noir qui traînait sur le dossier d'une chaise, puis l'enfilai avec le pantalon qui l'accompagnait. Le printemps arrivait à son rythme sur l'île céleste, rendant les nuits encore plus chaudes au fur et à mesure que le temps passait. Comme tous les soirs depuis une demi-douzaine de jours, j'allais passer la nuit dehors et revenir au lever du soleil, plus en forme que jamais et incapable de fermer l'œil.

En prenant soin de ne pas faire plus de bruit que nécessaire, je fermai la porte derrière moi et m'engageai dans la rue, laissant mes pas me guider pendant que mes pensées planaient sur les faits qui me tiraillaient l'esprit. Lorsque je vivais aux Enfers, la vie me semblait tellement facile que je me demandais ce que j'avais bien pu faire pendant ces seize années. Aucun souvenir concret ne me revenait à l'esprit, seulement quelques bribes débiles et insignifiantes. J'avais passé ma vie à courir après des idées de gamin qui rêvait d'anarchie juste pour faire le mec devant des nanas, et désormais toutes ma vision du monde avait été remise en question. La guerre des races, la supériorité des sangs-purs, les sentiments positifs, la famille, les amis, les idéaux... tout ce qui était ancré dans ma tête avait fini par être complètement chamboulé, et je crois que tout mon temps passé à fuir ces questions avait fini par me rattraper, si bien que mon insomnie résultait d'une sorte de punition à mon égard pour avoir été un putain de lâche.

J'ignorais combien de temps je passais à déambuler dans les rues, mais mes pas me ramenèrent dans un lieu dans lequel je n'avais pas mis les pieds depuis un bon moment : le parc. De nuit, le lieu paraissait tellement calme et serein, bien loin de ce qu'il en était de la journée. Je restai un instant à regarder l'entrée sans réellement la voir et finit par y entrer, pour emprunter le sentier qui menait au lac artificiel. En journée, les enfants couraient dans l'herbe pendant que leurs parents, tranquillement installés sur les bancs - ou dans l'herbe lorsque le temps le permettait - les surveillaient, le regard chargé d'amour et de fierté. Avais-je seulement déjà vu une telle expression dans les yeux de mes parents ? Pas à mon souvenir, aussi longtemps que je me souvienne en tout cas. Je me laissai tomber lentement sur l'un des bancs face à l'étang et observai le reflet du croissant de lune ondoyer à la surface de l'eau, pensif. Il était grand temps de me faire face, à mon moi d'autrefois comme celui d'aujourd'hui. Quoi que je puisse dire, j'avais changé. Indéniablement, des gens m'avaient fait changer. Ce que j'étais avant, cet espèce de gamin pré-pubère sans scrupules et sans principes, qui passait ses journées à s'amuser sans jamais penser aux autres, sans jamais accorder ne serait-ce qu'une parcelle de gentillesse.

Si j'avais fait autant de mal, pourquoi n'arrivais-je pas à regretter ? Au fond de moi, quelque chose m'empêchait d'aspirer à devenir quelqu'un de gentil. Pourtant, il y avait du bon au changement. Si je n'arrivais pas à être heureux, c'était peut-être parce qu'il me manquait cette part de gentillesse que je retrouvais tellement autour de moi. Ce truc de plus que tous avaient, qui leur permettait de sourire naturellement, et surtout constamment. Aspirais-je réellement à devenir l'un de ceux-là ? C'était tout ça qui me freinait : cette peur de refouler ma véritable nature, celle qu'on ne pouvait pas changer quand bien même on essayait de toutes nos forces. Mais au fond, le changement suffirait-il à laver le noir de mon passé ? Sûrement pas. Personne ne pardonnerait jamais les actes horribles que j'ai pu faire dans le passé, c'était tout bonnement impossible.

Il eut une pression légère sur mon épaule, et je me redressai avec surprise, pour me rendre compte que j'avais enfoui mon visage dans mains. Depuis quand me tenais-je dans cette position ? Je tournai la tête à droite pour me retrouver nez-à-nez avec de grands yeux bleus que je connaissais assez bien pour m'y être laissé plonger maintes fois. Mon sang ne fit qu'un tour en voyant l'inquiétude qui se lisait dans ces iris clairs.

« Hikari ? »

Je passais une main sur mes joues pour constater qu'elles étaient trempées. Putain, qu'est ce qu'il s'est passé ? Je tentais d'effacer les dernières traces de ces larmes indésirables et baissai le regard sur l'étang situé plus bas.

« Tu... qu'est ce que tu fais là ? »

Il n'y avait aucune agressivité dans ma voix, seulement un timbre qui se brisait, incapable de dissimuler les bribes de tristesse qui venaient de nulle-part.
(C) WILLOU




weird kind of sickness:
 

Co-Fondatrice Maman P'Hika-chou

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:



http://sanctuary-of-heart.forumactif.org/
avatar
Hikari "Amy Rose" Relyse
Co-Fondatrice Maman P'Hika-chou
Coeurs : 307 Messages : 1468
Couleurs : HotPink & SlateBlue
J'ai traversé le portail depuis le : 10/01/2011 et on me connaît sous le nom de : Hikari Relyse Mon nom est : Hikari Cassandra Relyse Actuellement je suis : en période de vide total. Il paraît que je ressemble à : Luka Megurine de Vocaloid et à ce propos, j'aimerais remercier : T.Brownie (vava) / Neven (Signa')
Re: As soon as there is life, there is a kind of danger [PV Hikari] | Mer 03 Avr 2013, 15:39






William & Hikari
As soon as there is life, there is a kind of danger



Il faisait nuit, pas un seul bruit, le calme total si ce ne fut ces bruits de pas très discrets qu'Hikari qui la surprirent. Elle ne dormait pas, pensant à ces parents après avoir eu la mauvaise idée de regarder une nouvelle fois des albums photos d'elle et de sa famille. Elle s'était mise sous sa couverture et s'éclairait à l'aide d'une petite flammèche qu'elle faisait apparaître sur son doigt. Elle parcourait les photos des yeux, passant sa main sur le visage de ses parents, imaginant pouvoir toucher leur peau si chaude et douce à une époque. Les larmes envahir ses yeux qui ne purent les retenir, elle pleurait toutes les semaines, il y a un temps. Désormais, grâce à ses amis, ses pleurs devenaient de moins en moins fréquents. Ils lui permettaient de vivre de bons moments plein de bonheur et de se changer les idées.

Il devait être aux alentours des deux heures du matin, le début du printemps se faisait sentir grâce à la douceur du soleil qui ramenait un peu de chaleur à Sanctuary of Heart bien que cela ne se faisait pas sentir partout. Les bruits sourds qui se faisaient sur le parquet du couloir séparant les chambres de chacun des résidents fut entendus par Hikari et tourna la tête vers sa porte bien qu'elle était sous sa couverture. La flammèche s'éteignit et elle sortit sa tête de ses draps, essuya d'un geste vif et sauta jusqu'au pied de sa porte telle un félin. Elle abaissa sa poignet de porte délicatement sans faire de bruit et entrouvrit sa porte. Elle jeta un regard des deux côté et aperçu une silhouette de dos se diriger vers les escaliers. Elle l'observa durant un temps, sans bouger, respirant lentement dans faire de bruits.

    « William... »


Cette tignasse blonde, cette silhouette, cette démarche, c'était bien celle de William. Que faisait-il ? Hikari l'ignorait, elle savait que William ne se levait jamais durant la nuit. Mais là ça devenait vraiment inquiétant, ce n'était pas la première fois qu'il se levait la nuit. Ce devait être la sixième fois qu'elle l'entendait se lever. D'ailleurs, cela faisait aussi plusieurs fois de suite qu'Hikari ouvrait l'album photos. Peut-être que cela faisait plus d'une dizaine de fois qu'il se levait ? Par exemple, hier, l'ange attendit son retour, enfin, elle attendait de réentendre les pas du garçon, mais ayant attendu plusieurs heures, elle avait fini par s'endormir. C'était curieux, William revenait toujours le matin. Hikari en parla ni à Alice, ni à Roxas. William avait sûrement ces histoires à lui et donc, cela ne la regardait pas. Cependant, cette nuit elle décida d'agir autrement : elle allait le suivre cette nuit.

Elle avait pris soin de ne pas se mettre en pyjama, elle portait donc une robe marron claire avec un bustier noir, des bottes noires et pris une veste noire afin de braver le froid. Elle avait remarqué que son ami s'était éclipsé sans prendre de manteau et décida également de lui en prendre un au préalable. Elle sortit discrètement de sa chambre et plana dans les airs afin de ne pas faire de bruit en marchant avec ses bottes. Elle glissa sur la rambarde des escaliers rapidement étant habituée et passa par la porte d'entrée furtivement.

    « Mais où va-t-il ? »

Tel un chat, elle le suivit de loin, ne le perdant pas de vue, elle fit en sorte de ne pas le suivre sur le chemin et préférait se cacher afin que s'il se retournait, il ne l'apercevrait pas. Elle aurait pu voler, mais il n'avait juste qu'à lever la tête et elle serait grillée. Une demie-heure plus tard, il arriva au parc qui était constamment ouvert. Après quelques pas, il s'assit sur un banc et plongea sa tête dans ses mains. La jeune fille l'observa durant deux trois minutes puis se faufila dans les buissons qui étaient placés derrière le banc du démon. Elle s'aperçut qu'il n'avait pas l'air d'aller bien, alors discrètement, elle sortit et s'assit à sa droite. Trente secondes passèrent et il ne l'avait toujours pas remarqué.

    « Il doit vraiment être dans ses pensées. » songea-t-elle.

Hikari approcha sa main et la posa délicatement sur l'épaule de William. Elle était si inquiète pour lui ! De nombreuses questions lui trottaient dans la tête, elle voulait connaître la raison pour laquelle, durant plusieurs nuits, il quittait le manoir. Dans les yeux de l'ange, on pouvait tout de suite voir qu'il était rassurant mais très inquiets. William s'était redressé subitement qu'Hikari sursauta.

    ▬ Hikari ?

Dès qu'il prononça le nom de l'ange, des larmes lui coulèrent sur les joues. La tristesse se voyait dans son regard, sa voix n'était pas agressive, elle semblait se briser.


    ▬ Tu... qu'est ce que tu fais là ?



Son épaule était incroyablement chaude, il ne faisait pas très chaud la nuit. il devait faire environ 5°C. Hikari déposa sur les épaules du garçon la veste qu'elle avait prise pour lui. Elle se demanda s'il n'avait pas un peu de fièvre ou non, il était tout de même en t-shirt.
Sa principale occupation était William pour le moment, le temps d'une nuit. Elle comprit qu'il n'allait pas bien et sans doute aurait-il voulu être seul, mais c'était son ami alors elle se devait de lui venir en aide. Il ne l'avait peut-être pas remarqué, mais elle l'observait depuis un temps, elle avait remarqué que qu'il était un peu différent que d'habitude bien qu'elle ne le voyait pas très souvent.

    ▬ Je m'inquiétais pour toi...


Le voir dans cet état signifiait qu'il se passait réellement quelque chose de grave, bien que la jeune fille essayait par tous les moyens de ne pas se faire de scénarios dramatiques digne d'une parano, elle préférerait que William lui raconte ce qu'il lui arrivait.

    ▬ Cela fait plusieurs nuits que je t'entends sortir pour tout t'avouer. Je ne dormais pas à ces moments là. Je n'aurai pas du regarder ces photos, elles m'empêchent de m'endormir, mais ce n'est pas de ma faute puisqu'il se trouvait non loin de mon lit. Enfin bref, je m'inquiétais sérieusement pour toi.


Elle avait dit ceci tellement rapidement sous le coup du stress qu'elle n'avait pas encore remarqué les larmes de William. D'un geste doux et attentionné, Hikari passa un doigt sur les joues de Willam afin de les essuyer. Elle esquissa un sourire :

    ▬ Viens...


L'ange ouvrit ses bras et l'enlaça. Elle le serra assez fort sans trop l'étouffer mais de manière douce. Il avait sans doute besoin d'un peu de réconfort et de calme. Pleurer, ce n'était pas son genre et ça, Hikari le savait. Quelque chose n'allait pas et l'envie de se rendre utile se faisait sentir.



    ▬ Explique moi ce qui ne va pas.


Elle plongea son regard azuré dans celui du garçon et était décidée à l'aider. Même si il la rejetait ou la rembarrait, elle l'aidera du mieux qu'elle pourra. Il en avait besoin.



« Je m'inquiétais pour toi »



(C) MISS AMAZING





Hikari Relyse:
 

CADO ♥:
 
Sang-Mêlé Mordu & Démon

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
William Van Drake
Sang-Mêlé Mordu & Démon
Coeurs : 131 Messages : 226
Couleurs : #C00000
J'ai traversé le portail depuis le : 19/02/2011 et on me connaît sous le nom de : Willou. Mon nom est : William Van Drake Actuellement je suis : plus complètement tout seul. Il paraît que je ressemble à : Red from Pokemon et à ce propos, j'aimerais remercier : MISS AMAZING., my dear (avatar + profil + signature)
Re: As soon as there is life, there is a kind of danger [PV Hikari] | Sam 06 Avr 2013, 07:39

Change your life today. Don't gamble on the future, act now, without delay.

HIKARI & WILLIAM
As soon as there is life,
there is a kind of danger

FLASH-BACK
« Vas-y, montre moi tes ailes. »
« T'es marrant, t'as cru que je savais comment faire ? »


Il la regarda droit dans les yeux. Leur expression à la fois blasée et exaspérée avait le don d'irriter l'autre plus que jamais, et chacun le savait parfaitement. William passa une main sur son visage et prit une grande inspiration. Elle était culottée tout de même; c'était elle qui était venue mendier de l'aide et elle osait quand même lui parler comme si c'était lui, l'imbécile.

« Tu m'fatigues... normalement ça s'apprend tout seul les trucs comme ça. »

William s'avança vers elle tandis que le vent commençait à se lever. Le regard d'Alice se fit méfiant, et elle amorça un mouvement de recul qui n'échappa pas au démon. Bizarrement, il se mit à rire. Un éclair de surprise passa dans ses yeux suite à une réaction aussi inespérée, mais elle esquissa un tout petit sourire elle aussi, avant de revenir vers lui.

« Calme-toi, je vais pas te manger... » soupira-t-il en se calmant un peu.
« Attends, te viens de rire, là ? » Il hocha négativement de la tête, et elle s'approcha encore plus. « Si, si ! ... Oh my God, vous y croyez vous ? J'ai fait rire William Van Drake ! »
« Arrête de raconter n'importe quoi... »
lâcha-t-il tandis que son sourire revenait au pas de course.

Elle lui frotta la tête et il la poussa en arrière, sans parvenir à s'arrêter de rire. Alice se joignit très vite à lui en continuant de se vanter de ses exploits, tandis que le vent soufflait encore plus fort, faisant ployer l'herbe fraîchement repoussée du jardin du manoir.

FIN DU FLASH-BACK

Je sentis un léger poids se poser sur mes épaules et devinai aisément qu'Hikari venait de poser sur moi ce qui ressemblait à une veste légère. La sensation de froid m'était inconnue, puisque la température de mon corps était largement supérieure à la moyenne. Les tremblements dont j'étais victime avaient sans doute dû attiser le côté avenant de l'ange, et je me sentais trop mal pour repousser une telle gentillesse. Il émanait d'Hikari quelque chose qui vous empêchait de dire non, et je me sentais tellement minable, tellement misérable que la force même de me la ramener m'avait abandonnée.

« Je m'inquiétais pour toi... »

Tu devrais pas, avais-je envie de lui dire. Accepter qu'elle se fasse du soucis pour moi sonnait tellement mal dans ma tête. Pas à cause d'elle, mais à cause de moi. Je ne méritais pas son inquiétude, elle devait la réserver à quelqu'un qui valait mieux que la pourriture de démon que j'étais. Pourtant, l'entendre me dire ça sembla m'alléger très légèrement. Parfois, j'oubliais que je n'étais plus tout seul... mais ces pensées s'accompagnaient généralement de la réciproque qui me rappelait que tous ces gens autour de moi étaient gentils. Trop pour que je m'autorise à leur communiquer ma noirceur intérieure.

« Ces photos ? »

À dire vrai, je ne savais pas de quoi elle pouvait parler. Mais le ton qu'elle employa me permit de faire le lien entre ces photos et la tristesse qui se ressentait même jusque dans ses yeux. Hikari avait perdu ses parents. Même s'il lui restait un certain espoir, ils avaient disparu depuis bien trop longtemps pour qu'elle puisse espérer un retour imminent. Mais elle avait attendu si longtemps, et lui dire de baisser les bras serait un trop grand affront. Elle avait le droit d'y croire, personne ne l'y empêcherait jamais. Alors elle ne me répondit pas et se contenta d'essuyer le reste de larmes d'un délicat geste de la main, et les bras qui m'entourèrent par la suite me parurent presque maternels. J'écarquillai les yeux en premier temps et me laissait aller contre elle, incapable de lutter. Savais-je seulement ce qu'étais l'amour maternel ? Ma génitrice n'avait jamais été qu'une sale garce avec moi, mais cela voulait-il dire qu'elle avait été une mauvaise mère ? Je ne crois pas, mais désormais il est un peu trop tard pour remettre ces questions sur le tapis.

Je décidai de rendre son étreinte à Hikari et me laissait aller contre son épaule, à bout de force. Elle me paraissait frêle et forte à la fois, c'en était presque déstabilisant. Je m'étais promis d'arrêter de me comporter comme une mauviette dès que je me retrouvais tout seul mais... visiblement, je n'étais même pas foutu de tenir mes engagements envers moi-même. La dernière fois que des larmes avaient franchi la barrière de mes yeux, ça avait été ce fameux jour où j'avais quitté les enfers. Il s'était passé trop de choses. Beaucoup trop pour que je puisse tenir le coup, même tout seul. Aujourd'hui, c'était précisément ce qui arrivait, et cela eut l'effet de réveiller des souvenirs que j'aurais préféré oublier. Mais oublier, c'est trop facile. Alors j'allais devoir prendre sur moi-même ce soir, et arrêter d'essayer de jouer un rôle qui ne m'allait plus. J'enfouis ma tête dans le cou d'Hikari laissai enfin couler les larmes indésirables.

Le parfum de l'ange avait quelque chose d'apaisant. Je la serrai un peu plus fort, sans pour autant l'étouffer. Hikari était la dernière personne que j'aurais cru voir à cette heure-ci, mais surtout celle qu'il me fallait. Jamais je n'aurais cru qu'un tel tête à tête pouvait arriver un jour, mais cette île avait vraiment commencé à changer la donne dans ma tête. Du moins jusqu'à il y a une semaine, où j'avais fait une découverte qui venait troubler mon quotidien qui commençait à devenir moins pesant au fur et à mesure que les jours s'écoulaient.

« Je... j'ai fait des erreurs. De très grosses erreurs. »

Comment introduire un sujet aussi tordu ? Elle allait me haïr après ça; me prendre pour un monstre même. Je baissai les yeux et me détachai d'elle pour essuyer rageusement le flot qui s'écoulait le long de mes joues. Hikari ne jugeait pas les gens. Aussi pourris soient-ils, je savais qu'elle ne pouvait pas les juger. Pourtant, j'aurais aimé qu'elle le fasse pour moi. Qu'elle me prenne pour un monstre valait mieux qu'elle me prenne en pitié, car c'était la dernière chose qu'il me fallait. Je pris une grande inspiration, mais me dégonflai alors que je m'apprêtais à parler. Je pris mon visage entre mes mains et tentai de reprendre mon calme. Mes pleurs de mauviette passèrent immédiatement au second plan, et je me redressai en regardant mes paumes trempées d'eau salée.

« J'ai tué beaucoup de gens... qui ne le méritaient pas forcément, et pour des raisons injustifiable. »

Comment pourrais-je oser lever les yeux vers elle désormais ? Rien que de lui dire ça me rendait mal. Je me coupable d'avoir pris des vies pour rien; juste pour me prouver à moi-même que je valais mieux qu'eux alors qu'au final, cela s'avérait être totalement faux. En leur ôtant la vie, je m'étais rapproché encore et encore des sales ordures qu'étaient ces gens dont le sang avaient marqué mes mains de manière indélébile. On ne lave pas des mains souillées comme on pardonne une petite faute : la vie c'est pas comme ça.

« Ce qui m'arrive, je le mérite. Si ça va pas, c'est juste de ma faute. Il faut pas que tu t'en mêles. »

Il ne fallait pas, et pourtant elle le faisait. Était-ce ça que d'être "gentil" ? D'un côté, j'avais peur qu'elle parte. Peur de me retrouver à nouveau tout seul face à moi-même, et de ne pas pouvoir remonter à la surface qui se trouvait au bout de mes doigts je serrai les poings et sentit à nouveau la petite main réconfortante de l'ange sur mon épaule. Je ne doutais pas de son inquiétude, bien sûr que non, mais je redoutais sa réaction, au fond de moi-même j'avais peur qu'elle parte et me laisse tout seul.

« Il faut que je te raconte la raison pour laquelle le portail s'est ouvert depuis les enfers pour me ramener ici. »

Le seul souvenir que je voulais oublier de tout mon cœur. Mais de quel cœur je parlais, moi ? Celui qui m'avait empêcher d'enfoncer cette lame dans le ventre de cette pauvre femme ? Tu parles, il ne l'avait même pas fait, ce sale cœur qui n'existait que dans mes rêves. Je rendis sa veste à Hikari - elle semblait avoir plus froid que moi - et repliai mes jambes contre ma poitrine, tandis que mes yeux se perdaient dans les reflets du lac plus en aval.

« Ce jour-là, j'ai appris que les Sans Coeurs avaient ramené une demi-déesse... et Dieu sait à quel point je pouvais les détester à cette époque. »

C'était il y a un peu moins d'un an, maintenant que j'y pensais. Je confiai à Hikari que cette haine venait du fait que mon abruti de père se soit barré avec l'une d'elles, laissant ma mère se morfondre dans son orgueil. Avec le recul, je me disais qu'il l'avait peut-être fait pour elle, qu'elle apprenne ce qu'était l'humilité, pour une fois. Ou alors il était seulement une ordure, et pour un démon comme lui, cela semblait être la meilleure des explications.

« Alors je suis allé voir, parce qu'on l'avait enfermée dans la cave d'une taverne le temps que les démons qui l'avaient trouvée se décident à en faire quelque chose. »

Je ne savais pas si taire ce "quelque chose" était une bonne idée, mais je ne m'attardai pas sur la question. J'avais l'impression de lui montrer à quel point la moitié du monde pouvait être sale, alors inutile d'approfondir le sujet.

« Alors je suis allé la voir et... »

Les mots restèrent coincés au fond de ma gorge. Une nouvelle crise de pleurs revint à la charge et je prit à nouveau mon visage entre mes mains.

« Hikari, je crois que j'ai tué la mère d'Alice. »
(C) WILLOU




weird kind of sickness:
 

Co-Fondatrice Maman P'Hika-chou

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:



http://sanctuary-of-heart.forumactif.org/
avatar
Hikari "Amy Rose" Relyse
Co-Fondatrice Maman P'Hika-chou
Coeurs : 307 Messages : 1468
Couleurs : HotPink & SlateBlue
J'ai traversé le portail depuis le : 10/01/2011 et on me connaît sous le nom de : Hikari Relyse Mon nom est : Hikari Cassandra Relyse Actuellement je suis : en période de vide total. Il paraît que je ressemble à : Luka Megurine de Vocaloid et à ce propos, j'aimerais remercier : T.Brownie (vava) / Neven (Signa')
Re: As soon as there is life, there is a kind of danger [PV Hikari] | Sam 13 Avr 2013, 14:58






William & Hikari
As soon as there is life, there is a kind of danger




Hikari savait, elle savait que William n'allait pas si bien qu'il le montrait. Elle avait remarqué qu'il semblait moins attentif depuis un moment. Curieuse comme elle est, l'ange voulait savoir ce qui arrivait à son ami. Connaître ses tourments et l'aider à s'en remettre. Elle ignorait tellement de choses sur lui, il semblait si réserver, si distant...
Seul Roxas et Alice avaient la possibilité de lui parler sans gêne, Hikari quant à elle, se sentait souvent mal à l'aise, ne sachant quoi dire, elle ne voulait pas l'ennuyer la plupart du temps.
William lui expliqua sa venue au parc, il avait vraisemblablement commis des erreurs, de graves erreurs. Par sa voix on pouvait comprendre que ses fautes commises étaient sans aucun doute irréparables...Impardonnables. D'un coup de main furtif, il essuya ses larmes dont il paraissait avoir honte. Pleurer, ça ne lui ressemblait pas, mais Hikari disait toujours que pleurer ne montrait pas forcément la faiblesse d'autrui...Mais sa sincérité et son humanité.

    ▬ J'ai tué beaucoup de gens... qui ne le méritaient pas forcément, et pour des raisons injustifiable.


Juste une phrase, un choc. Juste ce mot, le choc. C'était ce qu'aurait pu exprimer Hikari en entendant les propos du garçon, cependant, elle se montrait impassible et se taisait. Ce discours était bien similaire à une personne qu'elle connaissait si bien. Cette personne s'en voulait encore, culpabilisant nuit et jour sans avoir l'espoir de se faire pardonner. L'irréparable.
William dut prendre sur lui-même et avoir du courage pour avouer une telle chose à la demi-ange. Elle remarquait qu'il se sentait un peu déstabilisé par ça mais il avait besoin d'en parler à quelqu'un.


    ▬ Ce qui m'arrive, je le mérite. Si ça va pas, c'est juste de ma faute. Il faut pas que tu t'en mêles.



Hikari devait réagir, elle se redressa d'un seul coup et plaqua ses mains sur le visage de William. Elle semblait fâchée et inquiète à la fois, le visage sérieux, elle plongea son regard dans celui de son ami. Elle allait lui faire comprendre que les amis, c'était important, que l'amitié était là quand on allait mal. Il n'était pas seul.

    ▬ Écoute William. Je m'en mêlerai quoi que tu dises. Personne ne t'a ordonné d'être fort, de devoir surmonter l'insurmontable. Nous sommes amis, nous sommes une famille, alors ne nous rejette pas et laisse nous te venir en aide.


Elle reposa ses mains, les plaça sur ses cuisses et regarda la Lune qui brillait dans le ciel noir. Fallait-il qu'elle lui en parle ? Elle ne savait pas et hésita quelques instants. Peut-être que lui révéler cette chose allait le faire réfléchir. Et puis, l'autre ne pourrait pas lui en vouloir.


    ▬ Tu sais, tu n'es pas seul. Roxas a commis l'irréparable aussi. Son côté démoniaque a assassiné toutes les personnes qui l'ont offensé. Il a tué avec pour seule raison, la haine. Bilan, une centaine de morts en une journée. Ceux qui ont dit du mal de lui, de ses parents, se sont faits tuer. Enfant ou non.




Elle avait mal, cela se voyait. Un frisson désagréable et douloureux parcourut son corps. Elle aimait un assassin, un meurtrier. Mais elle l'aimait, c'était une bonne personne, un homme remarquable qui a sauvé plus de vies qu'il avait tué.
Hikari ne lui avait jamais pardonné...Oui car elle n'avait rien à lui reprocher, pour elle, il n'avait pas besoin de se faire pardonner. Il était gracié dans son coeur.

La jeune fille avait posé sa main sur l'épaule de William. Ce dernier serrait les poings, il ressemblait à un enfant, qui avait besoin d'aide, d'amour. Hikari était là, là pour lui.
Il se décida enfin de lui révéler la raison pour laquelle il était venu ici, sur l'île. La jeune fille tendit l'oreille, prête à tout entendre, que ce soit la pire des horreur ou la fautes impardonnable.
Elle se remémora le jour de leur rencontre, il avait rencontré Alice dans les montagnes. Cette nuit là, il faisait très froid et Hikari avait la malchance d'être frileuse. William qui avait remarqué le besoin de la jeune fille, lui refila sa veste. Sa chaleur était plus haute que la norme alors il n'avait pas si froid que ça. Elle murmura un merci puis il continua son récit. Il lui conta que des Sans-Coeurs avait ramené une demi-déesse, il souligna aussi sa haine contre cette race, mais c'était à l'époque, avant qu'il ne rencontre Alice. Il lui expliqua la raison de sa rancœur vis à vis de cette race et continua de plus belle.


    ▬ Alors je suis allé voir, parce qu'on l'avait enfermée dans la cave d'une taverne le temps que les démons qui l'avaient trouvée se décident à en faire quelque chose... Alors je suis allé la voir et...



Hikari retint son souffle, elle s'imagina mille et un scénarios dramatiques, gores et tristes. Elle avait entre temps prit la main de William et la serrait à présent. Elle l'aidera quoiqu'il arrive quoiqu'il lui dise. Tout pouvait arriver. Tout pouvait se jouer.
Le garçon s'arrêta un instant et enfoui son visage dans ses mains après avoir lâché celle d'Hikari. Dans sa voix brisée elle entendit :


    ▬ Hikari, je crois que j'ai tué la mère d'Alice.



C'était comme si on venait de la poignarder dans le dos. Ses yeux s'écarquillèrent et elle regarda William d'un regard surpris et triste à la fois. Elle posa ses mains sur les épaules du garçon et posa sa tête sur son épaule.


    ▬ William, explique moi. Que s'est-il passé exactement ce jour là ? Es-tu sûr qu'il s'agissait de sa mère ?




Elle baissa le regard puis tourna la tête. Que devait-elle penser ? Aucune haine, aucune rancœur ne lui avait parcouru l'esprit. Elle voulait l'aider, elle voulait qu'il surmonte ceci, quitte à faire mal à l'une des personnes qui lui était chère. Hikari lui murmura doucement :


    ▬ On peut faire des erreurs, même l'irréparable, mais tu as prouvé que tu pouvais être une bonne personne. Maintenant que tu es sur l'île, cela pourrait être une opportunité de "renaissance". Il faut s'accrocher à quelque chose, une raison de vivre. Pour moi, tu fais parti de ma famille.




Hikari s'arrêta un instant, elle ne savait pas trop quoi dire tant sa voix était étranglée dans un sanglot. Les quatre résidents du manoir Relyse avaient chacun un passé douloureux. Un mort au moins dans l'histoire. Pas de parents. Des enfants abandonnés.


    ▬ Je ne sais combien de gens m'ont conseillé d'arrêter d'être à la recherche de mes parents. Cela semble vain. Et malgré le fait que tous pensent que Cassandra et Elliot Relyse soient morts, j'en garde espoir. Je sais qu'ils sont vivants, je le sais. Le sage m'a dit-




Elle entendit un bruit qui la fit sursauter. Elle regarda dans toutes les directions, rien. Etait-ce son imagination ? Elle regarda William, la peur se sentait sur son visage. Des sans coeurs ? Normalement le parc est un lieu protégé. Elle commença à trembler de peur.




« Personne ne t'a ordonné d'être fort, de devoir surmonter l'insurmontable. Nous sommes amis, nous sommes une famille, alors ne nous rejette pas et laisse nous te venir en aide. »



(C) MISS AMAZING





Hikari Relyse:
 

CADO ♥:
 
Sang-Mêlé Mordu & Démon

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
William Van Drake
Sang-Mêlé Mordu & Démon
Coeurs : 131 Messages : 226
Couleurs : #C00000
J'ai traversé le portail depuis le : 19/02/2011 et on me connaît sous le nom de : Willou. Mon nom est : William Van Drake Actuellement je suis : plus complètement tout seul. Il paraît que je ressemble à : Red from Pokemon et à ce propos, j'aimerais remercier : MISS AMAZING., my dear (avatar + profil + signature)
Re: As soon as there is life, there is a kind of danger [PV Hikari] | Jeu 09 Mai 2013, 00:02

Change your life today. Don't gamble on the future, act now, without delay.

HIKARI & WILLIAM
As soon as there is life,
there is a kind of danger

FLASH BACK

« Je vole, là ? »
« Tu décolles... c'est déjà pas mal. »


Elle lui tira la langue mais afficha un sourire confiant, visiblement satisfaite d'elle-même. Alice avait beau se trouver à quelques dizaines de centimètres du sol, c'était déjà un bon début pour une fille qui, une heure plus tôt, ne savait même pas déployer sa jolie paire d'ailes. Leur blancheur avait interpellé William, qui s'était demandé si elle n'avait pas une petite part d'ange dans son côté maternel, mais il n'avait pas insisté plus que ça et démarrait sa leçon de vol. Les petits mains d'Alice s'accrochaient fermement aux siennes tandis qu'elle ne touchait plus le sol, et afficha une mine satisfaite lorsqu'il constata qu'elle ne faisait pas de crise de panique. Elle afficha un sourire radieux, ce qui eut l'effet de désarçonner le démon. Il n'afficha aucune expression particulière et de contenta de détourner le regard, alors qu'elle s'élevait un peu plus haut dans les airs.

« Aah ! Au secours ! Fais moi descendre ! »
« C'est pas toi qui voulait voler ? ... alors assume jusqu'au bout et vole ! »
« Fais moi descendre j'te dis ! »


Elle n'avait plus l'air de rire. Très bien, car lui non plus. Alors au lieu de lui obéir, il déploya ses propres ailes et décolla pour arriver à sa hauteur, et il lut la terreur dans ses yeux lorsqu'il l'entraîna plus haut, encore plus haut. Son cri lui déchira les oreilles, mais fut tout aussi rapidement couvert par le sifflement du vent.


FIN DU FLASH BACK

Je me laissai aller dans les bras d'Hikari. Me remémorer les dernières images que j'avais vues aux Enfers était douloureux, psychologiquement parlant. Je me revoyais ce soir là, debout devant cette petite femme agenouillée au sol, dans cette rue sombre, à l'abri des regards. Fermer les yeux était encore plus épouvantable que de les garder ouverts, mais je ne pouvais me résoudre à le faire, et alors que mes larmes refusaient de s'arrêter de couler, j'enfouis ma tête dans l'épaule presque maternelle de l'ange.

« William, explique moi. Que s'est-il passé exactement ce jour là ? Es-tu sûr qu'il s'agissait de sa mère ? »
« Je suis sûr... sûr que c'était elle. »


Je ne saurais dire exactement depuis quand. Peut-être depuis toujours en fait. Elles avaient un air de famille, car même si je n'avais vu cette femme que durant l'espace de quelques minutes, son visage demeurait gravé dans ma mémoire, faisant office de piqure de rappel chaque fois que j'oubliais qu'avant tout, j'étais un démon de la pire espèce. Ces lâches sans foi ni honneur, même pas fichus d'assumer leurs actes, même s'ils étaient horribles. « Famille » Ce mot paraissait tellement beau sorti de la bouche d'Hikari, et pourtant je ne pouvais me résoudre à accepter un tel honneur de sa part. Parler avec elle me donnait l'impression que tout pouvait être pardonné, mais je ne méritais pas d'aspirer à une vision aussi utopique du monde. Elle se mit à parler de ses parents, ce qui me fit encore plus mal pour elle, qui malgré ce qu'on disait, continuait à penser qu'ils étaient encore en vie. Par expérience, je savais qu'elle avait le droit y croire, car moi-même j'étais certain que ma mère était en vie, et qu'elle traînait quelque part en se créant une nouvelle vie.

Un bruissement de feuilles se fit entendre avant qu'Hikari ne puisse terminer son histoire. La peur se lisait sur le doux visage l'ange, si bien que je compris que je n'avais pas rêvé, que quelque chose se trouvait bien derrière nous. Doucement, je me détachai d'Hikari et essuyai rapidement les dernières traces de larmes.

« Bien sûr qu'il faut y croire. Quoiqu'on te dise, il faudra que t'y croies. »

Je me redressai et un nouveau bruissement de feuilles se fit entendre. En me retournant vers l'origine du bruit, mon regard croisa deux iris rouge sang, qui brillaient à la lumière de la lune, les rendant presque fluorescents. Sous ces yeux, un sourire. Un rictus semblable à un croissant de lune, et alors je ne pensais plus à réfléchir, car tout se passa très rapidement.

« HIKARI ! »

Je bondis sur elle et la fit tomber du banc tandis que l'individu s'était élancé sur nous. Il alla s'écraser dans le lac tant l'impulsion était puissante et éclaboussa l'herbe autour de lui. Je me redressai tant bien que mal et aidai Hikari à faire de même, mettant l'assaillant tout à fait de coté.

« Ça va aller ? »

Mon regard se dressa vers la toute petite silhouette qui s'en était prise à nous, et qui sortait de l'eau l'air mécontente. Lorsqu'elle s'approcha de nous, je pus distinguer les traits d'une petite fille qui devait avoir une dizaine d'années à tout casser, et dont l'expression faciale ne me disait rien qui vaille.

« Qu'est ce que tu veux ? » me risquais-je à demander.
(C) WILLOU




weird kind of sickness:
 

Administratrice

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Psyché
Administratrice
Coeurs : 57 Messages : 145
Couleurs : BlueViolet
J'ai traversé le portail depuis le : 05/02/2011 et on me connaît sous le nom de : Hikari Relyse Mon nom est : Psyché, Déesse de l'Âme. Actuellement je suis : follement amoureuse d'un gamin qui lance des flèches roses. Il paraît que je ressemble à : Annabeth Chase & Brittany Robertson (IRL) et à ce propos, j'aimerais remercier : Kenzaaaa ♥
Re: As soon as there is life, there is a kind of danger [PV Hikari] | Sam 11 Mai 2013, 12:51

Le danger rôde dans la nuit, un bruit, un crack, un mort. Je suis la faucheuse, marchant à la lueur de la Lune, cherchant une âme afin de rassasier ma faim. Invité, tu es ma prochaine victime
As soon as there is life,
there is a kind of danger
Cette nuit-là, la petite vampire avait décidé de partir se rassasier sans sa soeur. Étrange comme cela pouvait paraître, elles qui étaient connues être inséparables étaient ce soir-là, séparées. En réalité, elle avait envie de revoir ce démon, il y avait quelque chose en lui qui l'attirait. Elle ne comprenait pas vraiment ce qu'elle ressentait mais elle avait conscience qu'elle s'amusait énormément avec lui. Ce devait être sûrement la raison pour laquelle la petite vampire souhaitait plus que tout le revoir.
On pourrait se demander pourquoi n'allait-elle pas dans les ruelles sombres, là où elle l'avait rencontré auparavant. Elle était, en fait, guider par une odeur démoniaque qui émanait du parc.
Evelyn s'approcha doucement, se faufilant entre les buissons tout en suivant cette odeur désagréable mais qui lui rappelait son bien-aimé.

    ▬ Bien-aimé ? Pfeuh ! C'est qu'un démon...comme les autres.


Alors pourquoi elle n'arrêtait pas de penser à lui. A son regard azuré, à la chaleur de ses mains. Chaleur qu'elle ne possédait pas, elle dont la chair était froide et semblait sans vie.
Flairant l'odeur, elle se rapprocha de plus en plus lorsque soudainement, elle sentit une odeur douce et agréable.

    ▬ Un ange...


Du sang d'ange, voilà le sang le plus délicieux au monde pour les vampires - après ceux des dieux bien évidemment. Ou plutôt, l'histoire que le sang des Dieux donnait le bonheur ultime était une légende chez les vampires, mais Evelyn y croyait dur comme fer. Elle avançait désormais en direction de cette odeur sucrée et sentit deux présences. Elle passa rapidement et se posta derrière une jeune fille, à la chevelure rose bonbon. L'odeur des fraises émanait d'elle et à sa droite, un jeune homme blond qui dégageait une odeur nauséabonde.
Le visage de la petite se déforma en un sourire diabolique. D'un geste vif, elle s'élança sur la jeune demoiselle.

    ▬ HIKARI !


Evelyn plongea dans le lac, à quelques mètres du banc, tant son assaut était rapide. Assoiffée de sang, elle esquissa un sourire narquois sur son visage. Le démon ! Il avait déjoué ses plans ! Elle sortit de l'eau tout en faisant une grimace et hurla de sa voix de petite fille.

    ▬ Qu'est ce que tu veux ?

    ▬ TOI ! JE VAIS TE TUER !


Cette phrase dont le mépris se faisait sentir ne fit que nourrir la colère d'Evelyn. Elle voulait se venger à présent de l'esquive du démon et ensuite, dévorer l'ange. Elle s'élança sur le démon qui riposta de plus belle. La petite retenta un autre assaut encore plus redoutable et griffa méchamment William au bras.
Elle lécha ses doigts qui dégoulinait du sang de ce démon et le recracha.

    ▬ Tss...Dégueulasse.


La petite prit un instant de répit, fit mine de vouloir s'attaquer à l'ange et fonça droit sur le démon. Elle s'accrocha à son dos pendant qu'il se débattait comme une fou. Du feu apparut dans ses mains et ce fut à ce moment qu'elle planta ses crocs dans son cou. Elle but quatre gorgées mais se prit un coup de fleuret dans le visage. Une belle plaie sur la joue.
Evelyn leva la tête et l'expression angélique de l'ange avait subitement changé, on aurait dit...un monstre.
Ce que William ignorait, était qu'Evelyn lui avait soigneusement injecté des gênes vampiriques. Désormais, il devenait sa marionnette.
La petite leva les bras et par la force de son mental, immobilisa William.

    ▬ Vas-y maintenant, attaque la !


Avec le mouvement de ses mains, elle pouvait contrôler William durant quelques minutes et elle demanda mentalement à celui ci de s'attaquer à la jeune fille qui semblait frêle aux premiers abords.
Celle-ci riposta rapidement en faisant sorte de ne pas blesser son ami et s'approcha dangereusement de la petite.
William s'élança sur Hikari et l'attaqua tandis que celle-ci esquivait du mieux qu'elle pouvait. Mais, le démon s'affaiblissait car Evelyn lui avait injecté trop de gênes, assez difficile à supporter pour un être non vampire.
Evelyn ne pouvait pas se servir de William pour se défendre indéfiniment alors elle le lâcha de son emprise et s'attaqua à Hikari. Le combat fut rude et violent, les deux jeunes filles se battaient avec énormément de violence.
Finalement, Evelyn se prit un coup de fleuret sur la hanche et s'écroula sur le sol.
L'ange démoniaque s'approcha d'elle et la petite vampire se disait que sa dernière heure était venue. Mais ce n'était pas ce que souhaitait l'ange.

    ▬ Pars, et que je ne te revois plus. dit-elle d'une voix froide.
    ▬ On se reverra, ange démoniaque...


Evelyn ne pouvait que battre en retraire sinon elle allait mourir. Elle se leva avec tant bien que mal, s'envola dans les airs et disparu dans le ciel.

made by pandora.


Spoiler:
 
Sang-Mêlé Mordu & Démon

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
William Van Drake
Sang-Mêlé Mordu & Démon
Coeurs : 131 Messages : 226
Couleurs : #C00000
J'ai traversé le portail depuis le : 19/02/2011 et on me connaît sous le nom de : Willou. Mon nom est : William Van Drake Actuellement je suis : plus complètement tout seul. Il paraît que je ressemble à : Red from Pokemon et à ce propos, j'aimerais remercier : MISS AMAZING., my dear (avatar + profil + signature)
Re: As soon as there is life, there is a kind of danger [PV Hikari] | Dim 09 Juin 2013, 22:38

Change your life today. Don't gamble on the future, act now, without delay.

HIKARI & WILLIAM
As soon as there is life,
there is a kind of danger

Peu encline à discuter, la fillette préféra s'élancer sur moi plutôt que de répondre à ma question. Au départ, elle me prit au dépourvu, mais j'esquivai ses premières attaques. Aussi sauvages soient-ils, j'avais du mal à attaquer les enfants... tout comme les femmes, et ce depuis l'accident qui m'avait poussé à quitter les Enfers afin de trouver une rédemption. Trop occupé à réfléchir, je ne la vis pas arriver lorsqu'elle s'élança sur moi et m'asséna un coup de griffes qui me fit atrocement mal. Je plaquai ma main sur la blessure dégoulinante de sang et levai la tête vers la fillette qui commençait à s'en délecter - ou pas. Je pris une grande inspiration et tentai de vérifier l'ampleur de la plaie, et la vampire en profita pour attaquer Hikari. Du moins c'était ce que je pensais, jusqu'au moment où elle dévia sa trajectoire pour me foncer dedans. Des flammes jaillirent de mes paumes mais rien à faire, elle bougeait beaucoup trop pour que je puisse lui balancer quoique ce soit. Elle s'accrocha fermement à mon dos, et dès l'instant où je m'apprêtai à sortir mes ailes, une vive douleur me lança au cou.

C'était une morsure. Je le savais. Même si jamais dans ma vie je n'avais été mordu par un vampire, c'est le genre de douleur qu'on connait sans les sentir. L'envie de hurler ne m'effleura pas l'esprit, mes forces m'abandonnèrent complètement et je me laissai tomber au sol. Mais mes jambes ne heurtèrent pas l'herbe comme je m'y attendais, et j'eus beau tenter de bouger, rien n'y fit. La douleur dans mon cou disparut, et toutes mes sensations avec. Je restai un moment pétrifié, observant mon corps s'élancer de lui-même sur une Hikari méconnaissable. Ce fut le spectacle le plus frustrant qu'il m'eut été donné de voir, auquel je devais assister complètement impuissant. L'envie de hurler était trop grande, et pourtant je ne parvenais pas à le faire, plus rien ne me répondait, et pourtant c'était bien moi qui me jetait sur Hikari dans le but de la tuer je suppose. Une voix trottait dans ma tête, mais impossible de trouver un visage à mettre dessus, et malgré mes efforts, mon corps refusait d'obéir.

Nouvelle douleur au niveau de la jugulaire. Je tombai à genoux et put enfin hurler. Doucement, je sentais le sens s'écouler de cette vilaine morsure, mais je m'efforçai de conserver les yeux ouverts, et dut observer avec une impuissance frustrante Hikari se battre avec cette furie de vampire. Mes muscles s'engourdirent alors que les hurlements terrifiants de la fillette sifflèrent dans mes oreilles. Je pressai avec difficulté l'endroit où cette parfaite inconnue avait planté ses crocs et dût me rendre compte que je me vidais petit à petit de mon sang.

« Merde... » jurais-je.

Mes jambes peinaient à supporter le poids de mon corps, et malgré tout je m'acharnais à rester sur mes genoux. À quoi bon de toute façon ? Je ne servirais à rien à Hikari dans mon état actuel, et elle pourrait très bien se débrouiller sans moi. Lentement mais sûrement, ma vue se brouilla. Bientôt je ne réussis qu'a distinguer deux silhouettes très floues, et un certain engourdissement se fit sentir. Je sentis une pression au niveau de mon épaule, et une douce voix m'ordonner de rester éveillé. La voix ne fut bientôt plus qu'un son lointain, et je fermai doucement les yeux.

« Je suis... désolé... »

Ce furent les seules syllabes que je parvins à articuler avant de sombrer dans l'inconscience.
(C) WILLOU




weird kind of sickness:
 

Co-Fondatrice Maman P'Hika-chou

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:



http://sanctuary-of-heart.forumactif.org/
avatar
Hikari "Amy Rose" Relyse
Co-Fondatrice Maman P'Hika-chou
Coeurs : 307 Messages : 1468
Couleurs : HotPink & SlateBlue
J'ai traversé le portail depuis le : 10/01/2011 et on me connaît sous le nom de : Hikari Relyse Mon nom est : Hikari Cassandra Relyse Actuellement je suis : en période de vide total. Il paraît que je ressemble à : Luka Megurine de Vocaloid et à ce propos, j'aimerais remercier : T.Brownie (vava) / Neven (Signa')
Re: As soon as there is life, there is a kind of danger [PV Hikari] | Mer 12 Juin 2013, 13:06





As soon as there is life, there is a kind of danger
William Van Drake & Hikari C. Relyse
« Don't be afraid, we are always here for you, we are a family »


La petite vampire qui se trouvait être une des soeurs Berthwyn ne semblait pas du tout ravie de l'affront de la demi-ange vu son visage déformé par la colère. Hikari qui connaissait bien la réputation des Berthwyn savait pertinemment qu'il ne fallait pas sous-estimer ces fillettes tant leur puissance était telle. Cependant, autre chose la préoccupait, l'état de William. Après avoir, avec tant bien que mal, repoussé les attaques de la petite vampire, elle acheva le combat en lui donnant un coup de fleuret sur la hanche ce qui obligea Evelyn à battre en retraite.

Cela faisait longtemps que le côté démoniaque d'Hikari ne s'était éveillé, et toute la puissance qu'il avait conservé venait d'exploser. Elle tomba à genoux sur le sol, s’égratignant un peu. Elle semblait choquée et abasourdie. Son côté démoniaque, ne voulant partir de son corps reprit les rênes de son corps et la releva rapidement. Elle s'approcha ensuite en boitant vers William. De nombreuses griffures sur les bras et les jambes étaient les conséquences des attaques de la vampire.

La demi-démon se posa à proximité de William, la haine coulant dans ses veines. Elle avait envie de hurler. On avait blessé son ami. Ce qu'elle craignait le plus était la morsure qu'il avait subi, elle se demandait si Evelyn lui avait transmis ses gènes ou non. William, qui était à présent sur le sol semblait considérablement affaibli. Normalement, lorsqu'un vampire vous mord, cela ne paraissait pas aussi douloureux...
En apercevant le regard plein de détresse de son ami, le côté angélique d'Hikari reprit le dessus. Elle posa sa main sur l'épaule de William afin de le retenir de vaciller.



    ▬ William...William...Ca va aller ? Rentrons à la maison. Tu peux te lever ?...Wil...Liam ?


Le jeune démon ne pouvait dire un seul mot tant il souffrait intérieurement. A son grand désarroi, Hikari comprit qu'Evelyn lui avait transmis ses gènes vampiriques, mais apparemment, elle n'y était pas allée de main morte pour qu'il soit dans un tel état. William était le plus robuste des quatre compères. Tout en fermant les yeux, il murmura dans un dernier souffle :



    ▬ Je suis... désolé...


Hikari sentit les larmes lui monter aux yeux. Elle rattrapa de justesse son ami afin qu'il ne s'écrase sur le sol. Elle le retourna afin de l'allonger sur le dos. L'ange commença à angoisser, elle ne voulait pas qu'il meurt. Il était probable qu'après une sévère morsure, on succombe. La peur de l'être cher l'emplissant, elle déploya son pouvoir de guérison afin de guérir ses plaies. Malheureusement, les deux petits trous où la petite vampire avait planté ses crocs ne disparaissaient pas. Prise de panique, elle essaya par tous les moyens de ralentir la propagation du venin bien qu'elle ne savait pas si cela fonctionnait ou non. Puis, elle décida qu'il fallait mieux le ramener au Castle of Heart.



    ▬ Je vais te sauver William, je te sauverai.


Elle s'envola alors en l'emportant avec elle. En arrivant au palais, elle fut tout de suite prise en charge vu le sang qui dégoulina de ses jambes et ses bras. Cependant, elle insista fortement à ce que William soit pris en en priorité. Quelques temps après les soins, le diagnostic tomba. Les médecins ne pouvait enlever les gènes vampiriques du sang du démon, mais ils purent au moins ralentir le processus. Ils révélèrent à Hikari que le taux de vampirisme était énorme, sûrement l'un des taux les plus élevés qu'ils avaient vu. Il y avait des chances qu'il succombe à cette morsure mais grâce à l'intervention des docteurs, ses chances de survies devenaient un peu plus importantes.
Soulagée, elle le ramena donc au manoir Relyse. En arrivant, Edgar prit le corps de William et 'installa dans sa chambre. Elle partit donc réveiller Alice et Roxas tant la situation devenait pesante.



    ▬ Alice, Roxas...Je...On ne savait pas qu'on..Pardon...
[/list]


Hikari éclata en sanglot après avoir dirigé son regard vers William, encore inconscient. Roxas la prit dans ses bras et la calma doucement. Edgar avait installé des chaises afin que les jeunes puissent s’asseoir et apporta du thé. Elle leur expliqua alors ce qu'il s'était passé au parc sans expliquer pourquoi ils se trouvaient à cet endroit. Elle expliqua rapidement le combat, mais pris le soin de bien détailler la partie sur la morsure qu'a subi William.



    ▬ On ne s'y attendait pas...


Elle regarda ses mains et revoyait le sang qui perlait sur ses doigts. L'ange referma rapidement ses poings et leva la tête vers Alice. Elle regardait à présent William sur son lit. Elle s'inquiétait à présent pour la vie du garçon. Son regard, emplit de peur et d'angoisse ne laissait pas indifférents ses amis.



    ▬ Evelyn Berthwyn, elle nous a attaqué, elle a mordu William...Oh je suis vraiment désolée, je n'ai pas su le protéger. Elle lui a transmis plus de gènes que la norme, il va sûrement devenir un vampire assoiffé de sang ! On ne pourra sans doute plus le reconnaître ! Ou pire ! Il va peut-être mourir !



Comprenant qu'elle allait éclater en sanglot, Roxas la prit dans ses bras. Des larmes coulaient sur ses joues. Elle ne souhaitait plus la mort de quelqu'un.
Roxas prit l'ange dans ses bras afin de la porter à sa chambre et se tourna vers Alice :



    ▬ Veille bien sur lui, je pense qu'il en aura besoin. Je vais aller coucher Hikari, elle était morte d'épuisement.


Il passa la porte et se tourna vers Alice afin de lui dire :



    ▬ Sauve le.


[suite de ce RP : Hikari&Roxas et Alice&William]




Fiche par (c) Miss Amazing
Cr%C3%A9dit image : H.Relyse





Hikari Relyse:
 

CADO ♥:
 
 
As soon as there is life, there is a kind of danger [PV Hikari]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Life on Mars / Ashes to Ashes
» Resident Evil : After Life (3D)
» Unordinary Life
» Life
» Review : Ricky Steamboat - The life story of the Dragon

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Parc-
Sauter vers: