Partagez | 
 

 eaux troubles // déméter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Dieu des morts & des souterrainsSouverain des Enfers

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Hadès
Dieu des morts & des souterrains
Souverain des Enfers
Coeurs : 7 Messages : 14
J'ai traversé le portail depuis le : 20/10/2017 et on me connaît sous le nom de : Pizza. Mon nom est : Hadès. Actuellement je suis : marié à Perséphone. Il paraît que je ressemble à : Jon Snow (Game of Thrones) // Kit Harrington et à ce propos, j'aimerais remercier : .
eaux troubles // déméter | Ven 10 Nov 2017, 18:29

— eaux troubles // déméter
Le printemps était une saison terrible. Il symbolisait pour Hadès toute l'amertume de sa défaite perpétuelle dans la conquête de sa propre femme – tout sa défaite contre sa propre sœur et ses caprices.
Il en était malade, à voir les fleurs bourgeonner et les tempêtes se transformer en brises. Il était écœuré par les papillons et les mouches, par les sauterelles et les grillons, écœuré de leurs grésillements qui lui rappelait sans cesse qu'il avait échoué, cette année encore.

Les jambes plantées au sol, les herbes folles contre le tissu de son pantalon, il l'observait, là au loin, et retira son casque, une seconde de trop. Il n'était pas si triste, pas si déçu – il était exigeant, et il ne la voulait nulle part ailleurs que chez lui. Alors si loin, il se trouvait démuni, agacé, frustré – il se trouvait sur ces terres verdoyantes, à attendre que l'hiver vienne, une fois encore. Les morts pouvaient bien attendre qu'il ait fini de la contempler.

Et soudain le froid, une menace gronde derrière lui. Il ricane et regrette aussitôt d'avoir ôté son casque. Il aurait pu le remettre, mais il n'était pas le genre à se défiler. Cela faisait longtemps que sa sœur n'avait pas cherché à le confronter.

« Bonjour, Déméter. »

Il se retourne, l'observe, et baisse les bras, son casque toujours au bout de ses doigts. Il arque un sourcil, déterminant l'ampleur de sa fureur jamais adoucie.

« Si tu viens pour me sermonner, je ne suis pas d'humeur. »

Il n'était jamais d'humeur, mais encore moins quand on le dérangeait dans un moment de calme. Il était dangereux de troubler sa tranquilité – comme si elle avait déjà eu peur de lui.

Déesse de la Terre et des MoissonsStaffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Déméter
Déesse de la Terre et des Moissons
Staffienne
Coeurs : 15 Messages : 196
Couleurs : Wheat (Déméter) & Olive (Kalysta)
J'ai traversé le portail depuis le : 27/03/2015 et on me connaît sous le nom de : Etilya ! Mon nom est : Déméter. Actuellement je suis : Célibataire et bissexuelle. Il paraît que je ressemble à : un original de Zhang Xiaobai. et à ce propos, j'aimerais remercier : Alice *^*
Re: eaux troubles // déméter | Ven 09 Fév 2018, 23:28


Eaux troubles
PV ✖️ Hadès & Déméter

Aujourd’hui, l’humeur du ciel reflète l’allégresse de Déméter. Un beau ciel bleu surplombe la terre parsemée de petites fleurs téméraires, dressées au milieu d’un océan de verdure. La déesse embrasse sa Sicile bien-aimée de son regard sombre, et un nouveau sourire illumine ses traits. Elle ne se lassera jamais de ce paysage, avec ses vallées, ses monts, sa faune et sa flore. Mais il ne sera jamais plus beau que lorsque sa fille, Perséphone, sa chère Corée, l’honore de sa présence. Comme aujourd’hui. Oui, c’est le printemps ; sa déesse est remontée des Enfers pour chasser l’hiver qui a régné trois mois durant, et effacer la tristesse de sa mère. Revoir son enfant lui réchauffe toujours le cœur. Même si dans une demi-année elle devra repartir. Rien ne pourrait gâcher ces jours bénis. Rien ?...

Une présence soudaine fait fuir le sourire de Déméter. Sombre, menaçante, glaçante, elle l’emprisonne de ses tentacules de ténèbres. Son expression se partage entre colère, déception et frustration. Il n’y a qu’une seule personne au monde pour lui faire cet effet. Une seule personne pour s’attirer ses foudres dès qu’elle foule sa terre bien-aimée. Une seule pour oser défier sa colère sans crainte des représailles. Son frère Hadès, celui qui lui a arraché son enfant.

A ses pieds, les brins d’herbes frémissent, sensibles à l’humeur soudain ombrageuse de leur maîtresse. Autour d’elle, les animaux qui étaient venus chercher des caresses prennent la poudre d’escampette. Son visage se ferme, ses mâchoires se crispent, elle serre les poings. Comment ose-t-il fouler de ses pieds impurs son île ? S’il croit pouvoir se déplacer à sa guise en Sicile sans subir le courroux de sa sœur, il se voile la face.

Elle disparaît dans une pluie de pétales, pour se transporter juste derrière l’intru. Celui-ci fait aussitôt volte-face. Elle note son casque, la khuné, dans sa main. Pourquoi l’a-t-il retiré ? Il est pourtant indétectable même pour ses confrères lorsqu’il le porte. Est-ce une nouvelle façon de la défier ? D’assombrir ses jours heureux ? Se venge-t-il car Perséphone se trouve à la surface pour cette moitié de l’année ? Elle pose sur lui son regard dur et froid. La température ambiante a chuté ; elle n’est pas la maîtresse de la météo pour rien.

"Tu n’as rien à faire ici."

Elle ne daigne même pas répondre à la salutation de son frère, qu’elle prend pour un affront. Il sait très bien qu’elle ne supporte pas sa vue sur Terre. D’un œil, elle remarque la vue dont il profite sur sa fille chérie. Ce constat attise davantage ses foudres.

"Tu n’es pas d’humeur… Toi, toujours toi. Tu n’as toujours pensé qu’à ton nombril. C’est toi qui fait irruption sur mon territoire, et c’est moi qui devrait te prendre avec des pincettes ?"

Sa fureur, elle la contient difficilement. Elle n’ira pas jusqu’à s’en prendre à lui – c’est un principe fondamental chez elle, ne jamais déclencher de conflit, toujours chercher à les résoudre. Mais elle reste une divinité chtonienne, et les émotions fortes ont toujours eu un impact sur sa puissance. Déméter croise les bras, droite comme un I, le port fier et altier. Elle toise son frère de son regard sombre et glacial. Quelle ironie quand on remarque qu’ils se ressemblent bien plus que tous les autres de la fratrie.

"Ça ne te suffit pas de la garder prisonnière dans ton sinistre château la moitié de l’année ? Il faut aussi que tu viennes l’espionner quand elle peut enfin respirer l’air frais et se gorger du soleil, là où est vraiment sa place ?"

Ses paroles fustigent, ses yeux foudroient. Ça fait longtemps qu’elle n’a pas confronté son frère. D’ordinaire, elle se contente de l’ignorer lorsqu’elle n’a d’autre choix que de supporter sa présence, lors des réunions à l’Olympe. Le reste du temps, ils ne se côtoient pas – à part peut-être les rares fois où elle visite sa fille pour s’assurer de sa santé. Mais cette fois, elle ne peut pas laisser passer. Son intrusion en Sicile, près de sa fille, c’est un affront, que dis-je ! Une offense, à laquelle elle ne peut rester indifférente.

(C) MISS AMAZING.


Dieu des morts & des souterrainsSouverain des Enfers

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Hadès
Dieu des morts & des souterrains
Souverain des Enfers
Coeurs : 7 Messages : 14
J'ai traversé le portail depuis le : 20/10/2017 et on me connaît sous le nom de : Pizza. Mon nom est : Hadès. Actuellement je suis : marié à Perséphone. Il paraît que je ressemble à : Jon Snow (Game of Thrones) // Kit Harrington et à ce propos, j'aimerais remercier : .
Re: eaux troubles // déméter | Lun 19 Fév 2018, 16:12

— eaux troubles // déméter
Hadès était fatigué, tiraillé entre sa propre faiblesse et les paroles de sa sœur. Il avait déjà trop à faire avec sa propre conscience pour qu'elle l'ensevelisse elle aussi sous ses reproches. Il avait peut-être trouvé la guerre amusante les premières années, mais maintenant Hadès ne jouait plus. Lui non plus, il n'aurait pas voulu être là ; à s'assurer que sa belle était toujours tout près, à l'observer pour mieux la comprendre ; ça le torturait plus qu'elle ne pouvait l'imaginer. L'idée qu'il était tombé malade lui traversa l'esprit, qu'il s'agissait d'un sortilège qu'on lui aurait lancé pour le punir. Il détestait ce sentiment qui dévorait son éther lorsqu'elle n'était pas avec lui aux Enfers.

« Tu en fais trop, comme d'habitude. »

Condescendant et froid, usant des mauvais mots comme il l'avait toujours fait, il posa son regard sur la mine décontenancée de sa sœur aînée, incapable de ressentir la moindre rancœur à son égard. Elle avait beau lui casser les pieds, il restait le seul coupable, et il aurait été mal avisé d'être en colère contre elle alors qu'il était le seul à blâmer.

« Je ne suis pas ici par plaisir. Et comme tu le vois, je ne compte l'empêcher ni de respirer ni de profiter de la lumière. »

Il ne voulait même pas l'approcher ; peut-être parce qu'il avait peur qu'elle le repousse, et elle aurait été légitime de le faire. Hadès était devenu névrosé ; il avait besoin de savoir, de surveiller, de la voir s'épanouir ailleurs que dans ses terres désolées. Il avait besoin de la voir heureuse, au moins un jour de l'année. Déméter ne pouvait pas comprendre, mais il lui aurait tout pardonné. Il pouvait bien dire ce qu'il voulait et peu importe quelle colère elle dirigeait contre lui, elle n'en restait pas moins sa sœur, et il l'aimait, à sa manière. En tant que Déesse comme en tant que mère, Hadès avait beaucoup de respect pour Déméter.

« Ta rancœur n'a d'égal que ta longévité. Quand est-ce que tu vas cesser d'être aveugle ? Perséphone n'est plus une enfant, elle n'a pas besoin d'être couvée. Et quand bien même tu ne peux pardonner ce que j'ai fait, admets au moins qu'elle fait une merveilleuse souveraine. »

Il n'aurait jamais accepté de dire ça devant elle ; mais Déméter, elle, pouvait bien l'entendre.

Déesse de la Terre et des MoissonsStaffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Déméter
Déesse de la Terre et des Moissons
Staffienne
Coeurs : 15 Messages : 196
Couleurs : Wheat (Déméter) & Olive (Kalysta)
J'ai traversé le portail depuis le : 27/03/2015 et on me connaît sous le nom de : Etilya ! Mon nom est : Déméter. Actuellement je suis : Célibataire et bissexuelle. Il paraît que je ressemble à : un original de Zhang Xiaobai. et à ce propos, j'aimerais remercier : Alice *^*
Re: eaux troubles // déméter | Lun 19 Fév 2018, 19:29


Eaux troubles
PV ✖️ Hadès & Déméter


Un tic nerveux agite le sourcil de Déméter. Trop ? Trop ? Comment ose-t-il lui dire ça, après tout le mal qu’il lui a fait ? Il a enlevé son enfant, la seule qu’a jamais pu élever elle-même. Il la prive de la douce lumière de la surface pour la moitié de son existence. Et tout ce qu’il trouve à répondre face à l’ire de sa sœur, c’est « tu en fais trop » ? Son indifférence face à sa souffrance, et sa froideur habituelle enfoncent davantage le poignard dans la plaie béante de son cœur. Ses mots suivants blessent, autant par leur véracité que par le ton employé. L’esprit de la Mère refuse de voir sa petite chérie comme il la dépeint.

"Sa place n’est pas en tant que souveraine des Enfers. Tu dis ça comme si tu lui avais laissé le choix, alors que c’est faux !"

Déméter élude la question. Peut-être qu’au fond, la Mère est fière de voir sa fille diriger le royaume souterrain. Peut-être qu’elle reconnaît et salue sa prestance de Reine des Enfers. Mais le dernier mot est l’origine du problème. Les Enfers. Elle aurait pu être celle du printemps et des jours heureux, au lieu de ça, il l’avait condamnée à diriger les âmes en peine pour la moitié de sa vie. Combien de fois avaient-il eu cette conversation ? C’est toujours pareil ; elle refuse la situation, et il ne fait rien pour l’arranger.

"Perséphone est ce que j’ai de plus précieux. Le seul enfant que j’ai pu élever près de moi. Elle est née ici-même, en Sicile. Elle était destinée à une vie de lumière dont tu l’as privée. Tu l’as emmené aux Enfers sans même me demander mon avis. Tu me l’as arrachée, toi, mon propre frère, que j’ai aimé et protégé comme un fils ! Et tu me dis que j’en fais trop ?"

Sa voix a monté d’une octave sous la force de l’émotion. Déméter se retourne, refusant de le laisser contempler le résultat de sa cruauté. Sa peine est trop forte et une larme vient rouler sur sa joue. Au-dessus de leurs têtes, le ciel se voile de nuages gris, faisant écho à son chagrin. La déesse tremble, tant de chagrin que de rage. Le plus frustrant dans l’histoire, c’est qu’elle ne pourra jamais avoir réparation. Elle ne pourra jamais apaiser son cœur meurtri. Elle n’osera jamais, elle qui prêche la paix parmi ses confrères, soulever la nature pour punir son frère. Elle a déjà fait subir son courroux aux êtres humains par le passé ; pour obtenir quoi, au final ? Le destin de sa fille était déjà scellé par la traîtrise de Zeus, qui l’a mariée à son geôlier.

"Tu me critiques, mais t’es-tu jamais remis en cause ? Tu n’as jamais cherché à réparer tes torts. Pas une excuse, pas un regret, pas une seule considération pour ce que je pouvais ressentir, privée de ma précieuse Coré."

La divinité pose ses mains sur ses bras opposés, les croisant sur son buste, et se les frictionne. De sa dextre elle chasse la larme rebelle de son visage. Hors de question de laisser une preuve de sa faiblesse devant lui.

"Je ne sais même pas pourquoi je m’obstine. A quoi bon… il est vrai que tu ne peux pas comprendre. On ne t’a jamais arraché ton enfant."

Déméter se retourne lentement pour planter ses iris sombres sur son cadet. C’est à son tour de se montrer dure, froide, cinglante. Telle est Déméter la Noire quand on ose provoquer son courroux.

"Tu ne sais même pas ce que c’est, d’élever un enfant."

En son for intérieur, la Sœur verse des larmes. En mémoire de ce que fut leur fraternité. Devant ses vestiges, le résultat d’une éternité de souffrance. Face à ce qu’elle devient, assez cruelle pour rappeler à Hadès qu’il n’a jamais eu d’enfant divin. C’est malheureusement un conflit qu’elle a su ne plus écouter, avec les siècles qui s’écoulent.

(C) MISS AMAZING.


Dieu des morts & des souterrainsSouverain des Enfers

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Hadès
Dieu des morts & des souterrains
Souverain des Enfers
Coeurs : 7 Messages : 14
J'ai traversé le portail depuis le : 20/10/2017 et on me connaît sous le nom de : Pizza. Mon nom est : Hadès. Actuellement je suis : marié à Perséphone. Il paraît que je ressemble à : Jon Snow (Game of Thrones) // Kit Harrington et à ce propos, j'aimerais remercier : .
Re: eaux troubles // déméter | Lun 19 Fév 2018, 22:43

— eaux troubles // déméter
Hadès leva les yeux au ciel qu'elle fit s'assombrir, et il put ressentir sa colère lui traverser le corps et l'esprit, le foudroyer sur place pour le ton condescendant qu'il osait arborer devant sa face. Il ne s'agissait plus de blasphèmes humains, il ne s'agissait plus d'offenses vexées, Déméter avait été insultée par son propre frère par le comportement qu'il avait eu plus que par ses mots, et le jugement aurait été sans appel s'il avait été question d'un mortel. Mais là était le problème, Hadès était Dieu, et pas n'importe lequel ; il était celui qui jugeait, et il s'était jugé lui-même – et son châtiment était alors encore plus terrible que l'errance aux Enfers. Son châtiment avait été de vivre éternellement dans le besoin mordant d'une autre personne que lui-même. Il ne se satisfaisait plus et il ne trouverait plus jamais de repos tant que Perséphone lui tournerait le dos.

Comment Déméter pouvait-elle comprendre qu'il se punissait déjà assez lui-même ? Elle ne pouvait pas, simplement car elle aurait jugé ça trop faible – certainement pas à la hauteur de la douleur qu'il lui avait infligée – qu'il lui infligeait continuellement.

« Eh bien ! Quelle chance j'ai eu de ne pas m'encombrer d'une progéniture, vu tous les tourments que cela te cause ! »

Des enfants il en avait eu, mais il n'avait jamais ressenti le besoin de s'y intéresser. Il finirait bien par les rencontrer au moment de leur mort, et il se dirait, en toute froideur et condescendance, qu'il eut bien fait de ne pas s'en approcher – de ces êtres imparfaits et pathétiques. Hadès était un Dieu cynique, mais avant tout réaliste, et il savait bien qu'il n'avait rien à retirer de la plupart de ses progénitures. Sans doute n'aurait-il pas eu la même approche si leur mère n'avait pas eu aussi peu d'importance. Ainsi il s'était imaginé Perséphone mère de ses enfants, et un rictus sombre se dessina sur ses lèvres.

« Et je n'ai pas l'impression que tu tiennes tant à me voir père. A moins que tu aies oublié qui était ma femme. »

Elle pouvait bien faire s'abattre la misère sur le monde, elle pouvait bien faire tomber les foudres de Zeus sur Terre, ça lui était égal. Elle lui cherchait la misère encore des siècles plus tard, et il n'aimait pas qu'on le contrarie.
Elle le contrariait.

« Regarde les choses en face, Déméter. La trouves-tu ainsi épanouie et heureuse ? Tu crois que sa vie paisible en Sicile, bien entourée et sur-protégée, lui permettait de grandir telle la fleur – splendide – qu'elle est ? Je lui ai offert plus qu'une couronne, je lui ai offert un but. »

Déesse de la Terre et des MoissonsStaffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Déméter
Déesse de la Terre et des Moissons
Staffienne
Coeurs : 15 Messages : 196
Couleurs : Wheat (Déméter) & Olive (Kalysta)
J'ai traversé le portail depuis le : 27/03/2015 et on me connaît sous le nom de : Etilya ! Mon nom est : Déméter. Actuellement je suis : Célibataire et bissexuelle. Il paraît que je ressemble à : un original de Zhang Xiaobai. et à ce propos, j'aimerais remercier : Alice *^*
Re: eaux troubles // déméter | Hier à 20:26


Eaux troubles
PV ✖️ Hadès & Déméter



Déméter fulmine ; non content de balayer ses piques, il relègue en plus le rôle de parent au rang de tourment. Quel dommage qu’il ne sache pas ce qu’il perd. Elle aurait pu enfoncer une épine dans cette faille de choix. Mais elle a oublié qui est Hadès ; un être froid, calculateur, sans faiblesse. Elle est trop bonne, trop différente, pour arpenter les mêmes sentiers que lui. Même si elle sait faire preuve de mordant, elle ne saura jamais l’égaler.

Elle détourne le regard, les mâchoires crispées. Il ose lui dire que la vie qu’elle a offert à sa fille ne lui correspond pas. Que dans ce paradis terrestre, elle n’a jamais su trouver d’objectif pour guider ses pas. Mais elle avait eu l’amour de sa mère, la gentillesse des nymphes, et la tendresse de la faune sicilienne. Comment peut-il contester son éducation ? Comment peut-il remettre en cause son jugement de mère ? Les mots la blessent, les mots l’étouffent. Elle prend une respiration difficile.

"Comment ose-tu remettre en cause l’éducation que je lui ai apporté ? Qui es-tu, toi, pour juger ce qu’il y a de mieux pour ma fille ? Je sais ce qu’il lui faut, et ce n’est pas un palais sinistre arpenté par les âmes en peine ! "

Le ciel gronde, mécontent. La foudre et les éclairs, éternels esclaves de Zeus, ne tomberont pas ; leur maître ne se mêle jamais de leurs conflits – il en crée déjà bien assez tout seul. Mais ça n’empêche pas l’orage naissant de se montrer menaçant. Du moins, pour le commun des mortels. Il n’aura jamais rien d’impressionnant pour le dieu des morts, mais là n’est pas le but. Déméter laisse juste son chagrin et sa colère s’exprimer à travers son pouvoir.

"Qu’as-tu de plus à lui apporter, hein ? Un champ d’asphodèle, des sujets sinistres qui médisent dans son dos, une demeure obscure dépourvue de chaleur ? En quoi est-ce mieux qu’une terre luxuriante baignée de lumière ? Ici elle n’a jamais manqué de rien, jamais ! Je l’ai nourrie, protégée, aimée… "

Déméter s’arrête, à court de souffle. Le regard rivé sur le lac, elle cherche du réconfort dans cette terre qui a vu naître son enfant. Un vent froid vient jouer avec sa chevelure de jais. Elle frissonne ; non pas glacée, mais lasse de tenir toujours le même discours qui ne sera, de toute façon, jamais entendu. La déesse ferme les yeux, fatiguée.

"Tu me parles des tourments qu’apporte la parenté, alors que tu es le seul instigateur de ceux qui me rongent. "

La parenté. Elle était si heureuse lorsqu’elle portait son enfant en son sein. Sa naissance fut le plus beau souvenir de son éternité. Dire qu’elle n’a pas imaginé Perséphone dans cette situation serait un mensonge éhonté. Elle sait bien que ce n’est plus une enfant ; c’est une femme aujourd’hui, prompt à donner la vie à son tour. Mais si ça arrivait un jour, Déméter verrait-elle cet enfant comme celui de sa fille… ou comme celui d’Hadès ? Elle secoue la tête ; cette idée est insupportable. Dire que, fut un temps, elle aurait souhaité à son frère de connaître les joies de la parenté. Peut-être qu’il n’en sera jamais rien, au final.

"Je n’oublie pas qui est ta femme. Toi, en revanche, tu sembles oublier que tu as déjà des enfants, quelque part chez les mortels. Alors même que Perséphone ne connaîtra jamais le plaisir d’enfanter."

Déméter se retourne pour le confronter. Oui, il est responsable de cet état de fait, bien qu’elle n’ait jamais souhaité ni imaginé voir naître un nouveau dieu de leur « union ». Les pensées impures d’Hadès sont toxiques et sa fille en subit les conséquences. C’est tout du moins ce dont elle est persuadée ; de toute façon, pour ce qu’il porte d’intérêt aux enfants…

"Tu n’as même pas la décence de lui rester fidèle, lance-t-elle d’un ton sec, le regard courroucé."

(C) MISS AMAZING.






Contenu sponsorisé
Re: eaux troubles // déméter |

 
eaux troubles // déméter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES VAMPIRES DE CHICAGO (Tome 05) MORSURE EN EAUX TROUBLES de Chloé Neill
» [Collection] Oscar - Denoël
» Higuchi Ichiyô
» KAY SCARPETTA (Tome 07) MORTS EN EAUX TROUBLES de Patricia Cornwell
» Pêche en eaux troubles ( Venise)

Sanctuary of Heart :: La Planète Bleue :: La Planète Bleue :: Europe-
Sauter vers: