Partagez | 
 

 Lames d'air, complicité retrouvée {Swen}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Staff Brave Shama'Losse

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Shama E. S. Dragonfire
Staff Brave Shama'Losse
Coeurs : 107 Messages : 431
Couleurs : Red & darkorange
J'ai traversé le portail depuis le : 21/05/2013 et on me connaît sous le nom de : Shama, Sham'. Mon nom est : Shama Ember Scarlet Dragonfire. Actuellement je suis : Bi et libre comme l'air. Il paraît que je ressemble à : Erza Scarlet de Fairy Tail (in RP) ~ Michelle Rodriguez (IRL). et à ce propos, j'aimerais remercier : Kuru pour le vava et Cali pour la signa ♥
Lames d'air, complicité retrouvée {Swen} | Sam 04 Nov 2017, 01:50

Aujourd’hui j’avais décidé de m’entraîner un peu dans la forêt. Courir, slalomer entre les troncs d’arbre -parfois si serrés qu’il fallait passer de profil-, grimper à leur cime, s’envoler depuis la plus haute branche pour piquer ensuite vers le sol en évitant les nombreuses branches… C’était quelque chose que je n’avais pas fait depuis longtemps. Et ça faisait du bien, tant au corps qu’à l’esprit. J’avais toujours eu besoin de me dépenser physiquement pour me sentir en forme. Un esprit sain dans un corps sain, comme on dit.

A mes côtés, Blaze s’en donnait également à cœur joie. Il me suivait sans peine et disparaissait parfois entre deux buissons, certainement en train de traquer une proie. La seule chose que je lui avais strictement interdit, c’était de cracher du feu. Je ne pense pas que les elfes seraient très contents qu’on foute le feu à leur précieuse forêt. Et j’avais pas envie de finir ma vie en hérisson, criblée de flèches. Il avait un peu boudé au début, mais maintenant c’était oublié. Il s’amusait comme un fou.

C’était aussi l’occasion d’évacuer les énergies et pensées négatives. Depuis que Maxime était partie vivre sur Terre avec son cousin, je me sentais un peu seule. De nouveau seule, plutôt. Bien sûr on avait gardé contact, mais sa présence me manquait. Toute une vie de solitaire ça finissait par vous peser à la longue. C’est vrai que je tenais à mon indépendance, mais cela devait-il rimer avec solitude ? ça sonnait faux.

Je m’arrêtai près d’un arbre pour m’appuyer contre son tronc et retrouver mon souffle. J’essuyai d’une main la sueur qui perlait sur mon front en dépit de mon bandeau de coureur -celui qui absorbe vous savez, super pratique. Puis je remarquai subitement le silence pesant. Je n’entendais plus Blaze et ses cavalcades bruyantes, ponctuées de ses cris de dragonnet -enfin non, de jeune dragon, il avait un peu grandi depuis tout de même. Je me retournai pour le chercher, mais je ne le vis nulle part. Allons bon, où était-il encore passé ? Je n’allais quand même pas passer le rester de la matinée à fouiller les buissons pour le retrouver… Je poussai un soupir excédé, bénissant ma tenue de joggeuse -short et débardeurs noirs. Je pris quelques secondes pour refaire ma queue de cheval, puis je me lançai à la recherche de mon crétin d’affilié.

- Blaze ? Où es-tu passé ? Aller, j’ai pas que ça à foutre, putain !

Ça faisait dix minutes que je m’égosillais, mais il restait introuvable. Ouh, j’en connaissais un qui allait être privé de pâté en rentrant ! Au moins, il n’avait pas -encore- provoquer d’incendie, je pouvais m’estimer heureuse. J’entendis un gémissement plaintif au loin. Je dégainai aussitôt une de mes lames, accrochées dans mon dos -c’était plus pratique que sur le côté, je le faisais depuis peu- et scrutai les fourrés, alerte.


- Blaze ?

Un nouveau cri me répondit. Je me dirigeai l’arme au poing dans la direction de cet appel à l’aide manifeste. Blaze pouvait être chiant, mais si j’attrapais celui ou celle qui lui faisait du mal, je le transformerais en pâté pour mon dragon. Après une trentaine de secondes d’avancée, j’entraperçus un éclair doré me foncer dessus. Je me retournai pour découvrir un Blaze dans tous ses états.


- Allons-bon, qu’est-ce que t’as encore foutu toi ?

Intriguée par ce qui l’avait effrayé à ce point, je poursuivis ma route jusqu’à une petite clairière. Vide. J’haussai un sourcil avant de jeter un œil à mon dragon, qui pour le coup ne me quittait plus d’une semelle, au sens propre du terme. Je n’avais capté que des images confuses de fauve et de course poursuite. Il n’avait tout de même pas provoqué une bête sauvage ? Le craquement d’une branche retint mon attention. Garde levée, je scrutai les buissons. Les yeux plissés, je crus discerner un mouvement flou et une fourrure tachetée… ça n’augurait rien de bon. Je n’avais pas envie d’affronter un fauve, je n’avais pas envie de blesser une bête qui n’avait rien demandé. Soudain mon instinct tira la sonnette d’alarme. Je sentis une présence derrière moi. Par réflexe, je me retournai en brandissant ma lame, prête à occire mon agresseur.

Je fus surprise de rencontre une autre lame, dans un bruit métallique qui déchira la tranquillité de la forêt. Je fus d’autant plus surprise en reconnaissant l’arme. Et son propriétaire. Mes yeux s’écarquillèrent en même temps que j’ouvris la bouche, pour n’en sortir aucun son. Mon cœur se remettait à peine du stress. Swen Aoshiki, celui qui m’avait appris à voler en échange de ma maîtrise des armes, venait de refaire surface après une longue période d’absence totale. Il s’en était allé un jour, et je n’avais plus eu de nouvelles depuis. Autant dire que c’était la dernière personne que je m’attendais à croiser dans cette forêt.

Je finis par baisser mon arme, remise du choc. Le souffle encore court, je pris le temps de le détailler rapidement. Les seuls changements que je remarquais, c’était ses traits un peu plus mûrs, plus « adultes », qui témoignaient des quelques années de séparation. Pour le reste, il était fidèle à lui-même.


- Swen ? finis-je par articuler. Ça fait un bail…

Et alors, le fauve que j’avais vu dans les buissons… Je me retournai juste à temps pour voir son affiliée sortir de sa cachette. Je savais qu’elle avait un caractère bien trempé. Ce ne fut donc pas bien dur d’associer deux et deux, étant donné que le scénario s’était déjà produit par le passé.


- Laisse-moi deviner, Blaze est venu lui chercher des poux ? Je suis désolée s’il vous a causé des ennuis…

Le coupable vint se coller à mon talon, fixant le jaguar d’un œil méfiant. Je rangeai ma lame dans son fourreau d’un geste rapide et précis vers mon dos. Puis, à présent certaine qu’aucun fauve ne me sauterait à la gorge, je fis de nouveau face à mon vieil ami pour le dévisager. En fait je ne savais pas vraiment quoi dire, après tout ce temps. Je passai une main derrière ma nuque avant d’improviser quelque chose.

- Qu’est-ce qui t’amène ici, après tout ce temps ? Rien de grave j’espère…

Bon c’était un peu maladroit, j’aurais tout aussi bien pu lui demander simplement ce qu’il devenait ou s’il allait bien. Encore que, j’avais fait des progrès. Avant j’aurais été capable de balancer un « quoi d’neuf ? » sans aucune classe.




3 roses de Nao, Cali et Lyvion, love you buddies ♥
Hephaestus' Daughters:
 

Merci Kira ♥:
 

troll:
 

Ligues & fan club:
 
Sang-mêlé Elfe & Démon

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Swen A. T. Aoshiki
Sang-mêlé Elfe & Démon
Coeurs : 1 Messages : 12
J'ai traversé le portail depuis le : 12/04/2016 et on me connaît sous le nom de : Pelush'. Mon nom est : Swen Ahgil Teiarii Aoshiki. Actuellement je suis : bisexuel et totalement disponible. Il paraît que je ressemble à : Fukuwa et à ce propos, j'aimerais remercier : Déméter de m'avoir fait découvrir le fofo.
Re: Lames d'air, complicité retrouvée {Swen} | Sam 11 Nov 2017, 21:57

Enfin de retour à Sanctuary of Heart. Cela fait un très long moment que je ne suis plus venu ici, six ans. J’observe  la clairière dégagée dans laquelle nous sommes arrivés avec Devora. Elle n’a pas changé, la forêt qui l’encercle non plus. Les mêmes arbres, les mêmes odeurs et les mêmes bruits que lorsque nous sommes partis. En somme, la quiétude idyllique que seule cette forêt gardée par mon peuple peut conserver. Devora s’étire, toute griffe dehors avant de s’élancer dans les profondeurs de la forêt.
Personnellement je trouve que rien ne presse, mon pas vers les frondaisons est donc plus mesuré que le sien.
Une fois à l’entrée du bois, je décide de prendre un peu de hauteur, d’admirer cette forêt du ciel et de profiter des nombreux courant ascendant et descendant dont bénéficie l’île. J’ouvre alors mes ailes et décolle.

« T’auras qu’à me pister quand tu daigneras revenir sur le sol commun, Lutin. »

La phrase claque dans mon esprit comme un fouet … et j’éclate de rire. Devora n’aime pas quand je décide sur un coup de tête de m’envoler loin d’elle. Généralement elle se venge en se planquant dans la nature. Je peux passer des jours à la chercher si elle a vraiment une dent contre moi. Une fois mon hilarité passée, je survole la forêt avec plaisir, respirant cet air pur. Je finis par m’arrêter et faire du surplace, observant ses paysages sauvages à perte de vue et leur calme. Je suis à ma place ici, au milieu de la forêt, loin de toute civilisation et même pas obligé de croiser d’autres elfes.
Finalement il est temps que je retrouve Devora, si je veux pouvoir aller loin de cet écrin vert et revoir ma mère d’adoption avant la fin de la semaine. Ma descente s’effectue en piqué, rapide et sans précision réelle, même si l’atterrissage lui est précis au centimètre près. Pas question que je me casse une aile. Une fois au sol, je cherche Devora. C’est un très vaste programme. Un jaguar dans la forêt. Rien de plus facile à trouver à condition d’avoir une vague idée de la direction à prendre. Quelle ironie.

« - DEVORA ? »

J’arpente donc, avec la plus grande attention, la forêt afin de débusquer mon affiliée. Je l’appelle bien entendu. Serait-ce plus pour tromper le silence –et moi-même- que pour la trouver ? Sachant que la connaissant … jamais elle ne me signalera sa présence pour une réponse verbale. Non elle préfèrera me sauter dessus de tout son poids, m’aplatissant ainsi contre la terre meuble, en lâchant une phrase assassine dans ma tête. Je me stoppe. Maintenant que j’y réfléchis, aucune raison d’être attentif, vu que ce qui va m’arriver, autant que je me promène tranquillement en me dirigeant vers la clairière. Après tout à découvert je pourrai peut-être échapper à ce rendez-vous avec le sol forestier.

Ainsi je reprends ma marche à pas tranquille et léger. Malgré ma volonté farouche de profiter de cette balade au calme, mes sens –plus précisément mon ouïe- perçoivent des bruits incongrus par rapport au lieu. On dirait comme … des gémissements ? Devora se serait-elle retrouver face à plus fort qu’elle ? Ou elle n’est pas concernée ? M’appuyant alors sur mes dons elfiques, j’avance vite et sans bruit. Instinctivement, plus je me rapproche de la source des bruits, ou plutôt maintenant de leur absence, plus la prise autour de la garde de mon katana se raffermit.

« Lutin dépêche-toi de ramener tes ailes et ton arme dans la clairière. Je sais me défendre, mais face à une lame non. »

La phrase arrive au milieu de mes pensées avec vivacité, cependant son ton n’est pas incisif, il est plutôt sur la défensive. Devora n’aime pas les armes en règle générale, et elle ne m’appelle que très rarement à l’aide. C’est donc un cas d’urgence, même si je ne vois absolument pas ce qui pourrait la menacé ici. J’arrive à l’orée de la clairière et je suis accueilli par une lame, très aiguisée, s’abattant vers moi. Je n’ai le temps que de faire un geste : sortir Tenrô de son fourreau et parer.

La rencontre de ces deux morceaux d’acier, aux tranchants acérés, déchire la quiétude de l’endroit durant un bref instant. Pourtant aucun autre coup ne suit. En effet l’arme en face, je ne la connais que trop bien. Plus précisément, je connais très bien sa détentrice. Cette dernière est aussi surprise que moi. Il était totalement impensable que l’on se croise aujourd’hui et encore moins de cette façon. Elle n’a pas changée depuis la dernière fois. C’est une belle jeune femme, qui dégage une confiance en elle à toute épreuve. Elle abaisse son arme, et j’en fais de même. Après tout, elle n’est pas une ennemie, mais une amie.

« - Swen ? Ça fait un bail … »

Avant que j’aie pu lui répondre, Devora quitte son buisson, visiblement contente que je sois arrivée.

« Je n’y suis pour rien moi ! C’est le dragon le responsable ! Je suis la victime Lutin ! »

« - Laisse-moi deviner, Blaze est venu lui chercher des poux ? Je suis désolé s’il vous a causé des ennuis … »

Bizarrement, je ne doute ni de la pensée de l’une ni de la parole de l’autre. J’observe ma camarade de lame, rengainer son arme dans son fourreau avec la rapidité de la guerrière. Elle se tourne face à moi maintenant, je sais que c’est parce qu’elle se sent en sécurité. Qu’elle ne craint rien.

« - Qu’est-ce qui t’amène ici, après tout ce temps ? Rien de grave j’espère … »

Je ne peux réprimer un sourire. Sa tentative de dialogue est maladroite, mais en même temps tellement pleine des progrès qu’elle a pu réaliser durant mon absence. Je m’attendais à quelque chose de plus … enfin moins … classe. Tenrô rejoint son fourreau, puisqu’il n’a pas d’utilité ici.

« - Ouai ça fait un bail Shama. Pour Blaze, il semblerait, mais il n’y a pas de mal. Tu connais Devora. Je rentre au pays on va dire. Les humains sont … agaçants et il était vraiment temps pour moi de retrouver une forêt paisible. Avoir le choix d’avoir la paix ou le tumulte autour de moi. De plus Devora s’ennuyait ferme en ville. Je ne pensais pas te croiser si vite, et certainement pas dans cette situation. »

Voilà qu’à mon tour j’hésite. Il est vrai qu’on ne s’est pas vu depuis notre échange de bon procédé, il y a sept ans.

« - Qu’est-ce qui t’amène en forêt ? Ton entrainement quotidien ? »

Des banalités. Sept ans sans la voir et je lui sors des banalités. Comment dire que nous sommes autant handicapé des relations humaines l’un que l’autre ?
 
Lames d'air, complicité retrouvée {Swen}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Sanctuary of Heart :: Principaux lieux de l'île :: Forêt-
Sauter vers: