Partagez | 
 

 Un Ange blanc comme Neige ~ ❅ [ PV : Étoile S. Niwwel ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




avatar
Invité
Invité
Un Ange blanc comme Neige ~ ❅ [ PV : Étoile S. Niwwel ] | Jeu 17 Aoû 2017, 17:24


Un Ange blanc comme Neige ~ ❅


Là-haut, dans les montagnes… à l’abri des gens et de leurs émotions… là-haut, dans les montagnes… libéré des peurs et des angoisses… il y a… une petite hermine blanche qui se faufile silencieusement dans la poudreuse… aucune crainte du froid… non loin d’elle… une espèce de lapin rose plutôt dodu essaye de braver la couche de neige… bien qu’il s’empêtre souvent trop profondément dans l’épaisse masse blanche, il se relève très vite pour rattraper l’hermine qui l’attend un peu plus loin, aux aguets… aucune inquiétude dans cette contrée glaciale… si ce n’est les aigles ou les faucons en quête de nourriture… alors le duo insolite se dépêche pour rejoindre la petite grotte qui leur sert d’abri pour la nuit ou la journée… étrange duo que Daifu’ et moi formons… mais c’est le nôtre, et je ne le changerai pour rien au monde.

Revenus à notre abri, et après quelques brefs coups d’œil aux alentours, je m’engouffre au plus profond de la grotte et m’y roule en boule, sous ma forme d’hermine. Me concentrant attentivement, j’entreprends la métamorphose inverse pour recouvrer ma forme humaine. Techniquement parlant, celle-ci se passe toujours sans douleur. Mais je peux pratiquement sentir mes os s’allonger, ma peau se dégarnir de mon pelage, mes muscles se tordre pour retrouver leur apparence, grandir, grossir… Mon compagnon reste à l’entrée de la grotte, me tournant le dos, comme s’il surveillait le paysage extérieur. Sauf qu’en réalité, il s’agit simplement d’une question de politesse et de pudicité, aussi joueur soit-il. Et je l’en remercie vraiment pour ça. Donc après avoir repris ma forme humaine, je me rhabille avec les vêtements que je laisse toujours au fond de cette grotte, avant de finalement rejoindre mon Lié à l’entrée. Celui-ci vient aussitôt s’hisser sur mon épaule.

Ses oreilles gigotent un peu dans tous les sens, me chatouillant le cou par la même occasion, et je me retiens de glousser doucement. Le petit lapin semble plisser les yeux et finit par poser sa tête contre la mienne. Normalement, nous n’avons pas besoin de faire ça pour communiquer, mais il en a pris l’habitude… c’est une autre sensation très étrange, aucunement désagréable. C’est comme si je voyais un bout de ficelle bleu s’étendre dans ma tête à la recherche d’une autre ficelle bien précise, celle de Daifuku, jusqu’à ce que les deux s’enroulent, se tissent ensemble. Et les deux ficelles, bleu et rose, s’unissent pour ne former qu’une, puis changent de couleur pour devenir violettes. Je ferme lentement les yeux, et mon partenaire fait de même. J’entends ses paroles résonner dans ma tête : « J’ai entendu quelque chose. » Bien sûr, j’ai confiance en ce que raconte Daifu’. Je n’ai pas besoin de matérialiser mes oreilles d’hermine pour vérifier.

Néanmoins intrigué, je sors à quatre pattes de la grotte avant de me relever, frottant mes genoux et mes mains de la neige s’étant collée sur elle. Mon Lié grimpe sur ma tête et m’indique de sa petite patte la direction. Je tourne la tête vers celle-ci et me mets en route, traînant un peu les pieds dans la poudreuse épaisse. Plus difficile de marcher dans la neige sous forme humaine que sous forme hybride. Peut-être que je devrais songer à m’acheter un snowboard, pour pouvoir avancer plus facilement, tiens. Enfin, avec le peu d’argent que je possède, je ne risque pas de l’avoir avant longtemps. Heureusement, le son qu’a perçu Daifuku ne provient pas de très loin, et j’arrive plutôt assez vite sur place, sentant de plus en plus un sentiment de joie intense. Mais qu’elle ne fut pas ma surprise lorsque je découvre qu’elle émane… d’un garçon endormi sur un petit terrain d’herbe.

Clignant des yeux, je m’approche de lui, et m’agenouille, l’observant longuement. Malgré tout le temps que j’ai passé dans ces montagnes ou à Chloris, je n’ai jamais vu ce garçon dans les environs. Je le détaille des yeux… il est entièrement vêtu de blanc… et deux immenses ailes d’une blancheur toute aussi immaculée, juste recouvertes d’un léger voile doré. Est-il… un Ange ? Eh bien, j’en ai déjà croisé à l’école ou dans la rue, bien évidemment, donc ça n’a rien d’étonnant. Mais endormi… ? Ici… ? Au milieu des montagnes… ? Jamais. Je tourne le regard vers Daifuku, descendu de ma tête pour rejoindre mon épaule. Ce dernier a les yeux posés un peu plus au loin. Je suis lentement son regard pour apercevoir… une espèce de chat croisé avec un lapin, de couleur verte, assis un peu plus loin. Je le reconnais sans mal, pour l’avoir déjà aperçu plusieurs fois. Un ami des montagnes de Daifuku : Stell. Collant sa tête contre la mienne, mon Lié m’apprend que Stell, qui a toujours rechigné d’être attaché à quelqu’un, s’avère être le compagnon du garçon.

Enfin… je ne peux pas laisser ce garçon dormir là. Si je ne possède aucun problème avec le froid, grâce à mon pouvoir de la Neige, il n’en est pas pour autant le cas pour la majorité des gens. Ce garçon pourrait tomber malade, en restant ici. Alors, après un regard entendu entre Daifu’ et moi, puis entre Stell et moi, je tends lentement une main vers le garçon, la posant sur son épaule, et le secoue doucement, afin de ne pas le brusquer ou le surprendre. Je ne le secoue pas trop longtemps, juste suffisamment pour être sûr qu’il a senti le mouvement et qu’il se réveille. Puis, j’attends, toujours agenouillé près de lui, qu’il ouvre les yeux.


« Hé oh… bonjour… ? »



Sang-mêlé Fée & Ange

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Etoile S. Niwwel
Sang-mêlé Fée & Ange
Coeurs : 7 Messages : 26
Couleurs : Etoile prie en #0099ff
Stell tente de squatter tes pensées en #009966

J'ai traversé le portail depuis le : 18/07/2017 et on me connaît sous le nom de : Aisiah. Mon nom est : Etoile Sol Niwwel. Actuellement je suis : Célibataire et bisexuel Il paraît que je ressemble à : Orthos de Merc Storia et à ce propos, j'aimerais remercier : Dieu.
Re: Un Ange blanc comme Neige ~ ❅ [ PV : Étoile S. Niwwel ] | Lun 21 Aoû 2017, 11:47






Etoile & Lumi
Un ange blanc comme Neige


Combien de jours ? Quatre jours ? Cinq jours ? Peut-être un peu plus ou un peu moins ? Combien de jour depuis que le prétendu humain s’était élevé vers d’autres cieux ? Il a répondu à l’appel d’un dieu qui n’est pas le sien, et s’est engouffré dans l’inconnu sans la moindre hésitation. Que pouvait-il risquer après tout ? Dieu l’a appelé et il est l’un de ses plus fervents fidèles. Il l’a toujours été, et le sera toujours... alors être désormais orné d’une paire d’ailes immaculées ne pouvait être qu’une espèce de récompense du Seigneur, non ? Certainement, surtout quand on ne veut pas voir la vérité. Quatre jours, cinq jours... et toujours cette montagne à perte de vue. Peu habitué à la neige, Etoile n’a jamais osé dépassé la ligne de poudreuse. Au mieux l’a-t-il longée, sans réellement chercher de but à atteindre. Il ne sait où est. Il ne sait où il a atterri. Il ne sait même pas s’il existe d’autres êtres humanoïdes sur cette terre. Il ne sait rien, mais n’a pas peur pour autant. Le Seigneur est avec lui, après tout. Constamment, il le guide. Constamment, il l’accompagne. Constamment, il le guide. Il sait, parce qu’il a la Foi. Et pour preuve, Il lui avait envoyé un petit compagnon guide. Peu affectueux, certes, mais il est certain que le suivre ne peut que lui venir en aide.

Et il ne s’est pas trompé.

Les jours ont passés, juste quelques-uns, et l’acariâtre animal ressemblant vaguement à un chat verdâtre l’a emmené à chaque fois là où il avait besoin d’être. Un endroit où trouver de la nourriture, malgré parfois le manque de végétation. Un endroit où s’abriter du froid et du vent, en attendant le retour du soleil.  Un endroit où trouver à boire, même si un simple tour de passe-passe peut désormais le sustenter aussi surement que la plus claire des rivières. Un endroit où se reposer, à l’abri des prédateurs et du danger. Une bénédiction, ce ‘chat’, qu’Etoile ne manque jamais de souligner durant ses prières quotidiennes... Au grand dam de l’affilié forcé.

Quatre jours, cinq jours... et pourtant, Stell n’a pas encore réussi à communiquer vraiment avec son Lié. Il est incapable de parler et de toute manière, même s’il pouvait le faire, ne le ferait pas. Non, il préfère communiquer par la pensée, sauf qu’il n’y parvient pas. Malgré ce lien qui est censé les lier, il n’y parvient pas. Partagé entre l’exaspération d’avoir obtenu un compagnon sans jamais l’avoir désiré, et l’envie de lui hurler qu’il n’est pas un simple ‘chat étrange qui a bien besoin de câlin’, le carbuncle ne sait pas trop comment se comporter. Il aimerait juste l’ignorer et s’en aller...Loin, très loin, reprendre sa vie sauvage dans les montagnes qu’il ne quitte qu’en de très rares occasions, mais il ne le peut. Il se doit d’être proche de l’ange puis... s’il lui arrive malheur, lui-même sera entrainé dans la chute alors... Il n’a guère le choix. Et c’est ce point qui lui égratigne l’esprit le plus.
Quatre jours, cinq jours... et Stell ne sait toujours pas quoi faire de cet enfant trop blanc qui le suit partout. Il aurait pu l’emmener à Chloris, mais il rechigne toujours à s’approcher des villes. Même si l’un de ses amis y habite, il a toujours évité les endroits trop peuplés...justement pour ne pas créer ce lien qui l’arracherait de la montagne. Mais le destin en a décidé autrement. Aujourd’hui comme hier, il a passé la journée à l’emmener à droite et à gauche, uniquement au grès de ses envies et du hasard. Ne pas descendre trop bas pour risquer de pénétrer sur les territoires des fées, ne pas dépasser la ligne de la poudreuse pour ne pas risquer qu’il congèle sur place.

Posté sur un rocher, l’animal magique observe l’ange endormi sur l’herbe, au pied d’un sapin immense. Le jour s’est levé, il l’a veillé une bonne partie de la nuit. Il a pu le remarquer depuis ces quelques jours, le garçon dort sur le ventre et se sert de ses ailes imposantes comme d’une couverture, pour se protéger du froid nocturne. Il est vrai qu’il ne possède pas sa fourrure... tout comme il est vrai qu’il ne lui prêtera pas la sienne. Il n’est pas une peluche. Il l’a remarqué aussi, il arbore sans cesse ce sourire d’imbécile heureux, à croire qu’il s’agit de la seule expression dont il est capable. Fatigué d’avoir veillé, Stell baille et s’étire, avant de se mettre en boule et d’adopter une position plus confortable pour se reposer. Pour enfin se reposer. Juste quelques petites heures... Mais bien vite, un son étouffé se fait entendre, puis plusieurs et il se redresse, aux aguets. Quelqu’un approche, bien trop gros pour n’être qu’un autre quadrupède montagnard. C’est bien sa veine. Il montre les crocs, prêt à bondir à la gorge de l’infortuné qui aurait la prétention de s’en prendre à ce foutu ange. Sauf que cet intrus, il le connait. Il les connait, et se détend immédiatement aux premières salutations mentales d’un lapin rose bien trop en chaire.
Il pourrait presque sourire de l’arrivée de son ami Daifuku et de son Lié, Lumi. Presque. Parce que s’il est plutôt content d’apercevoir au loin d’exubérant animal potelé, il l’est moins de constater qu’il est encore et toujours en compagnie de celui qui lui avait ravi. Une ancienne histoire ? Pas quand on est rancunier. Si Dai’ est heureux, et qu’il devrait l’être pour lui aussi ? Foutaise. Il était tout aussi heureux dans les montagnes, à l’époque. Ce n’est qu’à cause de ces histoires d’affiliés et de lié qu’il squatte désormais à Chloris, et pas autre chose.

Stell les observe s’approcher, tout en se plaignant silencieusement de son nouveau statut auprès de son ami. Lui, l’acariâtre carbuncle qui a toujours détesté s’approcher des villes, a réussi à se dégoter un affilié par le plus grand des hasards... et il n’a pas fini de signaler qu’il n’a jamais voulu ça. Il observe le mage-hybride s’agenouiller à côté de l’endormi. Lui reste à bonne distance, bien que l’envie de poser son gracieux popotin sur son coussin favori le démange. Qu’il le réveille s’il en a envie, lui n’en a cure désormais.

********

Le jour s’est levé, je crois. Je sens la lumière du soleil à qui j’ai emprunté le nom percer au travers de mes paupières. Pourtant, je reste encore dans le coton, encore inconscient. Dormir. Dormir... Heh... est-ce que quelque chose vient de me toucher ? Il y a quelqu’un ? Encore besoin de dormir... Je suis sûr qu’il reste encore du temps avant l’office du matin, Père George.

...

Ça, ce n’est pas la voix du Père George. Bien trop jeune pour être la sienne... En un flash, je me souviens alors. L’attaque des êtres noirs, le portail tout blanc, la montagne inconnue, mon nouveau statut, mes ailes... Rien qu’en y songeant, je les sens, douces et chaudes, reposer sur moi et me protéger du froid. Rien qu’en me raccrochant à cette légère sensation, d’autres me parviennent. La dureté du sol, l’herbe longue et folle qu’il s’est faufilé et me chatouille la peau, la fraicheur du dehors qui mord les parties exposées de mon corps. C’est ça, je ne suis plus à l’Abbaye, mais ailleurs. J’ai suivi la voix de Dieu vers l’inconnu, et il a fait de moi un ange à son service. Au son de la voix de l’inconnu, je me réveille, puis me redresse lentement. Qui ça peut bien être... ? Je n’ai encore croisé personne dans ses montagnes. J’ouvre les yeux et tombe nez à nez avec un garçon d’environs mon âge accompagné d’un... lapin ? Enfin, je crois ? Je n’avais encore jamais vu d’animal pareil et aussi... rose ? Avec une corne qui plus est. Le Seigneur nous a caché tellement de créatures incroyables... d’abord le chat serti d’un rubis gigantesque qui me sert de guide céleste, puis ce rongeur d’une couleur inédite ! Passé la première interrogation, je lui souris largement. Je suis vraiment content de voir un autre être d’apparence humaine ici, sur la terre de Dieu !

« Bonjour ! Je suis Etoile ! » Ah, j’ai dit mon surnom sans même y réfléchir... « Dieu m’a appelé ici il y a quelques jours... Je suis content de ne pas être le seul ange ici ! »

Maintenant que j’y pense... c’est forcément un ange, non ? C’est comme ça qu’on atterrit dans le jardin de Dieu, en devenant un ange ? Enfin je crois. C’est comme ça que j’ai atterri ici, moi. Maintenant que je le regarde un peu plus, ou plutôt que je scrute, je remarque qu’il ne porte pas d’ailes. Je penche un peu la tête, interrogatif, à la recherche d’une plume ou d’un indice... mais rien. Pas d’attributs angéliques.

« Dis... tu es bien un ange, non ? Je ne vois pas tes ailes »



« Welcome to Paradise »



(C) MISS AMAZING


Etoile prie en #0099ff - Shelter - Starlight Keeper

Bannières:
 
 
Un Ange blanc comme Neige ~ ❅ [ PV : Étoile S. Niwwel ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Batterie] => elle fond comme neige au soleil !! et vous ?
» [Jon Michelet] Comme neige
» [RESOLU] Batterie fond comme neige au soleil
» Le Bonhomme de Neige - Jo Nesbø
» François BARCELO (Canada/Québec)

Sanctuary of Heart :: RPs abandonnés-
Sauter vers: