Partagez | 
 

 "what the night does to the day" {Isis}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Amelëyr C. Thanáriel
Staffien
Coeurs : 112 Messages : 422
Couleurs : #ff7518 & Indigo
J'ai traversé le portail depuis le : 23/07/2014 et on me connaît sous le nom de : Etilya - Ebola Mon nom est : Amelëyr Círdan Thanáriel. Actuellement je suis : célibataire, volage, et bisexuel ! Il paraît que je ressemble à : Ren Jinguji -- IRL Jamie Campbell Bower et à ce propos, j'aimerais remercier : ARIA ♥♥♥
"what the night does to the day" {Isis} | Dim 15 Jan 2017, 16:05





What the night does to the day
Feat Isis


Tu émerges lentement d’un sommeil brumeux. Encore un effet secondaire d’une bonne soirée alcoolisée. Tu t’étires légèrement ; ta main rencontre un corps chaud et délicat. Une belle créature est allongée à tes côtés ; vous êtes tous deux empêtrés dans les draps qui sont seuls témoins de vos ébats de cette nuit. Où l’as-tu rencontrée ? Il y a eu cette fête la veille, de celles dont tu as l’habitude de te torcher et danser comme un fou, avant de te dégoter une bonne partie de jambe en l’air. Ces soirées qui te permettent d’oublier, de te défouler et de foutre ta merde. Parce que le monde est tellement plus divertissant quand il ne tourne pas rond.

T’étais donc allé à cette soirée pour boire, danser, provoquer et faire chier ton monde, comme à ton habitude. Et puis tu l’avais vue, cette fille. A peine un regard et vous avez senti l’un comme l’autre cette attirance charnelle réciproque. Deux yeux bleus comme la nuit, envoûtants, mais nuancés d’une lueur qui t’as semblée étrangement familière. Comme si tu l’avais déjà vu brièvement dans un reflet. Un regard qui t’a d’abord dérangé, justement pour ça. Et puis tu l’avais observée plus en détail. Sa silhouette et ses courbes avantageuses. Le creux de ses reins qui appelaient à être caressés. Sa poitrine qui était bien mise en évidence et se soulevait à chaque inspiration. Et ses lèvres pulpeuses qui ne demandaient qu’à être emprisonnées par une paire jumelle. Comment résister ? L’attraction a été quasi immédiate et réciproque. Tu l’avais bien senti à la façon dont elle s’était rapprochée, au le ton sur lequel elle t’avais adressé la parole. Tu lui avais demandé son nom. « Isis » t’avait-elle répondu d’une voix outrageusement sensuelle.

Tu lui avais souris, de ce sourire charmeur et irrésistible. Vous avez dansé, longtemps, plus ou moins ensemble, chacun poussant ses charmes à outrage pour impressionner l’autre. Dire que tu n’as même pas eu besoin ne serait-ce que d’une petite dose de ton pouvoir. Alors forcément, après deux heures à boire comme des ivrognes et à danser comme des fous, vous vous êtes retrouvés dans la rue à marcher vers chez elle. Pour un spécialiste de la chaire comme toi, c’était juste inévitable. Une chose en entraînant une autre, vous avez atterri sur son lit et ce n’était pas pour dormir –enfin pas seulement. Cette nuit était une nuit de passion, oui c’est bien le mot.

Tu te redresses en bâillant, secouant ta chevelure rousse d’une main. Un peu partout, tu aperçois des vêtements, semés comme les cailloux blancs du Petit Poucet. Dont ton caleçon, pris dans le coin d’un meuble. Un mouvement sur ta droite te fait tourner la tête. Tu salues Isis d’un geste de la main, un sourire torve et effronté affiché sur ton visage. Tu te lèves pour chercher ton paquet de cigarette dans la poche de ton jean. Tu fais claquer ton briquet pour en allumer une. Puis tu reprends ton observation. Un rapide tour visuel des lieux, et voilà qu’une remarque désobligeante traverse ton esprit.

∞ En fait c’est pas plus grand que ma caravane, ta piaule.

Bonjour aussi, ça existe. Mais c’est toujours comme ça que tu dis bonjour à tes conquêtes, en règle générale. C’est pas nouveau ; tu ne les as jamais porté en grande estime, pour la plupart. Et au moins tu ne fais pas ton hypocrite en disant le contraire de ce que tu penses. Après tout, une fois que tu as ce que tu voulais, à quoi bon faire semblant ? C’est comme ça que de nombreuses femmes ont déchanté, en voyant ton vrai visage. Un sale type qui ne pense qu’au cul, un emmerdeur de première, un salop qui se fout totalement de la misère des autres. Ou presque. T’as beau chercher inconsciemment l’affection des autres, en particulier des femmes, il n’y a jamais personne pour t’accorder ce que tu recherches. C’est sans doute pour ça que tu les traites si mal.

Codage par Cali' pour Ame.



Cadeaux ♥:
 


2 roses, de Cali et Lyvion

Ligues & fan club
Staff Bitchy Nymphal’Isis

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Isis-Mae « Pandora » Hyde
Staff Bitchy Nymphal’Isis
Coeurs : 11 Messages : 168
Couleurs : lightpink
J'ai traversé le portail depuis le : 31/08/2016 et on me connaît sous le nom de : Kenza ❀ (T.Brownie) Mon nom est : Isis-Mae Hyde, aussi surnommée Pandora sur mon lieu de travail. Actuellement je suis : célibataire et à priori hétéro. Il paraît que je ressemble à : OC (Kuvshinov-Ilya) // Marina Lambrini Diamandis (IRL) et à ce propos, j'aimerais remercier : cs © Silas (Misha)
Re: "what the night does to the day" {Isis} | Mar 14 Mar 2017, 17:45

WHAT THE NIGHT DOES TO THE DAY
♥︎ Amelëyr & Isis ♥︎

Isis ouvre ses grands yeux bleu de nuit et la première chose que son regard attrape, c’est son soutien-gorge de la veille faisant la conversation à une bouteille de vodka pas tout à fait finie, gisants sur le sol de sa chambre —assez banal comme première impression matinale chez elle.
Elle ferme les yeux, tente plus ou moins de se remémorer les évènement de la veille, comme elle à l’habitude de le faire après chaque soir d’excès. De simples bribes lui reviennent en mémoire ; l’image d’un grand mec aux longs cheveux roux revient néanmoins s’incruster dans chaque souvenir à peu près flou.
Il s’est incrusté dans son lit aussi, apparemment —Isis ne répond à son pseudo salut que d’un simple hochement de tête. La migraine assortie à sa gueule de bois ne la rend jamais fort polie ou même sympathique après tout.
L’inconnu se lève, fouille dans son jean de quoi s’en griller une et tandis qu’il laisse balader son regard sur la pièce –ridiculement petite, Isis vit dans un studio minuscule gentiment loué par un de ses patrons du cabaret– elle se penche pour récupérer la bouteille bien entamée la veille et la porte à ses lèvres avant d’en avaler un trait –immonde dès le matin.

« En fait c’est pas plus grand que ma caravane, ta piaule. »

Isis hausse un sourcil ; bonjour ou merci c’est trop te demander, connard ?
Un ricanement éraillé s’échappe d’entre ses lèvres.

« C’est marrant que tu dises ça j’ai eu le même genre de pensée à ton sujet, » raille-t-elle avec un grand sourire aux lèvres, son regard descendant ostensiblement le long de son corps jusqu’à s’arrêter sur un point très précis, avant de revenir planter ses yeux pétillants d’ironie dans les iris céruléennes de sa conquête.

Elle finit la bouteille, la laisse choir au sol dans un fracas sourd et s’étire en baillant quelques instants avant de s’extirper des draps, sans chercher à se couvrir d’une quelconque manière –Isis, ça fait longtemps qu’elle n’est plus gênée de rien, et encore moins du regard d’un homme sur son corps dénudé.
Elle s’avance vers lui, lui vole sa cigarette afin d’en tirer une longue bouffée avant de la lui replacer entre les lèvres et prend le temps de savourer la brûlure dans ses poumons avant de cracher le poison volatile et de se détourner de lui –il faudrait qu’elle retrouve le short qu’elle portait la veille, il y avait pas mal de pourboire en cash de sa dernière séance de travail un peu partout dans les poches, et Isis n’aime pas savoir son argent éparpillé.

« J’ai zappé ton nom mais je m’en fout un peu honnêtement donc on a qu’à s’dire que c’était sympa et c’est tout, pas besoin d’un débriefing, lâche-t-elle nonchalamment –c’est qu’elle en a connu des types qui semblaient vouloir passer toute la matinée avec elle après une baise supposée sans lendemain, ça finit par lui coller à la peau, si bien qu’elle dit ça à tout le monde maintenant. Si tu veux te doucher fais-toi plaisir mais tu serais gentil de pas prendre toute l’eau chaude. »

Qui a dit que le romantisme était mort ?
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'





FILLED WITH POISON BUT BLESSED WITH BEAUTY AND RAGE


ღ It's my problem, it's my problem if I feel the need to hide,
and it's my problem if I have no friends and feel I want to die ❞

© whatsername.
Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Amelëyr C. Thanáriel
Staffien
Coeurs : 112 Messages : 422
Couleurs : #ff7518 & Indigo
J'ai traversé le portail depuis le : 23/07/2014 et on me connaît sous le nom de : Etilya - Ebola Mon nom est : Amelëyr Círdan Thanáriel. Actuellement je suis : célibataire, volage, et bisexuel ! Il paraît que je ressemble à : Ren Jinguji -- IRL Jamie Campbell Bower et à ce propos, j'aimerais remercier : ARIA ♥♥♥
Re: "what the night does to the day" {Isis} | Mer 23 Aoû 2017, 00:57





What the night does to the day
Feat Isis


Alors que tu dégustes ta première clope de la journée, ta camarade, elle, déguste sa première bouteille matinale. Tu retiens un ricanement ; ben tiens, aussi débauchée que toi cette fille-là, on peut dire que vous vous êtes bien trouvés. Le souci c’est peut-être que vous êtes trop semblables, justement. Les opposés s’attirent, qu’on dit, mais les mêmes pôles se repoussent. Dans le meilleur des cas. Car pour les plus instables, ça a tendance à exploser. Tu risques fort de t’en apercevoir plus tard. Pour l’instant tu te contentes de hausser un sourcil suite à sa remarque. Machinalement tu suis son regard, avant de revenir vers elle, une lueur mi-figue mi-raison dans le regard.

∞ Oh, c’est pourtant pas ce que t’avais l’air de penser cette nuit, à t’entendre.

Tu craches un nuage de fumée sans la quitter des yeux, provocateur. La conversation commence bien ; à peine une phrase échangée chacun que vous vous envoyez des piques en pleine gueule. Elle te fait un peu penser à toi, dans le fond.

∞ A moins que t’ai simulé ? C’est plutôt un truc de pute, ça. Je serais déçu que ce soit ton genre.

Correct ? Quel est ce mot ? ça se mange ? Non, c’est pas trop ton style. Enfin, si ça t’arrives de respecter des gens, mais pour le gagner faut déjà en faire pas mal, ou alors t’impressionner dès la première fois. Enfin, on va pas dire que tu sois vraiment irrespectueux, mais tu te contentes de lui renvoyer la monnaie de sa pièce. Même si c’est toi qui a commencé, oui ; la vie serait tellement plus fade sans un peu de ce piment-là.

Quand elle s’étire après avoir étanché sa soif, tu ne peux que te délecter du spectacle, sans gêne et sans retenue. Pourquoi s’en priver, après tout ? Tout en profitant de la nicotine, tu t’adonnes donc à cette contemplation passionnée jusqu’à ce qu’elle soit trop près de toi pour avoir une vue d’ensemble. Tu te forces alors à la regarder dans les yeux, tandis qu’elle te chipe ta cigarette pour tirer dessus à son tour. Tu la laisses faire avec un rictus sur le visage ; t’es toujours trop ravi de partager ton futur cancer avec une conquête. Une fois ta réserve de nicotine récupérée tu croises les bras et tu l’observes, indifférent à la fumée qu’elle te crache au visage. Sa réplique t’arrache un rire sarcastique.

∞ Oh t’inquiète pas p’tite chatte, j’suis pas de ce genre-là moi. Les histoires les plus courtes sont les meilleures comme on dit.

Tu prends quelques secondes pour tirer de nouveau sur ta clope et cracher un nouveau nuage de fumée. Dans une pièce aussi exiguë que la chambre de ta dernière conquête, l’odeur de tabac commence à dominer le reste.

∞ Merci pour la douche. Mais si t’as si peur que ça d’plus avoir d’eau chaude, t’as qu’à la prendre en même temps que moi.

Un rire narquois s’échappe de ta gorge. Ce n’est pas tellement une invitation à te rejoindre sous l’eau, c’est surtout une pique pour poursuivre cette joute verbale. T’as pas l’habitude de t’arrêter aussi vite. Même si l’idée de poursuivre sous la douche ne te déplait pas… T’écrases le reste de ta cigarette dans une capsule de bouteille –certainement celle qui traîne par terre vidée de son contenu par ta partenaire à l’instant-même- posée non-chalamment sur le meuble à côté de toi. Ensuite, sans te soucier le moins du monde de ta nudité, tu ouvres la porte dans le but de rejoindre la dite salle de bain. C’est alors que tu fais une découverte insolite.

∞ Je crois que ça t’appartient…

Tu lui jettes le mini-short décroché par tes soins de la poignée extérieure, la mine narquoise. Tu ne sais même plus comment ce short a atterrit là. Il semblerait que vous étiez si pressés la veille que vous n’avez même pas attendu d’être dans la chambre pour commencer les préliminaires. Une bonne soirée de dépravation comme tu les aimes.
Codage par Cali' pour Ame.



Cadeaux ♥:
 


2 roses, de Cali et Lyvion

Ligues & fan club
Staff Bitchy Nymphal’Isis

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Isis-Mae « Pandora » Hyde
Staff Bitchy Nymphal’Isis
Coeurs : 11 Messages : 168
Couleurs : lightpink
J'ai traversé le portail depuis le : 31/08/2016 et on me connaît sous le nom de : Kenza ❀ (T.Brownie) Mon nom est : Isis-Mae Hyde, aussi surnommée Pandora sur mon lieu de travail. Actuellement je suis : célibataire et à priori hétéro. Il paraît que je ressemble à : OC (Kuvshinov-Ilya) // Marina Lambrini Diamandis (IRL) et à ce propos, j'aimerais remercier : cs © Silas (Misha)
Re: "what the night does to the day" {Isis} | Dim 17 Sep 2017, 23:01

WHAT THE NIGHT DOES TO THE DAY
♥︎ Amelëyr & Isis ♥︎

« Oh, c’est pourtant pas ce que t’avais l’air de penser cette nuit, à t’entendre. »

Isis ricane doucement tout en continuant de chercher des yeux où ont bien pu s’éparpiller ses vêtements la veille. Elle se fiche bien de le laisser penser qu’elle a pris son pied –à vrai dire, peut-être bien qu’il a raison, au fond elle ne se souvient tellement plus de rien qu’elle ne saurait pas lui dire si c’est le cas ou pas. Mais elle aime à frustrer les esprits Isis, et se contente d’un soupir amusé et d’un haussement d’épaule nonchalant pour lui répondre, comme si au fond, tout ça n’a pas d’importance pour elle.
Ce qui est absolument le cas.

« À moins que t’ai simulé ? C’est plutôt un truc de pute, ça. Je serais déçu que ce soit ton genre. »

Elle n’a que son éternel sourire –celui qui veut dire tout et son contraire, celui qui inspire les pires imaginations quand on suit du regard la courbe rose et délicate.
Tu sais pas à qui t’as affaire, chaton.

Elle lui souffle au visage la fumée de la cigarette et il ne bronche pas –c’est tout à son honneur. Elle reste de marbre quand il l’affabule de ce surnom ridicule mais grimace à l’intérieur ; pourquoi ceux qui l’appellent comme ça sont toujours soit ceux avec qui elle a déjà couché, soit ceux qui comptent bien passer dans la première catégorie dans un futur prochain ? Un éclat bleu céleste brille au coin de son esprit et elle repense à toutes les fois où toi tu lui parlais ; pas un seul surnom stupide. Rien que son prénom, soufflé du bout des lèvres au creux d’une oreille frémissante. Tu disais que les surnoms c’était idiot, qu’Isis, c’était un prénom trop beau pour être remplacé.
Finalement elle ne veut pas que tous ceux qui ne sont pas toi l’appellent comme ça.

« Merci pour la douche. Mais si t’as si peur que ça d’plus avoir d’eau chaude, t’as qu’à la prendre en même temps que moi.
Non merci, fait-elle d’un ton froid tout à coup, une erreur pas deux. »

C’est fou. Il suffit qu’elle pense à toi pour que tous les autres lui donnent la nausée, au point que même les toucher la répugne.
Elle ne le regarde plus cet inconnu, elle ne veut plus le voir ; elle se contente de renfiler le sous-vêtement abandonné au sol la veille comme si elle était soudain prise de honte, de pudeur –comme si tu devenais subitement le seul homme devant qui elle voulait bien être nue.
Il faut arrêter de rêver Isis.

« Je crois que ça t’appartient… »

Un regard vers lui –mauvais, mais elle n’y peut plus rien désormais– et elle récupère le vêtement sans un mot et s’écarte pour retrouver la stabilité du lit où elle s’assoit et commence à vider les poches de son short pour faire le bilan de sa rémunération de la veille.

« J’ai changé d’avis, elle souffle d’un ton presque rauque sans lever les yeux vers lui, toujours occupée à compter malgré la migraine qui tambourine dans son crâne. Laisse tomber la douche, casse-toi de chez moi. »

Laisse-moi seule avec mes souvenirs, ma gorge nouée et mon coeur qui bat un peu trop de si bon matin.
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'





FILLED WITH POISON BUT BLESSED WITH BEAUTY AND RAGE


ღ It's my problem, it's my problem if I feel the need to hide,
and it's my problem if I have no friends and feel I want to die ❞

© whatsername.
 
"what the night does to the day" {Isis}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 10/08/2009 - Clermont Ferrand - Cosplay à la "TOKYO NIGHT"
» [Jeu vidéo] Drawn 1 - La Tour d'Isis
» [ANIME] Senkou no Night Raid
» Night of Champs III
» [Touchstone] Fright Night (14 septembre 2011)

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Ruelles sombres :: Habitations-
Sauter vers: