Partagez | 
 

 ••• where I can't fall apart ; Oz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Demi-Divinité fille d'Aphrodite & Ange

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Shu-Fang «Jodie» Zhou
Demi-Divinité fille d'Aphrodite & Ange
Coeurs : 106 Messages : 160
Couleurs : PinkFluffy
J'ai traversé le portail depuis le : 03/05/2015 et on me connaît sous le nom de : Pizza. Mon nom est : Shu-Fang Zhou. Actuellement je suis : en deuil. Il paraît que je ressemble à : Reisen Udongein Inaba (Touhou) et Asseylum Vers Allusia (AZ) irl - Kim Taeyeon et à ce propos, j'aimerais remercier : Yen (Alice)(cs ozodie) ♥
••• where I can't fall apart ; Oz | Mer 03 Aoû 2016, 00:43



jodieetoz




where I can't fall apart
──Elle était revenue depuis deux mois, déjà. Le temps passait vite et son temps à elle semblait s'être ralenti. Au fond, elle n'avait pas à être là. Elle le savait, le sentait dans sa chair, elle entendait la mort l'appeler - chaque nuit, lorsqu'elle fermait les yeux, elle avait peur qu'une faux vienne la faucher. Elle n'en dormait plus. Elle s'imaginait des ombres la noyer lorsqu'elle éteignait la lumière, elle se sentait étouffer dans un monde qui lui semblait n'être plus le sien. Elle n'en voulait plus - de ce monde sans Felix, sans Monsieur, perverti par la haine et la violence qui rongeaient son cœur meurtri. Elle n'en voulait plus, non. Mais elle ne voulait pas mourir, elle ne voulait pas y retourner - là où les monstres murmurent.

──Elle était sortie. Il faisait nuit et Madame Ashcrown avait pris l'habitude de laisser la porte déverrouillée, peut-être parce qu'elle avait remarqué qu'il était inutile de la fermer puisqu'elle serait sortie par la fenêtre s'il le fallait. Sa silhouette s'était fondue à l'ombre, dans une robe d'un bleu sombre et aux dorures ternes. Elle avait pris l'habitude de se parer de bijoux, du bracelet de cheville aux boucles d'oreilles, comme pour se donner une consistance, quelque chose pour la retenir sur terre, retenir son attention qui fuyait la réalité. Chacun de ses pas, pieds nus sur le sol froid, faisait naître un bruit sourd dans le silence des étoiles. Ses yeux s'étaient mis à briller.

──Henri était un gentleman qui n'avait de félin que la tête et les poils. Il était habillé d'un haut-de-forme et d'un costume blancs et rouge pour le nœud papillon. Mais Henri n'était rien d'autre qu'un rêve, une création née des yeux et de l'esprit de Jodie, né d'une marelle aux monstres ; le chevalier servant apparu une nuit où elle avait trouvé le sommeil. Il l'aidait à se sentir moins seule, il l'aidait à ne pas trébucher, il l'aidait à ne pas se sentir trop triste. Alors elle lui avait pris la main, avait traversé les rues de Skyworld en quête de rien.

──Elle avait fini par oublier l'idée qu'il était temps de remettre de l'ordre dans ses pensées, avait abandonné l'espoir de récupérer la vie qu'elle avait eu et avait baissé les bras quant à sa quête de bonheur. Elle n'avait rien trouvé d'autre que le réconfort du silence de la nuit et de la force de la main de Henri. Elle n'avait rien trouvé d'autre que la terreur lorsqu'elle fermait les yeux et la tristesse lorsqu'elle les ouvrait. Elle avait tourné le dos aux démons et se retrouvait face à d'autres. Elle était piégée entre la colère qu'elle portait à Ciel et le désespoir qui s'emparait d'elle lorsqu'elle pensait à ce qu'il avait fait.

──Tout était de sa faute. Si elle avait écouté Felix, il n'aurait pas été fâché, il serait resté plus longtemps ce jour-là, il lui aurait souri, il aurait échappé à la voiture qui leur fonçait dessus. Et au moment où elle avait compris que c'était trop tard, elle s'était sentie pleinement heureuse de mourir - d'être punie. Sauf qu'elle était revenue. Elle avait supplié, elle avait prié, elle qui ne croyait en rien, elle avait imploré les étoiles de lui prendre la vie, de la lui rendre à lui. Sauf qu'elle était là.

──Elle se mit à serrer la main de Henri, plus fort encore, avec moins de conviction, plus de frayeur. Elle ne voulait plus rien voir, alors elle avait fermé les yeux. Mais lorsqu'elle les rouvrit, elle n'était plus seule. Elle se stoppa net, comme si on venait de lui asséner le coup de grâce. Elle se sentit mourir, une deuxième fois.

« Oz. »

──Henri avait disparu dans un nuage de lumière rose, effacé de la réalité par la seule présence qu'il lui imposait. Il se tenait debout, le regard figé, les membres paralysés, comme s'il venait de se prendre une décharge. Elle devait ressembler à peu près à la même chose, sauf qu'elle avança d'un pas. Un seul. Elle ne s'était pas rendue compte de l'ampleur de sa culpabilité avant ça. Elle n'avait pas seulement trahi Felix, elle avait abandonné tous les autres. Elle les avait tous oublié, elle s'était exilée dans une solitude sans couleurs, elle s'était enfermée en elle et avait jeté la clé.  

« Je.. »

──Les mots ne lui venaient plus tant ils lui étaient assassins. Elle était restée silencieuse pendant un mois entier, quelques sons inaudibles envoyés à Madame Ashcrown pour la remercier ou lui souhaiter bonne nuit ; rien de plus, pas un mot, presque aucun son.

──Elle se sentit faiblir, fragile comme si une brise l'aurait faite tomber. Ses jambes la retenaient à peine et elle aurait aimé fuir mais le cœur lui manquait. Le souffle court, elle voyait flou à travers ses larmes qui ne coulaient pas, retenues par la fragile volonté qui la maintenait debout. Lorsqu'elle ravala sa salive, elle avança à nouveau d'un pas. Puis de deux. Et trois. Elle se retrouvait à un mètre de lui seulement lorsqu'elle se rendit compte que ses membres ne lui obéissaient plus. Un sourire se dessina au bord de ses lèvres et du bout de ses doigts tremblants, elle vint lui effleurer le visage, comme pour vérifier qu'elle n'était pas un fantôme.
(c) DO IT LIKE A PIZZA



Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:



http://sanctuary-of-heart.forumactif.org/
avatar
O-A. "Oz" Crawley
Staffien
Coeurs : 141 Messages : 244
Couleurs : Gold
J'ai traversé le portail depuis le : 06/04/2011 et on me connaît sous le nom de : MISS AMAZING. (aka Kao'). Mon nom est : Ocean-Angel Crawley, mais Oz pour toi. Il paraît que je ressemble à : Oz (amazing) Vessalius from PH + IRL : King (young) Leo ♥ et à ce propos, j'aimerais remercier : Eva love ajdjazd (avatar) + tumblr (gif) + moi-même (crackship).
Re: ••• where I can't fall apart ; Oz | Mer 03 Aoû 2016, 04:15

— Where I can't fall apart
Oz x Jodie
❝ I was just guessing At numbers and figures
– Pulling the puzzles apart ❞

C'était dur, à quinze ans, de perdre son meilleur copain. De se retourner en classe, et trouver un siège vide là où il y avait autrefois une tête blonde et un sourire qui disait « t'inquiète mec, je galère encore plus que toi. »
C'était triste de voir à quel point une disparition pouvait changer les gens. Il les voyait encore, ces hypocrites qui le regardaient avec cet air désolé sur la face, tandis qu'il déambulait dans les couloirs le regard vide et le dos courbé.

Tout le monde avait entendu parler de Felix Jagger, cet abruti qui passait sa vie à courir après le temps. Tout le monde savait qui il était, mais personne ne le connaissait comme Oz. Personne ne pouvait savoir ce que ça faisait de réellement le perdre -il en était persuadé. Certains s'en étaient servis comme excuse pour arrêter de venir en cours, et ça lui donnait envie de vomir. Et jusqu'à présent, personne ne lui avait prouvé qu'il avait tort.

Pendant toute la durée de la cérémonie d'enterrement, et les jours qui avaient suivi, le garçon s'était retrouvé noyé par des sentiments qu'il n'avait jamais ressenti jusqu'alors. Mais il avait reçu du soutien, de la part de son frère, majoritairement, mais aussi de l'autre binôme de Felix, cette tarée de Rhéa, qui s'avérait être de très bonne compagnie. Beaucoup plus qu'il ne l'aurait jamais imaginé. Ensemble, ils apprenaient à alléger le poids de leur peine en partageant leur bonne volonté.

Et quand Felix était mort, Jodie n'était plus venue. Il ne l'avait même pas vue à son enterrement, mais ce n'était qu'après coup qu'il avait réalisé ce détail. Mais quand bien même il l'aurait souhaité, Jodie n'avait pas fait partie de la cure collective qui leur avait permis à tous de remonter doucement la pente, et faire leur deuil à leur rythme.

Et puis il avait débarqué, ce très grand homme -celui qu'Oz connaissait avant même de l'avoir rencontré- qui avait cet air grave de grand homme qui avait une mauvaise nouvelle à annoncer. C'était par hasard qu'ils s'étaient croisés, quand l'un sortait chez le Principal quand l'autre se préparait à y entrer.

Son sale mytho de majordome.

Ouais, il s'en souvenait parfaitement. Il entendait même la voix de Felix lorsqu'il lui décrivait à quoi ressemblait Ciel, ce gars qui avait le même nom que son frère. Il n'avait même pas prêté attention au petit garçon qu'il avait manqué de bousculer, et avait tracé son chemin jusqu'à la sortie tandis qu'Oz apportait les papiers relatifs à la prochaine réunion du conseil d'administration. Et c'était pendant cette dernière que, au cours d'une conversation avec l'un de ses professeurs, qu'Oz avait apprit ce que le majordome géant faisait dans l'enceinte de l'établissement.

Elle s'est donné la mort, cette petite fille un peu instable.
Il n'avait pas eu besoin d'en savoir plus pour réaliser ce qu'il s'était passé. Parce qu'il était au courant, de ce qui se passait entre son meilleur ami et la fille qui rentrait en voiture tous les soirs parce qu'on ne voulait pas la laisser marcher seule jusqu'à sa maison. Il se rappelait des regards qu'ils avaient échangé, de leurs visages qui devenaient tout rouges, des copains qui charriaient Felix sans savoir que la fille à laquelle il pensait se tenait juste à côté d'eux.
Et Oz savait tout parce qu'il était suffisamment attentif quand il s'agissait de ses amis. Il avait beau être un nombriliste de première, même lui ne pouvait nier le fait qu'il s'en fasse pour eux, cette bande d'abrutis qui étaient la raison qui le poussait à se lever de son lit chaque matin. Et quand Felix avait enfin craché le morceau, tout était devenu une évidence.

Mais l'idée qu'elle soit partie sans même dire au revoir lui était inconcevable. Peu importe combien elle aimait Felix, elle aimait beaucoup trop la vie, elle les aimait beaucoup trop eux pour s'en aller de cette manière. Et une fois ces pensées formulées, Oz fut incapable de s'en détacher. C'était la seule façon que son esprit avait trouvée pour le préserver, pour lui éviter de devenir dingue alors que deux des âmes qui lui étaient les plus chères avaient rejoint les étoiles.

Felix lui avait dit de ne pas se fier au majordome. L'hypothèse qu'il la retienne enfermée quelque part lui était beaucoup plus plausible que celle de Jodie se donnant la mort ; et c'était cette seule idée qui lui avait maintenu la tête hors de l'eau -que son père le lui pardonne- pendant deux mois. Deux mois de déni total, à prétendre qu'on n'avait pas enterré Jodie, qu'elle était quelque part à attendre qu'on vienne la libérer. Deux mois à traîner autour de sa maison, à chercher un signe de vie, quelque chose qu'elle aurait pu leur laisser -elle était pleine de ressources, leur Jodie- pour leur donner une piste. Deux mois, et rien du tout.

Ils enterrèrent Jodie, mais même cela ne suffit pas à ouvrir les yeux du fils de la mer. Il continua de passer ses soirées à chercher, jusqu'à ce que tombe la nuit et qu'on le force à rentrer chez lui. Il emmena Rhéa avec lui à plusieurs reprises, puis traîna Ciel dans ses recherches quand il sentait que sa détermination faiblissait. Mais rien ; et plus les jours passaient, plus il peinait à dormir. Parce qu'en fermant les yeux, il voyait Jodie. Il voyait Jodie, et elle était toute seule, parce que Felix était parti, et que tout le monde était resté.

C'était une nuit comme ça. Une nuit d'insomnie, pendant laquelle le sommeil était synonyme d'abandon. L'abandon était un échec -et Oz refusait catégoriquement l'échec. Depuis quelques semaines déjà, c'était devenu un phénomène fréquent et il avait compris que rester dans son lit à se tourner les pouces ne le mènerait jamais nulle-part. Alors il enfilait le sweatshirt de l'équipe de natation, fourrait son iPod dans sa poche et sautait par la fenêtre et prenait deux heures pour faire le tour du quartier, avant de rentrer et s'écrouler de fatigue jusqu'à ce que son réveil ne sonne.

Il marchait déjà depuis un moment quand il réalisa qu'il ne savait pas où ses jambes avaient décidé de l'emmener. La température déclinait depuis quelques nuits, et c'était les mains dans les poches et la tête entre les épaules qu'Oz traçait son chemin dans la ville qui semblait presque déserte à cette heure-ci. Il savait qu'en se rapprochant du centre-ville, il retrouverait automatiquement de l'activité, mais ce n'était pas ce qu'il cherchait. Au lieu de ça, il poussa les grilles du parc et continua sa balade nocturne, avec comme seule compagnie la musique qui jouait dans ses oreilles.

Oz ne sut jamais combien de temps il continua à marcher jusqu'à ce qu'une silhouette ne finisse par se distinguer au loin. Il eut un frisson et la chair de poule se dessina sur ses avant bras. Il hésita entre rebrousser chemin et s'en approcher, tiraillé entre la peur de croiser un spectre malin et la curiosité qui lui chatouillait le ventre. Alors il s'arrêta, et laissa la silhouette s'approcher si c'était ce qu'elle voulait. Oz retira les écouteurs de ses oreilles et attendit.

Et quand la distance qui les séparaient fut suffisamment raccourcie pour lui permettre de distinguer les traits de son vis-à-vis, il fut tellement pris de court qu'il sentit son coeur s'arrêter de battre le temps d'une demi seconde. Il essaya de bouger, mais sentit que son corps refusait de lui obéir, tétanisé par ce qui semblait être de la surprise. Il avait tellement de choses à dire, tellement de questions à poser ; mais c'était comme s'il était forcé de jouer les spectacteurs et attendre que la scène se déroule sous ses yeux sans pouvoir intervenir.

Cela ne dura pas longtemps, mais lorsqu'il reprit ses esprits, elle n'était plus qu'à un mètre de lui, à peine. Elle était si près qu'il pouvait voir ses deux grands yeux brillants, mouillés par des larmes qui s'accrochaient pour ne pas couler le long de ses joues. Et puis soudain, un sourire. Un sourire de joie, sans aucun doute, qui suffit à dissiper les inquiétudes du fils de Poséidon, dont la poitrine se gonfla de chaleur alors qu'il laissait échapper un long soupir qui témoignait du soulagement qu'il éprouvait alors que les doigts de la jeune fille effleuraient sa joue glacée.

— Qu'est ce qu'il y a, tu n'es pas contente de me voir ?

Il leva une main pour lui ébouriffer les cheveux mais stoppa son geste pour finalement se contenter de poser une main sur le sommet du crâne de la jeune fille. Il lui tapota délicatement la tête, et réalisa qu'il ne parvenait pas à se retenir de sourire.

— Je savais que je... qu'on finirait par te retrouver.

Il se pinça les lèvres, regarda ailleurs quelques secondes puis se focalisa à nouveau sur la jeune fille. En faisant attention au ton qu'il employait, il commença son interrogatoire.

— Où est-ce que tu étais passée ? On t'a cherchée partout.

made by MISS AMAZING.


Demi-Divinité fille d'Aphrodite & Ange

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Shu-Fang «Jodie» Zhou
Demi-Divinité fille d'Aphrodite & Ange
Coeurs : 106 Messages : 160
Couleurs : PinkFluffy
J'ai traversé le portail depuis le : 03/05/2015 et on me connaît sous le nom de : Pizza. Mon nom est : Shu-Fang Zhou. Actuellement je suis : en deuil. Il paraît que je ressemble à : Reisen Udongein Inaba (Touhou) et Asseylum Vers Allusia (AZ) irl - Kim Taeyeon et à ce propos, j'aimerais remercier : Yen (Alice)(cs ozodie) ♥
Re: ••• where I can't fall apart ; Oz | Mer 03 Aoû 2016, 14:52



jodieetoz




where I can't fall apart
──Lorsque sa voix résonne, elle a l'impression d'entendre un mirage, semblable à un de ces rêves sans couleurs qui n'avaient cessé de tourner dans sa tête. Sauf que cette fois, il était vraiment là et il prononçait vraiment ces mots. Il était réel et elle n'était pas un fantôme. Elle avait erré deux mois entiers à travers les méandres de son existence perdue sans jamais imaginer qu'elle puisse être retrouvée. Sa présence seule avait fini de raviver les brûlures de son cœur mutilé par le deuil et la mort, lui rappelant qu'elle n'était toujours pas revenue complètement à la vie. Elle resta muette, prostrée dans son silence comme s'il la protégeait de sa douleur - sa culpabilité.

──Où étais-tu passée, Jodie ? Pendant deux mois, qu'avais-tu fait sinon te lamenter sur la mort que tu refusais de voir ?

──Elle était morte, elle l'avait vu. Elle les avait tous vus d'ailleurs, à son enterrement, pleurer une âme qui n'avait jamais vraiment quitté ce monde. Elle avait vu leur peine, leurs hommages, elle avait entendu leurs discours et ça ne lui avait rien fait. Ils avaient chacun inventé un drame dans lequel ils semblaient terriblement affectés par la disparition d'un ange. Mais elle n'était pas un ange. Et elle ne connaissait pas tous ces gens, se rappelait à peine de leur nom. Ils s'imaginaient peut-être être émouvants, et sûrement l'étaient-ils. Pour elle, ils étaient juste pathétiques. Lorsqu'était venu le tour de Ciel, elle s'était sentie pétrifiée, paralysée par les souvenirs froids qu'il ravivait en elle.

« Morte »

──Sa voix s'était essoufflée, brisée au fond de la gorge parce que le moindre mot lui semblait être un calvaire à prononcer. Elle était faible. Elle ne mangeait presque rien, dormait à peine et restait prostrée en elle comme si ça pouvait la sauver. Elle avait perdu du poids, perdu de son éclat, sa vivacité, sa joie. Elle avait perdu ce qu'elle avait été, avait oublié. Et il ranimait en elle un spectre de ça, de ses souvenirs, de son élégance. Il n'avait jamais douté, lui. Il était resté persuadé qu'elle était toujours là, la preuve qu'il était le seul à savoir que jamais elle n'aurait fait ça. Jamais elle n'aurait fui la vie, d'abord parce qu'elle n'était de toutes façons pas assez courageuse pour se la retirer, ensuite parce qu'elle n'était pas assez bête pour se séparer de ce qui lui était le plus cher au monde.

──Elle se recroquevilla sur elle-même, le dos courbé et la tête baissée, comme pour fuir une réalité qu'elle refusait d'admettre. Elle avait croisé les bras sur sa poitrine, ses mains serrant ses épaules comme si enfin son corps lui semblait précieux. Pour la première fois depuis qu'elle était revenue, elle s'effondrait. Elle avait peur des fantômes, des cauchemars et des monstres qui se réveillaient quand elle s'endormait. Elle avait peur des lumières ternes qui dansaient autour d'elle lorsqu'elle fermait les yeux. Elle était maudite, jamais elle ne pourrait se séparer des souvenirs qui la mutilaient. Elle était maudite, car depuis des nuits déjà, ses cauchemars étaient devenus réels.

« Je suis tombée et puis il a fait si froid. J'étais morte. J'étais morte.. »

──Les souvenirs se contredisaient dans son esprit. Piégée entre la vérité et son refus de l'admettre, elle recula d'un pas, ferma les yeux. Elle n'était pas tombée. Elle n'était pas là par hasard, elle n'avait pas regardé le vide avant d'y plonger. Elle était morte. Et les sensation lui revenaient, la tiraillaient. La douleur brève mais intense lorsque son dos heurte les rochers, son dernier souffle qui s'échappe et une larme, une seule, qui roule le long de sa joue, une dernière pensée qui lui brûle le cœur et puis le froid qui s'empare de son corps. Elle se sent mourir.

« Et Felix.. »

──Elle perdait pieds, perdait le contrôle et ses larmes coulèrent enfin. Anéantie par la douleur qui rongeait ses membres jusqu'à ses organes qui lui semblaient prêts à exploser. Ravagée par la cruauté trop terne d'un monde dont elle ne voulait pas.

« Pourquoi il est pas revenu, Felix ? Pourquoi c'est moi qui suis là ? »

──Elle ne savait plus, Jodie. Elle ne savait plus ce qui était juste, ce qui était bien. Est-ce que Ciel avait eu raison de faire ce qu'il a fait ? Est-ce que Felix serait mort, si elle avait fait autrement ? Ça n'avait plus aucune importance. Il était mort, maintenant, et Ciel se chargerait de la renvoyer à ses côtés. Sauf que là-bas, il n'y était pas. Elle y était allée, elle ne l'avait pas vu. Et plus jamais elle n'aurait l'occasion de le voir, plus jamais elle n'aurait l'occasion de se faire pardonner.

« J'ai peur, Oz. Je veux pas retourner là où il fait noir. Je veux plus être toute seule là où il fait froid. »

──Ses mots avaient sonné comme une demande, une prière murmurée dans le silence, le souffle chaud au bord des lèvres et son regard trempé qui se relève vers lui, constatant enfin qu'elle n'était plus toute seule. Elle avait froid.
(c) DO IT LIKE A PIZZA



Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:



http://sanctuary-of-heart.forumactif.org/
avatar
O-A. "Oz" Crawley
Staffien
Coeurs : 141 Messages : 244
Couleurs : Gold
J'ai traversé le portail depuis le : 06/04/2011 et on me connaît sous le nom de : MISS AMAZING. (aka Kao'). Mon nom est : Ocean-Angel Crawley, mais Oz pour toi. Il paraît que je ressemble à : Oz (amazing) Vessalius from PH + IRL : King (young) Leo ♥ et à ce propos, j'aimerais remercier : Eva love ajdjazd (avatar) + tumblr (gif) + moi-même (crackship).
Re: ••• where I can't fall apart ; Oz | Ven 05 Aoû 2016, 01:41

— Where I can't fall apart
Oz x Jodie
❝ I was just guessing At numbers and figures
– Pulling the puzzles apart ❞

Même s’il faisait sombre, et qu’il n’y avait rien d’autre que la lumière de la lune et quelques pauvres lampadaires diffusant une lumière pâle pour les éclairer, Oz remarqua qu’elle avait maigri. Elle avait toujours été fine, maintenant elle était maigre. Il le voyait sur son visage, sur les clavicules saillantes et les poignets sur lesquels il ne semblait rester plus que l’os. Et il n’eut même pas le temps de se demander ce qui avait bien pu lui arriver, qu’elle prononçait le mot qu’il refusait de prononcer depuis déjà deux mois. « Morte. »

Leur professeur de français leur avait, au début de l’année, demandé d’écrire une rédaction sur la vie après la mort. Cela avait été un peu fastidieux pour Oz, qui ne s’était jamais réellement posé la question. Pour lui, il y avait les Enfers et le Paradis ; chacun avait la place qu’il méritait en fonction de ce qu’il avait accompli dans la vie. C’était simple, parce qu’Elle lui avait expliqué comme ça. Lorsqu’Emily –sa première mère adoptive, la seule qu’il considérait comme telle– était morte, elle les avait prévenus qu’elle partait seulement pour un voyage plus long que les autres, vers une destination qu’elle ne connaissait pas encore. Il avait répété ses mots et s’en était sorti avec un joli 18/20, et il n’y avait plus jamais pensé après.

Elle était morte.
Et elle était devant lui, en chair et en os.

Bien sûr qu’il savait que c’était possible de revenir d’entre les morts. C’était Hadès, qui décidait, à la fin, de ce qui arrivait aux âmes qui se présentaient devant lui. La balance en main –sans doute– et la vie du défunt qui défilait devant lui permettait de savoir s’ils méritaient ou non de fouler à nouveau la terre des mortels. Et quand il voyait Jodie, qui nageait dans sa robe de chambre, avec les épaules maigres et la peur qui déformait les traits de son visage, il ne pouvait pas nier ce qui était évident.

Oz sentit ses jambes trembler, et c’est le contrecoup de deux mois de déni qu’elle anéantissait par sa seule présence. Il y avait déjà eu Felix, ce n’était pas possible que les Parques lui enlèvent Jodie. C’était le message qu’il niait depuis qu’ils avaient disparu, tous les deux. Il refusait de l’entendre, parce que c’était être faible que d’admettre qu’il voulait se préserver, lui. Il n’était pas suffisamment fort pour supporter deux pertes –celle de Felix l’avait déjà anéanti, elle avait emporté avec elle tous ses repères– lui qui n’avait jamais réellement perdu personne. Ils finissaient toujours par revenir, le sort n’était pas si cruel avec lui.

— Et Felix...

En revanche, il l’était pour elle. Cela lui vint à l’esprit, dès l’instant où le nom de son meilleur ami fut prononcé. Et il voulut se donner une claque pour avoir oublié qui était la victime. Il ne faisait que penser à lui, à ses problèmes, à ce qu’il pouvait ressentir et ce qu’il pouvait faire pour aller mieux. Il faisait cela, et pendant ce temps, il y avait une  fille amoureuses dont le cœur et l’esprit étaient plus sensibles que les siens, qui avait besoin d’une épaule pour pleurer, ou pour supporter le poids d’une vie devenue trop lourde pour qu’elle le fasse seule, qui avait besoin qu’on soit fort à sa place parce qu’elle n’était plus capable de le faire.

— Pourquoi il est pas revenu, Felix ? Pourquoi c'est moi qui suis là ?

Son sang ne fit qu’un tour. Il fit un pas en avant et saisit les épaules de la jeune fille, sans se demander si c’était ce qu’il aurait fait, avant. Quand ce n’était pas à lui de sermonner Jodie.

— Arrête, Jodie ! Il chercha son regard ,perdu derrière des larmes qu’il n’avait encore jamais vues. Ça n’a rien à voir avec toi, tu m’entends ?

Il y avait si peu de bruit dehors qu’il pouvait entendre les battements affolés de son cœur. Puis elle reprit la parole après ce qui sembla être une éternité, pour formuler un appel à l’aide qui eut le mérite d’atteindre le cœur du garçon, d’ordinaire presque impénétrable. Oz ne se laissait pas attendrir, ni toucher par le malheur des autres. Mais cette fois c’était Jodie, et elle avait été celle qui lui avait appris comment baisser les armes.
Doucement, il réduisit la distance qui les séparaient et l’entoura de ses bras, avec une maladresse qui ne lui ressemblait pas. Il savait toujours quoi faire, d’habitude. Il n’était jamais mal à l’aise, surtout avec les filles.

— Tu ne vas pas y retourner, si tu ne le veux pas. Comment il faisait déjà, Felix ? Ah oui. Il disait la vérité. Et si tu ne veux plus être seule, je peux te promettre que tu le seras plus jamais.

C’étaient peut-être des phrases toutes faites. C’était peut-être un peu trop, que de faire une telle promesse alors que cela ne tenait même pas de lui. Ce n’était pas à lui de décider, mais il y croyait. Et c’était comme ça qu’il faisait –du moment qu’il y croyait, lui, les autres pouvaient le faire aussi.

— On va te protéger, moi et les autres. Il est pas question que tu te retrouves encore dans le noir.

Ce n’était pas lui, le preux chevalier. Mais il voulait bien endosser le rôle, si elle voulait bien le laisser.

made by MISS AMAZING.


Demi-Divinité fille d'Aphrodite & Ange

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Shu-Fang «Jodie» Zhou
Demi-Divinité fille d'Aphrodite & Ange
Coeurs : 106 Messages : 160
Couleurs : PinkFluffy
J'ai traversé le portail depuis le : 03/05/2015 et on me connaît sous le nom de : Pizza. Mon nom est : Shu-Fang Zhou. Actuellement je suis : en deuil. Il paraît que je ressemble à : Reisen Udongein Inaba (Touhou) et Asseylum Vers Allusia (AZ) irl - Kim Taeyeon et à ce propos, j'aimerais remercier : Yen (Alice)(cs ozodie) ♥
Re: ••• where I can't fall apart ; Oz | Ven 05 Aoû 2016, 13:47



jodieetoz




where I can't fall apart
──Elle l'avait regardé, stupéfaite. Le regard figé sur lui qui semblait la rabrouer, comme si elle avait dit une bêtise. Elle en avait dite une, de toutes évidences. Mais elle se contenta de rester silencieuse, son souffle perdu au bout de ses lèvres entre-ouvertes.

──Le contact l'avait réchauffée - confortée. Si bien qu'elle avait suivi le mouvement, passant ses bras dans son dos comme pour se donner l'assurance qu'il ne partirait pas - qu'il était toujours là. Elle savait bien, qu'elle n'y était pour rien. Au fond, elle n'était pas responsable d'une voiture mal conduite, elle n'était pas responsable ni de la collision ni de l'effet qu'elle avait eu. Mais elle était responsable de sa colère et de sa propre mort, parce qu'elle avait été naïve. Elle avait eu confiance en Ciel que Felix avait tenté de décrédibiliser. Elle avait eu confiance en ses mensonges que depuis toute petite il lui murmure. Elle avait eu confiance parce que ça la rassurait. Et si elle avait préféré croire Felix plutôt que ce monstre, peut-être serait-il mort heureux, peut-être ne serait-il pas mort du tout. Peut-être aurait-elle évité de se retrouver seule avec Ciel au sommet de cette falaise. Elle avait compris trop tard. Lorsqu'elle avait compris, elle était déjà morte. Elle avait espéré le retrouver là-bas, s'écrouler à ses pieds et pleurer ses excuses, exprimer son amour dans un sanglot et s'accrocher à lui pour être sûre qu'il ne partirait jamais. Mais maintenant, il était parti, et là-bas dans le noir, il n'y avait plus personne pour le protéger, lui.

──Elle n'était pas aveugle, Jodie. Elle avait même oublié d'être naïve, cette fois. Elle savait que c'était impossible, de ne plus être seule. Elle savait parce qu'elle avait essayé. Elle avait laissé son front tomber contre son épaule et son regard se perdre à leurs pieds. Elle avait esquissé un sourire alors que le cœur n'y était plus. Elle allait être seule. Indéniablement.

« Ne fais pas de promesses que tu ne peux pas tenir... »

──Elle avait baissé les bras. Elle avait arrêté de se battre contre la fatalité. Elle allait mourir - elle était déjà morte. Et elle ne s'était jamais sentie aussi seule que lorsqu'elle était revenue, entourée de Madame Ashcrown, son compagnon et tous les enfants du manoir. Elle n'était pas vraiment seule. Mais à la fin, il ne restait qu'elle et son désarroi, il ne restait qu'elle dans ses draps qui pleurait la mort d'un garçon qu'elle ne connaissait plus, il ne restait qu'elle, fondue à l'ombre de la nuit, perdue dans la forêt et les pieds dans la rivière. Il ne restait qu'elle entre la vie et la mort, incapable de respirer - incapable d'arrêter de le faire.

──Elle se sentait bête. Elle se sentait mauvaise, de pleurer alors qu'il avait certainement des larmes à tomber. Elle se sentait égoïste, de parler de ce qu'elle ressentait, de sa mort, de sa culpabilité, alors que Felix était tout seul et qu'elle avait inquiété tout le monde, à rester cloîtrée dans son propre monde. C'était de sa faute, à Jodie, parce qu'elle avait été trop bête pour se rendre compte de ce qui était important.

──Un sourire s'était planté sur ses lèvres. Inexplicable.

« Quand j'étais là-bas, je suis presque sûre d'avoir entendu ma colombe, tu sais ? Je dis ça parce que j'ai jamais entendu sa voix, elle était muette. Mais c'était elle, j'en suis sûre, parce qu'elle parlait en vers et qu'elle m'appelait Jodie. »

──Il ne pouvait pas comprendre, elle ne savait même pas pourquoi elle disait ça. Elle fuyait sa tristesse, sûrement. Il ne pouvait pas savoir qu'elle ne s'appelait pas vraiment Jodie et encore moins qui était la colombe. Mais ça la rassurait, de parler d'elle comme si elle existait encore, de parler d'elle comme si elle était son ange gardien. Quand elle pensait à sa colombe, elle se sentait heureuse. Et le bonheur lui manquait ces temps-ci, alors elle voulait y croire. Elle voulait croire que le fantôme de sa colombe dansait toujours au-dessus de sa tête.

« Elle m'a dit que je devais vivre parce que j'étais jolie. Elle m'a dit que le paradis pouvait attendre pour un ange. Ça n'a aucun sens parce que je suis pas un ange et que toutes les jolies filles ne reviennent pas à la vie. »

──Elle haussa les épaules et enfin son cœur avait repris une allure normale, comme si le simple fait de parler d'elle avait apaisé son cœur et son esprit, son âme chaotique. Elle releva la tête, le regard brillants d'une lumière rose et les lumières qui dansent autour d'elle. Des silhouettes inconnues, fébriles, qui font une ronde autour d'eux, alors que ses yeux plongent dans les étoiles. Elle était là, sa colombe. Elle était la plus jolie des étoiles de son ciel. Finalement, Felix était bien accompagné. Elle repose son regard sur Oz et lui sourit.

──Le paradis pouvait attendre un ange était comme une promesse, un murmure silencieux qui lui soufflait qu'elle l'attendrait.

──Et puis elle papillonne des yeux, quelques secondes, les pensées figées dans le temps. Elle avait manqué une information. Quels autres la protégeraient ? Il n'y avait que lui qui la cherchait, pas vrai ? Elle passa le bout de ses doigts contre ses lèvres, comme pour s'empêcher de dire une nouvelle bêtise. Combien étaient-ils, à s'être inquiétés pour elle ?

« Felix et Jodie.. »

──Elle avait murmuré, comme pour remettre de l'ordre dans ses pensées. Felix et Jodie, tous les deux morts à des intervalles trop courts. Tous les deux disparus, deux camarades de classe, envolés pour les cieux. Elle resta muette, la réalité la frappant de plein fouet. Elle avait fait beaucoup de mal, à vouloir rester seule. Elle avait fait beaucoup de mal pendant beaucoup trop longtemps. Elle se remit à pleurer.

« Je suis désolée... »

──Elle essuya ses larmes d'un revers de la main, en vain puisque les nouvelles ne tardaient pas à se montrer. Elle ravala sa salive et pinça ses lèvres. Elle avait peur de dire une autre bêtise. Mais ils avaient tous été si inquiets, et elle avait préféré les oublier - les ignorer. Elle les avait vus, à son enterrement, pourtant. Mais il y avait ces hypocrites, et puis il y a eu Ciel. Elle avait eu peur, elle avait été lâche. Elle aurait du les prévenir, dire quelque chose.

« Je suis allée à l'enterrement de Felix, tu sais ? Même au mien, c'est pour dire.. tout le monde était triste et ça ne m'a rien fait.. J'aurais du dire un mot, n'importe quoi. Vous montrer que j'étais là mais.. mais j'ai eu peur. »
(c) DO IT LIKE A PIZZA



Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:



http://sanctuary-of-heart.forumactif.org/
avatar
O-A. "Oz" Crawley
Staffien
Coeurs : 141 Messages : 244
Couleurs : Gold
J'ai traversé le portail depuis le : 06/04/2011 et on me connaît sous le nom de : MISS AMAZING. (aka Kao'). Mon nom est : Ocean-Angel Crawley, mais Oz pour toi. Il paraît que je ressemble à : Oz (amazing) Vessalius from PH + IRL : King (young) Leo ♥ et à ce propos, j'aimerais remercier : Eva love ajdjazd (avatar) + tumblr (gif) + moi-même (crackship).
Re: ••• where I can't fall apart ; Oz | Lun 22 Aoû 2016, 18:13

— Where I can't fall apart
Oz x Jodie
❝ I was just guessing At numbers and figures
– Pulling the puzzles apart ❞

Peut-être qu’elle était devenue folle.
Jodie n’avait jamais été comme les autres –du moins comme les filles qu’Oz avait connues jusqu’alors. Mais là, ça dépassait tout ce qu’il avait pu voir avant elle et la seule chose qu’elle lui rappelait aujourd’hui, c’étaient les petites filles pieds nus qui apparaissaient, un beau jour, à l’orphelinat. L’orphelinat du temps où il était encore sur Terre, un temps qui semblait si loin qu’il lui apparaissait aujourd’hui comme irréel. Pourtant il s’en souvenait, des petites filles perdues qui parlaient de leurs parents disparus comme Jodie parlait de cette colombe. Mais de quoi elles parlait, au juste ? Il n’en savait rien, et sans doute ne saurait-il jamais car il n’était pas certain de vouloir connaître la réponse.

— Si toutes les jolies filles revenaient à la vie, il n’y aurait plus de place pour les moches, marmonna-t-il dans une tentative vaine de faire de l’humour.

Si ses paroles l’atteignirent, elle ne montra rien. Alors il se contenta de la serrer un peu plus fort contre lui, en attendant qu’elle ne se calme. Et quand il se concentra sur les battements du cœur qui battait contre sa poitrine, il ne parvint pas à savoir s’il s’agissait de son propre cœur ou s’il s’agissait du sien, à elle. Et, entre nous, il ne cherchait pas vraiment à le savoir.

Au moment où il commençait à se demander ce qu’il pouvait bien faire pour obtenir une réaction –n’importe laquelle– de la part de la jeune fille, cette dernière remua et il s’écarta légèrement pour lui laisser une liberté de mouvement. Elle leva les yeux vers le ciel, et il remarqua que quelque chose avait changé, sans parvenir à mettre le doigt sur quoi, exactement. Et puis la lumière changea autour d’eux, passant du blanc lunaire à une lueur rose, fantastique, qui lui rappelait celle de ce dessin animé qui lui faisait peur quand on le passait les soirs d’orages, à l’orphelinat. Il regarda autour de lui, paniqué, avant de réaliser que la même lueur faisait briller les pupilles de Jodie. Et Oz n’était pas idiot, alors il ravala sa peur et resta le plus immobile possible.

C’était une tâche plutôt difficile puisque la seule chose qu’il ne pouvait s’arrêter de faire était de trembler. Et ce fut ce moment qu’elle choisit pour fondre à nouveau en larmes, éradiquant l’instinct de mauviette du fils de Poséidon pour le remplacer par de l’inquiétude à l’état pur.

— Non, non ! s’exclama-t-il avant de réaliser qu’il avait peut-être trop réagi. Il se calma et plia les genoux pour que son visage arrive à hauteur de celui de Jodie. Pleure pas. S’il te plaît...

Il suffisait qu’il ait un instant d’absence pour que la situation lui échappe ; et le seul intérêt d’avoir à gérer un esprit plus fragile que le sien était qu’il ne pouvait pas se permettre de montrer un seul instant de faiblesse. Mais elle ne semblait même pas l’entendre, et après quelques secondes d’absence, finit par essuyer ses propres larmes d’un geste de la main. Oz se redressa et laissa ses mains retomber le long de son corps quand il réalisa qu’il lui avait attrapé les poignets dans la panique.

— Tu étais là ?! Pourquoi tu… Il voulut lui demander pourquoi elle n’était pas venue avant de se souvenir qu’elle venait de lui donner la réponse. De quoi tu as eu peur ?

Lui aussi, il avait eu peur en se rendant à leurs enterrements. Mais ce dont il avait eu peur, c’était de souffrir. Il ne s’était jamais rendu à aucun enterrement, mais il savait comment cela se passait. Il savait que c’était plus pour les vivants que pour les morts, en réalité. Lorsqu’il voyait ça de loin, il ne pouvait s’empêcher –avant d’y être confronté– de penser que les gens qui y allaient étaient un peu maso sur les bords, qu’ils savaient qu’ils allaient souffrir encore plus en y assistant mais qui s’obligeaient à le faire quand même. Mais maintenant qu’il y avait été confronté, qu’il savait comment se faisait un enterrement, son avis avait quelque peu divergé.

— Tu… tu as eu peur de nous ?

Sa question paraissait stupide, mais pas tant que ça. Ils s’étaient assurés, pourtant, qu’elle s’intègre dans le groupe –même si dans un sens elle était parvenue à le faire toute seule. Pas une seule fois il n’avait eu le sentiment qu’elle ait pu se sentir rejetée, pas même par Felix avec qui elle avait pu se disputer dans le passé –si l’on pouvait appeler cela une dispute, mais tout était beaucoup plus compliqué lorsqu’il s’agissait des histoires de ces deux-là– alors il n’y avait pas moyen que ce soit à cause de ça.

— Ou alors, tu as eu peur de lui ? Il fixa Jodie, incertain de savoir si c’était un sujet à aborder sachant qu’il le suspectait d’y être pour quelque chose dans la disparition de Jodie. Ton majordome, celui qui a le même prénom que mon frère.

Quelque chose lui disait que Felix avait eu raison de s’inquiéter. Lorsqu’il l’avait vu dans les couloirs, puis à l’enterrement de Jodie, il avait automatiquement fait de lui le coupable de l’histoire. Il avait tout du personnage opportuniste qui était capable de faire du mal à un enfant pour servir ses desseins, et même si ce n’était qu’une histoire qu’il s’était inventée pour échapper à un second deuil, il voulait s’y accrocher.

— Est-ce qu’il t’a fait du mal ?

Maintenant, il sentait ses mains devenir moites, et des sueurs froides lui couler dans le dos.

made by MISS AMAZING.


Demi-Divinité fille d'Aphrodite & Ange

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Shu-Fang «Jodie» Zhou
Demi-Divinité fille d'Aphrodite & Ange
Coeurs : 106 Messages : 160
Couleurs : PinkFluffy
J'ai traversé le portail depuis le : 03/05/2015 et on me connaît sous le nom de : Pizza. Mon nom est : Shu-Fang Zhou. Actuellement je suis : en deuil. Il paraît que je ressemble à : Reisen Udongein Inaba (Touhou) et Asseylum Vers Allusia (AZ) irl - Kim Taeyeon et à ce propos, j'aimerais remercier : Yen (Alice)(cs ozodie) ♥
Re: ••• where I can't fall apart ; Oz | Mar 23 Aoû 2016, 17:09



jodieetoz




where I can't fall apart
──Elle avait eu peur, Jodie. Elle avait toujours eu peur, d'ailleurs. Entre la crainte de ne pas être assez aimée et la terreur qui la paralyse lorsqu'elle croise un monstre la nuit. Mais Jodie, elle se soignait, en se confrontant à ses cauchemars, parce qu'elle voulait devenir forte. Elle refusait d'être faible, et elle en était morte. A s'aveugler sur sa détresse et la fragilité de son corps fébrile, elle s'imaginait pouvoir braver tous les dangers parce qu'elle l'avait toujours fait. Elle allait la nuit dans les ruelles où les vampires courent pour s'abreuver, elle dansait le soir près des bars où les hommes perdaient leurs moyens à cause de l'alcool dans leur sang, elle vivait le danger pour se prouver qu'elle ne le craignait pas. Et le danger, il l'avait saisie en lui faisant croire qu'elle était en sécurité. Alors elle a commencé à avoir peur.

──Elle se revoyait devant tous ces gens qui la pleuraient, des têtes presque inconnues et des silhouettes à peine familières, comme si ce monde ne lui appartenait plus. Elle se revoyait, lâche, à tourner le dos aux larmes et aux apitoiements, persuadée qu'ils ne pouvaient comprendre la douleur qui lui prenait le cœur. Et elle imaginait Oz, face à tout ça, dans la foule où son meurtrier apparaissait comme la première victime de ces terribles événements. Elle en était malade. Ciel avait toujours été prévenant, pourtant. Il avait tenté de la consoler lorsque Felix était mort, il avait cherché à la rassurer, il lui avait porté son chocolat chaud dans sa chambre et s'était obstiné à la faire manger, il la gardait en vie alors qu'il aurait pu la laisser périr comme ça. Qu'est-ce qu'il s'était passé pour qu'il prenne la décision de la tuer ?

──Est-ce que c'était mal, de t'effacer, Jodie ? Est-ce que c'était mal, de te tuer, de t'arracher la vie et le souffle ? Ciel tenait à ta vie, il tenait à ton sourire, à toi. Tu le sais, parce qu'il le disait, parfois, quand il était fatigué et qu'il te lisait des histoires dans le canapé près de la cheminée. Alors qu'est-ce qui avait poussé un homme aussi charmant à tuer un vieil homme et une petite fille auxquels il tenait ? Il devait avoir une bonne raison, pas vrai ? Qu'est-ce qui était plus important que la vie de deux personnes qu'il aimait ?

« Je.. je ne sais pas. »

──Elle n'avait pas envie de lui mentir, à Oz. Mais elle n'avait pas envie de se venger, Jodie. Elle ne voulait pas envoyer Ciel en prison, lui priver de tout ce qu'il avait du gagner en les tuant, elle et Monsieur. Parce qu'elle ignorait tout, elle ignorait, c'est tout. Et elle était perdue, maintenant. Est-ce qu'il était heureux, d'avoir fait ça ? Elle relève les yeux vers Oz et serre les dents. Elle fronce les sourcils, perplexe. Comment en était-il arrivé à cette conclusion ? Comment pouvait-il imaginer que Ciel, l'homme que tout le monde appréciait, soit coupable ?

──Elle baissa la tête. Oz, il avait déjà compris. Il avait déjà les pensées floues qui le guidaient à la vérité, et il n'avait pas écouté ce qu'on lui avait dit, persuadé qu'une fausse note demeurait. Oz, il avait toujours été intelligent, elle le savait pourtant. Ciel, il avait tué Monsieur, il l'avait tuée elle, peut-être même qu'il avait régi l'accident de Felix. Elle ne pouvait pas le protéger, elle ne pouvait pas mentir à Oz qui s'était pris la mort sur le dos comme une maladie qui instaurait le chaos dans son esprit. Mais les souvenirs lui déchirent le cœur et les mots lui manquent, l'étranglent.

« Il m'a poussée, Oz. Je suis pas tombée de là-haut, j'ai pas sauté. Il m'a poussée et j'ai pas eu le temps de crier, j'ai eu froid et ça s'est arrêté comme ça. »

──Elle baisse les yeux, baisse la tête. Elle ferme les yeux et fait face au trou noir. Ses mains tremblent mais elle veut être forte. Alors elle serre les dents et elle continue. Parce qu'elle ne pouvait pas avoir peur, pas cette fois. Pas encore une fois.

« Tu sais que j'aurais pas fait ça, pas vrai ? A l'enterrement, il disait n'importe quoi. J'ai eu l'impression qu'il crachait sur ma mémoire. Mais j'ai pas osé m'approcher. Il y avait des policiers, ils avaient des armes, et j'avais peur qu'ils se retournent sur moi pour m'envoyer dans le trou où j'étais déjà censée être. »

──Il avait un don, Ciel. Un don qu'elle avait eu du mal à définir, d'abord. Il ne l'avait presque jamais utilisé sur elle, elle n'avait jamais compris pourquoi. Mais Ciel, les gens lui obéissaient parce qu'ils le prenaient tous pour un chef. Il pouvait être n'importe qui, parce qu'il modifiait les souvenirs. Il s'incrustait dans dix ans de votre vie quand il n'était là que depuis quelques minutes. Et Jodie, elle avait commencé à douter, parce que ses rêves s'étaient mis à changer et que la vérité sonnait faux. Felix, aussi, il l'avait dit.

« Y avait ce témoin, censé être mon meilleur ami. Je l'avais jamais vu de ma vie, mais il disait qu'il m'avait vue me donner la mort. J'ai pas tout de suite compris, à ce moment-là. »

──Et si Ciel apprenait qu'elle était toujours en vie, elle était vouée à mourir. Et s'il apprenait qu'Oz détenait la vérité, il était voué à disparaître.
(c) DO IT LIKE A PIZZA



Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:



http://sanctuary-of-heart.forumactif.org/
avatar
O-A. "Oz" Crawley
Staffien
Coeurs : 141 Messages : 244
Couleurs : Gold
J'ai traversé le portail depuis le : 06/04/2011 et on me connaît sous le nom de : MISS AMAZING. (aka Kao'). Mon nom est : Ocean-Angel Crawley, mais Oz pour toi. Il paraît que je ressemble à : Oz (amazing) Vessalius from PH + IRL : King (young) Leo ♥ et à ce propos, j'aimerais remercier : Eva love ajdjazd (avatar) + tumblr (gif) + moi-même (crackship).
Re: ••• where I can't fall apart ; Oz | Mer 31 Aoû 2016, 18:16

— Where I can't fall apart
Oz x Jodie
❝ I was just guessing At numbers and figures
– Pulling the puzzles apart ❞

Il savait qu'elle n'avait pas sauté. Elle n'avait pas besoin de lui dire pour qu'il le sache, parce qu'il en était persuadé depuis le jour où on lui avait servi cette histoire sans queue ni tête en lui demandant de ne pas poser de questions. Mais l'idée qu'on ait pu la pousser de cette falaise lui donnait envie de vomir. Quel genre de monstre pouvait-on être pour enlever la vie d'une fille comme elle ? Pour croire qu'on avait le droit de décider qu'elle vive ou qu'elle meure ?

Ce qui lui était arrivé, c'était tout bonnement dégueulasse. Et il voyait bien le tableau, parce qu'il n'était pas débile, Oz, et qu'il avait vu comment les adultes étaient les uns avec les autres. Il y en avait beaucoup plus qu'on ne le croyait, des hommes qui étaient capables de tuer des petites filles de sang-froid pour une question d'héritage, de parts et d'autres choses qui impliquaient cette chose ridicule qu'était l'argent.

— Bien sûr que je savais ! C'était peut-être la seule chose dont il était réellement sûr. C'est juste que... j'arrive pas trop à me rappeler ce qu'il s'est dit ce jour-là, il y avait peu de gens mais...

Le souvenir des funérailles de Jodie était un peu flou maintenant qu'il essayait de s'en rappeler. Il avait entendu des gens parler, mais il lui était impossible de se rappeler de ce qui avait été dit, et de qui l'avait fait. Il se rappelait des gens qu'il connaissait, à qui il se raccrochait pour ne pas se mettre à pleurer en public, mais le reste n'était qu'une succession de visages qu'il avait oubliés avant même d'avoir pris le temps de les mémoriser.

Il avait pensé que c'était le chagrin, le choc ou encore un sentiment qu'il ne parvenait pas à atteindre qui avait fait qu'il n'avait fait attention à rien. Mais maintenant, il repensait à ce que disait Felix au sujet du majordome , aux doutes qu'il avait exprimé quant à son honnêteté, sa façon qu'il avait de mentir comme il respirait...

Peut-être que tout ça était lié. Peut-être que s'il était si mystérieux, c'était parce qu'il faisait en sorte de l'être ? Son cerveau se mit à fonctionner à toute allure, parce qu'il était plus facile pour lui de comprendre le comportement humain que les lois fondamentales de la physique. Parce qu'à quinze ans, il savait que les hommes pouvaient parfois aller trop loin pour satisfaire leurs désirs égoïstes.

— Il faut que tu -qu'on aille- voir la police. Que tu témoignes contre lui, ils vont ouvrir une enquête, trouver des preuves et...

Sa voix s'éteignit à la fin de sa phrase, pour ce qui devait être une des premières fois de sa vie. Ses yeux s'agrandirent de surprise, en réalisant que ce qu'il disait avait beau être rationnel, cela n'avait aucun sens. Dans quel monde est-ce que les autorités pouvaient croire à une folle histoire racontée par deux adolescents, quand il existait une version qu'un adulte était prêt à défendre ? Il n'était pas dupe, Oz. Jodie n'était pas comme les autres, c'était pour ça que personne ne s'était posé de question quand on avait dit qu'elle s'était suicidée. Lui-même avait remarqué qu'elle avait quelque chose de spécial, le jour où elle était arrivée dans la classe. Mais il avait appris à la connaître, et c'était ce qui le différenciait du reste du monde.

Il leva une main et la laissa suspendue en l'air, sans savoir où la poser pour lui montrer qu'il était encore là avec elle. Il finit par la poser sur son épaule, en la pressant tout doucement. Le majordome était un criminel, et il n'allait pas s'en sortir comme ça. Mais ce soir, c'était sur Jodie qu'il avait décidé de se focaliser, et l'inquiéter avec des procédures stressantes et éprouvantes n'était pas la solution. Oz remarqua, pour la première fois depuis leur échange, qu'elle ne portait qu'une robe qui ne couvrait ni ses jambes ni ses bras, que ses pieds étaient nus et qu'il faisait affreusement froid.

— Laisse tomber, on parlera de ça plus tard, c'est pas urgent. Il recula d'un pas, retira son sweat-shirt et le tendit à Jodie. Prends ça, tu en as plus besoin que moi.

Une légère brise souffla à ce moment, déclenchant en lui un petit frisson qui lui faisait perdre sa crédibilité. Mais il était hors de question de le reprendre à présent. En attendant qu'elle ne prenne le vêtement frappé du chiffre 01 surmonté des inscriptions « Capitaine Crawley » au dos et du blason de l'équipe de natation sur le devant, Oz détailla la tenue qu'elle portait avant de froncer les sourcils.

— Où est-ce que tu te cachais depuis deux mois ? Tu n'es pas rentrée chez toi, si ?

C'était peu probable, mais il ne voyait pas d'autre solution depuis qu'il avait vu les bijoux qu'elle portait à tous les endroits où il était possible d'en porter.

made by MISS AMAZING.


Demi-Divinité fille d'Aphrodite & Ange

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Shu-Fang «Jodie» Zhou
Demi-Divinité fille d'Aphrodite & Ange
Coeurs : 106 Messages : 160
Couleurs : PinkFluffy
J'ai traversé le portail depuis le : 03/05/2015 et on me connaît sous le nom de : Pizza. Mon nom est : Shu-Fang Zhou. Actuellement je suis : en deuil. Il paraît que je ressemble à : Reisen Udongein Inaba (Touhou) et Asseylum Vers Allusia (AZ) irl - Kim Taeyeon et à ce propos, j'aimerais remercier : Yen (Alice)(cs ozodie) ♥
Re: ••• where I can't fall apart ; Oz | Ven 23 Sep 2016, 20:08



jodieetoz




where I can't fall apart
──Ses pensées avaient du mal à s'aligner correctement. Elle était tiraillée entre l'idée qu'elle devait mourir, que sa place était là-bas, et la conviction qu'elle n'avait aucune envie de retourner au noir. Au fond, ce n'était pas vraiment le vent sur ses jambes ou le sol sur ses pieds qui lui donnaient froid mais plutôt le trou béant qui était né de sa chute, là, en plein dans sa poitrine, comme si son âme s'y était précipité au moment où son dos s'était brisé contre les rochers. Et ce trou-là, immense, gigantesque, effrayant, elle le revoyait la nuit, dans ses cauchemars et ses rêves, quand elle ne dormait plus et quand la fenêtre était ouverte. Elle le revoyait comme une maladie qui s'acharnait à lui courir après. Ce trou-là, accablant et désarmant, il avait suffit que le blond lui offre son sweatshirt pour qu'il se referme net, qu'il s'efface d'elle comme si il n'avait jamais existé et qu'il laisse sa place à tout l'amour qui avait toujours été à elle, brillant et chaleureux, brûlant au fond de son cœur tristement heureux. Elle manqua un battement, son souffle devenu court et les larmes qui reprenaient ses yeux puis ses joues. C'était comme si elle avait oublié qui elle était, et puis qu'il lui rappelait soudainement. Il lui rappelait qu'elle était belle, quelque part, si on cherchait bien au-delà de tout son désespoir.

──Elle l'enfile, et fourre sa tête entre ses épaules, accrochée au tissu comme on s'accroche à un doudou, le souffle rassuré et ses mains frêles disparues sous les manches trop grandes du sweatshirt. Un maigre sourire illumine enfin son visage, discret mais rayonnant, fondu à l'obscurité de la nuit froide. Elle fait un signe négatif de la tête. Elle y était allée, devant chez elle, mais elle s'était aussitôt retournée et n'était plus revenue. Elle avait eu peur, pour changer.

« Non.. Il y a une dame qui m'a recueillie. En fait je restais pas vraiment chez elle, mais ça n'a pas beaucoup d'importance, désormais. »

──Elle avait passé des heures, des jours peut-être, à errer dans la forêt, avec pour seule compagnie le vent et les insectes. Certains animaux avaient bien cherché à s'approcher d'elle, à la chasser peut-être. Mais l'avantage avec les bêtes, c'est qu'ils ne tuaient que lorsqu'ils avaient faim, et Jodie avait toujours eu quelque chose à leur donner. Même si ce quelque chose ne s'avérait être que de la tendresse, ça leur suffisait, comme raison, pour ne pas la croquer.

──Elle releva les yeux vers lui, une crainte muette enfouie au fond de ses pupilles brillantes. Elle avait terriblement envie de retrouver sa vie d'avant – avec Minuit, Felix, Monsieur, le magicien des Pizzas, les professeurs et les camarades de classe. Chacun d'eux était important pour elle, parce qu'ils symbolisaient une partie de ce qu'elle avait vécu de si beau, de si doux. Sauf que maintenant, la moitié de tout ça était partie en même temps qu'elle, et tout était devenu différent. Elle ne pouvait pas arriver ainsi, après l'annonce de sa mort, comme si rien ne s'était produit. Elle ne pouvait pas revenir tout sourire, le regard pétillant, à sautiller dans les couloirs pour rejoindre le prochain cours. Elle ne pouvait plus, Jodie, elle ne pouvait plus. Elle avait l'impression qu'on venait de lui arracher une partie de sa vie. Qu'on l'obligeait à devenir quelqu'un d'autre, à vivre la vie d'une personne qu'elle ne connaissait pas.

« Madame Ashcrown a dit qu'on pourrait me faire revenir à l'école, mais je suis censée être morte et j'ai la frousse. »

──Avant, Jodie, elle n'avait peur de rien. Ou presque rien. Quand on l'emmenait au marché pour être vendue, elle avait rigolé. Quand un monstre l'a attaqué dans les ruelles la nuit, elle lui a simplement soufflé de rentrer chez lui. Et quand elle tombait dans le vide, elle n'avait pas pensé une seule seconde que sa mort pouvait être douloureuse – seulement qu'elle le serait si Felix n'était pas là-bas. Maintenant, la peur était partout. Parce qu'elle s'imaginait retourner là-bas, avec les fantômes de ses souvenirs, les spectres de son passé défigurés par le temps et l'ennui accablant.

──Elle tendit une main timide vers celle de Oz, accrochant ses doigts aux siens comme si ils étaient une bouée. Son regard s'était à nouveau perdu dans le vide et son souffle témoignait désormais de son accalmie. Ses paupières étaient doucement tombées, pour ne laisser ses yeux briller que d'une faible lumière. Son regard s'était figé sur leurs mains et son sourire s'était étiré, aussi absurde que noyé de tendresse.  

« Je sais plus quoi faire, Oz. Ça fait deux mois que je sais plus quoi faire. Mais maintenant que tu es là, je crois que ça me va, finalement. »

──Ils pouvaient bien ne rien faire que ça lui irait aussi. Ils pourraient rester là des heures entières, à ne parler de rien, à ne sortir aucun son. C'était bien, pour elle. Ça lui rappelait qu'il existait encore, là quelque part, la Jodie d'avant qu'il n'avait pas oublié. Et cette Jodie-là, elle ne voulait pas qu'elle disparaisse. Parce que cette Jodie-là, c'était la vraie elle-même, celle qui n'avait pas besoin de rester dans la forêt pour ne pas avoir peur de se faire assassiner.
(c) DO IT LIKE A PIZZA



Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:



http://sanctuary-of-heart.forumactif.org/
avatar
O-A. "Oz" Crawley
Staffien
Coeurs : 141 Messages : 244
Couleurs : Gold
J'ai traversé le portail depuis le : 06/04/2011 et on me connaît sous le nom de : MISS AMAZING. (aka Kao'). Mon nom est : Ocean-Angel Crawley, mais Oz pour toi. Il paraît que je ressemble à : Oz (amazing) Vessalius from PH + IRL : King (young) Leo ♥ et à ce propos, j'aimerais remercier : Eva love ajdjazd (avatar) + tumblr (gif) + moi-même (crackship).
Re: ••• where I can't fall apart ; Oz | Dim 18 Juin 2017, 20:04

— Where I can't fall apart
Oz x Jodie
❝ I was just guessing At numbers and figures
– Pulling the puzzles apart ❞

Comment faisaient-ils, les gens à qui on accordait une seconde chance ? Reprenaient-ils leur vie là où elle s'était arrêtée ou saisissaient-ils l'occasion pour faire table rase du passé et démarrer une toute nouvelle vie, loin de leurs fantômes ? Il fixa Jodie, sans dire un mot, ravalant la question qui lui brûlait les lèvres et dont il n'était pas sûr de vouloir connaître la réponse.

Et puis soudainement, un sourire. Venu de loin, tellement qu'il fut pris de court et ne parvint pas à lui rendre. Il ne comprit pas bien la réponse qui suivit, mais ne lui demada pas d'expliquer, car il connaissait suffisamment Jodie —en tout cas, l'avait connue— pour savoir qu'il y avait des fois où, du moment qu'elle se comprenait, c'était amplement suffisant.
Il serra les doigts autour de ceux de la jeune fille lorsque sa petite main vint chercher la sienne. Ce n'était pas grand chose, mais c'était elle qui était venue, et il comprit alors que si elle voulait un jour changer de vie, il fallait d'abord qu'elle se rattache au monde réel, qu'elle sorte du monde parallèle dans lequel elle ne savait plus quoi faire. Pour le faire, elle avait besoin d'une ancre. Et il voulait bien assurer ce rôle, si elle voulait bien de lui.

— C'est pas grave, de pas savoir quoi faire. On va faire comme ton premier jour de cours. Il marqua une pause pour lui offrir son plus beau sourire. Je vais t'apprendre.

Plus il la regardait, et plus il se disait que, peut-être, elle n'avait finalement pas envie de changer. La façon dont Jodie le regardait, dont elle s'accrochait à lui, lui avait fait regagner une confiance en lui qu'il ne savait pas qu'il était capable de perdre. Peut-être qu'au bout du compte, quand il lui aurait montré qu'elle n'avait plus besoin de lui, elle allait décider de rester quand même. L'idée lui permettait de moins craindre l'avenir, parce qu'il était égoïste avant d'être altruiste. Que si elle partait encore une fois, il n'était pas certain de pouvoir le supporter.

— La dame chez qui tu restes, elle sait que tu es partie cette nuit ?

Il garda la main de Jodie dans la sienne, et se mit à réfléchir tout en attendant la réponse qu'elle allait lui donner. Les choses n'allaient pas être aussi simples qu'il l'avait dit, car il restait encore la question du majordome à régler. Mais encore une fois, que pouvaient-ils faire, eux, du haut de leur quinze ans ? Quel était le poids de leur parole contre celles d'un homme qui semblait savoir comment manipuler les gens ?

— Il faudrait peut-être qu'on rentre, il commence à se faire tard.

made by MISS AMAZING.






Contenu sponsorisé
Re: ••• where I can't fall apart ; Oz |

 
••• where I can't fall apart ; Oz
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Fall of the Hulk - RED HULK
» Knight:Fall (Castlevania Fan)
» Fall of the Hulk - HULK
» [Track AMV Naruto]The fall of the black hawk
» "Fall of the Empire" – Ewoks vs. Stormtrooper Diorama

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Parc-
Sauter vers: