Partagez | 
 

 (ariel) + ohana signifie famille ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hybride Loup-garou & Démon

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Emrys L. «H» Nyström
Hybride Loup-garou & Démon
Coeurs : 19 Messages : 47
Couleurs : #ff0e5d
#manly.
J'ai traversé le portail depuis le : 20/04/2016 et on me connaît sous le nom de : zelda. Mon nom est : Emrys Léocade Nyström Actuellement je suis : célibataire & bisexuel. Il paraît que je ressemble à : gamzee creepy makara {homestuck} + evan sexy peters {irl} et à ce propos, j'aimerais remercier : signa&cs + (zelda.) ava + (baby silas. ♥)
(ariel) + ohana signifie famille ❞ | Sam 23 Juil 2016, 14:27

ohana signifie famille

#oopsiedaisy
ohana signifie famille, famille signifie que ta mère s'est fait baiser

Des habitudes que j'perds, petit à petit — la routine qui s'modifie, parce que j'ai l'impression de m'stabiliser. C'est pas désagréable, juste dérangeant parce que j'suis pas prêt à être stable, et encore moins posé ; alors forcément, c'est aussi surprenant que plaisant, de pas m'réveiller le matin dans une piaule inconnue, le corps en feu et l'impression d'avoir détruit l'île entière au bout des doigts. Manquerait plus que j'me case.

Du coup, par extension, j'ai besoin de faire quelques conneries, de m'écarter du sentier qu'on m'bat chaque jour à travers des bonjours fleuris et des réveils d'une douceur étrangère ; j'ai besoin d'menfoncer dans quelques bars et d'en ressortir complètement torché, même à trois heures de l'après-midi. Et c'est c'que j'fais, aujourd'hui — j'enchaîne les verres comme un jeune divorcé ou un futur père qui panique, j'menlise au fin fond des parois d'une bouteille parce que c'est aussi serré et agréable qu'une fille à peine habituée à la bête à deux dos.
Et mes comparaisons sont toujours aussi sales, mais j'le vis bien.

Les genoux qui tremblent mais les jambes presque droites, j'sors en masquant mes titubements à coups de télékinésie sur mon propre corps déjà désarticulé, j'me redresse et j'la sens venir, la terrible envie d'pisser ; la dernière fois que j'me suis laissé tenter contre un arbre, en pleine forêt, j'me suis pété la gueule dans un portail. Alors pourquoi pas réessayer ? Cette fois, j'espère que ça m'amènera dans un harem, j'ai toujours rêvé d'en avoir un. En tant que macho absolu, c'est une fierté d'imaginer une dizaine de nanas à mes pieds, prêtes à renier toute fierté pour faire tout c'que j'leur dis. Et Dieu sait que j'en ai, des trucs à leur faire faire.

C'est donc un bonheur absolu quand, après quelques minutes de déambulation sans but, le parc principal s'offre à ma vue — quoi d'mieux qu'un paquet de troncs, quand on a terriblement envie d'se vider la vessie ? Sauf qu'Emrys junior, en public, il a étonnamment tendance à être réticent ; donc j'suis obligé de fouiller pour trouver un coin plus ou moins tranquille avant de dézipper ma braguette et d'fermer les yeux, en lâchant l'un de mes plus beaux rots en 2 ans d'existence.

L'affaire terminée et le corps en harmonie avec le coeur, j'range l'attirail et sors un kleenex de ma poche arrière — classe en toute circonstance, j'touche à rien sans m'être lavé les mains. Et c'est après une seconde exclamation bruyante de mon estomac que j'fourre deux ou trois chewing-gum au fond d'mon gosier, histoire de pas sentir la vieille charogne.

A partir de là, un million de choses aurait pu arriver, du gosse qui finit traumatisé de voir un grand truc cornu roter à en gerber l'intégralité de ses organes internes à l'attaque d'une race totalement inconnue — type extraterrestres, même si j'doute qu'on soit très terrestres sur cette île. Mais c'qui arrive, c'est que sous l'coup de l'alcool et d'un joint préalablement grillé devant l'bar, j'perds un peu le contrôle de la barrière qui m'protège des autres, et c'est sur des souvenirs particulièrement intéressants que j'tombe.

Une cage, une grande cage — assez grande pour faire flipper. Et moi (enfin, celui qui m'fait voir son passé contre son gré), au milieu, à peine armé face à quelque chose de géant, de terrifiant ; pourtant, j'sens pas la peur. Juste une colère froide ; celle du parfait psychopathe, ils disent. Alors j'fouille plus profondément, la curiosité piquée m'ramène à des siècles que j'ai jamais connu, une époque assez primaire pour que j'ai l'impression d'être sur une autre planète, dans une autre galaxie.

Et si j'mattendais à la voir, elle, au milieu de tout ça. Si j'avais prévu d'sentir la caresse faussement douce d'une tignasse aussi noire que l'encre, d'revoir les plus belles lèvres qu'il m'ait été donné d'apercevoir dans ma vie. Et elle a l'air plus jeune, elle a l'air plus vivante — presque plus aimante, et pourtant déjà complètement déchirée. A croire qu'elle a jamais été saine, la succube. Née pour se faire baiser, payée pour y trouver un bénéfice ;

« — M'man. » Ca sonne comme la jérémiade du gamin abandonné, particulièrement lorsque j'me rends compte que celui qui l'a, le souvenir, il pense pareil. Elle m'avait pas dit, la vieille, que y avait d'autres Nyström. Elle m'avait caché ça, en m'faisant croire que j'étais seul, qu'elle avait tué tous les potentiels descendants. Alors d'où il sort, celui-là ? Son odeur coincé dans les narines, j'renifle quelques fois — j'me faufile entre les quelques arbres et j'finis par le voir.

Et par la voir, elle, à l'intérieur. Il lui ressemble, il lui ressemble beaucoup trop. « — Nyström, lève ton cul et viens par ici. » Les crocs serrés, dans l'incapacité de savoir comment réagir sérieusement. « — Ta mère, c'était pas une pute, par hasard ? » Alors j'me planque derrière un sourire de joker et un regard trop méprisant, trop méprisant pour pas être méprisable.





i lost my fucking mind it happens all the time cuz i can't stand myself, i'm an asshole baby


#silem #2hot4you #nohomo:
 




avatar
Invité
Invité
Re: (ariel) + ohana signifie famille ❞ | Ven 29 Juil 2016, 02:43

Les sourcils légèrement froncés, j'examine les environs. La nuit, ce n'est pas évident de reconnaitre des lieux que j'ai vaguement traversés tandis que le soleil était encore haut dans le ciel. Dans les alentours, des bâtiments. D'accord, étant à Skyworld, rien de bien étonnant n'est-ce pas. C'est le principe même d'une ville, d'être habitée et remplie de bâtiments et édifices en tous genres. Bon. Je continue d'avancer, dans la pénombre, sous les quelques lumières de la rue, sans trop savoir où je suis en train de mettre les pieds. Sans trop comprendre, à quel moment je me suis suffisamment égaré pour ne même plus savoir par où je suis arrivé. Car oui, la vérité est là, écrasante, oppressante, honteuse. Ariel, 2990 ans de survie, perdu, dans une cité mythologique.
Luisaile, petit dragon fée d'une vingtaine de centimètres, posée sur mon épaule, m'adresse un rictus moqueur qui lui sied désormais si bien. J'ai connu des jours meilleurs, je tiens à le signaler.
Quand j'ai demandé ma route à un vieil homme que les années avaient l'air d'avoir rendu sage (ne jamais se fier aux apparences) il avait l'air de savoir ce que je cherchais et où le trouver. Mais je commence à croire que ses indications étaient aussi bidons que les bagues qu'il portaient aux doigts. Il m'a dit de tourner à droite après la fontaine, c'est ce que j'ai fait. Ou alors... était-ce avant ? J'ai oublié.
Je soupire, contrarié.

Je regarde la grande barrière qui se dresse autour d'un large espace verdoyant. Si je n'arrive pas à rentrer chez moi ce soir, cette herbe grasse me servira d'oreiller pour les quelques heures qui me séparent encore du matin. Avoir un toit et ne même pas pouvoir en profiter, c'est tout de même ennuyeux.
Je regarde à droite, puis à gauche. Derrière. Personne. Je commence à escalader le petit muret et à enjamber les morceaux de métal. Je ne vais pas m'échiner à trouver l'entrée.
Je passe de l'autre côté, atterrit sur mes deux pieds, et continue de marcher. Je m'enfonce dans ce que j'estime être, un espace publique, sans en savoir davantage. Je lève les yeux vers le ciel, pour y admirer les étoiles. Parfaitement inchangées depuis la nuit dernière, et les précédentes, comme si elles ne se lassaient jamais de briller, d'éclairer et d'aveugler.
Mon affiliée me tire une mèche de cheveux. Je fais claquer ma langue sur mon palais, pour exprimer mon mécontentement. Et puis elle s'envole, s'évapore dans la nuit, telle une ombre. Pour ne revenir qu'au petit matin, comme toujours. Je marmonne un "Lâcheuse" avant de reprendre le fil de mes pensées. Je m'assois sous un arbre et m'adosse contre son tronc, prêt à faire une petite sieste. Jusqu'à ce que je l'on me dérange, et m'interpelle.

Par mon nom de famille. Nyström. J'ai de quoi être étonné. Je ne suis arrivé que très récemment à Skyworld. J'ai fait de mon mieux pour m'adapter et rester discret, et en plus, je ne connais presque personne ici. Alors je tente de faire recroiser cette voix avec un visage, mais rien ne corresponds. Ça, c'est bizarre. Et je n'aime pas ce que je ne suis pas capable d'expliquer. Je me tourne pour apercevoir l'inconnu. Mais dans le noir, sans une vision de nyctalope, ce n'est pas évident d'en faire le portait.
Et puis il parle de ma mère. Beaucoup, non, énormément de gens auraient sans doute étés vexés par un terme pareille. Moi je hausse un sourcil. C'est un fait, ma mère était une pute, dans tous les sens du terme. Mais personne n'est censé le savoir. Je n'ai jamais parlé d'elle. Et si je l'ai fait, c'est sans doute à des personnes qui sont mortes et enterrées depuis belle lurette. Alors le doute laisse place à de la méfiance. Ponctuée d'un subtil mélange de curiosité et d'agacement. Par pur esprit de contradiction, je ne peux m'empêcher de dire d'un ton moqueur :

- Y a pas de raison pour que ce soit moi qui bouge. Si tu veux t'approcher y a de la place sur le sol, tu peux y poser TON cul.

Puisqu'il s'était permis de me tutoyer, j'estime qu'il n'y a pas de raison pour que je fasse pas de même.

- On se connait ? A qui ais-je l'honneur ?

Répondre à une question par une autre, ce n'est jamais une bonne idée. Ca clos souvent le débat avant qu'il n'ait le temps de commencer. Alors, comme je veux quand même savoir ce qu'il me veut, ce type qui en sait plus que ce qu'il semble vouloir en dire, je rajoute, un peu trop sensible à son sourire :

- Ma mère ne couche pas avec les gosses dans ton genre. Tu peux passer ton chemin. Je suis même sûr que tes parents te donnent pas assez d'argent de poche pour te la payer. Une pute certes, mais de luxe.

Ce qui est certainement faux, mais ce n'est pas ce qui est important pour l'instant.

HRP:
 
 
(ariel) + ohana signifie famille ❞
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Sanctuary of Heart :: RPs abandonnés-
Sauter vers: