Partagez | 
 

 Glitters and gold ▬ Natasha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




avatar
Invité
Invité
Glitters and gold ▬ Natasha | Sam 23 Avr 2016, 12:03

&
All that glitter and all that gold
Won’t buy you happy


Les doux bras de la nuit commençaient à envelopper les nuages pourpres d'un ciel au bleu trop doux pour être réel. La lueur du soleil s'était ternie, laissant place à la blancheur de la lune qui prenait lentement ses droits. Sasha était là, devant la porte de bois massif, regardant rentrer un-à-un tous les invités de marque. Ils étaient tous habillés de parures dont le prix était tut, bien qu'on sache que leur valeur était supérieure à trois chiffres. Toutes les femmes portaient des robes mettant en avant leurs formes, qu'elles en aient ou non. Ce savoir faire avait toujours surpris la jeune mage, qui s'estimait heureuse d'avoir un corps aussi facile à habiller, bien qu'elle n'aurait pas rechigné pour un peu plus de poitrine.
Le majordome lui lança un regard interrogateur, cela faisait plusieurs minutes qu'elle attendait seule, se triturant les doigts nerveusement. Elle sortit un vif « j'attends une amie » avant de détourner le regard. Celui-ci se posa sur les vêtements d'une femme aux formes généreuses. Sa robe de satin aux tons nudes s'accordaient à sa parure pourpre. Sa pochette, dont il était impossible de savoir si la fourrure était réelle ou alors parfaitement imitée, finissait à la perfection sa tenue. Ses chaussures aux talons fins  dessinaient des pieds à la cambrure tout aussi sensuelle que douloureuse. A côté, Sasha faisait pale mine. Elle avait opté pour une robe noire, cintrée au niveau de la taille -qu'elle avait par chance relativement marquée- qui partait en évasée, laissant aux plus inventifs la possibilité d'imaginer ses formes joliment dessinées, cachées derrière le tissu fluide de son vêtement. Son décolleté plongeant, laissait apercevoir la naissance de ses seins sans pour autant tout dévoiler, était habillé d'un sautoir en plaqué or. Son sac était beaucoup plus grand, elle avait en effet apporté une paire de converses, sachant qu'elle serait incapable de rentrer chez elle dans ses talons qui la faisaient déjà souffrir. Un des grands problèmes de la jeune Cobain était le fait qu'elle n'arrivait jamais à prendre le strict minimum. Elle avait dans son sac, en plus de ses chaussures, de son kit de maquillage et de sa paperasse usuelle, un gel pour les mains, un peigne, une paire de collants, un préservatif (on ne savait jamais, et c'était l'un des rares conseils de sa mère qu'elle appliquait encore), un jeu de cartes, un chewing-gum à la menthe et un médiator. Tout cela était bien évidemment inutile, mais elle ne se sentait rassurée que lorsqu'elle était persuadée de pouvoir survivre à une attaque de zombies quelques jours avec le contenu de son sac.

La demi-déesse passa nerveusement la main dans ses cheveux roux relevés en une queue de cheval tout à fait banale. Que faisait Nate ? Elle ne se sentait absolument pas à l'aise dans cet accoutrement qu'elle ne sortait que tous les trente-six du mois, et en plus de subir les regards interrogateurs de tous les gens entrant dans l'immense bâtisse, elle sentait déjà ses pieds appeler à l'aide.
Ca n'était pas la première fois qu'elle assistait à ce genre d'évènements, mais c'était sa première expérience en tant que « jeune fille non accompagnée ». A l'usuel, elle arrivait avec celle qu'elle considérait comme sa deuxième mère, bien qu'elle ne soit pas beaucoup plus âgée. Tout était beaucoup plus aisé : Nate avait des contacts, savait parler d'elle, et lançait Sasha sur ce qu'elle savait faire le mieux : parler de musique. Là elle était seule, à attendre sur le pas de la porte. Si quelques uns la connaissaient en tant que « Star naissance de la musique » elle état persuadé que d'ici la fin de la soirée, tout le monde la connaîtrait en tant que « fille perdue devant la porte ».

Une dame à la carrure un peu épaisse s'approcha de Cobain, et lui souffla un mielleux  « Bonjour ma chère » Pas pur réflexe, elle fit un geste qui sous-entendit qu'elle attendait un « check » à cette charmante dame, qui grimaça. Puis elle se souvint qu'on ne disait pas bonjour comme ça, ici. La rouquine se ressaisit, bien qu'elle eut envie d'aller pleurer au fond d'un trou perdue au fin fond de la mer de nuage, et serra la main de cette pauvre dame. A côté, le portier continuait à faire rentrer les personnalités, cochant leur nom sur la liste qui se noircissait au fur et à mesure. Après une vive discussion qui se solda par un « au plaisir de vous revoir » qui trahissait surtout l'envie de cette femme d'aller faire la discussion à ses semblables, Sasha se retrouva de nouveau toute seule.

L'orchestre se mit à jouer en fond, et le majordome semblait en avoir assez d'attendre, puisqu'il commençait à triturer lui aussi la poignée de porte.

Où Nate pouvait-elle bien être ?
© zelda pour cali



Staff Undercover Foui’Nate

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Nathanaël-C G. Andersen
Staff Undercover Foui’Nate
Coeurs : 87 Messages : 223
Couleurs : #936B7F(Nate)#9BAFC4(Batman)
J'ai traversé le portail depuis le : 30/05/2015 et on me connaît sous le nom de : Reyenn. Mon nom est : Nathanaël-Christen Gwendolynn Andersen Actuellement je suis : en relation compliquée avec Jack Daniels. Yas. Il paraît que je ressemble à : Hana ▬ CT Chrysler & Iris ▬ Ribkadory || IRL ▬ classy Blake Lively et à ce propos, j'aimerais remercier : Reyenn
Re: Glitters and gold ▬ Natasha | Sam 23 Avr 2016, 22:50


Sasha & Nate

Politeness has become so rare that people mistake it for flirtation.

Et bien tu étais seulement à quelques mètres de là, adossée à la Mercedès noire qui t’avait couté une fortune. Lunettes de soleil Dior sur le nez et capuchon de ta cape noire sur les mèches blondes, rien n’est assez visible pour qu’on puisse te reconnaître. Rien à pars une taille élancée, une posture droite tout en étant provocante, et un sourire amusé au coin des lèvres teintées d’un prune sombre. Tu la regardes. Tu l’observes. Tu remarques chacun de ses réflexes, relève chacune de ses inquiétudes, notes chaque hésitation qui vient créer une ombre sur ses traits de poupée. Alors tu vois tout. Le check refusé. Tu entends l’alarme qui sonne dans son esprit lorsqu’elle réalise que ce n’était pas le bon geste à faire. Tu sens la solitude qu’elle doit ressentir, la sensation d’être sortie d’un tout autre monde, d’être la tâche de couleur en trop dans un film en noir et blanc sortit tout droit des années vingt. La sécurité autour de la maison a compris qui tu es au moment même où leur regard s’est posé sur la matricule de ton véhicule. Alors tu es tranquille. Tu peux l’analyser en paix et tenter de prendre conscience de toutes les choses qu’il va falloir changer et modifier pour qu’elle puisse évoluer dans un monde à paillettes qui brûlent les paupières et à poussière dorée qui fait éternuer.

Alors tu clignes plusieurs fois des yeux pour effacer ce souvenir. Aujourd’hui ce n’est plus toi qui es perdue dans les soirées mondaines sans savoir quoi dire, quoi faire et comment réagir. Mais c’est celle que tu considères comme une personne qui domine aujourd’hui une large partie de ta vie. Assez large pour que tu lui proposes de t’accompagner à ce genre de soirées d’habitude réservées aux personnalités les plus hauts placés et souvent les plus exécrables de cette société corrompue. Le nombre d’invité qui se dirige vers la porte se réduit au fil des secondes qui passent et s’affichent sur la montre à ton poignet droit. La cape se retire pour disparaître dans le coffre de la voiture. Un bruit de talon haut qui se fait entendre sur le sol pavé tandis que tu te rapproches de l’entrée de ta démarche assurée. Tes iris aquamarine ne la quittent pas et c’est seulement lorsque tu t’arrêtes près d’elle sans accorder un seul regard au portier qui la martyrise depuis ce qui semble être des heures que tes lèvres s’étirent en un sourire qui lui est exclusivement réservé. Parce que tu veux qu’elle se détente. Alors tu lui fais savoir que c’est bon, tu es là. Qu’elle n’est plus seule. Et qu’à partir de ce moment précis et pour tout le reste de la soirée, elle est sous ta protection. Synonyme d’immunité diplomatique.

▬ Bonsoir mon ange. Tu es tout à fait radieuse.

Un check. Simple, rapide, un réflexe. Tes bagues en argent font un petit bruit lorsqu’elles rentrent en contact avec les siennes. Dans un autre contexte, tu l’aurais sans aucun doute embrasser sur la joue pour la saluer mais en société, tu sais qu’il vaut mieux éviter ce genre de comportement. Même si le majordome semble être à quelques secondes de baver, ne réalisant pas qui se tient face à lui. Tu te tournes vers lui histoire de le laisser voir le bracelet pass, signe que tu es bien au dessus de la simple vip durant ce genre de soirée. Ton regard se fait plus dur lorsqu’il se pose sur lui et que tu arques un sourcil l’air de lui demander ce qu’il pouvait bien attendre pour vous saluer. Il semblerait que Sasha ne soit pas la seule à ne pas savoir comment réagir en société. L’intensité que tu mets dans ton regard ne fait rien pour arranger son cas et c’est seulement après quelques longues secondes qu’il retrouve miraculeusement sa voix après avoir réalisé qu’il aurait peut-être dû se tenir à carreaux de la rousse.

▬ Miss Andersen, vous…

Nope. Tu n’as pas envie d’entendre les mots mielleux pleins d’hypocrisie ou les excuses répétées et insignifiantes. Alors tu l’interromps. Tu t’imposes. Tu lui rappelles en quelques mots qui tu es.

▬ Oui, elle est avec moi. J’avais dis que je venais accompagnée. Veuillez vous en rappeler, je n’ai pas envie d’avoir à vous le rappeler de nouveau.

En d’autres termes : écrase. Il hoche la tête comme un bon petit soldat et tu récupères la feuille qu’il te tend après avoir coché ton nom pour que tu signes, confirmant ainsi ta présence ici ce soir. Tu le fais avec une rapidité qui prouve que tu passes ta journée à signer différents et diverses documents. Et dès que les agents de sécurité te cède le passage après avoir annoncé dans leurs oreillettes que tu es arrivée, ton air de femme d’affaire disparaît pour être remplacé par ton sourire naturel tandis que tu fais signes à Sasha de passer devant toi pour pénétrer la salle. Arrêt après quelques pas. La musique atteint tes oreilles pour te faire rouler les yeux d’un air ennuyé. C’est reparti. Une posture naturellement classe et des épaules relâchées qui montrent parfaitement que tu es complètement dans ton élément. Mais tu n’es pas seule, ce soir. Tu es sur le point de t’excuser pour ton retard mais tu es interrompue. L’un des serveurs passe près de toi, il tend ta boisson habituelle sans que tu n’ais besoin de la demander. Contrairement aux autres invités, il ne s’agit pas de la coupe de champagne lambda que tu tiens entre tes doigts.

▬ Tu veux boire quelque chose?

Tu proposes à Sasha et attends sa réponse avant de voir le serveur disparaître de nouveau. Ta présence n’a pas encore été remarquée, raison pour laquelle tu n’es pas encore entourée de vieux ennuyeux et de femmes trop habillées. Tu détailles les tenues d’un œil critique, comme toujours. Note que l’originalité n’a toujours pas atteint ce cercle fermé. Robes trop moulantes, nude dépassé, bijoux trop couteux pour une soirée censée être « casual ». Tellement d’originalité dans les tenues que la tienne attires les regards. Une démarcation. Une tenue différente. Un ensemble noir à l’avant, simple. C’est seulement lorsque tu tournes le dos que la surprise envahit les regards. Un dragon rouge à l’arrière. Assez large pour ne laisser entrevoir que quelques parties de ta peau pâle. Qui débute à la naissance de tes épaules et fait le tour de ta taille pour embrasser tes hanches. Des détails verts émeraude. Entre sexy et classe, tu ne leur laissais pas le choix.

▬ Alors mon ange, quelles sont tes premières impressions?

Code by Fremione.


Nathomas:
 

Vous gérez:
 

Carte #NoInspi:
 




avatar
Invité
Invité
Re: Glitters and gold ▬ Natasha | Dim 24 Avr 2016, 23:56

&
All that glitter and all that gold
Won’t buy you happy


Le tic-tac régulier de sa montre semblait ralentir de plus en plus, laissant entre chaque seconde le temps à Sasha de se demander si rebrousser chemin et baisser les bras n'était pas une bonne idée. Mais elle gardait la tête haute. Par fierté. Car elle avait une confiance invétérée envers Nathanaël. L'idée même qu'elle puisse la décevoir n'était pas concevable.  Un long soupir de soulagement se laissa entendre lorsqu'elle la vit s'approcher. Elle avait l'air si loin du monde que Sasha connaissait, avec son air de femme d'affaire et sa démarche assurée. Heureusement pour la jeune mage, elle ne l'avait pas rencontré dans des circonstances aussi formelles, elle n'aurait jamais osé l'approcher.
On lui aurait proposé une guitare Les Paul au lieu de l'arrivée de l'ange, il n'est pas sûr qu'elle aurait accepté.
Un large sourire se dessine sur les lèvres de la jeune mage lorsqu'elle entendit le compliment de son interlocutrice.  Sasha n'avait jamais eu de réels complexes, mais ce soir là, tous les regards qui s'étaient posés sur elle semblaient aussi douloureux que des coups de poignard. Elle avait senti cet écart entre ses pâtes sans beurre de fin de mois, et leur homard mayonnaise tous les dimanches. La musicienne n'avait jamais haït les gens plus aisés, s'étant donné pour objectif d'arriver à ses fins par ses propres moyens, mais ce soir là, elle avait compris tout le chemin qu'il lui restait à faire. Ca n'était pas qu'une question d'argent. Il fallait savoir mépriser les autres autant que l'on s'adorait soit même, et étaler sa richesse sans avoir l'air d'en avoir l'intention. La jeune Cobain était encore trop naïve pour arriver à cela. Elle retourna le compliment, non pas par politesse mais car elle le pensait réellement.

Elles entrèrent dans le grand bâtiment. La première chose qui choqua Sasha n'était pas le lustre hors de prix qui semblait défier les lois de la gravité, mais bien la si petite place que l'orchestre occupait. La sourdine sur la trompette la rendait timide, celle du piano à queue empêchait le son, qui était d'habitude si rond, de diminuer jusqu'à disparaître. La contrebasse quand à elle semblait jouer pour elle même. La qualité de la synchronisation n'était pas à critiquer, et ce jazz n'était pas mauvais dans l'écriture. Mais ce morceau qu'ils jouaient était plat. Les rires cristallins des femmes en talons donnaient à ce trio un aspect grotesque, tandis que les pseudos amateurs d'art semblaient aduler ce morceau en le comparant aux créations des plus grands, sans savoir ce qu'ils racontaient vraiment. Et les autres, ils n'y prêtaient aucune attention. En deçà de sa similitude avec une création pour ascenseur, c'est bien l'indifférence des gens présents qui faisait le plus souffrir la jeune Cobain.

▬ Tu veux boire quelque chose?

Il fallut quelques secondes à Sasha pour se resituer dans le contexte, pour ne pas demander son éternel chocolat chaud. Elle mit un certain temps avant de trouver un alcool figurant dans la liste des alcools qu'on peut demander sans passer pour la pire des ivrognes : un cidre doux. Les jours précédent ce grand événement, elle s'était plusieurs listes, qu'elle avait appris par cœur, afin de ne pas faire les erreurs les plus banales qu'elle se savait capable de faire.

▬ Alors mon ange, quelles sont tes premières impressions?

Elle leva ses yeux émeraude vers ceux de l'ange, et, ayant retrouvé toute sa capacité d’élocution, expliqua alors avec toute la conviction du monde :

▬ Je sais chanter sur scène devant des centaines de gens, parler aux enfants et essayer de leur insuffler ma passion. Mais avec ces gens là, j'ai l'impression qu'être passionné par quelque chose qui n'est pas leur vie est le pire des sacrilèges ! J'ai fait des fiches pourtant, je me suis renseignée, j'ai emprunté « les soirées pour les nuls » à la bibliothèque, mais ça, ça n'était marqué nul part ! Son verre de cidre arrive, et elle prend le temps de regarder le serveur dans les yeux en le remerciant avec un sourire sincère, puis continue : j'en ai assez du politiquement correct ! Je pense que j'ai fait toutes les bourdes possibles et imaginables.. Dis moi que toi aussi, tu as vécu ça, avant, s'il te p.

Une voix trop stéréotypée pour être vraie interromps la jeune demi-déesse dans son plaidoyer.

▬ Nathanaëëëëël ! Je suis heureux de vous voir ici ce soir ! Si vous saviez, j'ai attendu votre arrivée avec une impatience que j'ai peiné à dissimuler ! Je tenais à vous expliquer quelque chose. Il s'avança vers la fille d'Hermès, considérant la jeune Sasha d'un rapide coup d’œil qui lui fit bien comprendre qu'elle n'était pas assez riche pour lui adresser la parole. Je disais donc, j'ai une opportunité immobilière à couper le souffle ! Les promoteurs immobiliers ne sont pas encore sur le coup, mais nous avons trouvé un terrain à batir près de la mer de nuage ! Le calme absolu !

La jeune mage poussa un très long soupire, qui fut bien plus audible qu'elle ne l'imaginait. Elle se retenait depuis quelques minutes, et lança se regard suppliant à la demi-déesse, celui qui voulait dire « aide moi, ou je vais l'ouvrir »


© zelda pour cali



Staff Undercover Foui’Nate

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Nathanaël-C G. Andersen
Staff Undercover Foui’Nate
Coeurs : 87 Messages : 223
Couleurs : #936B7F(Nate)#9BAFC4(Batman)
J'ai traversé le portail depuis le : 30/05/2015 et on me connaît sous le nom de : Reyenn. Mon nom est : Nathanaël-Christen Gwendolynn Andersen Actuellement je suis : en relation compliquée avec Jack Daniels. Yas. Il paraît que je ressemble à : Hana ▬ CT Chrysler & Iris ▬ Ribkadory || IRL ▬ classy Blake Lively et à ce propos, j'aimerais remercier : Reyenn
Re: Glitters and gold ▬ Natasha | Mer 27 Avr 2016, 00:00


Sasha & Nate

Politeness has become so rare that people mistake it for flirtation.


Le bruit de tes bagues contre ton verre fait écho à la musique jouée par l’orchestre auquel tu n’accordes pas vraiment d’attention parce qu’elle est accaparée par Sasha qui semble avoir oublié le lieu où vous êtes et ce que tu risques si quelqu’un l’entend. Mais tu l’écoutes quand même. Tu l’écoutes sans t’inquiéter une seule seconde de ce que pourraient penser les personnalités autour de toi qui vous dévisagent comme s’ils se demandaient ce que la demi-déesse pouvait bien te raconter pour accaparer toute ton attention. Tu grinces des dents de façon imperceptible quand tu entends parler du livre emprunté. Un réflexe des plus humains que de vouloir s’informer avant de venir pour la première fois à ce genre d’endroit. Mais pas un livre. Elle aurait dû t’appeler toi, t’informer de ce qu’elle redoutait, mais pas emprunter un livre qui a sans aucun doute été écrit par le même genre de personne présentes dans la pièce. Une personne qui a des diamants a la place des iris et qui va écrire un livre pour informer de la perfection de ce monde qu’est la haute société. L’auteur aurait même pu se faire payer pour en faire l’éloge ; cela ne t’aurait pas surpris. Mais ce qui te surprend plus c’est la naïveté dont fait preuve Sasha. Une naïveté qui n’a pas de place dans ce monde.

L’air perplexe disparaît de ton visage qui s’illumine instantanément pour remercier le serveur lorsqu’il rapporte le verre de cidre. Tu n’as pas vu l’intérêt de lui dire qu’il valait mieux prendre un cocktail histoire de faire comme les autres. Elle a le droit de choisir sa boisson car tu es à ses côtés. Mais tu ne le seras pas toujours. C’est pour cela que tu es là. Pour lui montrer de quelle façon les choses se déroulent dans ce monde. Mais tu sens que ça va être plus compliqué que prévu. Sa voix retentit à nouveau alors que le serveur s’est à peine éloigné de quelques pas. Tu comprends ce qu’elle ressent. Tu l’as ressenti toi aussi, il y a longtemps. Mais ça a aussitôt disparu parce que tu es née et est faîte pour ça. Parce que ta mère t’a inculqué les normes et les valeurs qui font que tu fais partie de cet univers que tu méprises mais que tu respectes tout autant. Un univers dans lequel les secondes chances n’existent pas et où la première vaut trop cher pour n’importe qui à moins qu’on ait un capital social assez important pour pouvoir pénétrer dans cette sphère fermée. Et Sasha t’a toi.

Et tu as besoin de le lui expliquer. Elle a besoin de comprendre que si elle rate cette chance là, même toi tu ne seras pas en mesure de lui en offrir une seconde. Mais tu n’as pas le temps de t’exprimer parce qu’une voix qui te fait fermer les yeux et retenir un long, très long soupire résonne dans tes tympans. Alors en un battement de sourcil tu te retournes pour faire face à l’entrepreneur auquel tu sers la main de façon plus qu’aimable avec un sourire collé aux lèvres. Une main qu’il ne lâche qu’après avoir fini ton discours pendant lequel il te donne l’impression de ne pas s’être arrêté une seule fois pour respirer. Mais ça ne fait rien, parce que toi tu as l’habitude et que tu continues à sourire malgré tout. Un sourire qui disparaît à l’instant même où tu entends un soupire trop fort pour appartenir à l’une des femmes qui tiennent leurs maris attachés par leur bras au cas où ils s’approcheraient trop près de toi. Tu tournes la tête pour regarder Sasha avec une lueur dans le regard qui n’y apparaît que très rarement. Tu veilles à bien lui faire passer le message du « tu vas m’énerver, Sasha » avant de reposer ton regard sur l’homme qui retient une grimace.

▬ Quel plaisir de vous revoir. La mer de nuage, n’est-ce pas un lieu un peu trop humide? Il s’avère que je ne pense pas vraiment à déménager ni à placer un certain capital dans ce projet. Compte tenu du fait que les actions de votre entreprise ont quasiment perdu la moitié de leur valeur ce dernier mois et que vos derniers investisseurs vous ont laissé tomber à la dernière minute, ce serait faire prendre un trop gros risque à ma société. Oh mais je suis certaine que vous n’étiez pas venu me proposer une telle chose en pensant que j’ignorais tout cela.

Ta main glisse entre ses doigts avec le plus de politesse possible tandis que tu vois son visage se décomposer son ton regard où brille ton intelligence. Mal choisi, tu n’es pas le pigeon de la soirée. Il s’excuse en bredouillant pour disparaître de ta vue et tu attends patiemment qu’il s’éloigne assez pour reposer ton regard sur la rousse.

▬ Et ça Sasha c’est ce qu’on fait pour dire poliment à quelqu’un d’aller se faire voir. Alors tu en as peut-être marre du politiquement correct mais c’est comme ça que sa marche dans ce monde. Et ce monde, c’est celui où tu vas évoluer. Gagne, et tu seras au top. Perd, et ils veilleront personnellement à ce que tu ne revois plus jamais l’ombre d’une scène de toute ta carrière. Et dans ce cas là, personne ne pourra t’aider.

Tu portes ton verre à tes lèvres pour en boire une longue gorgée tout en retenant un soupire. Tu aimerais lui dire que tu as été à sa place et que tout va bien se passer mais tu ne peux pas. Parce qu’il s’agit aussi de ta réputation que tu as mis des années à construire pour atteindre un rang qui t’offre une immunité dont tu te sers sans te soucier de rien d’autre. Ton regard se radoucit mais son comportement t’a déçu ; elle a encore trop de chose à apprendre en trop peu de temps et face à son caractère tu doutes de tes capacités à pouvoir l’aider. Tu regardes les personnes autour de toi qui te font des signes de la main pour t’inviter à rejoindre leur conversation et tu les remercies avec un sourire en les faisant patienter encore un peu.

▬ Si ton livre pour les nuls te dit que ce monde est celui de la franchise et de l’honnêteté, tu t’es trompée. Ou alors c’est moi qui me suis trompée à ton sujet et tu n’es tout simplement pas prête. Si c’est le cas, dis le moi et on rentre tout de suite. Dans le cas contraire, adopte tout plus beau sourire et trouve un moyen d’engager la discussion avec la femme là bas que tu as rencontré plus tôt à l’entrée. Parce que si tu veux qu’ils s’intéressent à toi, il faut que tu aies l’air d’être passionnée par eux et leur dernier voyage en Thaïlande même si tu t’en fous complètement.

Tu es là pour l’aider. Les soirées comme ça tu en as eu des milliers. Des discussions au sujet des dernières vacances tu en as eu des millions. Mais Sasha t’en as qu’une. Et t’as aussi qu’une seule réputation qui va te suivre à vie. Et tu n’es prête à abandonner aucune des deux.

▬ Je suis là pour t’aider. Mais tu as ta part à faire toi aussi. Alors Sasha? C’est quitte ou double.

Code by Fremione.


Nathomas:
 

Vous gérez:
 

Carte #NoInspi:
 




avatar
Invité
Invité
Re: Glitters and gold ▬ Natasha | Mar 02 Aoû 2016, 14:42

&
All that glitter and all that gold
Won’t buy you happy




Être une princesse ou une reine, cela n'avait jamais réellement intéressé la jeune demi-déesse. Tout ce qu'elle voulait, au plus profond de son cœur, c'était se trouver elle même. A l'âge où un grand nombre est encore sur les bancs de l'école pour bâtir un avenir sûr, elle s'était jetée corps et âme dans un futur incertain et passionné. Elle était comme ça, Sasha. On ne sait pas grand-chose, au final, à dix-neuf ans.

Et ça Sasha c’est ce qu’on fait pour dire poliment à quelqu’un d’aller se faire voir. Alors tu en as peut-être marre du politiquement correct mais c’est comme ça que sa marche dans ce monde. Et ce monde, c’est celui où tu vas évoluer. Gagne, et tu seras au top. Perd, et ils veilleront personnellement à ce que tu ne revois plus jamais l’ombre d’une scène de toute ta carrière. Et dans ce cas là, personne ne pourra t’aider.

Une très légère grimace se dessina sur son visage, les reproches ça n'est jamais agréable à entendre. Mais croire que ça la démonterai, c'était mal la connaître. L'idée d'un futur rayé à cause d'une bande d'hypocrites était loin de la satisfaire, mais elle était sûre d'une chose : si Nate prenait la peine de lui faire ce genre de remarque, il y avait fort à parier qu'elle avait raison.  La musicienne baissa la tête, trop honteuse pour affronter le regard inquisiteur de son mentor.

Si ton livre pour les nuls te dit que ce monde est celui de la franchise et de l’honnêteté, tu t’es trompée. Ou alors c’est moi qui me suis trompée à ton sujet et tu n’es tout simplement pas prête. Si c’est le cas, dis le moi et on rentre tout de suite. Dans le cas contraire, adopte tout plus beau sourire et trouve un moyen d’engager la discussion avec la femme là bas que tu as rencontré plus tôt à l’entrée. Parce que si tu veux qu’ils s’intéressent à toi, il faut que tu aies l’air d’être passionnée par eux et leur dernier voyage en Thaïlande même si tu t’en fous complètement. 

Et vlan. Une moue boudeuse vint s'installer sur son visage, puis la jeune mage décida de se reprendre. Baisser les bras n'avait jamais fait partie de sa façon de fonctionner, et elle essayait toujours de finir ce qu'elle commençait. Même si ça lui cassait fortement les pieds.  
Ses épaules -qui semblaient soutenir tout les malheurs du monde- se redressèrent, étirant son dos et dévoilant une cambrure presque douloureuse à regarder. La demi-déesse aurait pu être hybride coq, tant sa fierté se lisait dans sa posture. Elle lança à Nate un regard qui aurait pu être interprété comme noir si elle ne la connaissait pas. En réalité, il était juste le signe d'une fierté trop piétinée qui se rebellait d'un coup, ressortant comme un ressort.  Sasha fit volte face et marcha d'un pas décidé vers cette pauvre proie qui serait le premier cobaye d'une grande lignée d'expériences sociologiques exercées par la jeune mage.
Elle sentit tout d'abord les regards se poser sur elle, sans trop savoir qu'il s'agissait du regard qu'on réservait aux dames pleines d'assurance. Mais il n'y porta pas attention longtemps. Son objectif était de prouver à cette vieille râleuse (à savoir son amie) que non, ni elle, ni sa petite personne, ne perdait son temps ici.

.. … …

Elle n'était pas si affreuse, cette dame, finalement. Certes Loïs ne pouvait pas s'empêcher de répéter des « je m'en fous je m'en fous je m'en fous » dans un petit coin de sa tête, mais elle avait mis sa bouche en sourdine. Et ça, c'était un exploit. Elle n'avait fait que s'approcher, et voilà qu'elle était debout depuis une bonne vingtaine de minutes, une coupe de champagne  à la main, entrain d'écouter (ou d'entendre, la frontière ici étant infime) les récit de cette pauvre femme. Comme c'était triste et ennuyeux, vivre pour pouvoir raconter. C'était donc ici, le facebook des riches. Impossible pour Sasha d'être active sur les réseaux sociaux, tant sa vie était remplie. Elle pensait également (à bon escient) que celui qui a du temps pour raconter sa vie ne la vit certainement pas assez. Mais cette dame continuait, sûrement contente d'avoir trouvé une oreille encore trop innocente ou suffisamment inexpérimentée pour la couper poliment. Jetant un regard à Nate de temps à autre, celle-ci avait fini par disparaître. Cela ne l'inquiétait pas : la journaliste avait une facultés impressionnante : elle pouvait disparaître dix minutes, et dire en revenant « désolée j'avais un appel avec le directeur de la plus grande multinationale de l'île, et je suis ensuite allée me faire cuire du bacon ». C'était un peu son super-héro, et la fille d'Apollon ne doutait pas que celle-ci rappliquerait s'il y avait un soucis.
Ses doigts fins passèrent dans ses cheveux qu'elle avait fini par détacher par soucis de confort plus que d'esthétisme, et les déposa sur son épaule, dégageant ainsi son cou simplement habillé. Plus de bruit, simplement le regard curieux de cette dame dont elle avait quasiment oublié la présence :
« Que faites vous, dans la vie ? Vous me paraissez bien jeune pour travailler, je me trompe ? 
Je suis musicienne à temps plein. Prise au dépourvue, elle n'avait pas eu le temps de réfléchir à son plus politiquement correct « freelance dans le domaine des arts et du spectacle » qui en envoyait bien plus. Raté.
Ah ? De quoi jouez vous ?
De tout ce qui me tombe sous la main, et je suis entrain d'étudier pour pouvoir arborer la fonction de chef d'orchestre. C'est gentil de vous intéresser à ce que je fais ! Un sourire sincère vint s'installer sur ses lèvres, et c'est sûrement cette mimique qui la sauva. Dans cette sphère très spéciale on faisait mine de comprendre les œuvres tout en dénigrant leurs artistes tant qu'ils étaient encore vivants. La dame hocha la tête d'un air entendu, avant de répondre :
J'aurais peut être besoin de vos services, j'ai pour projet de mener une réception bien plus merveilleuse que celle-ci, et j'aurais besoin de musique. Votre nom est ?
- Sasha Cobain. Bien qu'elle se soit présentée au début, la jeune mage fit tous les efforts du monde pour ne pas répondre « t'écoutes quand on te parle ou pas ? ». On ne crache jamais sur un travail.
J'y penserai, merci !
Merci à vous.

Et elle repartit vers une autre personne, pour débuter de nouveau son récit de croisière sur la mer de nuages.
Sasha soupira de soulagement, et retourna voir Nate. Contrairement à la première fois, elle attendit que celle-ci ai fini d'écouter son interlocuteur, et que celui-ci soit parti, afin d'ouvrir la bouche, ou même d’émettre un bruit :
J'ai fini. Et je peux te dire une chose, maintenant que j'ai testé : C'est chiant, mais ça vaut peut être le coup. PAR CONTRE. Elle désigna la fenêtre du doigt : C'est normal le mec qui est entrain de grimper par le mur là ?


© zelda pour cali




HRP:
 
 
Glitters and gold ▬ Natasha
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Appendix Gold Cloth Objects - Décembre 2010
» Gold Ransburg McQueen
» Rolleiflex Gold
» Signature glitters
» [Beaulieu, Natasha] L'ange écarlate

Sanctuary of Heart :: RPs abandonnés-
Sauter vers: