Partagez | 
 

 « I need you. » (RaphIsrae)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Vampire Sang Pur

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Israe C. Frescobaldi
Vampire Sang Pur
Coeurs : 14 Messages : 60
Couleurs : Darkred & Navy
J'ai traversé le portail depuis le : 30/05/2015 et on me connaît sous le nom de : Judy. Mon nom est : Israe Carolina Frescobaldi. Actuellement je suis : infidèle. Il paraît que je ressemble à : des original arts || IRL : Bella Hadid. et à ce propos, j'aimerais remercier : Hikari Relyse. ♥
« I need you. » (RaphIsrae) | Lun 04 Avr 2016, 03:31


STAY WITH ME
I am much more me with you.



Seduce my mind and you can have my body.
Find my soul and I'm yours  f o r e v  e r.


Tu le regardes un instant, le sourire aux lèvres. Tu te dis qu’il est beau, charmant, et tu regrettes presque de ne pas avoir posé un tel regard sur lui plus tôt. Il est bien plus qu’un simple ami, bien plus qu’un simple flirt. Tu t’en es rendue compte petit à petit et tu as pris ton temps avant de tenter quoi que ce soit avec lui, ou du moins tu as attendu le plus longtemps que tu as pu.

Tu as essayé d’éteindre la flemme qui brûle pour lui ; tu as essayé de mettre un stop à tes envies… sauf que tu as échoué dans cette épreuve et te voilà, ce soir, auprès de lui. Votre rendez-vous galant se passe à merveille et tu ris tellement qu’on entend que le son de ta voix dans tout le restaurant. Tu vois bien les regards que vous lancent les autres clients mais tu n’en as que faire. La nuit est belle, l’air est doux, la nourriture est exquise et la compagnie de Raphaël est trop agréable.

Un serveur vous apporte une nouvelle fois les menus pour vous laisser prendre un dessert. Tu lances un regard amusé en direction du blond en pensant qu’il ferait très bien l’affaire mais, pour l’instant, tu décides de garder cette idée pour toi. Ce ne serait pas très classe de le lui avouer dans un moment pareil, tu en es consciente... et tu as toujours favorisé les actes aux paroles donc il ne te reste plus qu’à croiser les doigts pour qu’il s’en rende compte plus tard.

« J’hésite… Qu’est-ce que tu me conseilles ? »
Sans doute beaucoup de choses mais tu n’as pas réussi à l’entendre car au moment même où il s’est prononcé, le serveur est sorti de nulle part pour prendre votre commande. Tu n’aimes pas le voir vous interrompre, alors tu lui dit d’amener les premiers mots que tu lis. Raphaël lui répond et tu fais un signe discret à l’employé, lui faisant ainsi comprendre qu’il peut disposer.

« Raphaël... » tu ne sais pas si c’est le bon moment pour en parler alors tu t’arrêtes trente secondes. « Est-ce que tu as eu le temps de réfléchir sur ce qu'on s'est dit la dernière fois ? » A vrai dire, tu es la seule à avoir parlé. Tu lui as clairement dit qu’il te plaisait et tu souhaitais voir si votre flirt allait mener à quelque chose ; et maintenant c’est à son tour de s’exprimer. « On se connaît depuis un bout de temps et on a été amis… mais je ne suis pas sûre de pouvoir m’en contenter. » Tu n’es pas du genre à baisser les bras et, quand tu veux quelque chose ou quelqu’un, tu utilises tous les moyens possibles et inimaginables. C’est un don naturel : tu sais manipuler les autres, leur dire ce qu’ils veulent entendre… mais ce soir tu es honnête envers lui comme envers toi-même.   « Qu’est-ce que je suis pour toi ? »   Tu es lassée d’envoyer des signaux pour en recevoir des faibles. Tu veux des mots, des actes.

(C) MISS AMAZING.


He left me drowning in pain.
Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Raphaël I. M. Elosiam
Staffien
Coeurs : 68 Messages : 164
Couleurs : Raph s'exprime en mediumseagreen et Spirit réplique en sienna
J'ai traversé le portail depuis le : 18/12/2014 et on me connaît sous le nom de : Etilya. Mon nom est : Raphaël Ilwan Matys Elosiam. Actuellement je suis : veuf et hétéro. Il paraît que je ressemble à : Aoi Kaji de kiniro no corda et à ce propos, j'aimerais remercier : Kingyo pour le vava et Bunny pour la signa ♥
Re: « I need you. » (RaphIsrae) | Lun 04 Avr 2016, 19:30

Les serveurs glissaient d'une table à une autre, imperturbables. Les clients discutaient, riaient parfois, et souvent portaient leur regard curieux dans notre direction. Reconnaissance ou simple curiosité, je n'aurais su le dire, car ils n'importaient pas et je ne leur prêtais pas attention. Ce soir, elle était le centre de mon intérêt. Nos regards ne cessaient de se croiser, illuminés par une étincelle commune. Rires et sourires s'affrontaient dans une joute sans fin. Depuis quand avait-elle pris tant d'importance ? Je n'avais jamais été aveugle à ses tentatives, enfin... Disons plutôt que je ne l'étais plus depuis quelques temps déjà. Elle n'était pas la première et ne serait sans doute pas la dernière. Mais son jeu m'amusait, au début, autant qu'il m'embarrassait, et mon amitié pour elle importait déjà, alors je l'avais laissée faire. Et petit à petit, la distance entre nous s'était réduite. Jusqu'à cette table entre nous ce soir.

Sa voix, douce et limpide, me tira de sa contemplation. Mon regard coula sur la carte, presque à regret. Je connaissais la plupart des plats, l'âge oblige, et plusieurs pouvaient prétendre régaler son palais délicat. Cependant j'ouvrais à peine la bouche que le serveur se présenta pour prendre nos commandes. En tout gentilhomme, je laissai Israe dicter son choix, avant de faire de même -tarte au citron meringuée. Il disposa au signe de ma congénère. Celle-ci planta ses iris sombres dans les miens, et je devinai son intention. Mon prénom prononcé entre ses lèvres sonna en moi comme un glas. Le ton qu'elle avait pris ne me laissait aucun doute quant au sérieux du sujet qu'elle comptait aborder.

- Israe ? dis-je à mon tour, souriant, doigts entrelacés et menton posé sur le dos de mes mains, comme tant de fois avant d'autres.

Un encouragement, une interrogation. Pourtant je pressentais la suite au fond de moi. Après un instant de silence, elle se lança. La lueur dans mon regard mua. Elle faisait allusion à notre dernier entrevu. Celui où elle m'avait confié l'intérêt plus que prononcé qu'elle me portait. Je n'avais su comment réagir sur l'instant, devant le fait accompli, devant tant de franchise. Mes sourcils s'étaient haussés, et pourtant... je n'étais pas si surpris. J'aurais pu la dissuader d'aller plus loin, j'aurais pu prendre de la distance. Au lieu de quoi, je l'avais invitée ici ce soir. Elle continua. Ses mots me traversèrent, laissant une emprunte tout sauf désagréable. Une pulsation plus forte, plus intense que les autres. Elle ne pouvait se contenter d'une simple amitié... Qu'attendait-elle de moi ? Je n'avais pas besoin de me poser la question  ; au fond je connaissais sans doute déjà la réponse. Je gardai le silence jusqu'à la fin, ne la quittant pas un seul instant des yeux. Sa question me prit de court, telle un ultimatum. Ce n'était pourtant pas faute de l'avoir anticipée, de me l'être déjà posée moi-même. Cependant devant le fait accompli, je me retrouvais démuni, car je ne savais tout simplement pas... La tentation de détourner les yeux était grande, mais je n'y cédais pas. Ce serait irrespectueux envers elle, pour qui j'avais une grande estime. Une chose était sûre cependant : elle représentait plus qu'une simple amie à mes yeux. Bien plus...

- Israe...

Voilà que je reproduisais le même schéma qu'elle, cherchant mes mots. Il ne me fallait pas les choisir à la légère. Je ne voulais pas parler de travers. Je me devais d'être sincère. Je ne voulais pas la décevoir.

- Je ne pense pas pouvoir te répondre car... Je l'ignore moi-même...

Depuis quand occupait-elle une place si grande ? Non. Quand l'avais-je laissée occuper une place ? Elle m'avait amusée avec son jeu de séduction, je l'avais laissée approcher par curiosité et aujourd'hui... Elle me tenait. Je l'avais laissée me piéger.  Pourtant... Je n'arrivais plus à lire distinctement dans mon coeur depuis la mort de Sophie. Son souvenir m'empêchait probablement de statuer sur mes sentiments réels.

- Ce dont je suis sûr c'est que tu n'es pas rien. Tu es même...

Le serveur m'interrompit pour déposer une assiette devant chacun de nous deux. Je le remerciai d'un signe de la tête et il s'éclipsa de nouveau. Mes yeux glissèrent de la tarte à Israe. Ma main gauche se rapprocha de la sienne, sans pour autant oser franchir le dernier espace qui les séparait.

- Tu es bien plus importante à mes yeux que je n'aurais pus l'imaginer au début. Je n'arrive pas à déterminer jusqu'où va l'affection que j'ai pour toi.

Il ne m'était pas évident de m'ouvrir ainsi, sans barrière. Le comble pour un homme qui faisait des mots son métier. Mais je me sentais lancé, alors, je dépliai un doigt pour frôler l'un des siens, les yeux concentrés dessus.

- Mais je sais avec certitude qu'elle dépasse le seuil de l'amitié.

J'osai à nouveau confronter son regard. Incapable de deviner ses pensées, je finis par prendre ma cuillère pour entamer mon dessert. Mon coeur se trouvait en eaux troubles. J'espérais que mon discours ne l'avait pas froissée ni déçue... du plus profond de mon coeur.




Ligues & fans clubs

Vampire Sang Pur

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Israe C. Frescobaldi
Vampire Sang Pur
Coeurs : 14 Messages : 60
Couleurs : Darkred & Navy
J'ai traversé le portail depuis le : 30/05/2015 et on me connaît sous le nom de : Judy. Mon nom est : Israe Carolina Frescobaldi. Actuellement je suis : infidèle. Il paraît que je ressemble à : des original arts || IRL : Bella Hadid. et à ce propos, j'aimerais remercier : Hikari Relyse. ♥
Re: « I need you. » (RaphIsrae) | Jeu 07 Avr 2016, 23:37


STAY WITH ME
I am much more me with you.



Seduce my mind and you can have my body.
Find my soul and I'm yours  f o r e v  e r.


Tu ne lui montre aucun signe, tu ne t’emportes pas, tu restes patiente. Tu sais qu’il vaut mieux réfléchir avant d’agir alors tu le laisse terminer ce qu’il a à dire. Tu es d’ailleurs surprise de ne pas être agacée par ses paroles… mais il est vrai que tu as anticipé sa réponse au préalable, ce qui l’empêche de te blesser, toi et ton ego.
-- C’est plus qu’évident. Tu souffles ta réponse comme un murmure.  Sinon tu ne m’aurais pas invité ici. Tu éloignes ta main de la sienne, prétextant vouloir utiliser les ustensiles. Tu aurais pu me demander d’y mettre un terme mais tu ne l’as pas fait.

Tu as raison, il le sait. Tu n’arrives pas à comprendre pourquoi il te résiste autant -sachant que tu as tout pour toi- mais tu ne peux pas le lui montrer, sinon il te prendrait pour une de ces jeunes femmes hautaines et égocentriques. Tu sais qu’il n’est pas comme ça et tu préférerais te jeter d’un pont plutôt que de lui montrer ce côté de ta personnalité. Tu te concentres et contrôle ton pouvoir depuis le début de la soirée mais c’est toujours plus fatiguant que de laisser ton alter-ego diriger tes paroles et tes actes. Tu gardes cette capacité, ou plutôt ce fardeau, comme l’on garde le plus grand secret.

-- Écoute, c’est pas grave, même si tu ne m’as pas répondu… tu marques une pause, clairement. Mais j’ai besoin de savoir si le problème vient de moi.

Raphaël a sous-entendu que tu lui plais  -ou du moins c’est ce que tu as cru comprendre- alors tu aimerais connaître les raisons de sa réticence. Tu n’as pas le don de lire dans les pensées mais tu sens qu’il te cache quelque chose. N’importe quel homme aurait accepté, merde !

-- Visiblement non. Tu plies ta serviette avant de la poser sèchement sur la table. Alors, on s’emporte ?  Tu entends cette voix dans ta tête, encore et encore. Elle te critique mais te rappelle aussi à l’ordre.     Je croyais que t’étais une lady.   Tu étires tes lèvres en un beau sourire. Mais j’ai peut-être une idée pour arranger ça.

Tu as toujours une idée en tête et là, tu décides de jouer carte sur table. Laisse moi te convaincre en une nuit. Cette nuit. Non, tu ne veux pas retenir cet homme par la ceinture, même s’il peut être en train d’y croire. Rien ne nous oblige à aller trop vite mais, d’un autre côté, rien ne nous oblige à faire comme si de rien n’était. Tu peux appeler ça comme tu veux mais tu sais très bien qu’il y a quelque chose entre nous. Une attirance, ou… appelle ça comme tu le souhaites mais tu ne peux pas le nier.

Tu laisses ta main se poser sur la sienne et, très vite, vos doigts sont entremêlés. Tu ne dis plus rien. Son regard se pose sur vos mains, avant de se poser sur toi. Tu lui souris tendrement, tu voudrais que ce moment dure. Les pensées de Raphaël sont maintenant destinées à une seule femme, et c’est toi, Israe.

Monsieur, madame, le serveur interrompt votre contact.
Tu passes tes mains sur les plis -invisibles- de ta robe le temps qu’il donne la note à ton beau. Bientôt vous serez partis de cet endroit, et il n’y aura plus aucune table, ni aucune personne entre vous.

(C) MISS AMAZING.


He left me drowning in pain.
Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Raphaël I. M. Elosiam
Staffien
Coeurs : 68 Messages : 164
Couleurs : Raph s'exprime en mediumseagreen et Spirit réplique en sienna
J'ai traversé le portail depuis le : 18/12/2014 et on me connaît sous le nom de : Etilya. Mon nom est : Raphaël Ilwan Matys Elosiam. Actuellement je suis : veuf et hétéro. Il paraît que je ressemble à : Aoi Kaji de kiniro no corda et à ce propos, j'aimerais remercier : Kingyo pour le vava et Bunny pour la signa ♥
Re: « I need you. » (RaphIsrae) | Ven 08 Avr 2016, 19:37

Elle avait toujours eu cette aura de mystère qui aspirait à une certaine fascination. C'était ça qui avait principalement réveillé mon intérêt. Puis, une chose en entraînant une autre, je m'étais progressivement rapproché d'elle. Je l'avais laissée s'approcher, pensant à l'époque que ça se passerait comme tant d'autres avant : rien. Mes yeux m'avaient bien dupé ; cette femme dégageait bien plus de charme que toutes les autres avant elle qui s'étaient intéressées à moi. Un coup d'oeil plus avisé aurait suffit pour m'en rendre compte tout de suite. Mais il m'arrivait aussi de me tromper sur mon jugement, de faire des erreurs également. Comme maintenant. Du moins c'est ainsi que je le pris au ton qu'elle employa. Je craignais de l'avoir blessée, malgré mes précautions. Elle souligna la stricte vérité ; elle avait raison. Si je n'avais pas eu de l'attirance pour elle, jamais je ne l'aurais invitée ce soir, surtout après le discours de la dernière fois. L'espace entre nos mains s'agrandit. Je fixai un instant l'endroit où la sienne se trouvait juste avant. Oui. J'aurais pu lui demander d'arrêter ses tentatives, j'aurais pu mettre fin à nos rencontres. Mais je ne l'avais pas fait.

Je levai soudainement les yeux, ma cuillère suspendue dans l'air. Un problème ? Non, elle n'en avait aucun, elle n'en avait jamais eu. Ce n'était pas elle qui en avait un. Je le savais ; ça n'avait jamais été la faute des autres. J'ouvris la bouche pour répliquer mais elle me devança. Son ton, sec et tranchant comme une lame, me transperça avec cette évidente conclusion. Je fermai les yeux en prenant une inspiration douloureuse. Je l'avais froissée, sans aucun doute. Je comprenais qu'elle perdit patience. J'affirmais ne pas être insensible à son charme tout en résistant toujours et encore. Paradoxe. J'ouvris à nouveau les paupières lorsqu'elle parla d'arranger ça, en me fixant avec ce sourire magnifique qui m'avait toujours ébranlé. Arranger quoi ? Mon problème ? Elle ne savait même pas de quoi il s'agissait. Je n'en parlais jamais, parce que j'étais plutôt secret et réservé sur ma vie privée, mais aussi -et surtout- parce que c'était trop douloureux, même quinze ans après. C'était ça mon problème.

Je manquai m'étouffer avec le bout de tarte lorsqu'elle entra définitivement dans le vif du sujet. Je lui jetai un regard mitigé. Partagé entre l'appréhension et la tentation. Je sentis sa main sur la mienne. Machinalement, mes yeux glissèrent sur nos doigts que je laissai s'entremêler. Tel un baume, ce simple contact rassurant suffit à chasser, pour un temps au moins, mon malaise. Puis mes iris se perdirent dans les siens et pour une fois, il n'y avait plus qu'elle. Je ne me sentais plus acculé par sa demande. J'ouvris la bouche, mais je fus à nouveau interrompu par le serveur. Nos doigts se quittèrent, nos regards aussi et le charme se dissipa. Le coeur battant, je souris à l'employé en acceptant la note qu'il me tendait. Je sortis mon portefeuille dans la poche intérieure de ma veste pour régler l'addition, par carte. J'en profitai pour glisser quelques drachmes à l'homme, en guise de pourboire. Celui me remercia et s'éclipsa. Nous devions libérer la table prochainement.

- Viens, sortons. Ce sera plus agréable dehors pour continuer.

Je lui présentai mon bras pour la guider jusqu'à l'entrée, où un employé nous rendit nos effets personnels. Nous sortîmes du restaurant, l'un des plus réputés de la capitale. Retrouver l'air frais de la nuit me fit du bien. Je levai les yeux vers la voûte céleste. Je me plaisais à me perdre ainsi parmi les étoiles. Je m'en sentais souvent plus brave, comme si l'énergie qu'elles dégageaient m'imprégnait et me donnait la force d'aller de l'avant.

- Tu as raison. Ma voix grave, tant par nature que par le ton que j'employai, trancha le silence aussi finement que la lame de mon épée. Je plongeai mes iris bleu-vert dans les siens. Je ne nie pas cette attirance. Le problème ne vient pas de toi. C'est moi... Ça l'a toujours été depuis... Je me stoppai. Encore une fois Sophie s'intégrait au schéma. Mais pas autant qu'avant, cette fois-ci. J'ai perdu quelqu'un il y a une quinzaine d'année. C'était ma femme...

Je portai une main sur mon coeur, à l'endroit précis où la lame de son meurtrier m'avait mortellement frappé un an après elle. J'en avais gardé une cicatrice, heureusement peu visible de loin. Ce geste était devenu un tic avec le temps, chaque fois que je repensais à ce jour fatidique.

- Elle est décédée en même temps que mon frère jumeau. Je ne me suis jamais vraiment remis de leur disparition. Mon regard se perdit un instant dans le vague. La douleur demeurait là, dans mon cœur. Cette blessure ne guérirait probablement jamais. J'ai essayé de passer à autre chose. Vraiment.

Mais chaque fois il y avait eu ce déchirement.  Une partie de moi souhaitait tourner la page et aller de l'avant. Vivre à nouveau. Mais une autre me soufflait que je la trahirais en agissant ainsi. Qu'elle reviendrait un jour. Chaque fois que j'avais cherché refuge dans les bras d'une femme, ce conflit avait fait rage dans mon coeur. Jusqu'à me ronger de l'intérieur.

-  C'est ridicule n'est-ce pas ? De vivre dans le souvenir d'une défunte.

Ma voix était lasse, presque brisée. Je m'approchai d'Israe pour réduire à quelques centimètres seulement l'espace qui nous séparait. Mes yeux décrivirent les courbes de son visage, des ses pommettes hautes jusqu'à ses lèvres pulpeuses et bien dessinées. Au cours de ma longue vie, je n'avais pas rencontré l'égale de sa beauté. Je le reconnaissais, à présent, que c’était une femme magnifique et pleine de charme. Je levai une main pour déplacer une mèche de cheveux imaginaire. Je lui offris alors un sourire triste et tendre à la fois.

- Me convaincre cette nuit... Je ne demande qu’à être convaincu qu'on puisse tourner la page, combler ce vide et revivre. Est-ce seulement possible ? Je marquai une pause pour glisser un doigt sous son menton. Peut-être que dans mon cas, je suis incurable... Tu es jeune. Je n'aimerais pas que tu perdes ton temps avec moi, pour être déçue et blessée.

En vérité, je me sentais terriblement responsable de ce qu'il s'était passé seize ans auparavant. Non seulement de leur mort, mais aussi de ma propre résurrection. Méritais-je vraiment d'être heureux alors qu'ils n'avaient pas bénéficié d'une seconde chance comme moi ? Au final, je me punissais en me refusant tout ça. Le seul en cause dans ma souffrance, c’était moi.




Ligues & fans clubs

Vampire Sang Pur

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Israe C. Frescobaldi
Vampire Sang Pur
Coeurs : 14 Messages : 60
Couleurs : Darkred & Navy
J'ai traversé le portail depuis le : 30/05/2015 et on me connaît sous le nom de : Judy. Mon nom est : Israe Carolina Frescobaldi. Actuellement je suis : infidèle. Il paraît que je ressemble à : des original arts || IRL : Bella Hadid. et à ce propos, j'aimerais remercier : Hikari Relyse. ♥
Re: « I need you. » (RaphIsrae) | Jeu 14 Avr 2016, 15:00


STAY WITH ME
I am much more me with you.



Seduce my mind and you can have my body.
Find my soul and I'm yours  f o r e v  e r.


J'ai perdu quelqu'un il y a une quinzaine d'année. C'était ma femme…
Tu arrêtes d’avancer à ce moment-là. Tu es étonnée par cette révélation et c’est normal. Tu as vécu le plus gros de ta vie en Italie, pas à Skyworld. Ici c’est normal de voir des gens se transformer en animaux au milieu de la rue, de voir des anges et des démons voler au dessus de ta tête. Cela t’as pris du temps et des efforts conséquents, mais tu as réussi à t’y faire. Si tu as pu passer ce cap, alors tu peux fournir quelques efforts en plus pour ne pas paraître trop choquée, ni juger ton interlocuteur.

C'est ridicule n'est-ce pas ? De vivre dans le souvenir d'une défunte.
Tu aimerais lui dire que tu comprends mais ce serait de l’hypocrisie pure. Tu ne comprends pas ce qu’il a vécu et tu espères que ça n’arrivera jamais ; mais tu peux imaginer sa souffrance. Tu donnerais tout pour les membres de ta famille et ça te tuerait. Les paroles de Raphaël te rappellent qu’un malheur arrive très vite et, sur le moment, tu ne sais pas ce qui est pire : perdre sa famille ou vivre constamment dans la peur de les perdre. Lui, il a perdu sa femme et son frère. Toi, tu es terrifiée à l’idée de perdre les tiens, en particulier ceux qui sont membres de la mafia.    Mais ça encore, c’est incomparable.

Jeune... ? Jeune ?! Tu plonges ton regard dans le sien. Je suis une vampire. Tu crois vraiment que ça compte ? J’ai des centaines d’années  à vivre. Et puis je ne perds pas mon temps en étant avec toi, au contraire… tu t’arrêtes un instant, puis chuchote : Tu rends l’attente plus agréable. Il ne sait peut-être pas de quoi tu parles mais c’est pour son bien : si tu lui caches des choses, c’est uniquement pour le protéger.

Ca ne me fait pas plaisir de te voir comme ça. Tu serres ses mains dans les tiennes, comme pour le rassurer. Tu l’aurais pris dans tes bras si tu n’avais pas peur qu’il te rejette encore une fois. Tu ne peux pas rester seul toute ta vie. Il ne l’a pas dit mais tu sens qu’il vit mal cette situation. En même temps, qui éprouverait du plaisir à vivre ce qu’il a vécu ? Ce qui s’est passé est terrible mais il a le droit de passer à autre chose, il a le droit d’être heureux. Tu ne peux pas le lui dire de façon explicite mais tu essayes quand même de faire passer le message : crois moi, je peux te rendre heureux.

Je ne vais pas te mentir, je n’ai jamais eu de déceptions amoureuses, en même temps c’est toi qui brise les coeurs, mais je sais que tu peux tourner la page. Tu m’as demandé si c’est possible : oui, ça l’est. Tu vas pas lâcher l’affaire, hein, Carolina ? Donne nous une chance, Raphael. Pour moi… mais pour toi aussi. Une chance ou un soir, chérie ?

(C) MISS AMAZING.


He left me drowning in pain.
Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Raphaël I. M. Elosiam
Staffien
Coeurs : 68 Messages : 164
Couleurs : Raph s'exprime en mediumseagreen et Spirit réplique en sienna
J'ai traversé le portail depuis le : 18/12/2014 et on me connaît sous le nom de : Etilya. Mon nom est : Raphaël Ilwan Matys Elosiam. Actuellement je suis : veuf et hétéro. Il paraît que je ressemble à : Aoi Kaji de kiniro no corda et à ce propos, j'aimerais remercier : Kingyo pour le vava et Bunny pour la signa ♥
Re: « I need you. » (RaphIsrae) | Dim 17 Avr 2016, 00:12

Elle était belle et fière, elle était jeune et charmante. Bien sûr, chez nous autres vampires l’âge ne signifiait pas grand chose, ce qu’elle s’empressa de me faire remarquer. Je n’étais pas surpris par sa réplique, je m’y attendais presque en un sens. Après tout, mon argument n’avait aucun fondement. Sophie était à peine plus âgée qu’Israe lorsque nous nous étions rencontrés. J’en avais pourtant conscience, mais… Sans doute essayais-je de soulager ma conscience. J’étais sans doute trop consciencieux pour tout. Ma soeur Alicia me répétait souvent que je devrais arrêter de toujours prendre la faute sur moi. Mon regard ne quittait pas Israe. Comme si la rupture de ce contact visuel sonnerait la fin de cet instant partagé. Elle était en quelque sorte un point d’ancrage. Je ne m’étais pas aperçu ces derniers temps de l’importance qu’elle avait prise.

- Et puis je ne perds pas mon temps en étant avec toi, au contraire…

Cette phrase me procura un profond soulagement, comme si je l’attendais pour pouvoir me convaincre. Ma main quitta son visage pour reprendre place le long de mon corps. L’esquisse d’un sourire naquit sur le coin de mes lèvres. J’étais peut-être de ceux qui avaient besoin de se l’entendre dire, qu’ils comptaient, que leur compagnie était agréable. De sa bouche, ce n’en était que plus puissant. Mes yeux gagnèrent en tendresse à mesure qu’elle parlait.

- Tu rends l’attente plus agréable.

Cet aveu énigmatique m’arracha un très léger froncement de sourcil, un plis fin sur mon front. Que voulait-elle par “attente” ? Il s’agissait sans doute de l’un de ses secrets, ceux qu’elle ne souhaitait pas partager. Je le savais et l’acceptais. Cela nourrissait cette part de mystère en elle qui avait tant attisé mon intérêt. Mais ses mots encore une fois détournèrent mon attention. Agréable. Il raisonnait tel l’écho de sa tendresse. Et la suite de son discours me toucha plus encore. Une profonde inspiration, puis une expiration difficile. Mon regard coula sur ses mains qui serraient les miennes. Comme une invitation, mes doigts se refermèrent sur les siens. Un contact rassurant, apaisant, qui chassa une part des tourments qui agitaient mon coeur.

- Tu ne peux pas rester seul toute ta vie.

Je le savais pertinemment au fond de moi. On ne cessait de me le répéter. Ma soeur aînée, mes parents, mes rares amis… Les êtres humains n’étaient pas faits pour vivre en solitaires. Et même si nous n’étions pas vraiment des humains, nous fonctionnions tous de la même manière. Mais si seulement il suffisait de le dire pour arriver à passer le cap ! Mes yeux fixèrent encore un long moment nos mains avant de revenir se plonger dans les prunelles de la sang-pur. Ma respiration était légèrement plus rapide, signe extérieur indéniable de l’effet que ses mots produisaient sur moi. Je pouvais lire dans son regard ce message implicite qu’elle tentait de faire passer. Un aveu, une certitude ou un souhait… peut-être les trois à la fois. J’humectai mes lèvres mais la laissai continuer. Ses promesses tant sous-entendues qu’exprimées étaient séduisantes. Je voulais la croire. J’avais envie de la croire. Mon regard gagna en intensité tandis qu’elle terminait.

- Donne nous une chance, Raphael. Pour moi… mais pour toi aussi.

Ce fut le coup de grâce pour mes défenses intérieures. J’entrouvris la bouche mais fut incapable de sortir un son sur l’instant. Je fermai un instant les yeux, laissant coulant l’écho de ses mots jusque dans mon coeur. Une chance… Quand je les rouvris, je les posai sur ses mains fines que je pris entre les miennes et les portai jusqu’à mes lèvres pour y déposer un baiser.

- D’accord, murmurai-je dans un souffle.

Ceci sonnait la fin de ma résistance. Je cédais finalement après ce dernier assaut de sincérité. Je ne savais pas où ceci nous mènerait ni de quoi serait fait le lendemain… mais peut-être était-ce justement ce que nous cherchions. Un sourire illumina mes traits. Je lâchai ses mains pour prendre son visage.

- Je ne peux pas nous priver de cette chance. J’ai envie de te croire, Israe. J’ai envie… d’y arriver. De passer à autre chose, avec toi, sans regret…

Mon pouce droit vint décrire un arc de cercle sur sa joue. Je soulignai de mon regard chaque courbe de son visage, son front volontaire, son nez fin, ses yeux délicatement dessiné, ses lèvres pulpeuses envoûtantes. Nous étions à présent si proches l’un de l’autre que je sentais nos souffles se mêler. Je pouvais presque voir mon reflet dans les iris brillants de ma congénère.

- J’ai juste peur de te blesser. Tu ne le mériterais pas… Israe.

Je sortis son prénom dans un souffle. Pourtant malgré mes craintes clairement exposées, je savais que je ne reviendrais pas sur ma décision, à moins qu’elle n’en formulât le voeux. Elle m’avait approché depuis le début dans un but précis, et je l’avais laissée faire. Elle m’avait captivé, capturé, j’avais lutté, mais quelle douce acceptation à présent…

- Je ne te fais aucune promesse mais… Quoiqu’il advienne… Je te fais confiance. J’en ai besoin…

Ma voix n’était plus qu’un murmure, destiné à elle seule. Mon coeur y fit écho, révélant depuis mon subconscient la vérité. J’ai besoin de toi. Alors, je répondis à cet appel silencieux. D’une légère inclinaison, je réduisis à néant l’espace qui nous séparait, et déposai mes lèvres sur les siennes.




Ligues & fans clubs

Vampire Sang Pur

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Israe C. Frescobaldi
Vampire Sang Pur
Coeurs : 14 Messages : 60
Couleurs : Darkred & Navy
J'ai traversé le portail depuis le : 30/05/2015 et on me connaît sous le nom de : Judy. Mon nom est : Israe Carolina Frescobaldi. Actuellement je suis : infidèle. Il paraît que je ressemble à : des original arts || IRL : Bella Hadid. et à ce propos, j'aimerais remercier : Hikari Relyse. ♥
Re: « I need you. » (RaphIsrae) | Lun 24 Oct 2016, 19:01


J’ai juste peur de te blesser.
Je le sais et je te comprends. Tu aimerais lui dire que tu ne le comprends que trop bien mais tu refuses de le faire. Ce serait lui expliquer ta situation, tes problèmes. Lui dire qu’il y a Israe, la mauvaise fille, la pourrie gâtée à son papa, la populaire qui s’amuse à briser des coeurs… Mais pas seulement. Tu aimerais lui dire que Carolina tient à lui, qu’elle est toi, en plus douce, plus sincère, moins égocentrique et plus attentionnée. Mais je ne peux pas lui raconter tout ça. Donc tu l’écoutes, silencieuse.

Je ne te fais aucune promesse mais… Quoi qu’il advienne… Je te fais confiance. J’en ai besoin.
Il se penche et pose ses lèvres sur les tiennes. Tu prends une seconde pour réaliser qu’il a enfin cédé à tes avances. Tu enroules tes bras autour de son cou et fait durer le baiser encore plus longtemps. Sans t’en rendre compte, tu souris contre ses lèvres avant de rompre ce moment. Crois moi, tu n’es pas prêt de regretter ton choix. Tu le sais donc tu le lui dis. Tu sais Raphaël, avec moi tu vas devoir t’attendre à beaucoup de… tu fais mine de réfléchir, prenant sa main dans la tienne. De rigolades ? Est-ce que ça se dit ? Oh. Tant pis !

Je ne le dirai pas si je n’en étais pas certaine mais quand je m’ouvre aux autres, je suis vraiment de bonne compagnie. Ah et je suis souvent sarcastique, mais rien de bien méchant. Tu attends sa réaction puis tu te mets à rigoler. Il est mignon et t’en profites. C’est limite si tu te retiens de l’embrasser une nouvelle fois.  Tu t’y habitueras, n’est-ce pas ? Tu ne lui laisseras pas le choix de toute façon.

Bien sûr, tu n’es pas débile et lui non plus. Quand tu lui parles de ces détails là, même s’ils ont l’air anodins, tu lui fais comprendre que tu veux plus qu’une simple journée, nuit ou semaine avec lui. Tu parles de long-terme et même si tu ne veux pas être la rabat-joie qui prévoit tout dès le premier rendez-vous galant, tu lui fais comprendre que demain matin, cette « entente » entre vous sera toujours valable et qu’elle n’aura pas expiré au bout d’une soirée. Je suis vraiment contente et c'est bien qu’on ait mit tout ça au clair, mais... il se fait tard et… Si je dois appeler mon chauffeur pour qu’il vienne me chercher, je dois le faire maintenant. Tu le dis d’une façon très douce, faussement naïve. Tu ne peux pas t’inviter chez lui car c’est impoli, tu ne peux pas l’inviter chez toi car tu auras l’air d’une fille facile, mais pourtant tu ne veux pas le quitter.  Tu comprends, j'ai très envie qu'on reste ensemble mais... Alors tu lui donnes l’occasion de te retenir plus longtemps et tu attends impatiemment sa réponse, priant les dieux pour qu’il insiste à te ramener chez lui.


He left me drowning in pain.
Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Raphaël I. M. Elosiam
Staffien
Coeurs : 68 Messages : 164
Couleurs : Raph s'exprime en mediumseagreen et Spirit réplique en sienna
J'ai traversé le portail depuis le : 18/12/2014 et on me connaît sous le nom de : Etilya. Mon nom est : Raphaël Ilwan Matys Elosiam. Actuellement je suis : veuf et hétéro. Il paraît que je ressemble à : Aoi Kaji de kiniro no corda et à ce propos, j'aimerais remercier : Kingyo pour le vava et Bunny pour la signa ♥
Re: « I need you. » (RaphIsrae) | Dim 26 Fév 2017, 23:15

Ce fut un instant fugace, aussi court qu’un soupir, pourtant il fut d’une puissance astronomique. Israe contre moi, ses bras autour de mon cou, j’étais en proie à des sensations trop longtemps oubliées. Il y avait une part de moi qui l’appréciait, tandis qu’une autre le redoutait. Parce qu’une part de moi craignait toujours de passer à autre chose, pour une mystérieuse raison. N’importe quel proche de mon entourage m’aurait répété que c’était stupide, que j’avais le droit de nourrir une nouvelle relation. Et au fond je le savais très bien.

Ce fut Israe qui rompit le baiser. Je pouvais deviner, aux étoiles qui brillaient dans ses yeux gris sombre, qu’elle était enchantée. Le sourire qui illumina ses traits acheva de m’en convaincre. Je sentis ses doigts se glisser dans ma paume ; je refermai ma main sur la sienne tandis qu’elle me fit rire par une réplique.

- ça tombe bien, répondis-je en souriant, j’ai un très bon sens de l’humour.

Je l’écoutai me peindre son portrait, révélant son caractère sous-jacent qui se cachait derrière cette façade de bienséance, enseignée par son éducation. Je me doutais bien qu’elle était de bonne compagnie ; je n’étais pas du genre à fréquenter des gens, en particulier des femmes, qui se révélaient être désagréable sur le long terme. Je secouai la tête en l’entendant parler de sarcasme, amusé. Etait-ce un test pour sonder ma position ? J’en doutais ; elle s’ouvrait réellement. Mon assentiment semblait avoir ouvert une porte sur une nouvelle Israe. Plus lumineuse, plus joyeuse, plus vivante aussi, peut-être. Elle me semblait heureuse, un semblant de bonheur acquis par un simple oui.

- Ai-je vraiment le choix ? répliquai-je avec taquinerie, devinant, vu son caractère, qu’elle y pensait. Puis je m’empressai d’ajouter : Ne t’inquiète pas Israe ; personne n’est pas parfait -même moi- (je lui fis un clin d’oeil). Je te prends comme tu es, avec tes qualités et tes défauts.

Je l’avais pris sur le ton de la plaisanterie, toutefois j’avais su lire entre les lignes. Quand on parlait de s’habituer au caractère de quelqu’un, ce n’était pas anodin. Le long-terme était largement sous-entendu, je l’avais bien compris. J’espérai qu’elle ne serait pas déçue ; ces dernières années, mes relations à long terme n’étaient pas bien stables. Je ne voulais pas la blesser, comme je le lui avais dit plus tôt. Je préférerais même souffrir à sa place. Mais… qui ne tente rien n’a rien, n’est-ce pas ? Je ne pouvais pas savoir si ça marcherait si je n’essayais pas.

Le ton d’Israe changea légèrement sur la suite. Plus doux, plus bas, peut-être avec une candeur feinte. Je compris immédiatement le but de sa manoeuvre ; la bienséance lui dictait une fois de plus ses actes, exactement comme moi. Mais je savais ce qu’elle voulait réellement, derrière cette déclaration en apparence innocente. Et je me laissai guider par ses mots, tel un parfum enchanteur qui guidait les proies vers une fin certaine. Sauf qu’en ce qui me concernait je n’y laisserais rien. Je mordis définitivement à l’hameçon à sa dernière phrase.

- Mais quoi ? Il n’y a pas de mais qui tienne. Ce n’est pas une heure décente pour rentrer chez toi. En tout bon gentilhomme que je suis, il me paraît normal de te recueillir dans ma demeure pour la nuit.

Mon regard pétillant témoignait de la subtilité de la manoeuvre. J’avais parfaitement compris son raisonnement et ce qui la motivait. A dire vrai, je n’avais pas plus envie qu’elle de nous séparer. J’avais peu de doute sur ses intentions réelles. D’ordinaire, avec une autre femme, j’aurais esquivé. Mais Israe n’était pas n’importe qui, et pour une fois je ressentais vraiment l’envie de tenter une nouvelle aventure.

- Je suis venu en voiture, garée juste à côté. (je pris un ton plus soutenu) Permettez-moi, ma Dame, de vous guider.

Je lui tendis mon bras pour qu’elle pût s’y accrocher, comme cela se faisait souvent au dix-neuvième, l’époque où j’avais passé mon enfance. Nous fûmes rapidement arrivés au parking, à peine une minute de marche nous séparait de ma voiture. Je l’ouvris à distance avec la clé wifi, puis je me positionnai côté passager pour lui ouvrir la portière.

- Votre carrosse est avancé, Princesse, dis-je en souriant.

J’ignorais si elle appréciait ce genre d’humour. Mais, comme en écho à sa propre déclaration un peu plus tôt, il lui faudrait s’y habituer.




Ligues & fans clubs

 
« I need you. » (RaphIsrae)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Castle of Heart-
Sauter vers: