Beaucoup de choses tuent. Pas le ridicule. [Pv : Nayla~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon



Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
avatar
Wolfgang U. D. Enderstar
« Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon »



Coeurs : 74 Messages : 114
Couleurs : Wolfgang tente de parler en #BF3030 et Ghost l'encourage par télépathie en #9683EC
J'ai traversé le portail depuis le : 26/04/2015 et on me connaît sous le nom de : Kiri Mon nom est : Wolfgang Uriel Demyx Enderstar. Il paraît que je ressemble à : Vincent Valentine de FF VII et à ce propos, j'aimerais remercier : Tiaaaa et Soraaa ♥
MessageSujet: Beaucoup de choses tuent. Pas le ridicule. [Pv : Nayla~]   3rd Avril 2016, 20:33

Beaucoup de choses tuent. Pas le ridicule.

Nayla & Wolfgang

Il y a de ça quelques jours, lorsque Wolfgang c'était réveillé tout seul sur une plage, enfin, à l'abri un peu mais tout de même. Faut avouer que pendant un instant le pauvre homme c'était alors demandé s'il n'avait pas tout simplement prit une cuite ? Ce n'est pas son genre, il ne boit que rarement, surtout pour s'amuser, parce qu'on a en plus tout simplement du mal à l'imaginer s'amuser. Mais pourquoi pas. Mais non. Pourtant, contrairement à ce genre de moment, il n'avait pas mal à la tête, ni ce mauvais gout en bouche qui donnerait volontiers envie de vomir un peu et d'extirper le plus d'alcool possible en dehors de notre corps tout en promettant de ne plus jamais en boire tellement c'est ignoble. Mais non. Rien de tout ça, au contraire, le jeune homme semblait même reposé, presque bien. Sa gorge était simplement noué, comme souvent au réveil, et démontrant en fait cet état de faim qui soudainement le prenait. Mais rien à signaler. Alors il fichait quoi à dormir ici ? Il n'avait pas fait le trajet pour faire un camping, c'est chiant le camping pourquoi il l'aurait fait ? Et surtout, ces affaires ici et là, ce n'était pas à lui, alors quoi. Il avait noyé le propriétaire pour se mettre dans son camp de fortune et dormir ? Il avait beau trouver ça logique, une part de lui-même était intimement convaincu que ce n'était pas ça. Alors. Il est resté là, comme ça, à fixer bêtement le reste de feu maintenant éteint devant lui, l'odeur d'un repas qui a été cuit désormais froid. Et cette couverture qui se trouvait maintenant sur ses jambes. Serrant les points, c'est avec un tilt tellement soudain qu'il percuta le pourquoi du comment, allant presque jusqu'à provoquer un sursaut dans son corps. Ah oui. Il était malade. Et avait fuit. Machinalement, son regard glissa sur son bras pour se mettre à chercher toute trace d'aiguille, mais il n'y en avait plus, même l'endroit piqué la veille et malmené après cette dernière arrachée, il n'en restait plus rien. Ouf. Soulagement.

C'est en finissant par se lever péniblement, la flemme quand tu nous tient, qu'il déplia alors ses membres un peu endolori à force d'être resté ainsi sur le sol dans une unique position. Il se disait qu'il ne c'était pas endormi comme ça par terre, l'oreiller lui avait semblé plus confortable dans ses souvenirs... Peut-être était-ce parce qu'il avait utilisé Nayla en tant que tel. Mais cela lui était parut soudainement très clair dans son esprit. Il s'était endormi sur ses genou.. Hm tient il se poserait bien devant la console. En espérant qu'il ne change pas d’avis entre temps.

Combien de temps c'était écoulé ? Quelques semaines certainement. A moins que ce ne soit que deux. Ah et puis il suffit de regarder sur un calendrier. Heureusement que cette merveilleuse machine que l'on nomme portable était équipé de ce genre de chose. Ah ouais deux semaines. Déjà ? Qu'avait-il fait de son temps ? Pas grand chose. Il était retourné travailler. Il était temps de le faire sérieusement.  Et. Ah oui il avait revu son frère, était-ce un détail important ? Quand même oui. Ça donnait un peu de mouvement à sa vie. Et quand ce n'était pas son cadet qui lui occupait le peu de pensées claires qu'il pouvait avoir c'était la jeune femme aux cheveux blancs qui le faisait. Il ne l'avait pas revu depuis. Pas un mot rien. C'était carrément le genre de comportement irrespectueux dont le démon se fichait royalement. Mais la. Ça traînait. Du coup il était sorti pour voir son affilié. Une simple connexion mentale suffisait pour le faire venir jusqu'à son lié. Accueillant cet homme si morne avec sa bonne humeur habituelle.

Un revenant ! Heureusement qu'on est lié et que je sais que tu n'es pas mort. Je me serais posé des questions sinon.



Affirma le massif du étrange animal en se posant juste à côté de l'ange déchu, offrant alors à ce dernier un mouvement de cheveux digne des pubs débiles L’Oréal. Ahem. Devant le silence de ce dernier. La créature roula des yeux avant de se mettre à sa hauteur.

Bon alors je suppose que tu voulais me demander quelque chose. Je t'écoute.



Et le silence tomba. Mais il le connaissait bien et était patient. C'est donc au bout de plusieurs minutes -oui oui des minutes- qu'il ouvrit la bouche.

Et si j'allais au Japon ?


... je suis prêt à te parier ce que tu veux que ce n'était pas ça que tu voulais me dire.



Non en effet.

Enfin bon. Tu fait comme tu veux Wolfgang. Tant que tu ne fais pas n'importe quoi pourquoi ne pas te faire accompagner ?


Pourquoi.


Ne pose pas de question. Tient. Vas qu'à demander à ta grande amie Nayla.


Ah.


Ouais. Et tant qu'à faire trouve lui quelque chose pour la remercier. Un cadeau par exemple creuse toi la tête pour une fois.



Il avait deviner. La sale bête. Le regardant dépité. Wolfgang soupira avant de retourner en ville. Et réfléchir. Autant épargner le nombre de fois qu'il avait fait demi-tour dans la rue à force de changer d'avis et simplement parler du moment où il se dirigeait vers le lac le lendemain matin avec la petite boîte. Aujourd'hui le dire il se sentait pas malin. Enfin encore moins que d’habitude. Planté devant l'étendu d'eau en soupirant, son affilié un peu moqueur mais satisfait se chargea de trouver la demoiselle qu'il avait l'habitude de voir rôder dans le lac ou encore autours. Laissant alors le pauvre homme fixer l'eau d'un air absent. Il ne daigna relever les yeux que lorsque Nayla fût dans son champ de vision.

… Salut.



Wah. Quel accueil. On pourrait presque dire qu'il avait fait un effort, non ? Pas trop nom. Difficile à dire. Mais ce n'est pas parce que monsieur était doté cette fois-ci de bonnes intentions qu'il était doué pour les amener au contraire. Puisqu'il fixa alors paquet. La jeune femme. Puis le paquet. Puis re la jeune femme avant de lui tendre.

C'est. À toi. Enfin. Pour toi.



Il aurait envie de rajouter c'est pas grand chose, c'est rien du tout. Mais il n'a rien dit. Il le tendait de façon maladroite, pour ne pas dire que cette façon de lui tendre les deux mains tendus donnait l'impression qu'il allait lui donner une tarte en fait. Pourtant même pas, il s'agit d'un pendentif... En argent. Représentant un Kirin. Autant vous dire qu'il vait mit du temps à se décider -et qu'heureusement le vendeur était bien patient pour essayer de comprendre ce qu'il voulait.-

DEV NERD GIRL






Enderstar FTW:
 

Cbô:
 

Modératrice



Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
avatar
Nayla
« Modératrice »



Coeurs : 104 Messages : 429
Couleurs : #00CCCB
J'ai traversé le portail depuis le : 16/07/2013 et on me connaît sous le nom de : Shama/Etilya. Mon nom est : Nayla. Actuellement je suis : désintéressée. Il paraît que je ressemble à : création d'omocha-san/weiss schnee de RWTB et à ce propos, j'aimerais remercier : TIA, CEY LA MEILEURE ♥♥♥.
MessageSujet: Re: Beaucoup de choses tuent. Pas le ridicule. [Pv : Nayla~]   25th Avril 2016, 19:05

Une brise fraîche et douce vint caresser la peau de Nayla. Elle ferma les yeux et se laissa porter par le chant du vent. Debout au bord du lac, elle revenait d’une mission éreintante et elle devait se reposer. Les humains lui causaient de plus en plus de problèmes, ils détruisaient de plus en plus la propriété de Poséidon, et de plus en plus de créatures rares disparaissaient. C’était préoccupant, d’autant plus qu’elle ne retrouvait pas leur trace. Mais elle avait livré un lourd combat la veille, elle avait passé des heures à soigner ses blessures immergée dans le lac. Puis elle avait dormi toute la nuit, incapable de bouger. A présent elle devait se ménager. Son regard glissa sur le reflet de son image, sur la surface lisse du lac. Une femme d’apparence jeune lui rendit son regard, bleu comme la plus pure des mers, le blanc de ses cheveux et de sa tenue tranchant avec le ciel. Certains de ses protégés sur l’Atlantide la surnommait la Dame Blanche. C’était curieux ces surnoms. Enfin, on l’avait déjà comparé à une déesse. Wolfgang… Pour la énième fois depuis quelques semaines, ses pensées se tournèrent vers le démon. Cela faisait un moment qu’elle l’avait laissé sur la plage de la mer de nuages, endormi. Elle se demandait s’il avait récupéré depuis, s’il allait bien… Elle n’avait plus eu de ses nouvelles. Il faut dire qu’elle s’était arrangée pour s’occuper, ou pour s’isoler. De nombreuses questions sans réponse la tourmentaient et elle avait besoin de réfléchir pour résoudre ces mystères. Elle soupira en secouant la tête. C’était bien le moment de s’encombrer l’esprit avec toutes ces futilités…

Nayla s’assit en position seisa -sur les genoux- et entreprit de coiffer sa chevelure immaculée. Elle commença par les peigner avec ses doigts, puis glissa des épingles à cheveux une à une pour dresser une coiffure complexe. Seules deux petites mèches, trop courtes, restèrent de part et d’autre de son visage. Entonnant un air ancien, elle poursuivit sa tâche calmement. Se coiffer lui permettait de faire le vide dans son esprit, tout comme chanter. Lorsqu’elle eut terminé, elle baissa les bras et se tut, laissant le silence s’installer progressivement. Les yeux fermés, elle se laissa bercer un instant par les sons naturels. Le chant des oiseaux, le clipotis de l’eau percée par un poisson, le plongeon d’un martin-pêcheur, le claquement des ailes d’un rapace… un rapace ? Non, c’était bien plus gros et son odeur n’y ressemblait pas. Elle rouvrit les yeux et les posa sur la créature qui venait de se poser non loin.

« … Ghost ? Bonjour. »

En fait, elle n’était pas surprise de voir l’affilié de Wolfgang traîner ici. C’était même un habitué. Cependant, s’il se saluait juste rapidement, sans rien échanger d’autres, aujourd’hui il semblait avoir une raison bien particulière quant à sa présence ici. Elle se releva et se tourna vers lui, attendant qu’il expliquât sa venue ici. Sa réponse ne la surprit pas. Wolfgang la cherchait… Étrangement, cette idée l’ennuyait autant qu’elle l’appréciait. Comme si elle appréhendait de le revoir, alors même qu’elle se questionnait sur sa santé. Ce devait être la fatigue et les émotions de la veille. Elle acquiesça en guise de réponse et suivit l’oiseau jusqu’à son lié. Elle trouva ce dernier à fixer la surface de l’eau en silence, le regard vide. Mais en la voyant, il la regarda dans les yeux avant de la saluer.

« … Bonjour Wolfgang. Ghost m’a dit que tu me cherchais ? »

Elle aurait pu lui demander s’il allait bien depuis la dernière fois, mais son sens de l’observation lui suffisait pour ça. Elle pouvait très bien voir qu’il s’était remis de sa mauvaise grippe. Curieusement, elle en fut plus soulager qu’elle n’aurait pu le soupçonner. Ils ne se connaissaient que depuis peu, et pourtant le démon semblait avoir pris presque autant d’importance qu’Arwenn, ou même qu’Allen, pour Nayla. Un silence embarrassant s’installa entre les deux, du genre qui mériterait un bon face palm. Nayla, aussi bavarde que d’habitude, et Wolfgang indécis comme toujours, dont le regard passait de ce qu’il tenait dans les mains à la kirin, et inversement. Elle haussa les sourcils au bout d’un certain temps. Par hasard, ce fut juste après qu’il lui tendit l’objet emballé. Stupéfaite, elle fixa la paume du démon en clignant des yeux. Elle ouvrit la bouche, mais ne trouva pas tout de suite quoi dire, alors elle fixa le démon dans les yeux.

« Pour moi ? C’est… c’est gentil, mais… Je n’ai rien en échange… »

Le destin semblait vouloir la forcer à se sentir toujours redevable envers lui. Comme s’il refusait qu’elle payât sa dette une bonne fois pour toute. En plus, elle lui avait sauvé la vie qu’une fois -enfin, elle l’avait plus soigné qu’autre chose, puisque ses jours n’étaient pas en danger- tandis que lui l’avait réellement fait deux fois. Au final, sa dette de sang n’était toujours pas payé. En plus, il l’avait aidé à exécuter son bourreau… Elle tendit une main hésitante vers le petit paquet, puis le prit délicatement.

« Merci… »

Elle commença alors à le défaire. Précisons que Nayla était plutôt d’un naturel soigneux et appliqué. Aussi prit-elle tout son temps pour retirer l’emballage. Oui, il valait mieux s’armer de patience lorsqu’on lui offrait quelque chose. Lorsqu’elle eut dévoilé la petite boîte à l’intérieur du papier cadeau, elle l’ouvrit. Et resta un instant coite devant son contenu. Elle la bouche mais sur le moment aucun son n’en sortit. Au centre reposait un magnifique pendentif en argent, représentant un kirin aquatique, dont aucun détail n’avait été négligé. Il s’accompagnait d’une chaîne en argent finement travaillée. Machinalement, elle sortit le bijou de son écrin pour le contempler.

« C’est… c’est magnifique… »

Son geste la touchait énormément. D’autant plus que peu de gens connaissaient l’existence des kirins, donc les représenter sur des bijoux ne se faisait guère, d’ordinaire. Cela signifiait donc qu’il avait dû avoir du mal à en trouver un, voire à en faire fabriquer. ça démontrait une grande attention envers elle, et… elle ne savait comment y répondre, comment réagir. Son coeur s’emballa légèrement face à ce présent, et elle dut attendre que ses émotions se tassent pour retrouver l’usage de la parole.

« Merci beaucoup… Mais, en quel honneur ? Ce n’est pas mon anniversaire pourtant… Et puis, je n’ai rien pour toi… »

Si elle avait su, peut-être aurait-elle eu le temps… Mais, en fait, depuis quand songeait-elle à ça ? Même Allen recevait rarement quelque chose de sa part. Enfin, à présent elle se retrouvait avec un collier dans la main. La moindre des choses serait de le mettre, n’est-ce pas ? Ses doigts jouèrent donc avec le fermoir de la chaîne. Lorsqu’elle eut réussi à l’ouvrir, elle passa la chaîne autour de son cou pour l’attacher. Sauf qu’elle n’avait pas l’habitude de mettre un collier -bon OK c’était le premier depuis des lustres- donc ce n’était pas si simple...




merci Arwy ♥
Nayllen:
 

White Rose:
 

cey trop beau:
 
Ligues & fan clubs

Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon



Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
avatar
Wolfgang U. D. Enderstar
« Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon »



Coeurs : 74 Messages : 114
Couleurs : Wolfgang tente de parler en #BF3030 et Ghost l'encourage par télépathie en #9683EC
J'ai traversé le portail depuis le : 26/04/2015 et on me connaît sous le nom de : Kiri Mon nom est : Wolfgang Uriel Demyx Enderstar. Il paraît que je ressemble à : Vincent Valentine de FF VII et à ce propos, j'aimerais remercier : Tiaaaa et Soraaa ♥
MessageSujet: Re: Beaucoup de choses tuent. Pas le ridicule. [Pv : Nayla~]   5th Mai 2016, 19:25

Beaucoup de choses tuent. Pas le ridicule.

Nayla & Wolfgang

Il avait un peu l'air ridicule là non ? En tout cas il se le disait, au moins ça va, pour une fois il ne semblait pas trop décalé par rapport à la réalité. Pourtant il était là, planté à attendre que Nayla revienne. Fixant son paquet comme un demeuré. En même temps, pourquoi il lui donnait ça. Autant l'avouer, Wolfgang fait rarement des cadeaux, pour ne pas dire jamais, il n'y pense jamais, ou ne ressent pas assez d'affection pour les gens pour vouloir leur faire plaisir. Quant aux cadeaux pour remercier, faut avouer qu'il y avait plus redevable dans la vie que l'ange déchu, pour lui tout est un peu normal, c'est d'ailleurs pour ça qu'il ne comprenait pas cette manie qu'avait Nayla à vouloir payer une dette envers lui. Dans sa tête, il se disait qu'il n'avait rien fait, que leur premier rencontre était le fruit d'un hasard en somme...Et bon, il l'avait aidé après, mais c'est qu'il en avait envie alors ça ne compte pas ? Ouais on va dire ça comme ça, pas sûr qu'elle le comprenne de la même façon. Et il était là pour lui demander quelque chose voilà ! C'est tout ! Bon lui offrir un truc. Mais c'est un détail, c'est pas du tout comme s'il avait emmerdé littéralement bon nombres d’employer dans les boutiques pour trouver ce qu'il voulait, en même temps quand Wolfgang avait quelque chose en tête c'était un peu difficile de lui faire lâcher prise, c'est qu'il était têtu. En espérant qu'il ait visé juste quand même. Ah la voilà.

La jeune femme était apparut, telle une illusion sortant du lac, comme un fantôme, un esprit bienveillant et lumineux. Les reflets du soleil sur l'eau mélangé avec la couleur clair naturelle de la jeune femme obligeait presque notre ténébreux de service à plisser les yeux devant ce spectacle. Avant de s'habituer, et se retrouver à la regarder bêtement, avec un silence des plus gênant après des brèves salutations dignes de leurs caractères respectifs. Wouah. La bonne ambiance. Tu parles d'un looser, il était venu la voir pour quelque chose et voilà qu'il se retrouvait bêtement à la regarder avec un silence gênant. Mais bon, heureusement qu'il c'était rapidement reprit pour lui tendre de la façon certainement la plus nulle au monde le cadeau. Il manquait plus qu'il dise « tient t'as fait tombé ça » et ça aurait été la totale en fait. Heureusement qu'elle ne le prit pas mal et compris que c'était bel et bien un cadeau pour elle (Il aurait eut l'air con si elle avait répondu que non cela ne lui appartenait pas il devait faire erreur avoues...). Secouant négativement la tête, il répondit.

C'est un cad-... Pas pour avoir quelque chose en échange.



Il aurait put dire que c'était un cadeau et que donc... C'était logique qu'il n'y ait rien en échange, mais visiblement, dire le mot cadeau était un peu trop pour lui le pauvre. Alors il attendit. Immobile, telle une statut pendant qu'elle était en train de le remercier et déballer soigneusement le paquet.

C'est... pas moi qu'ai fait le paquet.



Ouais je sais pas, il avait comblé cet instant de silence avec cette remarque à la con. Vu comment la chose était bien emballé de toute façon, c'était presque une évidence que ce n'était pas de lui, heureusement que la vendeuse qui avait alors encaissé avait eut la gentillesse de lui faire tient. Il aurait été capable de donner la chose telle quel sinon. Pourtant, malgré toute cette impassibilité, cette façon de la regarder sans faire le moindre mouvement sauf suivre du regard, il eut un léger sourire en coin lorsqu'elle découvrit et semblait combler. Comme si une partie de lui même se voyait soulager de savoir que ça lui plaisait. Nayla était un peu comme lui, elle exprimait tellement peu de choses sur ses traits, pourtant, lorsqu'elle exprimait quelque chose de cette façon, une partie de Wolfgang s'apaisait et le rendait alors plus détendu qu'il ne l'a jamais été. Peut-être même... Carrément satisfait ? Il semblait en tout cas. Et le pauvre ne semblait pas quoi faire de ce sentiment positif qui l'avait envahit en la regardant, qu'il se retrouva alors à agiter ses doigts de métal nerveusement, voir même à légèrement se gratter le bras fait de chair.

… Ah. C'est. Content que ça te plaise. J'étais pas... Totalement sûr de moi.



Wouah. Plus tendu tu meurs je crois. Pourtant, cette situation lui semblait tellement inhabituelle. Totalement... Et il était pas au bout de ses peines, puisqu'alors qu'elle semblait visiblement lui devoir quelque chose, la pauvre Kirin semblait avoir du mal à attacher son présent. Après l'avoir fixé pendant de longues secondes comme un gros débile. Le démon cligna des yeux, comme percutant soudainement quelque chose.

Attends. Bouge pas.



Ah, enfin ! Il avait bougé ! Un pied devant l'autre, le voilà alors qu'il réduit la distance qui les séparait pour se glisser derrière la jeune femme. Non sans la regarder comme s'il se demandait si elle allait le mordre pour ça, il lui attrapa alors délicatement les cheveux -un peu maladroitement parce que lui et la délicatesse hein- avant de les pousser sur son épaule et ne plus les avoir. De là, il attrapa simplement les deux extrémité du pendentif pour alors l'attacher autours de sa nuque ainsi dégagée. Bon eh bien heu... Voilà ? Il souffla tout de même à son oreille, en se penchant légèrement.

Là, c'est bon ?



Avant de finalement s'éloigner pour revenir devant la jeune femme. Donnant alors un ridicule encore plus fort à la situation après ça. Se raclant alors la gorge, il reprit.

Enfin voilà. C'était.... J'ai trouvé ça pour toi. Et. En fait. J'voulais me rendre au Japon. Tu n'es pas sans savoir que j'ai vécu longtemps là-bas et... j'aimais bien et. Heu... Voilà. Tu aimes bien le Japon ?



Son regard pourpre se baissa sur le sol. Il aurait très bien put dire « hey tu veux m'accompagner ? » mais en fait, non. Il fallait qu'il raconte ça comme s'il était en train de dire qu'il faisait beau. Pourtant, la compagnie de la demoiselle était l'une des rare qu'il désirait, au point de se dire qu'elle était une occasion pour retourner dans son pays natal par pur curiosité. Mais je crois que c'est la façon la plus nulle au monde de dire qu'il voulait de sa compagnie.

DEV NERD GIRL






Enderstar FTW:
 

Cbô:
 

Modératrice



Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
avatar
Nayla
« Modératrice »



Coeurs : 104 Messages : 429
Couleurs : #00CCCB
J'ai traversé le portail depuis le : 16/07/2013 et on me connaît sous le nom de : Shama/Etilya. Mon nom est : Nayla. Actuellement je suis : désintéressée. Il paraît que je ressemble à : création d'omocha-san/weiss schnee de RWTB et à ce propos, j'aimerais remercier : TIA, CEY LA MEILEURE ♥♥♥.
MessageSujet: Re: Beaucoup de choses tuent. Pas le ridicule. [Pv : Nayla~]   29th Mai 2016, 15:49

Nayla n’était pas ce genre de femme qui attendait quelque chose de la part de quelqu’un. Elle donnait par devoir, sans chercher à être payée en retour. Et elle réglait toujours ses dettes. Alors, vous pouvez imaginer que recevoir un cadeau était un événement rare et mémorable. Surtout de la part d’un homme. Surtout de la part de Wolfgang. Ce geste auquel elle ne s’attendait absolument pas la touchait. Bien évidement la curiosité la piqua. Que contenait ce paquet ? Pourquoi le lui offrait-il ? La kirin n’était pas habituée à recevoir, alors il lui fallut un certain temps avant de réagir disons, convenablement à l’offrande. Bien évidemment, elle ne put se retenir de lui demander pourquoi il lui donnait ça. Elle n’avait rien pour lui en retour et ne se souvenait pas avoir fait quoique ce soit qui aurait mérité un tel geste. Comme elle ne se souvenait pas non plus lui avoir demandé quoique ce soit lors de leur dernière entrevue. Ce à quoi le démon répondit que ce n’était pas fait pour recevoir quelque chose en échange. Il avait buté sur un mot au début. “Cad”. Il s’était rattrapé sur un autre. Qu’est-ce qu’il avait bien pu vouloir dire ? Elle le scruta de son regard céleste, mais n’obtenant aucune réponse, elle se décida plutôt à prendre le paquet et commença à le déballer.

Wolfgang l’informa qu’il n’était pas l’auteur du papier cadeau. Elle ne réagit pas plus que cela à cette révélation. Déjà elle s’en doutait ; il ne semblait pas du genre soigneux, et l’emballage était vraiment très soigné. Et puis, que ce soit lui ou pas qui ait fait le paquet, cela ne changerait rien au soin qu’elle prendrait à le défaire. Nayla était très soigneuse, oui, et patiente. Elle découvrit le contenu une longue minute après le début du déballage. La surprise marqua longuement ses traits. Puis autre chose prit naissance, une émotion différente, nouvelle. Elle n’aurait su la définir Elle était sincèrement touchée par cette attention, notamment parce que trouver un pendentif à l'effigie d’un kirin aquatique relevait du défi. ça n’avait pas dû être une mince affaire pour le démon. Il s’était certainement donné du mal, pour elle. Cette déduction lui laissait une étrange impression. Mais plutôt que de s’adonner à la comprendre, elle préféra se concentrer sur l’objet.

« Oui ça… ça me plaît beaucoup. Tu as dû te donner du mal pour le trouver… Ce n’était nécessaire tu sais, tu ne me dois rien…»

La kirin ne savait pas vraiment comment s’exprimer sur le sujet. Aussi, plutôt que de dire des bêtises, elle préféra se taire sur le reste. Elle entreprit plutôt de mettre le collier. Seulement, la fermeture était fine et, si elle avait des doigts agiles, elle n’avait pas l’habitude de mettre des bijoux. Elle commença par tenter de l’attacher derrière son cou, mais loupant systématiquement l’ouverture du fermoir, elle fit glisser la chaîne pour voir ce qu’elle faisait. Cependant elle ne voyait pas vraiment plus clair. Nayla pinça les lèvres, agacée. C’est alors que le démon s’avança et proposa de l’attacher pour elle. Il se plaça dans son dos et poussa délicatement sa chevelure immaculée sur son épaule. Nayla, raide comme un piquet, n’osait pas faire un geste. Cette soudaine proximité la mettait mal à l’aise, pourtant elle ne souhaitait pas non plus le rejeter. Wolfgang était plutôt du genre maladroit, et pourtant il y parvint. Son murmure arracha un long frisson à la mythologique. Elle fit un pas en avant pour s’écarter de lui et posa la main sur le pendentif.

« … Oui… C’est bon… Merci.»

Elle avait soufflé sa réponse, quelque peu remuée. Pourquoi ? Elle n’en avait aucune idée. Elle posa une main sur l’une de ses joues. Elle constata que la température de sa peau était plus élevée que d’habitude. Etrange phénomène. Elle souffla un peu pour ralentir son rythme cardiaque. Un extérieur aurait pu constater une très légère coloration sur ses pommettes, ce qui était aussi fréquent que l’alignement des sept planètes du système solaire. L’ange déchu reprit la parole. Au début elle ne broncha pas, lui tournant toujours le dos. Puis elle finit par se tourner à demi vers lui, intriguée par ses bégaiements et son hésitation. Elle entrouvrit légèrement la bouche lorsqu’il eut terminé. Il fixait le sol, sans doute mal à l’aise.

« Oh. Oui j’aime beaucoup le Japon. J’ai longtemps fréquenté les eaux aux alentours… Est-ce que tu me demandes si je veux t’accompagner ?»

La perspicacité de Nayla ne lui faisait pas défaut, malgré les récentes… émotions, dirons nous. De la part de Wolfgang, qui, elle le savait maintenant, était plutôt du genre solitaire à fuir les compagnies trop bruyantes et//ou fatigantes, c’était plutôt flatteur. L’air songeur, Nayla fixa un instant son sombre ami.

« ça ne me dérange pas. … Enfin, ce serait avec plaisir.»

Quelle paire ils formaient tous les deux, à ne pas savoir comment s’exprimer, buter constamment sur les mots, et se reprendre régulièrement. Nayla remit distraitement ses cheveux dans dos, les laissant glisser soyeusement entre ses omoplates. Son regard évitait celui du démon. Le silence menaçait de s’installer une nouvelle fois. Nayla se secoua intérieurement et se força à le regarder dans les yeux.

«  Je suppose que tu aimerais te rendre à un endroit que tu connais bien, que tu aimes bien. Alors, je te laisse ouvrir le portail ?»

Ce serait nettement plus simple. Et puis après tout c’était lui qui l’avait invitée, autant qu’il aille jusqu’au bout dans ce sens.




merci Arwy ♥
Nayllen:
 

White Rose:
 

cey trop beau:
 
Ligues & fan clubs

Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon



Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
avatar
Wolfgang U. D. Enderstar
« Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon »



Coeurs : 74 Messages : 114
Couleurs : Wolfgang tente de parler en #BF3030 et Ghost l'encourage par télépathie en #9683EC
J'ai traversé le portail depuis le : 26/04/2015 et on me connaît sous le nom de : Kiri Mon nom est : Wolfgang Uriel Demyx Enderstar. Il paraît que je ressemble à : Vincent Valentine de FF VII et à ce propos, j'aimerais remercier : Tiaaaa et Soraaa ♥
MessageSujet: Re: Beaucoup de choses tuent. Pas le ridicule. [Pv : Nayla~]   3rd Juillet 2016, 14:32

Beaucoup de choses tuent. Pas le ridicule.

Nayla & Wolfgang

Avait-il eut du mal à trouver ce pendentif ? Hm. Faut avouer qu'après mûre réflexion, il avait fait un bon nombre de boutique et ennuyer biens des employer avant de trouver ce qu'il lui fallait. Pourtant à ses yeux, ce n'était même pas une corvée. C'est pas faute d'être du genre très flemmard comme type, pour ne pas dire qu'il était un peu du genre à se laisser mourir de faim par flemme de faire à manger, pourtant, là cela lui avait parut normal, comme naturel de le faire. Et lorsqu'elle souligna cette potentielle difficulté, cela laisser le jeune homme un peu songeur. À se demander en quoi il n'était pas en fait blasé par le temps passé à faire ça. En quoi il n'avait pas lâché prise depuis le début, lui et sa non patience légendaire qui le poussait à ne jamais aller au bout de ses idées. Depuis quand il se tenait à ce point sur des idées fixes, qu'il avançait avec ? Quand il était avec Nayla, ses pensées vagabondaient moins. Pourtant, il était du genre à rapidement s'attarder sur tout et n'importe quoi pour avoir l'esprit qui papillonne, tel le dit animal incapable de rester en place. Mais non. Ici il était question de Nayla et c'était la seule chose qui restait en tête. La voir sourire simplement, elle semblait vraiment touché par ce présent et bien plus qu'il ne pourrait le reconnaître lui même, c'était là un présent à ses yeux. Quelque chose d'agréable qu'il voyait presque comme une bouffée d'air frais. Alors il lui avait attaché. S'attardant sur les rougeurs sur ses joues, se disant que c'était presque bizarre de voir ça là. Elle était si pâle et ne semblait jamais prendre la moindre couleur, ni même beaucoup d'expressions différentes en fait. Mais c'était là, et il c'était retrouvé à la regarder bêtement. En se disant que c'était sympa de la voir comme ça, pourquoi ne pas le faire plus souvent. C'est certainement pas si dur. Enfin... Il n'en savait rien. Mais c'est cool. Voilà c'est le mot maladroit qu'il mettait sur ça. Mais c'était tellement bref qu'on aurait presque put se demander si c'était réellement arrivé ou pas.

De rien.



Avait-il lâché de façon presque mécanique, à tel point qu'en fait il n'avait même pas remarqué avoir répondu par pur politesse. Parce que lui et la politesse, ça fait dix normalement, mais pas là. Va savoir pourquoi hein. Mais bon, il était inutile de se mettre à s'embrasser mutuellement et se couvrir de politesse, il était là pour autre chose et visiblement, quand il voulait quelque chose qui ressemblait à de l'affection, il était incapable de le demander convenablement. Heureusement qu'elle était armée d'un décodeur capable de le décrypter et de répondre convenablement.... Se frottant la nuque de son bras de métal, il s'était alors légèrement raclé la gorge. Elle avait compris et accepté. Oh heu. Génial c'est ça ? C'est ce qu'il faut dire je crois non ? Pourtant, c'est exactement comme si on venait de lui offrir quelque chose, il serait bien incapable de savoir quoi en fait.

….



Il a eut un moment de silence gênant. Pourtant, c'était clair ce qu'il fallait faire non ? Il avait plus ou moins proposé quelque chose, elle avait accepté gentiment et proposé alors qu'il engage alors le pas puisqu'il savait où il allait. Alors... C'est partit ? Bon sang secoues toi Wolfgang et arrête de la regarder comme si tu étais en train de gober des mouches -sauf qu'il avait en fait la bouche fermé, alors il n'en gobera aucune désolé.-.

Ah. Heu, oui. Oui. J'ouvre le portail. Merci. Enfin. C'est une idée de Ghost et. J'me suis dis que c'était pas une trop mauvaise idée et... Puis. Ça changera de la dernière sortie, je pense.... Enfin. Une sortie où je n'aurais pas à te sauver la vie et où tu n'aurais pas à me surveiller comme un enfant... Non ?



Cette phrase coupé, mon Dieu que c'était ridicule. S'il était du genre à avoir un visage expressif il aurait certainement eut de légères couleurs sur ses joues, ou alors les lèvres qui se pinceraient tellement il se trouverait bête à se chercher des excuses alors que l'idée lui avait parut de suite très bonne. Qu'il n'aurait certainement jamais eut l'idée réelle de retourner au Japon sans la présence de Nayla. Pourtant, à défaut d'avoir tout ces mimiques naturels chez un homme, il se contenta d'avoir un bref instant le regard fuyant. Parce qu'ils étaient pareil, beaucoup passait par le regard, beaucoup. On dit bien que c'est le miroir de l'âme nan ? En tout cas, il tandis la main devant lui et le portail apparut. Invitant la demoiselle alors à venir avec lui d'un mouvement de bras, il s'y engouffra et ils se retrouvèrent à Tokyo. Au bout de la petite ruelle où ils étaient apparut, une rue un peu plus grande et fréquentés. D'un geste une nouvelle fois il l'invita à le suivre pour se retrouver alors dans un quartier plutôt sympathique, avec des maisons et une école primaire. Il resté... Allez. Deux secondes, planté au milieu du trottoir, le regard perdu.

C'était... Notre quartier. Je crois. Il me semble. Je pense être allé dans cette école, avec... mon... Frère ?



Quand il parlait de son passé, Wolfgang semblait toujours hasardeux, comme si on lui montrait alors des images et qu'on lui affirmait que c'était lui, sans réellement savoir si c'était bien le cas ou pas. Alors, il sortit cette vieille photo. Elle était dans un état pitoyable, en fait dessus, il ne restait plus que lui-même avant et son cadet, ils étaient bel et bien devant cette école, en train de sourire de façon innocente à la vie.

Oui. C'est bien ici...



Il lui avait fallut l'appuie d'une photo pour être sûr quand même. Pourtant, il lui semblait avoir passé tellement de bon temps dans ce quartier, que c'était même les meilleurs moments de sa vie... Il tourna son regard sanglant vers Nayla.

C'est mon frère.... Il. Ah. Je l'ai retrouvé. Y a une semaine... ou plus. Ou... Moins... Enfin je l'ai retrouvé.



Quel bordel dans sa tête, lui et la notion du temps, complètement retournée. Pourtant, il avait baissé la main, pour que la photo soit au niveau de la jeune femme et qu'elle puisse la voir. C'était le début du grand instant où on fouille dans le passé mélangé d'un homme. En espérant qu'il y ai que des bonnes surprises.. ?

DEV NERD GIRL






Enderstar FTW:
 

Cbô:
 

Modératrice



Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
avatar
Nayla
« Modératrice »



Coeurs : 104 Messages : 429
Couleurs : #00CCCB
J'ai traversé le portail depuis le : 16/07/2013 et on me connaît sous le nom de : Shama/Etilya. Mon nom est : Nayla. Actuellement je suis : désintéressée. Il paraît que je ressemble à : création d'omocha-san/weiss schnee de RWTB et à ce propos, j'aimerais remercier : TIA, CEY LA MEILEURE ♥♥♥.
MessageSujet: Re: Beaucoup de choses tuent. Pas le ridicule. [Pv : Nayla~]   12th Juillet 2016, 10:44

C’était bien la première fois qu’on lui faisait une telle demande. D’ordinaire elle aurait refusé net, si elle aurait seulement pris la peine de répondre avant de se détourner, le port altier et la tête haute. Surtout de la part d’un homme. Ses rapports avec le sexe opposé n’avaient jamais été très bons, à quelques exceptions près -son père, Silas et Arwenn. Quoiqu’il y avait le jeune Spencer, bien que leur rencontre avait failli dégénérer au début. Une question chatouillait donc son esprit actuellement : pourquoi. Pourquoi avait-elle dit oui ? Elle voulait se persuader que c’était la moindre des choses après le geste du démon, mais… Mais ? Elle sentait que c’était autre chose. Peut-être qu’elle appréciait tout simplement la compagnie du démon. Seulement, admettre une telle chose… Non. Elle lui rendait seulement la monnaie de sa pièce, voilà tout.

Pendant toute sa réflexion intérieure, le démon était resté silencieux, comme s’il n’avait pas encore enregistré l’acceptation de la kirin. Nayla posa ses yeux bleus comme les mers du Sud sur son ami -car elle pouvait le considérer comme tel maintenant, n’est-ce pas ? - lorsqu’il reprit la parole… Ou du moins tenta. Il bégaya quelques mots et commença ensuite à se justifier. Cette réaction surprit Nayla. Elle ne lui avait rien demandé. Il lui semblait gêné… pourquoi était-il soudain mal à l’aise ? Et il n’arrivait pas à construire correctement une phrase… Soudain une nouvelle expression naquit sur le visage de la jeune mythologique. Quelque chose d’inconnu qui aurait suscité de l’inquiétude la connaissant. Pourtant il ne s’agissait rien de mauvais, au contraire. Nous pourrions qualifier ça de… d’un soupçon d’amusement.

« Oui, ça sera bienvenu en effet. » confirma-t-elle avec un air inhabituellement lumineux.

L’équivalent de l’esquisse d’un sourire chez Nayla. Pourquoi ressentait-elle ça ? Elle qui était d’ordinaire si froide et rigide, voilà que l’embarras du démon l’amusait ? Etait-ce bien ça ? Trop de questions encombrantes qu’elle décida de chasser d’un bref mouvement de tête sur le côté. Elle chercha le regard de l’ange déchu, mais celui-ci le détourna, comme s’il fuyait le sien. Etrange. Elle laissa donc Wolfgang se charger d’ouvrir le portail vers le Japon. Elle s’y engouffra à sa suite, en totale confiance -ce qui était aussi inédit. Elle posa ses pieds nus sur les dalles d’une petite ruelle, dans une ville aux grands bâtiments, visiblement très peuplée. Elle fronça le nez. Elle n’avait jamais aimé les villes, en particulier denses. Trop de gens et trop de pollution. Pourtant elle ne dit rien et se contenta de le suivre dans plusieurs ruelles jusqu’à débarquer dans un autre quartier. Elle prit le temps de contempler les maisons, et nota également un bâtiment différent des autres, avec un panneau “Ecole” -oui, elle savait lire le japonais. Wolfgang lui apprit qu’il s’agissait probablement de l’endroit où il avait étudié, enfant, avec son frère. Son frère ?

« J’ignorais que tu avais un frère. »

En même temps, était-elle supposée le savoir ? Elle ne le connaissait pas depuis longtemps. Un mois tout au plus, elle ne comptait pas le temps comme tout le monde. Il n’avait jamais parlé d’un frère. Il n’était pas forcé de parler de lui de toute façon. Il parlait peu de lui, tout comme elle abordait rarement son propre passé. Le démon sortit quelque chose de sa poche. Nayla glissa un oeil curieux sur l’objet. Il s’agissait d’une vieille photographie, abîmée par l’épreuve du temps, sur laquelle on pouvait néanmoins distinguer deux enfants souriants, se tenant par la main devant une école. Cette même école, comprit-elle.

« Je suis contente pour toi. Que tu l’ai retrouvé. »

C’était vrai. ça lui avait échappé. Elle n’était pas du genre à communiquer sur ce genre de chose. Pourtant elle l’avait dit. Comme si elle souhaitait qu’il le sût. Bien évidemment, elle se demandait à quoi pouvait ressembler ce frère aujourd’hui. S’il était aussi… similaire à Wolfgang. S’il avait lui aussi traversé des épreuves difficiles. Ce qu’elle ne lui souhaitait pas. Mais depuis quand portait-elle de l’intérêt pour la vie d’une personne qu’elle ne connaissait même pas ?

« Merci de me montrer là où tu as grandi. J’ai conscience que ce doit être inédit. »

Une marque de confiance qui la touchait. Pourquoi elle ? Elle sentait qu’il ne l’avait sans doute jamais fait, du moins pas à n’importe qui. Pourquoi ne serait-elle pas n’importe qui ? Elle soupira discrètement avant de se tourner pour détailler le bâtiment. Quelques travaux de rénovations avaient eu lieu, mais l’architecture était la même que sur la photo. Un bruit de pas se rapprochait. Mais elle n’y prêta aucune attention, concentrée sur l’école. En revanche, lorsque les pas cessèrent, elle daigna poser ses yeux sur l’inconnu qui les observait. Ou plus précisément, qui dévisageait Wolfgang. Le regard de la Kirin passa de l’inconnu à Wolfgang, qui sur l’instant ne sembla pas remarquer la présence de l’homme. Certes elle pouvait comprendre que l’apparence du démon suscitait quelques interrogations, et même des inquiétudes. Mais cela semblait être autre chose.

« Toi ! héla-t-il le démon. Tu devrais être mort ! »
Nayla haussa un sourcil et tourna la tête vers son ami.
« Tu connais cet humain ? »

Le dit humain posa son regard sur elle, comme s’il venait de la remarquer. Nayla plissa les yeux. Il la détaillait avec intensité, de la tête aux pieds, s’attardant sur son visage. Elle reconnaissait cette lueur dans son regard sombre. Convoitise. Il devait avoir des pensées impures à son égard, elle le voyait dans son regard. Il mériterait qu’elle lui crevât les yeux pour oser la dévisager de la sorte ! Les lèvres pincées, elle se contenait pour ne pas le noyer dans un torrent furieux.




merci Arwy ♥
Nayllen:
 

White Rose:
 

cey trop beau:
 
Ligues & fan clubs

Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon



Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
avatar
Wolfgang U. D. Enderstar
« Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon »



Coeurs : 74 Messages : 114
Couleurs : Wolfgang tente de parler en #BF3030 et Ghost l'encourage par télépathie en #9683EC
J'ai traversé le portail depuis le : 26/04/2015 et on me connaît sous le nom de : Kiri Mon nom est : Wolfgang Uriel Demyx Enderstar. Il paraît que je ressemble à : Vincent Valentine de FF VII et à ce propos, j'aimerais remercier : Tiaaaa et Soraaa ♥
MessageSujet: Re: Beaucoup de choses tuent. Pas le ridicule. [Pv : Nayla~]   1st Août 2016, 18:14

Beaucoup de choses tuent. Pas le ridicule.

Nayla & Wolfgang

Les voilà sur place, enfin au Japon. Terre de naissance pour le jeune Enderstar, mais aussi lieux où il garde au final le plus de bon souvenir. À l'époque où il n'était qu'un petit garçon souriant qui n'aspirait à pas grand chose. C'était peut-être pour ça qu'à l'époque il avait voulu à tout prix quitter la France et était retourné dans son pays de naissance. Il avait une certaine attache à ce dernier. Et finalement, revenir ici lui fit quelque chose, du moins un peu. Plus qu'il ne l'a jamais eut depuis bien longtemps. Le pauvre Wolfgang n'est pas quelqu'un de très expressif, tout ce qui touche au sentiment est devenu flou, comme s'il se regardait d'un œil extérieur en se demandant quelle est la meilleure façon de réagir. Qu'est-ce qu'il faut dire ? Bien souvent, il se pose bien trop la question et ne dit rien. Pourtant, en cet instant, alors que son regard pourpre c'était perdu dans le vide, ou plutôt, sur l'image qui avait gardé un souvenir inchangé de sa vie d'antan. La remarque de Nayla fut la seule chose qui le sortit de sa torpeur. Du flou dans lequel il était. À se demander s'il le regrettait. Qu'est-ce qu'il voudrait en faire de ces souvenirs ? En avait-il besoin ? Pourquoi tout se mélange donc toujours dans son esprit comme si quelqu'un avait attrapé son cerveau pour le secouer et mélanger le peu de fragments qui voulaient bien ressortir. Clignant des yeux, semblant réaliser l'endroit où il se trouvait. Le regard du démon se tourna vers la jeune femme à ses côtés. À cet instant là. Il y eut certainement le silence le plus révélateur qu'il n'a jamais offert à quelqu'un. Aucun des deux n'étaient bavard. Nayla n'allait pas lui sauter au cou pour lui dire à quel point c'était triste ou mignon. Elle se contentait de dire ce qui était nécessaire. Ce qu'elle jugeait nécessaire. Peut-être que d'un œil externe cela semblait être le dialogue le plus froid et plat qu'on puisse entendre de la part de quelqu’un qui partage ses souvenirs perdu avec quelqu'un, mais aux yeux de Wolfgang, Nayla venait de montrer la meilleure sollicitude qu'on lui avait offert depuis des années. L'impression qu'elle le comprenait peut-être un peu. Certainement mieux qu'il ne se comprenait lui-même. D'un calme et d'un silence respectueux et reposant pour son pauvre esprit détraqué.

Alors il l'avait regardé. Il n'avait rien répondu, mais son silence et regard exprimait tout. Et puisque Nayla semblait un peu habitué à la façon de communiquer parfois de notre homme, on peut dire qu'elle devrait techniquement comprendre à quel point il s'accrochait à ses paroles. Il souffla d'ailleurs presque de façon inaudible.

Tu es la seule personne qui m'est venue en tête pour.



Ce n'est pas comme si tu avais beaucoup d'ami de toute façon, tu es bizarre comme mec hein. Mais tout de même, il aurait très bien pu penser à son frère par exemple, si quelqu'un était concerné par ce passé et potentiellement capable d'en avoir un meilleur souvenir c'est lui. Mais il n'arrivait pas à se faire à l'idée qu'il l'avait retrouver. Ils avaient tellement changer, lui pire que tout, c'était un être différent, totalement. Et il avait presque l'impression d'être devenu un étranger à ses yeux, je dis bien presque parce qu'au fond, ce n'est pas réellement le cas....

Mais très de remerciement ou alors de retour aux sources en fait. Puisqu'il se retrouva à relever mécaniquement la tête lorsqu'on l'interpella. Son regard vide de toute expression, voir même de surprise fixa alors la silhouette qui elle semblait le reconnaître. Pour lui ? Eh bien... En fait il n'en savait trop rien en fait. Il a déjà du mal à se souvenir des choses qu'il aimait bien. Mais tout ce qui se trouve avant sa mort était un peu flou. Son enfance pire que tout. Mais de là à se souvenir des visages qu'il a croisé...

J'en sais rien.



Souffla-t-il l'air moyennement décidé à s'en souvenir. Mais c'était sans compter sur cet homme qui lui visiblement se souvenait bien de lui. Il ne tarda pas d'ailleurs à sortir son portable pour y écrire quelque chose -une alerte et une information à transférer sur sa trouvaille certainement...-. Avant de finalement.

Wolfgang ! C'est bien toi ! T'es pas crevé ? J'savais bien que t'étais pas net comme type. T'étais pendu à une corde. Par quel tour de magie t'es pas mort. D'où tu t'es barré comme un lâche ? On ne quitte pas les notes si facilement !


… Ah ? Mais j'suis mort.



Ouais c'est une réponse normale hein. Mais loin d'être faute et sortie de l'imagination particulière du démon pourtant, ce n'était que la vérité. Mais la réponse était loin de le satisfaire.

T'es qu'un monstre j'aurais dû m'en douter. Les monstres c'est pas fait pour vivre !



Certainement qu'il était effrayé autant qu'il voulait se faire menaçant. Puisque que ses bras tremblaient. Soutenant alors difficilement son arme, pointé sur eux. Cette femme à ses côtés devait être tout autant un monstre que lui c'est une certitude. Il tira. La balle se logea simplement dans l'épaule du démon qui avait tendu un bras naturellement protecteur devant la jeune femme toute de blanc vêtu. Et sans dire le moindre mot. Il s'avançait. Les deux tires qui suivirent ricochèrent sur son bras de métal. Il ne semblait jamais avoir mal. Jamais. Jusqu'à ce qu'il l'attrape par la gorge. Sa prise se resserrait. Lentement, comme s'il n'était qu'un mécanisme. C'est alors que le crissement des pneus d'une voiture se fit entendre. Un petit attroupement de plusieurs personnes sortirent alors en courant.

Wolfgang ! T'es pas mort ? Pourquoi toi t'es pas mort ? T'étais au bout d'une putain de corde avec eux ! Pourquoi eux et pas toi ?


… j'sais pas.



Tu sais rien. Tu sais pas. Tu sais pas grand chose mec...Qu'avait-il fait pour qu'on le pointe ainsi avec une arme. Qu'on le haïsse ? Il était mort pour eux. Il était juste revenu. Parce qu'il était maintenant un démon. Mais les humains et les démons n'ont jamais fait bon ménage. Alors qu'attendait-il pour courir. Pour bouger ? Au lieu de les fixer tel un être passif et extérieur à la scène? Son regard se tourna vers Nayla. Et dire qu'il l'avait fait venir pour ça. S'il avait su, il l'aurait en fait laissé tranquille. Il souffla d'ailleurs à son égard.

… Désolé.



Ouais. Désolé d'avoir fait perdre ta journée en fait Nayla.

DEV NERD GIRL






Enderstar FTW:
 

Cbô:
 

Modératrice



Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
avatar
Nayla
« Modératrice »



Coeurs : 104 Messages : 429
Couleurs : #00CCCB
J'ai traversé le portail depuis le : 16/07/2013 et on me connaît sous le nom de : Shama/Etilya. Mon nom est : Nayla. Actuellement je suis : désintéressée. Il paraît que je ressemble à : création d'omocha-san/weiss schnee de RWTB et à ce propos, j'aimerais remercier : TIA, CEY LA MEILEURE ♥♥♥.
MessageSujet: Re: Beaucoup de choses tuent. Pas le ridicule. [Pv : Nayla~]   16th Novembre 2016, 15:54

Nayla n’aurait su définir son ressenti actuel. Il lui semblait que son ami et elle partageait quelque chose d’unique. C’était très perturbant. Lui ne semblait pas beaucoup plus à son aise d’ailleurs. Il bafouillait, quand il ne gardait pas simplement le silence. En revanche, une chose ne changeait pas ; leurs regards s’exprimaient pour eux. On pourrait dire qu’elle commençait à le comprendre, même si elle était loin de saisir sa logique -si il avait une logique… Son sentiment de malaise s’accentua lorsque Wolfgang avoua n’avoir personne d’autre en tête que la kirin pour dévoiler une part de son existence. Elle entrouvrit légèrement la bouche, mais garda le silence et détourna les yeux. Elle ne savait pas ce que ça voulait dire exactement… ni comment elle devait le comprendre, mais… Pour une raison mystérieuse, ça la touchait.

Et puis une voix rompit le charme. Une odeur humaine révulsa les narines de la kirin. Des humains. Encore et toujours des humains ! Ils venaient toujours fourrer leur nez partout et briser les havres de paix de ce monde. Qui plus est, Wolfgang affirma ne pas savoir qui était cet humain. Ou plutôt, qu’il ne savait pas s’il connaissait cet humain. Probablement que sa mémoire lui jouait des tours. Après tout, il était mort une fois. L’individu sortit un petit appareil de sa poche -un téléphone portable, si elle se souvenait bien- et se mit à pianoter frénétiquement dessus. Son comportement agaça immédiatement la kirin. Et les dieux savent qu’il valait mieux éviter de l’énerver. Mais indifférent à l’humeur de la jeune femme d’apparence qui l’accompagnait, l’humain vociféra à l’encontre du démon.

Un monstre disait-il ? Mais, était-il aveugle ? Des deux amis, le monstre, ce n’était pas Wolfgang. Au sens propre du terme, c’était Nayla, la bête. Le monstre. La créature mythique. Ses mots ne valaient rien. Il ne valait rien. L’homme pointait une arme sur eux. Ces maudites armes à feu, ces instruments de torture et de mort !

PAN.

Nayla écarquilla les yeux. Il n’avait pas fait ça ? il n’avait pas osé ? Nayla fixa le bras tendu devant elle. Wolfgang avait… il avait encaissé la balle pour elle…encore ? Consternée, elle fixait l’ange déchu. Pourquoi ? Son regard glissa sur les humains. Pourquoi… Pan-pan. Les deux tirs ricochèrent sur le bras métallique de l’ancien yakuza. Pourquoi… La rage monta. Progressivement. Et personne ne lui prêtait attention. Ni celui qui tenait Wolfgang en joue et qui se retrouva les pieds dans le vide, la gorge entre les griffes du démon. Ni ceux qui arrivèrent en trombe d’un véhicule. Il la regarda. Il s’excusa même. Il n’avait pas à s’excuser. Ce n’était pas de sa faute. C’était celle des humains. Toujours… Le sang. Les hurlements. Les morts. Les guerres. Toujours et encore les humains. Et sa rage atteint le point de non retour. Son regard se durcit et une étincelle terrifiante s’y alluma.

« Vous… »

Sa voix n’avait été qu’un murmure, et pourtant, le ton employé suffit à balayer toutes les protestations. Une brise sauvage se leva et secoua frénétiquement la chevelure platine de Nayla, lui donnant une aura mystique.

« Vous avez osé… »

Elle releva lentement la tête pour poser un regard glacial et apocalyptique sur ses ennemis de toujours. Tous firent un pas en arrière -sauf celui suspendu dans les airs. Tous pouvaient voir cette aura meurtrière qui dansait autour de Nayla. Ils étaient la cause de sa fureur. Et comme toutes les causes de ses fureurs, ils devaient payer. Elle leva une main, et comme relié par un fil, un filet d’eau surgit de nulle part et frappa avec la force de 10 hommes les nouveaux arrivants, les désarmants sur l’instant. La silhouette de Nayla devint flou tandis que son corps empruntait sa forme partielle. Corne, écailles, griffes, crinière et queue apparurent tandis qu’elle prenait plusieurs centimètres en hauteur.

« Monstre ? Vous faites erreur. De nous deux, ce n’est pas lui le monstre.»

Elle se mouva à la façon d’une danseuse, et des lassos constitués entièrement d’eau saisirent les impudents par la gorge.

« Vous vous êtes bien regardés ? Vous prenez la vie des innocents sans état d’âme, vous tirez sans vous soucier des conséquences, et vous traitez les autres de monstres ? Vous croyez vraiment que vous valez mieux ?!»

La tête haute, le regard assassin, elle s’avança vers eux, l’air furieux et déterminé. Oui, ils avaient fait une erreur. Ils s’étaient préoccupés de Wolfgang, mais ils n’avaient pas porté assez d’attention à la jeune femme qui l’accompagnait. Ils avaient de la chance qu’elle se trouvât en pleine ville, sans quoi elle se serait empressée de les déchiqueter en vrai kirin. Mais prendre sa forme complète ici attirerait trop l’attention.

« Les dieux accordent une seconde chance à ceux qu’ils estiment méritants. Si vos amis n’en font pas partis, c’est qu’il n’en valaient pas la peine.»

Elle releva le menton pour les toiser de son regard terrifiant. Deux yeux d’un bleu profond, fendu de pupilles verticales. Deux yeux de serpents qui guettaient leur proie avant de frapper.

« Je vais vous broyer, misérables insectes.»

Les lassos se transformèrent en sphères qui englobèrent leurs proies. La pression de l’eau à l’intérieur s’intensifia. Elle les regardait se tortiller comme des vers, cherchant leur souffle, se battant pour échapper à cette pression qui menaçait de briser leurs corps. Oui, ils allaient payer. Pour les avoir interrompu. Pour avoir forcé Wolfgang à prendre encore les coups à sa place. Pour lui avoir fait du mal.




merci Arwy ♥
Nayllen:
 

White Rose:
 

cey trop beau:
 
Ligues & fan clubs

Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon



Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
avatar
Wolfgang U. D. Enderstar
« Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon »



Coeurs : 74 Messages : 114
Couleurs : Wolfgang tente de parler en #BF3030 et Ghost l'encourage par télépathie en #9683EC
J'ai traversé le portail depuis le : 26/04/2015 et on me connaît sous le nom de : Kiri Mon nom est : Wolfgang Uriel Demyx Enderstar. Il paraît que je ressemble à : Vincent Valentine de FF VII et à ce propos, j'aimerais remercier : Tiaaaa et Soraaa ♥
MessageSujet: Re: Beaucoup de choses tuent. Pas le ridicule. [Pv : Nayla~]   1st Décembre 2016, 19:04

Beaucoup de choses tuent. Pas le ridicule.

Nayla & Wolfgang

Pourquoi toujours la protéger ? Mais... Je t'en poses des questions ? C'est assurément le genre de chose que Wolfgang serait alors capable de répondre, faut pas trop lui en demander, quand on met cet homme face à des ennuies venant du passé, il ne faut pas s'attendre à une réaction trop poussé. Déjà, croiser son frère lui avait fait exprimer une bien mince réaction, alors là... Il nageait dans le flou le plus total, comme d'habitude, ça ne change pas trop tout compte fait. Mais la seule chose qui semblait être claire dans son esprit, c'est qu'il y avait Nayla avec lui cette fois et qu'elle n'avait pas a être impliquée dans ce genre de chose. Allons Wolf... C'est une grande fille cette Nayla. Elle est bien plus âgée que toi et bien plus puissante. Alors pourquoi devait-il toujours s'en faire ? Ou alors agir de façon automatique comme si faire barrage de son corps était au final quelque chose de simplement logique, si on peut dire que son esprit en avait encore une. Pourtant il l'avait fait et c'est avec indifférence qu'il regardait les dégâts, qui de toute façon ne durerait pas, la nature l'avait doté d'une régénération plus qu'efficace et c'est fort pratique dans ce genre de situation. Déjà, il pouvait sentir le bout de métal poussé en dehors de son corps, glissant entre les tissus de sa peau avant de sentir cette dernière se serrer pour fermer alors le trou qui était apparut et arrêter finalement tout écoulement de sang. Tant qu'il ne meurt pas, ça marche, c'est le principal. Alors ce n'est pas un drame non ? Pas pour Nayla. Autant l'ange déchu avait tendance à tout prendre de façon étrange, soit de façon très détaché comme si tout ce qui lui arrivait ne le concernait pas, autant Nayla était son total opposé. Avant même qu'elle n'ouvre la bouche, lorsqu'elle avait posé son regard sur lui et sur la plaie qu'il s'était fait, Wolfgang avait alors tout compris rien que dans l'azur de ses yeux. Ces derniers se muaient alors pour se transformer en une tempête, que dis-je un tsunami.

Wolfgang n'avait rien dit sur le coup. Il l'a juste regardé faire. Il l'a regardé ce bloc de glace qu'elle était devenir plus tranchant, s’affûter pour finalement exploser. Comme si le dit bloc venait de se briser en des centaines de morceaux tranchants, elle agit enfin et de façon terriblement plus efficace que notre Démon impassible. Pourtant, il n'aimait pas ce qu'il voyait. Quoi donc ? Une attache lointaine pour ses hommes avec qui il avait partagé quelques années de sa vie d'ange ? Non... Pas vraiment. Venant de personnes qui veulent visiblement le tuer parce qu'il est revenu à la vie, on repassera, mais le code d'honneur est bien plus important pour eux que les relations humaines. Grand bien leur face, c'est ce qui va leur causer leur perte. Non... Ce qu'il n'aimait pas, c'est cette rage que Nayla éprouvait, violente, soudaine, impitoyable. Pourtant ce n'est pas la première fois, ses yeux avaient déjà pus voir la rage de la Kirin se déchaîner et cela ne l'avait pas dérangé plus que ça. Peut-être parce que cette fois-ci, il en était la cause... ? Pourtant, cet homme n'est pas du genre à s'en vouloir, mais cela lui avait peut-être serré la poitrine durant un bref instant, avant de se dire... Que s'en était assez. Elle allait les tuer... Oh. Ça qu'importe. Qu'importe qu'elle arrive à terme. Mais Wolfgang eut dans son flot de penser discontinue l'envie soudaine d'agir.

Nay'...



C'est tout ce qu'il avait lâché, murmuré, certainement qu'elle ne l'avait pas entendu, c'était à peine audible. Elle n'avait pas à faire ça. Elle n'avait pas à se fâcher pour lui. Qui fait ça pour lui maintenant ? Plus personne. Il est seul, toujours. N'est-ce pas ? Pourtant, il s'était rapproché, lentement, mais d'un pas assuré, il n'avait pas peur d'elle, jamais. Faut dire, qu'il faut être un minimum censé pour avoir peur de quelque chose, et avoir peur de la mort, ce qui n'est pas son cas. C'est un homme résigné. Pourtant, il avait alors traverser la distance qui les séparait, pas de façon spécialement discrète, il serait aisé pour elle de l'entendre arriver il ne s'en cachait pas -reste à savoir si elle y faisait attention.-. Puis c'est d'un geste assuré une nouvelle fois qu'il tendit ses deux bras, fermement et sûr, il entoura ces dernières autours de la demoiselle à l'allure déformée par sa transformation. Quand bien même elle pouvait lui broyer le bras, le déchiqueté, le mordre ou autre. Il l'avait fait et pour le coup en parfaite conscience du danger que cela représentait. Mais il l'avait fait, parce que c'est connu que Wolfgang ne fait que ce qui lui passe dans son esprit fou et tourmenté, même les choses les plus folles.

Arrête Nayla... Ils n'en valent pas la peine. Et je n'en vaut pas la peine. Pas une telle colère. Pas un tel sentiment.



Sa chaleur entourait la froideur de la jeune fille, cette fille de l'eau. Sans chercher à l'enfermer ni « la retenir de force » -et je met ça entre guillemet parce qu'en fait il ne peut rien forcer du tout- ses ailes l'avait légèrement recouverte, assez pour faire office de mur, mais pas assez pour la couper du monde. Il était là, à la tenir son dos contre son torse avec force, mais avec une douceur qui lui est pourtant relativement peu connue. Ses cheveux ébènes caressant la nuque de la jeune filles. Il n'avait rien fait de plus. Si ce n'est soufflé, comme en guise d'excuse, parce qu'elle était la seule avec Sora à peut-être être digne d'en recevoir, à être assez important pour qu'il puisse cupabiliser.

Arrête...



S'il était quelqu'un de sensible, cela aurait été le moment parfait pour pleurer, mais il ne faut pas trop en demander, son regard exprimait déjà bien assez, il était bas et planté dans le vide. Comme attendant un jugement il ignorait alors à quoi s'attendre, pourtant, malgré cette situation plus qu'inhabituelle voir dangereux, son souffle était calme. Et ça, Nayla devait certainement le percevoir.

DEV NERD GIRL






Enderstar FTW:
 

Cbô:
 

Modératrice



Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
avatar
Nayla
« Modératrice »



Coeurs : 104 Messages : 429
Couleurs : #00CCCB
J'ai traversé le portail depuis le : 16/07/2013 et on me connaît sous le nom de : Shama/Etilya. Mon nom est : Nayla. Actuellement je suis : désintéressée. Il paraît que je ressemble à : création d'omocha-san/weiss schnee de RWTB et à ce propos, j'aimerais remercier : TIA, CEY LA MEILEURE ♥♥♥.
MessageSujet: Re: Beaucoup de choses tuent. Pas le ridicule. [Pv : Nayla~]   15th Décembre 2016, 18:32

En cet instant, Nayla n’était plus que rage, entièrement soumise à son instinct primitif de destruction. Elle voulait les détruire, parfaitement. Parce qu’ils avaient franchi une ligne de trop, et leur sang viendrait la colorer de rouge. Lorsqu’elle se trouvait dans cet état il était difficile de l’arrêter. En fait il fallait être fou ou suicidaire pour oser s’interposer entre elle et sa proie. Il n’y avait qu’une seule personne qu’elle considérait comme un ami ici, et Wolfgang était probablement la seule chance de survie de ces humains. Oui, elle était prête à les priver d’oxygène jusqu’à une asphyxie mortelle ; à broyer leurs os sous la pression de l’eau qu’elle exerçait sur leurs corps fragiles ; à se repaître de leur souffrance, pour avoir osé s’en prendre à un ami. Ses yeux bleus, d’ordinaire magnifiques, luisaient d’une terrifiante envie de meurtre. Elle voulait les réduire à un tas de chaire informe. Elle voulait envoyer leurs âmes corrompues dans les champs d’Asphodèle. Elle voulait effacer leur misérable existence de ce monde trop bien pour eux, ce monde qu’ils détruisaient de leurs mains tâchées de sang.

Soudain une voix perça la brume qui voilait sa raison. Un surnom lointain qui remua quelque chose en elle. Mais c’était encore trop faible pour la faire réagir. Elle était trop furieuse pour se calmer à l’écoute d’un simple nom. Son regard meurtrier ne quittait pas ces stupides créatures qui luttaient pour leur survie. Il en faudrait tellement plus pour l’arrêter. Etait-ce seulement possible ? Mais alors, elle sentit des bras puissants l’enserrer. Ce contact physique qui l’indisposait tant d’ordinaire eut enfin raison de sa rage bouillonnante qui étouffait son esprit. Elle écarquilla les yeux, et la pression qui s’exerçait sur ses victimes s’atténua légèrement. Deux ailes membraneuses vinrent réduire son champ de vision de chaque côté de son corps. Les bras toujours tendus, elle tentait de comprendre ce qu’il se passait. Comme si la Nayla “humaine” s’éveillait d’un rêve. L’étreinte se resserra avec douceur et elle sentit cette chaleur humaine la saisir. Elle sentait son torse contre son dos. Ses cheveux contre sa nuque. Son souffle dans son oreille. Cette proximité déconcertante eut raison de ses dernières défenses.

Elle baissa progressivement les bras, et en même temps, l’eau qui emprisonnait les humains retomba comme de vulgaires flaques, seules témoins de ce qui venait de se passer. Ses proies heurtèrent le sol et inspirèrent bruyamment une grande bouffée d’air, crachant l’eau qui s’étaient aventurée dans leurs poumons. Nayla respirait de façon saccadée, comme éreintée par cette rage qui l’avait consumée de l’intérieur. Mais aussi par ce contact qui la figeait. Sa poitrine se soulevait avec difficulté. Elle pouvait entendre son coeur battre. Une percussion sourde qui la berçait presque. Comme cette fois où il l’avait aidé à se reprendre d’un chagrin abyssal. Elle se sentait étrange. Son ventre se tordait et de nombreux frissons la parcouraient de la tête aux pieds. Elle sentait son sang pulser dans ses veines. Etait-ce donc son coeur qui battait si vite ? Finalement, une fois totalement revenue à elle, Nayla s’humecta les lèvres.

« Je t’interdis… Je t’interdis de dire que tu n’en vaux pas la peine,» lança-t-elle à voix basse entre deux inspirations sifflantes.

Parce Nayla ne s’énervait pas pour rien, ni pour n’importe qui. Elle n’osait plus bouger, piégée dans cette étreinte paralysante, même s’il ne la forçait pas à rester immobile. Ses bras ne l’opressaient pas, pourtant, elle en avait l’impression. Ses sens lui semblaient faussés. N’importe qui se serait fait déchiqueter pour avoir agi comme Wolfgang, à par Silas. Elle aurait dû lui faire payer son geste. Mais le coeur n’y était pas. Si elle se sentait opressée, ce n’était pas par son étreinte en elle même. Et pire, une part d’elle lui en était presque reconnaissante. Elle devait être fatiguée pour ne plus s’y retrouver dans ses sens… Elle inspira profondément. Aussitôt, l’odeur mentholée du démon investit ses narines. Elle ferma les yeux, tentant de calmer son rythme cardiaque.

« Tu peux me lâcher maintenant. Je suis calmée. S’il-te-plaît…»

Son ton était presque suppliant. Ce contact prolongé la mettait sens dessus-dessous pour une raison qu’elle ignorait et ça l’épuisait. Mais elle ne voulait pas non plus se dégager et repousser Wolfgang. Une fois son espace vital retrouvé, elle se frictionna les bras, avant de se tourner vers lui.

« Je suis désolée de m’être emportée. Merci, pour… enfin, ton intervention…»

Pourquoi disait-elle ça ? Idiote. Elle aurait dû lui hurler dessus pour avoir osé la serrer dans ses bras. Mais son coeur n’était pas d’accord avec lui-même et sa bouche refusait de prononcer les paroles que sa raison lui dictait. Agacée, elle détourna les yeux et resta un moment silencieuse à fixer le sol, les bras croisés.

« Partons.»

Son ton sonnait plus comme une demande qu’un ordre. Elle voulait s’éloigner d’ici, de ces humains à moitié morts qui reprenaient lentement contact avec la vie. Le risque qu’elle changeât d’avis n’était pas nul, et elle en avait parfaitement conscience.




merci Arwy ♥
Nayllen:
 

White Rose:
 

cey trop beau:
 
Ligues & fan clubs




Contenu sponsorisé
« »



MessageSujet: Re: Beaucoup de choses tuent. Pas le ridicule. [Pv : Nayla~]   

 

Beaucoup de choses tuent. Pas le ridicule. [Pv : Nayla~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Arthelius : beaucoup de choses dans beaucoup de style
» J'aime deux choses
» [Levy, Marc] Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites
» (Polémique ridicule) Mickey dans la ligne de mire des islamistes
» Site avec beaucoup de pièces très utiles pour nos Gallopio .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sanctuary of Heart :: La Planète Bleue :: La Planète Bleue :: Asie-