Partagez | 
 

 A Kirin always pays his debts [Pv : Nayla]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Wolfgang U. D. Enderstar
Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon
Coeurs : 75 Messages : 113
Couleurs : Wolfgang tente de parler en #BF3030 et Ghost l'encourage par télépathie en #9683EC
J'ai traversé le portail depuis le : 26/04/2015 et on me connaît sous le nom de : Wolfgang Mon nom est : Wolfgang Uriel Demyx Enderstar. Il paraît que je ressemble à : Vincent Valentine de FF VII et à ce propos, j'aimerais remercier : Tiaaaa et Soraaa ♥
A Kirin always pays his debts [Pv : Nayla] | Lun 30 Nov 2015, 19:53

A Kirin always pays his debts

Nayla & Wolfgang

Cela ne devait pas faire bien longtemps qu'il était revenu de sa petite « escapade » sur Terre. Wolfgang serait certainement bien incapable de vous dire le temps qui s'était écoulé, il était assez peu doué dans le domaine, mais cela devait faire deux ou trois joues peut-être. Qu'est-ce qui pouvait lui faire paraître le temps bien long ? Peut-être parce que monsieur n'était pas au top de sa forme depuis ce jour-là. Faut avouer que la journée avait été chargée, tant parce qu'ils avaient pût faire, que ce que son corps de mortel avait subit. Il était un démon, il était un homme à la carrure robuste et fort certes certes. Mais entre sa capacité de régénération qui a été mise à l'épreuve et son abus de pouvoir de manipulation, on ne peut pas dire que notre homme avait été des  plus sages. Pourtant il le savait, le démon avait toujours été conscient des risques que sa capacité encourait et savait alors s'arrêter -en général- lorsqu'il sentait les premiers signes comme quoi il commençait à trop en abuser. Ce pouvoir était terriblement puissant, il pouvait alors guider des vies, les manipuler, prendre possession de leur corps et de leur esprit, mais cela avait un coup. Et jamais il n'en était arrivé au cette extrême, autant l'utiliser relève de la folie. Nayla l'avait remarquer, mais faut avouer que d'un point de vu prendre soin de lui-même l'homme n'était pas des plus doué, il avait certainement un fierté de mâle, mais aussi une manie à être têtue et à ne jamais rien dire sur ce qu'il pouvait penser ou ressentir. La plainte est pour les faibles qu'il pourrait vous dire. C'est pourquoi il ne le fait pas. Entraîné -par lui-même- lors de sa jeunesse à subir en silence, n'ayant pas eut l'habitude à ce qu'on prenne en compte son ressenti. Mais là, c'était une évidence : Wolfgang n'allait pas bien.

Son mal de crane lui donnait des vertiges, le poussant alors bêtement à prendre des médicament -certainement ne respectant pas ce qui est prescrit sur les boites- se retrouvant alors à comater un peu dans son chez lui. Sautant alors un repas. Deux repas. Par non faim mais aussi flemme de tenter quelque chose. Et vu que personne n'était là pour le rappeler à l'ordre, l'homme faisait n'importe quoi, tel un enfant incapable de se prendre en charge. Pourquoi ne pas aller chez le médecin et se soigner comme il faut ? Vous l'avez vu ? Lui ? Allez chez le médecin. Il les a tellement en haine qu'il préfère mourir plutôt que de s'y rendre. Au moins, personne pour l'engueuler chez lui, puisqu'il était seul. Ce n'est qu'au bout de plus de vingt-quatre heure couché dans son canapé, ne le quittant que peu, qu'il s'était décidé à se lever. Il devait prendre l'air et songer à prendre à nouveau des médicaments, c'était du moins ce qu'il se disait lorsqu'il avait fait l'effort de se lever. Malgré le temps passé couché, il avait l'air fatigué, même s'il arrivait à se tenir droit, ses yeux trahissait la fatigue, de par leur manque de vivacité mais aussi en raison de la présence de cernes légères qui les entourait. Charmant... Il était souvent dépité devant le miroir, mais faut avouer que ce jour-là il semblait l'être encore plus.

… On dirait que j'reviens d'une fête chez Hadès.




Lâcha-t-il avec l'air le plus motivé au monde. Avant de se décidé à se rincer un peu, glandant alors un peu sous l'eau chaude qui n'arrivait pas à le réveiller. Ni même à réellement le réchauffer. Faut avouer que cet état lui donnait l'impression qu'il faisait trop frais tout le temps... Pourtant, il eut la motivation de se préparer. Il ne prit cependant pour une fois pas la peine de mettre son gantelet d'or, certainement un manque de foie. Avant de se retrouver dehors et de déambuler dans les rues pour se diriger vers la pharmacie. Là. Il demanda alors de quoi le faire dormir et de l'aspirine. La pharmacienne sembla alors dubitative devant la demande de cet homme. Avant de lui conseiller d'aller voir un médecin au lieux de d’auto-médicamenter. Il nia immédiatement. En demandant une fois de plus ce qu'il voulait, de la façon la plus aimable du monde -ou pas...-. Hélas. Cet idiot ne trouva rien de mieux que de s'effondrer au beau milieu de la place. Perdant alors le fil de la réalité pour se retrouver dans une bulle. Il entendant en échos les voix des gens qui l'interpellait. Mais malgré sa bouche qui s'ouvrir et sa voix qui d'après lui sortait, rien, personne ne semblait l'écouter. Des taches vint alors obscurcir sa vue. Il ferma alors les yeux pendant quelque instant. Quelques instant qui fût assez long pour des pompiers de le récupérer et l'emmener. A peine eurent-ils le temps de le soulever pour le mettre dans le camion, que notre homme rouvrit les yeux. Incapable de comprendre ce qu'il voyait pourtant de ses yeux. Ce n'est pourtant que lorsqu'une remarque fût faire lorsqu'ils furent incapable de planter l'aiguille dans son bras gauche et donc de changer qu'il se releva soudainement. Pardon ? Aiguille. Médecin. Hôpital. Perfusions ? De charmant mot dont il ne supportait plus l'existence. C'est pourquoi malgré la perfusion maintenant accrochée pour l'alimenter, cela ne l'empêcha pas de déployer ses ailes pour repousser ce beau monde autours de lui avec une violence qu'on n'aurait cru venant de quelqu'un qui comatait il y a trente secondes encore. Pourtant ça ne l'avait pas empêché d'attraper un homme par le cou. Pour finalement l’éjecter du camion en forçant la porte et s'envoler de façon maladroite. Il décolla. Donnant alors l'impression qu'il allait chuter d'un instant à un autre, pourtant il trouva la force de s'éloigner. Prenant sans vraiment s'en rendre compte la direction de la mer de nuage. Ce n'est que sur la plage de cette dernière que notre homme entama une chute pour se retrouver la tête dans le sable. Enfin.. affalé sur le ventre quoi. Sa perfusion à moitié arrachée et pourtant tenant toujours à son bras étalée à côté de lui. Le cœur de Wolfgang se calma. Il était rare de le voir être si réactif, du moins, pas sans raison. Cette corde sensible qu'était la médecine, lui rappelant alors ses heures sombres où il était un enfant attaché sur une table et ne sachant comment il serait à son réveil... Fatigué, mais également soulagé. Il resta là.

… J'ai faim.



Avait-il soufflé alors bêtement. L'art et la manière de ne jamais faire les choses comme il faut. Quelle idée d’échapper aux soins pour se perdre en pleine nature. Il avait autant la flemme que pas la foie de se redresser là tout de suite. C'est pour cela qu'il ferma les yeux, ignorant son ventre qui grognait de ne pas avoir été correctement rempli ces derniers jours pour se reposer. Profitant alors du silence. Y a pas à dire. C'est la classe. Ou pas.

DEV NERD GIRL






Enderstar FTW:
 

Cbô:
 

Staffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Nayla
Staffienne
Coeurs : 104 Messages : 382
Couleurs : #00CCCB
J'ai traversé le portail depuis le : 16/07/2013 et on me connaît sous le nom de : Shama/Etilya. Mon nom est : Nayla. Actuellement je suis : en profonde introspection. Il paraît que je ressemble à : création d'omocha-san/weiss schnee de RWTB et à ce propos, j'aimerais remercier : Dimée ♥♥♥.
Re: A Kirin always pays his debts [Pv : Nayla] | Mer 02 Déc 2015, 23:43

Cela faisait à peine quelques jours qu'elle avait accompli sa vengeance. Deux, peut-être trois. Elle qui avait d'habitude pleinement conscience du temps qui s'écoulait -sur le court terme, du moins- n'avait pas vu passer le temps ces deux derniers jours. Il faut dire qu'elle avait eu beaucoup à faire : récupérer le corps du kirin avec une équipe, rassurer ses protégés, les soigner, veiller à leur installation, s'assurrer qu'ils ne manquaient de rien pour se remettre doucement de leurs mésaventures... Et puis aussi, elle avait beaucoup ressassé ce qu'il s'était produit. Certes elle avait enfin mis un terme aux agissements de son bourreau, mais... à quel prix ? Elle avait l'impression d'avoir plus perdu quelque chose que gagné en justice. Au final elle n'avait pas la satisfaction à laquelle elle s'était attendue pendant tout ce temps. Elle était retournée au lac ce matin seulement. Elle ne trouvait pas la paix.  Elle ne savait pas pourquoi elle se sentait autant tourmentée. Elle avait eu besoin de calme et de tranquillité,  ce pourquoi elle s'était rendue ici, à la mer de nuages.

Nayla marchait lentement sur la plage de sable fin et clair. Pour se changer les idées, pour une introspection en toute sérénité sans doute. Elle cherchait la quiétude, mais en vain. Le regard perdu dans le lointain, ses pieds nus se posaient alternativement sur le sable. Une douce brise automnale soufflait sur son visage et soulevait à intervalles réguliers sa chevelure immaculée. Elle revêtait la robe que sa mère lui avait donné moins d'une semaine auparavant. Celle qu'elle portait le jour où elle avait parlé à Allen. Allen... Ce que son meilleur ami avait pu l'agacer avec ses questions ! Et surtout l'embarrasser en fin de compte. Enfin elle l'appréciait pour ce qu'il était, homme ou femme. Ses manches amples dansaient au rythme du vent. Ainsi, son corps était là, mais son esprit ailleurs.

Elle finit par s'assoir sur un petit rocher, lasse de marcher. Les genoux pliés devant elle, les bras autour, elle se concentra pour ne plus entendre que les sons naturels. Ses yeux se portèrent sur l'horizon nuageux et elle restà là à contempler le merveilleux paysage de la mer de nuages. Cela l'apaisait de se perdre dans la contemplation de ce genre de spectacle. Elle pouvait oublier progressivement ce qui la tourmentait et ne plus laisser de place qu'à la paix et la quiétude. Elle retrouvait un semblant de sérénité ainsi. Elle ferma les yeux pour se laisser porter par le chant du vent et la douce symphonie de la nature. Nayla ne faisait plus qu'une avec elle. Elle ressentait chaque écho, chaque brise, chaque... Pouf. Elle rouvrit les yeux. Pouf ? Comment ça pouf ? Ce bruit détonnait nettement. Ce n'était pas naturel. Elle aurait dit comme une masse qui avait chuté dans le sable. Le son lui était parvenu étouffé, la source se trouvait donc éloignée, certainement à deux ou trois cent mètres, lui apprenait son ouïe surdéveloppée. Elle tourna la tête vers sa provenance, sur sa gauche. La plage était plane à cet endroit, ce qui lui permettait d'avoir un excellent visuel sur quelques centaines de mètres à la ronde. Elle plissa les yeux et fronça les sourcils. Il lui semblait distinguer une vague silhouette sombre dans le sable. Intriguée, elle décida de voir par elle-même et se leva. Elle descendit de son petit promontoire et se dirigea vers la masse sombre.

Elle se stoppa net à quelques dizaines de mètres, alors que le vent tournait. Elle poubait mieux détailler la silhouette, de forme humaine. Un long manteau noir, une longue chevelure noire, de grandes ailes noires... Ce ne pouvait être ... ? Et pourtant le vent lui rapporta une odeur familière. Celle de Wolfgang, indéniablement. Son front se plissa. Elle ne pensait pas le revoir de si tôt. Elle n'avait pas imaginé. Allons bon, que lui arrivait-il encore  ? Pourquoi était-il allongé face contre terre les ailes en croix ? Elle commençait à se faire à son comportement décalé, mais elle doutait que même chez lui se fût normal. Elle s'approcha doucement.

« Wolfgang ? Que fais-tu étendu là ? Tout va bien ?  »

Question stupide.  Tout ne pouvait pas aller bien lorsqu'on était affaissé ainsi, même pour le démon... enfin elle le pensait tout du moins. Elle se mit en position seisa juste à coté de lui.  Peut-être s'était-il foulé une aile en plein vol ? Ça expliquerait sa chute.  Elle se pencha pour apercevoir son visage. Celui-ci était pâle, anormalement pâle. Elle fronça les sourcils, soucieuse -en tant que guérisseuse bien sûr. Comme il ne répondait pas, elle tâta son aile membraneuse pour détecter un muscle froissé. Elle n'était pas experte en créature ailée, mais elle en avait déjà ausculté. Ne détectant rien, elle fit le tour et répéta son manège pour la gauche. Rien non plus. Elle osa alors poser une main sur son épaule pour le secouer doucement.

« Wolfgang, réponds-moi. Que se passe-t-il ?  »

Elle n’osait pas le bouger plus, de peur qu’il se fût casser quelque chose. Ses yeux balayèrent le corps de l’ange déchu. Elle ne détectait pourtant aucune physionomie anormale de son squelette, à vue d’oeil. Pas de membre violacé et gonflé, pas de jambe tordue, rien… Il ne devait pas s’être blessé en tombant. S’il ne s’était pas non plus froissé une aile, alors pourquoi était-il tombé ? Pourquoi était-il si pâle ? Avec une précaution digne de son statut de guérisseuse, elle fit rouler l’ange déchu sur le côté. Elle inclina la tête sur le côté tandis qu’elle l’observait.

« Tu as une mine affreuse. Qu’est-ce qui a bien pu te mettre dans cet état ? »

Elle poussa un soupire avant d’approcher une main vers son visage. Elle s’immobilisa à quelques centimètres, hésitante. Non, elle ne devait pas se laisser guider par sa répulsion du contact. Il s’agissait du bien être d’un homme qui lui avait sauvé par deux fois la vie. Elle toucha alors son front, soupçonnant l’origine de son mal. Elle retira presque aussitôt ses doigts, la mine pleine d’effroi.

« Mais tu es brûlant de fièvre ! »

Elle se pencha pour attraper sa main. Celle-ci était glacée. Alors c’était donc ça, hein ? Wolfgang était malade. Elle ne savait pas ce que c’était, être malade. Les mythologiques ne tombaient jamais malades, leur sang les protégeait de ce genre de fléau. Elle le regarda en fronçant les sourcils. Et il sortait dans un état pareil ? Sa mine se fit sévère, la guérisseuse stricte et implacable prenant le dessus.

« Et tu peux me dire ce que tu fais ici avec quarante de fièvre ? » demanda-t-elle d’un ton qui ne souffrait aucune protestation, en croisant les bras, l’air exaspéré.

Et qui indiquait clairement qu’elle désapprouvait une attitude aussi légère. Non mais, qu’est-ce qui lui prenait de sortir alors qu’il devait à peine tenir debout ? Pire qu’un enfant... Elle se demandait même comment il avait fait pour voler jusqu’ici, sans s’écraser plus tôt… et surtout, pourquoi il n’avait rien fait pour se soigner. Car, elle en était persuadée, il n’avait consulté personne pour le soigner.




merci Arwy ♥
Nayllen:
 

White Rose:
 

cey trop beau:
 
Ligues & fan clubs

Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Wolfgang U. D. Enderstar
Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon
Coeurs : 75 Messages : 113
Couleurs : Wolfgang tente de parler en #BF3030 et Ghost l'encourage par télépathie en #9683EC
J'ai traversé le portail depuis le : 26/04/2015 et on me connaît sous le nom de : Wolfgang Mon nom est : Wolfgang Uriel Demyx Enderstar. Il paraît que je ressemble à : Vincent Valentine de FF VII et à ce propos, j'aimerais remercier : Tiaaaa et Soraaa ♥
Re: A Kirin always pays his debts [Pv : Nayla] | Ven 04 Déc 2015, 19:25

A Kirin always pays his debts

Nayla & Wolfgang

Les gens n'ont pas le droit de faire une sieste comme ça sur la plage ? Bon. On serait en plein été et il ferait beau avec tout le monde en maillot de bain, pourquoi pas c'est normal -quoique, voir Wolgang dans ce genre d'endroit ainsi serait un peu étrange-, mais pas en donnant l'impression d'être bêtement tombé, les ailes ainsi écarté et immobile. En fait, il était réellement tombé ce n'était pas qu'une impression. encore heureux que sa chute ne lui avait pas fait de mal... Mais l'heure était à la sieste et à se plaindre. Et c'est dans ses parfaites condition qu'il avait fermé l’œil. Et avait pendant un bref instant perdu pied à la réalité. Le noir complet, son esprit ne semblait plus être réceptif à rien, comme dans un sommeil profond. Si bien qu'il ne pût entendre la voix pourtant qu'il reconnaîtrait bien de Nayla qui l'interpellait. Qui tentait de se renseigner sur son état. Mais rien. Monsieur n'était pas décidé à répondre ou même donner signe de vie. En même temps quand on dors profondément c'est difficile. Ce n'est que lorsqu'une secousse lui remua alors l'esprit lui fit avoir enfin une réaction. Non, il n'était pas mort. Mais son cerveau si peut-être vu la réaction.

Hm ? Quoi. C'est l'heure de se lever ? Et pourquoi c'est l'heure d’abord...



Avait-il lâché les yeux mi-clos, l'air visiblement encore plus que largement dans les vapes. Vu le ton morne et plat -encore plus que d'habitude- qu'il avait employé, on pouvait facilement comprendre qu'il était encore en train de réaliser où il était et ce qu'il s'était passé. Mais en fait, avoir mal à la tête lui rappelait assurément ce qu'il avait, c'est fou comme ça ne veut pas s'oublier ce genre de chose... Même avec un cerveau en gruyère comme le sien, c'est pas si bien fait le monde. Encore à plat, il ne fit pas bien grande résistance lorsqu'elle le bougea, elle devrait trouver son mal toute seule... Chose qui fût assez rapide en fait lorsqu'il pût enfin distinguer sa main, puis son visage. Hein quoi brûlant de fièvre ? Qui ça ? Restant alors parfaitement immobile, il se mit cependant à serrer cette main chaude qui était venu tenir la sienne pendant un bref instant pour... Soudainement se redresser. En position assise cela va de soit. Il resta pendant genre, deux secondes comme ça, à la regarder, à serrer sa pauvre main avant de la lâcher pour se mettre à faire des mimiques étranges avec les mains. Comme s'il essayait d'expliquer quelque chose de parfaitement simple et logique. Visiblement assez peu inquiet à l'idée qu'une Kirin le fixe de son regard sévère parce qu'il fait n'importe quoi, mais ça, c'était comme toujours.

Alors tu vois. Tu vois. Là. Je sortais de chez moi, pis je marchais. Parce que j'avais mal au crâne. Et que ça voulait pas partir.



Il mima alors avec son index et son majeur quelqu'un qui marche. Des fois qu'elle n'aurait pas compris ce qu'il racontait quand bien même il utilisait des mots parfaitement simple et qu'elle était loin d'être une idiote. Mais on le pardonne, il est déjà difficile à suivre, mais quand il est malade ça doit être pire, y a de quoi rendre les autres malades en fait. Il tourna alors son regard vers elle pour la fixer droit dans les yeux. Malgré la maladie et la fatigue, Wolfgang restait un minimum lucide et ne racontait pas n'importe quoi, juste.. il le racontait mal. Très mal.

C'était pour acheter des médoc. Et là, la fille à la pharmacie me faire "oui, vous devriez voir le médecin et blablabla" le truc chiant que j'avais pas envie d'entendre. je lui ai donc dit "va te faire donne moi le médoc". Et puis. Dodo. Enfin, le noir.



Wolfgang qui tente d'imiter une conversation vécu ça doit être quelque chose quand même. Il n'empêche que la dite pharmacienne n'avait pas tort, on est jamais bon médecin pour soit-même et quand un mal reste, le mieux est de consulter un spécialiste pour pouvoir prendre les traitements appropriés, question de logique. Mais par pour notre homme qui refusait toujours aussi catégoriquement d'approcher un médecin. Mais il continua son récit, passant cette fois-ci sa main sur son visage comme pour essayer de se réveiller d'avantage. Être malade c'est nul, voilà c'est dit, c'est fait. C'est alors qu'il continua, l'air soudainement un peu plus... Énervé parce qu'il lui était arrivé.

Et là j'me suis réveillé. Y avait des... Médecins je crois. Je sais pas trop. Ils parlaient de me mettre une perfusion et...



Et là, Wolfgang réalisa quelque chose, comme si quelque chose venait de le piquer, il semblait avoir un sursaut avant de baisser son regard sur son bras. Les lanières en cuir avaient été partiellement détachés et sur son bras droit une aiguille était encore enfoncé sous sa peau -provoquant alors un bleu en raison d'un léger saignement à ce niveau là-, il l'arracha violemment pour lancer cette chose loin de lui. En proie à une fureur aussi brève que soudaine. Et là il releva son regard qui était passé soudainement au calme plat pour demander de la façon la plus normale du monde.

… Et en fait. Tu fais quoi ici ? Comment vas tu Nayla ?



… Ben oui, c'était une politesse, même s'il était dans le cas présent le type échoué sur la plage parce qu'il était malade. Mais non, c'est marrant de poser des questions, surtout quand ça tombe comme un cheveux sur la soupe. Mais malgré sa migraine persistante, il pût alors se rendre compte que cela faisait en fait assez souvent qu'il la croisait en si peu de temps. Décidément... Elle allait en avoir marre de lui et de ses humeurs... Et histoire de bien tranché avec son récit qui était devenu des plus sérieux tout à l'heure, son estomac gronda une nouvelle fois. La classe nationale....  Cela ne l'empêcha pas de tenter de se relever, ses ailes tombant un peu de façon misérables de chaque côté de son corps, comme pour un animal blessé.

DEV NERD GIRL






Enderstar FTW:
 

Cbô:
 

Staffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Nayla
Staffienne
Coeurs : 104 Messages : 382
Couleurs : #00CCCB
J'ai traversé le portail depuis le : 16/07/2013 et on me connaît sous le nom de : Shama/Etilya. Mon nom est : Nayla. Actuellement je suis : en profonde introspection. Il paraît que je ressemble à : création d'omocha-san/weiss schnee de RWTB et à ce propos, j'aimerais remercier : Dimée ♥♥♥.
Re: A Kirin always pays his debts [Pv : Nayla] | Ven 11 Déc 2015, 00:19

C'était la troisième fois qu'ils se croisaient en moins d'une semaine. On disait que si on croisait une même personne, inconnue, trois fois au cours d'une journée, à trois endroits différents, leurs destins étaient liés. Nayla ne croyaient pas à toutes ces sottises. Pour elle, chacun était maître de sa destinée. Pourtant, elle reconnaissait la rareté de la situation. La deuxième fois n'était pas due au fruit du hasard, mais aujourd'hui en revanche... Pour quelqu'un qui vivait aussi longtemps que la kirin, on pouvait aisément convenir qu'une semaine valait toute une journée pour le commun des mortels. Le temps s'écoulait si lentement pour elle... Et pourtant le monde, lui, évoluait rapidement. Des vies apparaissaient chaque jour, au même titre que d'autres disparaissaient en même temps. C'était ainsi que les mythologiques évoluaient, parmis des mortels éphémères et des sociétés bancales. L'une des raisons pour lesquelles Nayla se trouvait autant à l'écart, très certainement. On pouvait donc admettre que le démon était un peu particulier, puisqu'il chamboulait quelque peu ses habitudes et son quotidien.

Assise à genoux à coté de lui, la kirin s'éfforçait de le faire réagir, tout en essayant d'évaluer son état de santé global. Ce qu'elle finit par obtenir, car Wolfganf gromela des mots à peine articulés. Elle fronça les sourcils. L'heure de se lever ? Mais il délirait ou quoi ? Le soleil était déjà haut dans le ciel depuis plusieurs heures. Nayla secoua la tête de droite à gauche, blasée. Eh bien elle allait devoir l'ausculter car il n'avait pas l'air très rationnel sur l'instant. Elle prit donc sa température de la main avant de toucher la main du démon, glacée. C'est alors qu'il lui saisit la sienne. Ne s'y attendant absolument pas, elle sursauta et se figea. Le démon se redressa, et elle n'osa pas bouger ni le brusquer en se dégageant. Le coeur encore battant à cause de la surprise, son regard se fit à nouveau sévère. Ce qui n'avait aucun impact sur le démon. Celui-ci se mit même à faire des gestes pour mimer son récit. Dès que sa main fut libérée, la kirin la rameuna contre son buste, comme si elle craignait qu'il ne la lui volât à nouveau. Devant les mimiques du malade, Nayla se contenta de hausser un sourcil -très haut, le sourcil. Elle garda le silence tandis qu'il imitait quelqu'un qui marchait avec deux doigts. Si elle n'avait pas été aussi froide et... coincée avouons-le, elle s'en serait probablement amusée, elle aurait sans doute souris, voire rit. Mais là elle clignait plutôt des yeux en se demandant avec inquiétude s'il n'avait pas attrapé un mal débilitant...

Et puis il la fixa dans les yeux et cette question s'effaça. Il était encore lucide. Elle ne comprit pas tout ce qu'il racontait, notamment le "va te faire" et elle ne chercha pas à savoir "faire quoi". L'ange déchu avait par contre réussi l'exploit du siècle : faire tomber le masque impassible de Nayla. Car elle était partagée entre stupéfaction -oblige avec un cas comme Wolfgang- et préoccupation. Oui, car son état de santé n'était pas glorieux. Et le pire était que le démon ne semblait pas s'en soucier. D'après ce qu'il lui raconta, il avait même fait un malaise. Puis le démon passa une main sur son visage. Nayla n'avait toujours pas dit un mot, elle se contentait de le fixer intensément, attentive à son discours. Et elle commençait à comprendre ce qu'il se passait. Wolfgang parut soudain énervé et arracha une aiguille restée plantée dans son bras. Nayla suivit la trajectoire de l'objet du regard, tournant la tête. Oui elle saisissait le centre du problème. Et cela lui fit de la peine. Elle le fixa de nouveau, en même que le démon se calmait. Il posa son regard dans le sien. Puis lui demanda curieusement comment elle allait, ironie du sort. Alors seulement elle prit une inspiration pour s'exprimer.

« Je cherchais un peu de tranquillité. Cet endroit m'apaise et chasse les énergies négatives. Et je vais bien merci, mais ce n'est pas à moi qu'il faut demander ça. Tu as vu dans quel état tu es ? »

Son ton était devenu plus ferme sur la dernière phrase. On sentait qu'elle désapprouvait son comportement et pourtant, une part d'elle le comprenait. Elle soupira et son regard s'adoucit. On pouvait même y lire une profonde compassion et un peu de peine pour lui. Il avait à ce point la hantise des médecins qu'il préférerait mourir plutôt que de se faire soigner... Elle ne savait pas pourquoi mais ça lui serra le coeur plus qu'elle ne l'aurait imaginé.

« Wolfgang... Je sais que tu n'aimes les médecins, à cause de ce que certains t'ont fait sur Terre. Mais ils étaient humains. Il n'y en a pas ici, sur l'île. Les sanctuariens sont bien différents. C'est aussi valable pour les médecins et le personnel soignant. Ils usent des mêmes outils mais uniquement pour soigner. Tu n'as rien à craindre en allant consulter pour quelques maux de tête. »

Bien sûr, Sanctuary avait sa part de mauvaise clique. Mais il n'y avait jamais eu à sa connaissance de cas similaires sur l'île à ce que le démon avait vécu sur Terre. Les lois ici ne le permettaient pas, même si elles n'étaient pas parfaites et qu'il y avait toujours quelqu'un pour les enfreindre. Enfin... Elle disait cela pour tenter de le rassurer, mais elle comprendrait s'il refusait de l'entendre. En attendant elle allait devoir se charger elle-même de le soulager de ses maux.

« Depuis combien de temps es-tu dans cet état ? lui demanda-t-elle tandis qu'elle observait la dilatation de ses pupilles. Tes maux de crâne, quand ont-ils commencé ?  As-tu mal autre part ? Quand la fièvre est-elle survenue ? »

Elle lui posait beaucoup de questions, afin d'apprendre un maximum de choses sur ce qu'il pouvait avoir attrapé et sur l'évolution de la maladie. En tout cas ça ne pouvait pas remonter à plus de deux jours puisqu'il n'était pas malade lorsqu'ils s'étaient séparés. Elle tendit l'oreille pour se concentrer sur la respiration du démon, un peu sifflante.

« Tu as mangé, récemment ? Est-ce que tu as des nausées ? »

Elle ne pourrait sans doute pas le guérir, puisque son pouvoir ne traiter que les blessures, mais ses connaissances médicinales et botaniques lui permettraient de lui concocter un grog, une sorte de panacée, qui l'aiderait à combattre l'infection. Selon ses premières observation, il s'agirait plutôt d'une mauvaise grippe. Quant à savoir pourquoi il l'avait attrapé... seul lui avait la réponse.




merci Arwy ♥
Nayllen:
 

White Rose:
 

cey trop beau:
 
Ligues & fan clubs

Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Wolfgang U. D. Enderstar
Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon
Coeurs : 75 Messages : 113
Couleurs : Wolfgang tente de parler en #BF3030 et Ghost l'encourage par télépathie en #9683EC
J'ai traversé le portail depuis le : 26/04/2015 et on me connaît sous le nom de : Wolfgang Mon nom est : Wolfgang Uriel Demyx Enderstar. Il paraît que je ressemble à : Vincent Valentine de FF VII et à ce propos, j'aimerais remercier : Tiaaaa et Soraaa ♥
Re: A Kirin always pays his debts [Pv : Nayla] | Lun 14 Déc 2015, 20:44

A Kirin always pays his debts

Nayla & Wolfgang

Visiblement, c'est parfaitement normal d'aller se balader dans la nature quand on est malade, du moins, c'est certainement normal quand on s'appelle Wolfgang... Ou peut-être pas, même pour lui c'était un peu bizarre. Lui faisant alors certainement dire un peu des bêtises. Ou plutôt non, raconter les choses comme s'il avait un peu trop bu... Pourtant il n'en était rien. Le pauvre était juste un peu vaseux et donc l'esprit qui va avec... Il était toujours égal à lui-même, Wolfgang le lunatique, Wolfgang incapable de rester sur le même sujet tout seul. Puisqu'il était passé du racontage totalement étrange de sa vie, à la haine pure et simple à finalement la question la plus anodine sur la Kirin. D'ailleurs alors qu'elle lui répondait, notre homme qui ne prit seulement que quelques bouts de réponses dans son esprit se disait un truc. Il délirait peut-être à cause de la maladie, mais il avait l'impression en fait de beaucoup l'avoir cette jeune femme aux long cheveux blanc... Pourtant c'était pas faut de l'avoir ramassé sur un coup de tête par le plus grand des hasards dans la forêt. Pourtant elle était encore là. Près de lui. Elle avait un radars pour le repérer en fait ? Quel était le pourcentage de chance de se croiser comme ça sur une plage totalement déserte comme celle-ci.. Ah oui. Vrai. Si elle cherchait le calme à l'origine c'était plus logique en effet j'ai rien dis... Maintenant assis, sans bouger d'un pouce, l'air toujours assez peu réveillé. Notre homme clignait rapidement des yeux, essayant certainement de voir si cela allait l'aider à lui remettre les idées en places. Mais rien à faire, il n'était pas dans son assiette et être dehors comme ça n'était pas la meilleure idée. Mais pour ça encore faudrait-il qu'il veuille bien se soigner. Soufflant en haussant les épaules, il eut alors un rire soudain, aussi soudain que bref. Avant de s'arrêter net. Il semblait assez catégorique sur le sujet et dans sa réponse. Malgré la haine palpable dans son ton, mêlée à la fatigue, on pouvait y déceler une blessure profonde ancré au plus profond de son être. Visible simplement dans le regard qu'il pouvait afficher. Et ça, même la maladie était incapable d'effacer le sentiment que les médecins lui donnait... Cet acte qui l'avait façonné tel qu'il était à présent...


Qu'importe. Aucune médecin ne me touchera. Plutôt rejoindre Hadès une fois de plus.



… Têtu, borné. Et certainement un peu bête, ah les hommes comme on pourrait le dire. Il en faisait trop, et faisait certainement une généralité. Mais on pourrait parler de phobie à ce stade, mais à défaut de lui faire peur, cette dernière le rendait terriblement violent. Et agir de façon totalement irréfléchie. Comme il venait de le faire là en fait. Sa tête revint alors se poser sur sa main, comme pour essayer d'y trouver un appuie et puis... Parce que ces surplus de pensées négatives pour ces gens le fatiguait quelque peu dans cette situation... Sa température corporelle augmenta alors pendant un bref instant, le rendant quelque peu hésitant pendant un bref instant, dans sa réponse qui pour une fois était normale en fait. Sa respiration se fit plus bruyante.

… J'sais pas. J'sais plus. Depuis. Après qu'on ce soit séparé. Ça s'est empiré après. Et puis... Et puis... J'ai chaud.



Avait-il dit alors que dans un sursaut il s'était relevé. Debout, totalement. Quoique le dos un peu courbé, comme si ses ailes étaient un poids pour ses épaules. Ces dernières d'ailleurs traînèrent un peu sur le sol, avant de finalement disparaître pour.. eh bien commencer bêtement à retirer son manteau. De là il retira ensuite la veste. Il n'avait aucun gant de métal accroché, du coup, il pût se retrouver torse nu en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire en fait. Debout là, chancelant pendant un instant, il passa se dos de sa main sur son front. Sa peau était comme le reste de son corps, pâle, plus que d'habitude, tel le malade qu'il était. Seul son bras de métal qui semblait presque normal pourtant ainsi était un peu plus « coloré », marqué à certains endroits de ces cicatrices larges et profondes qu'il ne ferait jamais partir, remontant alors jusqu'à son épaule presque. Après deux secondes de silences. Il s'était tourné vers Nayla.


Aucune nausées. Mais. J'ai faim. La dalle même. Y a rien dans le coin. Un peu loin pour un resto', j'aurais pût t'inviter une fois de plus.



… Pourquoi avait-il parler d'inviter ? Aucune idée. Il avait peut-être oublié que la question sur sn appétit avait été posé parce qu'à l'origine il était malade... Ce n'est qu'en relevant la tête vers le ciel -provoquant un déséquilibre léger chez lui- qu'il pût se rendre compte de quelques petites gouttes tombant de ce ciel assez mitigé.


… Fait un peu froid en fait.



Avait-il dit finalement en se laissant tomber. Enfin. Il se laissait tomber, ou tombait tout court.. ? J'aurais d'avantage opté pour la seconde option personnellement. Quelle idée de se désaper d'un coup... Heureusement que Nayla était là. Faut avouer qu'il n'est que rarement malade, et encore heureux. Mais lui et être raisonnable, ça fait deux. C'est bête, la régénération rapide ne marche pas sur ça. À quoi ça sert ce truc pff...

DEV NERD GIRL






Enderstar FTW:
 

Cbô:
 

Staffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Nayla
Staffienne
Coeurs : 104 Messages : 382
Couleurs : #00CCCB
J'ai traversé le portail depuis le : 16/07/2013 et on me connaît sous le nom de : Shama/Etilya. Mon nom est : Nayla. Actuellement je suis : en profonde introspection. Il paraît que je ressemble à : création d'omocha-san/weiss schnee de RWTB et à ce propos, j'aimerais remercier : Dimée ♥♥♥.
Re: A Kirin always pays his debts [Pv : Nayla] | Mer 23 Déc 2015, 18:22

Voir un être magique dans cet état ne lui aurait pas fait grand chose en d'autres circonstances. Elle était compatissante, certes, mais pas avec n'importe qui, et ce genre de sentiment elle le réservait plutôt pour les créatures magiques originaires de la mer. Quoique, même les animaux terrestres à la réflexion. S'il avait s'agit de quelqu'un d'autre, une personne qu'elle ne connaissait pas, elle se serait contentée dans le meilleur des cas de soulager son mal avec ses connaissances en remèdes médicinaux. Mais Wolfgang était différent, en ce sens qu'ils partageaient plus qu'une simple rencontre. Un passé similaire, une souffrance presque identique. Elle avait l'impression qu'il l'avait comprise bien plus que n'importe qui pourrait le faire, et ça, ce n'était pas anodin.  Ainsi voir le démon dans cet état lui attirait plus que de la simple compassion. Elle avait, dirons-nous, un peu de peine pour lui. Refuser de se laisser soigner, refuser d'aller mieux... Sa hantise était telle qu'il serait difficile, voire impossible, de le raisonner. Elle l'avait compris en lui expliquant. Et les paroles du démon confirmèrent son ressenti.

« Ne dis pas de bêtises. »

Elle expira doucement par le nez tout en l'observant, les lèvres jointes et le regard peiné. En arriver à dire qu'il préférait la mort... Elle secoua la tête. S'il réagissait comme ça à chaque fois, c'était à se demander comment il avait fait pour survivre jusque là. Pire qu'un enfant. Et puis il parvint enfin après un long moment de réflexion à répondre aux questions de la kirin. Ou du moins à l'une d'entre elles, à savoir depuis quand il était comme ça. Et s'il baragouina plus qu'il ne parla, elle en comprit l'essentiel. Depuis qu'ils s'étaient séparés... Alors c'était en réaction au surplus d'effort qu'il avait fourni ce jour-là. Elle se sentit aussitôt fautive. Si elle ne lui en avait pas tant demandé, il n'en serait sans doute pas là.  Peut-être même aurait-elle dû refuser sa proposition à l'origine. Ç'aurait été plus sage. Pourtant malgré son sentiment de non victoire, elle était aussi soulagée de savoir ce criminel entre les mains d'Hadès. Elle soupira.

« C'est donc à cause de moi que tu es malade aujourd'hui. »

Elle mettait rarement en avant ses torts dans une histoire. Elle en avait conscience, mais elle les gardait pour elle. Mais là elle ne pouvait ignorer ses fautes. Comment se rattraper sur ce coup-là ? Déjà qu'elle s'en voulait de l'épisode avec le général humain, quand elle avait demandé à Wolfgang de prendre la suite, plus par lâcheté que par réel besoin. Elle devait se racheter, quand bien même le démon argumenterait qu'elle n'y était pour rien. Elle allait parler lorsqu'il se releva brusquement. Elle fronça les sourcils, désapprouvant un geste aussi soudain dans son état.

« Mais Wolfgang ... »

Elle n'eut pas l'occasion d'aller plus loin dans sa protestation. Car le démon décida qu'il faisait vraiment trop chaud -alors que ce n'était que la fièvre- et commença à se déshabiller. Donc, la suite de sa phrase ne trouva pas le chemin vers la sortie. La bouche entrouverte elle le fixa se mettre torse-nu. En fait elle ne s'y attendait pas du tout. Elle n'était pas pudique -enfin si un peu beaucoup en fait- mais il n'y avait que sous forme de kirin que ça ne l'atteignait pas, sans doute parce qu'elle avait la sensation, de par sa stature imposante à ce moment-là, d'être au-dessus de ça. Mais sous forme humaine elle semblait plus vulnérable aussi pour ça. Elle cligna des yeux avec une tête de merlan frit. Avant de les détourner aussitôt, juste avant qu'il ne répondît à une autre de ses questions. Ce qui eut au moins le mérite de changer d'atmosphère.

« M'inviter... au restaurant. Tu es malade et... Tu penses à ça toi ?  Enfin... Je peux toujours aller te chercher quelque chose à manger. »

Inutile de préciser qu'elle était légèrement mal à l'aise. L'hésitation dans son discours, ponctué de silence, en témoignait bien assez. Mais elle se reprit bien vite et ce fut bientôt comme si rien ne s'était passé. Elle sentit quelques gouttes tomber du ciel, en même temps que Wolfgang levait la tête. Celui ci déclara avoir finalement froid avant de s'affaler par terre, juste devant Nayla, toujours assise en seisa. La kirin soupira avant d'attraper son manteau et de le recouvrir avec. Elle lui passa un peu d'eau fraîche sur le visage, issue de sa création. S'il refusait les soins des médecins, qui pourrait le guérir alors ? La blanche se mordit la lèvre inférieure, avant de poser une main sur son manteau au niveau du dos.

« Wolfgang... Tu ne peux pas rester comme ça, dans cet état. Je sais que tu ne supportes pas les médecins, et je le comprends. Mais il faut bien que quelqu'un t'aide. Est-ce que tu es d'accord pour me laisser faire ? Je n'ai ni les moyens ni les compétences d'un vrai médecin, mais mes connaissances remèdes médicinaux devraient suffire. »

C'était à lui de décider. Respectueuse du libre arbitre, elle ne le forcerait en rien. Elle-même n'apprécierait pas qu'on lui forçât la main. En attendant, le ciel n'allait pas tarder à déverser son eau. Et nul besoin d'être médecin pour savoir que la pluie n'était pas bienfaitrice pour les malades. Nayla se releva doucement.

« Je vais aller te chercher à manger. En attendant je te propose d'aller t'abriter de la pluie sous ce grand rocher creusé là-bas (elle le désigna du doigt), si tu en as la force. Sinon tu vas attraper la mort avec cette pluie diluvienne qui s'annonce. Je ne devrais pas en avoir pour très longtemps. Ne fais pas de bêtises pendant ce temps. S’il te plaît. »

Nayla se releva lentement et attendit un signe de sa part. Elle ne l’avait pas dit, mais elle comptait en profiter pour récupérer dans le sous-bois qui jouxtait la plage des ingrédients pour lui préparer une mixture médicinale, au goût certes exécrable, mais au grand pouvoir curatif. Elle espérait que cela suffirait à le remettre sur pieds.




merci Arwy ♥
Nayllen:
 

White Rose:
 

cey trop beau:
 
Ligues & fan clubs

Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Wolfgang U. D. Enderstar
Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon
Coeurs : 75 Messages : 113
Couleurs : Wolfgang tente de parler en #BF3030 et Ghost l'encourage par télépathie en #9683EC
J'ai traversé le portail depuis le : 26/04/2015 et on me connaît sous le nom de : Wolfgang Mon nom est : Wolfgang Uriel Demyx Enderstar. Il paraît que je ressemble à : Vincent Valentine de FF VII et à ce propos, j'aimerais remercier : Tiaaaa et Soraaa ♥
Re: A Kirin always pays his debts [Pv : Nayla] | Sam 26 Déc 2015, 18:35

A Kirin always pays his debts

Nayla & Wolfgang

Ne pas dire de bêtise, pourtant je crois que Wolgang en disait très souvent, presque tout le temps, malgré lui, sans vraiment se rendre compte qu'il pouvait dire des choses aussi simplement qu'en les sortant du contexte. Mais dans le cas présent, malgré la maladie qui semblait lui ronger l'esprit encore plus que sa folie étrange habituel, notre homme était pourtant censé. Arrêter de dire des bêtises. C'est juste impossible, surtout quand son esprit il n'en s'agissait pas. Il était normal pour lui de préféré la mort que de se retrouver dans un hôpital entre les mains de médecins. Le simple fait d'avoir un produit qui lui serait implanté dans le corps lui donnerait des envies de meurtre. Ça le répugnait, autant que cela l'effrayait dans un sens. Même si cette peur s'exprimait en violence. L'idée de se retrouver à la merci de produit sans défense avait de quoi être effrayant. Le nombre de fois où un produit l'avait forcé à fermer les yeux, sachant que son esprit partait, mais que son corps restait là entre les mains d'autres et qu'il n'aurait absolument aucune idée de ce qui se produirait entre ce moment et celui où il ouvrirait les yeux. S'il les ouvrait à nouveau d'ailleurs. Bon nombre de fois il avait espérer que ce sommeil qui était aussi effrayant qu'un instant de repos serait le dernier, qu'il ne se réveille jamais. Mais ce n'était pas arrivé. Il ne voulait pas. A l'époque, lorsqu'il était chez les Yakuza, Wolfgang avait toujours refusé de voir des médecins, ne comptant alors que sur lui-même et surtout sa régénération pour s'en sortir, mais il n'avait jamais revu un seul de ses hommes en blouses, du moins, pas sans le tuer par accident ou autres. Qu'importe l'avis de Nayla. Qu'importe qu'elle ait un regard qui voulait en dire long, que c'était stupide qu'il devait prendre soin de lui au lieux de se laisser diriger par des peurs du passés. Il ne voudrait pas. Et ça elle l'avait bien compris. De toute façon, il était loin. Et préférait visiblement raconter les événements avec une désinvolture qui lui était un peu propre.

Cela ne semblait pas trop convaincre la jeune femme qui devait réellement penser que son état le rendait encore plus inconscient que d'habitude, et c'est peu dire en fait. Il faut dire qu'il avait l'air un peu idiot comme ça à s'être mit torse nu comme ça alors que le temps n'était carrément pas clément à ce genre de tenue. Pourtant il n'en était pas dérangé, enfin peut-être par la froid juste derrière mais visuellement il s'en fichait, mais ne s'attendait peut-être pas à ce que Nayla y prête attention. Pourtant, tournant la tête légèrement vers elle, il pût alors se rendre compte de sa gêne. Ah. Pourquoi elle l'était ? Il aurait pût poser la question, il était bien le genre à n'avoir aucun tact comme ça, pourtant le voilà à nouveau sol bien. Vite retrouvant la chaleur de son manteau grâce à sa protectrice. Depuis quand avait-il besoin d'en avoir ? Pfff.



Il était resté silencieux la tête bas en l'écoutant. Il ne voudrait pas de médecin. Mais elle c'était différent, elle n'en était pas un et il la connaissait. Qu'elle fasse ce qu'elle veut si ça l'amuse pensa-t-il... Il avait haussé les épaules, les yeux mi-clos, l'air soudainement plus calme.

Si tu veux Nayla... Tu me dois rien.



Avait-il l'air murmuré de façon presque inaudible. Mais sa compagnie n'était pas désagréable, et il ne l'a rejetait donc pas. Au contraire, elle l'apaisait dans un sens, il souffla un coup et ferma les yeux. Ah oui. C'est vrai. Il devait se mettre à l'abri là-bas. Où déjà ? Il ne savait plus. C'est pour ça qu'il resta alors quelque instant vide, assit sur cette plage seul, maintenant qu'elle était partie pour chercher... Chercher quoi en fait ? Il ne savait plus non plus. Penser lui faisait mal à la tête. Du coup, il ne pensait plus. Ce n'est qu'en réalisant qu'une averse l'avait rendu trempé et qu'il en tremblait légèrement qu'il releva la tête. Ah oui. A l'abri. C'est vrai, il avait encore oublié. Du coup, le jeune démon se releva. Enveloppé presque inutilement dans ce manteau qui ne le protégeait plus tant l'averse c'était mise à tomber d'un coup et qu'il en était imbibé. Finalement, puisque c'était le plus proche, il retrouva alors l'abri qu'elle lui avait indiqué, lui donnant alors une vu sur la mer et uniquement cette dernière. Les cheveux gouttant alors, donnant l'impression qu'il sortait d'une douche, il resta là.
Un bruit l'interpella. Certainement la jeune femme qui était de retour. Il se releva pour une raison  certainement inconnu à lui-même mais bon, on ne va pas lui en tenir rigueur vu son état hein.

Oh. C'est vrai. T'étais partit chercher quoi déjà Nay ?



Oui. Non seulement il avait oublié totalement ce qu'elle était partie faire -au moins il n'avait pas oublié qu'il était avec elle en fait...- mais en plus il passait aux surnoms maintenant, je n'ai qu'une chose à dire. C'est la fête vinaigrette ! Ahem. Il fit un pas dans sa direction, un autre.. et un peu avant d'arriver à sa hauteur tomba. Un peu con pour le coup. Pire encore en se retrouvant alors accrochée à la jeune femme sur le coup. Certainement bien trop secoué dans sa tête vide pour réagir comme il le ferait. Du coup. Il resta là. Sur cette pauvre petite demoiselle -petite mais.. faut s'en méfier-, visiblement galérant à réaliser qu'il faut se redresser. Sa tête avait alors trouvé la base de son épaule en guise d’appuis. C'est qu'en plus. C'était confortable... Il était où déjà ? Ah oui. Cet odeur. C'était celle de cette fille blanche. Il la connaissait. À force.

DEV NERD GIRL






Enderstar FTW:
 

Cbô:
 

Staffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Nayla
Staffienne
Coeurs : 104 Messages : 382
Couleurs : #00CCCB
J'ai traversé le portail depuis le : 16/07/2013 et on me connaît sous le nom de : Shama/Etilya. Mon nom est : Nayla. Actuellement je suis : en profonde introspection. Il paraît que je ressemble à : création d'omocha-san/weiss schnee de RWTB et à ce propos, j'aimerais remercier : Dimée ♥♥♥.
Re: A Kirin always pays his debts [Pv : Nayla] | Jeu 31 Déc 2015, 01:07

Nayla avait l'impression de toujours lui devoir quelque chose depuis leur rencontre -soit depuis moins d'une semaine, ce qui était assez inhabituel dirons-nous. Il lui avait sauvé la vie une première fois en la recueillant chez lui puis en la soignant. Il lui avait apporté son aide pour traquer le général qui l'avait emprisonnée pendant 10 ans. Il avait fait barrière de son corps pour la protéger des balles lorsqu'elle pleurait la mort du kirin véritable, lui sauvant une nouvelle fois la vie. Il lui avait permis d'accomplir à la fois sa vengeance et sa soif de justice. Il en était tombé malade, ce pourquoi elle s'en voulait un peu. C'était agaçant de se sentir redevable autant de fois envers une même personne, en même temps que de sentir responsable des conséquences de ses actes. Il lui affirma pourtant qu'elle ne lui devait rien. Pour lui sans doute.  Mais du point de vue de la kirin, c'était différent. Elle avait le désagréable sentiment qu'elle ne parviendrait jamais à éponger sa dette. Ce n'était certainement qu'une impression erronée, mais voilà.

Maintenant qu'elle avait son accord et qu'elle lui avait laissé des instructions, elle put s'éloigner vers le sous-bois qui jouxtait la plage afin d'y trouver un animal pour nourrir le démon, mais aussi pour récupérer toutes sortes de plantes dont elle connaissait les propriétés curatives. Elle savait qu'elles poussaient non loin d'ici. Il ne lui fallut d'ailleurs que peu de temps pour trouver ce qu'elle chercher. Indifférente à la pluie qui tombait en cordes, elle commença à ramasser ce dont elle avait besoin. Elle rangeait ainsi chaque plante ou fleur dans le petit sac bandoulière de sa conception. La pluie assombrissait sa chevelure d'ordinaire platine, devenant temporairement blond cendré. Ses yeux d'un bleu profond tranchait encore plus sur sa peau blanche avec cette obscurité temporaire. Une fois qu'elle eut trouvé toutes les plantes, fleurs, et racines nécessaires, elle chercha ensuite des brindilles pour allumer un feu. Elle les débarrasserait plus tard de l'humidité. Son sac fut vite plein, et il lui restait encore à trouver de quoi lui faire un repas consistant. Heureusement un lapin croisa bien vite sa route. Elle parvint sans difficulté à l’attraper et lui offrit une mort rapide. Voici qui devrait suffire, du moins elle l’espérait. Elle n’avait pas grand chose qui pourrait servir d’accompagnement, mais tant pis. Elle regagna la plage, en espérant que le démon l’avait écoutée.

A son soulagement elle l’aperçut assis dans l’abri, mais en s’approchant elle remarqua ses vêtements trempés et l’eau qui gouttait de sa chevelure, signe qu’il ne s’était pas abrité avant que la pluie ne tombât à verse. Elle soupira intérieurement. Elle s’approcha davantage, attirant l’attention du démon qui se releva. Elle se stoppa en entendant ses mots, interloquée. Qu’est-ce qui la surprit le plus, le surnom que personne ne lui donnait excepté Allen, ou qu’il eut oublié pourquoi elle l’avait laissé seul pendant un laps de temps ? Elle-même ne saurait le dire. Elle mit le surnom sur le compte de la fièvre et ne lui en tint pas rigueur.

« Je suis allée te chercher de quoi manger, tu ne te souviens pas ? Tu m’as dit que tu avais faim. Et j’ai aussi ramené de quoi te redonner de la force.  »

Elle s’apprêtait à le rejoindre lorsque le démon fit quelques pas dans sa direction. Elle ouvrit la bouche pour lui ordonner de retourner s'asseoir -nan mais dans son état aussi, comment il arrivait ne serait-ce qu’à tenir debout ?- mais Wolfgang perdit soudainement l’équilibre et… se rattrapa à la kirin. La tête du jeune homme chercha appui sur son épaule. Aussi immobile qu’une statue, Nayla ne savait que faire. Ce contact prolongé ne lui plaisait guère, mais elle n’osait pas le repousser de peur de le faire tomber, car il était diablement malade après tout. Elle était… coincée. Elle en avait lâché le lapin de surprise, les bras pliés hésitant à toucher le démon. Elle resta figée dans cette position un long moment ; seule la pluie rivalisait avec le silence. Puis Nayla se secoua intérieurement et prit sur elle. Ses mains se posèrent sur les bras de l’ange déchu et elle le décolla lentement d’elle.

« Wolfgang… Retourne t’asseoir. Tu n’aurais pas dû te lever, tu n’es pas en état. »

On aurait dit qu’elle réprimandait un enfant… quelle scène incroyable tout de même. Nayla guida le démon jusque dans l’abri, le soutenant sans trop de difficulté malgré sa silhouette d’apparence fragile. Elle appuya fermement sur les épaules du démon pour le forcer à s’asseoir. Elle retourna ensuite chercher le lapin abandonné dans le sable humide. Elle rejoignit le démon et déposa l’animal sans vie à ses pieds. A présent il lui fallait de quoi allumer un feu et cuire l’animal.

« Je reviens. Surtout, tu ne bouges pas. Je n’en ai pas pour longtemps. »

Elle ouvrit un portail vers Atlantide pour récupérer quelques ustensiles de cuisine dans la maison de ses parents, qui étaient absents de toute façon. Elle en profita pour récupérer une écuelle, des couverts et un verre d’eau. Elle pensa également à prendre une couverture et un coussin. Elle ouvrit un second portail pour le retour et réapparut au bout de quelques minutes à côté du démon. Elle déposa le tout par terre, puis elle s’agenouilla devant Wolfgang pour passer une main sur ses vêtements.

« Je t’avais dit de t’abriter avant l’averse. Tu es trempé maintenant, c’est bien la dernière chose dont tu as besoin. »

Tandis qu’elle parlait, un mince filet d’eau se dégagea de ses vêtements pour rentrer docilement dans un verre. Elle débarrassa ainsi le démon de toute l’eau imbibée dans ses vêtements, mais aussi dans ses cheveux. Il n’y avait pas à dire, question séchage, elle était au top. Elle lui tendit la couverture pour lui permettre de garder sa chaleur. Puis elle disposa en cercle des petites pierres qui se trouvaient autour d’eux. Elle sortit de son sac des brindilles pour les mettre au centre, une fois débarrassées de l’humidité par ses soins. Puis elle utilisa deux pierres pour allumer un feu, exactement comme dans les films. C’est qu’elle avait beaucoup de ressources, la mythologique. Bientôt, un petit feu vit le jour. Il réchaufferait Wolfgang, et elle pourrait également préparer le lapin. Elle rajouta du bois, puis elle fabriqua un support sommaire pour la casserole récupérée chez ses parents. Elle ajouta l’eau de pluie dedans et suspendit le contenant au-dessus du feu. Elle s’attarda ensuite à dépecer l’animal et le vider, avant de découper des morceaux et de les mettre dans la casserole. Elle rajouta des herbes cueillies un peu plus tôt, ainsi que quelques racines pour rendre le plat plus consistant. Et tout ceci sans un mot. Il ne restait plus qu’à attendre la fin de la cuisson. Alors seulement, Nayla porta son attention sur le démon.

« Tu as assez chaud ? Il va te falloir patienter encore un peu avant de manger. En attendant, je vais commencer à préparer de quoi te remettre sur pied. »

Elle attrapa un récipient, sortit quelques herbes de son sac et commença à les broyer avec un mortier. Elle tendit le coussin au démon, au cas où il voudrait s’allonger ; la roche n’était pas très confortable pour sa tête. Elle restait silencieuse, mais elle n’en était pas moins attentive à Wolfgang.




merci Arwy ♥
Nayllen:
 

White Rose:
 

cey trop beau:
 
Ligues & fan clubs

Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Wolfgang U. D. Enderstar
Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon
Coeurs : 75 Messages : 113
Couleurs : Wolfgang tente de parler en #BF3030 et Ghost l'encourage par télépathie en #9683EC
J'ai traversé le portail depuis le : 26/04/2015 et on me connaît sous le nom de : Wolfgang Mon nom est : Wolfgang Uriel Demyx Enderstar. Il paraît que je ressemble à : Vincent Valentine de FF VII et à ce propos, j'aimerais remercier : Tiaaaa et Soraaa ♥
Re: A Kirin always pays his debts [Pv : Nayla] | Lun 04 Jan 2016, 20:23

A Kirin always pays his debts

Nayla & Wolfgang

Comment pouvait-on avoir si peu d'attention pour ce qui se passe autours de soit, de perdre tant de fois la notion du temps et des événements. Pourtant Wolfgang n'est pas idiot, ni quelqu'un dénué de toute mémoire, au contraire, si on le questionne et qu'il prenait le temps de se poser, cet homme serait capable de vous décrire tant de chose de son passé avec tellement de détail. Tout s'inscrit en lui, qu'il le veuille ou non, pourtant, lorsqu'il se fermait à toute réflexion, il était capable de se poser réellement la question du pourquoi du comment. Comme là, à l'instant même où il avait vu Nayla revenir dans la grotte, il n'était plus capable de comprendre pourquoi elle était là. Pourtant sa présence semblait presque naturelle ses côtés. C'est certainement pour ça qu'il avait trouvé la position en fait soudainement confortable, à moitié tombé sur cette pauvre femme. Encore heureux qu'elle avait une nature la rendant bien plus solide qu'il n'y paraît, on aurait vite fait de se sentir écrasé par le poids de cet homme... Mais il n'avait pas bougé, les yeux perdu dans le vide derrière elle. C'est vrai, elle avait parlé de soigner son mal et de manger. Mais pourquoi, il est bien plus simple d'ignorer le mal des autres, de l'éviter et de rester dans son coin, quand la vie de la dite personne n'a aucune importance pour vu. Après tout, si quelqu'un meurt, qu'est-ce que ça peut vous faire ? De la même façon que beaucoup n'ont pas grand chose à faire de l'animal qui finit dans l'assiette, on ne voit pas la mort dans les yeux, c'est toujours plus simple ainsi. Les êtres vivants sont égoïstes, notre homme le premier, pourtant il n'avait jamais compris pourquoi au final il avait cédé à son affilié ce jour où il avait sauvé la demoiselle. Certainement pour avoir la paix, mais aussi peut-être qu'il s'était prit au jeu à se faire passer pour quelque chose qu'il n'est pas. Soucieux du bien être des autres. Pourtant, malgré tout l'intérêt qu'il avait put trouver en elle, jamais il n'avait réellement réussis à expliquer pourquoi il l'avait toujours protéger. Peut-être était-ce finalement amusant de jouer le rôle de cavalier noir avec elle. Peut-être...

Silencieux et se laissant faire, il n'avait pas réagit, rien dit lorsqu'elle le sermonna. Retrouvant alors sa place assise, tel un pantin. C'est ce qu'il avait été pendant longtemps, c'était un rôle qui avait réussit à jouer à la perfection, comme quoi, rien ne disparaît. Mais c'était avec elle, certainement que ce n'était pas grave alors. La tête basse, il ne semblait pas très réactif le pauvre.



Encore et toujours ce silence, c'est à croire qu'il s'était endormi en cours de route le bougre, mais non, des clignements d'yeux démontrait qu'il était toujours parmi nous. Enfin à moitié. Puisqu'il n'eut pas trop le temps de se rendre compte qu'elle était à nouveau partit. Wolfgang avait juste levé la tête pour la voir disparaître dans un portail. Il avait alors passé sa main sur son visage, ayant alors l'impression d'avoir halluciné. Mais elle était revenu. Ah bon. Ben... Au moins elle était revenue. Il avait alors soufflé du nez en haussant les épaules à sa nouvelle remarques. Et le voilà sec, décidément, elle faisait tout pour lui, elle était au petit soin. Quelque chose d'assez inhabituel pour lui, c'est peut-être pour ça qu'il l'avait alors longuement regardé faire... Peut-être même qu'il s'était endormi pendant un très bref instant avant de se réveiller et recommencer. Ah, elle avait finit... D'un geste lent, il avait attrapé ce qu'elle lui tendait. Ce n'est qu'après quelques secondes de silence supplémentaire qu'il avait finit par se poser la tête sur le coussin et la fixer de son regard pourpre. Là, il avait alors lâché aussi soudainement que sérieusement, la voix légèrement rauque.

Pourquoi ?



Pourquoi quoi ? Bonne question. Mais encore faudrait-il qu'il continue sa phrase et c'est ce qu'il fit. En fait malgré la fatigue visible sur ses traits du visage, on pouvait sentir une once de lucidité dans ses propos. Même si ça tombait comme un cheveux sur la soupe, mais avec lui, c'est normal.

Pourquoi tu fais tout ça ? Parce que tu te sent coupable ? Redevable ? J'ai fais tout ça parce que j'y avait un intérêt. Voilà tout.



Pourquoi s'occuper inutilement des autres ? Pourquoi de lui. Il n'est qu'une âme errante. Un être survivant sans trop savoir pourquoi, un être qui est censé être mort, qui l'avait désiré si jeune. Combien de fois avait-il songé à l'idée qu'il disparaîtrait sans regret, pour rien, pour personne, ni même pour lui. On ne peut pas avoir d'intérêt comme ça pour les gens, juste comme ça, sans raison... Ou alors avec une raison aussi débile que l'attachement. Pourtant, il aurait très bien pût la laisser se faire tuer dans cette base militaire. Mais non c'était stupide, il ne le désirait pas non plus. C'est trop compliqué. Se redressant non sans afficher un air un peu crispé, il avait alors attrapé l'épaule de la jeune femme, s'en servant comme appui, il avait oublié sa répulsion pour le contact là tout de suite, il avait fait ça machinalement.

J'avais onze ans. La première fois. La première fois que j'ai essayé de mettre fin à ma vie. Je me disais que c'était inutile. Que de toute façon, c'est éphémère et que personne ne ferait la différence. Mais j'ai raté. C'est bête non ? Qu'est-ce que ça changerait qu'au final tu sois la gagnante de notre affaire ? Que je sois l'idiot qui ait trop présumé de ses forces ? Tu es immortelle et indépendante...



Pourquoi dire ça. Balancer ça comme ça. Avec cette air de dépit, comme si c'était la vérité absolu, son cruel point de vu de la vie. Il était certain qu'il mourrait jeune, il se l'était toujours dit, après avoir profité un peu certainement, d'avoir vécu, parce que la vie est faite ainsi, de naître pour retourner à l'état de poussière et oublier, parce que le monde tourne ainsi. Pendant qu'il avait parlé. Sa main accrochée à son épaule avait bougé, en fait il s'était tenu pendant un instant seul pour effleurer ses cheveux, sa nuque, le bas de son visage avant de se laisser tomber en arrière, enroulé dans sa couverture, la tête sur son coussin. Après avoir regardé la jeune femme il fixa le plat qui était en train de chauffer.

Tient, j'en prendrais bien un bout. Il sent bon. T'en veux ?



… L'art de passer du coq à l'âne par Wolfgang, à croire que ça a été inventé par lui. Commencer passer d'un sujet si sérieux, si... triste... ? Au plat. Aucune idée. Mais c'était lui. Mais ça elle devait le savoir à force.

DEV NERD GIRL






Enderstar FTW:
 

Cbô:
 

Staffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Nayla
Staffienne
Coeurs : 104 Messages : 382
Couleurs : #00CCCB
J'ai traversé le portail depuis le : 16/07/2013 et on me connaît sous le nom de : Shama/Etilya. Mon nom est : Nayla. Actuellement je suis : en profonde introspection. Il paraît que je ressemble à : création d'omocha-san/weiss schnee de RWTB et à ce propos, j'aimerais remercier : Dimée ♥♥♥.
Re: A Kirin always pays his debts [Pv : Nayla] | Lun 11 Jan 2016, 11:30

Que faisait-il ici, au juste, dans cet état ? Avait-il simplement fuit ceux qu’ils devaient considérer comme des “emmerdeurs”, les médecins et secouristes ? C’était étrange qu’il eut choisi précisément le lieu où elle se trouvait à chercher l’apaisement. Sans doute parce que la mer de nuages en apportait à tous. Enfin… avec lui, difficile de rester indifférente aux coïncidences qui se cumulaient depuis peu. Mais elle mit ça sur le compte du Hasard avec un grand H. Il y avait des forces en ce monde qui dépassaient même les simples immortels, si l’on peut parler ainsi. Après le petit sermon qu’elle lui avait donné, elle garda longtemps le silence, ne parlant qu’une fois pour s’assurer qu’il n’allait pas prendre encore plus froid. Après le silence régna un court moment entre eux. Nayla qui broyait sans un mot quelques racines, rajoutant à intervalles réguliers des ingrédients au fond de son mortier, tout en surveillant le lapin sur le feu, et Wolfgang qui restait là étendu, sans pouvoir rien faire d’autre que de la regarder s’exécuter. Puis soudain une question fusa, chassant le silence roi. Elle stoppa son manège pour le regarder.

« Pourquoi quoi ? »

Elle aurait pu se douter de quoi il parlait, mais son esprit raisonnait trop différemment du sien pour l’instant. Lorsqu’il précisa, elle le fixa, interloquée. Pourquoi elle faisait ça ? S’occuper de lui ? … Elle même n’avait pas cherché à s’interroger là-dessus. C’était en fait une bonne question. Elle fixa son broyat juste avant qu’il ne poursuivit son discours. Coupable. Redevable ? Peut-être… Après tout c’était en partie sa faute s’il était malade. Du moins elle voyait les choses sous cet angle. Il lui avait proposé son aide, elle avait accepté alors qu’elle aurait peut-être dû refuser, mais la tentation était trop grande. Et puis elle ne regrettait pas le résultat, enfin… Juste un détail, ce que lui avait dit son bourreau avant de finir égorgé. Non. Elle ne devait plus y penser. Il avait mérité amplement son sort. Et donc, elle avait sans doute abusé du don de Wolfgang, qui en ressentait la fatigue, alors qu’il n’avait rien eu en échange… N’est-ce pas ? Mais…. la dernière phrase fit relever la tête de la kirin. Elle lui jeta un étrange regard, différent d’il y avait cinq minutes. Par intérêt ? Il avait ça par intérêt… Voilà qui soulignait la divergence de leur fonctionnement respectif. Son regard se durcit quelque peu.

« Oh, je vois. Et quel est donc cet intérêt que tu as trouvé dans cette sombre aventure, dis-moi ? Je suis curieuse de l’entendre. »

Vexée ? … Honnêtement, peut-être un peu. Elle avait cru que c’était pour l’aider elle. Mais s’il avait eu une motivation toute autre, soit… grand bien lui fît. Elle était sans aucun doute froissée. Car Nayla, elle, n’agissait jamais par intérêt. Le devoir, la justice, la nécessité étaient ses principales motivations, dictées par ses principes et son éducation. C’était donc un point qu’elle avait du mal à comprendre, l’intérêt. On ne pouvait pas tellement lui en vouloir. Néanmoins elle devait bien trouver une réponse à lui fournir. Elle reprit son broyage avec plus d’énergie, ses gestes devenant un peu plus secs. Oui, maintenant elle savait quoi lui dire.

« Pour te répondre, j’agis ainsi parce c’est ce qui doit être fait. Je ne vais pas laisser une âme dans cet état. J’estime faire ce qui est bien et juste. »

Elle ponctua chaque syllabe avec un coup de pilon au fond de son mortier. Elle omit de préciser qu’il ne méritait pas de rester ainsi avec tout ce qu’il avait déjà vécu. Et que ça ne la dérangeait pas. Elle oublia de préciser tout ça sans doute parce qu’elle n’y pensait pas consciemment. Elle s’acharnait sur son travail, histoire d’évacuer la frustration. Ce qu’elle pouvait être idiote parfois. Après quatre siècles d’existence… Navrant. Toute à ses pensées, elle n’entendit pas le démon se redresser, aussi fut-elle extrêmement surprise de sentir sa main sur son épaule. Elle ne sursauta pas, mais son pilon dérapa, cessant de force son activité. Rigide, elle cherchait comment réagir. Ne lui avait-elle pas dit qu’elle n’aimait pas le contact ? Elle prit sur elle -encore- pour rester calme et ne pas le brusquer. Elle se retint de lui demander sèchement de la lâcher. De toute façon elle n’en aurait pas eu le temps, car il prit la parole. Les mots prononcés sur un rythme saccadés témoignaient de la difficulté de l’exercice. Elle écouta les deux premières phrases comme par obligation. Et puis la troisième lui fit l’effet d’un électrochoc. “La première fois que j'ai essayé de mettre fin à ma vie.” Elle tourna la tête vers lui, choquée de cette révélation. Alors cette fois-ci elle l’écouta par nécessité. Il avait au moins réussi à capter toute son attention.

C’est probablement ce qui le sauva d’une bonne claque, en laissant sa main glisser sur les cheveux de Nayla, puis sur sa nuque et sa mâchoire. Elle frissonna. Lorsqu’il eut terminé, elle ne trouva sur l’instant rien à dire, trop bouleversé par son récit. Elle baissa simplement les yeux sur son broyât. Tout ceci lui paraissait tellement… insignifiant d’un seul coup. Pourquoi la vie décidait-elle de s’acharner sur les mêmes personnes ? Ce n’était pas dans l’ordre des choses, de souhaiter mourir si jeune. De vouloir mettre un terme à son existence. Elle n’avait encore jamais été confrontée à ça. Comment le pourrait-elle ? Comme il l’avait si bien dit, elle était immortelle et indépendante. Elle ouvrit la bouche mais ne trouva rien à répondre, à nouveau. Que dire là dessus ? Et plus l’injustice de la situation remonta. Ses mains qui tenaient pilon et mortier toujours immobile, elle tourna très subtilement la tête vers le démon.

« Et pourquoi devrais-je être la seule gagnante ? Ce n’est pas parce que je suis immortelle que nous ne sommes pas égaux. »

Ainsi s’exprimait son profond sens de l’égalité. Certes elle avait la mauvaise habitude prendre certaines personnes de haut -enfin surtout des humains- du fait de sa longévité et de son statut non négligeable, puisqu’elle servait Poséidon. Mais, au final, elle ne considérait pas posséder plus de droit que d’autres. Peut-être avait-elle quelques privilèges, comme notamment pourvoir se rendre sur Atlantide, mais ça s’arrêtait là. Alors, pour elle, la justice et l’égalité devait s’appliquer selon les mêmes lois. Machinalement, elle reprit son manège, le pilon retrouvant le fond du mortier pour écraser son contenu.

« … C’est injuste de souhaiter mourir si jeune. Ce n’est pas dans l’ordre des choses. Je suis désolée d’entendre ça… »

Pourquoi ? Elle n’y était pour rien, elle le savait pertinemment. Mais… C’était sans aucun doute de la compassion. Elle poursuivit.

« Peut-être n’avais-tu plus de raison de vivre à ce moment là. Sans but, j’imagine que c’est difficile d’aller de l’avant. Je n’ai jamais été dans cette situation… Mais maintenant peut-être que c’est différent. Si tu as un but, si tu en trouves un, la vie te paraîtra certainement moins fade. »

Son but à elle, c’était le devoir. La nécessité d’accomplir les volontés de Poséidon. D’aider et de protéger les océans et leurs habitants. De combattre les humains parfois, et de chasser les Sans-coeurs. Sa vie avait toujours été ainsi, et quand elle était captive, pendant dix ans, elle n’avait pensé qu’au jour où elle serait enfin libre. Oui à ce moment, son but était de survivre pour pouvoir se libérer un jour et déchaîner son courroux. Elle lâcha un soupire. Wolfgang s’était rallongé et la fixait. Se sentant observée elle tourna les yeux vers lui, puis il regarda le plat qui cuisait. ça lui rappela qu’elle devait aussi surveiller la cuisson. Elle touilla le contenu.

« Je n’ai pas spécialement faim, c’est pour toi que j’ai préparé ça. De tout façon ce n’est pas prêt. Il faut patienter encore un peu. »

La cuisson du lapin était délicate, surtout avec les moyens dont elle disposait. Ils attendirent donc encore une quinzaine de minutes. Elle en profita pour avancer son grog. Lorsqu’elle sentit l’odeur du lapin cuit, elle prit la cuillère pour humer son contenu, puis attrapa une écuelle et servit une portion au convalescent. Au moins il avait retrouvé l’appétit.




merci Arwy ♥
Nayllen:
 

White Rose:
 

cey trop beau:
 
Ligues & fan clubs

 
A Kirin always pays his debts [Pv : Nayla]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» hors série du journal "L'Alsace Le Pays" sur les 25 ans du festival Bédéciné à Illzach
» [Ciné...] Alice au Pays des... cauchemars !!!
» joli sampler ....chez "Au pays des biscornus"
» Le racisme des noirs dans les pays du maghreb
» Les 8 Heures du Pays Noir 1/24 LMS " en système DAVIC

Sanctuary of Heart :: Principaux lieux de l'île :: Mer de nuages-
Sauter vers: