Partagez | 
 

 ❝ PRUDENCE & JAMES ❞ Ω Spicebomb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AdministrateurLeader du JOKER

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
James « Sirius » O'Malley
Administrateur
Leader du JOKER
Coeurs : 34 Messages : 178
Couleurs : #FF1200
J'ai traversé le portail depuis le : 01/04/2015 et on me connaît sous le nom de : H. Relyse Mon nom est : James « Sirius » Jack O'Malley Actuellement je suis : Célibataire, mais pour combien de temps ? Il paraît que je ressemble à : Sirius Black (Harry Potter) + Kougami Shinya (Psycho Pass) + Aaron Jonhson (IRL) et à ce propos, j'aimerais remercier : Miss AMAZING.
Re: ❝ PRUDENCE & JAMES ❞ Ω Spicebomb | Mar 22 Mar 2016 - 17:43

ft. Prudence

Tu t'envoles, tu t'envoles, tu t'envoles !
Léger comme l'air, ou plutôt comme un ballon de baudruche.

Un magicien avait toujours été un illusionniste. Malgré le fait que mes pouvoirs étaient bien réels, tout cela ne résultait que de ma faculté à créer des illusions. Tel un professionnel, j'avais enchaîné les tours de passe-passe et les figures sans m'arrêter, me permettant de bien exécuter mes transitions sans que cela ne paraisse trop improviser maladroitement. Je devais tout de même avouer que ce n'était pas la première fois que je réalisais ce tour d'illusion, en effet, mon frère qui fut sans aucun doute mon tout premier fan. Il n'avait jamais manqué une seule de mes représentations, même les non-officielles.

Bref.

Au tour de Prudence. Même si elle paraissait assez stoïque aux premiers abords, il s'avère qu'elle savait s'amuser, elle, pour mon plus grand bonheur. Etrangement, je me sentais de plus en plus excité à l'idée de passer un peu plus de temps avec elle afin de la découvrir. Par mon sixième sens - si j'en avais un bien entendu ce qui est, en vérité, loin d'être le cas - je sentais qu'elle avait encore d'autres choses à offrir que sa simple prestance et son charisme. Car il fallait l'avouer, quand on la regardait, on ne pouvait la lâcher des yeux. On sentait qu'elle occupait tout l'espace juste par sa présence.

A peine avais-je déposé mes pieds sur le sol que Prudence avait levé la main et qu'une ombre apparut pour m'entourer soudainement d'un ruban.  Puis, petit à petit, je sentis mes pieds quitter peu à peu le sol. What the heck.  MES PIEDS NE TOUCHAIENT PLUS LE SOL. Levant rapidement les yeux aussi gros que des balles de tennis - accompagné de mon expression faciale qui exprimait plus qu'étonnement et qui me donnait un air ahuri - je fus pris de peur lorsque je me voyais me rapprocher dangereusement du ciel infini au dessus de ma tête.
Prudence me rattrapa avant que je ne m'envole disparaître au fin fond de l'espace.

[Prudence] ▬ Je t'ai eu. Tu es un très beau ballon, tu sais ?
[James] ▬ Haha....Je sais je sais. Fis-je les dents serrés. Pas mal pas mal.

J'avais peur qu'elle me lâche et que je me fasse aspirer par le ciel. Je sentais mon nez chauffer sous le coup du stress et mes mains s'engourdirent. Mais je remarquai qu'elle me tenait assez fermement pour que je ne m'envole pas et finalement, l'enthousiasme l'emporta sur ma peur.

[James] ▬ HAHA JE VOOOLE ! C'est INCREDIBLE ! M'écriais-je comme un garnement qui découvrait Disneyland.

Je croisai le regard de Prudence qui m'adressait un sourire. Oh my god. Je devais avouer. C'était un des plus beaux sourires que je n'avais jamais vu de toute ma vie. Selon moi, les plus beaux sourires qu'on pouvait m'offrir étaient ceux des gens peu souriants. Et Prudence en faisait partie. Elle me fit un compliment qui me fit sourire jusqu'aux oreilles comme un gamin.

[James] ▬ Je dois avouer que ton tour est pas mal non plus.

De notre vue, on pourrait apercevoir l'ensemble du parc illuminé et décoré pour la fête. Cela faisait un moment que je ne m'étais pas autant émerveillé. Comme on dit, on a tous une âme d'enfant au fond de nous, et la mienne ne disparaîtra jamais. Mais la magie ne dure qu'un temps. Prudence toucha un point qui me parut sensible sur le coup alors qu'habituellement, cette simple question m'aurait juste fait rire. Mon sourire disparut et mon regard se perdit au loin. Je n'arrivais plus à détacher mes yeux de ce paysage que je ne reverrai sans doute plus jamais.

[James] ▬ Haha bonne question. Décidément chaque seconde est une nouvelle découverte de toi. Perspicace huh.

J'avais toujours évité d'en parler, parce que je ne voulais pas inquiéter les autres, parce que je pensais que chacun avait ses propres problèmes, parce que je ne voulais pas que mes problèmes soient jugés plus "importants" que ceux des autres. Cela était noble de ma part n'est-ce pas. En vérité dans le fond, il y avait aussi ce désir d'éviter d'y penser, de repousser le plus loin possible cette fatalité de mon esprit, j'essayais de fuir ce problème. Oui c'était égoïste à la fois. Mais j'avais besoin de me protéger aussi. Personne n'était réellement parfait, personne ne pouvait penser aussi moralement comme cela. Personne. Lorsque vous être livré à vous-même à votre sort, il y a des choses qui surgissent qui font en sorte de vous préserver un minimum.

Quoique. J'avais aussi le choix de vivre normalement car je ne voulais pas qu'on me prenne en pitié. Je ne voulais pas être l'ami malade qu'il fallait sans cesse veiller sur. Je ne voulais pas être un poids. Je voulais comme me considère comme une personne normale.

Sans m'en rendre compte, j'avais pensé à voix haute.

[James] ▬ Je ne pense même pas dépasser le cap de la trentaine. Seule ma famille et une poignée d'amis le savent.

Ma voix se tut. Mon esprit se figea, repensant ainsi à tout ce que j'avais aujourd'hui. Rien n'avait été vain. Le hasard faisait bien les choses.
Je trouvais ça dommage qu'il me fallut ce genre de chose pour philosopher plus sérieusement sur la vie et sur son importance. Les gens ne se rendaient pas compte de tout le champ d'action possibles et réalisables en toute une vie.

[James] ▬ Au fait. Ce sourire te va mieux que ton expression stoïque. Ris-je allègrement. Et toi ? Avec ta carrure je pense que tu pourrais vivre bien plus longtemps que les vampires ou les mythologiques haha !

Bêta. Et si elle même faisait partie de ces catégories ?

[James] ▬ Comment as-tu su ?






Because I need you:
 
Mythologique Barghest

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
H. Prudence O'Donnell
Mythologique Barghest
Coeurs : 47 Messages : 56
Couleurs : PipiDeChat
J'ai traversé le portail depuis le : 04/07/2015 et on me connaît sous le nom de : Pizza. Mon nom est : Hysteria Prudence O'Donnell. Actuellement je suis : enceinte. Il paraît que je ressemble à : Lightning Farron (FFXIII) & Olivia Wilde (irl) et à ce propos, j'aimerais remercier : Tia my lov ♥ (signa)
Re: ❝ PRUDENCE & JAMES ❞ Ω Spicebomb | Dim 17 Avr 2016 - 12:21


lovely smile

Son enthousiasme finit de m'achever. J'avais fini par échapper un rire, léger mais sincère, qui avait valut de soutirer un regard au brun. Un regard brillant comme on en faisait pas deux. Un regard plein d'étoiles et un rire plein de clochettes qui donnait envie de le rendre heureux encore. Mais le temps courait après lui et cette seule pensée avait réussi à faire faner son sourire. Le mien était devenu triste et mon regard d'habitude si dur avait changé du tout au tout. Aucune lassitude, aucune agressivité, rien qu'une sorte de bonheur fendu, rendu brillant par l'humidité. Je n'avais probablement jamais abordé une mine aussi douce, mais sa présence obligeait à moi une sorte de tendresse que je ne m'étais jamais connue.

Sa voix se brise dans sa gorge comme si les mots lui fendaient le cœur, chacune de ses syllabes émiettant sa confiance. Je n'avais aucune amertume et ne regrettait en rien ma question. En vérité, j'étais persuadée de pouvoir faire quelque chose pour lui. J'étais persuadée qu'il existait quelque part en ce monde une magie capable de guérir ses maux. Peu importe le sacrifice. Et son sourire avait fini de me convaincre qu'il était important qu'il demeure. En vie. Sain et sauf. Je papillonne des yeux lorsqu'il parle de mon sourire comme s'il avait été important, à côté de la conversation qui démarrait. Je baisse les yeux, probablement plus gênée que j'aurais aimé l'être. Les compliments n'avaient jamais véritablement fusé dans ma vie.

Ma longévité. C'était ça, la clé. Y avait-il un moyen de la donner ? Un moyen, par un don quelconque des Dieux, de céder une partie de cette vie qu'il me restait à écouler ? Je n'avais pas le droit de penser à ça. J'avais un enfant et l'obligation de m'en occuper puisqu'elle naîtrait sans père et il serait tragique qu'en plus d'être irresponsable, je sois décédée. Je soupire, les pensées chaotiques. Cela faisait des années que j'avais oublié que j'étais capable de réflexion.

Je relève les yeux vers lui. Perplexe ? Je hausse les épaules. Il jouait comme un enfant quand la vie se jouait de lui. Des gens souffrants, j'en avais vu. Des tas. Parmi eux il n'y en avait pas un seul qui avait eu la force de rire.

« Lorsque tu es arrivé tu étais en nage et la respiration courte. J'ai d'abord cru que tu étais asthmatique mais tu aurais du avoir un engin, pour ça. »

Je réfléchis. La différence qu'il y avait entre un homme souffrant et un homme à l'agonie, c'est que l'un se plaignait et l'autre riait. Lui, il riait. Alors j'en avais conclus qu'il était un peu niais. Mais là aussi, ça ne collait pas. Il n'avait pas l'air aussi fataliste que je l'imaginais, mais sa niaiserie était incomparable au talent dont il faisait preuve. Ça n'avait plus de sens. Si jamais ça en avait eu un jour.
Les hommes, aux portes de la mort, finissent aux portes de l'amour et aiment ce qui les entoure, car ils savent qu'ils n'en profiteront plus jamais.

« Tu as cette joie pure et sans complexe qu'ont les gens quand ils sentent qu'ils vont mourir.. et qu'ils ont accepté ce fait. »

Je serre les dents. S'il y avait quoi que ce soit de mieux à faire que de lui parler, c'était bien de lui faire profiter de ce qui lui restait. Je baisse les yeux, pensive.

« Alors, Merlin, qu'est-ce qui te ferait le plus plaisir au monde que je puisse accomplir ? Tu peux tout demander ; considère ça comme un cadeau en signe de reconnaissance de tes efforts. »

Car ses efforts étaient si beaux. Car son sourire était si doux.



 
❝ PRUDENCE & JAMES ❞ Ω Spicebomb
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le dernier des Mohicans (James Fenimore Cooper)
» James : toujours partant pour un spin-off sur Spike
» James Herriot : Toutes les créatures du Bon Dieu
» James Lee Burke : "Dans la brume électrique"
» Dark Angel, une série de James Cameron sans James Cameron ;D

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Parc :: Event#5 Le Quart d'heure de Séléné-
Sauter vers: