Partagez | 
 

 Flashback 2005 : Il est cinq heure Paris s'éveille ♫ [PV : Wolfgang]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




avatar
Invité
Invité
Flashback 2005 : Il est cinq heure Paris s'éveille ♫ [PV : Wolfgang] | Ven 09 Oct 2015, 11:54

Ah Paris l’une des villes d’Europe connu pour sa vie de luxe et son romantique. Enfin y avait pas que ça, on connaissait également les français pour les fameux escargots, le pain et le vin. Drôle de sandwich enfin bref. J’avais déménagé il y a un mois de cela et même avec tous les efforts du monde je ne me sentais pas chez moi ici. Il faut dire que la France ne remplacerait jamais l’Allemagne, c’était mon pays natal après tout, difficile de quitter ses origines comme ça sent ressentir quelque chose. Pourquoi ce soudain changement de pays ? Pour éviter de recroiser mon père.

Il avait disparus comme par enchantement et du coup on en avait profité pour quitter le nid afin de se trouver un endroit plus sûr. Il nous battait depuis que j’avais l’âge de penser par moi-même et je le déshonorais en étant gentil. C’est sûr que vu la con que c’était à frapper plus faible que lui, je ne deviendrais jamais comme ça moi. Certes, j’étais toujours prêt pour une baston, car j’étais impulsif et partait au quart de tour, mais je n’étais pas du genre méchant. Je ne me laissais plus faire tout simplement. Pendant des années j’avais été rabaissé, me faisant renier par mon père de toutes les façons.

Ce fut durant un soir un bon mois après le déménagement que je compris pourquoi il m’avait haïe depuis tant d’années. Ma mère m’expliquait enfin qu’il n’était pas humain, qu’il était un vrai démon et que c’était à cause de ça que depuis tout ce temps il m’avait battu pour me rendre comme lui plein de haine. Mais il n’avait jamais réussi malgré le fait qu’il me frappait, je l’aimais quand même c’était mon père. Mais j’étais bien content qu’il ne soit plus là aussi bien pour moi que pour ma mère. Sur le coup, je fus assez énervé qu’elle me le dise que maintenant alors j’errais maintenant dans les rues sombres de Paris. Je soupirais me disant qu'une vie à Paris n'était pas de tout repos. J'avais écumer la ville à la recherche d'un boulot toute la nuit pour aider ma mère.

On avait vécu sous les ponts durant une quinzaine de jours le temps qu’elle trouve un travail. Maintenant on avait un appartement de quinze mètre carré. Un placard quoi, mais y avait de quoi cuisiner et dormir c’était déjà ça. Pour plus de confort il fallait donc aussi que j’ai un salaire afin qu’on puisse avoir plus grand et qu’on ne se marche pas dessus à tout bout de champ. Je me demandais ce que j’allais bien pouvoir trouver lorsque j’entendis un bruit sourd sur ma droite. Une rue encore plus sombre que celle dans laquelle je me trouvais faisait le croisement. Je regardais et vit des multitudes poubelles et là, un gamin genre lycéen à tout casser. Il était en train de fouiller les poubelles ce que je faisais il y a encore deux semaines. Je me rapprochais. Je voulais voir si je ne pouvais pas l’aider.

Hey gamin tu trouves ton bonheur ? Sinon je peux te proposer un petit déj bien matinal dis-je en souriant.

Il fallait que je paraisse rassurant. Et oui j’avais erré comme une pauvre âme en peine toute la nuit et il était cinq heures et demie du mat. Quelques cafés ne tarderaient sûrement pas à ouvrir pour les matinaux.
Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Wolfgang U. D. Enderstar
Sang-Mêlé Ange Déchu & Démon
Coeurs : 76 Messages : 114
Couleurs : Wolfgang tente de parler en #BF3030 et Ghost l'encourage par télépathie en #9683EC
J'ai traversé le portail depuis le : 26/04/2015 et on me connaît sous le nom de : Wolfgang Mon nom est : Wolfgang Uriel Demyx Enderstar. Il paraît que je ressemble à : Vincent Valentine de FF VII et à ce propos, j'aimerais remercier : Tiaaaa et Soraaa ♥
Re: Flashback 2005 : Il est cinq heure Paris s'éveille ♫ [PV : Wolfgang] | Ven 16 Oct 2015, 19:36

Flashback 2005 : Paris

Hulrick & Wolfgang

En quelle année somme nous ? Wolfgang n'était pas capable de le dire, cela faisait maintenant plusieurs jours qu'il errait, ou peut-être plusieurs semaines. Il n'en savait trop rien fait. Depuis bien trop longtemps il avait perdu toute notion du temps. Quel âge avait-il déjà ? Quinze ans il croit, c'est du moins ce qu'il avait cru comprendre en lisant les papiers le concernant, où sa date de naissance était affiché, donc oui, il avait quinze ans. Mais il n'en savait trop rien, la dernière fois qu'il avait été dehors libre de faire ce qu'il voulait, c'était il y a dix ans. Il n'était pas sortit de cet hôpital, du moins jamais de l'enceinte, comme un prisonnier. Sauf qu'il n'avait commis aucun crime passable pour ce genre de peine, du moins à l'époque, c'était avant. Avant qu'il n'ai ses ailes teintés de noire. A cette époque encore, Wolfgang ressemblait peut-être encore à un ange, ou du moins peut-être y avait-il encore quelques légères traces. Il n'avait pas les yeux rouge encore à cet instant, il avait encore ses yeux dorés, mais ses ailes avaient perdu toute leur blancheur et ses mains de leur pureté, s'étant alors recouvert de sang. Encore le sang de son geôlier semblait avoir un goût sur ses lèvres, sur sa langue, ce goût ignoble. Il n'était pas un vampire et donc n'appréciait certainement pas la saveur de ce liquide rouge à juste titre, pourtant ce goût était resté. Cet homme qui lui avait prit tant de chose était mort, mais il avait déjà fait le mal et sa mort ne changerait rien, ne rattraperait pas le temps. Il était mort, depuis longtemps, dans son esprit en tout cas, bien que même officiellement, ce garçon n'existait plus rayé du monde depuis maintenant cinq ans, tout ça à cause de l’égoïsme et des idées farfelu d'un chercheur trop ambitieux et un peu taré sur les bords. Il n'était plus rien. Il était juste le jeune garçon des trottoir qu'on osait pas approcher sous réserve de se manger un regard de tueur. Sous réserve de se faire frapper si on voulait lui prendre ce qu'il trouvait. Parfois il était obligé de se cacher pendant des jours durant, de se faire oublier parce qu'il se faisait remarquer avec ce bras. Ce cadeau empoisonné qu'il avait appris à utilisé mais qui était encore terriblement douloureux à l'époque. Ce bras modifié pour la folie de la science, cette arme qui malgré tout lui était fort utile mais assez peu discrète.

En cette fraîche mâtiné, il était là, assis tremblant alors de froid enveloppé dans un long manteau qu'il avait dérobé. L'hivers n'était pas encore là, mais faut avouer qu'il le redoutait déjà. Il devait songer à faire quelque chose, rester ainsi ne ferait que le tuer. Et ça, Wolfgang n'en avait pas envie. Quitte à mourir, autant le faire dans l'avion comme tout le monde, mais pas tous ça pour juste mourir de froid comme un con dehors. S'humidifiant les lèvres tandis qu'une légère buée s'était échappée de ses lèvres, son ventre se contracta. Il avait maigrit, il était moins bien nourris qu'avant mais alors quoi ? Il devait resté enfermé pour continuer à survivre ? Ou bien être dehors et se battre pour le faire ? Tu parles d'un choix. Ses cheveux avaient poussés, ils tombaient alors en cascades jusqu'aux omoplates, il semblait un peu sale, les cheveux en bataille. Faut avouer qu'avoir le plaisir de se laver ce n'était pas quelque chose qu'il avait pût beaucoup faire ces derniers temps. Son visage pâle digne d'un cadavre caché derrière cette chevelure d'un noir corbeau lui donnant alors l'air d'un zombie sortit tout droit d'un film d'horreur. Il s'était relevé, il n'arrivait pas à dormir, cela se remarquait aux cernes présentent sous ses yeux, le fait d'être toujours dans des endroits inconfortable ou d'avoir froid ne l'aidait pas à toujours bien récupérer, mais là, c'était la fin qui l'avait poussé à se relever pour chercher. Dans une ruelle, il vandalisait les poubelle, n'hésitant pas à tout mettre par terre pour chercher quelque chose qui serait mangeable sans le rendre malade.

Bien trop occupé à ce qu'il faisait, Wolfgang n'avait alors pas remarqué qu'on l'avait vu, bien trop préoccupé de savoir si le pain jeté était récent ou non et au vue de la dureté de ce dernier lorsqu'il le frappa, c'était pas mangeable. La poisse. Ce n'est que lorsqu’une voix d'homme s'éleva qu'il se releva, levant du coup la tête vers celui qui s'était approché de lui, manquant alors de retomber aussi sec. Tel un animal sauvage qu'on aurait surprit, il le fixait, d'un regard froid et dur, bien qu'au final seul un seul de ses yeux était visible. Comme prêt à se défendre malgré l'air aimable et souriant, Wolf n'arrivait pas à faire confiance. Sans compté qu'il était perdu, déboussolé et incapable de se rendre compte que la personne en face de lui n'était pas un humain, ces êtres qu'il déteste. Ces sens étaient décidément bien embrouillés.

...



Pendant quelque secondes, il n'eut aucune réponse ou réaction concrète, comme s'il n'avait pas entendu la proposition qu'on venait de lui faire. Mais ne t'en fais, ce n'est pas passé au dessus de sa tête au contraire. Mais en fait, il eut alors la drôle d'idée de finit de lui même l'espace qu'il y avait entre eux, remontant alors sa manche pour y dévoiler un bras qui semblait -oui semble il ne l'est pas complètement- mécanique. Pour d'une main le pousser pour tenter de le plaquer à un mur et de l'autre le menacer avec ses griffes de métal doré.

Toi. Donne ton argent. Tout ce que t'as l'humain.



Techniquement la phrase aurait pût être bonne, parfait pour dire précisément et fermement ce qu'il voulait, mais son ton n'y était pas, sa voix était rauque par la fatigue et manquait d'entrain et concrètement, cette main sur son épaule n'avait aucune réelle force. Seul son bras de métal était un potentiel danger, mais ce n'est qu'un gamin, il n'est ni entré et encore moins en parfaite santé. Pourtant, il était débile, pourtant il était con. Pourquoi ne sait-il donc pas prendre la mains qu'on lui tend ? Il fait pitié pourtant, son regard ne représente aucune haine malgré le mot humain craché à sa figure, il était vide et fatigué. Wolfgang, tu es minable et faible.

DEV NERD GIRL






Enderstar FTW:
 

Cbô:
 





avatar
Invité
Invité
Re: Flashback 2005 : Il est cinq heure Paris s'éveille ♫ [PV : Wolfgang] | Dim 18 Oct 2015, 13:06

Des fois je me demande ce que j’aurais fait si j’avais continué à vivre sous les ponts. Quand j’y pense je n’étais pas si loin que ça de ce moment. Je me rappelle que je faisais souvent les poubelles pour trouver n’importe quoi d’assez potable et pas complètement moisi pour ne pas être malade. Je faisais la récolte un peu partout pendant que ma mère cherchait désespérément un boulot qui veuille bien d’elle. Au final, elle était femme de ménage. Cela ne payait pas gras, mais c’était mieux que rien vu que de toute façon, on ne pouvait pas trop choisir pour le moment. On avait pris la première chose qui venait.

Pour ça que je voulais un travail. Un autre salaire nous rendrait la vie plus facile et ma mère pourrait commencer à trouver un autre boulot qui panerait peut-être un peu mieux. Comme je ne savais pas encore trop comment faire pour trouver un job j’avais commencer par faire toutes les boîtes de nuit, bars et autres pour voir si je pourrais pas faire barman, ou même videur. Avec ma carrure et le fait que je me battais assez souvent j’étais rôdé. Et à mon grand soulagement j’avais été pris comme videur dans je sais plus qu’elle boîte. Je me fichais un peu du nom sachant la localisation…

Bref, j’étais sur le chemin du retour quand j’avais vu un jeune homme fouillant les poubelles. Je voulais l’aider sachant ce que ça pouvait être comme vie. Quand je l’interpellais, je n’eus d’abord aucune réponse. Il me regarda froidement comme si j’étais une gêne dans sa quête. Je voyais qu’un seul de ses yeux, mais il avait l’air vraiment pas amical au premier abord. Qu’il me saute au coup ne m’étonnerais qu’à moitié, mais je ne suis pas du genre à me laisser faire, surtout que vu son état, il ne tiendrait certainement pas contre moi. Il avait l’avait l’air fatigué et je ne sais même pas quand il avait pris son dernier repas.

Je sentais une odeur qui n’était pas celle d’un humain. Par contre de là à dire ce qu’il était j’en savais rien, c’était la première fois que je sentais cette odeur. Elle n’était pas forte ni désagréable. Plutôt douce avec une petite pointe de musc ou un truc du genre. C’était assez bizarre quand j’y pense, mais je n’y pensais pas longtemps vu que le gamin fini par me pousser contre un mur et me plaquer contre avec un bras robotisé et des griffes dorées de l’autre main. Eh ben ça c’était un sacré accueil. Sauf que sa prise était beaucoup trop faible comme je le pensais. Il serait en pleine forme il aurait peut-être eut le dessus, mais là pour le coup c’était pas le cas. Je lui pris rapidement le bras avec la griffe et passait en-dessous pour le lui tordre dans le dos avant de le lui lâcher et de m’éloigner de façon correcte.

Je ne suis pas là pour me faire agresser gamin. Je te propose de t’aider un peu donc tu pourrais être un peu plus sympa. Si tu veux de l’argent tiens, mais évite de me menacer ça passera mieux.

Je lui donnais les billets que j’avais dans mon portefeuille. Bon j’avais que quarante euros, mais avec ça il devrait pouvoir se faire de bonnes courses pour une à deux semaines. Et s’il est économe il devrait même pouvoir tenir un mois tout dépendait de lui. C’était mon pourboire de la soirée en fait, car j’avais essayé durant deux heures le job. Etant content de moi, il m’attendait à la même heure le lendemain, mais pour non pas deux heurs, mais douze heures. C’était une grande boîte connues donc du coup c’était bien payés parce qu’il y avait pas mal de cas à foutre dehors. Bref, maintenant je regardais le jeune homme en espérant qu’il resterait sage, car je n’étais pas là pour lui faire du mal bien au contraire.

Tu as un nom peut-être ? Moi c’est Hulrick, mes amis m’appelle parfois Rick. Je ne sais pas si tu as un endroit où dormir ce soir, mais si tu veux j’habite pas très loin donc tu pourrais venir chez moi. Bon y a ma mère, mais elle comprendra. On était comme toi il y a peu. Je peux comprendre ce que tu vis. Après pas forcément tout ce que tu as vécu, mais vivre dans la rue je connais.
 
Flashback 2005 : Il est cinq heure Paris s'éveille ♫ [PV : Wolfgang]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» paris fashion doll festival 2005
» Séjour Disneyland Paris
» [2005] Paris, je t'aime
» Le syndrome crevettien inversé, ou quand les crevettes se mettent à l'heure de Paris ou Greenwich
» Mais quelle heure est-il ?

Sanctuary of Heart :: RPs abandonnés-
Sauter vers: