Partagez | 
 

 Two folks, One hobby (Light & Maxime)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




avatar
Invité
Invité
Two folks, One hobby (Light & Maxime) | Lun 31 Aoû 2015, 23:15


Two folks, One hobby
PV ✖ Light & Maxime

❝ Si la maison avait des oreilles, elle serait sourde depuis longtemps.

Maxime travaillait dans son atelier ce matin là, comme à peu près tous les autres jours de la semaine. Malgré l’odeur de vieux métal tenace et les taches de cambouis, elle adorait passer des heures enfermée dans ce petit monde qui n’appartenait qu’à elle.
La pièce -ensorcelée, comme le reste de la demeure- se situait généralement au rez-de-chaussée et ne migrait que très rarement à l’étage (même si une fois, c’est à la place du grenier que Maxime avait trouvé son lieu de travail ; d’ailleurs c’était dans ces moments qu’elle remerciait la magie de lui permettre la plupart du temps de transporter les plus grosses machines qu’il fallait monter à l’étage). C’était une large pièce, probablement la plus grande de la maison puisqu’elle était assez spacieuse pour accueillir une voiture de taille moyenne, ainsi que les quelques machines en attente d’être livrées et les meubles à outils chargés d’instruments divers et variés. On se serait presque crus dans un garage !
Maxime était donc justement en train de réparer une voiture qu’on lui avait amenée le matin même. Elle se trouvait actuellement allongée sous le véhicule, le dos contre une planche à roulette, un masque de protection sur le visage, en train de ressouder à l’aide d’un chalumeau un trou qui avait été fait par on ne sait quel miracle dans le réservoir. Pour mettre une ambiance sonore plus agréable que le son d’un chalumeau ouvert, elle avait placé un des vieux vinyles de sa mère sur le phonographe situé dans un coin de la pièce. HeartBreak Hotel du King résonnait donc dans la pièce en même temps que les sons émis par la voiture que Maxime examinait dans tous les sens. La fille d’Héphaïstos avait un certain faible pour ces styles de musique anciens mais indémodables à son goût, comme le rock d’Elvis Presley, le jazz de Django Reinhardt ou encore le swing de Boris Vian !

Soudain, alors qu’elle venait de fermer le gaz qui alimentait la flamme du chalumeau, un témoin lumineux s’alluma au-dessus de la porte d’entrée. C’était le signe que quelqu’un était entré dans l’annexe de la maison qui n’était pas ensorcelée car pas encore construite à l’époque où le sort avait été jeté, et qui lui servait de lieu d’exposition et de boutique. C’était là qu’elle entreposait en général toutes les petites bricoles et autres jouets qu’elle fabriquait pour passer le temps et qu’elle vendait trois fois rien aux gosses du quartier.
Mais aujourd’hui, ça n’était pas un gosse du quartier qui s’était pointé. Enfin…il n’était pas du quartier, c’était sûr, mais concernant sa maturité, ça restait encore à voir.

Maxime se dirigea vers la boutique tout en essuyant ses mains pleines de cambouis sur un chiffon prévu à cet usage et qui pendait toujours sur un crochet à côté de la porte d’entrée. Elle rajusta sa tresse en coinçant quelques mèches folles derrière son oreille, passa une main sur son baggy de travail -elle ne mettait que des vêtements confortables pour bosser- histoire de ne pas trop avoir l’air d’une folle devant le potentiel client, et ouvrit la porte.

▬ Bonjour, je peux vous aid-

Elle s’immobilisa devant la personne qui lui faisait face et s’interrompit. Un sourire amusée se peignit sur son visage alors qu’elle croisait les bras et s’appuyait contre l’embrasure de la porte.

▬ Light, soupira-t-elle, que me vaut ce plaisir ?

Elle n’avait rien contre ce garçon qui exerçait après tout le même métier qu’elle et avec qui elle avait des points en commun. Mais elle savait aussi la chose suivante : quand Light est dans le coin, n’espère même pas passer une journée reposante !
(C) MISS AMAZING.




avatar
Invité
Invité
Re: Two folks, One hobby (Light & Maxime) | Lun 14 Sep 2015, 15:07


Two folks, One hobby
« I'm fine »
Il était tôt et tard à la fois

Tu ne sais plus quand ou pourquoi, mais tout ce que tu sais c’est que tu n’es pas à l’aise. T’es dans le noir complet. Tu ne sais pas pourquoi tu es là, ni comment tu t’es retrouvé là. Mais, tu es ici seul dans un monde sans lumière, pourtant tu vois le bout de tes mains. C’est étrange comme tu n’aimes pas du tout être ici. Marchant dans une direction aléatoire, le bruit de tes pas résonne dans un lieu de plus en plus oppressant. Le sourire niais sur le visage habituel du brun disparait peu à peu pour laisser cette tête complètement vide d’émotion, tu es quelques part dans le monde, ou peut être que tu es simplement mort ? La sensation de vide commence à se faire sentir, puis la peur, tu as peur tout d’un coup… Alors tu cours de façon à trouver la sortie, un bout de lumière, n’importe quoi. C’est alors que comme par magie, une porte apparait derrière toi… Un mur noir comme le reste de la pièce et une porte blanche qui trône là comme ci-de rien n’était.

Tu avais le choix, une porte blanche ou continuer ton chemin dans un univers monocolore. Ton choix se porta alors sur cette porte qui t’interroge sur sa présence. Est-ce la sortie ? Ta main se pose doucement sur cette poignée qui semble facile à enclenché. Tu n’es pas à l’aise, mais pourtant, tu es curieux de voir ce qu’il y a derrière cette porte si blanche dans un lieu monochrome. Piqué par un bout de courage, tu baisse la manivelle pour ouvrir, mais quand tu vu de l’autre côté, c’était le même endroit, tu passas quand même de l’autre côté, mais c’était toujours la même chose, un endroit noir. Soupirant un peu, tu fais un demi-tour pour repasser la porte…

Mais tu ne pouvais plus la passer.

Le brun regarde cette silhouette qui lui bloque le passage, elle était grise, bien que plus sombre qu’un gris banal. Tu affiches un sourire habituel, c’est une personne, tu dois remettre vite ce masque stupide. Bien que cette forme ne te mets guère en aise, tu n’aimes pas cette forme. Tendant la main avec un sourire, voulant demander simplement où tu te trouves. Pourtant, alors que ton sourire semblait rassurant comme tu le voulais, la forme se déplaça beaucoup trop vite pour des yeux humains. Étrangement tu ne pouvais plus bouger, tu échangeas un regard entre lui et toi et te voilà maintenant transpercé par celle-ci qui te laissa tomber au sol, tu ne peux plus bouger, tu ne peux plus rien faire. Pourtant tes yeux se démènent encore pour te montrer une silhouette… C’est flou, mais ce sourire comblé à des larmes, ce visage qui ne cesse de te regarde de son regard orangé…

Tu m’as tué

Tu ouvres grands les yeux en reculant sur ta chaise pour finir sur le sol en béton. Une respiration saccadée, une sensation désagréable de corps en sueur. L’endroit est coloré, cet endroit c’est ton entrepôt pour faire mumuse quand tu ne peux pas sur le bateau. Tu te redresse sur ta chaise au sol, regardant donc l’endroit ou tu as donc fait un semblant de nuit. Te frottant la bouche pour enlever un filet de bave qui symboliser bien ton sommeil profond. Te voilà comme un idiot à te remettre de ce mauvais rêve.

« C’est la 42éme nuit que je fais un cauchemar semblable…42 fois que je me tue… »

Ris-tu tristement comme un idiot. Te frottant le visage d’une main, tu te relève doucement avec ses cernes qui ne veulent pas avoir le plaisir de te laisser. Tu dors sans dormir, peut être que ton propre corps veut ta mort ? Tu ne sais pas du tout. Tu es mort une fois, mais dans ta tête cela continue sans cesse de vouloir te tuer, peut être qu’il va réussir à te tuer, ce toi qui attends dans un coin sombre de cette salle noire.

Regardant la tête que tu tires dans un semblant de miroir, tu fais peur à voir. Le scorpion avance tranquillement pour aller dans sa douche installé par ses soins, se rinçant juste rapidement afin de se sentir un peu propre. Malgré l’eau, les pics de ta tête ne semble pas se plié, c’est toujours amusant de voir que le gel t’en a pas besoin pour cette masse de cheveux. Secouant la tête pour enlever un peu d’eau de tes cheveux, tu te frotte de serviette neutre sans motif, cela change de celle avec le petit lion de Disney au bateau. Mais, tu es chez toi ici. Maintenant, il est temps de revêtir des vêtements que de faire du nudisme. Tu décidas alors d’enfiler un pantacourt style survêtement noir assez large, suivi d’un sweat violet au manche rose avec un motif de cupcake ridicule, en plus rose, on se demande si t’as pas pillé un magasin pour fille. Enfilant après tout revêtit des mocassins blanc, pas encore taché d’huile de moteur ou de graisse de machine. On peut dire que tu étais très à l’aise quand même. Tu avais envie d’un bon café, bien noire histoire de te réveillé. Approchant ta main gauche de la tasse pour la remplir, tu commence à serrer l’embout mais une douleur te rappel que tu ne peux pas fermer ta main gauche… Alors tu brisas cette seule tasse de ton lieu, car tu ne pensais pas avoir encore le réflexe d’utiliser ta main gauche, tu es clairement mal réveillé. Regardant les restes de cette tasse qui gît sur le sol, tu haussa les épaules. Alors tu sortiras acheter un truc, au moins cela te sortira.

Après avoir bien enclenché la sécurité, te voilà en route dans les rues de la capital pour te détendre en même temps qu’aller faire du shoping pour ton estomac. Enfilant un casque qui semble bien gros pour ta tête, tu couvres tes oreilles pour ne plus entendre le monde te crier que tu es vivant. Tirant sur ta capuche pour recouvre cette tête qui ne veut clairement pas être dérangé dans sa marche, tu veux juste un peu t’enfermé dans cette bulle qu’est la tienne. Bien que ton genre donne à croire que tu adores la pop ainsi que la techno ou un peu de rock, tu n’écouteras qu’un solo de violon. Tu aimes beaucoup les musiques sans voix, sans une parole pour déranger tes pensées. De plus, tu peux apprécier un simple morceau que tu pourras rejouer pour épater les galeries, car tu es un génie. Les instruments pour toi c’est comme les math, il faut faire la bonne suite pour obtenir un nombre parfait, la bonne formule pour réussir. Bien que quand tu joues, c’est une musique sans âme et sans amour.

En fait, tu détestes la musique.

Alors que tu avances dans les rues, tu finis devant une bâtisse qui attire ton œil, tu l’as connais cette rue, cet endroit, cette odeur et ce bruit. Un petit sourire et tu reprends ton rôle d’être stupide. Tournant le pas pour pousser cette porte qui cette fois ne donneras pas sur un lieu monochrome mais un lieu remplit de couleur et de cette odeur connue. Regardant partout de ton regard orangé, tu es comme un gosse qui est dans un magasin de jouet. Tu commences déjà à tout toucher comme un gamin, car tu es un gamin.

« Bonjour, je peux vous aid- »

Tu lèves un peu la tête vers la voix féminine.

« Light, que me vaut ce plaisir ? »

Un sourire débile s’affiche sur son visage, elle est là celle que tu attendais de voir. Bien que cela t’aurais amusé de voir aussi madame travelo, mais cela sera la rouquine que tu trouves amusante. Se redressant de toute sa hauteur et l’approchant avec un grand sourire de gamin, non en fait tu l’approches pas tu fonce dessus comme un gosse pour la serrer dans tes bras comme une retrouvaille stupide.

« Ouiiiii aiiiide moiiii !»

Trop de i.

« Tu peux me faire du thé ! Je suis en manque, je n’ai pas pris mon petit dej ! Je me sens murir !»

Quel contraste magique quand on y pense, n’avons-nous pas eu affaire à un adulte avant de rentrer dans ce lieu.

« Z’ai fait un cauchemar affreux ! Je veux un câlin ! Je manque d’amouuuur ! Sinon tu fais quoiiii ?»

Tu es doué. Tu es stupide. Tu es Light.


LIGHT & ROBIN




avatar
Invité
Invité
Re: Two folks, One hobby (Light & Maxime) | Mar 15 Sep 2015, 22:55


Two folks, One hobby
PV ✖ Light & Maxime

Maxime ne s’étonna pas de trouver Light en train de tripoter tous les jouets exposés sur les étagères de la boutique. On ne change pas les vieilles habitudes comme on dit. Mais d’un côté elle le trouvait amusant ce garçon coiffé à coup de doigts dans la prise et fringué comme s’il avait piqué les vêtement d’une petite fille qui s’extasiait comme un gamin de dix ans devant le moindre T-Rex miniature. Un vrai sketch dirait ce vieux Blackjack qui roupillait encore sous la couette à cette heure avancée de la journée (sachant que pour le matou, n’importe quelle heure avant midi était une heure avancée, mais passons).
La fille d’Héphaïstos manqua cependant de s’étrangler avec sa propre salive quand Light se jeta sur elle pour la prendre dans ses bras en s’exclamant comme le ferait une collégienne. Maxime n’avait pas vraiment l’habitude des contacts aussi directs il faut dire. Prendre quelqu’un dans ses bras si naturellement n’était clairement pas coutume dans la maison Kennedy. Avec sa demi-sœur Shama encore, mais le contexte était particulier vu leurs liens familiaux. Il y avait aussi Clyde, mais cette fois le contexte était carrément hors-course. De toute façon c’était encore assez confus pour la rousse. Bref, tout ça pour dire qu’elle n’avait pas l’habitude des câlins, et que l’étreinte soudaine de Light -sans aller jusqu’à la mettre mal à l’aise- la surprit. Maladroitement elle tapota l’épaule du garçon -c’était censé être une accolade amicale m’voyez ?- puis le poussa gentiment à s’écarter un peu histoire de la laisser respirer.

▬ Ahem, pas que j’aime pas les câlins ou quoi -et encore- mais j’ai pas l’habitude de prendre des porc-épic dans mes bras à dix heures du matin !

Ce surnom de porc-épic allait plutôt bien à Light selon la demi-déesse. Au moins aussi bien que les surnoms ridicules qu’on lui avait donné à elle lorsqu’elle était encore à l’école. Combien de « poils de carotte » ou « fille de Satan » avait-elle entendu durant sa scolarité …?

▬ Tu peux me faire du thé ! Je suis en manque, je n’ai pas pris mon petit dej ! Je me sens murir !

▬ Attends attends, Maxime se pinça l’arrête du nez, ne sachant toujours pas si elle devait en rire ou en pleurer, tu veux dire que tu te pointes chez moi comme une fleur alors que je bosse pour que je te fasse ton p’tit dej’ ?

C’est sûr que dis comme ça…

▬ Allez viens, j’me sens généreuse ce matin, Elvis m’a mise de bonne humeur, fit-elle finalement dans un soupir en haussant les épaules, signe d’abdication devant son air de chiot abandonné.

Elle l’invita à le suivre dans la cuisine où elle mis la bouilloire en route. Heureusement qu’Aimée était au Japon pour son travail en ce moment car elle ne savait pas trop si cela serait une bonne chose que les deux se rencontrent dans la maison à dix heures du mat’.

▬ Z’ai fait un cauchemar affreux ! Je veux un câlin ! Je manque d’amouuuur ! Sinon tu fais quoiiii ?

Un air aussi amusé qu’exaspéré se peignit sur le visage de la rousse.

▬ Pour l’amour je sais pas si je peux y faire grand-chose, ton câlin tu viens de l’avoir et pour le cauchemar si t’as envie d’en parler ça me gênerait pas de t’écouter, dit-elle en versant l’eau chaude dans deux grandes tasses. Tu veux du sucre ? Du lait ?

Elle se fit son thé comme elle l’aimait -avec un sucre et un nuage de lait- avant de servir sa boisson à son squatteur du matin. Et comme elle se sentait vraiment de bonne humeur ce matin là, elle lui offrit également un pain au chocolat qui restait du goûter de la veille.

▬ Sinon avant que t’arrives j’étais en train de réparer la caisse d’un client, marmonna-t-elle en remuant sa cuillère dans sa boisson chaude. D’ailleurs j’aimerais bien que tu y jettes un œil si ça t’embête pas ! Y’a un truc qui me parait bizarre avec le moteur mais comme j’ai encore jamais vu ça je préfère un avis extérieur avant d’y toucher…

Maxime savait parfaitement que derrière ses airs de crétin fini, Light avait une finesse d’esprit particulièrement pointue -du moins pour tout ce qui concernait la mécanique. Elle lui laissa le temps de bien entamer son « petit-déjeuner » avant de le guider jusqu’à son atelier où l’attendait toujours la superbe Impala 1967. Une vraie pièce de collection, pas étonnant qu’elle ne veuille pas faire de boulette avec, ça lui coûterait les yeux de la tête si elle devait rembourser le client !
Elle porta sa tasse à ses lèvres en observant Light se pencher sur le moteur du véhicule et continua la conversation.

▬ Alors ce cauchemar ? C’est vrai que t’as une sale mine, fit-elle en remarquant seulement maintenant les cernes qui cerclaient subtilement le regard orangé du démon.

Maxime réalisa alors que le 78 tour était arrivé à la fin de la dernière chanson depuis un moment déjà. Elle se dirigea alors vers le tourne-disque pour changer de vinyle car la fille d’Héphaïstos aimait beaucoup avoir un léger fond musical, peu importe ce qu’elle faisait. Elle opta pour un disque de Chet Baker, car un peu de jazz en sourdine le matin, ça ne pouvait faire de mal à personne.
(C) MISS AMAZING.




avatar
Invité
Invité
Re: Two folks, One hobby (Light & Maxime) | Mar 13 Oct 2015, 15:09


Two folks, One hobby
« I'm fine »
Passe les mains devant le visage et sourit d’un coup, repasse les devant ton visage et ton sourire disparait. Au lieu de faire ce mouvement, garde tes mains avec un sourire dessiner dessus sur ton visage, c’est tellement plus simple. Se cacher dans la bêtise c’est tellement plus simple, c’est tellement plus agréable de te prendre pour le premier taré de la rue que le monstre que tu es. Fourre ta tête dans les seins d’une femme pour ne plus voir le monde, étrangement, même si c’est pour faire en sort de mettre la personne dans une situation délicate, t’y caché te soulage. Car avant c’était ceux de ta mère qui te protégeait du monde, est-ce un réflexe plutôt qu’une envie soudaine pour emmerder ton monde ? Tu sais déjà la réponse, mais tu ne le diras pas.

Car au fond, tu sais que trop bien que tu es en détresse.

Pourtant, entouré comme tu l’es, tu te caches dans la foule avec ce sourire débile sur le visage. Est-ce que tu aimes les gens qui t’entoure ? Étrangement, tu répondras en tournant la réponse dans une non-réponse tellement vague. Tu es tellement ignoble. Mais, peu importe, personne ne demande, personne ne cherche, car tu es trop con. Vous avez vu, les gens croient tellement à la normalité, qu’il ne voit pas que tu es anormal, et tu te complais alors dans ta fausse personnalité ? Tu répondras encore avec trop de flou, tu es un marionnettiste tellement cruel. Mais, au lieu de dire que tout va mal, tu diras des bêtises encore et encore, justes pour amuser ou pour faire croire. C’est ça qui t’amuse.

« Ahem, pas que j’aime pas les câlins ou quoi. Mais j’ai pas l’habitude de prendre des porc-épic dans mes bras à dix heures du matin ! »

Tu affiches une mine boudeuse que tu sais si bien faire, c’est pourtant bien les câlins ! Affichant un petit rire là voyant clairement pas trop à l’aise et le surnom te plait tellement, c’est vrai qu’avec des cheveux pareil, tu ne passes pas inaperçus, peut être que tu es en vrai un porc-épic et non un scorpion ? Alors d’où sort ta deuxième queue ? Oui car la première c’est purement grâce à ton chromosome masculin ! Bref, comme un bon squatteur, tu réclames ta bouffe, c’est fou comme tu n’as clairement aucune gêne pour quoi que ce soit. Le pire, on dirait plus un gamin de 8 ans qui veut son gouter en le réclamant à sa maman qu’a une amie, le pire ? Il a en vrai 32 ans, c’est ça le pire.

Pour continuer l’absurdité de la situation.

« tu veux dire que tu te pointes chez moi comme une fleur alors que je bosse pour que je te fasse ton p’tit dej’ ?
-Bah ouais ! T’as vuuuuuu ! Du génie pur ! »

Tu ne peux vraiment pas t’empêcher d’être un mec qui n’a jamais aucune gêne, c’est ainsi qu’est ton personnage dans sa fiche de jeu. Un sourire presque innocent entrain de fixer la pauvre rousse obligé de supporter ta personnalité tellement wtf. Bien que tu gagnes grave à Elvis ! …Ah un artiste, oui mort sur les… Wikipédia ta gueule.

C’est vrai que tu peux être appelé ainsi, bien que ce surnom ne soit clairement pas celui que tu aimerais le plus dans ta vie. Tu suis la demoiselle en regardant partout comme un gamin que tu n’es pas. C’est clairement une maison que tu aimes bien, l’odeur, le côté chaleureux, si tu pouvais tu pioncerais bien ici ! Mais, faut bien que tu restes chez les pirates, car ils sont ta « famille ».

« Pour l’amour je sais pas si je peux y faire grand-chose, ton câlin tu viens de l’avoir et pour le cauchemar si t’as envie d’en parler ça me gênerait pas de t’écouter,. Tu veux du sucre ? Du lait ? »

Elle n’a pas tord, mais c’était juste pour faire ta victime. Bien que tu ne dises rien, étrangement, tu ne veux pas qu’elle sache ce cauchemar qui te hante beaucoup trop, bien que tu tourneras cela en mensonge encore et encore. Après tout, fuir ce toi qui ne cesse jamais de te poursuivre c’est tellement plus simple que de l’accepter.

«Je veux 5 sucres ! »

Bon dieu mais 5 sucres c’est deg ! D’où tu mets autant de sucre ? Cela doit être immangeable ? Bien qu’en vrai c’est surtout que tu sors ton flacon d’anti-venin que tu verse dedans après avoir ta tasse… Okay, c’est légite d’un coup. L’antidote a toujours un goût tellement infect, bien que tu en as changé le gout pour certaine fiole, il reste les « j’ai pas eu le temps de mettre un gout agréable ». Heureusement que tu peux tout mélanger avec, aujourd’hui antidote au thé ! Pain au chocolat en bouche, l’homme écoute la femme qui lui parle de son boulot.

« Sinon avant que t’arrives j’étais en train de réparer la caisse d’un client. D’ailleurs j’aimerais bien que tu y jettes un œil si ça ne t’embête pas ! Y’a un truc qui me parait bizarre avec le moteur mais comme j’ai encore jamais vu ça je préfère un avis extérieur avant d’y toucher… »


Faisant ses gros yeux d’abruti qui écoute une femme parler d’un truc qu’il ne connait trop bien. Pourtant, tu affiches toujours cet air niais. Suivant donc Maxime en direction de son atelier, où une voiture trône comme chef des lieux. Le jeune homme penche un peu la tête en regardant la bécane. Se frottant les yeux, le jeune homme s’étire.

« Alors ce cauchemar ? C’est vrai que t’as une sale mine.
- Bah aussi, j’ai rêvé de ce que j’ai regardé hier à la télé. Le mec qui affronte son côté sombre et qui se fait tuer par son reflet de miroir ! T’imagine si ton toi voulait ta place car il juge que tu n’es pas assez bien. Puis j’ai dormit sur mon bureau, car tu vois le lit c’est pour les tapettes ! »

Semi-mensonge, bien que la vérité ai que tu n’existe pas Light, tu es juste une couverture du vrai. Bien que tu ris à gorge déployé, le scorpion approche donc cette voiture où un truc dérange sur le moteur, ses yeux la regarde de haut en bas, de long en large.

Impala 1967, véhicule qui était accessible au citoyen moyen en Amérique, développé et construite par la division Chevrolet. La première n’était qu’un prototype inspiré de la Corvette dans les années 1950, il y a eu beaucoup de modèle qui ont traversé les âges jusqu'à aujourd’hui bien sûr, qui ne connait pas les Chevrolet, tout le monde en a déjà vu sans le savoir. Les 1967 avait un design très rectangulaire et était très prêt du sol, elles avaient de la gueule comme dirait les collectionneurs. Beaucoup se les arrache à prix dépassant son prix d’origine. Bien que pourtant, roulé avec est digne des plus grand pollueur, car à l’époque la pollution ne préoccuper que peu les constructeur.

Bien que tu ne comprends pas du tout pourquoi les gens veulent des bagnoles dans leurs garages qu’ils peuvent conduire que les trente-six du mois… C’est parfaitement ridicule comme passion. En fait Light, tu n’as clairement aucune véritable passion, ce qui fait de toi un être totalement vide. Mais bon, regardons donc le moteur de cette petite merveille comme dirait tout les mécaniciens qui ont plaisir de bosser dessus.

Cette voiture est équipé d’un moteur essence, le liquide de refroidissement c’est de la pure eau, la boite de vitesse est de 3, équipé de 6 cylindre en tout, penchant la tête. Tu regardes la bête, bien que tu affiches un sourire, avoue, de loin tu l’avais déjà vu le pourquoi cela ne va pas. Petit rat que tu es, tu fais semblant.

« Elle vient d’où ta petite merveille ?Enfin, le client t'as dit où il l'a acheté ? »

Merveille ? C’est juste car elle à l’air de l’aimer beaucoup… Bien que pour toi, ce n’est qu’un tas de ferraille qui roule pour juste frimer. C’est quoi cette lubie qui entour ce culte de la voiture ? Toi, tu t’en fous ça quatre roue, un moteur et voilà. Limite c’est plus intéressant de regarder une brouette qu’une voiture, après tout ça une roue et sa roule bien… T’es entrain de comparé une brouette à une voiture bon dieu.

« Je gagne quoiiii à deviner ce qu’il ne va pas ? ♥ Vu que tu mets de la musique peut être une danse ? Mais c'est pas une récompense !»

Tu n’es pas possible.


LIGHT & ROBIN




avatar
Invité
Invité
Re: Two folks, One hobby (Light & Maxime) | Mar 13 Oct 2015, 20:46


Two folks, One hobby
PV ✖ Light & Maxime

Maxime observait Light se pencher sur la rutilante voiture noire, un sourire vague accroché aux lèvres. C’est fou à quel point le scorpion pouvait éveiller chez elle des instincts protecteurs qu’elle pensait en hibernation au fond d’elle depuis bien longtemps. Certes, il n’était pas le seul, il y avait bien Théo aussi -à la différence que l’apprenti de la rouquine était une vraie plaie qui la poussait à bout à longueur de temps, et qu’elle voyait ce dernier comme un insupportable petit frère plutôt qu’autre chose. Light, c’était différent tout de même. Il l’intriguait. Beaucoup. S’il y avait un truc qu’elle avait bien hérité de son père, c’est cette manie de vouloir résoudre certains problèmes qu’elle ne comprenait pas, un peu comme on démêle les câbles d’une machine pour que les rouages tournent plus facilement.

La jeune fille se fit violence pour ne pas ricaner bêtement devant l’air abruti de son ami, qui restait là à observer le moteur exposé. Le laissant réfléchir à la question, elle repensa à la réponse que le garçon lui avait sorti plus tôt. Maxime pouvait comprendre qu’un tel rêve vous empêche de dormir au point d’avoir une mine de lendemain de soirée au petit matin. Mais c’était tout con, un petit quelque chose la chiffonnait. Elle ne parvenait même pas à mettre le doigt dessus, elle savait juste que ce détail était là, et il lui faisait l’effet d’une boule dans l’estomac.
Peut-être que j’ai oublié d’éteindre la bouilloire, se forçait-elle à penser pour ne pas songer à quelque chose de plus effrayant.

▬ Elle vient d’où ta petite merveille ? Enfin, le client t'as dit où il l'a acheté ?

La voix du jeune homme la tira de ses rêveries et elle cligna des yeux quelques secondes avant d’assimiler la question.

▬ Tu parles que je le sais, il m’a tenu la jambe pendant presque une demi-heure pour me raconter comment il a joué un coup de maître à une partie de Poker à Vegas, comment il a empoché plein de billets verts avec pleins de zéros dessus, et comment il a eu un cul d’enfer à la vente aux enchères où il a trouvé la bagnole, et blablabla... J’ai cru qu’il allait jamais me lâcher !

Pour être tout à fait honnête, Maxime soupçonnait que le client en question -fils d’un riche entrepreneur, lui-même habitué de la boutique- tentait d’attiser l’attention de la jeune fille à son égard. Pas que celle-ci soit assez imbue d’elle-même pour se dire que ses clients lui faisaient du charme, mais sur ce coup là, le Don Juan en carton n’était pas des plus discrets.

▬ Perso, je trouve que ce genre de voiture pourrait être largement amélioré -niveau pollution, etc, c’est pas tip-top pour le moment- mais j’avoue que l’extérieur est magnifique.

Elle pris une énième gorgée de son thé et pointa la tasse de Light d’un geste de la tête.

▬ Fais gaffe, ton sucre au thé va refroidir, ça va se solidifier tu pourras plus le boire. Comment tu fais pour prendre autant de sucre d’un coup ? Ça t’écœure pas ?

Elle lui tendit la tasse encore tiède, et l’observa se relever vers elle, un sourire débile joignant ses deux oreilles -pour changer.

▬ Je gagne quoiiii à deviner ce qu’il ne va pas ? ♥ Vu que tu mets de la musique peut être une danse ? Mais c'est pas une récompense !

Maxime ouvrit des yeux ronds comme des soucoupes avant d’éclater de rire.

▬ Moi danser ? Haha, tu viens cent ans trop tôt pour espérer voir ça un jour !

Elle ne disait pas ça parce qu’elle dansait à peu près aussi bien qu’un ivrogne. Pas du tout. Encore que, certains saoulards savaient se remuer mieux qu’elle, c’était triste.

▬ Voyooons, elle se tapotait la lèvre inférieure du doigt, cherchant une récompense susceptible de plaire au porc-épic, J’ai trouvé, si tu gagnes, je t’offres une glace et un tour de manège. Et si t’es sage t’auras droit à une balade en poney.

Elle termina son thé d’une traite et se frotta le crâne avant d’ajouter d’un ton plus sérieux.

▬ M’enfin, je suis presque certaine que t’as déjà trouvé ce qui ne va pas. T’es loin d’être bête, je le sais.
(C) MISS AMAZING.


HRP| J'ai aucun respect pour Light, pardon :c (dis moi si ça te va hihi ♥)




avatar
Invité
Invité
Re: Two folks, One hobby (Light & Maxime) | Jeu 22 Oct 2015, 13:29


Two folks, One hobby
« I'm fine »
C’est que de la ferraille sur quatre roue, dirait le vrai homme en toi qui n’est clairement pas ébahit pour n’importe quoi. Mais, tu vas totalement ignorer cette voix, après tout c’est plus drôle de suivre un mouvement de mode que d’être dans son coin à dire que c’est inutile d’aimer un truc qui n’est que ça. C’est clairement pas amusant, mais Light  se doit d’être admiratif pour un rien, n’est-ce pas amusant donc ?  Chaque fois que tu l’entendais, tu ignorais, chaque fois qu’elle te faisait mal, tu souriais, est-ce donc du masochisme ? Non, c’est juste que tu veux pas être ce qu’elle te dit d’être, donc tu fais tout pour la masquer.

Tout ça pour être « normal »

Te penchant pour regarder ce véhicule qui est maintenant au centre de toute ton attention. Le jeune homme rit en entendant la rousse se plaindre que le propriétaire est trop fan de sa petite trouvaille. Bien que c’était peut être plus un plan drague qu’un écoute se que je veux dire d’après elle. Ligth étant plus rentre dedans, c’est clair qu’il ne va pas expliquer comment il a réussis à inversé la polarité de sa machine à fin que celle-ci puisse produire une puissance de… Bref, il ne va pas dire le pourquoi du comment, il va juste dire « t’as des jolies boobs, veux-tu sortir avec moi ? », Ouais le romantisme ce n’est pas encore ça. Bien que Light n’a jamais vraiment compris l’utilité d’être romantique, puis-ce qu’a la fin est toujours plus amère que le jeu d’avoir. Partager sa vie avec quelqu’un ? Qu’elle est bonne la blague !

«  Fais gaffe, ton sucre au thé va refroidir, ça va se solidifier tu pourras plus le boire. Comment tu fais pour prendre autant de sucre d’un coup ? Ça t’écœure pas ? »

Le porc-épic se tourne avec un sourire et revient en sautillant donc vers elle pour prendre sont hé qu’il boit. Ouais c’est dégueulasse en vrai, mais Osef cela fait passer l’antidote comme on peut.

« Comme dirait un personnage célèbre, le sucre contient plein de bon truc pour la tête ! Même si c’est deg ! Je suis un régime très très très sucré tu vois, comme ça je serais l’être le plus…sucré ! A-t-elle point que les vampires vont être rebuté de sentir mon sang ! »

Où simplement que le sucre te permet de garder ta capacité cérébrale actif et de moins dormir et que cela masque le goût affreux de ta potion, mais ça tu le garderas pour ta pomme. Bon, la rousse ne semble pas emballer pour une petite danse parmi les outils et en spectateur la voiture, dommage !

« Tu sais, t’es la fille, j’aimerais être une demoiselle car en danse elle se laisse faire sans rien faire ! Alors que le pauvre mec doit contrôler ! C’est comme dans la copulation ! »

Dit-il avec presque une petite larme aux yeux… Non mais, sérieusement Light, comment tu peux parler de ça comme ça en plein petit déjeuner ? T’es clairement pas net parfois.

« Voyooons,  J’ai trouvé, si tu gagnes, je t’offres une glace et un tour de manège. Et si t’es sage t’auras droit à une balade en poney. »

Il lève les bras en l’air

« Owyyyyyyyy ! Si c’est un glace au noisette je veux ! Et je veux monter sur le dada noireuh ! »

On touche clairement le fond en ce moment même. Le jeune homme sautille tout content de pouvoir faire mumuse avec les dadas… C’est clairement dépitant, le scorpion n’est clairement pas possible.

« M’enfin, je suis presque certaine que t’as déjà trouvé ce qui ne va pas. T’es loin d’être bête, je le sais.
Woh, t’as de l’espoir… Même mon Doudou n’a pas autant d’espoir que toi ou mon Foufou... »

Dit-il d’un air aussi dépressif qu’on y croirait presque qu’il est une victime. Bien que le jeune homme approche donc du véhicule se penchant vers le moteur qui est donc le problème. Approchant les mains, le jeune homme prend alors un fils entre les mains, c’est alors que tu l’arraches sans grosses réflexion, attend ne me dis pas ?! C’est alors que tu arraches les parties du moteur avec se regard de gamin bien à toi, tu te tournes alors vers la femme rousse.

« Waouh, c’est de la vrai merde ! La pire contrefaçon que je n’ai jamais vue ! »

Depuis le début, tu as bien vu que ce moteur n’était pas d’origine. Il n’a pas la gravure minuscule qu’elles doivent avoir sur leurs moteurs. Un sourire avec l’huile qui coule de partout, le jeune homme s’assoit contre en tenant les fils, la destruction c’est tout ce que tu sais faire, ruiner un travail aussi

« Ton client c’est bien fait avoir ! La carrosserie semble d’origine, mais le moteur est aussi impala d’origine que moi je suis un elfe ! »

Comment tu sais tout cela ? Intuition ? La bonne blague, tu le sais car tu le sais. C’est comme ça dans ta tête, tu l’as lu un jour et voilà, tu l’as stocké dans ta tête, un jour cela sera utile ? Oui, un jour. Comme tout le reste de tes informations, un jour cela sera utile, comme savoir faire une bombe nucléaire, ou la création des Télétubize, un jouuuur !

« Je mérites pas un petit bisous pour cette action ♥ »

Pire qu’un dragueur bien lourd du dimanche, mec tu lui a ruiné un moteur dans une voiture. Sourire débile sur le visage ouvrant les bras pour le plus gros poutou du siécle.
Light t’es lourds.



LIGHT & ROBIN




avatar
Invité
Invité
Re: Two folks, One hobby (Light & Maxime) | Lun 07 Déc 2015, 00:16


Two folks, One hobby
PV ✖ Light & Maxime

Maxime haussa un sourcil, dans une expression perdue à mi-chemin entre l’amusement et le dégout quand Light mentionna son régime 100% sucre. Elle savait pertinemment qu’il était probablement inutile de lui rappeler qu’outre un sérieux problème de diabète, il risquait un tas de complications physiologiques à poursuivre ce style d’alimentation, mais au cas où, elle nota dans un coin de sa tête de lui faire la remarque la prochaine fois.
En revanche, c’est un air quasi révolté qui passa sur son visage quand l’autre idiot se mit à délirer sur le rôle de la femme en danse et…au lit. Le sang ne fit qu’un tour chez la féministe en elle -parce que lorsqu’on pratique un métier de bonhomme et qu’on est une minette de pas vingt piges, comme diraient certains, il est plus qu’important de ne pas laisser passer ce genre de remarque si on veut se faire un tant soit peu respecter.

▬ Continue à dire ce genre de conneries et tu vas finir puceau à quatre vingt ans, fit-elle à moitié sérieuse en croisant les bras, en espérant qu’aucune femen extrémiste ne te tombe dessus avant bien entendu.

Light avait ce don de la déconcerter à chaque nouvelle réplique. Après avoir joué les gros machos, le voilà qui levait les bras en l’air comme un gamin à qui on venait de promettre une glace -et dans un sens, c’était exactement le cas présentement.

Maxime l’observa finalement se pencher pour de bon sur le véhicule. D’un oeil observateur, elle scrutait les moindres faits et gestes du garçon, dans l’espoir de comprendre d’où venait le problème avant que ce dernier n’ait à le lui expliquer. Et au fur et à mesure, ses yeux et sa bouche s’agrandissaient sous la stupeur.

Il vient de tout me niquer le moteur ou j’ai rêvé ?

▬ Waouh, c’est de la vrai merde ! La pire contrefaçon que je n’ai jamais vu !

Oh putain le con.

▬ Mec, mais t’es sérieux là ! s’écria la jeune fille complètement abasourdie par l’air ahuri du garçon.

▬ Ton client s’est bien fait avoir ! La carrosserie semble d’origine, mais le moteur est aussi impala d’origine que moi je suis un elfe !

Maxime ouvrit la bouche pour vociférer une flopée d’injures mais la referma presque aussitôt. Elle semblait comme bloquée, les yeux fixés sur les mains maculées de Light qui tenait encore les conduits du moteur -et pendant une seconde, l’image d’un boucher avec les entrailles d’un animal plein les mains passa dans l’esprit de la fille du dieu des forgerons. Car c’était exactement ce qui venait d’être commis : une boucherie. Elle n’avait même plus la force de crier contre Light, et se contenta de s’asseoir sur deux pneus empilés l’un sur l’autre.
Elle se frotta la tempe d’une main, les sourcils froncés. Dans un sens, le problème était résolu, mais Light venait de lui rajouter une double couche de travail pour réparer le véhicule -car c’était bien pour réparer les choses qu’on la payait non ?
Cependant, elle ne put s’empêcher de ricaner à l’idée de la tête que ferait le fameux client en apprenant l’entourloupe. Une scène probablement mythique.

▬ Tu me donnes mal au crâne Light, j’espère que tu le sais, souffla-t-elle finalement, comme une mère désespérée de voir que sa progéniture était un cas perdu.

▬ Je mérite pas un petit bisous pour cette action ? ♥

▬ Tu peux te brosser,
fit-elle catégorique. Tu mérite plutôt de m’accompagner acheter des pièces de rechange pour arranger… ça là, ajouta-t-elle en désignant d’un geste vague le cadavre du moteur dégoulinant d’huile.

Et sans plus attendre, elle se leva et tira le garçon à sa suite dans l’appartement, non sans avoir fermé l’atelier à clé une fois sortis.

▬ Je monte me changer puis on y va, j’en ai pour deux minutes. Tu touches à rien, tu restes ici, tu bouges pas c’est bien compris ?

On ne savait jamais avec lui…
(C) MISS AMAZING.




avatar
Invité
Invité
Re: Two folks, One hobby (Light & Maxime) | Lun 11 Jan 2016, 13:45


Two folks, One hobby
« I'm fine »
Se faire des ennemies c’est tellement plus amusant que des amis ? C’est ce que vous direz l’idiot qu’est Light. Il ne cherche pas vraiment à se faire des amis en vrai, mais au moins, c’est amusant de voir les visages des gens se déformer dans l’incompréhension là plus totale, ou dans la colère. Au moins, on peut admirer différente palette facial que font les humains, plus hilarante que les autres. Mais, tu peux considérer Max comme une amie après tout, donc ne cherche pas trop ? Non, elle doit savoir que c’est des paroles totalement stupides. Bien que tu es stupide, donc elles peuvent être tout aussi vraie. C’est compliqué.

« Continue à dire ce genre de conneries et tu vas finir puceau à quatre vingt ans, fit-elle à moitié sérieuse en croisant les bras, en espérant qu’aucune femme extrémiste ne te tombe dessus avant bien entendu. »

Penchant la tête avec un sourire, si seulement le début de ta phrase pouvait être plausible. Mais notre cher gamin dans sa tête a déjà gouté au plaisir de la luxure. Les désirs charnel vide pas mal là tête, donc il en est un fervent amateur, bien qu’au fond c’est peut être juste pour trouver de l’affection de la part d’une femme ?

Car au fond, tu es si seul et perdu

Mais, ce n’est pas le sujet le plus important, te voilà donc  entrain de détruire soi-disant une pièce de collection juste car c’est du fake. Tu aimes jouer avec le feu et encore plus tu adores détruire, donc au moins tu t’es fait pas mal plaisir en ce moment même.

« Mec, mais t’es sérieux là »

Le pire, c’est que oui, il l’était parfaitement en ce moment même, un sourire sur les lèvres, le jeune homme regarde la femme avec un petit sourire de gamin tout content de sa prouesse. Ta juste niquer une bagnole et le boulot de ton amie, mais sinon ça va super ! En plus, elle t’offre un visage si épic que tu peux te dire que cela vaut le coup ! Elle se retrouva sûrement à perdre l’équilibre vu qu’elle s’assoit sur des pneus comme pour réaliser ce qui vient de se passer, s’il faut Light est prêt à lui énumérer la scène, quoi que cela est une mauvaise idée, donc il le fera sûrement le pire.

« Tu me donnes mal au crâne Light, j’espère que tu le sais, »

Dire que ce n’es pas la première à dire cela. Au moins, c’est une preuve qu’il tient bien son rôle ! Mais, les pauvres personnes doivent donc supporter un homme pareil tout le temps. Light devra demander Efferalgan comme sponsor, il ramènerait un paquet de client au moins. Et en plus, tu as le toupet de réclamer ton bisous, t’es ridicules, mais tu es naturellement comme ça.

« Tu peux te brosser, fit-elle catégorique. Tu mérite plutôt de m’accompagner acheter des pièces de rechange pour arranger… ça là, »

Ce n’est pas juste ! Le jeune homme affiche sa petite mine déçus et sa bouille de gamin totalement vexé. Mais c’est sûr qu’il vient de totalement ruiner tout un travail, mais c’était drôle ? Bah ouais, un peu de plaisir et beaucoup de réparation après ! Non en vrai ça craint totalement. Le Scorpion s’assoit en boudant sur les pneus comme Max il y a quelques minutes. Sortant son attribut scorpion qui lui démangeait le bas du dos, le jeune homme la fait bouger dans tous les sens.

« Même plus droit de faire mumuse, ce n’est pas juuuuste ! »

Mais c’est alors qu’il a une idée, après tut elle n’est pas loin

« J’ESPÈRE QUE TU VAS METTRE UNE JOLIE PETIT ROBE ♥ »

On cherche maxime de loin ? Non, juste attirer encore et encore son attention pour son petit plaisir personnel, après tout tu détestes les silences, tu n’aimes pas du tout être seul. Car quand tu es seul, tu te retrouves avec toi-même, ta tête examine tout les éléments de cette pièce, pourquoi c’est ici, depuis quand cela existe. Mettant ta tête dans tes bras comme pour fermer les yeux histoire de stopper net tes pensées qui se bouscule, Ligth a mal à la tête, si mal. De plus, même en ne voyant que du noir, cela continue. Jusqu'à revoir ce cauchemar revenir te hanter, il veut te tuer, le vrai toi.

Puis tu entends un bruit de pas se rapprocher, levant la tête avec un grand sourire, alors qu’il y a 2 seconde t’étais plus entrain de te mettre en PLS sur les pneus.

« Et après on va acheter ma glace chocolat cookie ! »

Passer du rire au larme, c’est un talent unique chez toi.

LIGHT & ROBIN
 
Two folks, One hobby (Light & Maxime)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Two folks, One hobby (Light & Maxime)
» Frédérique Constant Maxime [montre de manuf à pas cher?]
» Germany 280mm Kanone 5 (E) Leopold HOBBY BOSS
» Vickers Light Tank Mk.VI - 1st Armoured Division B.E.F. 1940
» Peindre un sclap ? => peinture Tamiya ou Mr Hobby

Sanctuary of Heart :: RPs abandonnés-
Sauter vers: