Partagez | 
 

 » Game of Shadows ✖ Crimson || +16 [horror show]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Ryann « Dahlia » Evans
Staffien
Coeurs : 25 Messages : 33
Couleurs : Rebeccapurple (Ryann)
Freakshow (Herpès)

J'ai traversé le portail depuis le : 02/08/2015 et on me connaît sous le nom de : Reyenn. Mon nom est : Ryann Lucas Evans. Actuellement je suis : un psychopathe. Il paraît que je ressemble à : Uta de Tokyo Ghoul, aux originaux d'Old Xian & à Roxanne Malfoy d'HP || Irl ▬ Jack Falahee & Shailene Woodley et à ce propos, j'aimerais remercier : me myself & I. da best pour le crackship.
Re: » Game of Shadows ✖ Crimson || +16 [horror show] | Ven 28 Aoû 2015, 23:41


Dahlia & Crimson

Game of Shadows || +16

Elle se laissa glisser pour se détendre, un coude sur le canapé et ses doigts sous son menton. Sur le coup, elle ne releva pas la fausse modestie qui sonnait comme une fausse note dans la sonate qu’était la voix de Crimson. Lorsqu’elle sentit l’aiguille transpercer sa peau, ce ne fut qu’un simple picotement. Même si elle ressentait une certaine douleur, le contact de la cuisse de Crimson contre la sienne semblait plus passionnant qu’un simple fil dans son bras. Elle faillit bouger pour se dégager mais resta en place malgré tout, préférant reporter son attention sur le mouvement répétitif des doigts fins du mage qui recoudrait sa plaie avec une lenteur presque frustrante. Elle observa ses traits tirés sous la concentration et fut frappée par tant de splendeur. Son regard provocateur et son sourire à faire oublier les vœux de chasteté pardon la ramenèrent à la réalité alors qu’elle s’était perdue dans sa contemplation. Ce n’est qu’alors qu’elle réalisa qu’il avait finit de recoudre sa plaie. Elle observa le résultat avec intérêt. Elle s’immobilisa lorsqu’elle sentit son bras frôler son épaule. En général, c’était elle qui choisissait les moments opportuns pour les contacts physiques mais là, elle ne pouvait plus les prévoir avec un être aussi indéfinissable que Crimson.

DAHLIA ✖ C’est prodigieux.

Elle le pensait vraiment. Elle ne s’était pas attendue à un tel résultat. Il n’avait même pas tremblé. Un total contrôle de ses gestes. Elle passa ses doigts sur sa blessure, ses doutes se confirmant. Il était doué. Il avait du talent. Il avait déjà dû le faire quelques fois, sans aucun doute. Elle avait passé des années avant de pouvoir  y arriver. Des dizaines de fois gâchées, ratées, des centaines de livres de médecines lu puis enfin la pratique. Répétition, répétition, répétition. Jusqu’à arriver à la perfection qu’elle était. Elle se moquait des personnes pensant que la perfection n’existait pas. Ils ne l’avaient juste jamais rencontré. Ou alors ils n’avaient jamais rencontré Crimson. Au choix. Il serait préférable que cela reste ainsi si aucun d’eux ne voulait finir en morceau. Elle bougea son bras pendant quelques secondes pour vérifier que ce n’était pas trop pénible. Elle allait devoir faire plus attention ou ne pas apparaître pendant les prochains jours. Ryann allait faire une crise. Elle laissa son bras retomber avant de relever la tête vers le mage, réalisant à quel point ils étaient proches. Beaucoup trop, selon elle.

Quand il se pencha en avant, elle fit le même geste que lui mais en arrière, préférant ne pas être trop proche de ce visage aux reflets captivant et à la nature céleste. Il était envahissant. Il lui donna la désagréable sensation d’en savoir sur elle plus qu’en réalité. Son regard était d’une intensité qui aurait déjà fait faiblir les plus faibles. Heureusement, elle ne faisait pas partie de cette catégorie. Elle détestait cela. Montrer ses faiblesses, quelle idée ridicule. Cela revenait à donner à l’autre un moyen de nous faire souffrir. De tourner nos propres peurs contre soi-même. Bref, c’était une idée à laisser pour les êtres à l’intelligence réduite, au charisme proche de zéro et à la résistance nulle. Par pour elle. Elle passa lentement sa langue sur sa lèvre inférieure avant de finir par un sourire montrant toute son ingéniosité. Elle rapprocha son visage du sien, prouvant sans mal qu’elle était loin de craindre ce genre de contact. Elle n’aimait pas vraiment ça dans la mesure où elle savait qu’elle ne l’avait pas encore découvert sous toutes ses facettes. Mais à pars ça, ce n’était pas elle qui allait se plaindre d’être aussi proche d’un si bel homme pour l’observer dans ses moindres détails. Pour la première fois depuis longtemps, elle fut surprise par l’admiration qu’elle éprouvait. Elle savait qu’il lui suffirait de briser leur jeu de regard pour que l’étrange pouvoir qui semblait émaner de ses yeux aussi brulant que des rayons de soleil cesse. Mais elle ne le fit pas. Elle en ignora la raison.

DAHLIA ✖ Tout. Tout est toujours trop court. La vie. La douleur. Le plaisir.

Son sourire provoqua le sien. Pendant une seconde qui était à son goût déjà trop longue, elle sentit la sensation de se perdre dans le regard du mage. Elle fit claquer sa langue et poussa un soupire inaudible avant de se laisser tomber en arrière tête la première. Glissant sur le cuir, elle se retrouva tête en bas, ses cheveux balayant le sol, ses jambes posées sur le dos du canapé qu’elle venait de quitter. Elle releva son regard vers Crimson, arquant un sourcil l’air de lui demander s’il se moquait d’elle avec une question pareil. Elle avait eu des dizaines de victimes plus fortes les unes que les autres et aucune n’avait tenu plus que quelques heures. Il faut avouer qu’elle trouvait toujours un moyen très ingénieux de les pousser jusqu’au bord de leurs limites. C’était un simple nouveau test qu’il fallait réussir. Ils avaient tous rater le premier en succombant à son charme envoutant face auquel tout être vivant se retrouvait affaiblit. Mais ils allaient jusqu’à déclarer leur flamme et cela signait leur arrêt de mort. Premier test échoué. Le deuxième était donc de survivre. Celui-ci était légèrement plus compliqué mais le plus amusant pour elle qui y prenait un malin plaisir.

Elle leva les yeux vers les néons comme si son esprit se détachait doucement du mage, coupant leur lien. Mais elle n’en fit rien. Au contraire, elle le renforçait. Ses iris aussi limpides que du verre sous l’intense lumière tremblèrent pendant une micro seconde quand elle pensa à l’éventualité que quelqu’un puisse lui résister. Non, c’était impossible. Ce serait extraordinaire mais impossible. Elle pourrait dans cette éventualité tester des moyens jamais utilisés jusque là. Cette seule pensée éveilla en elle un feu qu’elle éteignit dès le premier clignement des paupières. Elle avait un parfait contrôle de son corps et de ses mouvements. Tellement parfait qu’il était impossible de deviner les images qui traversaient son esprit à moins d’avoir le même. Il faudra qu’elle ouvre le crâne au prochain pour tenter de comprendre ce qui n’allait pas dans le cerveau humain. Compte tenu du fait qu’elle ne pouvait pas étudier le sien, elle devra faire avec des êtres moins intéressants qu’elle. L’idée de tuer Crimson pour une étude comparative entre lui et quelqu’un d’inintéressant lui semblait être du gâchis. Elle ne pourrait pas se résoudre à ne plus admirer l’étincelle qui régnait dans ses yeux doré, une fois mort. Ses lèvres pulpeuses se pressèrent l’une contre l’autre tandis qu’elle murmurait sa réponse à voix basse.

DAHLIA ✖ Tu me sous-estime. Personne ne pourrait résister éternellement à ma torture.

Elle se redressa avec une facilité et une vitesse inquiétante. Se plaçant face à Crimson, elle fut obligée de poser ses genoux de part et d’autre de ses jambes pour être stable. Ses mains prirent d’assaut son coup dans un geste qui faisait croire qu’elle allait l’étrangler. Au lieu de ça, elle ne fit que mettre une légère pression sur la peau pâle de son cou. Dans une posture majestueuse quoi qu’assez dominante, elle dû user d’une grande part de son contrôle pour relâcher la pression. Elle garda ses mains sur son cou, ses doigts traçant la ligne de sa mâchoire avec une légèreté frustrante. Cette fois-ci, c’est elle qui le regarda de haut. Ses doigts remontèrent jusqu’à ses joues puis jusqu’à ses mèches rebelles sans jamais que son sourire ne quitte ses lèvres. Elle laissa ses mains retomber sur ses épaules larges puis jusqu’à son torse, avant de baisser les yeux vers lui à nouveau, ses prunelles emplies d’une nouvelle lueur inconnue.

DAHLIA ✖ Tu donnes l’impression d’être irréel mais tu es bien là, visiblement. Néanmoins, je n’ai pas la capacité de deviner tes désirs mais si en ce moment je m’en doute un peu de leur nature.

Tu adoptes un air triste. L’exacte même réplique que celui de Maleficient face au roi. Une seconde plus tard, ton sourire dans toute sa splendeur est réapparut sur tes lèvres, faisant passer celui d’Angelina Jolie pour médiocre. Elle rejeta ses mèches en arrière et ramena ses cheveux sur ses épaules avec une grâce prodigieuse avant de se pencher sur le côté, rapprochant ses lèvres de la peau de son cou sans jamais la toucher. Elle laissa son souffle le faire pour elle. Elle était tentée. Vraiment tentée de le mordre. De faire passer son poison dans ses veines. Voir comment il réagirait quand il serait dans l’incapacité de bouger mais qu’il pourrait absolument tout ressentir. Ce serait comme se voir elle-même en train de se faire torturer. C’était vraiment intéressant comme idée mais cela reviendrait à le tuer. Pourquoi l’issue de l’histoire semblait-elle toujours la même ? L’idée qu’il puisse ressortir d’ici vivant lui était encore impossible. Il avait touché sa curiosité mais sa nature de tueuse n’était pas encore totalement éteinte face à lui. Elle savait la contrôler mais elle s’allumait face au danger. Et en ce moment, le regard planté dans celui du mage, elle ne pouvait penser à autre chose qu’au danger qu’il représentait.

Elle voulait s’amuser. Détruire le danger. En être débarrassée. Et puis quoi ? Retourner à une solitude mortuaire ? Quel ennuie. Non, il était bien trop précieux pour qu’elle le fasse disparaître aussi tôt. Elle jugerait de sa valeur plus tard, elle ne le connaissait que depuis peu. Mais elle voulait voir. Elle voulait voir ce dont il était capable, avec son pouvoir. Peu importe le prix. Son regard rejoignit le sien, empli d'une étincelle de défi. Son sourire endiablé refit son apparition tandis que ses mains cessaient tout mouvement.

DAHLIA ✖ Oh Crimson, je peux t’offrir tellement de choses: la promesse de ressortir d’ici vivant ou la perfection d’un instant et sa nature éphémère mais propose je t’en prie, tu as toute mon attention.

Code by Fremione.

Sang-Mêlé Mage & Vampire

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Crimson
Sang-Mêlé Mage & Vampire
Coeurs : 71 Messages : 139
Couleurs : #d92334
J'ai traversé le portail depuis le : 22/07/2014 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Crimson Actuellement je suis : en couple avec ma magnificence. *hairflip* Il paraît que je ressemble à : Hisoka de Hunter x Hunter & IRL à Jackson Rathbone et à ce propos, j'aimerais remercier : ma magnificence. *hairflip*
Re: » Game of Shadows ✖ Crimson || +16 [horror show] | Ven 27 Nov 2015, 22:22



❝JUST BY CAPTURING YOU IN MY GAZE
YOU DON’T FEEL ALIVE ANYMORE,
DO YOU?
ONLY YOU ARE MINE
BECAUSE YOU’RE STILL TOO
PRECIOUS TU BREAK.❞ - Kyouzou Requiem




♟I WANT IT IN THE WORST WAY.


Leurs regards se fondaient l’un dans l’autre, un océan d’or embrassant la beauté d’un univers glacé, simplement séparés par une poignée de centimètres. Puis, les deux orbes scintillants face à Crimson disparurent tandis que la magnifique basilique se laissait glisser en arrière, laissant ses mèches voler autour d’elle et emplissant le silence de la pièce avec le bruit de son dos et de ses jambes s’ajustant contre la surface en cuir du canapé sur laquelle elle se trouva bientôt à l’envers. Les yeux du magicien ne la quittèrent pas, observant son mouvement avec l’ombre d’un sourire amusé calqué sur ses lèvres pâles et sculptées. Son regard était tourné vers le plafond éclairé par les néons blafards, comme une enfant observant le ciel une après-midi d’été, cherchant dans les nuages un quelconque rêve à poursuivre. Mais la délicate fleur perdue dans la contemplation d’un firmament imaginaire n’avait d’ingénu que son apparence, et Crimson poussa un doux soupir tout en reposant son dos contre le dossier de son siège, fermant les yeux en attendant la réponse à sa question. Ainsi, leur proximité semblait d’autant plus forte, comme si leur lien s’élevait au-delà d’une simple séduction, un simple jeu de regards et de frôlements physiques. Leurs pensées, en suspens dans ces esprits emplis de curiosités, flottaient au-dessus d’eux comme des nuées contrariées, cherchant à se mêler et produisant à l’occasion une promesse d’orage. Et comme un unique coup de tonnerre, retentit dans l’espace froid le murmure à peine échappé des lèvres de Dahlia.

« Tu me sous-estime. Personne ne pourrait résister éternellement à ma torture. »

A ces mots, un terrible sourire étira les lèvres de Crimson, qui garda les yeux fermés cependant. Il croisa paisiblement ses mains devant lui en entrelaçant ses élégants doigts pâles, et fredonna sous son souffle en sentant un désir arrogant se répandre vicieusement dans tout son être. Sa voix basse et stable résonna un instant tandis que l’envoûtante mélodie se changeait soudainement en rire, grave et roulant comme le grognement d’un large félin, faisant vaciller sa pomme d’Adam et dévoilant ses dents blanches et parfaitement sculptées. Cependant, il n’eut pas le temps de continuer dans ce contentement calme, car aussi rapidement qu’elle avait échappé à l’emprise de son regard, elle se trouvait au dessus de lui, l’enveloppant tout entier dans sa senteur délicate et caressant son visage de ses mèches platine. Ses deux mains aussi fines que celle d’une princesse du nord vinrent encercler son cou, étouffant ses ronronnements. Elle ne posait qu’une mince pression sur sa peau, ainsi son sourire ne s’effaça pas, et c’est avec une lenteur presque langoureuse qu’il ouvrit ses paupières pour plonger ses pupilles mordorées dans les siennes. Elle souriait, et le magicien devait avouer que l’observer d’en bas n’était pas si mal. Doucement, il sentit ses doigts se desserrer, sans qu’ils n’échangent un seul mot. Puis, aussi lentement que si elle souhaitait faire durer cet instant éternellement, elle fit remonter ses doigts délicats vers la ligne définie de sa mâchoire, puis jusqu’à ses mèches. Le contact presque inexistant de ces doigts contre sa peau ne le laissait certainement pas indifférent, et il prit le temps de savourer cette douceur soudaine, qu’il savait aussi fragile que leur état mental.

Une fois ses mains ayant fait le chemin inverse se trouvant ainsi contre son torse sculpté, elle prit la parole, et Crimson ne put retenir un très léger rire d’échapper ses lèvres, surtout lorsqu’elle lui servit une expression attristée. Puis, un sourire éblouissant fleurit sur son visage angélique également, et on aurait pu croire à cet instant qu’ils étaient un couple jeune et aimant, se couvant d’un regard qu’eux seuls connaissaient en se souriant. Cela, Si jamais on oubliait qu’à à peine quelques mètres, se trouvait le cadavre d’un homme mutilé et vidé de son sang. Elle rejeta ses cheveux avec grâce, envoyant toujours plus de son parfum délicieux au vampire, se penchant dans le même mouvement vers lui, et il ne put s’empêcher de pencher légèrement la tête en arrière, souriant avec provocation tandis qu’il se demandait quel serait sa prochaine action. Mais il ne fut pas déçu lorsque sa voix aussi claire que celle d’une muse reprit, écoulant jusqu’à son esprit des paroles qui lui firent s’humecter les lèvres. Lorsque sa langue retourna dans sa tanière, il souriait toujours, et son doux rictus ne vacilla pas du tout lorsqu’il délia finalement ses doigts et qu’il les mena jusqu’aux hanches de Dahlia, posant ses grandes mains de part et d’autre de sa silhouette, sentant son corps tiède contre ses paumes fraîches, les faisant glisser doucement vers sa taille avec une légèreté digne d’un premier échange amoureux entre deux amants inexpérimentés. Les dieux savaient bien qu’il n’en était rien.

« Vivre pour moi n’a pas d’importance si le prix de la survie est la perte de quelque chose de plus précieux… »

Sa voix vibrante sortit de sa gorge comme une caresse, grave et masculine et pourtant indéniablement tendre. Cependant, le ton de la provocation était toujours présent, et se mua immédiatement en quelque chose de plus fort lorsqu’il retira sa main droite de sa taille pour venir la placer sous son menton, comme s’il souhaitait maintenir son visage solidement tourné vers le sien.

« Tout à l’heure… tu disais que je te sous-estimais. Sache bien que tu te trompes… la différence, c’est que j’ai confiance en mes capacités. »

Il l’observa encore un instant, avant de clore ses paupières à nouveau, secouant la tête avec un air faussement désolé.

« Ah, dire que je viens de dévoiler une partie de mon jeu… mais c’est ainsi que la partie deviendra plus intéressante. »

Puis, ses yeux s’ouvrirent une ultime fois, et il sourit de manière séduisante.

« Très bien, alors… laisse-moi t’énoncer de simple règles. »

D’une délicatesse frappante, et pourtant avec une force considérable, Crimson raffermit son emprise sur la taille de Daliah, enroulant son bras autour d’elle langoureusement tandis que la main qui flirtait avec son menton vint se placer sous ses cuisses pour la soulever contre lui tandis qu’il se redressait souplement sur ses jambes musclées. Il pivota doucement sur lui-même, laissant les mèches argentées de son adorable démone lécher son visage comme des étincelles, avant de la reposer sur le canapé derrière lui. Il s’écarta d’un pas, levant ses mains légèrement sur ses côtés, la transperçant de ses yeux dorés.

« Je n’ai qu’un point faible. »

Crimson sentit un élan d’excitation remonter le long de sa colonne vertébrale, tandis qu’il s’apprêtait à énoncer à voix haute le seul moyen sûr pour le tuer. Dieux, il savait que cela pouvait paraître stupide, mais il trouvait ça extrêmement grisant. Doucement, il plaça sa main gauche sur son cœur, et plaça son index et son majeur droits contre sa tempe, un sourire à la fois mystérieux et empli d’une folie captivante sur son magnifique faciès.

« Une blessure directement mortelle. Si mon cœur cesse de battre ou que mon cerveau est très grièvement endommagé, alors, je mourrais. »

Puis, sur ces mots, il pencha la tête en arrière et se laissa tomber lentement vers le sol, un terrible sourire aux lèvres et les yeux clos.

#Code by Nao ✖ G A M E  O F  S H A D O W S




HRP| AGROUUUU HERE YOU GO DARLING 8DDDD Ouais ok moi même je sais pas ce que j'ai fait mais bon. Tout va bien. Crimson m'avait manqué. #swagdecinglé (je t'aime.)


Nom.:
 

LIGUES-PRO THX CALI & KENZA & REYENN ♥
Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Ryann « Dahlia » Evans
Staffien
Coeurs : 25 Messages : 33
Couleurs : Rebeccapurple (Ryann)
Freakshow (Herpès)

J'ai traversé le portail depuis le : 02/08/2015 et on me connaît sous le nom de : Reyenn. Mon nom est : Ryann Lucas Evans. Actuellement je suis : un psychopathe. Il paraît que je ressemble à : Uta de Tokyo Ghoul, aux originaux d'Old Xian & à Roxanne Malfoy d'HP || Irl ▬ Jack Falahee & Shailene Woodley et à ce propos, j'aimerais remercier : me myself & I. da best pour le crackship.
Re: » Game of Shadows ✖ Crimson || +16 [horror show] | Mar 01 Mar 2016, 01:36


Dahlia & Crimson

Game of Shadows || +16

Leurs ombres constamment chacune de leur côté avaient fini par se retrouver dans une seule et même nuance de gris que reflétait le carrelage d’une clarté aussi pure que leurs iris respectifs. Ses gestes suivaient un chemin autrefois créé pour chacune de ses proies. Les réactions de chacune d’elles les définissaient. Ils étaient comme Icare, désirant plus qu’ils ne possédant, finissant tous brulés par une source de lumière aveuglante qui se reflétait dans ses pupilles qui au lieu de les repousser les attiraient inlassablement. Son sourire qui ne quittait jamais ses lèvres lui fit penser qu’y goûter devait représenter l’exacte même erreur que de mordre dans une pomme juteuse révélant un poison mortel aussi toxique que leurs esprits. Le son qui résonna dans la pièce lui fit arquer un sourcil. Quelque chose dans sa façon d’agir l’alertait. Elle avait manqué quelque chose. Quelque chose qu’elle aurait dû relever dès son entrée mais qui été passée aussi inaperçue que du venin dans les veines. Cela lui avait échappé. Chose qui n’arrivait que très rarement, voir jamais. Synonyme de retard de sa part. Il avait de l’avance sur elle. Pas énormément. Il en savait aussi peu sur elle qu’elle en savait sur lui. Ignorance plus rassurante que frustrante.

Pression au niveau des hanches. Sa seule réaction fut de cligner des yeux, la sensation de ses doigts contre le fin tissu de sa chemise. Un contact léger, à peine perceptible. Elle pouvait néanmoins sentir la rencontre des deux différentes températures de leur corps qui lui fit se racler la gorge. Un sourcil arqué l’air de se demander quelle idée pouvait bien le hanter, ses doigts sertis de bagues pianotaient sur le torse du mage avec une lenteur qui ne reflétait nullement le sentiment d’impatience qui commençait à la ronger. Ses dents d’une clarté éblouissante prirent sa lèvre inférieure d’un air plus penseur qu’aguicheur lorsqu’elle entendit le ton de sa voix. Le son de cette dernière envahissait son esprit, ses mots percutants chacun de ses neurones pour essayer d’y trouver un sens. Son regard, la pression de ses mains, le son de sa voix, elle avait l’impression qu’il s’imposait de toutes les façons possibles. Et à sa grande surprise, il y arrivait. Il était arrivé à capter son attention, peu importe la manière. Réveil d’un intérêt subtil pour lui. Il avait compris ; dès lors qu’il perdrait sa valeur à ses yeux, il perdrait également une part de ses chances de survie.

Lèvres entrouvertes, elle suivit le mouvement qu’il lui forçait de suivre en plaçant ses doigts sous son menton. Durant un court instant, les rôles s’échangèrent. Le chasseur devint la proie, suspendue à chacun des mots qui s’échappaient de ses lèvres qui avaient maintes et maintes fois été teintées de sang. Elle tentait de comprendre ce qu’il essayait de lui dire. Cela s’avéra plus ardu que prévu. Le brouillard qui avait obscurci ses pensées s’éclaircit lorsqu’elle l’entendit faire allusion à ses capacités. L’étincelle qui caractérisait son regard s’intensifia lorsqu’elle devina que la réponse à ses questions était proche. L’une de ses mains quitta le torse du mage pour se poser sur sa clavicule dans un geste instinctif lorsqu’elle le vit ses iris disparaître dès lors qu’il ferma les yeux. Elle pensait qu’il allait se refermer. Ne rien lui dire. Elle voulait savoir. Tout savoir, en vérité. Les moindres détails ayant un rapport avec cet être qui s’était démarqué avec une facilité qui la laissait perplexe. Elle ne posait pas de questions mais attendait les réponses, comptant sur lui pour deviner ce qu’elle attendait de lui. Un sourire prit possession de ses lèvres lorsqu’il fit allusion à des règles. Ils se rapprochaient du but. Chaque mouvement, geste, regard, mot, les menaient à ce qui semblait être le moment où les masques se briseraient.

Un bras autour de sa taille fine, un autre sous ses cuisses. Elle se laissa faire avec une facilité qui ne lui correspondait pas. Un manque de réaction frappant, comme si elle savait exactement qu’elle ne risquait rien à partir du moment où il était celui qui la portait. Elle posa sur lui un regard interrogateur. Ses gestes étaient d’un calme et d’une douceur à laquelle elle n’était pas habituée. Il était un paradoxe à lui seul. Un rubis qui s’effritait dès qu’on soufflait dessus. Elle ne le regardait plus, mais admirait chacun de ses traits avec une intensité troublante. Un sourire brisa ses traits fermés lorsqu’il pivota sur lui-même. Elle prit soudainement conscience de chaque partie de son corps qui était en contact avec la sienne. Une réalité qui fit apparaître ses fossettes lorsque son sourire s’intensifia. Ses cheveux argentés adoptant l’illusion d’ailes, elle se demanda combien d’êtres s’étaient laissé couler dans les joyaux d’or qu’étaient ses yeux. Avait-il détruit plus de vies qu’elle avait ? Le contact de son corps lui manqua à l’instant même où il fut remplacé par le cuir froid du canapé. Les secondes passaient. Elle comprenait. Il avait une capacité d’attirance et de domination qui pouvait se révéler dangereuse si elle ne faisait pas plus attention. Mais la prise de risque sur le moment fut tellement jouissive qu’elle  ne put résister.

Accélération du rythme cardiaque. Il venait de lui énoncer l’unique façon de lui ôter la vie. Elle trouva cela terriblement séduisant venant de sa part. Jambes croisés, dos droit contre le dossier du canapé, menton levé, elle laissait ses pensées divaguer après une telle annonce. Le moment ne dura que quelques secondes. Juste assez pour qu’elle réalise tout ce que cela impliquait : aucune autre blessure mortelle. Il ne succomberait à aucune douleur aussi vive soit-elle. Ses yeux s’écarquillèrent le temps d’une seconde : c’était mieux qu’un rêve. Il fallut se réveiller lorsque son cerveau intercepta une image qui lui fit arquer un sourcil : il se laissait tomber vers le sol. Sans même s’accorder le temps de penser, elle se pencha en avant avec une rapidité qui lui était propre. L’idée de ne pas être capable de le rattraper à temps ne lui frôla même pas l’esprit. Sa main s’accrocha à celle de Crimson à quelques secondes du moment où son crâne allait éclater contre le carrelage, ses cheveux frôlant le sol de quelques millimètres. Secondes de plus et elle le laissait tomber. D’un geste vif, elle l’attira vers elle pour lui faire retrouver l’équilibre. Sa main resta dans la sienne lorsqu’elle se leva pour se placer face à lui, son regard planté dans le sien avec un voile qui assombrissait ses iris.

DAHLIA ✖ J’ai du mal à te croire.

Trop beau pour être vrai. Illusion. Il achetait sa liberté. Elle laissa échapper le souffle qu’elle avait retint pendant plusieurs minutes. Sa main quitta la sienne, abandonnant la sensation de chaleur qu’elle lui accordait. S’il s’avérait qu’il avait dit la vérité, elle l’avait trouvé. Le chef d’œuvre. La masterpiece. Mais il fallait vérifier cela. Peu importe ses capacités, s’il ne résistait pas à la douleur, il ne lui serait d’aucune utilité. L’atmosphère emplit de tension qu’elle avait fait en sorte d’installer s’intensifiait à chaque battement de cils. Pas de mensonges. Elle haïssait cela. Elle espérait vraiment qu’il ne lui ait pas menti. Son regard glissa sur ses lèvres corail que son souffle frais vint caresser. Elle les contempla pendant plusieurs secondes, assez pour qu’il en prenne conscience. Elle pencha la tête, se rapprochant dangereusement avant de s’arrêter net, son regard rejoignant ses iris comme s’il ne les avait jamais quittés.

DAHLIA ✖ Je veux voir ça de mes propres yeux. Si tu permets.

Sa voix ne s’était faite qu’un murmure à peine perceptible mais assez claire pour montrer que l’heure n’était plus au jeu. S’il lui avait fait une fausse joie, la nuit allait finir de façon moins agréable qu’elle avait commencé. Elle fit claquer sa langue avant de faire un pas sur le côté, brisant le contact, le laissant discontinu, inassouvi. Ses pas étaient inaudibles tandis qu’elle rejoignait l’extrémité opposée de la pièce, s’arrêtant dos contre l’une des tables d’autopsie entreposée et prête à l’usage. Elle tourna la tête pour regarder le corps sans vie de l’homme qu’elle avait torturé pendant des heures, se demandant si Crimson allait finir de la même manière. Bras croisés, l’air complètement détendue, elle planta son regard dans le sien à nouveau. Elle prit conscience de ce qui allait suivre s’il refusait : deux corps au lieu d’un. Elle grinça des dents à cette pensée. Elle n’aimait pas les imprévus quand il s’agissait de morts. Crimson ne ferait pas exception à la règle.  

DAHLIA ✖ J’éviterais néanmoins les points sensibles. Je n’ai pas l’habitude de dire ça mais je n’ai pas envie de te tuer. En revanche il serait préférable que tu te débarrasses de ta chemise pour t’allonger si ta réponse s’avère être positive. Dans le cas contraire…

Elle haussa les épaules, faisant quelques pas pour prendre l’un des scalpels entre ses doigts. Elle caressa la lame du bout des lèvres avant de se tourner, lançant l’outil directement vers le mage. Censé l’atteindre à l’épaule gauche, il ne le frôlera même pas s’il se décale à temps. Et elle était convaincue qu’il le fera.

DAHLIA ✖ J’espère pour toi que tu as autant confiance en tes réflexes que tu as confiance en tes capacités. A moins que le risque de mourir fasse partie de l’une de tes peurs. C’est très commun.  

Provocation direct agrémentée de l’un de ses sourires charmeurs qui ne laissaient personne indifférent. Il ne pouvait pas la décevoir. Pas maintenant. Pas après qu’elle ait mit tant d’espoir en lui. Il allait décider du prochain mouvement qui allait avoir lieu sur l’échiquier.

Code by Fremione.



HRP:
 
Sang-Mêlé Mage & Vampire

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Crimson
Sang-Mêlé Mage & Vampire
Coeurs : 71 Messages : 139
Couleurs : #d92334
J'ai traversé le portail depuis le : 22/07/2014 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Crimson Actuellement je suis : en couple avec ma magnificence. *hairflip* Il paraît que je ressemble à : Hisoka de Hunter x Hunter & IRL à Jackson Rathbone et à ce propos, j'aimerais remercier : ma magnificence. *hairflip*
Re: » Game of Shadows ✖ Crimson || +16 [horror show] | Dim 07 Aoû 2016, 22:48



❝JUST BY CAPTURING YOU IN MY GAZE
YOU DON’T FEEL ALIVE ANYMORE,
DO YOU?
ONLY YOU ARE MINE
BECAUSE YOU’RE STILL TOO
PRECIOUS TU BREAK.❞ - Kyouzou Requiem




♟I WANT IT IN THE WORST WAY.


Il riait le fou, oh, qu’il riait. Enveloppé dans sa nappe d’idées entachées de tous les vices, il ricanait au fin fond de l’esprit de Crimson, apparaissant à la surface de son visage sous la forme d’un sourire mystérieux. L’air se glissa dans les mèches folles du mage lorsque celui-ci se laissa tomber en arrière, ébouriffant sa crinière mordorée tandis que le sol se rapprochait comme un point à la fin d’un vers de poésie. Cette fin n’arriva pas, cela dit, et le sourire de Crimson s’agrandit lorsqu’il sentit la poigne de Dahlia le retenir à quelques centimètres du sol à peine. Il se laissa faire lorsqu’elle l’attira contre elle en se relevant, et il ouvrit simplement les yeux en savourant cet instant de pure folie. Il aimait cela, que dis-je… il jubilait. Il passa sa langue sur ses dents blanches. Leurs mains entrelacées, comme des serpents, restèrent liées quelques instants supplémentaires. Dahlia était d’une beauté parfaitement infernale. Ses cheveux blonds formaient un rideau pâle autour de son visage plus beau que celui d’une déesse, ses lèvres entrouvertes inclinées vers celles du vampire comme une invitation un peu trop tentante à la débauche la plus exquise. Mais ce qui était absolument hypnotisant, obnubilant, qui semblait agir comme un aimant sur Crimson, c’était son regard pourtant ordinairement si clair, à présent sombre comme le firmament nocturne. Les ténèbres éblouissantes dans ses yeux semblaient vouloir le capturer sur place, l’engloutir. Quel délice ce serait…

Le scepticisme presque candide de Dahlia alluma une légère étincelle dans les yeux de Crimson, qui se mit à rire doucement, sans pour autant rien ajouter. Certes, il n’était pas réputé pour dire la vérité bien souvent… mais pour une fois, il avait joué de manière fair-play. Pas de supercheries, de tromperies… il avait posé ses cartes face à elle, il les lui avait données. Il s’amusait, à présent. Il voulait voir ce qu’elle en ferait… après tout, il n’avait plus rien à perdre. Il avait déjà perdu la raison depuis longtemps. Cela faisait si longtemps qu’il ne s’était pas tant diverti… et il le sentait. Il sentait, comme par une prémonition sinistre, que cela ne prendrait pas fin tout de suite. Cette terrible valse dans laquelle ils s’étaient engagés sans retour possible allait aller crescendo, devenir toujours plus endiablée, et s’il finissait consumé, ce serait dans le contentement le plus complet. Dahlia baissa les yeux vers ses lèvres, et cela n’échappa nullement à Crimson, qui haussa un sourcil amusé face à ce petit tour de séduction que lui offrait la sang-pur. Il ne cilla pas lorsqu’elle inclina son menton vers l’avant en se rapprochant dangereusement, se contentant d’admirer les contours de son si beau visage, comme un connaisseur admirerait une œuvre d’art d’une beauté hors du commun. Lorsque Dahlia vrilla son regard dans le sien, Crimson en fit de même, appréciant à nouveau le fait que de si nombreux hommes avaient dû se noyer dedans… avant de pousser leur ultime soupir.

« Je veux voir ça de mes propres yeux. Si tu permets. »

Enfin. Enfin. Un frisson vicieux vint se faufiler le long de la colonne vertébrale du magicien, tandis qu’un sourire grimpait jusqu’à ses lèvres, un sourire si empli de morgue et d’excitation mêlées, qu’il était impossible de savoir s’il était séduisant à en mourir ou juste absolument fou. Dahlia avait encore des doutes, il le savait. Mais pour lui… c’était l’occasion rêvée. L’intérêt curieux de Crimson, au début de la nuit, alimenté par cette adrénaline propre aux situations dangereuses, s’était mué en quelque chose de beaucoup plus puissant, de beaucoup plus obsédant. Et notre sang-mêlé, engoué qu’il était dans sa propre insanité égocentrique, voyait son désir grandir à mesure qu’il prenait conscience de la préciosité du diamant brut qu’il avait face à lui. S’en séparer sans en avoir tiré parti… sans avoir pu observer sa beauté jusqu’à en être saoul, sans s’être rendu malade de passions glacées pour cette âme aussi perdue que la sienne, si rare… ce serait se fourvoyer. Le prince écarlate ne pouvait laisser s’échapper ce si joli papillon venimeux… que faire ? Crimson n’avait jamais été confronté à un être si mystérieux, si complexe, si alléchant qu’il ne savait plus s’il souhaitait se l’accaparer ou le détruire de ses propres mains. A moins que cela soit autre chose… et l’inédit de cette situation était si grisante qu’elle lui montait déjà à la tête. Que faire face à l’inconnu ? Lui qui croyait avoir tout vu, toujours à la recherche de nouvelles curiosités pour le divertir, et qui finissaient toujours par le lasser ou le décevoir… et s’il était tombé sur celle qui surpasserait tous les autres ? Celle qui, bien loin d’être une marionnette périssable comme les autres, saurait toujours le tenir en haleine, comme elle était parvenue à le faire pendant les longues heures de cette nuit qui semblait interminable ? La possibilité que cela soit possible était suffisante pour pousser Crimson à prendre tous les risques. Et il allait les prendre, ces risques…

Dahlia rompit leur échange de regards et faisant un pas de côté, comme un feu-follet, avant de se déplacer avec grâce vers le fond de la pièce. Crimson la suivit du regard, ses yeux brûlants, incandescents comme la lave d’un volcan sur le point d’exploser et de répandre la désolation autour de lui. Lorsqu’elle pivota pour s’appuyer contre une des tables pour le regarder à nouveau, la tension dans la pièce semblait à son comble, si forte qu’elle en était presque palpable, que le vampire pouvait la sentir crépiter contre sa peau, la goûter sur le bout de ses lèvres.

« J’éviterais néanmoins les points sensibles. Je n’ai pas l’habitude de dire ça mais je n’ai pas envie de te tuer. En revanche il serait préférable que tu te débarrasses de ta chemise pour t’allonger si ta réponse s’avère être positive. Dans le cas contraire… »

C’était de la folie. Mais il se délectait. Crimson retint un rire cynique. Dahlia le menaçait avec aisance, et il s’en sentait encore plus fortement intrigué, la lame du scalpel qu’elle passait sur ses lèvres brilla dans la lumière, et Crimson fut pris d’une terrible envie de le sentir entailler sa peau. Alors, elle le lança vers lui, et par un réflexe d’une rapidité le caractérisant, il leva la main et parvint à l’attraper entre ses doigts. Être prestidigitateur avait ses propres avantages, et s’entraîner avec des lanceurs de couteaux également… Lorsque son interlocutrice reprit la parole, Crimson ne retint pas son rire, cette fois, et sa voix langoureuse et grave retentit avec force entre les murs de l’entrepôt. C’était si mignon… elle pensait encore qu’il était ordinaire. Le rire du magicien s’éteint en un ricanement tandis qu’il cachait son visage de sa main droite. Il resta immobile quelques instants, laissant le silence soudain de la pièce l’engloutir, avant de laisser sa main retomber le long de sa jambe. Ses yeux plongèrent dans ceux de Dahlia avec force, tout sourire effacé de ses traits. Il fit pivoter sa tête sur son cou de droite à gauche sans la quitter des yeux un seul instant, faisant jouer ses cervicales, puis il se mit à avancer vers elle, semblable à un félin sur le point de bondir sur sa proie.

« Joie, tristesse, peur… cela fait bien longtemps que je ne les ai plus ressenties… pour moi, tout n’est que plaisir et déplaisir. Dégoût et jouissance. »

Lorsqu’il prononça ce mot, il arriva en face de la jeune femme, si proche qu’il devait baisser les yeux vers elle pour la regarder. L’intensité de son regard, ardent et pourtant si froid, devint encore plus forte lorsqu’il glissa le scalpel entre ses lèvres, le coinçant entre ses dents pour se libérer les mains. Puis, si proche de Dahlia, si proche, il saisit le col de son débardeur noir, il le déchira de ses mains, dévoilant son torse. Sa peau, d’un blanc immaculé presque irréel, dessinait chacun de ses muscles définis par la lumière blafarde des plafonniers. De sa main droite à nouveau, le vampire reprit le scalpel, avant de le tendre, manche devant, à Dahlia avec une galanterie déplacée. Il sourit, enfin, d’une manière défiante. Puis, se penchant en avant de manière à la surplomber, l’entourer, la baigner dans son regard et dans son essence, il souffla de sa voix masculine.

« A toi l’honneur, très chère… ce n’est pas à moi de te dire quoi faire, c’est toi, la virtuose… »

Puis, il se redresse avec ce sourire sur les lèvres, ce sourire renfermant autant de promesses de douceurs que de violences à venir…
Sans la quitter des yeux, Crimson attrapa une des chaises se trouvant à côté, l’attira à lui avant de s’y asseoir souplement bien en face de sa si douce tentatrice. Le tempo accéléra d’un cran supplémentaire.

#Code by Nao ✖️ G A M E  O F  S H A D O W S




HRP| J’ai pas avancé des masses, mais c’est parce que clairement, Crimson va laisser Dahlia opérer… (sans mauvais jeux de mots xD). SHIT’S ABOUT TO GO DOWN !!!  What a Face  What a Face  What a Face  What a Face Désolée s'il y a des fautes, j'écris depuis plus de deux heures (j'suis une tortue omg) donc ma relecture s'est faite avec la moitié d'un cerveau :')
BISOUS LOVE. ♥️♥️♥️♥️♥️  Héhéhé  Héhéhé  Héhéhé  Héhéhé
PS: Je surkiffe ce RP. Mais vraiment. Vraiment vraiment. Slurp


Nom.:
 

LIGUES-PRO THX CALI & KENZA & REYENN ♥
Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Ryann « Dahlia » Evans
Staffien
Coeurs : 25 Messages : 33
Couleurs : Rebeccapurple (Ryann)
Freakshow (Herpès)

J'ai traversé le portail depuis le : 02/08/2015 et on me connaît sous le nom de : Reyenn. Mon nom est : Ryann Lucas Evans. Actuellement je suis : un psychopathe. Il paraît que je ressemble à : Uta de Tokyo Ghoul, aux originaux d'Old Xian & à Roxanne Malfoy d'HP || Irl ▬ Jack Falahee & Shailene Woodley et à ce propos, j'aimerais remercier : me myself & I. da best pour le crackship.
Re: » Game of Shadows ✖ Crimson || +16 [horror show] | Sam 04 Fév 2017, 21:35

Game of Shadows || +16
We were both created in Chaos
Tout était basé sur un besoin infernal, brûlant, un désir qui déchire la peau, qui fait hurler les morts et fait vibrer l’échine. L’envie que ce soit plus fort, que ça fasse toujours plus mal, que la mélodie qui caractérise tellement le chant de l’ange annonçant une torture imminente se transforme en une mélodie irrésistible qui éclaire les abysses et que les mots gravés sur sa peau prennent tout leur sens au moment où le regard suppliant se pose dessus. Le goût du danger et du risque semblait imprégner sa peau comme un nectar d’une telle douceur que les reflets de la perfection sur son visage allait au-delà du réel. Mais qu’est-ce que le réel ? La limite entre la réalité et les rêves semblait si fine à ce moment là qu’elle doutait même de sa propre existence. Etait-il vraiment là ? La promesse que la déception n’en sera pas une, cette recherche perpétuelle et infinie d’une personne qui ferait éclater toute sa connaissance jusqu’à pousser les limites tellement loin que le bout en serait invisible. Cette hésitation qui pouvait se lire sur ses traits angélique et qui n’avait pas l’habitude d’y être pouvait facilement se refléter dans la paire d’iris doré qui l’avait presque perturbée au premier regard.

C’était un risque. Il était presque la représentation parfaite de tous les risques qu’elle prenait seulement pour assouvir cette curiosité et peut-être même lui prouver qu’il avait tort. C’était cette crainte indéterminée qu’elle cachait derrière une assurance sans faille. Que ferait-elle s’il venait à périr, s’il mourrait comme une sublime fleur venimeuse  sous les coups d’une pluie trop forte ? La déception n’en serait plus grande. Ils l’avaient tous déçus, s’évanouissant au premier coup de lame, au premier éclat de son sourire, au premier regard partagés, ils s’étaient tous laissés dans ses filets comme de pauvres proies qui se laissaient aller à leur sort dans la toile d’une araignée. Il avait changé cela en l’espace de quelques secondes : il avait accepté. Il l’avait fait ; après lui avoir donné le seul moyen de le tuer. La sensation de puissance et d’assurance qui échappait du corps du mage la réconfortait pourtant plus qu’elle ne l’inquiétait, comme un poison qu’on se délecte de goûter en étant conscient de ses méfaits sur le système nerveux. L’échange se basait sur des termes silencieux, un contrat signé avec des gouttes de sang visqueux et foncé et dont la seule issue était la mort ; ou alors quelque chose d’inébranlable qui l’intriguait plus qu’elle ne le devrait.

La lame brilla sous la lumière des néons, donnant une nouvelle teinte aux yeux de son interlocuteur dont elle attendait patiemment la réponse. Le rire qui envahit la pièce lui fit plisser les yeux. Les secondes passaient, faisant écho à son envie de frapper, le besoin de voir une lame trancher la peau, le sang qui dégouline dans toute sa grandeur en laissant cette sensation de contentement qui lui empli la poitrine. Face à lui, ce besoin se faisant beaucoup plus pressant ; il accompagnait ses dires avec un tel contentement de lui-même et un certain narcissisme que le besoin de le réduire à un débris de cendre sur lequel elle soufflera pour le faire disparaitre se faisait de plus en plus pressant. Cette sensation de frustration ne fit rien à pars s’accentuer lorsqu’il se planta face à elle, son regard s’évanouissant dans le sien comme deux joyaux qu’elle avait envie de posséder et de rajouter à son interminable collection. Son aura eu le même effet qu’une brise de vent glacé durant un jour à la chaleur insupportable. La lame de scalpel l’appelait à chaque centimètre entre eux qu’il faisait disparaître. Elle fit en sorte de ne pas bouger d’un cil, préférant se concentrer sur toute l’intensité que pouvait contenir son regard de reptile. Crimson était intriguant, taillé dans un brouillard de mystère et de crainte qui s’était retrouvé coincé dans un des corps les plus attirants que Dahlia avait jamais eu l’occasion de voir. Un chef d’œuvre à lui seul, il n’aurait pas dû avoir à la demander pour compléter cette toile incomprise qu’il était déjà. L’harmonie de ses traits, les détails troublants de son corps, la beauté de sa peau, plus la distance se réduisait, moins elle voyait les imperfections qu’elle pensait exister.

La jouissance. Sans se démunir de ce regard perçant, elle sourit. Si des dizaines avaient succombé à son charme de serpent, elle ne doutait pas une seconde que Crimson devait également en avoir un certain nombre, mais aucun ne lui offrirait ce qu’elle lui proposait.  La lame fut coincée entre les lèvres, ces lèvres qu’elle avait regardé pendant des secondes depuis qu’il était arrivé, des fois consciemment ou non, des pétales de roses demandant à être caressées, donnant l’impression d’être si légères mais empoisonnées au premier baiser.  Son regard ne glissa pas vers elles, mais son sourire se fit plus amusé lorsque le haut noir disparu pour révéler un torse parfaitement sculpter qu’elle aurait presque peur de toucher au risque de l’abimé. Mais tout est question de risque, et elle adore en prendre. Le scalpel retourna aux mains de sa propriétaire qui eut presque du mal à ne pas se pencher en arrière lorsque le mal(e) devant elle se pencha en avant, dans toute sa splendeur, dans une position où elle eu l’impression qu’il était partout. Elle pouvait sentir sa présence tout autour qu’elle, comme si elle ne pouvait plus bouger, comme si elle ne pouvait plus s’enfuir : coincée. Et ce sentiment fut complètement nouveau. Les ondes de sa voix se mêlaient presque à son sang, contaminant chacune de ses cellules et son système nerveux pour faire en sorte qu’elle n’entende plus que ça. Elle détestait cette dominance qu’il avait.

Elle le suivit du regard lorsqu’il décida qu’il était temps de quitter son espace vital qui avait été trop de fois pénétré le temps de quelques heures, et pourtant elle ne fit rien pour remédier à la situation. Elle attendit qu’il soit installé avant de bouger avec un calme déplacé face à ce qu’elle s’apprêtait à faire. Crimson était trop précieux pour n’être réduit qu’à une simple proie ; il était beaucoup plus que ça, et il fallait s’élever à un tout nouveau niveau, accentuer la pression, faire en sorte que l’atmosphère s’emplissent d’électricité, il fallait qu’elle devienne l’éclair, qu’il ne devine ou ne sache jamais où elle allait frapper, quand, comment, ou encore le degré de douleur qu’il risquait de ressentir. Ou de frustration. Il devait rester concentrer sur elle, sur la douleur, sur ce qu’elle lui faisait subir, ne penser à rien d’autre, ne pas s’évader ou s’évanouir, ou pire : faire comme les autres incapables et penser à l’être le plus aimés en priant pour que la mort arrive. Non, jamais, sinon le fun disparaît. Intervient à ce moment son charme hypnotique, ce don qui la présente comme ce rayon de soleil parmi des nuages sombres, cette étoile dans un ciel muet, cet aura irrésistible qui fait qu’on ne peut penser à rien d’autre, qu’on ne peut rien faire à pars l’admirer et se concentrer sur chacun de ses faits et gestes, malgré la douleur ; parce qu’elle est cette créature qui condamne toutes les portes de sortie de l’esprit pour dominer tous les sens.

Alors c’est ce qu’elle fait pour lui aussi, mais à moindre dose, lorsqu’elle va s’asseoir sur ses genoux et que son bras se pose autour de ses épaules carrées. Elle relève les iris vers lui, bat des cils, et elle attend que toutes ses pensées soient rivées sur elle et la caresse de ses doigts sur son épaule dénudée pour y planter ses ongles. Ils glissèrent le long de sa colonne vertébrale avec force ; elle sentit sa peau anciennement si parfaite s’accumuler sous ses ongles, et plus ils glissaient, plus elle rajoutait de la pression, sans que son regard ne quitte jamais le sien pour entendre jusqu’au moins gémissement de douleur qui pourrait s’échapper. Ses lèvres se posèrent sur son cou pour caresser sa peau alors que ses ongles ne font que s’y enfoncer d’avantage, elle sourit, observe les réactions de son corps, les entends, mélange la douleur à cette douceur étrange qui continue d’émaner d’elle ; mais ce n’était que le début d’un mode opératoire dont chaque étape accentuait la douleur de la précédente. Les ongles cessèrent la « petite » pression qu’ils exerçaient sur le dos du mage, ses doigts rejoignant ses cheveux pour les tirer en arrières et lui offrir une vue imprenable sur les veines de son cou. Ses lèvres caressèrent sa peau, et c’était cette indéniable proximité qui les rendait tous fou à la dernière seconde. Mais avec le mage, cette proximité ne se résumait plus qu’au désir de la chair, aussi banal soit-il ; ça allait plus loin. C’était un loin psychique qui semblait beaucoup plus compliqué. Elle sourit avant de prononcer les premiers mots depuis plusieurs minutes, emplis d’une indéniable ironie.

» Ca risque de faire mal. Alors relax.

Les canines disparaissaient dans la chair de son cou, le goût du sang emplissant sa bouche, mais le goût métallique n’était rien comparé à la dose de venin qu’elle fit passer à travers l’organisme du mage. Le venin qui créait une douleur quasi-insoutenable, au point de faire en sorte que les êtres les plus faibles s’évanouissaient, et que les plus forts se retrouvaient seulement dans l’incapacité totale de bouger après quelques minutes d’une douleur moins intense que pour les autres. Mais la dose administrée à ce moment précis fut supérieure que les précédentes. Il fallait qu’elle teste les limites, qu’elle sache jusqu’où il pourrait aller, quel geste ou quel outil allait le faire supplier. Un léger baiser fut déposé à la place des deux fentes lorsque les canines se rétractent, et elle laissa le venin faire son effet le temps d’aller chercher ce dont elle allait avoir besoin. La lumière qui l’entourait d’habitude aurait dû prendre une teinte plus sombre, comme pour signifier qu’elle était peut-être le mal en personne, mais elle restait éclatante, trompant le regard jusqu’à la dernière des secondes. Elle se plaça à quelques mètres de lui, elle pouvait presque entendre son venin accompagner son sang dans son organisme ; mais ce n’était rien comparé à ce qu’elle voulait vraiment lui faire. Mais avant cela, elle avait besoin de réponses, et elle avait besoin d’apprendre à connaître son corps, ses réactions, ses faiblesses, mais surtout ce qui faisait qu’il ait l’air si à son aise.

» Je t’ai administré une dose de mon venin. Tu ne pourras plus bouger pendant un petit moment, néanmoins j’ai fais en sorte que tu puisses encore parler, ne me le fais pas regretter. Si tu as mal, c’est normal, c’est les effets secondaires.

Avant de tuer la victime choisie, cela lui prenant des semaines. Il fallait les connaître, que ce soit physiquement ou mentalement, ils étaient tous des cartes dont la plus grande faiblesse était cachée, il fallait seulement apprendre à se repérer. Crimson en revanche semblait plus être un labyrinthe dont la sortie était en réalité l’entrée : il n’y en avait pas.

» Plus je te regarde plus je me dis que nous sommes tous les deux nés du Chaos. Nés pour détruire.

Elle se rapprocha pour regarder les aiguilles posées sur la table en métal comprenant tous ses jouets. Elle savait déjà ce qu’elle voulait faire, elle voulait immortaliser le moment, graver sa peau, faire en sorte que cette perfection qui semblait si irréel disparaisse. Elle choisit deux aiguilles, l’une plus épaisse, plus longue, et faisant plus de dégât que l’autre. L’une était la facilité, l’autre était la bataille, l’autre la guerre. Et elle lui laissa le choix en les lui montrant toutes les deux, après avoir passé sa langue sur ses lèvres de la façon la plus désintéressée qui soit. En réalité, elles avaient presque les mêmes effets ; le degré de douleur serait quasi le même lorsqu’elle aurait rajouté sa touche personnelle ; mais elle préférait laisser cette annonce pour la fin : elle allait faire en sorte que le dieu grec s’effondre, peu importe comment.

» Je te laisse le choix entre ces deux aiguilles. Mais avant, tu vas devoir m’expliquer pourquoi j’ai l’étrange sensation que tes plaies ne te font déjà plus autant souffrir.

Mais elle connaissait déjà la réponse, parce qu’elle la donnait dès qu’on lui demandait qui elle était, c’était quelques mots qui résumaient qui ils étaient, que ce soit Elle ou le mage face à elle, des mots que Ryann avait inscrit sur sa peau à l’encre noire, et que Dahlia comptait bien gravé sur Crimson à son tour : hic est diabolus.





Spoiler:
 
Sang-Mêlé Mage & Vampire

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Crimson
Sang-Mêlé Mage & Vampire
Coeurs : 71 Messages : 139
Couleurs : #d92334
J'ai traversé le portail depuis le : 22/07/2014 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Crimson Actuellement je suis : en couple avec ma magnificence. *hairflip* Il paraît que je ressemble à : Hisoka de Hunter x Hunter & IRL à Jackson Rathbone et à ce propos, j'aimerais remercier : ma magnificence. *hairflip*
Re: » Game of Shadows ✖ Crimson || +16 [horror show] | Dim 16 Juil 2017, 17:35



❝JUST BY CAPTURING YOU IN MY GAZE
YOU DON’T FEEL ALIVE ANYMORE,
DO YOU?
ONLY YOU ARE MINE
BECAUSE YOU’RE STILL TOO
PRECIOUS TU BREAK.❞ - Kyouzou Requiem




♟I WANT IT IN THE WORST WAY.


Dès que Crimson eut énoncé son invitation, il sentit très clairement qu’il avait finit son tour, les cartes n’étaient plus entre ses mains, mais plutôt entre les jolis doigts de Dahlia, qui s’avançait à présent vers lui, silencieuse et meurtrière, ses yeux indéchiffrables et mystérieux. Pourtant, son aura inquiétante se mêlait à une délicieuse attirance, un air de femme fatale qui rendait certainement tous les hommes fous d’elle… et Crimson n’était pas tout à fait une exception à la règle. Personne ne pouvait nier le pouvoir de séduction de la femme en face de lui, et il n’allait certainement pas le faire. Mais pour lui cela allait au-delà du physique. Certes, il y avait de quoi se damner pour ces beaux yeux, pour cette silhouette divine, pour un de ces sourires aigre-doux dont elle était la parfaite maîtresse… mais Crimson ne voulait pas simplement cela… il voulait voir son art. Celui qui l’avait menée à tuer l’homme qui se trouvait, parfaitement oublié, dans un des coins de la pièce. Cet art sanglant, qui aurait révulsé n’importe qui, mais qui fascinait le magicien, au point de vouloir devenir l’une de ses œuvres… Jusqu’où ce pari irait-il ?

Dahlia vint s’assoir sur les genoux de Crimson, et l’esprit du mage s’emplit d’Elle. Il avait décidé de jouer le jeu, bien entendu… il allait la laisser opérer. Comme il lui avait remis le scalpel entre les mains, il lui donnait la main, et cela pour toute la nuit s’il le fallait. Les yeux dorés de Crimson cherchaient ceux de la jeune femme, qui battait des cils dans sa direction, avec une apparence ingénue qui amusait le sang-mêlé tout particulièrement, puisqu’il savait pertinemment qu’elle était sûrement plus dangereuse que la majorité des brigands de l’île céleste, et peut-être même plus meurtrière que lui. Il ne savait pas si c’était le charme inné de la jeune femme ou l’atmosphère qui le poussait, mais il eut soudain envie de poser ses mains sur elle, la toucher, sentir sa peau contre la sienne, mais il se retint avec un sourire. Il allait la laisser faire. Il était certain qu’il ne serait pas déçu. Et en effet, lorsqu’elle se mit enfin en mouvement, il fut même très loin d’être déçu. Elle se mit à lui caresser l’épaule puis… un discret râle s’échappa des lèvres du magicien, lorsqu’elle planta ses ongles dans sa peau dénudée, avant de les traîner le long de son dos, laissant d’éphémères lignes de feu dans son dos. Un sourire tordu vint se percher sur les lèvres de Crimson, qui émit un soupir de satisfaction en sentant la douleur augmenter. Une personne normale aurait pleuré. Mais il soutint le regard de Dahlia, lèvres entrouvertes, en serrant les poings sur les côtés de l’assise de sa chaise, faisant grincer le métal tandis que ses phalanges blanchissaient sous la pression qu’il exerçait. Des picotements de plaisir emplissaient son dos, et il ne put s’empêcher de penser que cela faisait trop longtemps qu’il n’avait pas apprécié un bon supplice. Bien trop longtemps. Quelques mèches de ses cheveux ondulaient sur son front, assombrissant son regard, et il sourit à la femme-serpent serrée contre lui dans une étreinte qui, dans ce contexte, n’aurait pas dû être aussi sensuelle. Puis, elle se glissa vers lui en silence et posa ses lèvres avec une douceur surprenante contre le cou du vampire, qui sentit ses sens se déchaîner, et il ne put s’empêcher de fermer les yeux pour mieux se délecter de ce mélange paradoxal entre la mutilation de son dos et la caresse offerte à son cou. Elle savait s’y prendre… et Crimson se disait qu’il n’aurait sûrement pas de motif à regretter le choix qu’il avait fait ce soir en décidant de se livrer à Dahlia. Le monstre qui vivait en lui cependant, éveillé par ces stimulations sensorielles, avait envie d’aller plus vite, avait soif de violence, et si Crimson l’avait écouté, il aurait probablement cessé d’être passif et aurait attenté à saisir la si belle créature face à lui pour la faire sienne. Mais Crimson était plus malin que ce tas de passions, de frustrations, de folie qui pulsait au fond de lui ; et il savait que Dahlia était trop précieuse pour être traitée comme une simple femme un peu trop séduisante pour sa propre sûreté. Elle était bien plus. Et il savait également que s’il perdait le contrôle maintenant, elle saurait certainement se défendre, et il ne voulait surtout pas perdre cette occasion en or qu’elle lui avait offerte.

Mais toutes les pensées de Crimson furent effacées de son esprit en un instant lorsque Dahlia retira ses ongles de sa peau et vint lui tirer la tête en arrière par les cheveux, lui dévoilant son cou. Et le vampire grogna de façon surprise, sans pour autant bouger, ses mains toujours serrées sur l’assise de la chaise, de chaque côté de ses jambes. L’expectative emplit son corps et son esprit. Elle était pleine de surprises, et il ne savait pas à quoi s’attendre. Malgré tout, il était relaxé. Dire qu’il lui faisait confiance serait ignorer qui il était – la confiance est un concept sûrement trop humain pour lui – mais pour autant, il lui avait donné la main et sa parole. Il savait qu’il pouvait se fier à elle, sans trop savoir pourquoi. Sûrement parce qu’au fond, ils se comprenaient. Oui… c’était peut-être cela. Le magicien soupira doucement en appréciant la caresse des lèvres de Dahlia contre la peau sensible de son cou, ses yeux toujours fermés, afin de mieux ressentir les affres et plaisirs qu’elle voudrait bien lui prodiguer. Le désir dans son corps brûlait de plus en plus fort, et il comprenait plus que tout pourquoi autant d’hommes s’étaient jetés, comme des damnés à la recherche désespérée d’une rédemption introuvable, dans ses griffes et dans sa toile. Mais lui ne s’était pas juste donné à elle plein d’inconsciences concernant sa réelle personne. Il l’avait fait en connaissance de cause. Et c’était parfaitement délicieux.  

« Ca risque de faire mal. Alors relax. »

Crimson eut à peine le temps de ricaner lorsque, soudainement, il sentit une douleur transperçante lui déchirer le cou, tandis que la jeune femme plantait ses crocs venimeux dans sa peau d’albâtre. Le rire du mage s’éteignit sur ses lèvres et ses paupières, toujours closes, tressautèrent alors qu’il fronçait les sourcils, un unique souffle silencieux quittant sa gorge. Mais cette douleur, suffisamment forte par la morsure seule, explosa lorsque le venin de la femme-basilic se mit à parcourir ses veines en le brûlant de l’intérieur. A cet instant, si la tête de Crimson n’avait pas déjà été tirée par sa tortionnaire, il l’aurait jetée en arrière sans égard pour ses articulations. Ses yeux s’ouvrirent d’un coup, un regard hagard, fou, mais étrangement fixe rivé au plafond. Sa bouche était ouverte, mais il n’émettait toujours aucun son. Ses pupilles dorées étaient minuscules et ses yeux étaient injectés de sang. Son visage était quasiment indéchiffrable, on ne pouvait y lire, peut-être, qu'une légère stupeur. A l’intérieur, ce n’était pas la même affaire. Le poison qui pulsait dans ses veines aurait dû lui faire perdre connaissance tant la douleur qu’il provoquait était insoutenable. Mais dans le système nerveux du semi-vampire, l’histoire était toute autre. Doucement, mais avec une volupté que personne n’aurait pu manquer, Crimson se mordit la lèvre inférieure doucement, et ses yeux se réduisirent aux deux fentes habituelles qu’il arborait lorsqu’il se délectait de quelque chose. Ils allèrent trouver la silhouette mouvante de celle qui venait de l’immobiliser par la puissance de son venin. Elle lui expliquait ce qu’elle lui avait fait, mais n’ajouta rien. Il se contentait de la regarder d’une manière qui aurait pu faire songer au regard que l’on a quand on contemple un délicieux bonbon dans un joli papier coloré.

« Plus je te regarde plus je me dis que nous sommes tous les deux nés du Chaos. Nés pour détruire. »

Un sourire perça la surface.

« Tu m’ôtes les mots de la bouche… »

Il la regardait se déplacer vers la table où se trouvait tout son matériel. Crimson sentait ses doigts et ses orteils fourmiller. Elle semblait prendre son temps pour choisir quelque chose. Il ne pouvait pas bien voir quoi. Ses longs cheveux argentés cachaient son expression. Lorsqu’elle revint vers lui, elle tenait deux seringues, de tailles significativement différentes.

« Je te laisse le choix entre ces deux aiguilles. Mais avant, tu vas devoir m’expliquer pourquoi j’ai l’étrange sensation que tes plaies ne te font déjà plus autant souffrir. »

Crimson, qui regardait les aiguilles avec intérêt, leva les yeux doucement vers celle qui les tenait dans ses doigts gracieux. Il haussa un sourcil sans ciller, puis sourit de façon taquine.

« Très bien, je vais jouer le jeu… Disons que… j’ai une excellente tolérance à la douleur. Ceci est un premier argument. Ensuite… tu pourras le conclure par toi-même si tu regardes mon dos. Je pense qu’il ne reste rien des traces qui tu y as laissées quelques instants plus tôt… »

Le mage se tut un instant, sans cesser de la regarder, avant de reprendre.

« C’est un pouvoir assez merveilleux qui a su me sauver la vie. Mais pas ma raison. »

Il sourit. Il n’avait pas envie de tout dévoiler tout de suite. Il fallait faire durer les plaisirs.

« Je vais choisir l’une de tes seringues. Mais avant cela… Je voudrais simplement savoir quelle créature peut secréter un tel venin… paralysant ? »

La curiosité de Crimson avait toujours été avide et difficile à étancher. L’état de plaisir que lui avait procuré le venin, et ses qualités paralysantes, il trouvait cela fascinant. Mais avant tout… il voulait cerner cette femme, irrésistible…
En attendant, il se remit à aviser les deux seringues. Crimson se mit à sourire à nouveau. Il pensait à l’absurdité d’une telle scène. Un homme qui choisit la seringue qui lui entaillera la peau. Et qui compte bien choisir celle qui fera le plus de dégâts. Après quelques instants, il leva à nouveau les yeux vers elle et dit de but en blanc :

« Les apparences sont souvent trompeuses. Laquelle fait le plus mal ? Celle qui sera la plus amusante pour toi. C’est celle-là que je veux. »

Le sourire du magicien avait disparu. Il avait à nouveau cet air sérieux, avide, glaçant, qui rappelait à toute personne qui l'oubliait son déséquilibre mental. Son regard était obsédant tout autant qu'il était dérangeant. La dose de souffrance qu’il avait ressentie plus tôt avait réveillé des appétits qu’il n’avait pas nourris depuis trop longtemps. Il voulait avoir mal. Et s’il devait en mourir, il n’aurait pas de regrets.


#Code by Nao ✖ G A M E  O F  S H A D O W S



Nom.:
 

LIGUES-PRO THX CALI & KENZA & REYENN ♥
 
» Game of Shadows ✖ Crimson || +16 [horror show]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» THE HORROR SHOW
» simpson horror show
» Sherlock Holmes: A game of shadows
» The Rocky Horror Picture Show
» Jeux vidéos !

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Ruelles sombres-
Sauter vers: