Partagez | 
 

 ••• engraved on her soul ; Felix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Demi-Divinité fille d'Aphrodite & Ange

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Shu-Fang «Jodie» Zhou
Demi-Divinité fille d'Aphrodite & Ange
Coeurs : 105 Messages : 159
Couleurs : PinkFluffy
J'ai traversé le portail depuis le : 03/05/2015 et on me connaît sous le nom de : Pizza. Mon nom est : Shu-Fang Zhou. Actuellement je suis : en deuil. Il paraît que je ressemble à : Reisen Udongein Inaba (Touhou) et Asseylum Vers Allusia (AZ) irl - Kim Taeyeon et à ce propos, j'aimerais remercier : Yen (Alice)(cs ozodie) ♥
••• engraved on her soul ; Felix | Sam 08 Aoû 2015, 19:40

engraved on her soul
Jodie & Felix

La semaine avait été pénible. Une semaine trop terne. Une semaine où tes sentiments s'étaient vus trop froissés. Des songes trop torturés. Une présence absente, des yeux pesants dans la nuit. Les cernes gravées sur la peau et une allure négligée. Incapable. Immobile. Laissée à l'abandon, une fleur fanée dans une chambre trop vide. Tout ça était trop irréel, immatériel. Les souvenirs perdus au milieu de tes pensées chaotiques. Alors tu t'étais levée. Parce que tout ça n'avait plus de sens, que ça n'en n'avait jamais eu. Parce que tu imaginais tes rêves déchirés par l'angoisse et la crainte de ne plus être rien. A ses yeux, probablement. Les escaliers glissaient et la tête te tournait, tes yeux fixés dans le vide et tes muscles en marche. Tu te souvenais de l'extraterrestre et du marché, tu te souvenais d'un micro-ondes incapable et une lueur familière dans les yeux de ce que tu avais considéré comme ton amie. Tu avais envie de la revoir, elle. Tu avais aussi de le revoir, lui. Est-ce qu'elle aussi, elle prendrait peur et t'éviterais ? Tu serres les dents et baisses les yeux. Tu ravales ta salive et t'arrêtes devant la porte de la salle à manger. Jusqu'à ce que Ciel se plante devant toi, un maigre sourire au coin des lèvres.

Tu tends la main vers la sienne et l'attrapes, l'accompagnes comme une enfant en difficulté jusqu'au marché. Parce que tu avais des difficultés, oui. Mais pas celles que tu aurais pensé avoir un jour. Et tu perds ton souffle, en tentant de rattraper son rythme, trop rapide. Tu perds ton souffle de manque de sommeil et tu trébuches, plusieurs fois. Tu lâches sa main lorsque vous arrivez, dans l'espoir de pouvoir revoir l'extraterrestre au micro-ondes. Est-ce qu'elle avait encore une liste avec des choses à acheter dessus ? Tu penches la tête, tentes de voir au travers de la foule, mais tu n'aperçois rien.

Rien d'autre qu'une tête blonde et un regard bleu. Il te paralyse. La bouche entre-ouverte, le regard paniqué.

Tu baisses la tête et rapidement, tu esquives son regard, t'éloignes de lui. S'il t'avait reconnue, il t'avait probablement méprisé. Et s'il t'avait méprisée, alors tu n'avais rien à faire là. Il n'était pas venu. Et toi, tu avais cru que tu l'aimais. Pas d'amour comme tu aimais Monsieur ou Ciel, un amour plus doux, moins pur, peut-être. Un amour qui faisait naître des papillons dans ton ventre et qui éteignait tes pensées paniquées. Pourtant, là, rien ne s'était éteint et les papillons n'étaient rien d'autre qu'un malaise constant au fond de la poitrine. Il n'était jamais venu. Et toi, tu avais cru qu'il t'aimait.

© UNE PIZZA






avatar
Invité
Invité
Re: ••• engraved on her soul ; Felix | Jeu 03 Sep 2015, 19:29

engraved on her soul
« just fall & shut up »
La tête dans les nuages, le regard un peu rêveur, et le gouffre à ses pieds. C'est le vide qu'il côtoie sans le voir, pas encore, pas tout de suite, mais sois patient, t'y arrives. Qu'il est bête. Bête et aveugle, mais c'est peut être le lot d'un jeune adolescent qui vit son premier amour. Un crush, quelque chose comme ça, mais il n'y songe pas vraiment. Elle est jolie, certes, mais c'est tout, c'est juste les hormones qui font un peu la fête, ça finira par se calmer. C'est ce que l'on se répète encore et encore, alors que l'on oublie de regarder devant son nez, que l'on manque de bousculer des gens et de se prendre des poteaux. Que t'es con, Felix. C'est être en plein déni, c'est refuser la réalité parce qu'elle semble trop irréelle, alors que rien ne semble plus tangible autour de soi ; c'est se persuader alors que la vérité on la connaît. Arrêter de faire l'enfant n'est pas réellement une option, et ce n'est pas forcément une histoire de simplicité. D'orgueil, peut être ; qu'on lui en colle une, il se réveillera peut être ! Mais t'inquiète, t'auras le droit à un atterrissage tout en douceur.

▬ Jeune hooomme ? Vous m'entendez ?

Ses azurs se baissent pour se souvenir qu'il existe bien le sol, cette surface sur laquelle il se tient debout et droit, à peu près ; il devait regarder un point invisible au dessus de la tête du vendeur. Ce que t'es rêveur, en ce moment, Felix. À l'ouest, complètement à côté de la plaque. Et on se dit encore que ça doit être la fatigue, un peu. Non non, on a pas le regard perdu dans des filins de coton lilas, on a pas la tête remplie de sourires et de regards maladroits. C'est juste la fatigue, un peu. C'en est lassant, tu sais ? Il récupère le sac presque à l'aveuglette, se tourne. Sa vie sociale s'apparente légèrement au chaos dernièrement, mais il n'a pas envie d'y réfléchir tout de suite. Un chaos positif, j'entends. De sa main libre, l'autre portant un sac, il sort une sucette au coca, la déballe rapidement et la met à la bouche. C'est toujours un peu distrait qu'il balaye la foule du regard. Qu'il la balaye pour que ses pupilles ne s'accroche à une silhouette, une silhouette vive de ses couleurs, douce et lumineuse au milieu de cette masse informe un peu terne. Une silhouette qui manque un peu, alors qu'on ne la connaît pas depuis si longtemps que cela – et pourtant c'est déjà peut être un peu addictif. Et c'est sans réfléchir ne serait-ce qu'un fragment de seconde qu'il sent déjà ses jambes s'activer, qu'il fend à travers la foule. Mais pourquoi fuit-elle ?

Viré, mis à la porte un peu comme un malpropre, il avait légèrement mal pris la chose. Mais en même temps, il pouvait être susceptible alors... Non, Felix n'est pas vraiment du genre susceptible. Peut être que c'est la grande baraque et le fossé qui le sépare de son monde, peut être que c'est son regard qui l'aimante, peut être que c'est un peu tout cela. Frustration. Elle s'éloigne encore, pourquoi fuit-elle ? Que fuit-elle ? Toi, peut être ? C'est surréaliste, qu'a-t-il fait de mal ? Pourquoi... Pourquoi avait-elle l'air si mal en point ? Que se passe-t-il à la fin ? Il continue de la poursuivre un moment, frôle de tomber. Là, elle n'avance pas bien vite. C'est un peu l'effet de stalker que tu te fais, à l'instant. Mais tu t'en fous à un point inimaginable. Sa main est minuscule, dans la sienne, son prénom est agréable à entendre, quand il le prononce. Elle semble si petite, si fragile ; mais tellement plus que la dernière fois qu'il l'a vue.

▬ Jodie ? Ça va pas ? Tu... Pourquoi tu m'évites ?

Pourquoi sa silhouette fuyait-elle si vite si loin, pourquoi semblait-elle si fébrile, fragile ? Pourquoi avait-il mal ? Pourquoi avait-il... peur ?
jodie & felix
Demi-Divinité fille d'Aphrodite & Ange

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Shu-Fang «Jodie» Zhou
Demi-Divinité fille d'Aphrodite & Ange
Coeurs : 105 Messages : 159
Couleurs : PinkFluffy
J'ai traversé le portail depuis le : 03/05/2015 et on me connaît sous le nom de : Pizza. Mon nom est : Shu-Fang Zhou. Actuellement je suis : en deuil. Il paraît que je ressemble à : Reisen Udongein Inaba (Touhou) et Asseylum Vers Allusia (AZ) irl - Kim Taeyeon et à ce propos, j'aimerais remercier : Yen (Alice)(cs ozodie) ♥
Re: ••• engraved on her soul ; Felix | Sam 10 Oct 2015, 18:03

engraved on her soul
Jodie & Felix

Sa silhouette se définit. Tu supposes qu'il partira bien vite. Tu supposes que tu t'effondreras lorsque sa voix résonne. Mais sa voix résonne et tu demeures. Immobile. Le regard fendu, froissé. La voix cassée au fond de la gorge et les mots qui ne voulaient pas sortir. Tu aurais pu tout inventer. Un monde entier de mensonges, une vie imaginaire dans laquelle vos mains s'étaient serrées. Sauf que ce n'était que ça. Un rêve fondé sur une nuit trop brève. Tu vois encore ses yeux dans les tiens, son sourire illuminant la nuit et la marelle aux monstres. Tu revois encore l'espace et ta détresse, tu revois son regard effrayé lorsque tu t'effondres. Alors tu fermes les yeux. Et tu espères qu'il disparaisse lorsque tu les rouvres. Pour ne pas devoir lui demander. Felix, est-ce que tu m'aimes ?

Sauf qu'il était toujours là, muet dans sa suspension. Attendant une réponse que tu n'avais pas. Pourquoi est-ce que tu fuyais ? Tu ne comprenais plus. Pourquoi s'était-il empressé de te rattraper, s'il n'avait jamais voulu te revoir ? Tu hésites, tes mains tremblent et tes doigts se chipotent nerveusement. Qu'est-ce qu'il fallait dire ? Qu'est-ce qu'il fallait répondre ?

« Tu sais j'ai fait un rêve.. »

Et je croyais vraiment qu'il était réel. Mais ça aurait été trop beau. Ça aurait été trop facile alors, si le monde que tu t'étais créé dans les étoiles n'avait pas été que ça. Tu recules d'un pas, le regard sombre. Tu n'avais aucune explication à lui donner. Rien d'autre à dire. Rien de plus à exposer que ta détresse. Parce qu'encore une fois, tu ne comprenais pas. La voix de Ciel retentit, te fait sortir de ta torpeur. Tu lèves alors la tête et le vois plus loin, te cherchant. Tu n'avais rien fait de mal, cette fois, pourtant. Il te questionne vaguement lorsqu'il arrive à ta hauteur. Il te demande qui est le garçon qui t'accompagne. Tu ravales ta salive et tu secoues la tête, comme pour dire que tu ne le connaissais pas. Il soupire et t'informes qu'il va chercher les épices, avant de disparaître dans la foule.

Tu penches la tête sur le côté, légèrement, avant de replanter ton regard sur la silhouette fragile de ton ami.

« Et j'ai cru un instant que tu avais été là. »

Tu ne savais même plus où tu voulais en venir. Tu ne comprenais plus où se plaçaient les frontières de ta réalité. Alors que d'un côté, il te rattrape et te questionne, Ciel te confirme n'avoir jamais vu son visage. Et tu sombrais dans tes pensées, le visage fermé et aucune expression illuminée. Rien d'autre que ton regard froissé, enfermée dans ta psychose.

« J'ai confondu avec quelqu'un d'autre, sûrement.. Quelqu'un que j'aimais.. peut-être. »

© UNE PIZZA






avatar
Invité
Invité
Re: ••• engraved on her soul ; Felix | Jeu 17 Déc 2015, 17:32

engraved on her soul
« just fall & shut up »
Son regard est fuyant, son cœur semble vouloir l'imiter ; un malaise s'installe immédiatement dans l'esprit du blond qui ne comprend pas. Mais que pourrait-il comprendre, après tout ? Elle est là, blême et fatiguée, alors qu'elle était si lumineuse la veille ; et alors même que ses couleurs se ternissent, il ne voit toujours qu'elle, il la dévore du regard et attend. Il attend, attend, attend... mais qu'a-t-elle ? Qu'est-ce qu'il attend, finalement ? Une réponse, certes, mais surtout ; qu'elle le rassure, peut être ? Pourtant le silence continue de filer, le poids sur sa poitrine s'alourdit au fil des secondes quand enfin il a le loisir d'entendre sa voix. Elle est hésitante, nerveuse, peut être ? Elle a le regard abîmé, le ravin au fond des yeux et l'incompréhension au fond de sa gorge à lui. Si tu veux qu'elle abrège tes souffrances, tu vas être servi... Haha. Quelle blague.

▬ Tu sais j'ai fait un rêve.. 

Felix fronce les sourcils. Et bien ? Elle a fait un rêve... et ? Il patiente encore, évidemment qu'il patiente. Son regard se fait presque doux et encourageant, se demandant quel rêve elle a pu bien faire pour être ainsi mal en point. Sous ses yeux elle se perd, se perd dans quelques songes sans doute peu agréables et ravale sa salive ; inquiétude. Ça le bouffe, ça lui reste dans la gorge, lui tord les tripes. Inquiétude. Qu'est-ce qu'il se passe dans cette petite tête ? Qu'est-ce qu'il se passe chez cette fille ? Est-ce cela le plus inquiétant, ou le fait que cela l'obséderait presque ? Oh, rien, rien du tout. Inquiétude. Elle l'inquiète, cette poupée dansante fébrilement, cette petite danseuse espiègle aux couleurs ternies.

Alors qu'il s'apprête à l'extirper de ses songes, une silhouette apparaît à son côté et Felix jette un regard ; immédiatement, une moue se dessine sur ses traits. Ce mec. Celui qui l'avait mis à la porte, et qui se contente alors de le regarder comme un total inconnu. Est-ce juste du dédain... ? Il se fout de lui. Y a un truc bizarre, un truc qu'il n'arrive pas à identifier, parce que c'est juste surréaliste, sans doute. Est-ce juste du dédain, ou une mascarade ? Il semblait si sincère, pourtant.

▬ Et j'ai cru un instant que tu avais été là. 

L'homme tout juste parti, le blond regarde cette fille pour qui il ressent des choses qu'il ne comprend absolument pas comme si une traduction allait apparaître d'elle-même. Une traduction de ses émotions à lui, une traduction de son regard, de ses mots à elle, du comportement de l'autre abruti. Beaucoup de respect 'voyez. Peut être que la colère est juste en train de monter ? Peut être que quelque chose brûle, là, au fond ; un feu qui ne fait que s'éveiller un peu plus, là. Rancœur, peur, colère, inquiétude, tristesse ; toutes ces émotions qui s'entassent et qui à la moindre étincelle, menace d'exploser. Et elle arrive, elle arrive, l'explosion. Es-tu prêt à te briser ?

▬ J'ai confondu avec quelqu'un d'autre, sûrement.. Quelqu'un que j'aimais.. peut-être.

Tu ne comprends pas. Bien sûr, qu'il ne comprend pas ; c'est presque une autre langue, son charabia. Il papillonne des yeux en l'observant, attendant qu'elle ajoute autre chose, une traduction peut être ; mais il ne vient pas, cet 'autre chose'. Alors il est bien forcé d'observer qu'elle a terminé avec son babillage incompréhensible qui fait si peur, qui fait si mal. Il flippe. Il s'énerve. Frustration, crainte et rancune. Est-ce elle qui exagère tout chez lui ? Est-ce normal ?

▬ Je, euh... J'ai pas compris pour le coup.

Bien sûr que non, t'es con. Il jette un regard par dessus son épaule, cherche des yeux l'homme qui lui a menti, mais ne le voit pas. Trop terne pour se démarquer de la foule. Pas comme elle.

▬ Qu'est-ce que tu racontes... ? C'est quoi cette histoire de rêve ? Jodie ?

Oh, il n'essaiera sans doute pas de lire entre les lignes, il ne cherchera peut être pas vraiment à comprendre ; la réponse est peut être plus effrayante que les interrogations ? Il se mord la lèvre, a le regard fuyant.

▬ Dis moi... C'était qui cet homme ? Il dit m'avoir jamais vu... Pourtant il m'a foutu à la porte hier.

C'est une accusation directe, une remarque pleine de rancœur, une pique à peine dissimulée. Il lui semble être un majordome, mais quel serviteur mentirait ainsi à une si douce reine ? Qu'est-ce qu'il a bien pu louper ? Qu'est-ce qu'il se passe... ?
jodie & felix
Demi-Divinité fille d'Aphrodite & Ange

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Shu-Fang «Jodie» Zhou
Demi-Divinité fille d'Aphrodite & Ange
Coeurs : 105 Messages : 159
Couleurs : PinkFluffy
J'ai traversé le portail depuis le : 03/05/2015 et on me connaît sous le nom de : Pizza. Mon nom est : Shu-Fang Zhou. Actuellement je suis : en deuil. Il paraît que je ressemble à : Reisen Udongein Inaba (Touhou) et Asseylum Vers Allusia (AZ) irl - Kim Taeyeon et à ce propos, j'aimerais remercier : Yen (Alice)(cs ozodie) ♥
Re: ••• engraved on her soul ; Felix | Jeu 17 Déc 2015, 20:22

engraved on her soul
Jodie & Felix

Tu l'imaginais, du bout de tes doigts fébriles, dansant et tombant, fanant comme une fleur en hiver. Vos regards meurtris, le tien qui fuit et vos souffles qui s'écourtent. Ça avait l'air si facile, comme ça. Ça avait l'air si facile d'oublier, de passer à autre chose, d'un revers de la main, tout effacer. Ça avait l'air si facile de fermer les yeux et de tomber dans ses bras. Sauf que tu restais sur tes deux pieds, intangible et pourtant instable. Frêle, fragile. Tu ne comprenais pas vraiment la portée des mots, pas vraiment la portée des actes. Tu n'avais jamais compris grand chose, à dire vrai. Et là encore, tu ne comprenais pas. Peut-être qu'il savait, lui, si la vérité sifflait entre ses lèvres ou les tiennes. Peut-être que Ciel aussi, il savait. Toi, tu ignorais tout. Tu ignorais parce que tu avais peur de savoir. Tu ignorais parce que tu avais peur de comprendre. Tu avais peur de cette douleur, cette solitude qui reviendrait si jamais il t'abandonnait. Sauf qu'il t'avait abandonnée. Et ses mots n'avaient plus de sens que celui que tu acceptais de leur donner.

Tu te retournes et définis dans la foule la silhouette élancée de Ciel. Qui il était n'avait pas véritablement d'importance. Ce qu'il avait fait, en revanche.. Tu papillonnes des yeux. Il était la seule confiance que tu accordais, le seul repère de ta vie. Monsieur était trop vieux, tes professeurs étaient trop bêtes, ton miroir ne parlait pas. Ciel était l'unique protagoniste de ta vie avec qui tu pouvais converser. Il était une partie de ta famille, celle que tu rêvais de garder entière. Comment osait-il l'accuser lui de son absence ? Tu baisses les yeux.

« Ne dis pas n'importe quoi... »

Et pourtant tes souvenirs sont si vagues. Tu revois vos silhouettes mais n'y trouve jamais celle de ton majordome. Il était resté auprès de Monsieur, l'aurait aidé avec ses comptes, sûrement. C'est ce qu'ils faisaient toujours. De toutes façons, Ciel ne montait jamais à l'étage. Mais pourquoi est-ce qu'il l'accusait, dans ce cas ? Tes pensées embrumées, la tête dans le brouillard et les mots qui ne voulaient pas sortir. Aucun ne franchissait tes lèvres et tu te perdais alors dans le territoire hostile que t'était la pensée.

C'était si compliqué, pour toi, Jodie, de penser. Si compliqué d'aligner des mots qui avaient du sens. Si compliqué d'aligner des idées qui collaient entre elles.

« C'est Ciel. Notre majordome. Et il ne s'occupe pas de moi la journée, seulement le matin jusqu'au déjeuner et le soir jusqu'à ce que j'aille me coucher. »

Donc il n'aurait pas pu se soucier de toi. Il n'aurait pas pu le mettre dehors, parce qu'il n'aurait pas pu avoir la moindre pensée à ton égard. Parce que Ciel était un de ces hommes occupés qui avaient souvent beaucoup de choses à faire. Parce que Ciel avait un homme à servir et un tas de comptes à rendre. Il n'était pas celui qui se mêlait des affaires d'une enfant sous prétexte que celle-ci, qui n'était pas sa fille, pas même sa sœur, côtoyait un garçon. Tout ça n'avait pas le moindre sens.

« Et Ciel n'est pas un menteur. Il m'apprend beaucoup de choses depuis que je suis petite. Il dit toujours que le mensonge c'est pas bien parce que ça attire des problèmes. Et personne ne veut de problèmes, alors il ne va pas mentir.. »

Et certainement pas à moi. Tu aurais aimé le croire. Le croire jusqu'au bout, pourtant. C'était si compliqué, pour toi, Jodie, de savoir.

© UNE PIZZA






avatar
Invité
Invité
Re: ••• engraved on her soul ; Felix | Jeu 17 Déc 2015, 21:32

engraved on her soul
« just fall & shut up »
▬ Ne dis pas n'importe quoi...

Ce sont des mots qui tranchent, une lame qui tombe ; c'est une sentence devant laquelle le blond reste légèrement bouche bée. Pardon ? Comment ça, 'ne pas dire n'importe quoi' ? Est-ce qu'elle le traite de menteur ? Est-ce qu'elle pense sincèrement qu'il essaie de l'embobiner ? Et pourquoi ferait-il une chose pareille, hein ? Puis d'abord, c'est qui ce type, pour qu'elle préfère le croire ? C'est une avalanche de questions – pas forcément très légitimes – qui s'abat sur l'adolescent qui reste juste là les bras ballants et la bouche ouverte, comme un con. Il cligne des yeux, se donne deux baffes mentales, histoire de réaliser qu'il n'est pas en train de rêver... Et bien non, visiblement. Jodie est bien là, devant lui, les yeux baissés et la voix faible, telle un murmure. Et lui, il comprend pas ce qui lui arrive.

C'est pas comme s'il y avait jamais compris quoique ce soit. Il n'a jamais eu la réelle sensation de se comprendre, certes, mais depuis qu'il a rencontré la violette, n'en parlons pas. Alors essayer d'en faire autant pour ce qu'il ressent ici et maintenant, c'est même pas la peine d'essayer. Enfin, tu peux le dire comme ça, mais c'est bien d'essayer, quand même. Le blond a une moue amère et lance un regard avec son lot de rancœur vers la foule, où il imagine être l'adulte. Puis il reporte ses yeux sur Jodie, sa moue toujours là, mais son regard un peu plus doux, tout de même ; juste blessé. Parce qu'elle ne veut pas le croire. Pourquoi est-ce que cela l'affecte autant, après tout ? De qui il se préoccupe vraiment, au fond ? À part son jumeau, sa tante peut être, personne. Alors pourquoi... ?

Cela n'a pas d'importance ; cela n'a aucune foutue importance. C'est juste un ego un peu froissé qui se reflète dans son regard, juste ça. Juste ça.

▬ C'est Ciel. Notre majordome. Et il ne s'occupe pas de moi la journée, seulement le matin jusqu'au déjeuner et le soir jusqu'à ce que j'aille me coucher.
▬ Hm hm.

Cool. Un majordome. Un majordome qui s'en fout d'elle et qui s'en occupe pas. Mais dont elle a confiance – envers qui elle a plus confiance. Il hausse les épaules, se raidit quelque peu ; il essaie de faire mine qu'il s'en fout, mais son corps le dénonce. Depuis quand a-t-il tant de mal à porter un masque ? Ce n'est pas la première fois, évidemment. Peut-être est-ce depuis le retour de Feofan. C'est sûrement ça, même. Cette fille là, elle n'y est pour rien.

▬ Et Ciel n'est pas un menteur. Il m'apprend beaucoup de choses depuis que je suis petite. Il dit toujours que le mensonge c'est pas bien parce que ça attire des problèmes. Et personne ne veut de problèmes, alors il ne va pas mentir..

Il se contente de serrer les dents et inspire un bon coup.

▬ Je te mens pas. Il a beau dire que c'est pas bien il t'a menti. Il t'a juste dit des conneries mais si tu préfères le croire lui, c'est ton problème, après.

Il fourre violemment ses mains dans ses poches, et se décide à s'acharner sur sa pauvre sucette au coca pour se calmer un peu. D'un geste sec, il la retire de sa bouche et pointe la jeune fille avec.

▬ Hier je suis venu te voir. Ton Ciel m'a foutu dehors sans la moindre politesse. Et ce que je te dis là est totalement vrai. Mais crois sa vérité si tu veux. T'obéis docilement à un menteur, c'est tout.

Hé Felix, qu'est-ce qu'il t'arrive ? Pourquoi tu t'énerves à ce point ? Peut être que finalement, il n'y a pas que Feofan ou sa tante qui soit important ; peut être qu'elle aussi, il se préoccupe d'elle, et peut être qu'elle aussi, elle compte vraiment.
jodie & felix
Demi-Divinité fille d'Aphrodite & Ange

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Shu-Fang «Jodie» Zhou
Demi-Divinité fille d'Aphrodite & Ange
Coeurs : 105 Messages : 159
Couleurs : PinkFluffy
J'ai traversé le portail depuis le : 03/05/2015 et on me connaît sous le nom de : Pizza. Mon nom est : Shu-Fang Zhou. Actuellement je suis : en deuil. Il paraît que je ressemble à : Reisen Udongein Inaba (Touhou) et Asseylum Vers Allusia (AZ) irl - Kim Taeyeon et à ce propos, j'aimerais remercier : Yen (Alice)(cs ozodie) ♥
Re: ••• engraved on her soul ; Felix | Jeu 17 Déc 2015, 22:09

engraved on her soul
Jodie & Felix

Ton Ciel. Ta naïveté. Aveugle. Ses mensonges et ta stupidité. Il mettait le doigt sur ce qui avait été si dur, tant d'années. Tu étais bête. Tu étais si bête, Jodie. Il te le disait, là, sans décoration autour. Juste histoire de te montrer qu'il avait vu à quel point c'était dur pour toi de te concentrer, de réfléchir. D'être intelligente, même une bride de seconde. Influençable. Tu lui obéis sans rien dire, docile, le chien qui a bien appris sa leçon et qui reçoit son biscuit à la fin de la journée. Parce que tu n'avais pas plus de valeur que ça, désormais. Tu te brusques, le regard devenu dur et pourtant tellement brisé. Au fond de ta gorge les mots te sont amers et ils te brûlent. Tu aurais aimé fuir, courir, sans regarder derrière toi. Sauf que tu restais plantée là, tes yeux brûlants de leur lumière rose.

Non. Ciel n'était pas un menteur. Lui, Felix, tu ne le connaissais pas. Il était apparu rien qu'une nuit au détour d'une ruelle trop sombre et tu avais imaginé que quelque chose était né en toi. Au fond de ta poitrine, serrée, se terrait pourtant ce sentiment qui se fanait au rythme de ses paroles. Tu fronces les sourcils. Sa sucette, il pouvait se la garder, se la mettre là où tu pensais -dans sa narine gauche exactement. Et tu te brusquais alors, prête à lui recracher son propre venin. Sauf que tu n'étais pas douée avec les mots, toi. Ta colombe, elle, elle parlait bien. Elle écrivait bien, aussi. Elle était douée, elle. Elle était si belle.

Toi, tu avais seulement essayé de lui ressembler. D'apprendre d'elle, de comprendre ses mots et leur ampleur. Tu avais essayé d'écrire des jolies lettres et des jolies courbes sur le papier. Mais tu n'étais pas douée pour ça. D'ailleurs tu n'étais douée en rien. Ni intelligente, ni douce, ni belle. Juste une maladresse constante et une magie dans les yeux, rien qu'une âme pure, sans aucun autre attrait.

« Tu te crois malin parce que t'as une sucette au coca ? »

Tu gonfles la joue. Tu ne savais pas bien quoi dire et les mots te sortaient maladroitement, ta voix tremblante et marquant clairement ton hésitation. Tu n'avais pas envie de lui faire du mal, pourtant. Tu n'avais pas envie de dire des méchants mots. Tu n'avais pas envie de blesser, d'être vexante. Pourtant tu étais vexée, et les mots sortaient tout seuls. Une sorte de chaos incompréhensible qui régnait dans ta tête. Tu crispes les épaules et recules la tête. Tu avais l'air encore plus bête, comme ça.

« T'es vraiment bête, t'as rien compris à ce que je t'ai dit ! D'ailleurs t'as rien compris du tout ! »

Tu serres les dents. Tu n'avais aucune envie de lui expliquer. Mais tu étais lancée et de toutes façons, tu n'avais pas grand chose à perdre. Parce que son regard qui était si doux avant, tu l'avais déjà perdu. Ses sourires gênés et son rire plein de candeur. Tout ça avait été déchiré en même temps que cette sensation qui était née au fond de ton ventre, au creux de ta poitrine et au bord de tes lèvres.

Tout ça avait été remplacé par une colère que tu ne parvenais même pas à définir. Même pas à identifier. Pourquoi est-ce que tu étais en colère ? Parce qu'il t'avait vexée ? Ou parce que tu imaginais déjà les prochains jours de solitude ?

« T'as tout gâché, Felix ! Moi je croyais que ça se passait bien parce que j'avais trouvé quelqu'un qui comptait.. Mais en fait non, t'es juste un nul qui pue ! »

Tu marques une pause, le regard amer. Tu ne regrettais pas vraiment tes paroles. Tu n'en avais même pas encore pris conscience. Comme si les informations avaient du mal à atteindre ton esprit qui s'était alors tout à coup fermé. Le cœur avec. Comme tout ton être.

© UNE PIZZA


 
••• engraved on her soul ; Felix
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soul Drop
» Soul team par fadoo
» TRIAD TOYS - SOUL CALIBUR IV - TAKI
» Persona Trinity Soul
» Soul Eater Chap 32 à 35

Sanctuary of Heart :: RPs abandonnés-
Sauter vers: