We never go out of style || Natearl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Modératrice



Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
avatar
Nathanaël-C G. Andersen
« Modératrice »



Coeurs : 87 Messages : 229
Couleurs : #936B7F(Nate)#9BAFC4(Batman)
J'ai traversé le portail depuis le : 30/05/2015 et on me connaît sous le nom de : Reyenn. Mon nom est : Nathanaël-Christen Gwendolynn Andersen Actuellement je suis : en relation compliquée avec Jack Daniels. Yas. Il paraît que je ressemble à : Hana ▬ CT Chrysler & Iris ▬ Ribkadory || IRL ▬ classy Blake Lively et à ce propos, j'aimerais remercier : Reyenn
MessageSujet: We never go out of style || Natearl    9th Juillet 2015, 16:24


We never go out of style
PV ✖ Earl & Nate

Tu tends la main à ton assistante sans lever les yeux de ton ordinateur. Tu t’amuses à faire tournoyer ton stylo autour de tes doigts sans même faire attention à ce qu’il ne tâche pas ta robe. Robe blanche qui te donne l'air d'être un ange. Donc il serait préférable de ne pas la salir ni la tacher. Elle te donne le dossier que tu attrapes avant de poser sur ton bureau.  Tu baisses les yeux dessus le temps de parcourir les lignes du regard. Tu arques un sourcil quand les informations qui y sont arrivent à ton cerveau. Tu tournes les différentes pages à une allure inhumaine avant de choisir quelques noms qui te sautent aux yeux au moment même où tu les lis. Ton assistante te donne les books correspondants et tu feuillettes les photos des différents mannequins d'un air critique. Déjà vu. Trop classique. Pas assez connu. Pas digne de Vogue. Il te faut du neuf. Un truc qui surprend. Une personne unique. Une personne qui fera rêver la gente féminine. Tu as déjà ton idée en tête mais tu prends quand même en considération les propositions de ton équipe. Normalement, tu ne fais que choisir. Ils s’occuperont de la séance photo et de l’interview. Mais cette année, c’est toi qui veux  le faire. Tu entrouvres lèvres pour dire à ton assistante qu'aucun n'est à ton goût mais tu oublies quand tu remarques qu'elle a ses mains derrière son dos. Un sourire étire tes lèvres tandis que tu lui fais signe de te donner le dernier dossier. Aucune de ces personnes ne peut être nommée comme futur espoir masculin d'après Ton magazine. La personne en question doit répondre à certains critères et pour le moment, personne ne les a tous.
▬ Je vous ai laissé le meilleur pour la fin.
Je sais déjà qui c'est, tu sais que j’adore les devinettes. Tu me passe son agence, s’il te plaît? Je m’occupe de ça.
Tu ne relèves pas le regard surpris de ton assistante qui disparaît pour prévenir l'équipe de ta décision. Pendant ce temps, tu prépares les questions. Non, en fait tu glandes. Tu ne fais pas grand chose. En choisissant de mener l'interview et la séance photo qui va avoir lieu, tu t'es rajouté du boulot en plus. Mais tu es perfectionniste. Tu veux que l'article soit parfait, tout comme les photos. Et on n’est jamais mieux servis que par soi-même. Donc c'est toi qui va t'en occuper cette fois ci. Et plus ça fait un petit moment que tu ne l'as pas vu, tu vas en profiter pour voir comment sa carrière à évoluer. Carrière qui risque de crever le plafond après qu'il soit apparut dans le prochain numéro de Vogue. Tu croises tes jambes et te penches en avant pour attraper le combiné du téléphone quand ton assistante t’annonce que l’agence en question t’attend au bout du fil. Tu adoptes ta voix la plus charmante pour répondre. Il te faut un rendez-vous aujourd’hui sinon il faudra changer tout ton emploi du temps et soyons francs, c’est impossible.

Et on sait tous que question affaires, tu trouves toujours un moyen d’avoir ce que tu souhaites.

xXx

La semelle de tes scandales touche le sol lorsque ton garde du corps t'ouvre la porte. Tu reposes tes Ray-Ban sur ton nez le temps de t'engouffrer dans le studio où il est supposé avoir un shooting. Quelques pas derrière toi, ton assistante a l’air aussi excitée qu’une puce. Tu te doutes bien de la raison de sa joie mais pour l'instant tu ne t'en préoccupes pas. Quand elles te voient arriver, les femmes à l'accueil prennent leurs téléphones pour annoncer ta venue. Les saluant d'un geste du menton, tu prends un couloir. Tu passes une grande partie de ton temps dans ce bâtiment, tu n'as pas besoin qu'on te dise où aller. Tes talons aiguilles annoncent ta venue tandis que tu vérifies que Lisa aka ton assistante ne s’est pas perdue en route. Tu t’arrêtes en te tournant vers elle quand tu la vois rêvasser en suivant un mannequin du regard. Tu te pinces les lèvres pour ne pas éclater de rire avant de sortir ta carte Visiteur de ton sac pour l’accrocher autour de ton cou. Tu attends qu’elle fasse de même avant de pénétrer dans la pièce en faisant le moins de bruit possible pour ne pas qu’on te remarque.

Tu poses ton sac sur l’un des fauteuils mis à ta disposition pour l’interview qui va venir puis te débarrasses de tes lunettes de soleil. Tes iris prennent plusieurs secondes à s’habituer à l’attaque de flashs qui apparaissent. Séance photo, il faut s’y faire. Séance qui n’a d’ailleurs pas encore atteint son terme. En d’autres mots, tu es en avance. Ce qui normalement n’arrive que très rarement. Tu poses ton regard sur la personne en train de se faire prendre en photo. Ton regard glisse le long de son corps et tu poses tes doigts sur tes lèvres pour ne pas éclater de rire. Tu ne t’attendais pas à ce qu’il soit en caleçon. Alors là vraiment pas. Mais tu n’es pas celle qui va se plaindre. Tu as une vue imprenable sur ses abdos et son corps parfaitement sculpté, il faudrait être fou pour abandonner un tel spectacle. Tout le monde est tellement concentré qu’ils n’ont même pas fait attention à ta présence. D’ailleurs ça t’arrange un peu. Tu ne sais même pas s’ils l’ont prévenu pour sa nomination donc autant le laisser finir son travail tranquillement. Par contre, tu leur as fait promettre qu’ils ne lui diraient pas que c’est toi qui allait te pointer. Il doit sûrement s’attendre à quelqu’un d’autre. Tu jettes un coup d’œil à Lisa qui a viré au rouge pivoine. Les Hottenberg ont tous cet effet là, celui-ci ne fera pas exception à la règle. Tu croises tes bras sur ta poitrine avant de t’adosser au mûr pour murmurer.
Maintenant je comprends pourquoi tu as fais en sorte qu’on soit en avance.
Tu regardes encore le mannequin quelques secondes, notant qu’il est d’un naturel frappant.  Face au manque de réponse de la part de ton assistante, tu tournes la tête vers elle. Tu écarquilles les yeux de stupeur quand tu réalises qu’elle a l’air sur le point de tomber dans les pommes. Et d’ailleurs c’est ce qui arrive. Tu as le réflexe de tendre les bras pour la rattraper avant de provoquer un scandale. C’est pas vrai, même pas capable de se tenir correctement devant un sex symbol…  Tu grimaces en la tirant jusqu’à l’un des fauteuils. Tu lui tapotes la joue le temps qu’elle reprenne connaissance. Il faudrait pas déconner non plus, tu as besoin d’elle pour prendre des notes. Non mais ‘faut pas croire que t’allais aussi faire son boulot. Quand elle rouvre les yeux à nouveau, tu pousses un soupire de soulagement. Tu n’as pas un cadavre sur les bras, c’est déjà ça.
Bonté divine Lisa, reprend tes esprits! Ne me dis pas que tu es une fangirl toi aussi et que tu hurles si je lui demande de te follow.
▬ Vous feriez ça?
Tu lèves les sourcils avant de te mettre à rire. Tu as bien fais de le choisir, il a déjà ses fans. Tu demandes à ton assistante de disparaître pour aller chercher des cafés et elle s’exécute après quelques secondes supplémentaire à mater regarder la future star. Quand tu te retournes, la séance te semble finie et l’attention est retombée sur toi. Tu saluts rapidement les différentes personnes qui viennent vers toi puis dès que c’est fait, ton regard se pose sur lui. Une fois que tu es sûre que tu as bien toute son attention et qu’il a réalisé que c’était bien toi, tu souris d’un air angélique avant de courir vers lui pour sauter dans ses bras.
Mon Hottenberg préféré! Earl, tu es encore plus canon que dans mes souvenirs. Tellement que mon assistante a perdu connaissance en te voyant si peu vêtu.
Tu te décales juste assez pour pouvoir planter ton regard dans le sien. Pas de doute, il t’a manqué. Dommage que ton travail soit aussi prenant. Tu lui présentes ton rayonnant sourire qui prévient toujours de la connerie qui suit.
Par contre je crois qu’il va falloir que tu t’habilles si on ne veut pas toutes que nos hormones déconnent. Quoi que je me plaindrais pas du tout.
Signé l’humour de Nate.  
(C) MISS AMAZING.
Fée



Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
avatar
Earl-Sky G. Hottenberg
« Fée »



Coeurs : 90 Messages : 155
Couleurs : Brown & Burlywood
J'ai traversé le portail depuis le : 02/11/2013 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Earl Sky Grey Hottenberg Actuellement je suis : ... d'où ça te regarde? Il paraît que je ressemble à : Okita Souji | Hakuouki Shinsengumi Kitan + (IRL Ben Barnes) et à ce propos, j'aimerais remercier : Moi ♥ 83 + Kao pour la créa de la famille Hottenberg + tumblr pour les gifs ♥
MessageSujet: Re: We never go out of style || Natearl    19th Juillet 2015, 00:51


BRING GLAMOUR BACK
Featuring Nate & Earl


❝ We never go out of style.❞




« Non, je refuse ! »

Il était rare qu’Earl s’énerve au travail, mais lors des quelques occasions où cela arrivait, tout le monde autour de lui aurait rêvé être à des kilomètres de là. Sa réplique avait fusé, directe et ne laissant libre cours à aucune répartie. Le feu dansait dans le fond de son regard, prêt à exploser au moindre faux pas de son manager. Le beau brun n’avait pas apprécié ce qu’avait prévu ce dernier sans même lui en faire part ou lui demander son avis. Il étais hors de question qu’il accepte.

« Mais, Earl… ce shooting a été préparé dans l’optique de… »
« De quoi ? Le coupa-t-il, de renforcer ma popularité ? Si ce n’est que cela, je refuse. »
« Mais… »
« Il n’y a pas de mais ! S’exclama le fae rageusement. Dois-je vous rappeler que c’est vous qui m’avez fait venir ici ? Vous saviez pertinemment que je poserais des conditions. C’était ce que l’on avait convenu. Comptez-vous revenir sur votre parole ? Dans ce cas, nous pouvons immédiatement oublier notre contrat. »

Cette déclaration menaçante eut pour effet immédiat de jeter un froid épouvantable sur les personnes dans la pièce. Un lourd silence s’installa, pendant que les maquilleuses et ingénieurs se jetaient des regards allant d’anxieux à catastrophés. Personne n’osait prendre la parole. Tous redoutaient les foudres d’Earl, mais l’équipe connaissait à présent bien le jeune homme et tous savaient qu’il était exceptionnel et appréciaient son travail, son esprit fin et aiguisé et sa bonne humeur qui mettait tout le monde à l’aise. Ils savaient tous que s’il partait, ce serait une perte énorme. Le manager qui avait pris un teint livide et tripotait son bloc notes nerveusement s’avança d’un pas. Il sentait que la situation lui échappait, et après une dernière hésitation, se racla la gorge puis parla d’une voix peu assurée.

« Il ne serait pas nécessaire d’en arriver là, balbutia-t-il. Mais puis-je au moins savoir pourquoi tu t’opposes autant à ce projet ? »

Earl le fixa quelques instants encore avec le même air que précédemment, avant de prendre une large inspiration d’air. Ses traits s’adoucirent, harmonisant son expression qui devint plus avenante, et il s’évertua à sourire moqueusement. Cela eut pour effet de détendre l’assemblée en un clin d’œil.

« C’est vrai, j’aurais du m’expliquer, mais vous pouvez comprendre que j’ai été… il hésita un instant, avant de reprendre avec une pointe d’amusement dans la voix, vexé par le fait que vous ne m’en ayez pas parlé avant. Comme vous le savez tous, j’ai une vie privée. Cela la concerne donc, et il n’est pas très compliqué de comprendre pourquoi je refuserais de poser de manière subjective avec une femme que je ne connais pas, aussi professionnel que ce soit. »

Il lança un regard bien éloquent au manager, et en effet un vent de compréhension balaya la salle, provoquant quelques rires amusés. Earl, quant à lui, laissa comme si souvent ses pensées s’envoler vers celle qu’il aimait. Il la connaissait bien. Il savait que s’il se lançait dans un tel projet, elle se sentirait blessée et éprouverait de la jalousie, même si elle ne lui disait pas. Donc, en temps qu’amoureux attentionné, il attendrait d’avoir une vraie discussion avec elle à ce propos avant d’accepter un tel travail. Cependant, Earl est loin d’être stupide… Il sourit de manière espiègle à l’équipe, avant de reprendre.

« Bon, j’ai bien compris que ce shooting avait pour but d’accroître mon nombre de fans. Cependant, pour accomplir cela, je n’ai pas forcément besoin de faire-valoir… » Le jeune homme prit un air mystérieux tandis que les femmes dans la pièce adhéraient silencieusement à sa dernière déclaration. « J’ai eu une petite idée de ce qui pourrait rattraper cela, voire même le surpasser, si je puis me permettre d’être aussi prétentieux… »

Sa phrase se termina sur un sourire énigmatique à tomber par terre.

+ + +

Lorsqu’il avait énoncé son idée à voix haute, il n’avait pu s’empêcher de remarquer d’un coin de l’œil avec amusement l’excitation difficilement dissimulée des jeunes femmes qui travaillaient dans l’équipe. Le manager avait tout de suite été d’accord, et avait accueilli l’idée du sang pur avec un soulagement et une joie touchants. Le reste de l’équipe avaient tous apprécié cette alternative, et étaient tombés d’accord sur le fait qu’en effet, ça ce serait le genre de choses qui ferait du bruit directement. C’est ainsi que notre jeune mannequin se retrouva assis face aux assistantes chargées de la coiffer, simplement vêtu d’un caleçon noir qui faisait étrangement bien ressortir le séduisant hâle de sa peau et le vert émeraude de ses yeux. Elles s’affairèrent autour de lui, et le jeune homme se rendit bien vite compte qu’elles ne faisaient pas grand-chose d’autre que de bouger ses épis dans un sens ou dans l’autre. Après tout, sa coiffure naturellement « coiffé-décoiffé » comme il s’amusait à l’appeler était absolument parfaite pour une séance photo en sous-vêtements.

« …voilà, donc il faudra t’attendre à la visite d’un membre du groupe tout à l’heure pour te poser quelques questions… »

Earl opina du chef, écoutant distraitement la personne qui lui annonçait la suite de son programme, tandis que les maquilleuses faisaient ressortit ses traits les plus attirants en quelques coups de pinceaux discrets et maîtrisés. Il les remercia avec un grand sourire charmeur, avant de pouffer discrètement en les voyant s’éloigner sans vraiment réussir à dissimuler le fait qu’elles finissaient toujours par loucher sur son impressionnante musculature, tout en finesse et parfaitement définie sous sa peau dorée. Earl le savait pertinemment, en apprenant cela – et surtout que c’est lui qui l’avait proposé – Serah allait bien rigoler. Bah, que voulez vous, c’est de famille de savoir jouer de ses atouts… Quelqu’un sur le plateau l’appela, il se redressa souplement et s’avança vers les objectifs en passant sa main dans ses mèches chocolat. It’s show time.

+ + +

« Ok, regardes par là… parfait. »

Earl bougea très légèrement, jetant un regard d’une sensualité extrême à l’objectif, avant d’esquisser un sourire joueur. Il se mouvait toujours avec la même aisance sous la pluie de flashs, ravissant toujours plus les photographes qui travaillaient avec lui. Il prit une nouvelle pose et fit un large sourire, cette fois-ci presque enfantin, dévoilant une double-rangée de dents parfaitement alignées et d’un blanc à en faire rougir les créateurs de Colgate. Il s’ébouriffa les cheveux, tourna sur lui-même, ferma les yeux… il était irrésistible. Il le savait. Devant les appareils, il savait qu’il devait être parfait. Très bien. Il serait parfait. Au-delà d’être beau, Earl voulait provoquer des émotions chez les personnes qui verraient ses photographies, raison pour laquelle il mettait toujours toute sa concentration et se plongeait corps et âme dans ce qu’il réalisait. Cela rendait son travail d’autant plus appréciable, et rendait ses regards si séduisants.

Quelques derniers clichés furent pris, puis la séance s’acheva. Earl remercia le photographe avant de remarquer, comme ses collègues, que deux personnes étaient arrivées. Se doutant que c’était celles dont lui avait parlé son manager, il s’avança avec un sourire lumineux, et… il se stoppa net, légèrement surpris. Un rire monta dans sa gorge lorsque la jolie blonde le rejoignit, l’air parfaitement satisfait de l’effet de son arrivée. Il la réceptionna dans ses bras et la serra brièvement avant de lui couler un regard.

« Mon Hottenberg préféré! Earl, tu es encore plus canon que dans mes souvenirs. Tellement que mon assistante a perdu connaissance en te voyant si peu vêtu. »

Il éclata de rire en entendant la fin de sa phrase, ainsi que la suite de sa tirade qui ne se fit pas attendre. Toujours aussi amusante celle là. Earl l’aimait vraiment beaucoup, rien que parce qu’il savait qu’il pouvait lui confier Serah, mais aussi parce qu’elle était absolument géniale et tordante. Cependant, le fae se devait de rétorquer, ce qu’il fit sur le même ton qu’avait employé son interlocutrice.

« Quelle surprise… Mais quoi ? Me dis pas que c’est pour moi que deux si jolies jeunes femmes se sont déplacées ici ! Au moins, je suis sûr d’avoir marqué le coup rien qu’avec ma tenue. »

Il ricana doucement, avant de pivoter sur lui-même.

« N’empêche, c’est étrangement confortable de se promener en caleçon au travail. Mais bon, j’ai compris le message, mieux vaut que j’aille enfiler quelque chose en plus. »

Tandis qu’il parlait, il était allé dans un coin de la salle, suivi de près par Nate à qui il fit une mimique joueuse, tandis qu’il ramassait des vêtements soigneusement pliés pour les enfiler. Une chemise à la coupe parfaitement ajustée et un pantalon noir de costume. Parfait pour l’entretien qu’ils avaient prévu.

« Bon, maintenant que tu as eu le loisir de m’observer en train de me resaper, que dirais-tu, très chère, d’aller parler dans un coin tranquille de ce que tu as prévu de faire encaisser à mon image? »

Earl lui fit un sourire complice, une étincelle de moquerie s’allumant dans ses yeux lorsqu’il finit sa phrase. Puis, en homme poli et galant qu’il était – et affreusement joueur quand il s’y mettait – il s’avança vers l’assistante de Nathanaël qui le fixait avec de grands yeux. Il ne put s’empêcher de sourire en apercevant son expression faciale, mais était trop fin pour faire de remarque désagréable. Il se pencha légèrement en avant et saisit sa main entre ses élégants doigts de pianiste, puis y déposa un baisemain avant de se redresser et de lui offrir un large sourire.

« Earl Hottenberg pour vous servir. Mademoiselle, j’ai hâte de travailler avec vous. » Earl sait entretenir son fan club, si je puis dire. Il se tourna avec fluidité vers la jolie blonde qui se tenait à ses côtés. « Vous voulez boire quelque chose ? Une assistante pourra nous l’apporter. »

NAOMIIE



♥:
 

LIGUES-PRO & FANCLUBS:
 
Modératrice



Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
avatar
Nathanaël-C G. Andersen
« Modératrice »



Coeurs : 87 Messages : 229
Couleurs : #936B7F(Nate)#9BAFC4(Batman)
J'ai traversé le portail depuis le : 30/05/2015 et on me connaît sous le nom de : Reyenn. Mon nom est : Nathanaël-Christen Gwendolynn Andersen Actuellement je suis : en relation compliquée avec Jack Daniels. Yas. Il paraît que je ressemble à : Hana ▬ CT Chrysler & Iris ▬ Ribkadory || IRL ▬ classy Blake Lively et à ce propos, j'aimerais remercier : Reyenn
MessageSujet: Re: We never go out of style || Natearl    24th Juillet 2015, 17:23


We never go out of style
PV ✖ Earl & Nate

Toujours aussi charmeur… et Modeste. Mais tu as pris l’habitude. Il faut croire une c’est un trait de caractère courant chez les Hottenberg. Contrairement à certaines personnes encore présentes dans la salle, tu détournes le regard le temps qu’il s’habille à nouveau.  Plus par respect que par gêne. Il pourrait se promener complètement nu que ça ne te ferait ni chaud ni froid. Tu aimerais néanmoins éviter ce genre de cas pour ne pas retrouver ton assistante dans un coma permanant.  Tu le détailles du regard après avoir compté quarante secondes, moyenne de temps pour enfiler ce qui est censé être enfilé. Un pantalon noir et une chemise. Tu ne fais jamais de commentaire sur la tenue des différents individus mais ton sens critique prend toujours le dessus. On peut rapidement voir ce que tu en penses seulement par les mimiques que tu fais. Mais il faut te connaître un minimum, pour cela. Dans le cas d’Earl, un sourire à peine perceptible étire tes lèvres rouges. Il ne manquait ni de style ni de confiance en lui. C’était tant mieux pour lui parce que vu ce que tu avais prévu pour la suite, il risquait d’en avoir besoin. Rien de bien compliqué mais il y a une bonne raison pour laquelle tu ne te déplaces que très rarement pour les interviews : la plupart du temps ça finit façon interrogatoire. Tu trouves toujours un moyen d’obtenir la réponse que tu veux et ça peut vite devenir frustrant pour la personne face à toi. Donc tu as laissé ce boulot aux autres en devenant rédactrice en chef. Et heureusement à vrai dire…
Bon, maintenant que tu as eu le loisir de m’observer en train de me resaper, que dirais-tu, très chère, d’aller parler dans un coin tranquille de ce que tu as prévu de faire encaisser à mon image?
Tu remarques le sourire et l’étincelle qui apparaît à la fin de sa phrase. Tu lèves les yeux au ciel en lui tirant la langue avec un air faussement contrarié. Tu n’es pas aussi tyrannique au travail. Si ? Okay peut-être un peu. Mais c’est ce qui fait ta réputation donc hein. Tu te mets sur le côté pour le laisser passer lorsque tu le vois s’avancer vers ton assistante qui a l’air de retour. Déjà ? Normalement elle prend tout son temps pour aller te chercher ton café. Aujourd’hui il faut croire qu’elle est inspiré et à fond dans son travail. On se demande bien pourquoi, tiens. Tes doigts se posent sur tes lèvres pour cacher ton sourire lorsque tu vois le coup de charme qu’elle se prend dans le visage. Baisemain et sourire à la Earl Hottenberg, il s’était décidément décidé à l’envoyer à la morgue avant la fin de la journée. Tu roules des yeux d’un air amusé lorsque tu vois Lisa qui donne l’air d’être prête à perdre ses moyens dans les prochaines secondes. Plus aucune tenue de nos jours. Il faudra que tu lui donnes un cours en revenant au bureau sinon elle va s’évanouir à chaque fois qu’elle va t’accompagner à un rendez-vous et ce n’est pas très pratique. Là c’est Earl alors ça ne te dérange pas plus que cela mais tu espères qu’il n’y aura pas de seconde fois avec une personne moins indulgente.
Vous voulez boire quelque chose ? Une assistante pourra nous l’apporter.
Ton regard aquamarine se repose sur lui quand tu comprends qu’il s’adresse à toi, à présent.  Tu arques un sourcil avant de tourner la tête vers ton assistante qui a l’air d’avoir quitté ce monde pour celui des fantasmes. Tes yeux glissent vers ses mains qui contiennent deux gobelets Starbucks et tu secoues la tête d’un air désespéré. Ca promet.
Non, la demoiselle ici présente était censée nous en rapporter mais il semblerait qu’elle soit trop occupée à rêvasser pour nous les offrir. Je n’ai aucune idée de ce que tu bois, Earl, mais je présume qu’elle le sait.
Les fans savent toujours tout de toute façon. Ca fait peur des fois. Ta voix a le même effet qu’une claque. Lisa se reprend tout à coup et vous tend vos boissons d’un air désolé. Tu lui lances un regard compréhensif avant de récupérer la tienne, mettant la paille verte entre tes lèvres avant de t’avancer vers les sièges qui ont été installé pour votre petite discussion. Enorme euphémisme. Tu fais signes à la fée de te suivre avant de t’installer sur l’un des sièges, posant ton verre sur le bord de ce dernier, parfaitement en équilibre pour qu’il évite de tomber. Tu croises tes jambes en attendant que le mannequin s’installe face à toi. Remarquant l’air hésitant de ton assistante, tu claques des doigts en lui faisant signe de s’asseoir près de toi et non pas à trois centimètres d’Earl qui risque de faire une demande de restriction si elle continue comme ça. Une fois que c’est fait, tu peux enfin, commencer ton boulot. Ou pas.
Je t’explique un peu. Je n’ai nullement envie de faire une interview comme les autres, c’est trop commun, trop ennuyant et puis connaissant l’équipe qui t’entoure, ils t’auront peut-être fait apprendre des réponses bien faîtes et tout le délire pour ne pas que tu dises de bêtises.
Tu t’amuses à faire tourner le gobelet entre tes doigts puis tu te mets à rire sous le regard d’Earl qui doit se demander ce que tu racontes.
Okay je l’admets c’est surtout que je n’ai pas préparé de questions. Pas le temps, tu connais ça. Donc je me disais, on peut discuter en mode complètement normal, mon assistante prendra des notes si elle n’est pas déjà en train de rêver, encore. A la fin, je la laisserai faire un récapitulatif et je te laisserai supprimer toutes les informations que tu ne veux pas voir dans l’article. Je comprends ta position et le fait qu’il y ait des choses privées qui devraient le rester.
Tu n’as pas besoin de tourner la tête pour deviner que ton assistante te regarde d’un air surpris. Tu n’as pas l’habitude de faire des choses du genre.  En général, tout ce qui est dit finit dans le magasine mais tu connais Earl personnellement et tu ne veux rien faire sans son accord histoire que tout cela se passe bien et qu’il n’y ait pas de mal aise. Disons que c’est un service que tu lui rends. C’est déjà pas mal d’avoir réussis à l’avoir pour une interview alors ce n’est pas si grave si tu décides de changer un peu les règles en fonction de lui. Une discussion sera bien plus agréable qu’une interview mécanique sans aucun intérêt. Tu souris avec ta langue entre tes dents trop blanches pour que ce soit naturel, ton unique sourire naturel que tu ne fais que lorsque tu es en compagnie de personnes que tu apprécies beaucoup.
Ne t’inquiète pas pour Lisa, elle a signé un contrat de confidentialité donc tout ce qui se dira ici, restera ici. A pars ce qui sera dans l’article, évidemment. Bref, je suis contente de te revoir ! Mais il faut que tu m’expliques ce que tu faisais en caleçon, je ne savais pas que t’avais signé pour ce genre de chose.
Tu as beau donné l’air de le revoir après des lustres, cela ne t’a pas empêché de suivre sa carrière de près. Quand on travaille dans ce genre de domaine, les informations sont faciles à obtenir. Surtout quand on a le même poste que toi. Techniquement, l’interview a déjà commencé mais comme toujours, Earl peut refuser tout de suite et tu feras les questions en deux minutes, ce sera amplement suffisant. Tu es néanmoins une personne bien trop originale pour proposer quelque chose d’aussi commun.

(C) MISS AMAZING.



Nathomas:
 

Vous gérez:
 

Carte #NoInspi:
 
Fée



Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
avatar
Earl-Sky G. Hottenberg
« Fée »



Coeurs : 90 Messages : 155
Couleurs : Brown & Burlywood
J'ai traversé le portail depuis le : 02/11/2013 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Earl Sky Grey Hottenberg Actuellement je suis : ... d'où ça te regarde? Il paraît que je ressemble à : Okita Souji | Hakuouki Shinsengumi Kitan + (IRL Ben Barnes) et à ce propos, j'aimerais remercier : Moi ♥ 83 + Kao pour la créa de la famille Hottenberg + tumblr pour les gifs ♥
MessageSujet: Re: We never go out of style || Natearl    30th Juillet 2015, 16:41


BRING GLAMOUR BACK
Featuring Nate & Earl


❝ We never go out of style.❞


« Non, la demoiselle ici présente était censée nous en rapporter mais il semblerait qu’elle soit trop occupée à rêvasser pour nous les offrir. Je n’ai aucune idée de ce que tu bois, Earl, mais je présume qu’elle le sait. »

Earl haussa légèrement un sourcil, son regard glissant vers la silhouette de la jeune femme qui accompagnait Nate. Cette dernière, sortant de sa rêverie en entendant les paroles de la grande blonde, s’empressa d’aller leur offrir leurs boissons. Le fae la remercia, curieux de voir ce qu’elle lui avait pris, lorsqu’une odeur caractéristique qu’il connaissait bien lui fit monter le sourire aux lèvres. Il fit un clin d’œil à l’assistante, portant le gobelet à ses lèvres séduisantes.

« Je vois que mon amour pour l’Earl Grey n’est plus très secret… »

Il prit une gorgée du liquide chaud, avant de prendre une expression satisfaite. Ensuite, il suivit calmement la rédactrice et s’installa face à elle dans un fauteuil confortable, dans lequel il se décontracta immédiatement. L’idée de cet entretien ne le stressait pas le moins du monde. Earl avait pris une expression détendue et sûre de lui, comme à son habitude, seulement on pouvait déjà voir malgré son apparent calme qu’il était concentré et prêt à travailler sérieusement.

« Je t’explique un peu. Je n’ai nullement envie de faire une interview comme les autres, c’est trop commun, trop ennuyeux et puis connaissant l’équipe qui t’entoure, ils t’auront peut-être fait apprendre des réponses bien faîtes et tout le délire pour ne pas que tu dises de bêtises. »

Earl sourit, croisant les doigts devant son visage. Il reconnaissait bien là sa chère Nate. Toujours aussi unique. Cependant, il leva un sourcil inquisiteur, comme s’il attendait qu’elle continue et qu’elle aille au bout de sa pensée. Lorsque cette dernière s’en rendit compte, elle éclata d’un rire qui fit pétiller les yeux du mannequin. Quand elle reprit, il rit légèrement, avant d’entendre la toute fin de sa réplique. Alors là, pour le coup, Earl savait que ce n’était pas une chose qui était de coutume dans le milieu, et il prit un air légèrement surpris avant de sourire à nouveau.

« Eh bien, tu me fais une belle faveur. J’accepte avec joie, et l’idée d’une discussion est plus intéressante qu’une bête interview. Ca me semble être une méthode plus adéquate pour moi comme pour toi, d’ailleurs. »

Il lui fit un petit clin d’œil, avant que ses yeux ne se tournent vers l’assistante de Nate, qui était assise à côté et prenait des notes.

« Ne t’inquiète pas pour Lisa, elle a signé un contrat de confidentialité donc tout ce qui se dira ici, restera ici. A pars ce qui sera dans l’article, évidemment. Bref, je suis contente de te revoir ! Mais il faut que tu m’expliques ce que tu faisais en caleçon, je ne savais pas que t’avais signé pour ce genre de chose. »

Earl éclata de rire à nouveau, dévoilant ses dents blanches et ses yeux émeraude étincelants de malice d’une manière relativement irrésistible.

« Hmm, comment te dire… j’ai moi-même proposé ce projet. »

Il sourit d’un air goguenard, observant la réaction de son interlocutrice avant de reprendre.

« Disons que j’ai refusé un autre shooting, alors, pour me faire pardonner, j’ai décidé de proposer quelque chose qui plairait aux lectrices – et lecteurs. »

Il prit un air innocent, avant de boire une gorgée de thé, qu’il reposa ensuite sur le sol devant lui en faisant attention à ne pas shooter dedans.  

« J’espère que le résultat sera celui escompté. J’apprécie vraiment toutes les personnes qui me suivent et me soutiennent, et j’aimerais le leur rendre. Cette interview en aurait aussi l’objectif, d’ailleurs. Il faut dire qu’en tant que mannequin, on n’entend pas très souvent ma voix. Ca fait du bien de pouvoir m’exprimer et envoyer ma pensée aux personnes qui apprécient mon travail. »

Le grand brun s’adossa au dossier du fauteuil et croisa ses jambes en posant sa cheville droite sur son genou gauche, tapotant de ses doigts l’accoudoir en un rythme imaginaire. Il sourit légèrement à son amie. Il savait qu’il devait gagner totalement le cœur des lecteurs avec cette interview, aussi peu conventionnelle qu’elle soit, et Nate était là pour l’aider à cela. Il en avait besoin pour assoir sa suprématie dans le milieu, qui de jours en jours ne faisait plus de doute. Il était de loin l’un des mannequins les plus talentueux de cette époque, bien qu’il soit humble à ce propos. Mais pour son entreprise, c’était l’occasion de marquer un grand coup.

NAOMIIE



♥:
 

LIGUES-PRO & FANCLUBS:
 
Modératrice



Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
avatar
Nathanaël-C G. Andersen
« Modératrice »



Coeurs : 87 Messages : 229
Couleurs : #936B7F(Nate)#9BAFC4(Batman)
J'ai traversé le portail depuis le : 30/05/2015 et on me connaît sous le nom de : Reyenn. Mon nom est : Nathanaël-Christen Gwendolynn Andersen Actuellement je suis : en relation compliquée avec Jack Daniels. Yas. Il paraît que je ressemble à : Hana ▬ CT Chrysler & Iris ▬ Ribkadory || IRL ▬ classy Blake Lively et à ce propos, j'aimerais remercier : Reyenn
MessageSujet: Re: We never go out of style || Natearl    7th Août 2015, 12:54





Natearl
We never go out of style

Les muscles de ta mâchoire s’étirent à nouveau quand tu entends son rire. Observant du coin de l’œil ton assistante qui a l’air au bout de sa vie, tu caches ton sourire en tournant la tête quelques secondes. La situation est plus qu’amusante. Tu vas la taquiner pendant un moment avec ça. Tandis qu’il accepte ta proposition, tu notes mentalement ses faits et gestes. Tu comprends sans aucun problème les raisons qui font sa célébrité dans le secteur du mannequinat. Sourire parfait, yeux verts brillants de mille feux, corps de dieu et surtout, caractère bien à lui. De manière générale, il était irrésistible et son côté malicieux ne fait qu’accentuer son charme. Il est sûrement celui qui a le plus de potentiel. Tu as fais le bon choix, on dirait. L’article ne fera qu’augmenter sa popularité, c’est tout en sa faveur. Après ça, les contrats risquent de pleuvoir. Il suffit que tu le veuilles et c’est ce qui arrivera. Et vu que tu l’apprécies énormément, tu vas faire un petit effort. On n’arrive pas à un poste comme celui le tiens sans avoir un certain caractère. Tu poses ton coude sur l’accoudoir avant de porter la paille à tes lèvres à nouveau. L’air absent, tu prends une nouvelle gorgée.

▬ Hmm, comment te dire… j’ai moi-même proposé ce projet.

Tu avales littéralement de travers. Tu étais à deux doigts de salir ta robe Alex’ Wang, il faut croire qu’elle va pas survivre toute la journée. Te redressant, tu te penches en avant pour te mettre à tousser tandis que Lisa te tapote le dos. Il a proposé de poser en boxer ? Sérieusement ? Dès que tu retrouves ta respiration, ton rire se fait entendre à nouveau. Tu t’installes correctement à nouveau le temps d’entendre ses explications. Tu ne l’aurais jamais cru si cela ne venait pas de lui. Refuser un shooting pour un autre. C’est du jamais vu. Si l’un de tes mannequins te fait ça, tu lui montres le chemin de la porte et accessoirement celui du chômage. Tu peux faire décoller une carrière comme faire en sorte qu’elle s’écrase. Mais tu n’es pas aussi cruelle. Evidemment, il a le droit de refuser un shooting mais la plus part du temps, on se tait et on fait ce qui est demandé. Néanmoins, cela ne te surprend pas plus de la part d’Earl. Il sait s’imposer. C’est ce qui fait son originalité. Tu adores ce qui sort de l’ordinaire. Raison pour laquelle son histoire t’intéresse au plus au point. L’air innocent que tu remarques quelques secondes plus tard te fait lever les yeux au ciel d’un air amusé. Ca ne marche pas vraiment avec toi mais ça marche très bien sur Lisa qui est à deux doigts de baver. Heureusement que ça ne l’empêche pas de prendre des notes.

Les lectrices vont en raffoler, c’est certain. Tandis qu’il te passe la parole, tu plisses les yeux. Le silence s’installe entre vous pendant quelques secondes. Secondes pendant lesquelles tu le détaille du regard, l’étudiant soigneusement. Tu as conscience de ton rôle en ce moment. Il va non seulement falloir que tu obtiennes les réponses adéquates mais également qu’il attire l’attention des lecteurs. Et ça, c’est le plus délicat. Mais c’est là que tu interviens. Ses beaux traits risquent de ne pas suffirent sur ce coup. Prouver que son caractère est agréable est également une condition majeure à la célébrité. Il te suffirait de demander à ton assistante pour qu’elle t’annonce qu’il y a une dizaine d’autres personnes qui veulent obtenir cette interview. Mais non, tu as fais ton choix et tu ne comptes pas le regretter. Le talent d’Earl est indéniable et tu comptes bien le prouver à tout le monde. C’est bien pour ça qu’on t’adore, n’est-ce pas. Tu finis par briser le silence avant qu’il ne devienne trop pesant.

▬ J’admets que les mannequins n’ont pas souvent leur mot à dire, dans ce milieu. On laisse plus souvent la main aux acteurs et tout ce qui va avec. Néanmoins, je vois que tu n’hésites pas à t’imposer ce qui est assez surprenant. Je me demande bien ce qu’on a bien pu te demander pour que tu refuses.

Un éclat traverse tes iris aquamarines. Un sourire en coin apparaît sur ton visage. Le genre de sourire que fait ton demi-frère. Le genre de sourire que tu fais quand tu sais que tu tiens quelque chose. Néanmoins, tu devines qu’il ne veut pas en parler sinon il vous aurait parlé de la nature du projet sans que tu ais besoin de demander. En général, tu fais en sorte d’obtenir une réponse. Mais là, nope. Pas question de l’obliger à dire quoi que ce soit. Classé vie privée. Tu sors ton portable pour ouvrir l’une des applications qui te conduit directement à l’une des pages au sujet du mannequin. Tu lui lances ton portable sans vraiment t’inquiéter s’il s’écrase par terre. Pas grave s’il est dernier cri, tu t’en offriras un autre au pire des cas. Là c’est surtout pour mener à la prochaine question.

▬ Tu as déjà des milliers de fans, regarde ! C’est vraiment énorme pour quelqu’un d’aussi jeune mais ça fait également que tu es sous les feux des projecteurs et l’une des cibles préférées de la presse. Du coup, je ne peux pas m’empêcher de me demander comment tu le vis. C’est pas toujours facile de se retrouver suivi par les paparazzis dès que tu sors ou lire des rumeurs à dormir debout sur le net.

Tu sais de quoi tu parles. Tu vis comme ça depuis ta naissance. Il n’y a pas un jour où Prue ne doivent pas se débarrasser d’un photographe trop curieux. C’est vraiment énervant à la longue mais tu t’y es fait. Tu n’as pas vraiment eu le choix, à vrai dire. Tu te débrouilles pour rester discrète même si c’est plus facile à dire qu’à faire. C’est le prix à payer donc tu fais avec.

▬ Ca fait aussi que plusieurs choses privées ne le sont plus. Comment tu gères?

Yeap, le sous entendu est assez évident mais tu as toujours su manier l’art de la diplomatie. Personne ne comprendra à quoi tu fais référence, c’est certain. Mais Earl va rapidement deviner. Les doigts sous ton menton, tu souris d’un air espiègle. Tu adores ton travail, c’est clair. Mais c’est encore plus fun quand il fait que tu te retrouves face à une connaissance. Tu as eu les cartes en mains pendant plusieurs minutes. A lui de jouer.  


codage by jacks ღ gifs from tumblr




Nathomas:
 

Vous gérez:
 

Carte #NoInspi:
 
Fée



Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
avatar
Earl-Sky G. Hottenberg
« Fée »



Coeurs : 90 Messages : 155
Couleurs : Brown & Burlywood
J'ai traversé le portail depuis le : 02/11/2013 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Earl Sky Grey Hottenberg Actuellement je suis : ... d'où ça te regarde? Il paraît que je ressemble à : Okita Souji | Hakuouki Shinsengumi Kitan + (IRL Ben Barnes) et à ce propos, j'aimerais remercier : Moi ♥ 83 + Kao pour la créa de la famille Hottenberg + tumblr pour les gifs ♥
MessageSujet: Re: We never go out of style || Natearl    22nd Août 2015, 17:40


BRING GLAMOUR BACK
Featuring Nate & Earl


❝ We never go out of style.❞


Lorsque le fae termina sa réplique, laissant la parole à son amie qui se mit à l’étudier du regard, il réfléchit soigneusement à tout ce qu’il pourrait dire afin de paraître le plus attrayant aux yeux des lecteurs. Être beau était une chose, mais en plus prouver qu’il était drôle, séduisant, amusant et intelligent serait quelque chose de non-négligeable pour sa popularité et donc la suite de sa carrière. Bien entendu, il n’avait aucun doute sur le fait qu’il pouvait mettre le monde entier dans sa poche s’il le fallait, car rien n’étais jamais trop grand à ses yeux. Il avait toujours été à la hauteur des défis, voire plus que cela, se montrant brillant dans tout ce qu’il entreprenait. C’était un trait qui définissait Earl et que pourtant il ne montrait pas : c’était sa manière de toujours se montrer plus fort, plus performant, dans tout ce qu’il accomplissait. Être parfait. C’était probablement un trait familial, que l’on pouvait reconnaître sans trop de difficulté chez sa cadette, sans même parler de ses parents. Le benjamin était peut être le seul à échapper à la règle. Ce dernier avait été dorloté par son grand frère, qui encore une fois s’était montré optimal dans son rôle de grand frère. Peut-être étais-ce sa façon d’être, ou sa propre manière de rendre ses proches et son entourage heureux. Dans tous les cas, son rôle de Monsieur Parfait lui allait comme un gant, et ne le forçait jamais à sortir de ses marques. Après tout, il était toujours très naturel dans ce qu’il faisait… et c’était probablement ce qui charmait tant chez lui. Sa manière de voler le cœur de ses interlocuteurs sans volonté et sans un effort, avec un simple sourire et quelques paroles de sa voix captivante, sa personnalité si ravissante, ses yeux qui allumaient l’intérêt tout comme ils pouvaient déclencher des incendies lorsqu’il le désirait. Chacune de ses mimiques était capable de faire siennes des foules entières, et rien de tout cela ne lui était inconnu. Il le savait parfaitement, et savait en jouer magistralement avec cette confiance en soi qui lui était propre et semblait attirer à lui les lumières des projecteurs comme des papillons de nuit volant autour d’une bougie qui faisait fuir l’obscurité.

Mais tout homme exceptionnel qu’il était, Earl possédait une modestie toute particulière qui lui permettait de voir au-delà des spots aveuglants qui auraient pu à la longue lui monter à la tête. C’est exactement pour cela qu’il faisait confiance à Nathanaël, et qu’il entendait bien la laisser le rendre le plus irrésistible au possible. Il connaissait ses aptitudes, et il ne cachait pas qu’il les admirait, tout autant qu’il savait apprécier la main qu’elle lui tendait. La renommée se payait souvent au prix de la prétention, mais Earl ne s’était jamais laissé noyer par la vanité qui pourtant le menaçait à chaque instant, à chaque compliment qu’on lui offrait et à chaque regard qu’il se lançait dans le miroir. Mais à quoi bon être imbu de lui-même ? Il avait toujours détesté ce trait chez les personnes qu’il rencontrait.

« J’admets que les mannequins n’ont pas souvent leur mot à dire, dans ce milieu. On laisse plus souvent la main aux acteurs et tout ce qui va avec. Néanmoins, je vois que tu n’hésites pas à t’imposer ce qui est assez surprenant. Je me demande bien ce qu’on a bien pu te demander pour que tu refuses. »

Les yeux émeraude d’Earl fusèrent vers ceux de la rédactrice, où il vit étinceler un éclat de rire qui lui arracha un sourire. Elle jouait avec ses mots, sachant parfaitement que si le fae n’en avait pas parlé directement, c’était parce qu’il n’avait jamais eu l’intention d’en dire plus. Attiser la curiosité était une chose qui saurait titiller l’intérêt des lectrices, sans pour autant leur offrir la véritable raison. Autant laisser leur imagination faire le reste… et encore une fois, il savait parfaitement ce qu’il faisait. Avec un sourire en coin absolument craquant, il haussa légèrement les épaules en fixant son regard étourdissant dans celui de la jeune femme qui lui faisait face.

« … qui sait ? »

Son sourcil se haussa légèrement d’un air provocateur qui n’avait rien d’agaçant, si ce n’était qu’il excitait les hormones de ses interlocutrices lorsqu’il en usait. Il fallait bien répondre au sourire de sa jolie interrogatrice qui, il le savait, n’avait pas laissé passer la singularité d’un tel acte sans s’interroger sur les agissements du mannequin. Sans ciller, le beau brun ouvrit les mains pour réceptionner le portable que Nate lui lança, l’attrapant habilement entre ses mains agiles avant d’observer ce qui se trouvait à l’écran de son œil olive. Ce dernier se releva pour rejoindre celui aquamarine de l’ange lorsqu’elle reprit. Il l’écouta sans l’interrompre, hochant légèrement la tête en signe d’approbation, puis un léger éclat de rire s’échappa d’entre ses lèvres lorsqu’il entendit sa dernière phrase.

« Ca fait aussi que plusieurs choses privées ne le sont plus. Comment tu gères? »

Bien entendu, il savait de quoi elle parlait, mais ne fit mine de rien, se tapotant le menton d’un doigt de manière pensive.

« Je savais dans quoi je m’engageais lorsque j’ai commencé cette carrière, raison d’ailleurs pour laquelle j’ai longtemps hésité. Mais… finalement, cet état ne me déplaît pas tant que cela. J’arrive tout de même à garder ma vie privée suffisamment secrète, et le fait que l’on puisse me reconnaître dans la rue ne me met pas non plus mal à l’aise. J’ai toujours eu l’habitude d’attirer les regards, alors cela ne change pas grand-chose. » Il fit un geste afin de désigner son corps, reprenant d’un air moqueur en souriant. « Il faut dire qu’un gaillard d’1m95, ça ne passe pas inaperçu. Seulement, maintenant on peut donner un nom à mon visage et je dois avouer que c’est même plutôt agréable. »

Il fit une pause, souriant légèrement avant de reprendre de son ténor plein de vitalité.

« Je viens d’une famille qui n’a jamais été très discrète, et moi-même je n’ai pas été habitué à faire profil bas depuis mon enfance. J’ai – à mon grand regret, hahaha – un caractère exubérant de base. »

Il fit un clin d’œil à Nate, puis se pencha en arrière en fixant un point au plafond comme s’il cherchait la suite de ses mots. Il eut soudain un immense sourire, riant sous son souffle tandis qu’il se redressait dans son siège pour mieux regarder la fille d’Hermès.

« Et je ne suis pas non plus réputé pour ma patience à toute épreuve. Je n’ai, heureusement, pas encore eu l’occasion de tomber sur des photographes qui m’épiaient plus que je ne pourrais le supporter. Que l’on prenne des clichés de moi en train de marcher dans la rue ne m’embête pas plus que cela, tant que cela ne nuit pas au bien-être des personnes avec qui je me trouve. Mais si j’avais affaire à un voyeur, je ne pourrais pas garantir que le matériel de celui-ci s’en sorte indemne. »

Il prit un air honteusement provocateur, riant comme un enfant pris en flagrant délit en passant sa langue entre ses dents éclatantes un instant. Earl ne pourrait jamais nier qu’il était un homme d’action. Et lorsqu’action il y avait à engager, il était le premier à réagir. Il ne mentirait pas non plus sur le fait qu’il punirait sans vergogne toute personne trop intrusive dans sa vie privée, si cette dernière n’avait absolument rien à y faire. Peut-être étais-ce cette autre part de lui-même qui le rendait irrésistible, son lui qui était indomptable malgré sa gentillesse, sa sagesse et ses réflexions. Cette part de lui qui était forte, peut être trop, et qui ne s’en cachait pas. Qui n’avait pas honte d’inspirer la peur, sans pour autant montrer de la cruauté. Cette petite part de lui qui restait sauvage et indéniablement dangereuse, qu’il ne prenait pas la peine de garder sous cage. Après tout, cela faisait partie de lui-même. Et si Earl n’était pas une chose, c’était effrayé de montrer qui il était réellement, le crier haut et fort sans jamais laisser quiconque le forcer à changer. Il était une force de la nature, et il évoluait dans un monde qu’il conquérait à chacun de ses pas.

NAOMIIE



♥:
 

LIGUES-PRO & FANCLUBS:
 
Modératrice



Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
avatar
Nathanaël-C G. Andersen
« Modératrice »



Coeurs : 87 Messages : 229
Couleurs : #936B7F(Nate)#9BAFC4(Batman)
J'ai traversé le portail depuis le : 30/05/2015 et on me connaît sous le nom de : Reyenn. Mon nom est : Nathanaël-Christen Gwendolynn Andersen Actuellement je suis : en relation compliquée avec Jack Daniels. Yas. Il paraît que je ressemble à : Hana ▬ CT Chrysler & Iris ▬ Ribkadory || IRL ▬ classy Blake Lively et à ce propos, j'aimerais remercier : Reyenn
MessageSujet: Re: We never go out of style || Natearl    18th Septembre 2015, 23:15





Natearl
We never go out of style

Tout se déroulait toujours trop vite. Un battement cils et tout prenait fin. Un flash et tout disparaissait. Une vie et tout se brisait. La célébrité arrivait comme elle partait, hantant l’esprit des êtres à jamais. Il était impossible d’arrêter le temps pendant une période et la revivre pour toujours. A moins que l’ensemble se déroule dans l’imagination. Il fallait captait les bons moments. Les vivres à fonds. Oublier les problèmes, se concentrer, ne jamais lâcher et ne pas tenter de regarder en arrière. Il fallait avoir le comportement adéquat pour que cette célébrité éphémère ne disparaisse jamais. Tu l’avais, ce comportement. Tu l’as toujours eu. A ce moment là, face à Earl, tu prenais peu à peu conscience de ton importance. Il fallait que tu fasses tout ce qui était en ton pouvoir pour faire durer le charme à travers les pages et le temps. Tu devais trouver un moyen de retranscrire ses paroles tout en faisant en sorte que son charisme saute aux yeux. Que les calligraphes sur les pages noircis s’assemblent pour donner un article qui marquera les esprits. Un article qui fera passer Earl pour la personnification de la perfection. Chaque personne qui lirait ce que tu allais écrire tomberait sous son charme. C’était certain.

Le timbre de sa voix vibrait dans tes tympans. Tout en l’écoutant, ton sens de l’observation continuait à fonctionner. Il fallait que tu sois objective. En tant qu’amie, tu adorais Earl. Que ce soit pour son charme ou pour son humour, tu l’appréciais énormément. En tant que rédactrice en chef en revanche, il représentait seulement la splendeur de toute une génération qui risquait de se faner avec le temps comme une rose au soleil. Tu allais donc jouer le rôle de la pluie. Ton statut de rédactrice ne devait as être souillé par votre amitié pour le moment. Tu agissais naturellement. Mais dans ton esprit, tu étais d’une objectivité totale. Certaines de ses remarques te laissaient assez perplexe. Tu ignorais si tu devais noter cela comme de la modestie trop évidente et mal placée ou un narcissisme à faire sourire. Tu ne fis pas un débat de ces quelques secondes d’hésitation. Tu étudieras l’ensemble de ses paroles plus tard. Le principal était que tu prenais un malin plaisir à lui poser des questions et à juger de son éloquence pour le moins très présente.

L’ombre d’un sourire vint hanter tes traits fins et harmonieux lorsque tu entendis la remarque sur sa famille. C’est l’une des nombreuses raisons pour lesquelles tu avais insisté pour t’occuper toi-même du cas d’Earl. Une autre personne n’aurait pas compris cette référence au statut familial. Vous étiez tous les deux dans le même cas. Être issus de famille telles que les vôtres pouvait sembler  une chose extraordinaire. Tout était relatif. Des photographes. Des sourires faux. Des manières dépassées. Si cela était considéré comme époustouflant, alors oui, cela pouvait sembler extraordinaire. L’un des coins de tes lèvres s’étirait, imitant ton sourcil dès que le mot « exubérant » quittait ses lèvres. Tu voulais en savoir plus. Dans un premier temps, tu ne vis pas vraiment à quoi il voulait faire référence. Tu lui accordas quelques secondes pour poursuivre sa justification, curieuse d’entendre l’autocritique de son caractère. Tu le regardais se redresser et lui adressais un sourire semblable à celui qui avait étiré ses traits quelques secondes auparavant. Tu t’accordais quelques minutes pour réfléchir à ses dires après qu’il ait prononcé ses mots. Cela te fit réfléchir quelques secondes. Pas seulement à sa réponse, mais également à ton cas. Ton esprit remonta quelques années en arrière. Ces années de débutante où tu ne savais toujours pas gérer ces cascades de flashs autour de toi.

La meilleure conduite à adopter devant des ennemies est de passer inaperçu. Tu t’étais toujours répété cette citation. Sans cesse. Tu préférais la passivité à l’action, dans ce genre de situation. Bien que ce ne soit pas l’envie qui te manquait, tu n’avais jamais agressé un photographe trop insistant. C’était le rôle de ton garde du corps. Techniquement, cela revenait donc au même. Tu ne pouvais rien faire d’autre. Passer inaperçu semblait de plus en plus compliqué avec ne carrure telle que la tienne. Tu étais incapable de compter le nombre de fois où tu étais tombée à cause de personnes trop envahissantes qui voulaient un cliché de toi. Trop de fois. Cela devenait lassant. Mais avec une ingéniosité telle que la tienne, il ne te fallut pas longtemps pour rattraper le tir. Pour réussir à récupérer un semblant d’espace privé. Son rire enfantin eut l’effet d’un réveil après une sieste. Tu te doutais bien de ce qu’il voulait dire. Tu ignorais si tu devrais faire allusion à son côté impulsif. Ne pas le faire serait cacher une partie de lui. Tu devrais y penser. Cela pourrait s’avérer très intéressant. Personne ne voulait d’un mannequin qui faisait honneur au « tout dans le corps rien dans la tête ». Tu comptais bien prouver qu’Earl ne faisait pas partit de cette catégorie.

Tu laissais un rire échapper de ta gorge lorsqu’un souvenir traversa ta mémoire.

▬ Ca me rappelle le jour où nous avions un dîner. Ma mère avait invité quelques amis il me semble, je crois que vous étiez présents d’ailleurs. Nous étions allés à l’un des restaurants de Chloris si je me souviens bien. Enfin, peu importe. On était tous assis en train de dîner, évidemment nous étions plus jeunes donc nous devions sûrement faire les fous de notre côté et je me souviens avoir vu ma mère se lever avec son assiette de saumon dans la main pour aller la verser sur la tête d’un homme qui était en réalité un photographe. Il cachait son appareil sous la table. Et le pauvre homme était dégoulinant de sauce c’était vraiment hilarant.

Sourire moqueur et yeux étincelants s’ajoutèrent à ta réplique avant qu’un rire cristallin envahisse la pièce. Tu ne serais pas capable de faire cela. Ou peut-être dans la mesure où cet homme infiltrait sans scrupule ta vie privée, peut-être que tu l’aurais fais. D’un geste léger de la main, tes doigts caressèrent ta joue pour faire disparaître une larme de rire. Tu te demandais ce que tu aurais fais, si tu avais été à sa place. Ou alors si cela avait été le cas d’Earl. Qu’aurait-il fait ? Aurait-il eut la même réaction que ta mère ? Ou alors une réaction plus brutale comme cela semble mieux s’accorder à lui. Tu ne pouvais pas deviner. Tu ignorais encore sur quel pied danser avec lui. Vous étiez les prochaines constellations, les nouvelles générations, défoncées au LSD, blindées, pour la plupart souillées jusqu’à en être abîmés.  

▬ Qu’aurais-tu fais? Je veux dire, jusqu’où pourrais-tu aller pour protéger ce que tu chéris le plus?

Tu perdis quelques secondes de ta vie à te pencher pour récupérer ton portable d’entre ses doigts. Ton regard plongea dans le sien, lui déconseillant la tentation du mensonge. Tu recevrais très mal un mensonge de sa part. Tu considérerais cela comme une perte de temps. De plus tu avais une certaines capacité à deviner si c’était la vérité qui était énoncée ou non. Il arrivait que ton jugement se révèle faux mais cela était quand même rare. Tu étais venue pour avoir des réponses franches et vraies, non pas un amas de réponses banales sans aucuns intérêt et emplis d’hypocrisie. Tu t’installais à nouveau comme il se devait avant de hausser légèrement les épaules avec un sourire adorable signé Nathanaël, faisant disparaître le sérieux qui avait étiré tes traits.

▬ Ou alors, prenons une question plus simple;  où est-ce que tu te vois dans quelques années?  

Tu pris un air particulièrement –faussement- intéressé. Il semblait avoir pris son envol et son ascension n’allait pas cesser, tu y veillerais. En revanche, il allait devoir faire attention à ne pas se brûler les ailes. Il risquerait de tout perdre en un battement de cils.


codage by jacks ღ gifs from tumblr




Nathomas:
 

Vous gérez:
 

Carte #NoInspi:
 
Fée



Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
avatar
Earl-Sky G. Hottenberg
« Fée »



Coeurs : 90 Messages : 155
Couleurs : Brown & Burlywood
J'ai traversé le portail depuis le : 02/11/2013 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Earl Sky Grey Hottenberg Actuellement je suis : ... d'où ça te regarde? Il paraît que je ressemble à : Okita Souji | Hakuouki Shinsengumi Kitan + (IRL Ben Barnes) et à ce propos, j'aimerais remercier : Moi ♥ 83 + Kao pour la créa de la famille Hottenberg + tumblr pour les gifs ♥
MessageSujet: Re: We never go out of style || Natearl    20th Juin 2016, 16:09


BRING GLAMOUR BACK
Featuring Nate & Earl


❝ We never go out of style.❞


L’étincelle d’amusement qui dansait dans les yeux d’Earl brillait toujours lorsque Nate rebondit sur ce qu’il venait de confier, rappelant un épisode de leur vie, alors qu'ils étaient encore enfants. Earl l’écouta en hochant la tête avec un sourire, puis éclata de rire à la chute de l’histoire, tandis que les souvenirs affluaient dans son esprit. Il s’en rappelait bien, oui, surtout de l’air dépité de l’homme et de l’air courroucé des adultes présents. Sa mère n’avait cessé d’en parler pendant toute la soirée après d’une manière très animée, qui caractérisait bien son agacement. C’était la période où Earl, grandissant, prenait pleinement conscience de ce que signifiait être élevé dans une famille comme la sienne, et d’autant plus qu’il était l’aîné de sa fratrie. C’était après avoir vu cet incident qu’il avait commencé à développer avec plus de fermeté son caractère sérieux et protecteur quand il était question de s’occuper de ses cadets. Il ne voulait pas qu’ils aient à souffrir de leur éducation, qui pourtant avait tout pour les mener à s’émanciper. Il s’était ainsi toujours efforcé de travailler dur pour leur image mais aussi pour devenir assez fort pour tous les épauler. Earl soupira légèrement à ce souvenir, un léger sourire dansant sur ses lèvres. Cela remontait à si longtemps, et pourtant il n’avait pas tant changé.

« Qu’aurais-tu fait ? Je veux dire, jusqu’où pourrais-tu aller pour protéger ce que tu chéris le plus ? »

Le regard perçant d’Earl se refocalisa sur son interlocutrice, et il passa une main sur son menton en faisant mine de penser.

« Ah, c’est délicat… A ta première question, disons… cet homme était clairement en train d’envahir notre vie privée. Si cela m’arrivait aujourd’hui, je pense que j’aurais confisqué l’appareil de cet homme pour effacer tous les clichés qu’il aurait pu prendre à notre insu – le plus aimablement possible bien entendu – puis je l’aurais conduit à la sortie. Toute situation ne quémande pas nécessairement de violence. J’aurais peut-être juste été un peu… cru. Je n’aurais pas été grossier, mais… » Il fit une grimace avant de reprendre « Disons que je peux me montrer très froid. » Earl prit le temps de boire une gorgée de thé avant de reprendre. « Pour ta deuxième question… là, c’est beaucoup plus large, mais je vais être très direct. Pour protéger ce que je chéris le plus, je suis prêt à tout. »

Il ne prit pas la peine d’ajouter quoi que ce soit, haussant les épaules de manière fataliste. Il ne mentait pas. Son regard ne vacilla pas une seconde lorsqu’il dit ces mots. Au cours de sa vie, il avait toujours fait en sorte de protéger ceux qu’il aimait, et pour eux – son frère, sa sœur, sa mère, ses amis proches, Aria… la pensée du fae s’envola l’espace d’un instant vers la magnifique sang-pur, et son cœur s’emballa comme celui d’un adolescent. Pour eux, il serait capable de tous les sacrifices – bien entendu nous parlons ici de sacrifices de sa personne. Il n’était pas barjot au point de pouvoir tuer d’autres personnes ou je ne sais quoi. Quoique… Earl n’allait pas se mentir à lui-même. Lorsque la colère s’éveillait en lui, il pouvait aller un peu plus loin que ce que sa conscience ne désirait à la base. Earl se racla la gorge et passa une main dans ses boucles brunes tandis que Nate reprenait son interview.

« …  où est-ce que tu te vois dans quelques années? »

Le visage d’Earl s’éclaira d’un sourire moqueur. « Tiens ? Nous voilà partis sur le terrain des questions bateau ? » Il fit un clin d’œil à la fille d’Hermès pour bien indiquer qu’il blaguait, avant de réfléchir à sa réponse. Il cligna des yeux et un sourire légèrement incrédule se peignit sur ses lèvres. « Ah… c’est moins évident de répondre à cette question qu’il n’y paraît… Sur quel plan dois-je répondre ? J’imagine qu’on parle de ma carrière… alors dans ce cas, je ne peux qu’espérer que tout se passe à merveille et que dans plusieurs années j’aurais grimpé sur les listes de popularité et fait ma place dans le cœur des populations ! » Il rit doucement. « Je ne suis pas présomptueux au point de me voir déjà à la tête de l’industrie… mais ça ne veut pas dire que j’en exclus l’idée dans le futur, et si l’occasion se présente, sois bien sûre que je la prendrais. » Il lui fit un sourire en coin complice.

Puis, il se pencha en avant et appuya doucement sur le nez de Nate du bout de son index avec affection. « Si tout se passe bien à l’issue de cette interview, je suis sûr que je n’ai pas beaucoup de soucis à me faire ! Je peux faire confiance à ta plume divine, ô grande rédactrice. » Earl lui fit un grand sourire dévoilant ses dents éclatantes et si bien rangées que c’en serait presque insultant. Il se réinstalla dans son siège et croisa sa cheville droite sur sa jambe. C’est vrai qu’il avait toute confiance en Nate. Il savait qu’elle pouvait et qu’elle ferait des merveilles. Elle était non seulement une amie adorable, mais surtout ce n’était pas pour rien qu’elle possédait un tel titre. Sa beauté sulfureuse était loin d’être son seul atout, et Earl était bien placé pour le savoir.

NAOMIIE



♥:
 

LIGUES-PRO & FANCLUBS:
 



Contenu sponsorisé
« »



MessageSujet: Re: We never go out of style || Natearl    

 

We never go out of style || Natearl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [ROM ROM 2.2] MIUI ROM for Desire (versions 0.9.17 et 0.9.20, iOS style)
» [SOFT] iPhoneToday : Interface Style i Phone [Gratuit]
» Mettre un "Design Blog" dans over-blog (modifier la feuille de style .css)
» Le meilleur style de combat rapproché ?
» FORD 1934 FLAT BED FARMER STYLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Marché-