Partagez | 
 

 don't you know i could reach the sky to make you happy at least one more time? {Nayllen}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Staffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Nayla
Staffienne
Coeurs : 108 Messages : 386
Couleurs : #00CCCB
J'ai traversé le portail depuis le : 16/07/2013 et on me connaît sous le nom de : Shama/Etilya. Mon nom est : Nayla. Actuellement je suis : en profonde introspection. Il paraît que je ressemble à : création d'omocha-san/weiss schnee de RWTB et à ce propos, j'aimerais remercier : Dimée ♥♥♥.
don't you know i could reach the sky to make you happy at least one more time? {Nayllen} | Mar 23 Juin 2015, 22:41

Voilà une heure que la jeune kirin parcourait les rues commerçante de la cité à la recherche de son ami. Peu patiente de nature, cette quête commençait à l’irriter. Peut-être aurait-elle dû entamer ses investigations à la mer de nuage. Enfin, elle n’avait pas exploité toutes les pistes. Et Nayla n’était certainement pas du genre à abandonner aussi vite. Elle trouverait, dusse-t-elle y passer sa matinée. Sa détermination n’avait pas de limite. Elle soupira une énième fois. Encore fallait-il que les imbéciles qui tenaient lieu d’habitants à Skyworld eussent suffisamment de cervelle pour pouvoir répondre à ses questions. Certes, son attitude hautaine et détachée n’aidait pas beaucoup à obtenir des réponses, mais il ne fallait pas lui en demander trop non plus. Nayla se détourna du passant, devenu inintéressant depuis sa négation et se dirigea d’un pas ferme vers le suivant.

« Bonjour. Auriez-vous vu un jeune homme d’une vingtaine d’année, avec des cheveux noirs comme l’ébène et des yeux bleus comme l’océan ? A peu près de cette taille »

Elle éleva la main à une tête de son crâne pour donner la taille approximative de son ami. Mais elle obtint toujours la même réponse. « Non désolé. » ils ne savaient rien dire d’autre. Elle s’éclipsa sans dire au revoir, exaspéré. L’inconnu rouspéta de son manque de civilité, mais elle l’ignora. Où diable Allen se trouvait-il ? Elle s’était rendu en premier lieu à son appartement, se souvenant même après une seule visite de l’endroit où il habitait. Mais son … colocataire ? lui avait dit qu’il n’était pas rentré de la nuit. Il est clair que si elle disposait d’un moyen pour le contacter, elle ne serait pas obligée de déployer tous ces efforts. Mais elle n’en avait pas –vous la verriez avec un téléphone, vous ? Donc elle faisait avec les moyens du bord. Le jeune homme qui habitait avec son ami lui avait dit qu’il avait l’habitude de se rendre dans ce quartier, mais personne ne se souvenait de l’y avoir aperçu la veille. Quelle veine. Elle réitéra sa manœuvre pour la trentième fois au moins, mais sans résultat.

Allons bon, pourquoi n’arrivait-elle pas à le retrouver ? son incident de l’avant-veille ne l’avait tout de même pas affaiblie à ce point… d’autant qu’elle avait dormi une bonne partie de l’après-midi hier. Quand elle y repensait, heureusement que Wolfgang l’avait trouvée. Wolfgang… quel jeune démon mystérieux. Mystérieux, et pourtant elle avait l’étrange sensation de mieux le connaître que quiconque. Sans doute ne partageait-il jamais son histoire avec n’importe qui. Nayla non plus, et pourtant elle s’était confiée à lui avec peu de retenue. Comme c’était troublant. La jeune mythologique secoua la tête. Non, non ! elle ne s’en sortirait pas en laissant sa pensée vagabonder n’importe comment. Elle pinça les lèvres en fronçant les sourcils, signe qu’elle se concentrait. Voyons… si elle n’obtenait que des réponses négatives, c’est qu’elle ne s’y prenait pas de la bonne manière. Elle devait examiner le problème sous un antre angle. Si personne n’avait vu Allen, c’est qu’il ne s’était pas fait remarquer. Mais comment… la solution, diablement évidente, illumina son regard. Mais pourquoi n’y avait-elle pas pensé plus tôt. Elle se tourna avec espoir vers le commerçant, un de ceux qui se levaient tôt pour fermer tard leur magasin.

« Et auriez vous vu une jeune femme, de même apparence, mais juste un peu plus grande que moi ? »
« Un jeune homme, maintenant une jeune femme ? Vous voulez quoi au juste ? »
« ce ne sont pas vos affaires monsieur. Pouvez-vous répondre à ma question s’il-vous plait ? »

Elle avait fait preuve d’une extrême diplomatie, simplement parce qu’elle refusait de repartir pour une heure de recherche à cause d’un gros imbécile trop orgueilleux qui la mettrait sur une fausse piste. Cela parut fonctionner car il lui pointa du doigt ce qu’il désigna comme un bar. La jeune femme y était entré la veille et n’était pas ressorti, du moins ne l’avait-il pas vue. Satisfaite, Nayla le remercia d’une inclinaison de la tête puis le quitta pour pénétrer dans l’établissement. L’odeur rance la fit aussitôt grimacer. Comment Allen pouvait-elle supporter une telle ambiance ? Non, ne vous inquiétez pas, elle pensait au féminin puisque son amie possédait la très rare caractéristique d’être hermaphrodite. Une rapide inspection visuelle des lieux lui permit de repérer facilement la jeune femme, affalée sur une table. En voilà une qui avait passé la nuit ici, en effet… Nayla secoua la tête, blasée. Voilà pourquoi elle n’avait jamais touché à l’alcool. Elle se dirigea à grands pas vers l’hippocampe et la secoua doucement, histoire de ne pas la brusquer.

« Allen, réveille-toi. Allez, paresseuse. Sortons d’ici.»

Nayla n’y allait pas avec tact, mais ce n’était pas une de ses qualités. La jeune femme eut à peine le temps d’ouvrir les yeux et de la reconnaître que Nayla lui attrapa délicatement le poignet pour l’aider à se lever et la tirer avec elle. Le barman protesta en affirmant ne pas avoir reçu son dû. Nayla le fusilla du regard, puis déposa quelques drachmes tout droit sortis d’une poche de sa nouvelle robe –blanche à manches longues, parce que le changement c’est le mal. Puis elle força son amie à la suivre. Etant donné l’était commateux de Silas, elle décida que rien ne valait mieux qu’un bon raffraîchissement, surtout si l’une des serveuses se trouvait être de sa famille. Ça lui secourait les méninges. Elle l’ammena donc jusqu’au salon de thé Au bonheur sucré, où sa nièce Melissa, surnommée Tia, travaillait. Elle la fit assoir sur une chaise, sans lui laisser le temps de protester, puis s’assit en face.

« Mais qu’est-ce que tu as encore fait, dis-moi ? » dit-elle en observant sa mine affreuse.

Nayla avait à peine conscience que son entrée en matière n’était pas des plus courantes. Elle fronça son petit nez en se rendant compte de son attitude quelque peu rude. Elle se racla la gorge avant de reprendre.

« Excuse-moi, je suis pressante ce matin. Comment vas-tu ? » lui demanda-t-elle pour réorienter la conversation dans la bonne direction. Mais Nayla n’était pas douée pour ces choses là, aussi alla-t-elle droit au but. « Je te cherche depuis plus d’une heure. Tu te doute bien que je ne suis pas là uniquement pour prendre de tes nouvelles. J’aimerais… te parler de quelque chose. »

Nayla fit une pause, se remémorant sa véritable motivation : sa récente rencontre avec Eole, l’un des fils de Poséidon. Dommage qu’il l’eut abordée si mal, autrement elle aurait pu l’apprécier un peu plus. Ses dernières paroles, perturbantes, revinrent à sa mémoire comme de véritables parasites. Une jeune serveuse les interrompit pour prendre leur commande. Ce devait être Melissa, la nièce de son amie. En la reconnaissant, le regard de la jeune fille s’éclaira. Nayla prit son mal en patience et les laissa profiter de leur rencontre de la journée. Puis elle commanda un thé vert. Une fois la jeune fille repartit, elle reporta son attention sur l’hippocampe.

« Penses-tu que Poséidon ait eu tort de me prendre à son service ? » se lança-t-elle en fixant son amie droit dans les yeux.

Elle annonçait le but de sa présence ici sans concession. Son entrée en matière, un peu brusque, en dérouterait plus d’un, mais Allen y était habituée. Nayla lui faisait suffisamment confiance –même plus que de raison – pour lui confier tous ses doutes. Elle avait un grand respect pour l’hermaphrodite, étant elle aussi au service du dieu des Océans, et qui plus est, bien plus âgée qu’elle. Nayla accordait de l’importance à ses avis et prenait toujours ses conseils en considération. Enfin, ceux qui lui semblaient pertinent, car son amie n’hésitait pas à la faire marcher en sortant parfois un discours surprenant. Néanmoins, depuis sa rencontre avec Eole, Nayla avait ressenti un besoin essentiel de lui parler. Elle espérait qu’Allen la libérerait de ses doutes. Mais aussi, elle ne le dirait jamais, mais elle était contente de la revoir. Elle lui avait manquée.




merci Arwy ♥
Nayllen:
 

White Rose:
 

cey trop beau:
 
Ligues & fan clubs

Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
A-Silas Thessalis
Staffien
Coeurs : 48 Messages : 276
Couleurs : teal & darksalmon
J'ai traversé le portail depuis le : 13/06/2014 et on me connaît sous le nom de : Misha Mon nom est : Allen-Silas Thessalis Actuellement je suis : symfo̱nía de Kureiji et c conpliké avec Emrys. Il paraît que je ressemble à : OCs & Wu Xie (+ IRL Sean O'Pry & Kaya Scodelario) et à ce propos, j'aimerais remercier : myself (kit) + Reyenn (CS & signa) + Zelda (CS)
Re: don't you know i could reach the sky to make you happy at least one more time? {Nayllen} | Mar 07 Juil 2015, 20:15

don't you know i could reach the sky to make you happy at least one more time?

En général, lorsque tu annonces ton âge au milieu d'un bar, les premières réactions sont quelque chose comme "alors tu tiens bien l'alcool?". Non. Malgré les centaines de tonnes de litres que tu as pus avaler au long de ta vie, tu finis toujours avec une gueule de bois monumentale qui te fait hurler le matin. Et pourtant tu t'en fichais, et préferais vivre l'instant présent. Instant présent où tu te trouvais, allongée sur une table dans ta forme féminine à dormir comme un loir, après avoir passé la nuit à faire des choses plus ou moins -surtout moins- légales. Tes jambes étaient en coton et tu doutais fortement de parvenir à te lever, aussi décide-tu que ce n'était pas une priorité. Affalé sur une chaise à côté de toi, un homme avait sa main posée sur ta cuisse, mais était à peu près aussi défoncé que toi, et ne bougeait pas un pouce, les yeux mornes rivés vers le plafond. Encore un peu et il se mettrait à voir des arc-en-ciel voler autour de sa tête. De ton côté, tu étais suffisement sous substance pour avoir l'impression de planer sans halluciner. Donc tu voyais parfaitement l'état miteux du bar, ainsi que les autres clients qui, pour la plupart, dormaient. Il était quoi? Cinq heure? huit? Quatorze, peut-être? Tu n'en avais pas la moindre idée, et la pendule n'était, de toutes manières, pas dans ton champs de vision. Tu fermes yeux.

Quelques secondes après, tu entends la porte s'ouvrir et une odeur familière -eau douce et sable chaud- s'engouffrer dans la pièce, mais, occupée à humer l'odeur, tu n'essaie pas de l'identifier. Et même si tu t'en étais rendue compte, tu étais assez stone pour ne pas réagir. Les pas se rapprochent de ton lit de fortune, et une main tiède vient doucement te secouer, te faisant bouger avec la grace d'une poupée de chiffon. « Allen, réveille-toi. Allez, paresseuse. Sortons d’ici.» Un grognement étouffé s'échappe de ta gorge et tu ouvres un oeil, pour voir le visage doux mais tendu -le visage habituel, donc- de ta meilleure amie, qui plantait ses yeux bleus sur toi, bien décidée à te sortir du batiment. Sans vraiment te laisser le choix, elle te tire de la table en t'aidant à tenir sur tes deux jambes, alors que tu marmonnes un « Nayla...?» endormi. Tu écartes la poigne du jeune homme sur ta cuisse d'un mouvement de main, constatant avec exasperation que tes écailles bleutées avant refait surface pendant la nuit à quelques endroit de ta peau, et tu tapottes l'espace sous tes lobes d'oreilles pour constater que tes branchies avaient fait irruption également. Puis tu hausses les épaules comme si ce problèmes t'était déjà sorti de l'esprit -ce qui était le cas. En entendant les protestations du barman, tu te tournes en clignant des yeux plusieurs fois, essayant de te rappeller où avais-tu pu mettre ton argent alors que tu te trouvais dans une micro-robe moulante noire, mais ton amie te dévance et pait ta nuit devant toi alors que tu n'avais même plus la force de protester. Tu lui devais un packet de fric. merde alors.
« Merci ma belle, fais-moi penser à te rembourser» marmonne-tu en sortant du bar. Mais même si tu disais ça, tu savais bien qu'aucune d'entre vous n'en tenait compte; après avoir payé les affaires de l'autre pendant près de cent ans, vous aviez un peu oublié le compte exacte. Le kirin te tires dehors et vous déambulez dans les rues de Skyworld, après que tu ais enfilé des lunettes et lâchés tes cheveux d'ébènes -pas la peine de te faire aborder par des paparazzis alors que tu sortais pêtée d'un bar- jusqu'au quartier commercant que tu connaissais bien. Et tu avais vu juste, puisque la jeune femme te tire vers une des rues où tu passais souvent, pour pousser la porte du petit salon de thé tout simplement adorable, où travaillait et vivait ta filleule. Secouant la tête pour éclaircir tes pensées en vain, tu entres à sa suite pour la laisser vous diriger vers une table, où elle t'assied de force. « Mais qu’est-ce que tu as encore fait, dis-moi ? » Un gloussement nerveux s'échappe de tes lèvres et tu regardes autour de toi, ne répondant pas -elle n'attendait pas de réponse de toutes manière. Il était encore tôt et tu décides de retirer tes lunettes de soleil pour les placer dans ta poche -les poches des robes sont sans doute les meilleures inventions au monde- et passe tes doigts dans tes cheveux pour les tirer en arrière. Tu devais vraiment avoir une sale mine et de magnifiques cernes. La joue affalée sur la paume de ta main, luttant contre le sommeil, tu grognes doucement une réponse totalement incompréhensive, mais Nayla ne semblait pas t'avoir entendue. « Excuse-moi, je suis pressante ce matin. Comment vas-tu ? Je te cherche depuis plus d’une heure. Tu te doute bien que je ne suis pas là uniquement pour prendre de tes nouvelles. J’aimerais… te parler de quelque chose. »

Tu n'avais même pas eus le temps de répondre qu'elle donnait déjà la réponse. Pratique. Tu étouffes un baillement qui fait perler des larmes aux coins de tes yeux, coiffant distraitement tes cheveux en louchant sur la carte des pâtisseries. A vrai dire tu n'écoutais qu'à moitié ce qu'elle disait, et tout ce que tu avais retenu était qu'elle te cherchait pour te parler. Ce qui était déjà bien. En plein dilemme intérieur -fraisier ou forêt noir?- tu ne te rends compte de la présence de la serveuse que lorsque tu entends Nayla commander. Levant la tête comme en sortant d'un rêve, tu clignes des yeux devant la tignasse noire enroulée en chignons de la demoiselle, qui te souriait avec entrain; avec un gros effort, tu parvint à te tenir droite en souriant. « Allen?» « Salut Melissa. Je prendrais un Cappuccino et un fraisier noire. Un. Une forêt noire. Pardon.» La jeune fille sourit en prenant note avant de s'éloigner, et tu laisses tomber ta tête brusquement contre la table, ce qui eut l'effet de te réveiller conderablement.

Lorsque Nayla se remet à parler, tu te redresses en te frottant la tête; mais cette fois-ci, tu écoutais. Un peu. « Penses-tu que Poséidon ait eu tort de me prendre à son service ? » Devant son air sérieux -enfin, encore plus sérieux- tu fermes les yeux quelques secondes pour te remettre les idées en place, et croises les jambes avant de répondre de but en blanc. « Bien sur que non. » Tu penches la tête en la regardant avec curiosité, décelant dans ses yeux une lueur de doute inhabituelle pour sa personne. Distraitement tu viens tripotter la manche de sa nouvelle robe sans vraiment lui demander, tes yeux perdant leur teinte arc-en-ciel au fur et à mesure que tu réflechis. « Qu'est-ce qu'il s'est passé pour que tu te demandes ça? » Tu allais continuer ta phrase, mais la fille de Maria s'approche afin de déposer sur votre table votre commande, et tu lui souris en la regardant partir, avant de préciser à l'intention de ton amie que tu payais la tournée.
« Donc je disais. Non, bien sur non, il n'a pas eu tort. Je veux dire, y a pas beaucoup de serviteurs de Poséidon qui vivent définitivement sur l'Île, donc il a besoin de nous, même si je bosse plus qu'à temps partiel la-bas, si on peut dire. Pis toute façon il t'aurait déjà viré si c'était le cas. Et il t'apprécie, tu le sais bien. Amphitrite aussi. »
En effet, même si la Déesse des Créatures marines ne pouvait pas remplacer Phoebe, elle était devenue une mère de substitution pour vous deux et tu savais bien qu'elle vous apporterait son soutien, comme vous le ferrez pour elle. La joue dans la paume de ta main, tu observes ta pâtisserie avant d'en prendre un bout sur ta fourchette et la fourrer dans ta bouche. Le mélange avec l'alcool était curieux, mais pas spécialement mauvais. « T'en veux? » Tu regardes ton amie en lui montrant la part de ton gâteau du bout de ta fourchette. « Donc. Qu'est-ce qui t'a fait douter, ma belle? »
[/color][/color]




silem love:
 
MERCI ZELDAMOUR:
 
Staffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Nayla
Staffienne
Coeurs : 108 Messages : 386
Couleurs : #00CCCB
J'ai traversé le portail depuis le : 16/07/2013 et on me connaît sous le nom de : Shama/Etilya. Mon nom est : Nayla. Actuellement je suis : en profonde introspection. Il paraît que je ressemble à : création d'omocha-san/weiss schnee de RWTB et à ce propos, j'aimerais remercier : Dimée ♥♥♥.
Re: don't you know i could reach the sky to make you happy at least one more time? {Nayllen} | Dim 12 Juil 2015, 12:24

L’amitié entre Nayla et Allen était inébranlable. Pourtant, les deux mythologiques étaient très différents, tant par le caractère que par les habitudes. La kirin était plutôt distante, froide, et parfaitement inexpressive, tandis que l’hippocampe avait une personnalité indescriptible en quelques mots. Et pourtant, elles se considéraient comme meilleures amies. A tel point que Nayla avait pris l’habitude de toujours garder un œil sur Allen, en particulier sur ses conquêtes. Nayla ne voyait jamais d’un bon œil cette attitude frivole, mais elle ne pouvait remettre en cause son amie. Celle-ci avait presque un millénaire de plus que la kirin, et de ce fait, Nayla lui vouait un respect sans limite, un peu comme les senpai chez les japonais. Chacune se rendait mutuellement service depuis si longtemps que Nayla en avait depuis des décennies perdu le compte. Aussi avait-elle répliqué à son amie :

« Allons, ne sois pas ridicule, tu ne me dois rien du tout »

Nayla l’avait aperçu à côté d’un homme particulièrement… défoncé comme dirait Allen, et elle avait failli le transformer en charpie pour avoir posé sa main sur la cuisse de sa meilleure amie. Mais elle s’était retenue en se disant que ce ne serait pas très bien compris ici. Donc elle l’avait tirée par la manche sans lui laisser le choix, et à présent elles se trouvaient assise à une table du Bonheur sucrée, le petit commerce tenue par une jeune femme aux cheveux bleus, dont l’une des serveuses se trouvait être la filleule de l’hippocampe. L’attitude actuelle de son amie ne laissait aucun doute sur son état : l’alcool et la consommation d’une substance illicite lui avaient bien trituré le cerveau. Nayla soupira intérieurement de la trouver encore dans cet état. Elle ne pouvait décemment pas comprendre pourquoi elle se livrait à ce genre d’activités… même si elle savait qu’elle avait beaucoup souffert émotionnellement par le passé. Enfin, elle n’allait pas relever ce fait, elle ne se considérait pas en position de remettre Allen à sa place.

L’apparition de sa filleule eut au moins l’avantage de la secouer un peu. Elle commanda un dessert, en se mélangeant un peu les pinceaux. Nayla se contenta de demander un thé vert, une boisson qu’elle appréciait particulièrement. Nayla haussa les sourcils en voyant la tête de son amie cogner la table, avant de se relever, cette fois-ci bien éveillée. En réalité, Nayla était blasée. Même si elles ne s’étaient vues que quelques fois ces derniers mois, vu que la kirin avait disparu pendant 10 ans, emprisonnée par des humains, Nayla était habituée de la voir comme ça, et elle ne cherchait plus à comprendre, ni à la corriger. Donc, plutôt que de commenter et critiquer son état, elle posa la question qui lui brûlait les lèvres depuis plusieurs jours. Allen mit quelques secondes à rassembler ses idées, avant de lui fournir une réponse catégorique, les jambes croisées.

« Bien sûr que non. »

Cette réplique suffit à dissiper une part du malaise dans le cœur de Nayla. Elle en aurait presque soupiré de soulagement, si elle n’avait pas une aussi bonne maîtrise de ses émotions. Elle se contenta donc de cligner des yeux et les baissa sur sa manche, que son amie tripottait. Ah, elle avait remarqué la robe neuve… Ele lui poserait certainement la question, une fois ce soucis réglé. En attendant, Nayla ne la devancerait pas, plus préoccupée par la discussion actuelle. Melissa les interrompit pour servir leur commande, puis Allen reprit. Nayla l’écouta attentivement, se trouvant plus ridicule à chacun de ses arguments.

« Oui, je sais. Tu as raison… J’aurais dû y penser plus tôt. »

Effectivement, si elle avait déplu au Seigneur des Océans d’une façon ou d’une autre, celui-ci l’aurait convoquée pour le lui dire, et comme le disait si bien Allen, il l’aurait virée. Nayla n’était pas présomptueuse, donc elle n’avait jamais affirmé être appréciée du dieu et de son épouse, mais elle savait que c’était le cas. Elle se trouva quelque peu honteuse d’avoir pu douter de son maître. Elle baissa un instant la tête, avant de glisser les yeux vers l’assiette de son amie, qui lui proposait de goûter à sa pâtisserie.

« Non merci, je n’ai pas faim. »

Allen vint alors à poser la question sur l’origine de ce doute. Nayla fixa ses mains, qui tripottaient ses manches longues. Elle ne craignait pas le jugement de son amie, néanmoins elle se trouvait idiote d’avoir laissé quelqu’un insinuer le doute en elle, divinité ou non. Bien qu’Eole était pourtant en une bonne position… Finalement Nayla prit une inspiration avant de se lancer.

« Tu dois connaître Eole, la divinité des vents et l’un des fils de Poséidon. Il y a quelques jours, je cousais sur Atlantide quand il m’a abordée. » Nayla plongea son regard bleu dans les iris irisés de son amie. « Tu me connais bien, ce n’est certainement pas la façon de gagner ma sympathie. Nous avons donc eu une discussion animée, si je puis appeler ça comme ça. Et… il en est venu à me dire que connaissant le bon vivant de son père, il trouvait sa décision décevante vis-à-vis de moi. »

Nayla fit une pause, cherchant les mots justes, se remémorant des paroles exactes du dieu du vent. La barrière de glace autour de son cœur était si épaisse qu’il paraissait presque impossible de l’ébranler. Et pourtant, Eole avait réussi à implanter la graine du doute. Nayla but une gorgée de son thé, passa la langue sur ses lèvres, puis poursuivit.

« C’est son fils, et j’ai supposé qu’il était mieux placé que moi pour connaître Poséidon, donc… ça m’a ébranlée. Même si après il m’a affirmé de ne pas être en position de juger les décisions de son père, le mal était fait. »

C’était résumé, mais Nayla allait toujours droit au but, excluant tous les détails qu’elle jugeait inutile pour la compréhension. Si Allen connaissait en effet la divinité, elle saurait ce que voulait dire Nayla par « ce n’est pas de cette façon que l’on gagne ma sympathie ». Enfin, à présent que le morceau était sorti, Nayla se sentait soulagée, le cœur plus léger.

« A présent, je me sens idiote et ridicule d’avoir douté du bon sens de Poséidon. Enfin… J’aurais dû penser à tes arguments sensés. »

Nayla retrouva le silence, les mains sur sa tasse, songeuse. Pour la première fois de sa vie, elle avait douté, et pour la première fois de sa vie elle se trouvait stupide et faible d’avoir laissé quelque chose pénétrer sa barrière de glace.




merci Arwy ♥
Nayllen:
 

White Rose:
 

cey trop beau:
 
Ligues & fan clubs

Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
A-Silas Thessalis
Staffien
Coeurs : 48 Messages : 276
Couleurs : teal & darksalmon
J'ai traversé le portail depuis le : 13/06/2014 et on me connaît sous le nom de : Misha Mon nom est : Allen-Silas Thessalis Actuellement je suis : symfo̱nía de Kureiji et c conpliké avec Emrys. Il paraît que je ressemble à : OCs & Wu Xie (+ IRL Sean O'Pry & Kaya Scodelario) et à ce propos, j'aimerais remercier : myself (kit) + Reyenn (CS & signa) + Zelda (CS)
Re: don't you know i could reach the sky to make you happy at least one more time? {Nayllen} | Mer 18 Nov 2015, 18:53

don't you know i could reach the sky to make you happy at least one more time?

les yeux de ton amie était rivés vers le bas et tu savais bien qu’elle reflechissait, dans sa tête, à quel point ses questions étaient idiotes. Ce qui ne faisait pas d’elle une abrutie; c’était normale d’avoir des doutes et des questions sur soi-même, et tu étais très mal placée pour lui faire la remarque. Quand bien même tu avais laissé une partie de la honte derrière toi. Pourtant tu fronçais les sourcils, surveillant du coin de l’oeil la jeune femme qui n’avait, dans tes souvenirs, jamais était aussi..fragile. Sauf lorsque tu l’avais retrouvée après 10 ans sans nouvelles et qu’elle t’avais raconté ses mésaventure -là, tu t’en étais voulu, et n’avais comme seul argument ta notion du temps déréglée à cause des siècles. Elle refuse poliment ta proposition et tu hausses les épaules, t’empressant de manger ton gâteau avant qu’elle ne change d’avis. Au pire, tu pouvais très bien lui en acheter un. En voyant sa mine déterminée et prête à parler, tu te redresses, le dos droit et la mine à l’écoute, totalement à l’opposée de celle que tu étais il y a à peine quelques minutes. Elle voulait parler? Alors tu l’écouterais, même à moitié stone.
« Tu dois connaître Eole, la divinité des vents et l’un des fils de Poséidon. » Lentement, tu hoches la tête; pour le connaître, tu le connaissais plutôt bien, ce dieu-là. « Il y a quelques jours, je cousais sur Atlantide quand il m’a abordée. Tu me connais bien, ce n’est certainement pas la façon de gagner ma sympathie. Nous avons donc eu une discussion animée, si je puis appeler ça comme ça. Et… il en est venu à me dire que connaissant le bon vivant de son père, il trouvait sa décision décevante vis-à-vis de moi. » Ton sourcil gauche se lève brutalement, en même temps que tu faisais tinter ta fourchette sur l’assiette. La décision du Dieu des Océans? Décevante? Nayla décevante? Perplexe, tu poses ton couvert pour te pencher légèrement en avant, avide de connaître la suite; tu avais deux-trois mots à dire à Eole -parce que tu n’avais aucune gêne à dire ce que tu pensais, pas même au Dieu des vents. Peut-être un peu de retenu, mais tout de même. Si tu voulais gueuler, tu gueulais. « C’est son fils, et j’ai supposé qu’il était mieux placé que moi pour connaître Poséidon, donc… ça m’a ébranlée. Même si après il m’a affirmé de ne pas être en position de juger les décisions de son père, le mal était fait.»
Tu passes ta langue sur ta lèvre supérieur, t’appuyant contre le dossier de la chaise -ta tendance à toujours bouger était loin d’être nouvelle- avant de passer une énième fois la main dans tes cheveux. « Mmh je vois.» marmonne-tu tout en repensant à ses paroles. Eole n’était pas connu pour mâcher à 300% ses mots, et cela t’étonnait même un peu que Nayla en soit ressorti autant blessée. Disons que ce qui atteignait la jeune femme était terriblement rare, et même pour toi, les sourires de sa part étaient loin d’être constant. Bien que tu ne lui en voulait pas, elle était comme elle le voulait et tu n’avais pas envie de la changer. Quelque part, son attitude froide te rappelait légèrement ton frère cadet, quand bien même il avait quelque chose de bouillonnant. « A présent, je me sens idiote et ridicule d’avoir douté du bon sens de Poséidon. Enfin… J’aurais dû penser à tes arguments sensés. » Tu la regardes garder ses mains sur sa tasse, les yeux baissés en un air achevé. L'inquiétude vient pointer dans ton coeur et tu tends ta main pour la poser sur celle de ta meilleure amie, lui faisant lever les yeux vers toi par ce simple contacte.
« Eh, Nay, c’est normal. Je veux dire, ça arrive à tout le monde de douter de soi un jour ou l’autre, fallait juste que ça arrive. » un gloussement s’échappe de ta gorge avant que tu n’ajoutes « Et je me demande d’ailleurs comment t’as fais pour pas craquer avant.» Un large sourire vient illuminer ton visage totalement serein, d’un calme que tu tenais à communiquer à la kirin. Il n’y avait presque plus de trace de ta nuit dévastatrice, maintenant que tes yeux avaient retrouvés leur éclat habituel. Sentant qu’il était temps que tu arrête le toucher, tu lâches sa main pour avaler quelques gorgées de cappuccino, laissant la boisson chaude brûler ta gorge.

« De toutes façons Eole n’est pas le genre à mâcher ses mots. Quelque cela m’étonne un peu de lui.. Mais seul Poséidon est capable d’affirmer ce qu’il pense. Poséidon et un télépathe, soit. Mais tu n’as pas du tout à t’inquieter de tout ça, d’accord?» Tu continues de sourire, une esquisse un peu plus étroite cependant, brisée par la compassion. « N’empêche que ça fait du bien de te voir douter un peu. Pas que tu devrais un peu plus ou quoi, mais te voir.;un peu plus libre, comme ça, bin ça fait du bien. Qu’est-ce qui t’es arrivé? T’as rencontré quelqu’un? » Un rire ironique vient finir ta vanne et tu continues de boire ta boisson. Que Nayla rencontre quelqu’un, ça devrait être un évènement interplanétaire. Et tu tenais bien à être la première au courant.




silem love:
 
MERCI ZELDAMOUR:
 
Staffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Nayla
Staffienne
Coeurs : 108 Messages : 386
Couleurs : #00CCCB
J'ai traversé le portail depuis le : 16/07/2013 et on me connaît sous le nom de : Shama/Etilya. Mon nom est : Nayla. Actuellement je suis : en profonde introspection. Il paraît que je ressemble à : création d'omocha-san/weiss schnee de RWTB et à ce propos, j'aimerais remercier : Dimée ♥♥♥.
Re: don't you know i could reach the sky to make you happy at least one more time? {Nayllen} | Mer 25 Nov 2015, 23:52

Nayla guettait les réactions de son amie tandis qu’elle parlait. Bien que son état actuel ne lui permettait pas d’être parfaitement « au taquet » comme disaient les jeunes d’aujourd’hui. En fait, depuis qu’ils se connaissaient, l’hippocampe ne l’avait jamais vue dans un état de doute, quel qu’il fût. Et elle-même se demandait bien pourquoi elle avait tant pris contre elle les paroles de la divinité du vent. Elle avait considéré que les mots d’un fils sur son père prévalaient sur les pensées d’une simple employée, quand bien même elle connaissait Poséidon depuis presque quatre siècles... Eole vivait depuis une éternité. A présent, elle comprenait que la seule personne apte à juger les choix du seigneur des mers n’était autre que lui-même. Elle n’aurait pas dû être blessée ainsi. Ce défaut dans son jugement la chagrinait. Pendant tout le temps qu’elle expliqua sa situation à Allen, Nayla tripota la manche de sa nouvelle robe. Celle-ci, semblable en beaucoup de points à l’ancienne, lui avait été donnée par sa mère pour remplacer l’autre, trop tâchée de son sang pour être sauvée. Et ça, elle devait aussi en parler à Allen, n’est-ce pas ? Ce qu’il s’était passé il y avait deux jours. Son erreur qui avait failli lui coûter la vie… qui lui aurait coûté la vie si un démon n’était pas passé par là au même instant.
Allen haussa un sourcil aussitôt que Nayla lui donna la chute de leur discussion animée. Elle devina alors que l’hermaphrodite ne s’attendait certainement pas à ce genre de description de Nayla. Elle n’osa cependant rien commenter et poursuivit alors même que son amie, captivée, se penchait pour dévorer la suite de son récit avec avidité. Nayla lui fournit donc sa justification avant de retrouver un mutisme pour laisser Allen s’exprimer.

« Mmh je vois. »

Nayla releva les yeux pour observer son amie. Sous sa forme féminine, les deux mythologiques se ressemblaient un peu, surtout avec ces deux paires d’yeux plus bleus que les Océans. Cependant leurs chevelures respectives prenaient deux teintes opposées, l’ébène pour Allen et le platine pour la kirin. Elles avaient beaucoup de différences, mais étaient complémentaires, et venaient du même monde, ce qui pouvait expliquer la force du lien qui les unissait. Elle guetta sa réponse avec une certaine appréhension, sans trop savoir pourquoi. Elle mit ça sur le coup de la fatigue suite à sa récente mésaventure. Elle avait perdu beaucoup de sang, et le corps mettait du temps à se reconstituer. Elle baissa les yeux pour se perdre dans la contemplation de son thé. C’est alors qu’elle sentit une main sur la sienne. Elle regarda celle d’Allen. Le seul contact qui ne la répugnait pas était bien le sien. Puis ses yeux remontèrent progressivement jusqu’à ses yeux. Normal, disait-elle ? Douter arrivait à tout le monde… Mais la kirin était habituellement si solidement campée sur ses certitudes ! Elle ne saisissait pas ce qui, dans le discours d’Eole, l’avait réellement déstabilisée. Ou cherchait-elle quelque chose qui n’existait pas ? Elle avait simplement douté, comme n’importe qui ?… Voilà qui était bien perturbant. Fière de ses quatre siècles d’expérience, elle avait pendant longtemps considéré que le doute ne lui était pas permis. S’était-elle imposé trop de choses ? Encore des questions. Le gloussement d’Allen la tira de ses réflexions. Nayla pencha légèrement la tête sur le côté avec une expression perplexe.

« Je… je ne sais pas, j’aurais dû ? »

En fait, le seul humour qu’elle arrivait parfois -parfois- à comprendre était celui de son meilleur ami. Elle s’autorisa une expression plus détendue, saisissant le sens de sa réplique, surtout devant son sourire lumineux qui voulait tout dire. Elle secoua doucement la tête de gauche à droite, trouvant son amie impossible. Enfin, elle dédramatisait la situation, c’était appréciable. De sa part, elle ne le prenait pas comme une prise à la légère de son problème, mais simplement comme une façon de lui redonner la bonne humeur –enfin, bonne humeur façon Nayla. Puis l’hippocampe reprit le court de la discussion. Sa façon de parler d’Eole confirma à Nayla que les deux se connaissaient.

« Mais seul Poséidon est capable d’affirmer ce qu’il pense. Poséidon et un télépathe, soit. Mais tu n’as pas du tout à inquiéter de tout ça, d’accord ? »
« D’accord. Merci pour tes conseils, et je suis désolée de t’avoir inquiétée pour si peu. »

Allen confirmait ce que Nayla avait pensé plus tôt. Elle ne l’avait pas compris assez vite, malheureusement, mais au moins, elle se sentait un peu mieux maintenant. Elle ressentait fortement la compassion de son amie, et elle s’en trouva chanceuse. Avec Arwenn, Allen était le seul ami qu’elle avait, parce qu’elle était trop… spéciale sans doute pour s’entendre avec n’importe qui. Et puis Allen lui tint un discours au début confortant, mais bien étrange sur la fin. Elle avait l’air de dire que ce n’était pas par hasard qu’elle avait douté de la sorte…

« Qu’est-ce qui t’es arrivé ? T’as rencontré quelqu’un ? »

Cette fois-ci Nayla la fixa avec deux perles bleues écarquillées. Elle ne voyait aucun rapport avec le reste de la discussion. Et que diable voulait-elle signifier par là ? Elle avait parlé d'être "libre"... mais ça ne l'avançait pas. Elle était à nouveau libre depuis presque ans. Nayla cligna deux fois des yeux avant de les froncer en remuant légèrement la tête.

« Rencontré quelqu’un ? Comment ça ? »

Cette fois-ci elle était perdue. Il ne s’était rien passé de particulier avant sa rencontre avec Eole. Or, elle venait de lui raconter cette dite rencontre, donc elle ne pouvait pas faire allusion à ça. Elle regarda un point imaginaire en coin tandis qu’elle tentait de comprendre la logique de son amie, puis elle la fixa à nouveau. Rencontrer quelqu’un ? Que voulait-elle dire ? Et puis un souvenir récent surgit dans sa mémoire. Celui du démon. Bien trop franche et honnête de nature, surtout avec l’hippocampe, elle ne laissa pas ce détail dans l’ombre. Nayla tripota machinalement la manche de sa robe. ça devenait une mauvaise habitude lorsqu’il s’agissait d’être inconfortable.

« Tu veux dire faire une nouvelle connaissance ? Il se trouve que oui, récemment j’ai croisé une nouvelle personne, un démon qui m’a sauvé la vie. Mais je ne vois pas le rapport, puisque c’est survenu après ma discussion avec Eole, après que le doute m'ait pris, donc je ne sais pas où tu veux en venir. »

Bien sûr, Nayla, déverse lui le gros morceau sans le contexte, voilà qui devrait la contenter. Franchement, parfois la kirin devrait réfléchir un peu plus avant de parler. Sentant qu’elle avait peut-être grillé quelques étapes dans son récit elle se mordit la joue. Elle sentait poindre la montagne de questions et d’exclamations de son amie. Car Nayla se trouvait très rarement en danger de mort, et personne ne l’avait sauvée, excepté le jour de sa libération. Nayla porta la tasse de thé à ses lèvres pour le terminer avant qu’il ne refroidit. Mais elle ne fixait plus son amie dans les yeux, certainement pour éviter d’y voir ce qu’elle devinait déjà. Son comportement pourrait rendre suspicieux, et pourtant il ne s’était rien passé de spécial. Il l’avait juste recueillie, aidée à se soigner, et invitée au restaurant, hein, ce n’était rien. Aussi commun que l’alignement des neuf planètes du Système Solaire.




merci Arwy ♥
Nayllen:
 

White Rose:
 

cey trop beau:
 
Ligues & fan clubs

Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
A-Silas Thessalis
Staffien
Coeurs : 48 Messages : 276
Couleurs : teal & darksalmon
J'ai traversé le portail depuis le : 13/06/2014 et on me connaît sous le nom de : Misha Mon nom est : Allen-Silas Thessalis Actuellement je suis : symfo̱nía de Kureiji et c conpliké avec Emrys. Il paraît que je ressemble à : OCs & Wu Xie (+ IRL Sean O'Pry & Kaya Scodelario) et à ce propos, j'aimerais remercier : myself (kit) + Reyenn (CS & signa) + Zelda (CS)
Re: don't you know i could reach the sky to make you happy at least one more time? {Nayllen} | Lun 06 Juin 2016, 21:52

don't you know i could reach the sky to make you happy at least one more time?

Vu le regard qu’elle te lancait, tu t’met à te demander si elle avait au moins compris ce que t’avais demandé en rigolant. Elle était tellement prude -prude ou coincée, ça dépend du point de vu- et t’étais tellement débauché que ça t’étonnerait pas vraiment, surtout que ça serait pas la première fois que tu dis des trucs qu’elle pige pas. Tu tends la main vers la poche de ta robe pour choper une cigarette avant de te souvenir que t’as pas le droit dans le salon de thé, et tu pestes en silence en te contentant du capuccino. T’aurais du demander un shot de vodka putain.
« Rencontré quelqu’un ? Comment ça ?» Tu reposes ta tasse en essayant de pas lui faire ce regard exaspéré que tu fais presque tout le temps, et te bascules en arrière pour t’affaler sur le dossier. « Laisse tomber.» Tu sors machinalement ton briquet pour jouer avec, les yeux rivés sur la flamme qui apparaissait et disparaissait. Le silence s’installe entre vous mais tu t’en foutais pas mal -puisque de base Nayla est pas connue pour être une grande bavarde- et tu t’contentes de bouffer en attendant qu’elle dise quelque chose. « Tu veux dire faire une nouvelle connaissance ? Il se trouve que oui, récemment j’ai croisé une nouvelle personne, un démon qui m’a sauvé la vie. Mais je ne vois pas le rapport, puisque c’est survenu après ma discussion avec Eole, après que le doute m'ait pris, donc je ne sais pas où tu veux en venir.» T’es atterrée par le temps qu’elle a mit pour piger c’que tu disais -et qu’elle ai continué de chercher malgré tout- mais tu t’dis que c’est peut-être ton cerveau qui marche trop vite à cause de la drogue dans ton sang. En fait t’étais tellement pêtée hier que tu te rappelais même pas en avoir pris mais ça t’étonnerait pas. Ça t’étonnerait plus de pas en avoir consommé.
« Ah ouais nan ça a pas de rapport. » Tu la regardes quelque secondes avant d’imprimer le reste de ses paroles et tes yeux s’agrandissent en même temps qu’un sifflement s’échappe de tes lèvres. « Geeeeeeenre y a un type qui t’as sauvé la vie? T’as fais quoi pour te foutre dans le pétrin? » Tu te dis que vu sa froideur ça t’étonnerait pas que plusieurs types aient envie de lui refaire le portrait mais elle était quand même assez puissante comme nana -peut-être pas autant que toi mais t’étais un peu cheaté aussi. Alors autant les gars qui veulent l'abîmer, ‘doit en avoir, autant qui réussissent à l’amocher ça cours clairement pas les rues. Ça court pas du tout en fait parce que c’est mort et enterré.
Tu sors ton portable de ta poche quand tu le sens vibrer contre ta hanches, et tu fais glisser ton pouce dessus en voyant un nouveau sms. Une des photo qu’Emrys avait prise de toi te saute à la gueule -souvent tu les trouvais plus jolies que celles qui sortaient dans les magazines alors tu les foutais en fond d’écran- et t’as vite fait de découvrir une longue conversation avec ce dernier à faire rougir Sainte-Vierge qui devait avoir commencé depuis que tu te souvenais plus ce que tu faisais. « Wow. Raconte-moi ça, Nayla, j’t’écoute. » Tu dis avec un sourire en coin, tes doigts tapotant l’écran tactil pour répondre avec les mots les plus vulgaires de ton vocabulaire. Si Nayla voyait ce que t’écrivais, elle s’évanouirait.





silem love:
 
MERCI ZELDAMOUR:
 
Staffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Nayla
Staffienne
Coeurs : 108 Messages : 386
Couleurs : #00CCCB
J'ai traversé le portail depuis le : 16/07/2013 et on me connaît sous le nom de : Shama/Etilya. Mon nom est : Nayla. Actuellement je suis : en profonde introspection. Il paraît que je ressemble à : création d'omocha-san/weiss schnee de RWTB et à ce propos, j'aimerais remercier : Dimée ♥♥♥.
Re: don't you know i could reach the sky to make you happy at least one more time? {Nayllen} | Mar 12 Juil 2016, 10:48

Nayla et Silas, c’était une grande histoire d’amitié qui remontait au siècle dernier. Quand on y pense, c’était assez incroyable que deux personnes aux caractères si différents -pour ne pas dire opposés- pussent s’entendre aussi bien. ça donnait justement une certaine… “beauté” à leur amitié. Peut-être qu’ils étaient si proches parce qu’ils savaient au fond d’eux qu’ils ne seraient jamais totalement seuls ainsi… Car ils restaient insensibles au temps et aux maladies. Ils ne mourraient pas de mort naturelle, du moins pas avant de longs millénaires. Le monde se fanerait autour d’eux tandis qu’ils continueraient à respirer. Les mortels tomberaient comme des mouches, dans un laps de temps comparable à un simple soupir pour eux, tandis qu’ils se dresseraient, face à la vie, dans une boucle sans fin, celle de la vie et de la mort, dont ils ne pourraient jamais se soustraire.

Nayla n’était pas du genre à se soucier grandement de la santé et du bien-être des autres, mais on peut dire assurément que son attention envers Allen s’en rapprochait. Parfois elle avait une pensée pour lui et souhaitait qu’il allât bien. Elle savait qu’il se détruisait petit à petit, mais que pouvait-elle y faire, sinon rester là ? Et c’était un grand garçon, il n’avait pas besoin qu’elle fût sur son dos. Ils étaient meilleurs amis, à leur façon. Ils pourraient toujours compter l’un sur l’autre, ça resterait immuable, et c’était l’essentiel. Ainsi donc, ils partageaient tous les deux une boisson chaude autour d’une table. Ils ne s’étaient pas vus depuis longtemps, mais ils n’étaient pas du genre à offrir à l’autre d’émouvantes retrouvailles. Ne rien changer, voilà ce qui leur permettait de tenir.

Les mains autour de sa tasse, Nayla avait terminé sa longue tirade. Elle réalisa qu’encore une fois sa franchise lui jouait des tours. Elle sentait venir les interrogations  de son meilleur ami, et plutôt que de les affronter, elle préféra contempler la surface de son thé, qui diminuait petit à petit en volume. La vapeur s’élevait devant son visage en un mince filet, uniquement perturbée par la respiration de la kirin. Au début, l’hypocampi ne sembla pas percuter. Nayla s’en douta, quoiqu’elle leva sur lui un regard interrogateur. Elle s’attendait à plus d’effusion que ça; ce n’était pas toutes les décennies qu’on lui sauvait la vie. Et puis finalement Silas écarquilla les yeux et poussa un sifflement. Nayla replongea aussitôt son regard sur le contenu de sa tasse. L’exclamation de son ami la rendit mal à l’aise. Elle remua sur sa chaise avant de reprendre contenance. Il n’y avait rien de mal à nécessiter parfois une aide extérieure… n’est-ce pas ? Non, vraiment sa fierté de Kirin mettrait du temps à s’en remettre. Nayla releva les yeux au bout d’un moment de silence. Allen pianotait sur un appareil, qu’elle reconnaissait comme étant un téléphone portable, un moyen de joindre les autres sur une longue distance -Allen avait pris soin de lui faire découvrir… malheureusement pour le téléphone qu’elle avait écrasé quand il s’était mis à vibrer. Elle but une gorgée de thé, prit une inspiration, puis se lança.

« C’est une longue histoire, mais je vais faire court. J’étais à la poursuite de trafiquants qui naviguent sur des embarcations plus ou moins grosses. Ils se font appeler “pirates” mais ce sont de bien pâles imitations de ceux que j’ai pu combattre il y a longtemps… »

Ridicules aurait été plus adapté, mais elle devait reconnaître que certains savaient se montrer impitoyable. Elle aurait souligné cette qualité -oui c’était une qualité pour elle- s’ils ne s’étaient pas montré aussi peu scrupuleux. Elle lissa une de ses manches de la paume de sa main droite.

« J’ai retrouvé leur piste il y a deux jours.  Ils étaient en train de jeter leurs déchets dans la mer, ainsi que la cargaison qu’ils jugeaient trop impure. Alors j’ai décidé de les confronter seule. »

Elle s’attendait à ce qu’Allen lui fasse la morale sur le sujet. Il est vrai que Nayla portait parfois trop de confiance envers sa propre puissance, et résultat elle pouvait se prendre quelques claques. Comme il y a deux jours.

« Grâce à leur odeur, j’ai déduit qu’ils étaient pas plus de cinq hommes de main. Certes armés, mais ça n’a pas été un problème. Seulement… le vent a tourné au dernier moment et m’a révélé la présence d’un sixième homme. Quand je me suis retournée il était trop tard. »

Elle grimaça en se souvenant de la douleur ressentie à l’impact. Elle avait rarement autant souffert. Et surtout, elle avait rarement perdu autant de sang. Elle se frotta le flanc sur le côté droit, encore un peu sensible.

« Il me visait avec une grosse arme à feu et il lui a fallu juste une seconde pour me tirer dessus. Il m’a atteint sur le flanc droit. J’ai eu tout juste le temps de l’éliminer car les meneurs risquaient d’arriver à tout moment à cause du tir. J’ai donc ouvert un portail sur l’île, mais affaiblie, j’ai mal calculée et je me suis retrouvée bien loin du lac, et donc sans possibilité de me soigner. C’est là que Wolfgang est arrivé. »

Bon, elle allait peut-être lui épargner les détails pour la suite. Et s’épargner ses commentaires et ses questions embarrassantes par la même occasion.

« J’ai perdu connaissance, mais il m’a ramenée chez lui et m’a soignée. »

Nayla s’arrêta là. On pouvait presque entendre le “voilà” qui concluait son récit. Elle affronta le regard de son ami, avant de porter ses mains pâles sur sa tasse pour les réchauffer. Puis elle but une gorgée de thé, et attendit la réaction d’Allen.




merci Arwy ♥
Nayllen:
 

White Rose:
 

cey trop beau:
 
Ligues & fan clubs





Contenu sponsorisé
Re: don't you know i could reach the sky to make you happy at least one more time? {Nayllen} |

 
don't you know i could reach the sky to make you happy at least one more time? {Nayllen}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Halo Reach
» [MINIGEDDON] Opération Black Reach
» Halo Reach [Xbox360]
» Reach Stacker [+ajouts]
» Reach for the sky

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Marché :: Au Bonheur Sucré-
Sauter vers: