Partagez | 
 

 « e » for empress. ❞ (eugeniemma) ❥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Staffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Emma-Serah K. Hottenberg
Staffienne
Coeurs : 64 Messages : 217
Couleurs : lightcoral
J'ai traversé le portail depuis le : 23/03/2015 et on me connaît sous le nom de : MISS AMAZING. (aka Kao'). Mon nom est : Emma-Serah Katherina Hottenberg. Actuellement je suis : BB - beautiful bitch. ♥ (célibataire et hétérosexuelle). Il paraît que je ressemble à : Lily (gorgeous) Evans. #teamHP & random originals et à ce propos, j'aimerais remercier : moa ♥ (avatar) | signature by MISS AMAZING. & gifs from tumblr.
« e » for empress. ❞ (eugeniemma) ❥ | Lun 13 Avr 2015, 12:17



EMMA-S. ∞ EUGENIA

there's no kingdom in the twenty first century



we don't need queens anymore
only empresses know how to
rule our world

Emma n'avait jamais été le genre à profiter d'une journée libre pour ne rien faire. « Le temps, c'est de l'argent » lui avait toujours dit son père, et rien ne semblait plus vrai pour elle jusqu'à maintenant. Assise face à son bureau, elle étudiait minitieusement la liste de la centaine de noms qui figuraient devant elle, le regard dur derrière le verre de ses lunettes. Le gala était prévu depuis plus d'un mois, et les organisations bouclées depuis trois semaines déjà, mais Emma mettait un point d'honneur à tout contrôler jusqu'à la dernière minute. Feuilletant les autres listes, elle continua ses vérifications et soupira en constatant qu'il n'y avait plus rien à faire. La Hottenberg recula dans son siège, ramassa sa tasse de thé qu'elle vida d'une traite puis vérifia l'heure ; il devait bien rester une heure avant que sa protégée ne termine les cours, que pouvait-elle bien faire en attendant ? Elle balaya la table du regard et abandonna l'idée de travailler –elle avait déjà tout fini au cours de cette journée de congé. Finalement, elle décréta qu'elle méritait une douche et en profita pour faire un brin de toilette sans grande utilité étant donné qu'elle devrait en changer d'ici vingt heures. En sortant de la salle de bains, Emma avait quitté son peignoir en soie pour un chemisier et un jean, et troqué ses lunettes pour une paire de lentilles de contact. Elle fourra ses papiers dans un sac à main et chaussa ses escarpins dont les talons ne lui ajoutaient que cinq petits centimètres, puis quitta l'appartement laissé vide par un Hydra qui avait disparu de la circulation. Il n'était pas rare en début de week-end que son colocataire s'absente, pris par des activités dont il refusait de parler. Bien qu'aux débuts de leur colocation Emma s'était montrée très curieuse au sujet de ses activités, elle avait très rapidement compris qu'il y avait des questions qu'il ne valait mieux pas se poser.

Elle balança ses affaires à l'arrière de sa Audi et quitta le parking-souterrain de l'immeuble pour rejoindre l'université dans laquelle Eugenia faisait ses études, qui ne se trouvait qu'a une petite vingtaine de minutes du centre-ville. Les rues de Skyworld étaient toujours bondées, mais elles l'étaient particulièrement aux alentours de dix-sept heures, alors que tout le monde sortait du travail. Il fallut au moins trois quarts d'heure pour atteindre les portes de l'université, et bien qu'elle ne soit pas particulièrement en retard, Emma ne cessait de râler après « ces abrutis de fonctionnaires qui branlent rien » qui, à ses yeux, ne méritaient même pas d'être payés pour le peu de travail qu'ils fournissaient. Elle se gara en face du bâtiment, où elle avait l'habitude de se positionner lorsqu'elle venait chercher sa précieuse Eugenia. Cette dernière était l'une des rares personnes, en dehors de sa famille, pour qui Emma-Serah avait une réelle considération. La Fitzduncan avait toujours été très prometteuse aux yeux de son aînée, et pas seulement parce qu'elle ne pouvait s'empêcher de se reconnaître en elle. Eugenia avait toutes les qualités pour évoluer dans le monde peuplé de requins dans lequel elles vivaient ; en tant que « filles de » elles avaient besoin d'être exceptionnelles.
Depuis un peu moins d'une année, elles avaient fondé ensemble l'association « E. for Equality » et récoltaient plus de fonds pour les enfants démunis que n'importe quelle organisation jusqu'alors. Jamais, avant de rencontrer mademoiselle Fitzduncan, Emma n'aurait pensé pouvoir profiter de son nom de famille pour quoi que ce soit. Mais pour cette fois il ne s'agissait pas d'elle personnellement. Il y avait une cause mise en jeu pour laquelle il valait largement d'inscrire les dix lettres de « Hottenberg » sur un papier, si ça faisait plaisir. Du moment que les gens signaient leurs chèques.
made by MISS AMAZING.




avatar
Invité
Invité
Re: « e » for empress. ❞ (eugeniemma) ❥ | Lun 13 Avr 2015, 23:05



EUGENIA ∞ EMMA-S.

there's no kingdom in the twenty first century



we don't need queens anymore
only empresses know how to
rule our world

« Eh Sixten ! Tu veux venir chez moi ce soir ? C'est soirée barbecue, puis y aura des beaux mecs...Tiens, voilà mon numéro. On s'appelle hein ! » m'a-t-elle dit avant de déployer ses ailes et s'envoler loin de moi. Je restais là un moment, ne sachant pas trop quoi faire, ne comprenant rien à ce qui venait de se passer. Une inconnue s'est approchée de moi, elle m'a "invitée" chez elle, m'a donné ses coordonnées, s'est permis de me faire la bise puis a disparu - et tout ça en moins de cinq minutes. J'ai finalement pu me ressaisir, et c'est après avoir lâché un soupir d'exaspération que je me suis décidée à rejoindre mon amie. Qui, me connaissant mieux que quiconque, avait prit soin de se garer non loin de la sortie. Il faut d'ailleurs bien que je le dise : Emma est très attentionnée.

Vu que je ne connais personne sur cette île qui le soit autant avec moi - en dehors de ma gouvernante, bien sûr - c'est avec un grand sourire collé aux lèvres que je me suis avancée vers sa voiture.
Les portières étant déverrouillées, je me suis directement assise sur le siège côté passager, ai posé délicatement mon sac à l'arrière, puis ai mis ma ceinture de sécurité. Ce n'est qu'après avoir fait tout cela que je me suis retournée vers la ravissante jeune femme à mes côtés pour lui dire : « Si ça ne tenait qu'à moi, je t'aurais déjà fait la bise, mais une camarade s'est permise de frotter ses joues contre les miennes... Et je n'ai malheureusement pas de désinfectant à portée-de-main, donc je vais t'épargner ça. » en me retenant tant bien que mal de faire la grimace.  De toute façon nous sommes sur la même longueur d'onde, je ne suis pas inquiète : elle ne me jugera pas sur ces paroles.

Certains individus pourraient trouver ça "excessif" comme réaction, quitte à me trouver "bizarre", mais je ne suis pas non plus du genre à rentrer dans une gargote pour y manger un "casse-croûte" en ayant les mains sales, comme tous ceux qui pourraient me qualifier de maniaque. C'est malheureux mais s'ils manquent d'hygiène, ce n'est pas mon problème. « Comment vas-tu, dis moi ? » nous sommes bloquées dans les embouteillages, autant faire la discussion. « Je ne sais pas pour toi mais moi, je suis surexcitée. » au tel point que je pouvais presque me mettre à hurler par la fenêtre - mais comme je suis trop timide, je n'oserai jamais faire une chose pareille.

Il fait très chaud mais je ne dis rien. Je la laisse allumer la climatisation tandis que j'augmente le volume de la radio - et c'est assez surprise que je me rends compte que pour une fois, ils ne passent pas cette horreur qu'ils appellent du rap. Le reste du trajet s'est passé comme je l'avais imaginé : moi au téléphone, passant les derniers coups de fils et Emma au volant, attentive à ce que je disais. Nous sommes arrivées à destination au bout d'une quarantaine de minutes, et c'est avec empressement que nous sommes sorties de la voiture. Tant pis pour mon sac, les vitres sont teintées - et puis qui pourrait bien s'imaginer que des bandits rôdent dans ces environs ? Ici, personne n'a besoin de voler pour vivre, et c'est tant mieux. Britta nous attendait à l'entrée, déjà prête. Elle a étiré ses lèvres en un grand sourire, puis nous a dit : « Bonsoir mesdemoiselles. Vos mères sont à l'intérieur, elles vous ont apporté vos tenues. » toute excitée. « Merci Britta. Cette robe vous va a ravir. » Ma gouvernante s'est contentée d'un simple "merci" et s'est éclipsée. Je me suis ensuite avancée à l'intérieur, fière de découvrir le résultat de notre travail.
made by MISS AMAZING.
Staffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Emma-Serah K. Hottenberg
Staffienne
Coeurs : 64 Messages : 217
Couleurs : lightcoral
J'ai traversé le portail depuis le : 23/03/2015 et on me connaît sous le nom de : MISS AMAZING. (aka Kao'). Mon nom est : Emma-Serah Katherina Hottenberg. Actuellement je suis : BB - beautiful bitch. ♥ (célibataire et hétérosexuelle). Il paraît que je ressemble à : Lily (gorgeous) Evans. #teamHP & random originals et à ce propos, j'aimerais remercier : moa ♥ (avatar) | signature by MISS AMAZING. & gifs from tumblr.
Re: « e » for empress. ❞ (eugeniemma) ❥ | Mar 14 Avr 2015, 22:39



EMMA-S. ∞ EUGENIA

there's no kingdom in the twenty first century



we don't need queens anymore
only empresses know how to
rule our world

Emma eut un sourire en mettant ses lunettes de soleil. Eugenia avait toujours eu le don de trouver les mots qu'il fallait pour stimuler une Emma qui avait passé du temps dans les embouteillages de la capitale. « Il y a des gens à qui la notion de respect parle plus qu'à d'autres. » commenta-t-elle, avant de démarrer la voiture. Emma aurait pu lui proposer une lingette désinfectante, mais elle se rappela rapidement qu'on lui avait demandé d'ôter tous ses effets personnels depuis la révision de son véhicule, et qu'elle n'avait pas trouvé de temps pour les replacer comme elle le voulait. Elle aurait très bien pu demander à quelqu'un de le faire à sa place, mais Emma mettait un point d'honneur à tout ranger là où les choses devaient êtres ; et personne ne savait mieux qu'elle comment sa Audi devait être organisée. « Comment vas-tu, dis moi ? » De ses doigts parfaitement manucurés, la Hottenberg pianotait sur la surface en cuir du volant, agacée par la conduite désastreuse des sanctuariens. Les gens à Londres ont toujours été plus civilisés, ne cessait-elle de répéter chaque fois qu'elle reprenait le volant à gauche. « J'appréhende encore ce qu'on verra lorsqu'on arrivera à l'hôtel. » L'expérience dans l'organisation de grands événements était quelque chose qui manquait au cursus d'Emma, et c'était la raison pour laquelle elle avait insisté pour que tout soit fait comme elle et la Fitzduncan le voulaient. Grande adepte du dicton « on n'est jamais mieux servi que par soi-même », Emma gardait une petite boule au ventre à l'idée que l'on ait préparé les choses à leur place, quand bien même elles avaient été celles qui avaient dessiné les plans et donné les directives en premier lieu.

« Mais dans un sens je suis aussi excitée que toi. » ajouta-t-elle dans un sourire empli de fierté. L'idée d'être à l'origine d'un événement qui risquait de faire plus de bruit que les manifestations contre « l'impérialisme de la haute » -la classe moyenne ne savait décidément plus quoi inventer pour faire parler d'elle- lui procurait plus d'excitation que n'importe lequel de ses derniers rendez-vous. « Le dossier est dans mon sac, dis-moi si tout est en ordre à tes yeux. » Elle avait à peine commencé sa phrase qu'Eugenia tendait déjà le bras pour saisir le paquet de feuilles emballées dans la pochette. Emma, dans leur projet, avait toujours traité la demoiselle comme son égale, et le respect qu'elle lui montrait en retour l'encourageait à continuer à agir de la sorte.

La pression qui reposait sur ses épaules sembla retomber peu à peu au fur et à mesure qu'Eugenia raccrochait et appelait leurs collaborateurs un par un. Malgré sa timidité certaine, la jeune fille avait une capacité oratoire qu'il ne fallait absolument pas négliger, et qui une fois qu'elle aurait vaincu son premier trait de caractère, la ferait aller aussi loin que son mentor, si ce n'était plus encore. Emma observa la demoiselle du coin de l’œil, et qui lui rappelait une certaine partie d'elle-même, quelques années auparavant. La route qui les mena au Carlton, le gigantesque hôtel qu'elles avaient réservé pour l'occasion, prit à peine deux minutes de plus que prévu ; toutefois cela suffit à mettre Emma dans un état de frustration intense. Elle dût faire appel à tout son self-control pour ne pas ouvrir la fenêtre et hurler aux routiers de rentrer s'acheter un nouveau permis, mais la raison l'emporta sur le tempérament et elle se contenta de se redresser sur son siège. Une fois arrêtée devant l'hôtel, elle confia les clés au voiturier et gravit les marches avec une tenue irréprochable.

En arrivant à l'entrée de l'hôtel, le portier leur ouvrit la porte sur une Britta ravissante dans une robe crème, et dont les yeux brillaient d'excitation à l'idée de voir sa chère « Mademoiselle » -comme toutes les gouvernantes appelaient leurs employeuses. Elle garda toutefois tout le professionnalisme du monde et se contenta d'annoncer la présence de mesdames Hottenberg et de Fitzducan qui avaient décidé de payer une petite visite à leurs filles pour leur premier grand événement. Un léger sourire fleurit sur les lèvres d'Emma lorsqu'elle ôta ses lunettes de soleil qu'elle rangea dans son sac à main, et laissa Eugenia remercier Britta avant de s'avancer dans le hall d'entrée. À sa grande surprise -en tout cas, presque- tout avait été fait comme elle l'avait imaginé. Elle regarda autour d'elle, prenant garde à ne pas montrer à quel point elle était émerveillée par le travail effectué, mais n'en pensa pas moins alors qu'elle faisait le tour des pièces réquisitionnées pour ce qui promettait d'être un événement dont on se souviendrait. « Il n'y a rien à faire de plus ici. » déclara-t-elle en se tournant vers Eugenia, qui approuva d'un signe de la tête. Des voix se firent entendre après quelques instants de silence, en haut des escaliers, et alors Emma invita sa protégée à rejoindre l'étage, d'ordinaire prévu pour les organisateurs de l'événement.

En poussant la porte au fond du couloir, Emma découvrit sans grande surprises les deux très grandes femmes, qui s'avéraient être leurs mères respectives, discuter une coupe de ce qui ressemblait à du rosé dans les mains. En entendant quelqu'un entrer, elles se détournèrent simultanément l'une de l'autre pour reporter leur attention sur les deux nouvelles arrivantes. « Vous avez cinq minutes de retard. » déclara Eleanor Harnois -autrefois Hottenberg- en sirotant sa coupe. Emma posa son sac sur la table et s'approcha de madame de Fitzduncan pour lui faire la bise en bonne et due forme, avant de prendre sa mère dans ses bras. « À Skyworld les gens ne savent plus conduire. » se justifia-t-elle, et l'excuse sembla convenir à madame qui surenchérit sur la véracité des dires de sa fille. « J'ai chargé Tricia et Britta de monter robes que vous avez faites commander. » déclara Mme de Fitzduncan en regardant par la fenêtre. Elle se tourna ensuite vers Eleanor qui s'approchait de Sixten, en posant les mains de part et d'autre de ses côtes. « Darling, n'aurais-tu pas perdu un peu de poids ces derniers temps ? » Emma attrapa le verre d'eau que lui tendait Patricia -sa gouvernante- et le vida petit à petit tandis que sa mère prenait à nouveau les mesures d'Eugenia. Emma elle-même avait perdu deux kilos en moins de deux semaines, à cause du stress causé par les préparations de l'événements -il n'était donc pas impossible que le corps d'Eugenia ait subi le même phénomène. Elle reposa son verre entre les mains de sa gouvernante et s'approcha d'Eugenia qu'elle saisit par les épaules. « Il est temps qu'on aille se préparer. » déclara-t-elle en poussant sa protégée vers la porte qui menait à la pièce adjacente. Elle s'excusa ensuite auprès de leurs mères qui devraient attendre qu'elles aient fini avant de pouvoir les admirer dans leurs tenues. Les femmes dans le genre avaient beau être plus dures que les autres, aucune ne pouvait s'empêcher de s'extasier -à sa manière- à l'idée de voir sa fille dans une tenue de princesse.
made by MISS AMAZING.




avatar
Invité
Invité
Re: « e » for empress. ❞ (eugeniemma) ❥ | Mer 15 Avr 2015, 01:29



EUGENIA ∞ EMMA-S.

there's no kingdom in the twenty first century



we don't need queens anymore
only empresses know how to
rule our world

« Je n’ai pas eu l’occasion de vérifier mon poids, mais je partage votre avis quant à la diminution de ma masse corporelle. » madame de Fitzduncan fronça légèrement les sourcils, et sa fille s’en était aperçu.  « Puis-je savoir depuis quand est-ce que tu ne fais plus attention à toi, jeune fille ? » elle passa sa main sur le foulard en soie qu’elle portait autour de son cou et leva les yeux au ciel, exaspérée. Eugenia n’étant pas sous traitement ce n’était pas bien grave, mais aux yeux de la richissime Hélène Octavie, fille de Karl Gustav von Essen lui-même, l’idée même que son seul et unique enfant puisse commettre ne serait-ce qu’un seul écart était totalement inconcevable. Ce n’en était pas un, mais on l’avait éduquée comme cela, alors elle reproduisait la même chose avec sa précieuse fille, et ce quitte à devoir être extrêmement stricte pour se faire entendre. Son amie lui rappela alors que les deux jeunes femmes avaient dû être débordées par tout le travail qu’elles ont accompli, et c’est en faisant très peu d’efforts pour dissimuler sa déception que la mère de ladite Sixten changea d’avis.
Emma prit la peine de faire remarquer à sa protégée qu’il était grand temps d’aller se changer - ce qu’elles firent directement après avoir eu l’accord de leurs mères, qui s’étaient déjà installées en face de la terrasse pour continuer leur discussion tout en sirotant le contenu de leurs verres.

Les bourgeoises se trouvaient à présent à l’entrée d’une pièce immense, divisée en trois différentes parties : une très vaste au centre avec un miroir accroché sur toute la longueur, des tables et des sièges, et les deux autres, parallèles, où elles devraient se changer.
Eugenia s’était arrangée pour que la meilleure équipe d’esthéticiens de Skyworld soit présente pour les pouponner au mieux que possible, et bien qu’elle avait en premier lieu pensé à faire une surprise à la Hottenberg en ne lui disant rien, elle avait fini par le faire, ne souhaitant pas prendre de décision sans la concerter. Fort heureusement, la très charmante rousse était tout à fait pour, et c’est donc sourire aux lèvres que l’étudiante en faculté salua d’abord les maquilleurs, puis les coiffeurs.  Elles s’installèrent, chacune de son côté, et c’est ainsi que le travail commença. « J’aimerais que le maquillage se remarque, mais que les couleurs restent nude dans l’ensemble. » l’homme qui s’occupait de sa coiffure lui proposa alors « Un chignon revisité ? Le rendu serait assez bien. » mais la mage ne voulait pas que ça lui aille “assez bien” : elle voulait que le rendu soit parfait. Elle lui dit alors qu’une tresse façon headband sur ondulations ferait amplement l’affaire, et il sortit de sa malette les différents produits et brosses dont il avait besoin.

***

« Et...voilà ! Fini ! » Eugenia ouvrit les yeux et se regarda un long moment dans la glace, tant elle était satisfaite du résultat. Un rire nerveux échappa d’entre ses lèvres, mais elle s’est vite ressaisie. « C’est très bien, j’aime beaucoup, merci. » la Fitzduncan se leva sans dire un mot de plus et alla se changer. La brune avait commandé une robe signée Moe Shour, “la plus belle qu’elle ait jamais vue” soi-disant. Les parents de l’aristocrate ne pouvaient la lui refuser ; elle disait que cette robe était celle de ses rêves, « une vraie tenue de princesse ! » - qui lui avait d’ailleurs été conseillée par une amie proche - et ancienne camarade de classe à Le Rosey - faisant partie de la famille royale de Jordanie.

Britta a ensuite montré le bout de son nez, et c’est sans grand soucis que la mage mit la robe et les accessoires allant avec. Elle écarta alors le rideau épais, et se retrouva face à une Emma-Serah resplendissante, qui semblait avoir fini de se préparer depuis peu. Elle se mit à sourire et lui dit alors « Je n’ai pas les mots, Emma. Ta beauté est ineffable ! » Bien sûr que la grande rousse était splendide. Bien sûr qu’elle avait du goût. En tant que modèle, elle semblait presque irréelle aux yeux de la surdouée, qui la regardait des étoiles plein les yeux.
made by MISS AMAZING.
Staffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Emma-Serah K. Hottenberg
Staffienne
Coeurs : 64 Messages : 217
Couleurs : lightcoral
J'ai traversé le portail depuis le : 23/03/2015 et on me connaît sous le nom de : MISS AMAZING. (aka Kao'). Mon nom est : Emma-Serah Katherina Hottenberg. Actuellement je suis : BB - beautiful bitch. ♥ (célibataire et hétérosexuelle). Il paraît que je ressemble à : Lily (gorgeous) Evans. #teamHP & random originals et à ce propos, j'aimerais remercier : moa ♥ (avatar) | signature by MISS AMAZING. & gifs from tumblr.
Re: « e » for empress. ❞ (eugeniemma) ❥ | Dim 26 Avr 2015, 11:11



EMMA-S. ∞ EUGENIA

there's no kingdom in the twenty first century



we don't need queens anymore
only empresses know how to
rule our world

En ayant la possibilité d'engager les meilleurs parmi les meilleurs pour prendre soin d'elles, Emma comme Eugenia bénéficiaient des services de l'équipe d'esthéticiens les plus qualifiés de toute l'île céleste et au-delà. Si Eugenia arborait un sourire on ne peut plus aimable, Emma s'épargna cet effort et se contenta d'un signe de la tête pour saluer les employés qui, habitués à un tel traitement de la part des femmes de la haute. Ces dernières n'étaient jamais plus dociles que lorsqu'on était aux petits soins avec elle, mais Emma était de ces perfectionnistes qui exigeait d'avoir son mot à dire sur toutes les décisions qui étaient prises. Après avoir tenu une conversation animée sur ce qui irait mieux avec la robe Marchesa qu'elle avait mis une éternité à choisir, et dans laquelle elle avait investi suffisament pour remplacer la broderie originale par des fils d'or. Le bustier et la couleur noir corbeau du vêtement avaient fini par les mettre d'accord sur un point : son cou devait être dégagé et sa chevelure de feu devait être ornée d'un serre-tête façon couronne. Pour se faire, les coiffeurs s'étaient attelés à lui boucler les cheveux pour finalement les attacher en un chignon revisité à leur manière sur lequel ils avaient fixé un accessoire fait de la même matière que les motifs en relief qui entouraient sa taille. Le maquillage fut ensuite posé et elle fut enfin enfiler son vêtement tandis qu'on lui apportait une paire de chaussures qui la haussa de huit centimètres, lui permettant d'atteindre le mètre quatre-vingt-six qui rendaient les hommes mal à l'aise.

Eugenia ne tarda pas à la rejoindre, magnifique dans une robe brillante qui ne pouvait pas mieux lui rendre justice. Si Emma avait délibérement choisi de jouer la carte de l'intimidation, en optant pour une tenue plus sophistiquée que ce qu'elle avait l'habitude de vêtir dans ce genre d'occasions, Eugenia avait, de son côté, opté pour une approche plus douce de la chose. La manière dont leur apparence contrastait ne pouvait que leur ajouter de la crédibilité –les gens dans ce monde avaient beau être tous les mêmes, il y existait tout de même des approches différentes à connaître et à maîtriser. Ce qui était le cas des deux jeunes femmes ici présentes. Emma eut un sourire presque fier en voyant comment Eugenia brillait ce soir. Elle la voyait déjà descendant l'allée, le menton relevé et le regard avenant. Eugenia avait cette capacité à dissimuler sa timidité aux moments où il le fallait, aini la vulnérabilité qu'elle affichait de temps à autres serait cachée des vautours aigris qui se présenteraient à leur soirée caritative. Devant le compliment que sa protégée lui fit en la voyant arriver, Emma se contenta d'un sourire léger et d'un hochement de tête qui disait « je sais. » Ce n'était pas dans les habitudes d'Emma de remercier de façon directe. « Allons montrer le résultat à nos mères, veux-tu ? » déclara-t-elle après avoir détaillé l'allure qu'avaient leurs deux silhouettes côte à côte. Eugenia avait également été rehaussée de quelques centimètres, mais Emma restait immense à côté d'elle ; pourtant le résultat ne semblait pas disgrâcieux, bien au contraire. Son statut de mentor était là une des clés pour faire entrer sa protégée dans ce monde où les hommes avaient une estime moindre des femmes.

Les valets poussèrent la grande porte qui les ramena dans la chambre de l'hôtel que mesdames de Fitzduncan et Harnois avaient transformé en boudoir personnel. Elles se levèrent toutes deux de leurs chaises lorsque leurs filles firent place, et malgré la lueur de fierté qui brilla dans leurs yeux dès l'instant où Emma et Eugenia s'avancèrent vers elle, les deux femmes firent attention à ne pas montrer trop d'enthousiasme. Eleanor s'avança, tendit les bras pour tenir sa fille par les épaules et l'invita à tourner lentement sur elle-même. « J'avais pensé que le noir n'était pas approprié pour ce genre de réception, mais tu le portes avec élégance, ma chère. » Emma inclina la tête pour remercier le compliment de sa couturière de mère, et proposa de revoir le programme de la soirée une dernière fois, avant que les portes de l'hôtel ne s'ouvrent aux invités. Les coups de vingt heures ne sonnaient que dans quinze minutes, ce qui leur laissait tout juste le temps de faire une mise au point avant de descendre et accueillir leurs convives. Elles avaient toutes deux appris la liste des invités par cœur, et en savaient suffisamment sur tout le monde pour tenir une conversation de cinq minutes par personne. « On nous avait suggéré d'engager des assistantes pour le faire à notre place, mais nous avons considéré que nous pouvions le faire nous-même. » Et elles avaient eu raison ; le travail avait été un peu long mais pas impossible. Du moins pour elles.
made by MISS AMAZING.




avatar
Invité
Invité
Re: « e » for empress. ❞ (eugeniemma) ❥ | Mar 28 Avr 2015, 10:02



EUGENIA ∞ EMMA-S.

there's no kingdom in the twenty first century



we don't need queens anymore
only empresses know how to
rule our world

« Il est vrai que vous avez fait un travail remarquable, mais ne soyez pas si sûres de vous mesdemoiselles : la soirée n’est pas encore finie. » Un sourire en coin étira les lèvres pulpeuses de la suédoise, qui reconnaissait là bien sa mère. Elle s’admira un long moment dans un des miroirs de la suite, puis s’arrêta un instant pour lire le message qu’elle avait reçu cinq minutes auparavant. « Les photographes sont à l’entrée, tout se met en place. » se permit-elle de lire à haute voix, de telle sorte à ce que toutes puissent le savoir. Eugenia se tourna vers sa protectrice, qui devina sans soucis ses paroles. « Il me semble que nous ferions mieux de descendre maintenant. » elle s’éloigna de la sortie et fit signe à leurs mères d’avancer « Après vous, mesdames. » ce qu’elles firent sans se faire prier. Ayant eu la meilleure - et la plus stricte - éducation possible, la de Fitzduncan savait très bien que les aînés passaient toujours en priorité et que le respect leur revenait de droit. N’ayant aucun frère ou sœur et étant l’unique héritière d’une fortune inestimable, ça ne la dérangeait pas le moins du monde.

La blonde descendait les marches droite comme jamais, la tête haute et l’air distant comme on lui a toujours appris à le faire. Sur le coup, elle ressentait quelque chose qui ne pouvait réellement être défini comme du stress mais plus comme de l’adrénaline. Elle avait beau être excitée comme un pinson et avoir le cœur battant la chamade, de l’extérieur il n’en était rien. Personne ne pouvait se rendre compte de l’état réel dans lequel elle se trouvait -et bien qu’aucun miroir ne lui faisait face, elle en était certaine. Eugenia voulait que ses invités de marque, semblables et réceptifs, aient une bonne impression. Elle voulait qu’ils soient subjugués et ce non pas seulement par sa beauté, mais aussi par ses capacités intellectuelles et le travail accompli. En tant que mage, cette dernière voulait qu’ils se souviennent de son apparition comme étant magique - et c’était tout à son honneur.
Attendant patiemment au bas des escaliers, un employé annonça leur arrivée « Mesdames Hélène Essen de Fitzduncan & Eleanor Harnois, ainsi que leurs filles. » laissant les convives s’avancer. Certains levaient leurs verres, d’autres souriaient… Chaque personne ici présente agissait comme on s’y attendait, ce qui rassura Eugenia qui restait tout de même près de son amie, laissant les very important persons se rapprocher d’elles pour discuter. Bien que les employés chargés de tout surveiller étaient en grand nombre, elle n’en était pour autant pas sereine à cent-pour-cent et préférait garder un oeil attentif.
Au bout d’une trentaine de minutes, ce fut le tour à un jeune couple de venir féliciter les demoiselles. La ravissante blonde les salua poliment, sourire aux lèvres.
made by MISS AMAZING.


C'est court mais ça introduit Lanson & Haylei.
Vous choisissez qui poste le premier !
Mage

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Lanson H. Brighstone
Mage
Coeurs : 39 Messages : 50
Couleurs : #4C0019
J'ai traversé le portail depuis le : 10/03/2013 et on me connaît sous le nom de : Daïa ou Lizzy. Mon nom est : Lanson Hash Brighstone. Actuellement je suis : Célibataire et hétérosexuel. Il paraît que je ressemble à : Lelouch - Code geass et à ce propos, j'aimerais remercier : ma Kuru d'amour !
Re: « e » for empress. ❞ (eugeniemma) ❥ | Ven 19 Juin 2015, 18:51


Encore un jour auquel il aurait voulu échappé, à croire que son existence même ne lui appartenait pas, et qu'il pouvait bien se débattre à sa guise, rien n'y ferai : il semblait pour toujours contraint d'être ce qu'on avait fait de lui. Quelqu'un avec un faux sourire et beaucoup d'argent. Il soupira en passant sur ses épaules la chemise blanche et légère, absolument impeccable, qu'il n'avait pas sortit de sa housse depuis plusieurs mois déjà. Ses gestes, mécaniques, reproduisait un rituel dont il avait autrefois l'habitude. Mais cette fois c'était légèrement différent.
Il n'y allait pas pour cet homme, il y allait pour y revoir quelqu'un.
La panthère, allongée sur le canapé, le fixait d'un œil amusé, contente de ne pas avoir a subir ce calvaire, lui indiquant au passage un pli à l'arrière du veston qu'il s'empressa d'effacer. Le temps filait doucement au rythme de la musique qui emplissait l'appartement, alors qu'il réglait avec délicatesse et précision les derniers détails sur sa tenue. Il devait être impeccable, c'était la règle, et il acceptait de la suivre.
Il jeta un rapide coup d’œil à la cravate, encore accrochée au cintre, puis à son reflet dans le miroir. Non, vraiment, il voulait bien faire des efforts, mais ça c'était de trop. La cravate resterai ici. Il vérifia encore une fois que tout était en ordre, mais la tenue ne présenta pas de défaut apparent : taillée pour lui, de très bonne qualité, ni froissée ni pliée, et « en accord avec ses yeux » selon le tailleur. Mais bien sur …
Karren lâcha une sorte de ronronnement appréciateur, du moins ce qu'elle pouvait produire de plus proche, puis reposa son imposante tête sur ses pattes avant, avec l’indifférence la plus totale. Traîtresse.
Quelques détails réglés et un passage à la salle de bain plus tard, il attrapa son téléphone, éteignant la musique d'un geste machinal de la main, et sortit de l'appartement. Il était à l'heure, avait autant envie d'y aller que d'aller chez le dentiste, et ne pouvait même pas se permettre de prendre sa moto, de peur d’abîmer le costume hors de prix qu'il se forçait à porter. En clair, il avait recourt à un chauffeur. Comme les autres bourgeois aux chevilles surdimensionnées.
Les portes de l'ascenseur s'ouvrir sur le large hall presque vide, et il s'empressa de se diriger vers les portes, derrières lesquelles l'attendait sa voiture. Il retournait machinalement le carton d'invitation entre ses doigts, avec de le glisser dans sa poche intérieur. Il passa ensuite tout le trajet en voiture silencieux, regardant la ville défiler à travers la vitre pour se calmer, et se préparer.
Un sourire, des paroles pompeuse et une tenue droite, rien de plus. Il en avait l'habitude. C'est juste qu'il allait devoir tenir comme ça plusieurs heures, mais c'était pour la bonne cause. Après tout, c'est pour récolter des fonds, non ? Pas juste pour augmentait leur domination sociale et prouver au monde leur immense pouvoir … Du moins en théorie.
Trop vite à son goût, la voiture s'arrêta non loin d'une entrée qui, d'ici quelques heures, serait sûrement brillamment éclairée. Pour le moment, le soleil était encore bien visible et suffisait amplement. De nombreuses voitures étaient déjà présentes, plusieurs du le point de repartir, et de nombreuses « célébrités » au porte monnaie relativement profond passaient déjà la porte.
Avec un dernier soupir, il laissa son chauffeur lui ouvrir, et se dirigea à son tour avec un magnifique sourire vers l'entrée. Il salua élégamment au passage quelque connaissance, puis suivit le mouvement, jusqu'au grand hall décoré pour l'occasion.
Malgré son profond mépris pour ce genre de soirée, le mage devait bien avouer que celui ou celle qui avait organisé celle-ci c'était relativement bien débrouillé.
S'écartant un peu, après avoir apportait sa contribution à l'oeuvre, pour ne pas gêner, passant le temps en discutant avec ceux venant prendre de ses nouvelles, inquiet de ne pas l'avoir à certaines soirée dont il n'avait même pas prit la peine d'ouvrir l'invitation. Tout souriant, poli, courtois, il répondit élégamment à toutes les questions jusqu'à apercevoir celle pour qui il était réellement venu ce soir. Immanquable avec sa famille à la couleur de cheveux si particulière, elle était magnifique.
Il s'excusa auprès d'une personne dont il avait déjà perdu le nom, pour se diriger vers elle, tandis qu'elle aussi venait à sa rencontre. La mage était sans doute la seule de toute la pièce avec qui il n'avait pas besoin de faire semblant pour sourire et être poli.
Ils discutèrent un moment, jusqu'à l'arrivée des organisatrices de la soirée, et se décidèrent à attendre que la foule diminue un peu avant d'aller les saluer et les féliciter pour leur travail, comme il était d'usage de le faire .
Il fallut tout de même attendre un demie-heure, mais qui lui sembla passer bien vite en compagnie de la demoiselle, qui semblait rayonner. Tranquillement, après avoir proposé son bras à Haylei, ils s'étaient finalement dirigés vers les deux jeunes filles qui étaient le centre d'intérêt de cette soirée.
Après les avoir saluer avec un grand sourire, et ajouter quelques compliments, il ajouta :

Cette soirée est très réussite, toutes mes félicitation.

La discutions se continua quelques minutes, puis ils se retirèrent. Pas besoin d'abuser de leur temps plus que nécessaire après tout.  

[HRP : désolé pour le temps d'attente et la médiocrité du post ^^"]




get that smile:
 

Spoiler:
 
Une rose de Never ♥
 
« e » for empress. ❞ (eugeniemma) ❥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Marché-
Sauter vers: