Partagez | 
 

 We were happy together ~ Olivette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Julian "L" S. Ramsey
Staffien
Coeurs : 129 Messages : 298
Couleurs : chocolate
J'ai traversé le portail depuis le : 05/08/2014 et on me connaît sous le nom de : Sky Angel. Mon nom est : Julian Sanders Ramsey dit Lupin. Actuellement je suis : amoureux et pansexuel. Il paraît que je ressemble à : Misaki Yata et à ce propos, j'aimerais remercier : Faelyn ♥
Re: We were happy together ~ Olivette | Mer 29 Avr 2015, 01:11





Juliette & Oliver
« We were happy together »

Il ne le fit pas. Tu souris. Oliver te laissa marcher et tu l'apprécias d'autant plus. Tu sais qu'il ne veut qu'être gentil avec toi, mais parfois, tu aimes moins ça. Tout dépendant de ce qu'il faisait. En général, ça ne te dérangeait pas plus que ça. Alors que vous montez, Oliver décide de faire son rigolo. Pfiou ... Il est lourd ce panier. Et il fit semblant sous ton regard rieur de trouver le panier lourd. Il était bon acteur, mais tu savais que le panier ne pesait presque rien pour lui. Il a une force surhumaine, au-delà de l'imaginable. Pour autant, cela te fit rire. Un rire cristallin rempli de joie. Un son agréable à entendre. La joie se lisait sur tes traits, Juliette. Une joie comme tu n'en a jamais ressenti auparavant. Au bout d'une dizaine de minutes, vous arrivez finalement au sommet. La vue d'ici était exquise.

Pendant qu'Oliver dépliait une couverture, tu en profites pour observer la ville de Londres en contrebas. Même si ce n'était pas un endroit avec de belles plages, la ville avait quand même ses charmes. Des charmes que tu savais apprécier. Et avec Oliver, c'était d'autant mieux. C'est fou comment quelque chose de simple peut paraître extraordinaire avec la personne qui a pris notre coeur. Tu savourais chaque instant et chaque chose comme tu ne l'avais jamais fait avant de sortir avec Oliver. Il rendait tout plus beau. Tu remarques enfin qu'il a terminé et qu'il t'invite à prendre place sur la couverture. Tu lui souris et t'exécutes sans un mot. Tu te mets à genoux et lisse ta robe sur tes cuisses dans un geste machinal. Ton amoureux, la personne la plus importante pour toi, sors vos sandwiches en t'ayant préalablement demandé du regard si tu avais faim. Ton sourire s'élargit en guise de réponse. Tu prends le sandwiche et le regarde sortir le reste du repas ainsi que les breuvages. Son profil est simplement magnifique et tu ne peux t'empêcher de le contempler. Il est tellement beau, à l'extérieur comme à l'intérieur. Tu ne peux pas faire autrement que de l'aimer. C'est tout bonnement impossible.

Il finit par tasser le panier pour faire plus de place et s'installa confortablement en te faisant un sourire auquel tu réponds. Pour répondre à ta question : je ne la remets pas en place devant toi. J'aurais trop peur qu'elle associe ma soudaine envie de lui faire face à toi, elle t'en voudrait encore plus, mais si tu savais le nombre de fois où je lui ai dit, qu'elle ne pouvait pas faire ça. Mais ... Soit gentille avec elle, elle finira bien par comprendre, soit plus brillante qu'elle, Honey. Tu n'as pas le temps de faire la moue qu'il te tire doucement vers lui afin de planter un petit baiser sur le bout de ton nez. Ce sont ces petites choses qui font battre ton coeur plus fort, qui amplifie tes sentiments pour cet homme merveilleux. Comment ne pas l'aimer? Puisque la position dans laquelle tu te trouvais maintenant n'était pas des plus confortables, tu t'approches de lui. Tu es maintenant assise tout près de lui, mais tu ne souris pas, même si ton visage affiche toujours un air resplendissant. Je sais, mais c'est dur. Me dire qu'elle me déteste et faire semblant d'être gentille avec elle, c'est difficile. Parfois, j'ai envie de lui répondre ce qu'elle mérite d'entendre, mais je ne le fais pas, parce que je sais que c'est dur pour toi aussi. Seulement... Tu ne peux pas me demander de l'aimer, alors qu'elle est incapable de m'apprécier en retour. Elle est trop envahissante. Mais tu sais... Tu penches ton corps vers lui, rapprochant ainsi vos visages qui ne se trouvent plus qu'à quelques centimètres. Je ne t'en veux pas et ne te sens pas coupable. Ça ne change rien à ce que je ressens pour toi et si je ne pouvais qu'ignorer son existence pour toi, je le ferais avec plaisir. Ta mère ne décide de rien. Ton regard grisâtre fixe celui, rouge, d'Oliver. Tu lui laisses un peu de temps pour assimiler tes paroles, mais pas pour répliquer. Tu franchis la distance restante, vos lèvres se rencontrant doucement. Ta main vient se poser sur sa nuque et tes paupières se ferme à demi tandis que vos bouches se répondent en un baiser rempli de douceur et de tendresse. Tu avais eu envie de l'embrasser pour de vrai depuis que tu étais arrivée chez lui.

Après quelques instants, tu romps le baiser, le souffle court. Tu lui souris alors que tu passes ta main dans sa chevelure blanchâtre. Puis tu finis par t'éloigner pour empoigner ton sandwiche afin de le déballer et de commencer à le manger. La vue est magnifique. Tu lui offres ton plus beau sourire, laissant la joie imprégner tes traits et ton regard. C'est fou comment l'amour rend heureux.

made by MISS AMAZING.






K-dos:
 




avatar
Invité
Invité
Re: We were happy together ~ Olivette | Lun 08 Juin 2015, 08:32



JULIETTE & OLIVER


Nous gravîmes la montagne à un rythme régulier jusqu'à ce que le sommet se dessine doucement devant nos yeux ébahis, tout semblait plus magnifique en altitude. J'eus un sourire en observant les yeux de Juliette s'agrandir sous la surprise ou peut-être la joie qui gonflait ses joues et étirait ses lèvres dans un sourire charmant. Ce n'était pas la première fois que mon regard s'attardait sur ce visage et à chaque fois, un pincement se faisait ressentir dans ma poitrine, ce même pincement qui me signifiait à quel point je pouvais l'aimer à la folie. Je lui expliquai rapidement que c'était peiné perdue de vouloir convaincre ma chère mère de son déraisonnement, ce n'est pas faute d'avoir essayé. En quelques secondes, je la tirai vers moi et lui plaquai un baiser directement sur la pointe du nez. Je m'attardai quelques instants à observer ce visage resplendissant, ce sourire, ces pommettes hautes, ses lèvres rosées, ses yeux ternes, mais ô combien brillants de malice. Puis, un sourire s'étira sur mes propres lèvres. Je ne peux pas résister au charme de ma Juliette, je veux me donner tout entier, mon amour, mon corps et mon esprit. La renarde bougea doucement et se posa finalement tout près de moi, ce qui m'enchantait nettement plus que je n'en donnai l'air. Oui, parce que l'on peut toujours compter sur une femme pour nous - les hommes - faire remarquer combien elles sont irrésistibles et combien elles le savent. J'avais envie de lui baiser la joue, de lui mordiller cette oreille dénudée de cheveux. Je fermai les paupières quelques secondes afin de me ressaisir, ce n'était pas tout à fait ce qu'un gentleman devrait penser. Elle m'offre une fois de plus son visage brillant, mais aucun sourire ne prend place sur ses lèvres roses. En mode automatique, je me demande immédiatement ce que j'ai faits ou dis qu'il ne fallait pas, il ne me faut pas longtemps pour comprendre que c'est à cause de ma mère. Je commençais à en avoir plein les bras avec elle et j'avais envie de la placer dans la catégorie des sujets tabous, ceux dont on ne parle pas sans conséquence. Je ne savais plus ce que je devais lui dire pour qu'elle arrête de s'en faire, elle n'avait qu'à l'ignorer si cela pouvait faire comprendre à la plus âgée qu'elle agissait comme une vraie gamine.

« Juliette ▬ Je sais, mais c'est dur. Me dire qu'elle me déteste et faire semblant d'être gentille avec elle, c'est difficile. Parfois, j'ai envie de lui répondre ce qu'elle mérite d'entendre, mais je ne le fais pas, parce que je sais que c'est dur pour toi aussi. Seulement... Tu ne peux pas me demander de l'aimer, alors qu'elle est incapable de m'apprécier en retour. Elle est trop envahissante. Mais tu sais... Elle prit un instant pour s'approcher, un peu plus près, comme si elle désirait m’envoûter avant de me révéler la partie qui n'allait pas me plaire. Je ne t'en veux pas et ne te sens pas coupable. Ça ne change rien à ce que je ressens pour toi et si je ne pouvais qu'ignorer son existence pour toi, je le ferais avec plaisir. Ta mère ne décide de rien. »

Je sens son souffle chaud contre mes lèvres et ma concentration est mise à dure épreuve. Au moment où ses lèvres rencontrent les miennes, la moitié de notre conversation quitte systématiquement mon cerveau. Je me sentais affreusement bien et je n'avais pas envie qu'une mère - très - envahissante se permettre - même sans être là - de gâcher mon bonheur. Nos baisés se succèdent rapidement alors que le temps semble avoir pris un temps d'arrêt, j'aimerais qu'il s'arrête pour de bon afin que cet instant dure le plus longtemps possible, mais je sais bien que ce n'est pas le cas, que cela n'arrivera jamais. Lorsqu'elle s'éloigne finalement de moi, je prends une légère inspiration comme si j'avais oublié de respirer entre nos baisés. Je ne dis toujours rien, j'ai envie de simplement profiter du soleil, de la vue magnifique et de la beauté que je peux enfin mieux observer depuis qu'elle s'est un peu éloignée. « La vue est magnifique. » Elle avait tellement raison à ce moment que la seule réponse que ¸je lui offris fut le silence d'une mutuelle compréhension. Je l'observai encore, puis je trouvai qu'elle était trop loin de mon étreinte, trop loin de mes caresses et pour le moment, je n'avais qu'une envie : serrer cette poupée de porcelaine dans mes bras pâles. J'ouvris les jambes et forçai la demoiselle à s'asseoir dos à moi, de sorte que son dos appuyait maintenant contre ma poitrine. Je sentais mon cœur battre la chamade alors que je l'entourais de mes bras, je la serrai délicatement afin de ne pas lui briser les os et surtout, je ne voulais pas qu'elle échappe son sandwich, quoi. Un nouveau sourire apparut sur mes lèvres alors que j'accotai mon menton sur son épaule.

« Oliver ▬ Je sais que tu as raison et c'est ce qui me rend le plus triste dans tout cela. Elle me rend malade et je tiens bien trop à toi pour te laisser partir, me comprends-tu ? Je ne peux pas choisir entre vous deux, bien qu'elle m'écrase toujours dans son bouclier de contrôle. Elle reste ma mère, malgré tout ... »

Je ne savais pas comment bien expliquer mon point de vue, parce que ce que je disais n'était pas très clair. Je ne lui pardonnais pas ses mauvaises manières, mais je ne pouvais pas non plus lui en vouloir. C'était assez compliqué en fait. Je fermai les yeux à peine une seconde pour profiter du soleil et de l'étreinte que j'offrais à ma Juliette quand la sonnerie de mon portable résonna. Non. Ce n'était pas possible. Si ? Je le retirai de ma poche et observai le numéro qui y apparaissait. Je poussai un soupiré et secouai négativement la tête avec exaspération. « Maman » qui était écrite sur la page qui illuminait. Je serrai le téléphone et le lançai plus loin - beaucoup plus loin - afin qu'il disparaisse de mon champ de vision. Je n'entendis plus la sonnerie, il devait s'être brisé sur une pierre, peut-être était-il tombé en bas de la montagne. Je n'en avais rien à foutre, je voulais me concentrer sur cette sortie, je voulais relaxer et profiter à fond des moments que je pouvais avoir avec ma copine. C'était trop demandé ?

« Oliver ▬ Je ne te le dis pas assez souvent, mais je t'aime. »

Je lui embrassai le cou une seule fois avant de blottir mon visage complet contre sa jugulaire, je fermai les yeux et cessai de bouger comme si cela pouvait me permettre de ne plus exister.
Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Julian "L" S. Ramsey
Staffien
Coeurs : 129 Messages : 298
Couleurs : chocolate
J'ai traversé le portail depuis le : 05/08/2014 et on me connaît sous le nom de : Sky Angel. Mon nom est : Julian Sanders Ramsey dit Lupin. Actuellement je suis : amoureux et pansexuel. Il paraît que je ressemble à : Misaki Yata et à ce propos, j'aimerais remercier : Faelyn ♥
Re: We were happy together ~ Olivette | Lun 08 Juin 2015, 17:15





Juliette & Oliver
« We were happy together »

Oliver garda ce silence rempli de compréhension mutuelle. C'est de cette façon que vous vous comprenez le plus. Rien de mieux qu'un silence comme ça pour vous comprendre à la perfection. Il n'avait pas besoin de dire qu'il trouvait la vue magnifique, car ça aurait été futile. Son silence approuvait déjà tes paroles. Et puis, à la suite de votre baiser, il n'y avait pas besoin de mots pour que vous soyez bien. Tu mangeais ton sandwiche avec l'air le plus heureux du monde, la présence d'Oliver effaçant tous tes soucis. Il dû penser que tu étais trop loin de lui, car il te force à t'asseoir devant lui, entre ses jambes pour que ton dos repose contre son torse. C'est avec plaisir que tu te laisses aller contre lui, alors qu'il passe ses bras autour de toi. Tu sens son coeur battre la chamade dans ton dos et tu sais que le tien y répond avec autant d'entrain. Son contact est tellement plaisant et il te chamboule. Il pose son menton sur ton épaule. Ton visage affiche encore un sourire et tes joues sont roses de bonheur. Tu ne dis rien et mange ton sandwiche avec appétit. Cet homme te fait te sentir bien.

Je sais que tu as raison et c'est ce qui me rend le plus triste dans tout cela. Elle me rend malade et je tiens bien trop à toi pour te laisser partir, me comprends-tu ? Je ne peux pas choisir entre vous deux, bien qu'elle m'écrase toujours dans son bouclier de contrôle. Elle reste ma mère, malgré tout ... Tu hoches la tête, même si cela ne te plaît pas. Mais force est d'avouer qu'il a raison. Tu ne le ferais jamais choisir entre toi et sa mère. Tu sais qu'il l'aime malgré tout, c'est juste qu'elle est un peu chiante concernant votre relation. Tu ne voulais pas partir de toute façon, alors il n'avait pas à craindre que tu t'enfuies. Aucune parole ne franchit tes lèvres et tu profites simplement de son étreinte ainsi que des rayons du soleil sur ta peau. Puis une sonnerie vient briser le silence apaisant qui s'était à nouveau installé entre vous. Pendant quelques instants, tu fais la moue alors qu'Oliver empoigne son téléphone dans sa poche. Un soupire s'échappe de ses lèvres et il secoue la tête. Tout de suite, tu sais de qui il s'agit. Sa mère. Va-t-il répondre? S'il le fait, tu ne lui en voudras pas. Ou peut-être un peu. Mais quoi qu'il en soit, tu ne pouvais pas l'empêcher de faire ce qu'il voulait. Au lieu de quoi, il balança simplement son portable le plus loin possible. La sonnerie s'arrêta. Sûrement dû au fait qu'il s'était brisé à l'atterrissage. Un mince sourire étire tes lèvres. N'empêche, Juliette, tu restes un poil égoïste, car tu es heureuse qu'il n'ait pas répondu.

Je ne te le dis pas assez souvent, mais je t'aime. Je t'aime aussi. Ton sourire ne te quitte pas. Tu sens ses lèvres contre ton cou en un baiser léger et tu frissonnes. Son contact est tellement agréable et apaisant que tu voudrais ne jamais quitter ses bras. Son visage qui s'enfouit totalement dans le creux de ton cou t'envoie d'autres frissons. Il ne bougeait plus, mais tu savais qu'il ne faisait que profiter de ton contact. C'est comme s'il n'existait plus que pour toi. Tu le laisses comme il est sans rien dire et continues de manger jusqu'à ce qu'il n'y ait plus aucun sandwiche assez près de toi pour pouvoir l'attraper dans cette étreinte rassurante. C'est comme s'il te protégeait contre tout. Tu te sens en sécurité dans ses bras, Juliette. Ça devrait en devenir un péché tellement tu es bien. Tu n'as pas faim, mon amour? C'était plus pour entendre à nouveau sa belle voix grave que tu lui posais une question. N'importe quoi d'autre aurait fait l'affaire, tant que tu pouvais entendre cette mélodie merveilleuse.

made by MISS AMAZING.






K-dos:
 
 
We were happy together ~ Olivette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sanctuary of Heart :: RPs abandonnés-
Sauter vers: