Partagez | 
 

 Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? ♔ June ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant




avatar
Invité
Invité
Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? ♔ June ♥ | Dim 08 Mar 2015, 11:39






June & Lyvion #2
« Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ?  »



Lyvion aimait avoir le choix, tout comme il aimait être son propre chef. Se sentir dominé, les contraintes et obligations, ce n'étaient vraiment pas son truc. Il faisait en général tout pour ne pas s'y plier : rester libre était important pour lui, cela faisait partie de sa nature. Si le griffon n'avait pas un minimum de liberté, il dépérirait lentement comme un poisson hors de l'eau. Son adaptation au cirque avait d'ailleurs été assez difficile, car il avait eu l'impression qu'on l'enfermait dans un espace limité avec des gens qu'il ne connaissait pas et n'avait pas envie de connaître.
Cependant, il arrivait qu'avoir le choix ne soit pas une bonne chose. On pouvait par exemple en avoir tellement qu'on ne savait plus où donner de la tête, ou alors se retrouver face à un cruel dilemme entre la peste et le choléra. Vous arriveriez à choisir, vous ? De son avis – et du mien –, dans ce genre de situation, le mieux est de dire 'aucun des deux'. Et si on ne pouvait pas ? Eh bien mieux valait être inventif, pour trouver une manière de tourner la chose en positif.  

Notre Drymärchen était justement dans un cas de figure semblable. Il avait passé trois jours à plancher sur un vilain dilemme, qui l'avait tellement mis sur les nerfs que sa sociopathie en avait été exacerbée : le troisième jour il s'était réfugié dans sa caravane après le déjeuner et y était resté cloîtré pendant des heures, envoyant bouler tout ceux qui venaient toquer à sa porte. Les choix à issues déplaisantes avaient tendance à le rendre hargneux.
Mais le jeune homme était finalement parvenu à se décider, vers 22h. Cela fait il avait dîné, pris sa douche puis était parti se coucher, en prévision du réveil matinal qui n'était pas dans ses habitudes – s'il n'avait même pas neuf heures de sommeil, comment ferait-il ?
Le lendemain, quand la sonnerie de son portable retentit à neuf heures, un grognement guttural fit vibrer l'oreiller dans lequel il réfugia son visage. C'était prévisible, je dirais même que c'est un miracle qu'il n'ait pas fait voler son téléphone. Après avoir cherché l'appareil à tâtons pour faire glisser son doigt sur l'écran, et ainsi mettre un terme à cette torture, Lyvion avait soupiré d'aise. Malheureusement pour lui ce n'était pas fini, car il lui fallait – ô malheur – se lever désormais ; le simple fait de soulever sa couette lui donna l'impression de faire une série de pompes.

Le pas traînant et les paupières lourdes de sommeil, il se dirigea jusqu'à sa salle de bains pour se passer un coup d'eau sur la figure. Cela le réveilla quelque peu, mais n'était pas suffisant pour chasser toute la brume enveloppant son esprit. Les pointes de sa longue frange et le visage dégoulinants d'eau, notre dompteur se redressa et croisa son propre regard à travers le miroir. Le reflet ne le coupait qu'en-dessous de son torse dénudé, laissant voir ses muscles fins. Ses cils couvraient en partie ses yeux d'azur, ce qui collait avec son expression blasée ma foi habituelle.
En revanche, un autre détail peu habituel attira son attention malgré lui : à son lobe droit était accroché un bijou de forme circulaire, un bijou acheté impulsivement trois jours auparavant mais auquel il ne s'était toujours pas accoutumé. L'une de ses mains posées sur le rebord du lavabo remonta jusqu'à son oreille pour saisir cet ornement entre deux doigts, tandis qu'il se laissait distraire par son programme de la journée, puis l'australien se força à se détendre en sentant ses muscles se contracter. Sans grand succès, car ses gestes furent plus vifs qu'il ne l'aurait souhaité lorsqu'il se saisit de sa serviette pour s'essuyer le visage. Décidément, l'idée de se rendre sur Terre ne l'enchantait vraiment pas, sa haine envers eux ne faiblissait pas malgré les décennies.

Quand Lyvion en eut fini avec la salle d'eau, il revint sur ses pas et alla ouvrir son armoire. Elle était relativement bien garnie, cependant il ne faisait en général aucun effort de recherche en s'habillant ; j'en veux pour preuve que, une fois n'est pas coutume, le démon se contenta d'attraper les premiers vêtements qui lui tombaient sous la main. En l'occurrence, un jean gris sombre – ou noir avec un effet délavé pour ceux qui préfèrent – agrémenté d'une chaîne en argent, avec un t-shirt porté sous un gilet. Ensuite, il attrapa sa veste ainsi que son sac bandoulière et sortit de sa caravane.
Le mois d'octobre commençait à peine, mais déjà, il ressentait le besoin de se couvrir. Ayant grandi en Australie, notre sang-mêlé pouvait facilement avoir froid. En plus sa destination n'était pas réputé pour son climat tropical, loin de là : il s'agissait de Caen, ville du nord de la France réputée pour ses tripes et ses clochers, mais moins pour ce qui l'intéressait ce jour-là. En effet, Caen avait aussi la particularité d'accueillir la foire internationale du cirque de fin septembre jusqu'à début octobre – sur plus d'une semaine.

Easter l'avait appris la veille du lancement de la foire, et avait mis trois jours pour se décider à y aller : s'y rendre pourrait être intéressant dans le cadre de son travail, mais en même temps, il n'avait pas envie de se coltiner la foule. Or s'il voulait éviter le plus de monde possible, il était obligé un jour de pleine semaine dès l'ouverture, donc de se lever. Ça avait été une décision difficile à prendre, mais il s'était finalement décidé à être courageux.
Les mains bien enfoncées dans les poches et un air encore moins aimable qu'à l'accoutumée sur le visage, il se dirigea vers l'espace commun qu'était le réfectoire. Il croisa quelques membres de la troupe mais s'abstint de les approcher, n'ayant pas envie de se montrer sociable. Ils le connaissaient assez bien pour s'en rendre compte et passer leur chemin sans même lui dire bonjour. La chance y jouait, car il n'avait pas croisé l'un de ceux qui manquaient cruellement de discrétion. Cependant cela ne dura pas, car au moment où l'acajou allait entrer dans le réfectoire, il sentit quelque chose se jeter sur son dos sans aucune retenue. Stoppé net, il afficha un instant une tronche dépitée avant de se tourner vers son agresseur. Dont il connaissait déjà l'identité bien évidemment, seul l'un de ses camarades était capable de lui faire ce coup.

« June, tu pourrais pas être un peu moins agressive le matin ? J'te signale que je sors à peine du lit. »

Non pas qu'elle allait l'écouter, la vampire n'en faisait toujours qu'à sa tête. En plus, elle devait bien avoir deviné vu l'heure – matinale pour lui – qu'il n'avait pas trop la tête à ce genre de débordement d'énergie. En général il ne parlait pas tant qu'il n'avait pas pris son petit déjeuner, au risque de se montrer mordant, et tant que son estomac était vide il restait un peu endormi. Tout cela June le savait parfaitement, tout comme elle devait se douter qu'il ne s'était pas levé aussi tôt sans raison. Mais bon, Lyvion avait depuis longtemps abandonné l'idée de la calmer un peu ne serait-ce que le matin. Et puis, si elle n'avait pas ce caractère, il ne... L'apprécierait pas autant.


made by MISS AMAZING.




avatar
Invité
Invité
Re: Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? ♔ June ♥ | Sam 14 Mar 2015, 10:32


 

 

 
« Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? »

 

 Un drôle d’animal, ouais c’est sur qu’on n’en voit pas des millions dans la rue des trucs pareils. Ce genre d’animal qu’il mange tout, mais vraiment tout ! Ce qui amuse la maitresse de celui-ci. Parfois, il crache des vélos ou même des plantes et parfois même un caddie plein. C’est une sorte de sac à main qui change de taille, car se balader un pouf vivant c’est pas du tout discret. Au moins, il peut avoir la largeur de la main quand il a envie. Mais, aujourd’hui il sert de lit à la demoiselle qui avait la flemme d’aller dans son lit, et donc dort DANS son affilé. Oui Schnauzer ne peut pas avaler des être humain, c’est perturbant pour lui, mais par contre il peut y garder dans sa bouche vu que c’est comme-ci on était sous les couvertures dans son lit, ce n’est pas humide, c’est propre… Le bonheur !

Bien que pourtant, on vienne de la dérager c’est bien le moment alors qu’elle dorme comme un bébé, quand la lumière atteint son visage, la femme se retourne par réflexe. C’est une sorte de protection envers la lumière, mais cela ne sert à rien du tout. Entendant du bruit, elle sent quelque chose poser une sorte de feuille sur sa tête. Ouvrant doucement les yeux, la vampire prend la feuille et regarde…

« C’est quoiiiiiii ? »

Dit-elle d’un ton très mal réveillé, pour une fois que c’est elle qu’on réveil ! Fixant le papier, c’est un flyer parlant d’une convention… Elle le jette sur sa sœur, vu qu’il n’y a qu’elle pour faire ça.

« Naaaan c’est nul.
-Tu n’as même pas lu !
-Nuuuul
-TU devrais y aller, le boss le voudrait !
-Il me le dira alors...
-….Enfin réfléchis y un peu.. »

Partant sur un ton qui veut dire on coupe toute conversation pour l’instant. June s’assoit et sort de son affilé en s’étirant de toute sa grâce, bon bah direction sa caravane dans toute la joie et la bonne humeur de la demoiselle. Ouvrant la porte et vérifiant qu’il n’y a pas de Crim-crim sauvage dans les parages, non cette maison sur roue est déserte ! Haussant les épaules, Juju ouvre la porte de sa salle de bain pour se laver un peu quand même, ne soyons pas une malpropre !

Brossant toute la longueur de ses cheveux sous la douche, bien qu’ils sont pas si long que ça, mais assez long pour s’énerver sur un nœud quand on arrive pas à le choper. Sortant toute belle à la senteur tarte aux fraises, la demoiselle enfile une petite robe dans son style comme d’hab., avec un manteau couleur châtaigne avec pour les poche une forme de tête de chat au contour blanc. Bref quelque chose de bien mignon pour son genre, qui fait très peu adulte. Avançant tranquillement pour aller à la cantine, la femme sautille presque pour rejoindre son point de nourriture, bien que ce n’est pas la nourriture normal qui la nourrit bien, mais c’est toujours bon de se taper 1 kilos de céréales bien sucrée très bon pour le corps vous voyez !

Madame Loyale se stop d’un coup, comme si elle a vu un fantôme passer. Mais, ce n’est pas un fantôme, sinon faudrait s’inquiéter pour cette personne !  Prenant de l’élan, la femme trottine et se jette sur la personne en question. C’est bien de péter le dos des personne qui font partie du cirque, on adore tous ça voyons. Le serrant toute contente de le voir, une voix se fait entendre de l’homme.

« June, tu pourrais pas être un peu moins agressive le matin ? J'te signale que je sors à peine du lit.
-Mais, je te fais faire tes étirements ! Tu me dois presque un merci pour ce geste si nooooble de ma part ! »

Un rire se fait entendre de la femme de trois siècles, trop aimable comme on dit. Frottant les cheveux de Lyvion, elle le regarde de haut en bas. Penchant un peu la tête en voyant la tenue de l’homme.

« Bah Lyvinou tu vas où comme ça ? Un rdv galant ? Je plains la femme. »

C’est quoi ce sourire narquois ? C’est bien June, faire chier dès le matin son personnel pour s’amuser un peu, bien qu’elle sait que ce n’est pas le genre de Lyvion de se lever le matin pour un rendez vous galant… Et puis, s’il avait une petite copine… En fait, l’idée de voir Lyvi lui fait un peu bizarre, après tout qui pourrait le supporter ?

« Bon, petit dej ! »

Tirant le bras de l’homme pour aller manger, bien que la femme louche plus sur le coup de l’homme ou le poignet… C’est vraiment le moment June.  Quoi que oui, c’est le petit déj ! Elle s’assoit en squatteuse à côté avec les yeux bien ronds comme un chaton qui attend sa bouffe…

« Nom nom Lyviiiiiii ! »

Dit-elle avec des petits yeux de chien battu. Attendant presque sa bouffe comme un bébé. Un poignet ou un cou tendu, n’importe quoi qui possède des veines composé de sang bien rouuuuge !

« Et tu vas ou alooors ?! »

On respire, tu parle à Lyvion, pas à Crim-crim ou…. Non en fait personne n’est du matin ici, faut se réveiller les gens !




 

 
C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
 




avatar
Invité
Invité
Re: Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? ♔ June ♥ | Dim 22 Mar 2015, 21:29






June & Lyvion #2
« Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? »



On pouvait difficilement avoir un moment de paix, dans le cirque. En plus de vivre à plusieurs dans un espace limité, certains membres (comme June, Rose et Crimson, le gang des vampires comme de par hasard) avaient tendance à être envahissants. C'est pour ça que Lyvion restait dans sa roulotte jusqu'à pas d'heure, après s'être réveillé : il voulait éviter qu'on ne l'agresse dès le réveil, préférant se sortir la tête des vapes sans qu'on le brusque. Seulement voilà, en général, il évitait carrément toute activité matinale. C'était une manière simple et efficace de ne pas avoir à sortir avant l'après-midi.
Ce jour-là faisant exception, le jeune homme était sorti de son antre avant dix heures, prêt à partir. Et évidemment, comme pour lui confirmer que jouer les pachas c'est mieux que de se lever, on s'était jeté – au sens propre du terme – sur lui avant même qu'il n'ait atteint le réfectoire. Certains avaient vraiment trop d'énergie. Qui donc avait osé l'approcher tout en sachant qu'il n'était pas un lève-tôt ? Oh, la réponse ne le surprit pas du tout. June était du genre survoltée à toute heure du jour ou de la nuit et adorait prendre les gens par surprise – ou du moins essayer – en sautant sur eux. À force Lyvion s'y était habitué, mais n'empêche que quand il n'est pas encore dix heures, ça secoue ; lui n'appellerait pas ça des étirements, mais plutôt une agression matinale.

M'enfin, au moins la brunette semblait en forme et de bonne humeur. C'était tant mieux, parce que son moral n'avait pas été au top après les événements des soldes nocturnes – normal, on avait essayé de la tuer. Notre acajou ne l'admettrait jamais, mais l'entendre rire le rassurait.

« Te remercier parce que tu joues les babouins en m'escaladant ? Achètes-toi une logique. »

Dit-il, pour lui faire comprendre que non ce n'étaient pas des étirements de son point de vue, et que non il ne trouvait pas ce geste noble, juste digne de la petite boule d'énergie qu'elle était.
Entre-temps June s'était mise à le détailler, ce qui le fit hausser un sourcil. Allons bon, qu'est-ce qu'elle avait ? Elle était choquée de voir qu'il n'était pas sorti en pyjama – ou bien en caleçon – à une heure aussi matinale ? Certes il y avait de quoi être surpris, quand on le connaissait. Cependant, la manière dont la jeune femme formula sa question et son sourire narquois faisaient une combinaison amusante ; à croire qu'elle le croyait incapable de dégoter quelqu'un. Ce qui ne serait peut-être pas faux vu son caractère. Penchant à son tour la tête sur le côté, il prit un air offensé – sans l'être vraiment, il n'était pas si susceptible que cela – avant de répondre.

« Tu me crois incapable d'avoir une copine ou quoi ? Et puis ça te ferait quoi, que j'aie un rendez-vous galant ? »

En vrai, Lyvion était loin d'avoir vécu dans le célibat toute sa vie, et encore plus d'être encore puceau. Encore heureux, parce qu'à à 121 ans le contraire serait plus triste qu'autre chose.
Il se surprit alors à se demander est-ce que June serait jalouse s'il avait vraiment une petite amie, et sa précédente conversation avec Freya lui revint à l'esprit. Une conversation assez embarrassante. Shit, pourquoi maintenant ? Le moment n'était pas bien choisi ; il se concentra pour ne rien montrer et bénit l'hyperactivité de son interlocutrice quand elle l'attrapa par le bras pour le tirer jusqu'au réfectoire. Cependant, juste pour la forme, il lâcha un « Hé, me tires pas comme ça ! »

Une fois arrivés dans la salle commune, il choisit une place à l'écart et elle vint squatter celle d'à côté, le plus naturellement du monde. June savait pourtant qu'il n'aimait pas qu'on le colle le matin, mais encore une fois, ça faisait partie des choses qu'elle ignorait volontairement. Et des choses qu'il lui pardonnait, à elle. Seul deux autres personnes avaient ce petit privilège, en la personne d'Amel et Freya – et encore, il lui arrivait d'être si grincheux qu'ils repartaient avant d'avoir abordé leur business avec lui. La sang-pur faisait partie du groupe très restreint des gens qu'il considérait comme spéciaux. Importants.

Seulement, il ne savait toujours pas pourquoi elle comptait autant pour lui.
Notre griffon n'avait même pas remarqué qu'il s'était plongé dans ses pensées, jusqu'à ce que sa voisine  de table ne l'en tire en lui réclamant à manger et en lui demandant où il allait. C'était beaucoup d'un coup, il resta donc immobile et silencieux quelques instants avant de réagir. Je dois être fatigué pour être aussi pensif, se lever tôt c'est le mal, pensa-t-il, tout en poussant un soupir résigné face au regard de chat peauté de June. Combien de fois par semaine buvait-elle ? La moyenne était pourtant d'une fois par semaine, de ce qu'il savait. Elle était sacrément vorace pour son petit gabarit, ou terriblement gourmande, allez savoir. Il penchait pour la seconde option, parce que la première nécessiterait qu'elle possède deux estomacs.

« Tu veux me saigner à mort, c'est ça ? »
Tout en disant cela, il avait saisi le verre posé devant elle pour le retourner, tout en attrapant un couteau de l'autre main. D'un geste sec et précis le démon s'entailla le poignet gauche, laissant ainsi son sang s'échapper de ses veines librement, en laissant le couteau planté afin que sa blessure ne se referme pas trop vite. Le liquide chargé d'hémoglobine s'écoula d'abord lentement le long de la lame, puis au fur et à mesure le flot prit de l'ampleur, jusqu'à devenir un épais filet écarlate tombant allègrement jusqu'au récipient. Quand il estima que cela devrait aller, il retira l'objet tranchant de sa chair et regarda les derniers décilitres couler avant que son pouvoir de régénération n'agisse. Ses calculs ayant été bons, le verre était rempli juste à ras du bord. Il lui tendit alors son poignet, pour qu'elle lèche le sang resté dessus.

« Tu n'auras que ça, ce matin, primo j'ai pas envie de manquer de sang et deuzio faudrait pas que tu t'empâtes. » Cela dit, Easter récupéra le plateau qu'on lui tendait, se débarrassa du couteau sale au passage et entreprit de tartiner une tranche de pain avec du beurre. « Je vais en France, faire un tour à la foire du cirque. Rose m'en a parlé y'a quelques jours, y'a peut-être des trucs intéressants. » Il espérait juste qu'il n'y aurait pas trop de monde, c'était justement pour pour cette raison qu'il s'y rendait le matin : en général, c'était l'après-midi que ce genre d'événement accueillait le plus de visiteurs. Dans tous les cas, pour supporter d'être entouré par des humains, il allait avoir besoin de toute son énergie donc de conserver son sang au maximum. S'il venait d'en donner un peu à sa collègue, c'était juste histoire d'éviter qu'elle ne fasse toute une scène ou ne se serve par elle-même. Allez savoir pourquoi, il était son repas favori ; donc qui sait quelle quantité elle pourrait prélever.
Ce que l'australien n'avait pas vraiment pris en compte, c'est qu'en prenant connaissance de son planning, elle allait décider de l'accompagner. Il accepta, en se disant que de toute façon, ça ne pourrait pas être pire que de s'y rendre seul.

Ainsi une fois leur petit déjeuner avalé et les derniers préparatifs bouclés, le duo d'artistes traversa un portail fait maison pour se rendre à Caen, dans un coin peu fréquenté pour ne pas se faire remarquer. Pour le reste du trajet un peu de marche suffit, ils furent pile à l'heure pour l'ouverture.
A peine furent-ils arrivés que Lyvion eut envie de repartir : la simple vue d'un attroupement d'humains, en train d'attendre leur tour pour accéder à la foire, lui suffit. Non, vraiment, il ne pouvait plus les supporter. Il attrapa le bras de June tout en ralentissant, la forçant à en faire de même, et se pencha vers elle pour lui parler à voix basse.
« Finalement, je crois que je vais retourner sur l'île... » Il plissa le nez avec dégoût. « Trop d'humains ici, ça pue. » Son odorat n'était pourtant pas ultra développé, mais que voulez-vous, on ne peut savoir s'il était particulièrement réactif à l'odeur des humains ou si c'était dans sa tête.


made by MISS AMAZING.




avatar
Invité
Invité
Re: Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? ♔ June ♥ | Lun 30 Mar 2015, 11:16


 

 

 
« Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? »

 

C’est la décevance en faite, la femme gonfle un peu les joue en fixant le verre devant-elle. C’est quoi le délire ? Elle aurait tellement voulu manger à la source, mais c’est juste une petite léchouille sur le poignet. Clignant des yeux, puis faisant une bouille mignonne, non pas moyen tu te contente d’un petit verre. C’est presque une petite moue de gamine qui aurait voulu avoir sa petite sucrerie.

Sirotant son hémoglobine, la femme regarde le jeune homme assez vieux, qui a toute la motivation du monde pour aller en France ? La foire ? Ah ouais, ce fameux truc que Rose voulait qu’elle aille. Penchant la tête, la femme sourit. Étrangement, si Lyvion y va, elle veut y aller.

« Okay, je viiiiiens ! Car sans moi tu vas être perdu ! »

Ouais, puis au moins Roseliade sera contente de la voir sortir et ne pas faire la cloque sur son affilé. Au moins, c’est plus drôle accompagné d’aller dans un lieu pareil. Terminant son verre comme un homme et le posant fort sur la table, elle part en courant les bras en l’air ! C’est une vraie gamine en fait cette demoiselle. Sautillant dans tout les sens pour aller vers un portail pour aller en France, ça fait bien longtemps qu’elle n’a pas vu la France, paraît que c’est des stressés de nature.

Au moins, c’est facile de trouver le lieu de rendez vous, avec tout ce monde qui attend en file d’attente. Des étoiles dans les yeux, la femme tape des mains et se donne du courage. Contrairement à l’homme qui semble nous faire un demi-tour car y a trop de monde. Ca pue ? Tout ce que sent la demoiselle, c’est une odeur de nourriture, des petits hors d’œuvre sur patte. S’accrochant aux bras de l’homme pour être le poids qui l’empêche de fuir.

« Ca va être amusant ! »

Le tirant pour aller dans la foule. Non, mais vous allez croire que June va attendre gentiment comme tout le monde ? Vous vous êtes bien mis le doigt dans l’œil. La femme passe limite comme une furie dans la foule, tirant sur le pauvre homme. Mais qu’est-ce que tu vas faire ? Sortant sa boule d’affilé, la femme la met dans ses vêtements. Arrivant presque devant les gens, la femme arrive devant la personne qui vend les billets.

« yo mec, alors tu vas être sympas je viens de gruger tout le monde pour aller au toilette donc tu te bouge ! En plus suis enceinte quoi ! SI je me fais dessus ta vie va être pourrit à la fin des temps ! »

Schnauze se gonfle un peu pour faire un ventre bien rond. L’homme ne sachant pas trop quoi faire décide donc de donner les billets. June avance tranquillement en arrivant dans l’exposition et retirant son affilé de son ventre avec un grand sourire.

« C’est qui qui le meilleur ! C’est toiiiiiii ! »

C’est vraiment le moment de faire des papouilles à ta bestiole madame Loyal. Regardant un peu partout avec ce monde qui s’accumule, la femme affiche un sourire et saisit la main de Lyvion.

« Alors c’est quoi l’itinéraire ? »

Dit-elle avec un petit sourire presque tout mignon !


 

 
C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
 




avatar
Invité
Invité
Re: Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? ♔ June ♥ | Mar 31 Mar 2015, 01:15






June & Lyvion #2
« Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? »



En fait, quand on y regardait bien, ils agissaient déjà comme un vieux couple : des chamailleries, des petits gestes devenus habituels, un côté tactile, une tendance à coller l'autre... Y'a pas à dire, ils se rapprochaient. Et depuis l'incident au marché de nuit, c'était encore plus flagrant. Mais si vous voulez mon avis, ces deux-là étaient bien les derniers à se rendre compte de ce qu'il se passait entre eux. Freya avait bien exprimé son avis à Lyvion, cependant il avait une faculté impressionnante à occulter ce à quoi il ne voulait pas penser, ces sujets auxquels il ne voulait pas réfléchir par crainte de ce qu'il en déduirait.
Oui, au fond, Lyvion était un peureux, un craintif, un fichu dégonflé. Il n'assumait pas cette capacité à avoir des sentiments, n'assumait pas de pouvoir être blessé ou fasciné par qui que ce soit. Et encore moins cette capacité à être si dépendant d'une personne qu'on pourrait en sacrifier tout ce qu'on possède, jusqu'à sa propre vie, pour elle. Il se persuadait que ce n'était pas pour lui, qu'il ne tomberait pas dans le panneau – ou n'y retomberait pas, plutôt. Il se croyait au-delà de ces choses, les croyaient propres aux faibles comme les mortels qui avaient besoin d'un relationnel aussi fort pour vivre.

Cependant, Lyvion ne se rendait pas encore compte que ce n'était pas une preuve de faiblesse, mais simplement d'amour. Ne comprenait pas que ces deux choses étaient différentes. Cela viendrait avec le temps, quand il aurait compris ce qu'est l'amour, mais pour l'instant il le rejetait de toutes ses forces ; même maintenant que ce sentiment se présentait petit à petit devant lui.
En attendant, rien n'évoluait réellement. June et lui étaient plus proches, mais pas plus intimes pour autant ; leur relation était la même mais en un peu plus évoluée, point.

Ainsi, quand elle lui balança l'excuse que sans son illustre personne il serait perdu, le jeune homme ne fut pas surpris (il comprit même le « mon illustre personne », même s'il était sous-entendu). C'est qu'ils se connaissaient bien. D'ailleurs il s'était quelque part douté qu'elle proposerait de l'accompagner, et avait même espéré qu'elle le ferait. Mais pas parce qu'il voulait passer du temps avec elle hein !... Bon si, un peu, quand même. Il crèverait d'un cancer de la langue plutôt que de l'admettre. Et puis comme ça June sortirait un peu de l'île céleste. Sortir un peu, changer d'air, cela allait lui faire du bien. En ce moment Easter pensait souvent au bien-être de sa collègue et à de petits plaisirs pour elle, vous voyez, seulement ce n'était que pour lui remonter le moral bien sûr. Il l'aimait bien, se sentait en quelque sorte impliqué car il était là durant les étranges événements de la dernière fois, alors voilà. Si ça vous suffit pas, voici un autre prétexte : ce n'était pas pour elle, mais pour lui, qu'il acceptait qu'elle l'accompagne. Il préférait encore ne pas se retrouver dans une fourmilière d'humains tout seul. Qui sait comment cela pourrait se terminer. Au moins, June ajouterait une touche de gaieté et de légèreté à sa journée, ça permettrait au dompteur de ne pas se sentir encerclé par ces créatures.

Zeus savait que ce n'était pas gagné. Dès qu'il vit la file d'attente, Lyvion se demanda comment il allait pouvoir survivre ; déjà qu'il ne comptait pas passer plus de deux heures là-dedans, sa limite mentale venait de descendre à une heure – même en prenant sa partenaire en compte. À vrai dire, sans elle, il aurait sans doute fait demi-tour illico. Mais la brunette l'en empêcha en le tirant par le bras vers la foule, qu'il vit se rapprocher avec un regard hésitant entre la déprime et le dégoût.
June entreprit de leur faire remonter la foule, tandis que lui se laissait faire en se demandant ce qu'elle avait en tête. Bah, cela ne servait sans doute à rien d'essayer de deviner, elle avait en général des idées bien trop bizarr-heu originales pour être prévisibles. Autant se laisser surprendre, et se concentrer pour éviter tout contact avec un humain ; le griffon avait frôlé quelqu'un vers le début de la foule, un petit rien qui avait suffi à le faire frissonner d'horreur. Il espérait sincèrement que la zone de la foire serait assez bien espacée pour pouvoir éviter tout contact. En plus, ils attiraient l'attention à remonter la file comme ça, qui sait si quelqu'un n'allait pas tenter de les arrêter.

La torture de la file d'attente s'acheva enfin quand ils arrivèrent au guichet. Là, June démontra ses talents d'actrice en faisant croire à l'employé qu'elle était une femme enceinte pressée d'aller aux toilettes ; un coup de génie qui porta ses fruits, le type ne réfléchit pas bien longtemps avant d'accepter. Lyvion quant à lui détourna le visage, pour que personne ne puisse voir son expression moqueuse qui aurait pu les griller.
Une fois à l'intérieur, miss Loyal retira son faux ventre – a.k.a son affilié Schnauzer qui pouvait avoir des fonctions insoupçonnées – et le félicita joyeusement. Notre australien la regarda faire, les mains sur les hanches et un air blasé sur le visage comme s'il l'attendait depuis deux heures, jusqu'à ce qu'elle lui demande l'itinéraire.

« Mmmmh... » C'était une excellente question. Il réfléchit un instant, avant de chercher les présentoirs du regard et d'aller y récupérer un plan des lieux. Il revint ensuite et déplia sa trouvaille devant eux. « Je compte pas rester longtemps perso', tout ce qui m'intéresse, c'est la partie des fauves. Et toi, qu'est-ce que tu voudrais voir ? » S'ils étaient pas mignons, avec leur carte, à programmer la sortie. Ils ressemblaient vraiment à des touristes.
Une fois que la vampire eut sélectionné ce qui l'intéressait, le Drymärchen replia la carte. Il fixa ensuite son amie un moment, l'air partagé, avant de tendre la main vers elle. « Ta main. Je voudrais pas avoir à te chercher dans cette foule, t'es trop petite pour ça. »

Ils se mirent en route vers la partie des fauves – qui était la plus proche. Sur tout le trajet, il fit évidemment attention à rester loin des gens.
Dès qu'ils furent arrivés, son âme de dresseur s'éveilla : le sang-mêlé se mit à observer attentivement les produits et accessoires présentés, en pesant le pour et le contre à chaque fois. Certains étaient très intéressants, peut-être se laisserait-il tenter. En tout cas, à chaque fois qu'ils s'arrêtaient, il ne pouvait s'empêcher de se tourner vers June après avoir fini son examen du stand pour lui dire ce qu'on y trouvait. Parfois, il lui demandait même ce qu'elle en pensait avec un petit air conquis. D'aucune des personnes le connaissant aurait pu le trouver enthousiaste, même si c'était modéré.

Les choses se passèrent paisiblement, jusqu'à ce moment où Lyvion se retourna vers un endroit où il pensait trouver June. Pensait trouver, car le souci était qu'elle ne s'y trouvait pas.
« ... June ? » Fit-il, tout d'abord surpris.Il haussa un sourcil et se mit à regarder autour de lui, en se disant qu'elle n'avait pas pu aller bien loin ; cependant même en faisant un 360 degrés, il ne la vit nul part.

L'acajou lâcha ensuite un bruit de bouche, agacé. Il lui avait pourtant dit de ne pas le lâcher parce qu'elle était trop petite ? Il faisait comment, maintenant, pour la retrouver ? L'espace d'un instant une crainte s'insinua en lui, celle qu'on la prenne à nouveau pour cible, mais il la chassa bien vite en secouant le crâne. Dans un endroit bondé ? Impossible. Elle avait juste dû être attirée par un autre stand, tout allait bien, se dit-il en se mettant en marche. Rapidement, il tomba sur un animal qui l'informa de la direction dans laquelle la sang-pur était partie ; ne restait plus qu'à la rattraper, ce qui n'allait pas être facile vu qu'elle était bien plus agile et rapide, surtout dans la foule. Ne restait plus qu'à espérer qu'elle se soit arrêtée quelque part, sinon ça n'allait pas être plaisant. Aux dernières nouvelles, il n'était pas venu jouer à chat.


made by MISS AMAZING.




avatar
Invité
Invité
Re: Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? ♔ June ♥ | Jeu 02 Avr 2015, 15:25


 

 

 
« Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? »

 

C’était amusant, oui c’est ce qu’elle se dit en regardant tout les stands qui l’entoure. C’est comme une enfant perdu dans une foire, faut surtout pas la lâcher car sinon on ne la retrouve pas du tout dans ce bazar. Peut être que c’était pas du tout une bonne idée d’emmener June ? Bien sûr que oui ! De tout façon, elle serait venue de elle même si Lyvion dit non, elle est grande… ouais elle donne pas l’air on le sait tous.

Avançant dans la joie et la bonne humeur et surtout main dans la main, on dirait un petit couple ces deux là ensemble. Pourtant, ce ne sont que de simple ami, okay. Ils se plongent dans l’univers de la foire du cirque, pleins de chose présent pour attirer le regard, du bruit, des animaux, plein de chose qui ne réclame que l’attention du public. Les deux connaissent l’univers de ce milieu, après tout iles en sont les artistes qu’il le compose. Un sourire sur le visage de June, la demoiselle avance tranquillement en regardant partout, bien que retenue par Lyvion pour pas qu’elle s’échappe de son emprise, il la connaît un peu trop bien.

Les animaux, c’était bien la seule chose que savait June, que Lyvinou va venir regarder. Regardant des bébé lions qui se battent ou d’autre qui se dorment l’un sur l’autre, c’est trop craquant, mais ils ont déjà plein de bébé chez eux, donc autant ne pas en rajouter. Puis, il n’y a pas que les fauves qui préoccupent l’homme, les autres animaux le préoccupe aussi… Même Kana ? C’est vrai que cette femme est un animal, enfin même June ne comprend pas le délire de se faire traiter comme une bête, c’est beaucoup trop strange pour elle, enfin c’est elle qui dit ça.

Bien que ce soit passionnant que de regarder du matériel de soin pour animaux, la femme commence à sentir son attention partir de plus en plus vers d’autres environs. Ne pensant pas trop s’éloigner, elle se faufile dans la foule en regardant un peu partout. C’est alors qu’elle finit devant un dompteur d’oiseau tout aussi coloré que les autres. Mais notre femme s’arrête devant… Le dieu des oiseaux. Clignant des yeux, elle voit un toucan descendre des escaliers en sautillant… C’est juste magique là, un comble pour un être magique. C’est pourtant pas grand chose que de voir un oiseau sauter pour descendre des marches. Le prenant sans vergogne, madame Loyale ne le lâche plus, reculant discrètement avec, quelle discrétion. Se faisant stopper par l’homme qui le vend, le prix lui est vite arrivé en pleine face. Le reposant en boudant, l’oiseau regarde et lui resaute dessus pour aller sur sa tête tout content. Ah bah bravo June, te voilà bloqué avec un oiseau sur le crâne. Un rire en te grattant la joue, tu tentes quand même de reculer en discret pour voir si le vendeur ne te vois pas, c’est pas avec un piaf sur le crâne que tu vas te faire discrète. Le vendeur tente de le reprendre, mais le piaf veut rester sur la tête de Juju.

« Lyviiiiiii J’ai un piaf sur la tête viiiient ! »

Trop de i tue le i non ? La femme attend tranquillement que son chevalier servant arrive, sans le sourire aux lèvres avec les dents Colgate, pour l’aider dans cette situation.

« Iago veut pas descendre ! »

Oui, elle lui a déjà donné un prénom et tout ça, c’est pour dire qu’elle s’accroche vite à n’importe quoi la ch’tite demoiselle.

« On l’achète ?! »

S’il te plait ? Non, ça n’existe pas le s’il te plait chez elle. Faisant sa petite tête toute contente, avec l’espoir qu’il dise oui d’un coup. C’est bien June ça.



 

 
C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
 




avatar
Invité
Invité
Re: Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? ♔ June ♥ | Dim 19 Avr 2015, 11:39






June & Lyvion #2
« Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? »



Mais quelle erreur, de la lâcher des yeux ne serait-ce qu'une seconde. Une sortie avec elle, c'était comme garder un gosse : si on ne fait pas assez attention, ils arrivent à s'éloigner discrètement grâce à leur petit gabarit.
M'enfin pour le coup, Lyvion se doutait que le responsable était l'incapacité de June à se concentrer longtemps sur quelque chose qui ne l'intéresse que vaguement. Elle était incapable de rester patiemment au même endroit, dans ce genre de situation. Le souci c'est que le griffon n'avait jamais été très doué en tant que baby-sitter (ou du moins ne l'était plus), sa spécialité avec les enfants était plutôt de les envoyer bouler ou de les traumatiser. Mais la demoiselle avait de toute évidence décidé de mettre ses capacités à cache-cache à l'épreuve, résultat il en était rendu à la chercher partout, ce qui l'irritait profondément. Rah, c'est pour ça qu'il avait proposé qu'ils se prennent la main, si elle s'y était tenue ils n'en seraient pas là. Il comptait bien lui faire la misère, une fois qu'il aurait mis la main sur cette pas douée. Et après, ele aurait intérêt à se faire pardonner d'une manière ou d'une autre. Voilà ce qui lui traversait l'esprit, tandis qu'il menait une recherche avancée.

Cependant son irritation cachait un certain malaise, qu'il tentait inconsciemment d'atténuer en s'imaginant lui appuyer sur les tempes avec les poings. Car cela revenait à l'envisager saine et sauve. Chacun sa manière d'évacuer hein, lui c'était s'imaginer malmener quelqu'un. Pourquoi avait-il besoin d'évacuer ? Lyvion était assez tendu depuis les événements des soldes nocturnes, et cela ne lui passerait sans doute que d'ici quelques jours - ou bien lorsqu'ils auraient mis hors d'état de nuire la personne responsable de ce bazar. Mais ce n'était pas tout ; seulement, ne voulait pas prendre conscience, c'était que le simple fait qu'on ait tenté de tuer June ne suffisait pas à expliquer qu'il soit aussi déterminé à veiller sur elle. C'était juste qu'il s'en servait comme excuse, pour se voiler la face. Un mensonge bien pratique envers lui-même.

Quoi qu'il en soit, à cause de cette tête en l'air, notre paresseux professionnel était actuellement occupé à fouiller la foire du cirque pour la retrouver. Au moins avait-elle le mérite de réussir à le secouer un peu, c'était rare qu'il soit autant au taquet. Il n'en était pas venu au point de courir, mais n'était pas à l'aise non plus ; il avançait plus vite que d'habitude, et ses yeux pacouraient la foule activement en espérant la trouver.
Il y parvint finalement, après une recherche de dix minutes. Dès qu'il la vit, le jeune homme s'arrêta et prit une grande inspiration, ayant désormais un poids en moins sur les épaules. Puis il étudia la situation, et son expression se figea dans le dépit. Il eut soudainement envie de faire demi-tour en faisant mine de ne pas connaître ce cas social miniature.

June faisait face à l'un des exposants de la foire, qui arborait un mécontentement très probablement lié à sa cliente casse-pieds ; et surtout, elle portait un toucan sur la tête. Encore un chapeau, il aurait compris. Un casque aussi. Un bonnet pokémon, pourquoi pas. Mais bon sang, depuis quand son crâne était un nid à piafs ? Elle ne pouvait vraiment rien faire comme les autres, hein ? Et en prime, alors qu'elle ne s'était même pas rendue compte qu'il n'était qu'à quelques mètres, la brunette lui avait crié de venir le voir. Désespéré, Lyvion baissa la tête et ferma les yeux en se passant une main dans les cheveux, avant de franchir la distance les séparant encore. Cela fait, il coinça la joue de sa collègue entre son pouce et son index et tira.

« J'suis juste là crétine, pas la peine de hurler. »

Dès qu'il se fut manifesté, la jeune femme se sentit obligé de préciser que Iago ne voulait pas descendre. Sans blague, il s'en était pas rendu compte ; cela lui donna envie de lancer une pique, ainsi ne se priva-t-il pas.

« Pourquoi tu voudrais le faire descendre ? Ça te va assez bien je trouve, t'as l'air encore plus stupide. »

Oui, le Drymärchen était bien décidé à la traiter de stupide et autres synonymes fort sympathiques pendant un moment. June l'avait bien cherché oh, si cela ne lui plaisait pas, qu'elle s'en prenne à elle seule.
Mais loin de se taire ou de se remettre en question – elle devait être trop habituée à ses tiques de language provoquants –, miss Loyal poussa l'audace jusqu'à proposer de l'acheter, provoquant chez lui une soudaine envie de la suspendre par les pieds à une branche d'arbre grâce à une corde. Ne vous en faites pas pour elle, le dresseur de fauves se contenta de se frapper le visage avec la paume de sa main. N'empêche, parfois il avait l'impression qu'elle le considérait comme son esclave.

« T'es sérieuse là ? » De toute évidence, oui. Alors après avoir compris qu'elle ne changerait pas d'avis, et qu'elle ne comptait pas se démerder seule, Lyvion décida qu'il ne voulait ni débourser le moindre centime pour un oiseau ni avoir à supporter la revanche de sa collègue si jamais ils repartaient sans. Ainsi décida-t-il de s'adresser au piaf, qu'il regarda dans les yeux pour lui enjoindre par la pensée d'attaquer le forain. Grâce à son pouvoir, le toucan comprit le message et fonça vers l'homme pour l'effrayer avec ses ailes, tout en poussant un cri colérique. Il cherchait à se venger de mauvais traitements, de toute évidence.
Une fois le raid fini, Iago revint se poser sur la tête de June. Quant à sa victime, essouflé par le stress et de larges mouvements de bras inutiles faits pour tenter d'éloigner son agresseur, il les regarda avec rage.

« Vous le voulez tant que ça, cet oiseau de malheur ? Bah vous pouvez le garder ! » Hurla-t-il.

Lyvion ne se fit pas prier, il porta sa main à son front dans une parodie de salut militaire avant de prendre June par le bras pour les éloigner tous les deux. Il les mena jusqu'à un coin peu fréquenté situé non loin, avant de la lâcher puis de se retourner.
« La prochaine fois, préviens-moi avant de t'éloigner. Et fais-le pour une bonne raison. Sinon je te laisserai te débrouiller, j'ai pas envie de passer la journée à te chercher. » Dit-il, d'une humeur assez mauvaise. C'est que le fait de s'être inquiété pour rien le frustrait énormément.
Une fois sa mise en garde faite, notre amateur de bonbons favori avait une nouvelle fois tendu la main vers elle.
« Bon, on va où maintenant ? Tu décides. » Lui-même avait déjà vu ce qui l'intéressait, alors peu lui importait ce qu'elle voulait voir ensuite.


made by MISS AMAZING.




avatar
Invité
Invité
Re: Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? ♔ June ♥ | Jeu 28 Mai 2015, 20:45


 

 

 
« Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? »

 

 La série des amis de la forêt vient de reprendre dans notre salon de cirque avec comme personnage principal June, au moins elle va plus se sentir dans un rôle principal comme celui-là. Bien que pourtant la femme n’est pas non plus le genre à adoré qu’on lui ruine sa précieuse chevelure, mais le piaf semble adoré ce nouveau nid senteur tarte aux fraises.

La femme rit un peu, bien que la situation soit assez gênante tout de même pour elle, c’est quand même les cheveux de la madame loyale qui sont en jeu, bon sang ! Ramenant dans un élan d’espoir monsieur le dompteur, comme quoi il a bien fait d’être là le coco ! Lui montrant le piaf… June Lyvion a des fauves, pas des piafs… Bien sûr, une petite remarque du jeune homme pour la forme, ça fait toujours un grand bien comme petit phrase ben piquante à servir toujours bien froide ! Ahem.

Passant la main dans les cheveux, elle penche un peu la tête, c’est vraiment pas drôle quand même, le toucan a décidé que c’est son nid. Bien que d’un coup, celui-ci s’envole pour agresser le pauvre vendeur qui essais de survivre de l’assaut de la bête. Riant un peu de ce qui se passer, la femme retrouve son squatteur sur sa tête fière de ce qu’il a fait.

Sentant d’un coup le bras du jeune homme tirer la femme plus loin et très loin de ce lieu. C’est limite un sac de patate en ce moment même la petite marron. Bien que le sermon aller venir, c’est sûr que Lyvion n’est pas du tout d’humeur ça s’entend bien dans le timbre de sa voix. Bougeant un peu en se dandinant et serrant ses propres mains comme une gamine grondé, June baisse un peu la tête, au moins le toucan tient bien au dessus de sa tête.

« Mais c’était juste pour attirer ton attention… »

Dit la fille qui ne pensait pas ça au début, mais c’est sortie presque naturellement. Détournant un peu le regard comme fautive, au moins c’est une enfant dite « sage » enfin sage c’est vite dit. Lui prenant doucement la main, la femme lui serre sans trop de pression.

« Je veux voir les costume ! Et après gouté les truc qu’on peut vendre au client ! »

Tirant vite le bras pour aller déjà voir les beau costume et les patron d’eux pour avoir un peu des échantillon de textile, bref le bonheur de sa sœur sans sa sœur ? Logique bonsoir. Arrivant devant les stand, la femme regarde les costume et en montre un pour Lyvion.

« Regarde avec toute ses paillettes, tu feras bien tapette ! »

Dit-elle en riant et en le jetant cette horreur beaucoup plus loin. Saisissant un fouet pour le regarder de haut en bas, riant un peu en imaginant pas du tout la bonne utilité.

« Monsieur Touc-Touc t’imagine le derrière de Lyvion ! »rit-elle

La perverse parle ça y est. Au moins cela amuse la petite femme qui au début ne voulait pas du tout venir ici, au moins elle ne regrette pas du tout ce petit moment en compagnie du jeune homme.





 

 
C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
 




avatar
Invité
Invité
Re: Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? ♔ June ♥ | Mar 30 Juin 2015, 00:47




June & Lyvion #2
« Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? »



C'était affreux. Elle se tenait devant lui la tête baissée et les doigts nerveusement entortillés, signe qu'elle était embarrassée par la situation, et lui ne savait soudainement plus comment se placer. Son esprit était soudainement devenu blanc, vide, figé dans son incapacité subite à réfléchir.
Non, vous ne rêvez pas : pour une fois Lyvion n'arrivait pas à réagir. Pas même pour balancer une pique aussi méchante que basse, sa spécialité. A vrai dire, il en avait même oublié sa colère de l'instant précédent. June avait réussi à lui mettre un bout de scotch invisible avec une réplique pourtant si simple ; il se contentait de la regarder, si choqué qu'il en avait l'air absent. Pourquoi voulait-elle attirer son attention ? Elle était en manque affectif ces derniers temps, Rose ne lui accordait pas autant d'attention que d'habitude ? Elle avait besoin d'un animal de compagnie ? Mais qu'est-ce que ça voulait dire, bordel ? Le pauvre ne se rendait absolument pas compte du message subliminal qu'elle venait d'envoyer. Mais en même temps comment le pourrait-il, quand elle-même n'en avait pas conscience ? À croire que l'un autant que l'autre faisait tout pour fermer les yeux face à ses sentiments.

Mais ce qui était encore plus choquant, c'était la raison pour laquelle notre griffon s'était transformé en statue.
En cet instant, alors qu'elle agissait quasi-pudiquement alors que c'était contraire à ses habitudes, lui-même la considéra d'une manière qui ne lui ressemblait pas : il la trouva mignonne. Et pas qu'un peu : terriblement, au point qu'il avait envie de la prendre dans ses bras alors qu'il n'était pas du genre chaleureux. Affreusement, au point qu'il se faisait peur.
Je sais, vous êtes sur le postérieur. Rassurez-vous, lui-même en était si surpris qu'il ne savait pas quoi en penser. A l'exception des bébés animaux Lyvion était en général peu friand de tout ce qui était adorable, de près ou de loin. Ça dégoulinait d'une niaiserie visqueuse et abrutissante, comment pouvait-on aimer quelque chose d'aussi écœurant ? Pourtant June ne le dégoûtait pas, loin de là. C'était étrange. Il ne le s'expliquait pas, alors son esprit travaillait à digérer ce choc pour mieux l'enfouir sous d'autres pensées ; depuis le temps, son mécanisme d'auto-défense contre tout sentiment inconnu qu'il n'oserait pas expérimenter était devenu infaillible.

Quand la vampire lui saisit la main, l'australien la laissa le guider jusqu'au coin tenues en rejetant ce qu'il venait de se passer pour se concentrer sur leur énième shopping – qui cette fois-ci n'allait pas tourner au vinaigre, fort heureusement.
June n'avait pas fini de le surprendre, car la première tenue qu'elle lui montra ressemblait fortement à une boule à facettes. Non mais sérieux, tu m'as cru dans un remix de Funky Cops ou quoi ? Fut le genre de pensée qu'il lui envoya par le regard, tandis qu'il disait à voix haute :

« Tu m'as pas bien regardé, je crois. »

Cependant, et il s'en doutait bien – enfin peut-être, parce qu'il savait qu'elle pouvait être imprévisible – , ce n'était qu'une blague. Non pas qu'il aurait enfilé cette horreur dans le cas contraire, hein ; il voulait bien lui faire plaisir, mais y'avait des limites à ce que sa fierté pouvait endurer.
Quoi qu'il en soit, dans la seconde d'après, sa collègue sembla vouloir prouver qu'au contraire elle l'avait soigneusement observé... En évoquant son fessier. Bon cela encore passait, ce qui en revanche le faisait moins, c'était qu'elle le regardait avec un drôle d'air tout en tenant un fouet. Allons bon, voilà qu'elle retombait dans la perversité. Quelle voyeuse, ça ne l'aurait pas étonné qu'elle cherche le moyen de les espionner sous la douche ! Si elle ne l'avait pas encore trouvé bien sûr. Vous me direz, la pudeur au cirque n'était pas de mise : beaucoup de membres n'hésitaient pas à se balader en sous-vêtements, pour le plus grand plaisir de June et le grand dam de Freya.
Enfin bref, Lyvion observa le serpentin de cuir dans toute la longueur avant de fixer la brunette, les traits emprunts de sérieux.

« Je suis pas contre ce genre d'accessoire, mais pas quand on veut s'en servir sur moi. » Logique, après tout c'était lui le dresseur. Cela dit il pouvait se vanter de ne pas avoir besoin d'un joujou pareil pour se faire écouter même des grands prédateurs.
Notre acajou avança alors vers June et lui prit le fouet des mains. Bah, quelques coups de fouet pourraient toujours impressionner les spectateurs durant les représentations, alors pourquoi pas ? Mais en voyant le prix, il le reposa tout de suite. C'était du vol, et on ne volait pas un radin ayant besoin d'argent pour acheter des bonbons. Tout à fait.
Il prit la alors par le bras et ils se dirigèrent vers la partie femmes du stand. Là, le jeune homme vit une paire de collants très originaux, avec des têtes de pingouins un peu partout, qu'il montra à sa camarade. « Ils iraient bien avec ta tenue, tu trouves pas ? » Après tout, elle portait parfois un horrible chapeau évoquant un pingouin.

Ils continuèrent leur petit tour de la lingerie, puis Lyvion laissa June récupérer des patrons et ils mirent le cap vers la partie goodies et nourriture. Et inévitablement, quand ils arrivèrent, son odorat s'affola : ça sentait le sucre de partout. Ils étaient entourés de bonbons. Inconsciemment il se dirigea vers un stand pour goûter leurs produits, trop heureux qu'il était de pouvoir en découvrir de nouveaux.
Tandis qu'il commençait à faire tourner la confiserie – dont la taille et la consistance se rapprochaient de l'arlequin – dans sa bouche, le Drymärchen se tourna vers la vampire. Il resta silencieux un instant le temps de savourer, puis agréablement surpris par le goût, coinça la friandise quelque part pour pouvoir parler sans risquer de la cracher.
« Mhhh, c'est pas mal ! Tu veux goûter ? » Proposa-t-il à Miss Loyal, prêt à en demander un pour elle dans un élan de galanterie. Mais par réflexe, il avait pointé ses lèvres du doigt ; c'en était à se demander ce qu'il lui demandait réellement de goûter.


made by MISS AMAZING.




avatar
Invité
Invité
Re: Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? ♔ June ♥ | Mar 21 Juil 2015, 16:01


 

 

 
« Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? »

 

La demoiselle ne se rendait pas trop compte de ce qu’elle vient de lui dire. June ne pensais pas du tout le perturber, enfin elle le trouve bizarre, il ne bouge plus semble totalement pétrifié… June est maintenant une méduse de la mythologie ? Woh trop puissante ! Penchant un peu la tête la femme ne pensait pas du tout que Lyvion allait être totalement bloqué.

Mais heureusement son blocage ne dure pas longtemps et ils purent aller au vêtement au la demoiselle ne c’est pas gênée pour l’embêter sur certaine tenue ce qui l’amuse pas mal. Pourtant le jeune homme la tire un peu plus loin vers le rayon des femmes. C’est sûr que la petite dame paillette dans les yeux adore cet endroit. Tout les vêtements de scènes, les chaussures, les tissus… La femme est au paradis c’est bon ! Soulevant un peu tout curieuse, la demoiselle essais de ne pas perdre la tête afin de la garder sur les épaules, puis n’oublions pas Lyvi nous a fait la moral sur le fait de se barrer partout. C’est alors qu’elle entend la voix de l’homme qui lui fait tourner la tête :

« Ils iraient bien avec ta tenue, tu trouves pas ? »

Ce qui est bien avec June, c’est qu’il y aussi le toucan qui regarde avec elle dans la même direction. Ce qui fait 4 yeux qui fixe le Mythologique. Sur le coup elle n’en remarqua pas tout de suite ce que c’était qu’il avait dans les mains, oui June il faut se rapprocher pour voir ce qu’il tient. C’est alors qu’elle remarque les petits motifs pingouin. Le prenant avec des étoiles dans les yeux la demoiselle vérifie bien que c’est  la bonne taille quand même avant de les prendre. Bien que ce n’est pas vraiment un cadeau de Lyvi, plus une trouvaille qu’elle achète. En plus de ça, elle prend quelque pelote de laine avec un sourire bien à elle. Au moins, elle pourra s’occuper à faire du tricot ! June suit le jeune homme pour se diriger vers une autre partie de l’exposition. Bien sûr, celui-ci remarqua bien vite ce que c’était vu comme il a foncé. Les bonbons ! Pêcher mignon de notre homme, ce qui est donc normal que celui-ci se dirige vers l’endroit ou goûter les bonbons. Penchant un peu la tête pour voir ce qu’il saisit, la femme regarde le roux châtain qui semble bien content de ce qu’il a en bouche !

« Mhhh, c'est pas mal ! Tu veux goûter ? »

La femme le regarde avec un petit sourire, bien que celui-ci laisser passer quelques rougeurs sur ses joues. Surtout que ses yeux sont focalisés sur les lèvres du Dompteur. Okay, c’est assez délicat comme situation, June ne sait pas vraiment ce qu’il entend par gouter ? Bien que son esprit pervers la tout de suite deviné…. Enfin, a pensé a la partie perverse. Un petit rire de la part de la madame Loyal et s’avance doucement.

« Mais bien sûr ♥ »

D’un pas assez sûr, la vampire s’approche de lui doucement, pose alors ses mains sur son torse et s’élève doucement pour sentir l’air expulser par le jeune homme sur son visage. Sur la pointe des pieds, la jeune femme affiche un petit sourire avant de fermer un peu les yeux. Il ne restait que quelques centimètres… Approchant encore plus, elle sentit d’un coup un mouvement sur sa tête. Voyant le toucan mettre son bec entre les deux. Un petit rire se fait entendre de la demoiselle qui recule avec quelques rougeurs sur le visage.

« Zut ! »

Dit-elle en se donnant un petit coup sur la tête en tirant la langue. Elle décide alors de prendre le bonbon mais un autre dans le bac en souriant. Il est bon c’est sûr, regardant la marque des bonbons, la femme met les bras dans le dos en serrant ses mains l’une contre l’autre.

« On devrait des échantillons pour voir si on peut en commercialisé ! Pour ton plus grand bonheur Lyvinou ! »

Son cœur semble battre de plus en plus, comme s’il voulait sortir de sa poitrine en ce moment même. C’est peut être pour ça qu’elle a vite reculé. Un étrange chaleur envahit la vampire, ne sachant pas trop quoi faire, ah si.

« J’ai soif maintenant ! Tu nous fais de la glace ? » Rit-elle « Ou simplement aller gouter les granitaaaaas ! »




 

 
C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
 
 
Vous vous attendiez à quoi, un rendez-vous amoureux ? ♔ June ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» MANU - Rendez-vous / 29.09.08
» [Soumy, Jean-Guy] Rendez-vous sur l'autre rive
» RENDEZ-VOUS A LA DATCHA de Marie Bertherat
» Enfin, "Rendez-Vous Au Tas De Sable" en DVD !!!
» LES COLLECTIONS OUBLIEES: 2- AU RENDEZ VOUS DE L'AVENTURE / VAILLANT

Sanctuary of Heart :: RPs abandonnés-
Sauter vers: