Partagez | 
 

 Mais tu m'avais dit qu'on ferait une sortie...[Pv Lyvion ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant




avatar
Invité
Invité
Mais tu m'avais dit qu'on ferait une sortie...[Pv Lyvion ♥] | Dim 19 Oct 2014, 14:11


   

   

   
« Mais tu m'avais dit qu'on ferait une sortie...  »

   

   Prenant un coussinet et se retirant doucement le fond de teint de son visage, c’est en regardant son visage dans le miroir que la demoiselle sourit, retirant la poudre pour que sa peau ne brille pas trop sous la lumière des projecteurs pendant le spectacle. On enlève doucement les lentilles violettes de ses yeux et on les désinfecte. June redevient naturelle, c’est étrange comme ça la rend moins adulte quand même. Enfilant sa petite robe préférée et sautant dans ses bottes marron clair, la femme s’étire pour se redonner de l’énergie. L’entrainement de la représentation a pris un peu plus de temps que prévu. Soupirant un peu en boudant en regardant l’heure, la demoiselle enlève son chapeau qu’elle a oublié d’enlever et le pend à côté d’un autre qu’elle n’a jamais mis… Il est très masculin, mais son père lui a donné en cadeau, donc c’est quelque chose de précieux pour elle !

Grignotant des biscuits dans son habitat naturel, la Yield penche la tête de gauche à droite regardant l’heure tourner doucement, mais qu’attend-t-elle ? Eh bien, le mystère sera vite dévoilé puis-ce que la demoiselle saute de son lit pour sortir dehors. Sautillant pour éviter de se prendre les pieds dans les câbles ou même sur un caillou, ça serait dommage de finir avec une blessure sur le front quand même, c’est super dure à cacher après pour le show. Regardant partout parmi les cages des animaux, la femme cherche une personne parmi toutes les bêtes. Fixant un lion qui baille, puis regardant un autre bébé lion qui dort avec un sourire. C’est vrai que c’est beau de les voir de prêt !

« Je me demande s’il peut faire un spectacle avec Schnauzer ! »

Un spectacle avec son affilé… A tous les coups, il va finir par se faire gober par celui-ci en pleine représentation, oui bon son Dango est assez spécial, n’aimant pas être touché ou obéir à d’autre ordre que ceux de June. Mais qui est donc ce ‘’il’’ ? Car après tout on en parle, mais on ne sait pas qui c’est pour vous. La demoiselle avance et voit enfin un humain parmi les bêtes qui semble vérifier quelque chose. A pas de velours, la madame Loyal approche doucement jusqu'à faire un :

« PAN ! Tu es mort ! »

Faisant le signe du pistolet avec ses doigts et en riant. De quoi faire une crise cardiaque pour la pauvre personne qui devait être plus dans son boulot qu’autre chose. La demoiselle continue de rire avant de remettre ses mains derrières elle. Penchant la tête pour voir ce qu’il fait, la vampire sourit et reprend vite la parole ne lui laissant pas un moment de répit à celui-ci.

« Tu fais quoi ? Tu n’es pas prêt ? Tu m’avais promis ! »

Faisant la moue quand même, la demoiselle le regarde avec une petite tête digne d’une enfant déçu par les gestes d’un ami. Mais de quoi parle-t-elle ? Eh bien d’une chose qui lui tenait très à cœur.

« Maintenant on va prendre du retard ! Tu m’avais dis que tu m’avais promis de m’accompagner le jour du soldes de nuit à la grande ville !! C’est qu’une fois par ans ! La dernière fois je ne pouvais pas… Lyviiiiiiii ! »

Oui bon, elle en a sûrement parlé un moment de faiblesse de l’homme, c’est bien son genre. La dame tape de la pointe du pied sur le sol en croisant les bras, c’est sûr qu’elle la veut sa sortie, elle qui est si joyeuse de la faire. Gonflant un tout petit peu les joues, en espérant qu’il ne lui dise pas un non quand même, car sinon ça va être  la crise.

« Aller dépêche toi ! Si tu n’es pas prêt rapidement, je vais te rendre ta soirée insupportable !»

Dit-elle en souriant contente de menacer maintenant… Aussi lunatique que changer de sous-vêtements, cette femme n’a pas de pitié pour le pauvre Lyvion. Enfin si ce n’était pas lui, ça aurait était un autre parmi toutes la troupe donc bon ! Il est le chanceux de l’histoire on va dire !


   

   
C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
   




avatar
Invité
Invité
Re: Mais tu m'avais dit qu'on ferait une sortie...[Pv Lyvion ♥] | Jeu 30 Oct 2014, 19:47






JUNE & LYVION
« Mais tu m'avais dit qu'on ferait une sortie... »



Accroupi dans l'herbe, au milieu d'un espace assez large délimité par une grille, Lyvion arborait un air sérieux qu'on ne lui connaissait habituellement pas. Dans ses iris azurées, on pouvait lire qu'il était entièrement concentré sur un examen minutieux. Pour quelle raison s'était-il défait de son indifférence ? Si vous voulez le savoir, il vous suffit de suivre son regard : celui-ci était rivé sur un lionceau, que le dresseur tenait de son bras gauche tout en le nourrissant au biberon grâce au droit. La petite créature tétait en le regardant avec des yeux ronds comme des billes, mais il sentait qu'elle manquait de vigueur. Son état s'améliorait de jour en jour pour sa plus grande satisfaction, mais il restait alerte – au cas où.
A quoi étaient dues les difficultés du petit ? Alors là. Il s'y connaissait peut-être bien en animaux, mais n'était pas vétérinaire pour autant (quoi que, c'en était pas loin). D'autant plus lorsque cela concernait un jeune animal, car encore avec les plus âgés il pouvait communiquer avec, mais les nouveaux nés n'étaient pas capables d'exprimer leurs pensées ou leurs sensations de manière claire et ordonnée. Pour vous donner une ordre d'idée, ça ressemblait beaucoup à des babillements. Vous comprenez les « areuh areuh » d'un gosse, vous, peut-être ?

Bref, Lyvion s'inquiétait un peu pour ce petit être fragile. Si ça avait été un enfant humain il l'aurait déjà jeté du haut d'un ravin, tellement cette faiblesse l'aurait insupporté (et parce que de toute façon il déteste les gamins). Mais là, le griffon se contentait de veiller. S'il ne faisait pas du traitement de faveur ? Mais pas du tout voyons. Et puis on ne peut pas comparer un lionceau à un nourrisson humain : à problèmes de santé égaux, le premier avait beaucoup plus de chances de s'en sortir. La plupart des animaux étaient bien plus résistants qu'un mortel après tout, mais parfois les différences morphologiques (genre la taille et le poids)(surtout la taille et le poids en fait) étaient trop importantes pour qu'on s'en rende compte.
Non loin de lui se trouvait la mère de la boule de poil qu'il tenait contre son torse. Elle était allongée et le regardait faire, plus parce qu'elle refusait de se séparer de son rejeton que par manque de confiance envers le soigneur. Brièvement, notre australien remonta le regard vers la lionne ; elle semblait fatiguée. Normal, son accouchement n'avait pas été de tout repos : elle n'était même pas arrivée au terme. Ses contractions s'étaient déclenchées bien plus tôt que prévu à cause d'un incident durant des répétitions (un lion en loupant un saut a failli l'écraser), qui a provoqué un pic de stress alors qu'elle était à quelques jours de son terme.

Autant dire que quand le travail avait commencé, Lyvion avait juré à voix haute. Mais finalement tout s'était bien passé. Les seuls soucis s'étaient déclarés un peu plus tard : la lionne avait du mal à retrouver ses forces, et le bébé lion aurait besoin d'attention.
Par chance, aucun des deux n'était en danger. La petite peluche âgée d'une semaine avait trouvé le moyen de tomber malade le lendemain de sa venue au monde, mais c'était passé vite et elle s'alimentait presque normalement désormais. Il allait pouvoir relâcher sa vigilance, c'était une magnifique nouvelle pour lui qui détestait ce genre de situation. Le Drymärchen lâcha un soupir, signe qu'il se détendait, avant de poser le biberon presque vide par terre. Bon, maintenant, il pouvait passer à...-

« PAN ! Tu es mort ! »

….. ARGH. Bordel, d'où on l'approchait discrètement alors qu'il était concentré ? Rah, on pouvait vraiment pas être tranquille une seule seconde ! Réprimant un sursaut tandis que son cœur loupait un battement, Easter prit une profonde et bruyante  inspiration, puis ferma les yeux en s'incitant au calme (son instinct premier aurait été de se retourner pour foutre un coup au crétin derrière lui). Cela fait il tourna la tête de manière à avoir un visuel de son quasi-agresseur, même s'il savait parfaitement de qui il s'agissait. Après tout le cirque comptait peu de gens, alors c'était facile de les reconnaître rien qu'à la voix. Mais le démon devait avoir envie d'envoyer à cette personne un regard du style « put*** mais t'es con, et arrêtes de rire un peu tu me casses les oreilles ».

« Tu voulais que je fasse une crise cardiaque, ou quoi... ? »

Demanda-t-il, sur un ton très  posé mais dans lequel on sentait quand même un peu d'agacement. Parce qu'il parlait peut-être calmement et tout (comme si on venait pas de le prendre par surprise), mais quand même, il s'estimait chanceux de pas avoir un cœur fragile. M'enfin, l'immortel l'avait dit pour la forme, il se doutait bien que cela n'affecterait pas Miss Loyal. La preuve, elle changea quasi-immédiatement de sujet en lui faisant remarquer qu'il n'était pas prêt. Mais prêt pour quoi... ? AH. Oh non, elle aurait pas pu oublier cette histoire de sortie ? Ou bien décider d'y aller seule ? Le pire c'était qu'elle semblait à fond, c'était limite si la demoiselle tapait pas du pied en hurlant. En tout cas, il avait l'impression qu'on essayait de l'assomer avec une massue. Tant d'énergie, c'était fatiguant. Et comme c'était fatiguant, il garda le silence pendant qu'elle s'excitait toute seule.

Quand June le menaça de lui rendre la soirée insupportable, Lyvion haussa un sourcil. Décidément, quand mademoiselle était partie dans un caprice, y'avait pas moyen de l'arrêter. Et puis, sa soirée n'était pas encore insupportable ?... Ouais non, mieux valait ne pas mettre cette vampire au défi sur ce point. Mine de rien elle était douée pour pourrir les autres, c'était une qualité qu'il lui reconnaissait.
Mais bon, quoi qu'on puisse croire, il l'aimait bien cette petite. C'était sa camarade de glande, ils passaient leur temps à regarder les autres travailler sans lever le petit doigt (quoi que, June levait-elle le petit doigt quand elle sirotait son thé ? Il n'avait pas fait attention). Un énième soupir lui échappa, suite auquel l'acajou déposa le lionceau auprès de sa mère. Puis il se redressa et se tourna vers June.

« T'es vraiment pas possible toi... Tu pouvais pas demander à quelqu'un d'autre de t'accompagner ? » C'était une blague, il savait que ce soir là comme par hasard les autres membres de la troupe seraient occupés, ou il-ne-savait-pas-quoi. Ou en tout cas, c'est ce qu'elle sortirait : un prétexte pour ne pas avoir à demander à un autre. Alors il se mit en route tout en enchaînant par « Je pue le fauve, alors t'as intérêt à le laisser le temps de me doucher et de me changer. Ah, et tu penseras bien à m'offrir quelque chose. Faut bien que tu paies le temps que j'vais passer avec toi. »

Ah là là, celui-là était vraiment indécrottable. Mais passons ; ensuite, le dresseur de fauves s'était rendu dans sa roulotte pour se préparer (ce qui veut dire chez lui : se doucher en cinq minutes top chrono puis enfiler les premiers trucs qui lui passaient sous la main)(au moins ne faisait-il pas attendre longtemps) avant de retrouver June.... Juste à la porte de sa roulotte. Étrangement, cela le le surprit même pas venant d'elle, parfois elle lui faisait penser à une stalkeuse. Alors quoi, elle avait peur qu'il s'enfuie par la fenêtre ou disparaisse comme par magie ? La confiance régnait dites donc.... Oui bon ok, je l'admet, elle avait bien raison de se méfier.Quoi qu'il en soit, Lyvion s'arrêta net et la regarda en mode blasé, avant de prendre la parole.
« Voilà. J'te suis. Au fait j'te préviens tout de suite : si jamais je te perd dans la foule, je rentre direct. La flemme de te chercher. »
Si il ne faisait pas par hasard référence à sa petite taille ? Naaaan, pas du tout, c'était pas son style voyons...

made by MISS AMAZING.




avatar
Invité
Invité
Re: Mais tu m'avais dit qu'on ferait une sortie...[Pv Lyvion ♥] | Ven 31 Oct 2014, 11:14


   

   

   
« Mais tu m'avait dit qu'on ferais une sortie...  »

   

   Elle n'aime pas attendre, et comme par pur masochisme, la femme choisie de sortir avec l'homme le plus mollasson du cirque. Pourtant, il est gentil le bougre faut bien le prendre c'est tout, et encore le prendre du bon côté, bien que de l'autre aussi on peut mais.... C'est quoi ce début foireux? Bref, June tape un peu du pied quand même, du fait qu'il n'est pas prêt, mais qu'en plus il pue le fauve, on croit qu'il l'a fait quand même exprès le méchant. Le regardant de haut en bas, c'est clair qu'il n'est pas sortable en ville, la honte quoi pour June, même si bon, vu le temps, elle peut le trainer comme ça, au moins ça aurait fait fuir les femmes qui vont être présentes!

Bon au moins, il sait qu'il ne peut pas dire non, le suivant tranquillement à sa roulotte, car sait-on jamais si celui-ci veut partir en courant, ou alors larver dans son lit et l'oublier, bref la demoiselle colle son oreille à la porte pour l'écouter le gentleman des fauves. Bien sûr, l'idée de mater par la fenêtre pour regarder à quoi ressemble l'intérieur du caleçon de l'homme, après tout le torse elle le connait, le bas... C'est encore inconnu, dans sa tête le bas de Lyvinou a un big point noir où il faut... Le pauvre est émasculé par June dans son esprit, c'est violent... Enfin, le jeune homme sort de sa maison sur roues, bien sûr il devait pas s'attendre à croiser directe la capricieuse devant sa porte les bras croisés à le fixer en mode «tant a mis du temp». Bien sûr, le dompteur qui est de mauvaise humeur souligne un truc comme pour énerver encore plus la demoiselle, alala, si la madame Loyal s'énerver pour si peu... Surtout que sa petite taille, elle l'adore, sa permet notamment de rentrer chez les gens et leur faire peur... A chacun sa façon d'être...

« Où plutôt que tu as trop peur de te paumer en me cherchant, heureusement que je suis là!»

Limite si son nez ne va pas grandir devant lui tellement cette demoiselle s'y croit! Lui prenant le bras contente enfin de partir, après tout quand même depuis le temps qu'elle attend, soit 20 minutes -ce qui est vachement long pour elle- La femme avance avec son garde du corps obligé d'avancer tirer par la vampire.

Bon okay, y aller à pied cela n'est pas génial non plus, le cirque devrait investir dans une voiture pour les sortie en ville ect... Enfin bref, les voilà enfin dans la ville de lumière en plus, pleins de gens se balade dans les rues pavé. La centenaire les yeux plein d'étoiles avance en gardant le bras de l'homme, faut pas le paumer, même s'il est assez grand pour être repérable. Essayant de lui faire passer plusieurs failles de gens pour arriver dans un premier magasin pour fille. Bon okay, vu le monde, ça va pas être évident mais elle n'a pas choisis Lyvion pour rien! Bien que Crim-Crim aurait pu être génial pour vider le magasin... Montant sur le dos de Louvi, la femme regarde d'en haut les trucs à prendre, au moins c'est pratique comme tour de guet. Redescendant doucement, pour utiliser sa rapidité la femme pour chourer les bons trucs pour aller après dans la cabine pour vérifier, bon c'est un peu plus long ok.

«Je me dépêche!»

Sortant de la cabine, la femme avance tranquillement à la caisse pour payer, car il n'empêche elle ne vole rien la petite! Contente de ses premiers achats dans une boutique très réputée, ils peuvent sortir pour aller dans des plus calmes, après tout c'est pas la foire partout. Arrivant cette fois dans une autre boutique mixte, précision qu'elle lui a complètement refilé tous les sacs, faut pas abuser. Regardant les robes, June penche la tête de gauche a droite en chantonnant! Et se saisit d'une robe un peu plus récente et la montre à Lyv

«T'en pense quoi? Elle est sympas avec son dos-nu? Quoi que c'est un peu osé... Bon peut être une autre. Tu me propose quoi?»

Dit-elle avec un petit sourire, après tout autant faire participer l'homme à sa quête de vêtement quand même ! Bien que bon, c'est quand même avec appréhension, c'est ton jamais quel truc il peut proposer? En même temps on peut dire que c'est un homme, parfois ils ont des goûts très bizarre... Pas grave, June aime bien avoir l'avis des autres, même si dans certain cas, elle n'en prend jamais compte...

«Et après, on va aller faire ta garde robe!»

Il est prévenu au moins... Bon dieu qu'il va pas avoir le temps de choisir, elle va même être capable de l'embarquer dans la cabine avec elle, pour l’habiller... June ne change pas une habitude qui gagne, un jour on lui dira que la pudeur existe... quoi que, ce mot n'existe pas dans le cirque quand on voit certain...

   

   
C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
   
[




avatar
Invité
Invité
Re: Mais tu m'avais dit qu'on ferait une sortie...[Pv Lyvion ♥] | Dim 14 Déc 2014, 20:11






June & Lyvion
« Mais tu m'avais dit q'on ferait une sortie... »



Lyvion était parfois un peu macho sur les bords ; ou plutôt, on le voyait comme tel. Mais c'était seulement parce que quand un homme rabaisse une femme, on le qualifie tout de suite ainsi. Le souci avec lui, c'était qu'il s'en prenait à beaucoup de gens – hommes, femmes, enfants ou vieillards. Il suffisait de correspondre à au moins l'un des critères suivants, parmi une longue liste dont je ne citerai que les trois premiers éléments pour ne pas y passer trop longtemps : être faible, être bête ou être casse-pieds. Évidemment, dans tous les cas, c'était lui qui décidait de manière plus ou moins arbitraire si vous faisiez partie de l'une de ces catégories. Après peut-être avait-il une petite tendance à trouver les femmes faibles, mais au final ce n'était pas du sexisme, seulement du cassage de pieds comme le métis savait si bien le faire. Bref, dans tous les cas, c'était un peu dur d'imaginer une femme le mener par le bout du nez. On l'imaginait plutôt du genre à n'en faire qu'à sa tête, sans se gêner pour ignorer ce qu'on lui disait lorsqu'il ne voulait pas l'entendre. Ou même à s'affirmer comme maillon fort, du genre c'est pas lui qui pliait face à la volonté des autres mais l'inverse.
Et pourtant, il existait dans le monde des personnes capables de le pousser à faire quelque chose dont il n'avait pas spécialement envie, sans avoir à employer des moyens barbares telles que la menace ou la drogue pour cela.

Justement, ce jour-là devait nous en fournir une preuve. Est-ce que vous arrivez à visualiser Lyvion le négligé en train de faire du shopping ? Si votre réponse est non, c'est tout à fait normal et vous avez raison : ce type était du genre à ne pas renouveler sa garde-robe tant qu'il ne le jugerait pas nécessaire, ou qu'on ne le ferait pas pour lui en lui offrant des vêtements. D'ailleurs si ses habits n'avaient pas une durée de vie de quatre ou cinq ans (jusqu'à ce qu'ils soient complètement usés à l'inutilisable quoi), c'était bien parce qu'il finissait par se rendre compte quand un haut ou un pantalon datait. Car à ce moment, comme le jeune homme était du genre à ne pas aimer garder de vieilles choses – à quelques exceptions près –, il les jetait.
Pourtant même s'il n'aimait pas sortir en pleine foule juste pour remplir son armoire, encore moins alors qu'il considérait avoir le nécessaire, le voilà qui sortait de sa roulotte prêt à s'aventurer dans le quartier commerçant. Mais que se passait-il ? Pour le comprendre, je vous invite à regarder qui l'attendait devant sa porte...

« Je connais assez bien la ville pour ne pas me perdre, et de nous deux c'est pas moi ai des soucis de mémoire il me semble. »

Répondit-il à son interlocutrice. Était-ce Freya ? Ça aurait pu, mais pour le coup, c'était avec l'autre amnésique qu'il se trouvait : June, pour les plus lents d'entre vous. Cette dernière n'attendit pas pour se saisir de son bras et le traîner à sa suite, forçant Lyvion à se pencher légèrement en avant. Il se laissa faire avec un soupir – cette manière de l'embarquer lui était désormais familière – , en se demandant ce qui lui avait pris d'accepter de l'accompagner.
Pour en revenir un peu à ce que j'ai dit précédemment, ce soir notre dresseur de fauves allait se faire balader par sa collègue dans les magasins car elle souhaitait profiter de soldes spéciales. Comme si ce genre de foire l'intéressait, tiens ; s'il y allait, c'est uniquement parce que la vampire ne lui aurait pas laissé le choix. Non pas qu'il ait vraiment essayé d'aller à son encontre – évitons tout acte inutile, ça fait des économies d'énergie –, mais de toute manière elle faisait partie de ces rares personnes capables de l'embarquer dans leurs plans sans rencontrer une résistance absolue – du moins, quand il y était prédisposé.

Et si au début notre Drymärchen n'était pas contre, à défaut de ne pas être complètement emballé, la marche faillit tuer le peu de motivation qu'il avait. Mais il tint bon jusqu'au bout, en se disant que faire demi-tour maintenant serait encore plus ennuyeux que continuer et que laisser June seule dans la ville, en pleine nuit, n'était pas une bonne idée... Comment ça, réfléchir à la manière d'un gentleman ne lui allait pas ? Roh taisez-vous, faut mélanger rêve et réalité de temps en temps.
Bref, la séance shopping n'avait pas encore commencé que Lyvion respirait déjà la joie et la bonne humeur -tousse-ironie-tousse-. Sa tête devait être légèrement effrayante, puisque certaines personnes s'éloignaient en la voyant. C'était sans doute pour cela que Miss Loyal l'avait choisi ; ça et le fait qu'elle pouvait... Monter sur son dos pour l'utiliser comme tour de guet. Tout à fait voyons, ceci était banal ! Pas la peine de vous préciser que plus d'une paire d'yeux se tourna vers eux et plus d'une bouche se mit en marche, cependant il en fit renoncer la plupart en leur envoyant un regard assassin.
N'empêche que cette situation n'était pas génial. Ainsi le démon envisagea-t-il de vanner sa camarade sur un excès de poids qu'elle n'avait pas, mais elle redescendit de ses épaules avant qu'il n'en ait le temps et fila à toute vitesse dans les rayons.

Il la regarda faire un instant en se disant qu'au moins ce serait rapide, puis ne voulant pas rester planté au beau milieu du magasin, alla ensuite se poster près des cabines dès que la sang-pur eut choisi la sienne.
Au bout d'un moment, Easter se rendit de la grave erreur qu'il avait commise en se disant qu'elle n'allait pas traîner ; le plus long chez elle n'était pas le choix, mais l'essayage. Il se tourna les pouces de longues minutes sans trop savoir que faire, à part contempler le balai de clients ou détailler les rayons.
Quand la demoiselle sortit enfin, il ne put retenir un « eh ben, heureusement que tu as dit te dépêcher » tout en lui emboîtant le pas. Ils passèrent à la caisse blindée – elle voulait pas se contenter de les voler pour aller plus vite ? – , dernière case avant la libération : leur sortie du magasin. Notre griffon ne fut pas mécontent de se retrouver à l'extérieur, mais ce fut de courte durée car la brunette pleine d'énergie qui le trimballait ne tarda pas à le mener dans une autre boutique. Elle se dirigea vers les robes, les regarda jusqu'à en trouver une à son goût et la lui montra en lui demandant son avis. Lyvion en s'imaginant June dans cette robe pensa qu'elle ferait bien plus mature, surtout que même si elle n'était pas bien grande elle avait des formes. Il y avait des chances pour qu'une telle tenue lui aille ; mais sans qu'il sache trop quoi quelque chose le dérangea, alors tout ce qu'il trouva à dire fut...

« Elle t'irait, si tu veux ressembler à une gamine qui pique les robes de sa mère pour jouer les grandes. J'ai pas vraiment besoin de vêtements, t'as pas une autre idée cadeau pour me remercier ? » Dit-il sur un ton peu aimable. Il s'approcha ensuite du portant, regarda un instant les modèles, et en prit un pour la montrer à son interlocutrice. « Tiens, celle-là serait parfaite je pense. » Son ton narquois traduisait sa raillerie ; en effet, la robe faisait sage fille, avec un petit côté écolière.
Mais accélérons un peu les choses, pour passer au moment où les deux artistes de cirque sortirent du magasin. Ils n'avaient pas fait trois pas qu'un homme cria aux soldes à la confiserie, ce qui bien évidemment attira immédiatement l'attention de notre accro au sucre favori ; à peine avait-il entendu cette annonce qu'il se tourna vers June. « Bah voilà, tu sais quoi m'offrir ! Viens, on va à la confiserie. ». Ils s'y dirigèrent donc tranquillement, même si cette fois-ci l'acajou marchait un peu plus vite. Une fois sur place commença le tour du magasin – c'était l'un des plus grands confiseurs du coin en plus – ; le sang-mêlé s'y prêta attentivement, tant et si bien qu'il ne remarqua pas qu'un gamin allait lui rentrer dedans jusqu'à ce que ce soit trop tard. Il aurait bien lancé des piques au gosse pour se venger, mais avant qu'il n'en ait le temps, celui-ci s'exclama avec un

« ah ! Le type aux lions ! » en le pointant du doigt, le faisant hausser un sourcil. What ?
« Oh, tu as raison ! » ajouta un autre enfant qui arriva alors. « Et elle, c'est la présentatrice ! On vous a vus hier au cirque ! »
« Oui et on a adoré ! On pourrait avoir un autographe ? Les autres membres sont ici aussi ? »
Oh, génial, trop content. Pourquoi ils avaient des étoiles dans les yeux au juste ? Lyvion soupira avec lassitude, et répondit « Vous vous trompez de personnes, laissez-nous tranquille. » en espérant qu'ainsi ils les lâcheraient, avant de se tourner vers June « Dis-leur qu'ils se trompent toi aussi. » S'ils étaient deux à le dire, les têtes à claque passeraient plus vite leur chemin n'est-ce pas ?


made by MISS AMAZING.


Couleur du gosse n°1 : #996699. Couleur du gosse n°2 : #009999 :3




avatar
Invité
Invité
Re: Mais tu m'avais dit qu'on ferait une sortie...[Pv Lyvion ♥] | Dim 04 Jan 2015, 14:56


   

   

   
« Mais tu m'avait dit qu'on ferais une sortie...  »

   

   On peut dire que notre demoiselle est vraiment une t’une fille, le shopping est une chose qu’elle adore, surtout collectionner tout plein de robe.  Bien sûr, ce n’est pas très drôle tout seul, donc la femme à demandé et non forcé, même si c’est vraiment forcé, Lyvion à venir avec elle. Mais, ce n’est pas vraiment méchant, June aime beaucoup la compagnie du dompteur, après tout il est amusant ! Bien que ce soit une remarque bien aiguisé !

Mais comme on dit, avec l’habitude c’est plus de la guimauve que des lames !  La demoiselle continue son shopping, bien que quand elle lui montra une robe un peu plus adulte, le jeune homme ou vieux, comme vous le sentez, lui dit que cela ferait fifille qui a volé sa maman… Gonflant un peu les joues, la vampire la pose en boudant un peu quand même. Alors l’homme brun lui montre une autre tenue un peu plus dans ses tons. La prenant avec des étoiles dans les yeux, la femme hoche la tête toute contente.

Bien sûr, elle l’a prend rapidement et sortie avec le dompteur dehors, avec tout le beau petit monde. Pourtant, une annonce va vite les faire re-rentrer dans un bâtiment, et ouais l’appel du sucre pour Lyvi, ça drogue comme on dit. C’est donc lui qui engage pour une fois la marche pour se diriger vers le confiseur.  Mais le gourmand ne remarque pas les plus petits que sois et rentre dans un gamin…  Qui d’un coup s’exclame devant lui…Des fan boy ? Trop mignon !  Des étoiles dans les  yeux, la femme adore les gosses qui les admirent, après tout c’est mignon et on peut en faire ce qu’on en veut. Prenant une pose de star, car oui June ne se sent plus du tout.

« Ouiiiiii, Je suis la grande madame Loyal ! Vous avez l’œil mes petits ! »

Avec un petit rire presque de grosse cruche qui s’y croit un peu trop, la femme leur frotte les cheveux. C’est bon, elle ne se sent plus du tout la petite.  Voyant plein de gamin venir avec des papiers, c’est bon c’est fini pour la sortie en paix. Voyant plein de petit bout de papier, c’est bon June va vraiment prendre la grosse tête.

« Bon dit elle en craquant les doigts T’as qu’a faire le plein Lyvinou ! Je m’occupe des fans ! »

Un petit sourire se dessine sur ses lèvres, ne voulant pas vexer les petits qui réclament, après tout c’est le public !  Se posant sur une chaise, la femme commence à signer des petits bouts de papier. Voir même un petit câlin, ou même prendre la pose avec des gamins pour de la photo. La popularité c’est vraiment génial quand on y pense.

« Au fait, y a le directeur du cirque ?! »

Disent certain gamin avec des étoiles dans les yeux. Sur le coup, la demoiselle penche un peu la tête, c’est vrai qu’il y a un directeur, mais…  Se grattant la tête, la vampire essais de s’en souvenir un peu. Un noir complet, aucune forme ne vient en tête de la femme.

« Le directeur madame ? Il est comment ? »

Se mordant un peu la lèvre inférieure, la demoiselle réfléchit un peu quand même, puis trouve une petite idée, après tout faut bien ne pas les vexer….

« Eh bah, si je vous le disais, vous ne viendrait plus me voir ! C’est le mystère du cirque avec un peu de chance vous le verrez notre directeur ! »

Un clin d’œil de la demoiselle avec limite la petite étoile qui sort sur le côté. Elle rit un peu en voyant les petits bouder, mais garde le sourire tous. Ils commencent à partir tranquillement pour rejoindre leurs parents. La vampire se décide à rejoindre enfin candy-man pour ne pas le laisser tout seul ! Mais, faut croire qu’elle ne peut pas avoir une minute de répit. Des hommes arrivent, ils sont assez bizarre pour des hommes, leur aura semble assez… noir ? Regardant un peu de loin, la demoiselle penche la tête et esquive une table que l’un de a lancé.

« De justesse !  Eh ce n’est pas bien de lancer des tables sur une demoiselle aussi mignonne que moi ! »

Les chevilles ça va bien ou bien ? Le pire c’est qu’elle se fait remarquer par un autre très rapide qui lui saisit donne un coup dans le ventre et passe à travers la vitrine et roule. Finissant sa route dans l’étalage de Mikado, les faisant tomber.

« …Coucou Lyvinou, tu devineras jamais ce qu’il se passe dehors ! »

Dit-elle avec ses égratignures sur le visage avec un sourire de gamine contente. L’homme balèze rentre par la vitrine, mais semble vraiment étrange… Il est bourrée ou bien ?


   

   
C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
   




avatar
Invité
Invité
Re: Mais tu m'avais dit qu'on ferait une sortie...[Pv Lyvion ♥] | Lun 05 Jan 2015, 00:21






JUNE & LYVION
« Mais tu m'avais dit qu'on ferait une sortie... »



Le duo du jour était tout de même assez insolite : le type peu soigné avec deux de tension, et la survoltée fan de shopping. Y'avait pas besoin de réfléchir longtemps pour savoir qui avait traîné qui. À vrai dire Lyvion ne prêtait aucune attention à la mode : il en avait vu des dizaines se succéder et revenir en force en plus d'un siècle, ça allait beaucoup trop vite à son goût pour qu'il ait envie de suivre. En plus, qu'est-ce que ça pourrait bien changer de porter un pantalon style disco et pas un jean ? Au final, les deux avaient exactement la même utilité. La seule chose qui changeait, c'était le regard des autres, qui nous disaient clairement "toi t'es vieux jeu, retournes hiberner dans ta cave". Mais le simple fait que les gens jugent sur le style vestimentaire nous éclairait sur le sujet : ce n'était qu'un produit de la société de consommation. L'effet nouvelle tendance à suivre absolument pour rester cool (donc être apprécié) permettait en général d'assurer un certain taux de vente, car ceux qui tombaient dans la spirale infernale achetaient régulièrement et en grande quantité.
L'acajou quant à lui se contentait de prendre les premiers trucs qui lui tombaient sous la main sans être trop moches, et basta. Alors il ne s'attendait pas à ce que la robe qu'il avait montré à June lui plaise, quand elle la lui prit des mains avec une expression ravie il la regarda en se demandant si c'était sérieux. Il connaissait instinctivement ses goûts, ou quoi... ?

Bah, au pire, elle était contente maintenant – donc ne serait pas forcément plus calme, mais moins casseuse de pieds si. Même si c'était pas trop le but à la base, puisque le jeune homme était partie d'une taquinerie sur sa taille, au final il n'était pas perdant. C'est ce qu'il pensa quand elle se mit en route avec la robe sous le bras, juste avant de la suivre en haussant les épaules. Il ne lui en fallait généralement pas beaucoup pour passer à autre chose, lorsque Lyvion tentait d'embêter sa collègue mais qu'elle ne réagissait pas comme prévu, parce qu'il savait que c'était dès lors peine perdue. C'était d'ailleurs quelque chose qu'il aimait bien, chez elle : sa capacité à être complètement décalée le surprenait et l'amusait.
Nos deux immortels sortirent du magasin peu de temps après. La première chose qui traversa l'esprit du griffon fut : ouf, cette fois-ci elle ne s'était pas attardée dans les cabines, et ils avaient moins de sacs de cette enseigne que de la précédente. Si elle achetait de moins en moins au fur et à mesure qu'ils visiteraient les boutiques, c'était tant mieux : il avait eu peur, en sortant de la première, que June se montre aussi dépensière partout. Après tout si elle l'avait amené, c'était aussi pour que le dresseur de fauves se coltine toutes ses emplettes tel un employé. Heureusement qu'une rémunération l'attendait, sinon ça aurait pu passer pour de l'esclavagisme.

D'ailleurs, quand un vendeur cria à la solde sur les confiseries, il sut tout de suite quel serait le moyen de paiement – puisque c'était lui qui le choisissait et elle qui déboursait, autant ne pas se priver.
Ce dont Easter se serait en revanche bien passé, ce fut la rencontre avec des gamins qui avaient assisté à l'un de leurs spectacles et les reconnurent tous les deux. Ne voulant pas se les coltiner il nia être le dompteur, cependant c'était sans compter sur June et son attrait pour la célébrité : elle réduit ses efforts (maigres, certes) à néant en moins de trois secondes, en prenant des airs de grande star trop heureuse de pouvoir étaler sa célébrité. Oui car le pire, c'était qu'elle s'y croyait vraiment.
Sans se soucier des enfants qui lui tiraient la manche en parlant d'autographes, de fauves et d'autres artistes (parce que s'il leur adressait la parole ce serait pour les envoyer bouler, mais ce serait se mettre la petite terreur brune à dos), l'australien regarda June avec un air blasé, en lui demandant du regard si c'était une blague. Mais non, mademoiselle était très sérieuse ! Elle était partie pour donner un autographe à tous les enfants présents actuellement dans le quartier, là, il la sentait motivée. Il se demanda un instant s'il allait devoir rester là avec elle, cependant comme si elle lisait dans ses pensées et avait décidé de se montrer compatissante, miss Loyal lui indiqua de rentrer dans la boutique sans elle.

Autant dire qu'il ne se priva pas pour le faire, en l'abandonnant avec la meute de gosse qui s'était attroupée près d'elle. Ce n'est de toute façon pas sur Lyvion qu'il fallait compter pour gérer la marmaille, lui serait capable d'en étrangler quelques-uns pour les endormir (sans les tuer, évidemment, vous le prenez pour qui ?) ; June se débrouillerait très bien toute seule, elle avait un don pour faire sa starlette surtout auprès des enfants car ils étaient plus réceptifs et ils l'adoraient. Bref, contrairement à lui elle serait mignonne et à l'aise, au milieu de ce troupeau de têtes blondes.
Une fois dans la boutique, notre sang-mêlé se mit à faire le tour tranquillement en remplissant petit à petit ses sacs de bonbons. Décidément, c'était un très bon magasin avec un large choix, les produits venaient d'un peu partout sur la Terre et l'île. Il se plaisait bien parmi les rayons dont émanaient de douces odeurs de sucre, de fruits ou d'acidulé selon l'endroit.
Après quelques minutes, le Drymärchen arriva à proximité du rayon qui l'intéressait le plus : celui où étaient disposés les mikados. Ces bâtonnets enrobés étaient devenus ses cigarettes à l'époque où il avait arrêté le tabac, depuis son addiction n'avait pas faibli.

Il s'arrêta devant le rayon et contempla la large gamme en provenance des quatre coins du monde. Cela ne se voyait pas forcément, mais un tel choix l'égayait : ce n'était pas tous les jours qu'il voyait cela. On pouvait presque voir des mikado dans ses yeux et autour de sa tête, en bon amateur de ces gourmandises qu'il était.
Cependant, avant que le dresseur de fauves n'ait le temps de faire sa sélection, tout s'effondra. Et je dis ça dans le sens propre du terme : quelque chose qu'il n'identifia pas immédiatement fracassa la vitrine de la boutique puis vint percuter le rayon qu'il était en train d'admir-hahem, de détailler. Ce n'est qu'après avoir regardé pendant quelques secondes les étagères et leur contenu étalés au sol, une expression impassible et vide de sentiments sur le visage (qui traduisait en fait son état de choc, sa désolation même, face à ce carnage), qu'il baissa enfin le regard pour voir ce qui en était la cause.
Quelle ne fut pas sa surprise, de voir une June souriante mais amochée, étalée à terre en lui adressant gaiement la parole comme si tout allait bien. Non le démon n'avait aucune idée de ce qu'il se passait, mais autant avouer qu'il aimerait bien le savoir. Alors pour avoir une idée plus claire de la situation, il se tourna vers la vitrine que son amie venait de traverser.

« … June, tu peux me dire pourquoi tu te fais agresser par des sans-cœur ? Qu'est-ce que tu as fait, encore ? »

Oui, encore, parce que dans son esprit le surnom officieux de la jeune femme était miss catastrophe.
M'enfin, rien ne changerait le fait que par la faute de ces bestioles, on allait enterrer des mikado ce soir. Et ça, Lyvion n'appréciait pas du tout. Personne ne touchait à sa drogue sacrée, point. Alors sans s'attarder en faisant la discussion avec sa pourtant charmante camarade, il fit quelques pas en direction du criminel numéro un et fit apparaître deux grands pics de glace. Seul l'un d'entre eux atteint sa cible, car celle-ci stoppa le second en l'attrapant à deux mains ; en voyant cela, il comprit que ces sans-cœur étaient quand même doués d'une certaine forme d'intelligence. Mais qu'importe. Il matérialisa de nouveaux pics et, profitant du fait que son adversaire était occupé avec eux, lui sauta dessus pour lui transpercer la gorge avec ses serres de griffon. L'empalement dura un petit instant, suite auquel le métis débarrassa son bras d'un large mouvement.
Entre-temps, les deux autres étaient arrivés au niveau de la vitrine et, sans lui laisser de répit, chargèrent ensemble. Il eut pour réflexe premier de se tenir prêt à les affronter, mais remarqua assez rapidement que ce n'étaient pas à lui qu'ils en voulaient ; n'ayant pas de temps à accorder à la réflexion, il jura tout bas en concentrant sa maîtrise de la glace dans la création d'un cercueil pour celui qui lui paraissait le plus rapide, et se jeta sur le plus baraqué en visant une nouvelle fois la gorge. Mais l'ennemi le vit arriver, et lui planta son bras transformé en épée sombre dans l'estomac juste avant que Lyvion ne l'atteigne.

Pas besoin de vous préciser que la sensation ne fut pas des plus agréables, hein. Sur le coup il cracha un peu de sang et sa vision se brouilla légèrement, mais déjà son pouvoir de régénération s'activait pour le maintenir en vie.
Ensuite, le sans-cœur le lança en direction du mur, contre lequel Easter se cogna la tête. Il se retrouva à terre, une flaque de sang commençant à se former autour de lui et le cerveau momentanément hors service. Quelques secondes furent nécessaire à son don pour qu'il puisse se relever, durant lesquelles il s'efforça de rester calme pour que la guérison soit plus efficace.
Une fois assez rétabli, il se redressa. La créature était focalisée sur la sang-pure, l'approchant lentement en tenant son bras transformé contre son torse.

« June ! »

Ce cri lui avait échappé, juste avant qu'il ne fasse apparaître ses ailes pour fondre sur l'agresseur et le plaquer au sol, tout en matérialisant un petit pic de glace pile à l'endroit où la tête du sans-cœur allait finir. Une fois celle-ci transpercée bien comme il fallait, Lyvion se releva, regarda un instant sa victime, puis se tourna vers June et s'approcha d'elle.

« Ils ont eu leur compte, ces fils de chiennes. » Dit-il avec le dédain qu'il ressentait envers eux, la rage que la perte des mikados lui insufflait. Mais quelque part, s'il était en colère, c'était aussi parce qu'ils avaient visé June et qu'elle aurait pu y passer. D'ailleurs il enchaîna ensuite, sur un ton plus aimable : « Ça va, tu n'as rien ? Tu sais ce qu'ils te voulaient ? »



made by MISS AMAZING.




avatar
Invité
Invité
Re: Mais tu m'avais dit qu'on ferait une sortie...[Pv Lyvion ♥] | Dim 11 Jan 2015, 18:08


   

   

   
« Mais tu m'avait dit qu'on ferais une sortie...  »

   

   Au mot de June ou bien par l’entrée extravaguant du truc qui arrive, Lyvi n’a pas perdu le temps de réaction, on va dire tant mieux quand même. Bien que pourtant, sur le coup June ne percute pas que c’est contre elle qui se trouve montrer, bah c’est bien étrange ? Elle n’a rien fait d’après elle… Quoi que faire la star dans la rue soit un crime ? Ouais, ce n’est pas encore écrit dans la loi qu’on n’a pas le droit.

Mais, pour le moment il y a des choses plus importantes que chercher le pourquoi du comment, comme sauver les pauvres mikados de leur chute. Diner spectacle, y a pas mieux on peut dire ! LA demoiselle mange de tout goût en voyant l’homme faire son affaire, faisant une petite grimace en voyant l’homme se faire trancher…

« …..Nooooooooon le gâchis de sang bande de criminel… »

Merci June, c’est vrai que c’est le moment de s’inquiéter de ça que de ta petite vie, mais ne cherchons pas plus loin, enfin y a pas besoin de chercher loin avec June, le plus important c’est la bouffe ici.  Bien que celle-ci à le sucre contrairement à mister qui a les coups… Mangeant comme un hamster, on bouge pas du tout de son emplacement, après tout pourquoi se fatiguer plus qu’autre chose ?

Mais, on peut jamais être tranquille dans ce pays, l’un des sans-cœur, car entre deux June a gagné un point d’observation, donc le sans-cœur approche la femme… Bah Lyvinou est K.O ? Bien le moment… Bien que quand elle entend la voix de l’homme son regard se tourne vers la direction du cri. Voyant l’homme re-foncer dessus, au moins dans le feu de l’action elle a eu le temps de finir le dernier bâton de mikado au sol… ! Lyvion revient vers elle, lui demandant si tout va bien… et bien sûr la réponse de June est tout autre…

« Je te mettrais un 7 sur 10, t’aurais pus faire moins sale quoi, regarde moi tout ce gâchis, t’as pensé au repas de moi ! Mon repas…. Amen, tu aurais du finir dans ma bouche… »

Faisant presque une prière de mort pour le sang de Lyvion, c’est bien le moment June. Mais la femme lui tend quelque bâton de mikado qu’elle a gardé de côté, oui elle est gentille, oui elle peut faire preuve de partage… Okay c’est très rare ! La demoiselle se relève tranquillement, regardant dans quel état est la boutique, bien sûr la meilleur réaction au monde et de fuir avec les sacs… et Lyvion en lui tirant le bras !

S’éloignant un peu plus loin, la demoiselle vérifie ses sacs, puis soulève le vêtements de Lyvion et vérifie si tout est en place. Lui bougeant un peu tout, elle tire même sur le pantalon pour regarder si monsieur bourse est bien en place…. Ahem June un peu de pudeur voyons ! Soupirant un peu, la femme se gratte la tête.

« Je ne sais pas du tout ce que je leur ai fait ! Peut être qu’ils sont jaloux de ma célébrité ! »

Mais bien sûr… Les chevilles vont toujours bien, je vous l’assure ! Bien que ce soit vrai que même June ne sait pas du tout pourquoi cette agression. Penchant la tête de gauche à droite, pour méditer un peu, mais rien ne vient.

Tout à coup, un bruit vient au loin, se baissant par réflexe, voilà un couvercle de poubelle qui lui passe au dessus… Un couvercle de poubelle… Clignant des yeux dépités, la femme ramasse le couvercle de poubelle. La femme voit la forme au loin et dans une rage très violente, lance le couvercle de poubelle dessus, ce qui touche.

« NON MAIS D’OÙ TU ME LANCE UNE COUVERCLE D’UN MERDE DE POUBELLE MEC ! JE MÉRITE AU MOINS UNE BALLE QU’UN COUVERCLE DE POUBELLE ! ESPÈCE D’ENFOIRÉ ! LAISSE MOI AVOIR UNE MORT CLASSE QUE UNE MORT AUSSI DÉBILE ! JE VAIS TE TUER !!!! »

Sur ses mots les plus agréables du monde, la demoiselle fonce tête baissé et saisis la tête du mec pour lui encastrer  dans la poubelle et le frappe…. Avec le couvercle ramasser rapidement.

« Non mais ! Voilà ! Ça t’apprendra ! »

Grognant sur le corps qui tombe au sol, le truc n’a pas vraiment eu le temps de réagir, on n’énerve pas June… Enfin pas avec un couvercle de poubelle. La femme jette son arme et revient en marmonnant. Mais ne comprend toujours pas ce que c’est cette agression perpétuel, c’est énervant autant de fan comme ça… Non ce ne sont pas des fans…

« Ils ont quoi ces choses à me poursuivre comme ça ! S’ils veulent un autographe, ils ont qu'à faire la queue ! »

La vampire boude un peu quand même, bien que pourtant elle aimerait vraiment comprendre ce qui ce passe quand même, pourquoi on en veut à sa vie ?  Soupirant, elle reprend un petit sourire et approche Lyvion en lui prenant le bras. Prête pour rentrer ! Mais alors qu’elle faisait chemin inverse, elle sentit un truc la toucher et se met à aller un peu plus loin, donc obligé de lâcher le bras de Lyvion et s’éloigne en roulant… La voilà maintenant attaché par un truc gluant bras collé à son corps…. Faisant de gros surpris, car n’empêche ça surprend ! La femme se débat et voit un truc énorme approcher…

« Désolé, les demandes en mariage comme ça…Nan. »

On veut la tuer ? Ou la Kidnapper ? C’est pas amusant là ! Marre d’être la victime de service… Se tortillant dans tout les sens, la femme essais de battre le frétillement du poisson ! Cette comparaison est tellement pas classe….


   

   
C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
   




avatar
Invité
Invité
Re: Mais tu m'avais dit qu'on ferait une sortie...[Pv Lyvion ♥] | Dim 18 Jan 2015, 23:25






June & Lyvion
« Mais tu m'avais dit qu'on ferait une sortie... »



L'un des traits de caractère favoris de June, pour Lyvion, était son sens des priorités complètement aléatoire mais rarement cohérent. Au moins, grâce à ça, elle arrivait à le surprendre encore – et même, à le faire rire. Car Lyvion était du genre à aimer les gens qui n'agissaient pas toujours comme il pourrait se l'imaginer. Bon en revanche il n'aimait pas ceux qui le surprenaient en insistant pour l'emmerder après qu'il ait dit non (cf l'aventure avec Spencer), mais puisque lui et Miss Loyal s'entendaient assez bien (pour ne pas dire qu'ils déconnaient pas mal, tous les deux), il n'y avait pas de souci de ce côté. Mais de toute façon la question ne se pose pas : elle faisait partie du cirque, or on pouvait remarquer une étrange concordance entre « membre du cirque » et « personne qu'il appréciait », même quand à première vue la personne en face faisait partie d'une catégorie qu'il détestait. Freya, par exemple, était limite l'archétype de la femme vulnérable, de cette faiblesse qu'il haïssait tant ; pourtant le dresseur de fauves en était venu à l'apprécier, et n'avait jamais attenté quoi que ce soit contre elle. Pourquoi ? Sans doute parce qu'en vivant quasi-H24 avec elle, il avait appris à la connaître et à l'apprécier. En plus les actes de violence pure, menés par une mauvaise intention, étaient strictement interdits entre les membres du cirque. Encore un effet de cette sacrée-satanée malédiction, parfois il se demandait si elle n'avait pas encore quelques surprises pour eux.

Bref, avec June, y'avait un bon feeling. Mais parfois, Lyvion devait quand même admettre que si elle le faisait rire, elle le désespérait aussi – simultanément bien sûr, sinon ce serait pas fun. C'était le principe de l'imprévu what the fuck qui nous tombe sur le coin du nez pour nous distraire agréablement.
En parlant d'imprévu, leur soirée shopping commençait fort de ce point de vue. Sérieux, depuis quand des sans-cœur s'en prenait à une cible en particulier ? Non parce qu'il fallait vraiment être bête, pour ne pas voir qu'ils en avaient spécifiquement après la sang-pur, même s'il n'était pas convaincu que son cœur avait une saveur toute particulière pour autant (je vous rassure, il n'allait pas goûter pour savoir). C'était pour lui du jamais vu, un tel acharnement chez ces créatures au Q.I aussi élevé que celui qu'une planche de bois flottant.
M'enfin, qu'ils soient déterminés à tuer June ou non, cela revenait au même : ils n'étaient pas de taille, face à notre super-griffon héros de son temps... Je blague bien sûr, sa personnalité n'avait pas brusquement changée. Rassurés ? Bien. Donc je disais qu'il ne lui fallut pas longtemps pour en faire de la charpie, et ainsi sauver sa collègue, mais surtout venger les mikado tombés lors de l'assaut brutal. Paix à eux, ils pouvaient rejoindre le paradis des mikado apaisés maintenant.

Quant à la demoiselle en détresse elle ne semblait pas le moins du monde traumatisée, puisqu'elle s'était mise à grignoter tranquillement tout en le regardant s'affairer, sans broncher, même lorsqu'il s'était fait transpercer de part en part (vous me direz, elle connaissait ses capacités de régénération, c'était sur elles qu'elle comptait quand elle lui pompait beaucoup de sang d'un coup). Et lorsque Lyvion s'approcha après le combat en s'enquérant de son état, sa réaction fut de lui mettre une note en déplorant le gâchis de sang. Euh, et le fait qu'il venait de se battre contre trois sans-cœur qui de base en avaient après sa vampirique personne, ça comptait ou bien... ? Bon d'accord, je vais me taire.
En tout cas, loin d'être froissé par cette réaction (puisque même s'il l'avait en partie fait pour elle il ne s'en rendait pas compte), le jeune homme en fut simplement surpris dans un premier temps, puis s'en amusa. Un sourire fugace étira ses lèvres, puis il haussa un sourcil en une attitude faussement vexé.

« 7, seulement ? Tu peux pas me mettre un peu plus ? Je t'ai défendue oh, c'est pas rien miss ingrate. »

Certes June n'avait pas répondu à sa deuxième question, c'est-à-dire celle sur les intentions de ces trois choses, mais au fond il s'en fichait un peu. Soit elle ne savait pas, soit elle ne voulait pas lui en parler, or dans le premier cas on y pouvait pas grand-chose et dans le second, eh bien c'était son choix. Le Drymärchen n'était pas du genre à tirer les vers du nez des gens dans ce genre de situation, surtout qu'en général, cela rendait les choses encore plus chiantes. C'étaient pas ses affaires, voilà tout, vive l'individualisme.

Enfin pour le coup, s'il prévoyait de rentrer au cirque seul pour ne pas être mêlé à d'éventuels soucis, c'était loupé : en lui attrapant la main pour le tirer à sa suite, la brunette ne lui laissa pas le choix. Bon bah tant pis, hein, let's go dans la joie et la bonne humeur. Encore heureux que l'australien ne soit pas complètement détaché de June, parce qu'autrement, elle n'aurait certainement pas pu le forcer de la sorte. Là, comme c'était elle, il se contenta d'abaisser les épaules tout en soupirant. Individualiste, oui, mais vis-à-vis de certaines personnes – dont celle-ci – il lui arrivait de céder du terrain.
Nos deux protagonistes s'arrêtèrent après quelque mètres, puis la jeune femme entreprit d'effectuer un état des lieux... Du corps de Lyvion. Alors s'il ne comprit pas grand-chose à ce qui lui arrivait quand elle souleva son haut, je vous raconte pas quand elle lui tira carrément le pantalon pour regarder à l'intérieur. S'il avait été un peu plus pudique quelques rougeurs seraient apparues sur ses joues, seulement il avait depuis belles lurettes passé ce stade (une chance et une quasi-obigation, quand on voyait la belle bande d'exhibitionnistes que formait la troupe), ainsi il se contenta de la regarder en mode mi blasé, mi mais-tu-me-fais-quoi-là.

Une fois sa charnelle curiosité satisfaite, June daigna enfin répondre à cette fameuse seconde question. Et comme le démon s'en doutait, elle ne savait absolument pas pourquoi ils l'avaient attaquée. Well, on s'en fichait alors, de toute façon ils n'étaient plus en  état de nuire désormais. Il chassa donc le sujet d'un haussement indifférent d'épaules, et la suivit quand elle se remit en marche.
Le souci, c'est que tout n'était pas terminé : alors qu'ils avançaient dans la zone déserte, sans doute à cause de l'attaque récente, on attentat une nouvelle fois à la vie de la présentatrice. Mais cette fois-ci avec un couvercle de poubelle, attention. Quand l'objet volant passa près de sa tête, il se dit qu'ils n'étaient pas prêts de rentrer à ce rythme. Eh bien tant pis, car au moins, le spectacle que lui offrit sa camarade valut le détour ; elle entra dans une rage noire, tout ça parce qu'elle aurait préféré se faire tirer dessus avec une arme plutôt que se prendre un couvercle de poubelle dégoûtant dans la face. Avouez que c'était concept. Bon quelque part c'était aussi compréhensible, on fait plus classe et infiniment plus propre comme projectile mortel. N'empêche que c'était marrant de la voir, elle qui est toujours du genre à plaisanter de tout et qui n'avait pas cillé tout à l'heure alors qu'on en voulait à sa vie et qu'une bagarre se déroulait sous ses yeux, s'énerver comme ça pour un simple plateau métallique qu'on lui avait envoyé dessus.

Bref, pour le coup, ce fut Lyvion qui resta de côté pendant que June faisait tout le boulot. C'était tellement drôle à voir que, tout du long, un mince sourire resta accroché à son faciès. Énerver June était décidément une erreur fatale, dommage que ce sans-cœur n'ait pas survécu à son passage à tabac pour le raconter à ses semblables.
Quand elle revint vers lui, avec une mine boudeuse digne d'un enfant, il ne put s'empêcher de la taquiner en lui tapotant gentiment le sommet du crâne.

« Tu es trop populaire en même temps, ça rend certains fans fous de jalousie. »

C'était évidemment une nouvelle manifestation de son ironie à toute épreuve. Parce qu'elle était sans doute loin d'avoir assez d'admirateurs pour que certains soient tentés de la tuer afin de la garder pour eux seuls. D'ailleurs la plupart d'entre eux n'étaient que des enfants, donc ils étaient loin de ce genre de chose.
Par la suite, elle lui prit le bras en souriant et ils allèrent pour continuer leur chemin. Ah, si seulement tout avait été si simple ! Mais voilà, celui (ou celles, ou ceux) qui en voulait à la brune était de toute évidence quelqu'un d'acharné.

Quand Lyvion la sentit le lâcher subitement, puis qu'il la vit rouler à terre, il ne put s'empêcher d'agrandir les yeux avec surprise. Mais what ? Bordel, il se passait quoi ici ? Et c'était quoi, cette chose gluante collée à June ? Sans tarder, il s'approcha d'elle pour s'accroupir à ses côtés et examina la substance du regard. Il était incapable de déterminer sa composition, ni même si c'était quelque chose de vivant ou non, en revanche il comprit en voyant de légers mouvements que cette chose avait la capacité de s'étendre. Donc, de recouvrir entièrement sa cible. Pour éviter cela le sang-mêlé approcha sa main, la plaçant juste au-dessus.
« Tu vas avoir un peu froid. » Dit-il, avant d'utiliser sa maîtrise de la glace pour geler l'espèce de gelée. Ce n'était qu'une mesure temporaire, car cette chose semblait résistante, elle allait donc chercher à se libérer de la glace pour pouvoir continuer son œuvre. Et il n'avait aucun moyen de savoir combien de temps cela prendrait.
Mais au moins, pour l'instant, June était sauve. Easter put donc se concentrer sur le nouveau sans-cœur qui était apparu, se redressant pour lui faire face.

Il avait peut-être l'air aussi flegmatique que d'habitude, mais ça commençait à se bousculer dans sa boîte crânienne. Tabasser ce sans-cœur pour lui soutirer des informations l'aurait bien tenté, si seulement cela aurait été utile. Cependant il pouvait au moins estimer que la personne qui les contrôlait n'était pas bien loin, sinon elle ne pourrait pas les manipuler aussi bien. Lyvion fit donc de nouveau apparaître ses ailes, pour s'envoler rapidement en se saisissant de son adversaire au passage. La bestiole ne comprit pas ce qui lui arrivait, ni n'en eut l'occasion, puisque dès qu'il estima être à la bonne attitude, le jeune homme l'acheva avec ses serres.
Ensuite, il fit appel à ses yeux de griffon (une autre partie très pratique car elle conférait une vision d'aigle) pour examiner les environs. Dès qu'une silhouette suspecte - en pleine fuite vers une cachette - entra dans son champ de vision, il n'hésita pas une seconde à lui fondre dessus pour l'envoyer contre le mur. Il se posa ensuite juste en face de l'inconnu, un homme qui ne lui disait strictement rien, et le toisa d'une manière qui ne laissait pas de doute quant à son humeur.

…...

A peine quelques minutes plus tard de questions et d'une farouche défense de la part du type, Lyvion revint vers June par la voie des airs, en lâchant son paquet humain à environ un mètre d'elle avant d'atterrir. Il alla ensuite attraper le suspect, en lui entourant la gorge de ses serres histoire de le dissuader de faire une bêtise, et le traîna jusqu'à elle.

« Ce type te dit quelque chose ? J'pense que c'est lui qui t'a envoyé de la glu dessus. » Il jeta ensuite un regard en coin dédaigneux au dit homme, avant de continuer. « Par contre, il est trop con pour contrôler les sans-cœur à mon avis. » Cette remarque ne sembla pas plaire au concerné, mais tant pis pour lui. L'avait qu'à pas jouer les casse-pieds. D'ailleurs, je peux vous assurer qu'il allait retirer la substance étrange engluée à June, de gré ou de force.


made by MISS AMAZING.




avatar
Invité
Invité
Re: Mais tu m'avais dit qu'on ferait une sortie...[Pv Lyvion ♥] | Dim 01 Fév 2015, 15:41


   

   

   
« Mais tu m'avait dit qu'on ferais une sortie...  »

   

   Pour une sortie originale, on ne peut pas dire que celle-ci ne l’est pas du tout. Bien sûr… La demoiselle n’a pas prévu une chose pareil quand même, enfin comment prévoir ça ? C’est impossible ! June n’est pas le genre à risquer sa vie comme ça d’un coup, surtout pour du shopping. Elle veut juste de nouvelle tenue, pas une nouvelle coupe dans son corps. Des gens qui en veulent à sa vie ? C’est certes pas la première fois qu’il y a des jaloux de sa personne, mais à ce point ? C’est bizarre tout de même.

Puis, elle veut passer du bon temps avec Lyvion, pas le faire courir dans tous les sens, sans elle. Yield se retrouve malgré tout dans une situation délicate, la voilà comme emprise d’un truc gluant qui semble un peu trop chaud pour elle. Se tortillant dans tous les sens, la femme regarde le Griffon qui n’eu pour réflexe de geler la substance, comme pour ralentir sa progression. Claquant un peu des dents, la femme n’est pas non plus une personne qui ne ressent aucunement le changement de température, c’est même un peu frileux qu’elle est. June le regarde partir quand même inquiète. Tout sa part sa faute ? Super d’être une femme fragile. Bougeant un peu pour enlever cette chose, pas moyen du tout.

Se retrouvant donc allongé entrain de regarder le ciel qui semble montrer les étoiles brillé, la demoiselle soupir un peu. Fermant un peu les yeux comme pour se vider un peu la tête, mais alors qu’elle commence à se détendre, une drôle d’image lui revient en tête…Secouant un peu la tête… Pourquoi était elle allongé sur un planché nue ? C’est quoi cette image ? Non, ce n’est pas possible en soit. Ces images qui viennent souvent dans sa tête, comme un frisson… Elle ne comprend rien du tout à tout cela… C’est vrai que pour June, elle a beau essayer de savoir le pourquoi de certaine chose, le noir… Même son enfance elle ne la voit pas du tout… Comme si on lui avait enlevé une partie de sa mémoire. C’est comme si, on lui a enlevé tout le début du livre de sa vie… Quelque chose d’incomplet, est-ce qu’elle est incomplète ?

C’est bien le moment de douter de soi même… ca ne fait en rien avancer les quand même, la vampire est toujours là par terre à attendre que le temps passe. Bon okay, ce n’est pas non plus fatiguant d’attendre, mais ne pas savoir ce qui arrive à Lyvion, ne la rassure pas trop, et s’il se fait tuer ? Non, impossible, il ne peut pas mourir pour June, après tout on ferait quoi sans lui ? Pas grand-chose.. Sentant la gelé qui bouge et bruler un peu, la demoiselle essaie de contrôler son propre sang, mais elle se sent comme vider…ce truc... Semble consommer son énergie… Super, on va aller au lit plus tôt alors.

Faisant un dernier soupir, elle entend un bruit et tourne la tête pour voir ce qui se passe. Voyant un homme apparaitre à coté d’elle, la demoiselle cligne des yeux un peu surprise, Lyvi a bien changé, elle a le souvenir de quelque chose de plus sexy. Mais, elle le revu juste pas loin d’elle, c’est un peu rassuré qu’elle regarde l’autre inconnus se faire prendre pour qu’elle le voit bien.

La demoiselle le regarde de haut en bas, essayant de voir si le moindre petit élément de sa personne lui rappel quelque chose. Bien sûr, elle-même sait ne l’avoir jamais vu, et sa mémoire le confirme aussi. Faisant non de la tête, la demoiselle soupir. Qui est ce type ? Personne bien sûr… Cela n’aide en rien pour savoir la réponse à la question de cette agression. La fatigue se dessine sur le visage de June, sentant une brulure sur sa peau…

« Je me sens pas super en forme là… »

C’est tout ce qu’elle réussit à dire sur le coup. Elle veut rentrer d’un coup, elle veut son lit… Loin de tout ça, pourquoi on l’agresse ? C’est la partie noire de sa mémoire la réponse ? Non, ce n’est pas ça… Regardant encore l’homme, il ne semble pas bien vieux, enfin après faire attention à l’âge n’est pas non plus quelque chose d’important ici. L’homme la regarde assez hautainement avec un petit sourire, est-ce qu’elle le connait ?

« Eh bien qu’elle être pitoyable tu es… Mais au moins, tu es là bien vivante. »

Un sourire s’apparente sur son visage. June ne se sent pas du tout à l’aise… Comme l’impression de l’avoir déjà vu, mais où… Essayant de se rappeler un peu, la demoiselle force sa mémoire… Mais plus elle force, plus son énergie semble s’exciter… Pourquoi la rage ? Pourquoi cette haine qui vient… ? Secouant un peu la tête… La demoiselle rouvre les yeux en le voyant… Un drapeau rouge…un cercle blanc…une marque flou noir au milieu…c’est quoi ? Dans sa tête quelque chose se bat… Refermant les yeux, comme si son corps a l’impression d’avoir une rage intérieure… De la rage, il y a de la rage qui se réveil.. Mais ça vient d’où ? June ne peut pas autan haïr quelqu’un quand même ? Peut être que son corps panique, il essaie sûrement de se défendre… Un moment de noir lui arrive, comme une absence….

Rouvrant les yeux, celle-ci se trouve avec un œil vairon vert… Fixant l’homme devant elle. Se mordant la lèvre pour se la faire saigné, la demoiselle le regarde d’un air beaucoup trop sérieux pour que ce soit June… Son corps réagit comme tout seul. Un regard beaucoup plus adulte, un regard qui ne semble laisser aucune pitié envers cet homme. Refermant les yeux, la femme ne fait qu’un soupir.

« Toi tu ne l’est plus par contre. »

Un phrase dite comme ça, et le sang qui coule sur sa lèvre se dresse en un fil assez léger mais brillant comme l’acier. Se jetant en plein milieu du front et transperçant la tête l’homme. Bien sûr, l’effet était sans compter qu’il meurt, c’est logique en sois.

La glu étrange semble disparaitre progressivement, laissant la glace entouré June. Toussant un peu, la demoiselle rouvre les yeux, comme si elle a l’impression de dormir pendant un long moment. Voyant l’homme mort, peut être que Lyvion a jugé de le tuer ? Oui, sûrement… Tremblant un peu, la demoiselle gonfle les joues.

« Ca caille !! ENLEVE MOI CA ! »

Oui, d’un gros contraste ou non, la femme perd tout sérieux en voyant qu’elle peut un peu bouger. Mais quand l’espèce de truc est retirée, sa chère petite robe n’était… Plus existante ? En fait y avait juste assez pour cacher le rond rose de sa poitrine, bien qu’on y voit la rondeur, mais heureusement le dessous d’en bas à tenue le coup…Bien sûr, quelque brulure par ici et par là.

« Quel pervers ! Ma robe…. Mal en plus…. Enfoiré… »

Serrant ses bras pour se réchauffer qu’au lieu de cacher, elle regarde le griffon de son regard fatigué, mais aussi plein de question… que ce passe-t-il ? Pourquoi….tout ça ?



   

   
C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
   




avatar
Invité
Invité
Re: Mais tu m'avais dit qu'on ferait une sortie...[Pv Lyvion ♥] | Dim 08 Fév 2015, 23:59






June & Lyvion
« Mais tu m'avais dit qu'on ferait une sortie... »



Au fond, June était quelqu'un de très mystérieux. Même si elle ne semblait avoir aucun tabou et était plutôt honnête. Elle avait un jour débarqué au cirque, amnésique et inconnue au bataillon, escortée par une Roselia qui semblait différente de d'habitude ; mais c'est aussi à cette période qu'Elysion se mit à n'apparaître que tous les trente-six du mois, ainsi chacun mit sa déprime sur le compte de ce record d'absentéisme – et son attachement à June sur le petit vide qu cela engendrait. Vous parlez d'un patron et d'un frère digne de ces noms, il n'était jamais au cirque qu'il était censé diriger et laissait sa sœur se faire un sang d'encre... Il n'assumait rien et ne créait que des ennuis aux autres, quoi. M'enfin, à la limite Lyvion s'en fichait bien de ne jamais le voir, car étrangement le courant ne passait pas entre eux : Elysion le détestait profondément pour une raison ou pour une autre, quant à lui, eh bien il n'avait pas de raison d'apprécier quelqu'un qui le détestait. Il était obligé de l'écouter dans une certaine mesure à cause de la malédiction, mais prenait un malin plaisir à se métamorphoser partiellement lorsque le vampire était dans le coin car il le savait allergique aux plumes en tout genre. C'était vraiment très drôle, de le voir éternuer tout en le menaçant vainement. D'ailleurs, notre griffon puisait une certaine satisfaction dans le fait d'être l'une des seules personnes capables de lui faire perdre toute crédibilité.

Bref, ils ne savaient pas grand chose de leur miss Loyal, à part qu'elle était assez particulière dans son genre. Mais qui ne l'était pas dans le cirque, franchement ? Chaque membre avait son petit vice, sa facette cachée, ou un caractère plus que merdique. Avec un cocktail comme le leur, c'était étonnant qu'ils arrivent à garder une certaine cohésion en tant que groupe.
Mais le fait était que quelqu'un en voulait à June, assez pour lui envoyer des sans-cœur aux trousses. Ce n'était pas un mauvais plan au fond, puisque ainsi le coupable n'avait pas à se salir les mains ni même à se montrer. Et puis les créatures d'ombre ne représentaient au final pas grand chose de plus qu'une nuisance pour les habitants de l'île, alors quitte à faire, pourquoi ne pas s'en servir comme des pions dispensables à souhait et présents en grand nombre dans le coin ? Vraiment, y'avait de l'idée dans ce plan, c'était très ingénieux. Sans parler du type capable de projeter une sorte de substance gluante, posté en embuscade au cas où June se montrerait plus résistante que prévu. Quelle volonté d'abattre sa cible on sentait, chez le maître penseur de la tentative de meurtre... Malheureusement pour lui, ce qu'il n'avait pas prévu, c'est que June serait accompagnée d'un mec dont la spécialité est d'être une épine dans le pied. Et qui, en plus, savait plutôt bien se battre et se servir de ses capacités.

Bon, je vois d'ici Lyvion se jeter des fleurs en mode « acclamez-moi sans ma géniale personne June ne s'en serait jamais sortie », donc je vais arrêter là. Surtout qu'il fait le fier, mais au fond il a pas mal flippé pour elle. C'est qu'il ne la déteste pas, au contraire, elle fait partie des membres qu'il apprécie le plus dans la troupe. Il s'était attaché à elle oui, encore fallait-il que cela se définisse réellement hein.
Quoi qu'il en soit, ce n'était pas faux de dire que notre Drymärchen l'avait bien aidée. Il avait même réussi à lui apporter le projeteur de super glu. Bien sûr il avait espéré que par un quelconque miracle, ce type lui aurait rappelé quelque chose, mais ce ne fut pas le cas : la brunette répondit à sa question d'un signe négatif de la tête. Elle avoua alors ne pas être en forme, et son ton le confirmait. Une faible onde d'inquiétude se souleva au fond de lui, le faisant légèrement froncer les sourcils. « Je veux bien te croire, t'es toute pâle. Ça va aller ? » Lui demanda-t-il, sans réaliser sur le coup que ce genre de question était rare venant de lui. Que voulez-vous, elle semblait réellement fatiguée et quelque peu chamboulée, ce qui n'était pas étonnant puisqu'on essayait sans raison apparente de la tuer.

À côté, monsieur UHU faisait une tête que l'acajou ne pouvait pas voir de sa position, ce qui n'était pas plus mal car il aurait sans doute eu envie de lui arracher le visage. Mais n'empêche que quand il prit la parole avec ce ton hautain voir moqueur, un certain agacement monta en lui : ce mec semblait tellement grande gueule qu'il se demanda s'il ne devait pas le remettre à sa place. L'ouvrir quand on vient de se faire botter les fesses par Lyvion est une mauvaise idée, rappelez-vous.
Seulement ce n'était que du vent, il en avait conscience. Ainsi, sa réplique n'eut pas plus d'effet qu'une petite brise sur lui. En revanche, la réaction de June l'interpella : elle s'était mise à se recroqueviller un peu en fermant les yeux, comme si elle était en prise avec une douleur intense. Il la regarda en se demandant ce qu'il se passait, tandis qu'il prononçait un « June ? » perplexe. Depuis quand ce genre de petite remarque lui faisait tant d'effet ? Elle était soudainement devenue susceptible ? Oh non, elle avait ses règles ?!... Oui bon, c'était naze et très masculin comme raisonnement, excusez-le. Quoi qu'il en soit, le dresseur de fauves l'observa jusqu'à ce qu'elle redresse la tête vers eux. Et quand il vit que l'un de ses iris avait tourné au vert, il fut carrément perdu. C'était quoi, ça, une mutation génétique subite ?

En plus, la manière dont June regardait le type et le ton avec laquelle s'exprima n'avaient rien à voir avec ce qu'il connaissait d'elle. Ils résonnaient dans sa mémoire comme familiers, mais Lyvion n'arriva pas à savoir quelle personne ils évoquaient en lui. Ce qui était sûr c'est qu'il était tenté de croire qu'on avait pris possession de son corps, sans se douter que c'était en vérité bien plus que cela.
Cette June inconnue utilisa le sang qui coulait sur ses lèvres pour transpercer de part en part le crâne de l'inconnu, le tuant sur le coup par ce geste. L'australien n'osait même plus bouger, tellement la situation était étrange ; son souffle s'était ralenti. Puis sa camarade ferma de nouveau les yeux, et quand elle les rouvrit son comportement était devenu normal, ce qui le soulagea d'un poids qu'il n'avait pas ressenti jusque là et lui était complètement inconnu. Il abattit ses paupières en soufflant un coup, avant de porter le regard sur June... Qui ne portait presque plus rien. Quand il s'en rendit compte, le sang-mêlé ne put s'empêcher de se racler doucement la gorge, mais eut la délicatesse de faire comme si de rien n'était. En revanche, quand elle posa sur lui ce regard plein d'interrogations auxquelles il n'avait aucune réponse, il se sentit pris au dépourvu. Lui aussi aimerait bien savoir ce qui venait de se passer, pourquoi on s'en prenait à elle et pas à un autre.

Il la regarda un instant dans les yeux, entrouvrit plusieurs fois les lèvres comme pour prendre la parole, cependant rien n'y faisait. Il n'en avait aucune idée. Pourtant il aurait aimé être capable de la soulager un peu, d'apporter des réponses à ces questions qui la troublaient. Soudainement frustré, Lyvion serra les poings tout en pinçant les lèvres et détourna le regard. Il balaya d'un coup toute confusion de son esprit pour se raffermir, puis reprit la parole tout en se dirigeant vers son interlocutrice.
« Tu te comportes comme une princesse dans toutes les situations, ma parole. » Dit-il sur un ton banal – du moins, banal pour lui. Arrivé à la fin de sa phrase, il avait posé la main sur le bloc de glace pour le faire disparaître, ce qui dévoila un peu plus la peau lisse de June.
Le démon continua alors plus bas, et plus sérieusement. « Je sais pas qui t'en veut, mais à l'avenir sois prudente, ok ? Si possible, ne sors jamais sans un membre de la troupe. » Pourquoi avait-il eu cette envie folle de lui dire de rester là où il pourrait garder un œil sur elle ? Pourquoi envisageait-il aussi sérieusement de veiller sur elle de près ? Pourquoi souhaitait-il si fort qu'l ne lui arriverait rien ?

C'était si mystérieux.... Mais aussi si familier, si effrayant qu'il avait envie de s'arracher quelques cheveux. Ce n'était pas, n'était plus lui. Il ne voulait pas s'attacher autant à quelqu'un, se sentir si concerné par la sécurité et le bien-être d'un autre que lui-même. C'était fini, l'époque où il veillait sur les autres.
Ces pensées tournoyaient en lui, pourtant, il s'évertuait à ne rien montrer. Mais Easter resta quelques instants immobiles, accroupi près de June tout en regardant dans le vague, comme s'il s'était endormi sur place. Finalement il revint brusquement à la réalité, la situation présente, et ses cils papillonnèrent un peu avant qu'il ne reporte son attention sur la demoiselle. « Tu peux marcher ? » Agir normalement, s'ordonnait-il.
Il se trouva que la réponse était non ; ainsi, après une sorte de mini-débat dont ils avaient le secret, elle obtint de lui qu'il la porte comme une princesse pour le trajet retour. Quand elle fut installée dans ses bras le jeune homme déploya ses ailes, et les voilà partis en direction du cirque par la voie des airs. Maintenir sa transformation aussi longtemps puisa dans ses réserves, mais il parvint quand même à atterrir en douceur devant la roulotte de June et à la déposer dans son lit.

Une fois cela fait, Lyvion s'assit un instant au bord du dit lit en poussant un soupir – il n'était pas habitué à faire autant d'exercice oh – et n'eut même pas la foi de lui faire de remarque sur un pseudo surpoids. Il se contenta de se tourner vers elle, de dégager une mèche brune de son front, puis de lui adresser un « Bonne nuit » à voix basse avant de se lever.
Elle comme lui avait besoin de sommeil. Qui sait, peut-être que le lendemain, les choses leur paraîtront un peu plus clair.


made by MISS AMAZING.
 
Mais tu m'avais dit qu'on ferait une sortie...[Pv Lyvion ♥]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mais tu m'avais dit qu'on ferait une sortie...[Pv Lyvion ♥]
» Dommage
» Avant j'avais une barbe, mais ça c'était avant
» Zut. J'avais une idée cool mais quelqu'un l'a déjà prise. Yop, sinon !
» Les pubs qui vous énervent !

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Marché-
Sauter vers: