Partagez | 
 

 Le phénix et le griffon, la rencontre. /PV Lyvion/ [+16]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Staff Creepy Spenc’trum

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
I.-Jared « S. » W. Snow
Staff Creepy Spenc’trum
Coeurs : 160 Messages : 442
Couleurs : #606060
#F0C300 [Black]

J'ai traversé le portail depuis le : 14/09/2014 et on me connaît sous le nom de : Sky Angel. Mon nom est : Immanuel-Jared William Snow dit Spencer. Actuellement je suis : célibataire et hétérosexuel. Il paraît que je ressemble à : Netami de l'artiste Naimane & Byakuran KHR - irl Shiloh Fernandez et à ce propos, j'aimerais remercier : Dudu pour le vava; Tia pour la signa et Reyenn pour les gifs!
Re: Le phénix et le griffon, la rencontre. /PV Lyvion/ [+16] | Mar 20 Jan 2015, 02:29

Le phénix et le griffon, la rencontre.
I.-Jared « S. » W. Snow
feat.
Lyvion E. Drymärchen








Tout simplement un mec albinisme doué d'une schizophrénie partielle à la vue mauvaise et dont le père se trouve à être le dieu de la guerre. Un mec qu'il ne faut pas embêter, quoi. Δ Immanuel-Jared « Spencer » William Snow

- Tu veux mourir, Spencer?

J'ignorai totalement la voix de mon affilié dans ma tête. J'avais bien vu que le regard de ce type déviait trop souvent sur le sac de sucreries que je tenais dans la main un peu plus tôt. Alors quand j'ai vidé tout le contenu sur le sol, je réalisai deux choses. 1. Qu'il était beaucoup plus accro que je ne le pensais et 2. Que j'étais probablement dans la merde. Et puis quoi encore? J'm'en fiche qu'il me trucide, vous savez. L'expression qui s'affiche sur son visage vaut tout l'or du monde. Du désespoir. Beaucoup de désespoir. De l'incrédulité, aussi. Comme si on annonçait à quelqu'un la mort d'un proche ou que sa maison est passée au feu. Vous voyez le genre? Je souriais en coin en regardant cette merveilleuse expression qui me prouvait à quel point son amour pour le sucre était grand. Je venais certainement de violé l'un de ses plus grands tabous. Ah! Mais quel sentiment, quand même! Je n'étais pas fier de cette réaction. J'étais plutôt fier de lui avoir tiré une réaction, quelle qu'elle soit. Mais j'allais sûrement le regretter d'ici peu.

Puis l'acajou commence à marcher vers moi. Je voyais sa colère glaciale dans ses prunelles pâles. Quand il fut assez près de moi, je n'eus pas le temps de réagir que je me retrouvais la face contre le sol. Le côté droit en plus. Le con. Il savait placé son genou juste sous ma cage thoracique et appuyait pour me couper le souffle. Ah, bordel. J'l'avais pas vu venir, celle-là. Je crois que quelque part, je l'ai foutrement bien mérité de me faire planter comme ça. Je ne devais pas être dans mon état normal aujourd'hui, parce que j'aurais probablement réagis en ce moment au lieu de rester là à essayer de reprendre mon souffle. Puis sa voix parvint à mes oreilles. Quelle agréable voix, d'ailleurs. Le genre remplie de haine.

- A ton avis, c'est quoi le mieux : que je remplisse ton orbite vide de saletés en espérant que ça s'infecte, ou que je t'arrache ton second œil ? Il doit pas te servir à grand-chose de toute façon. Ça doit pas être facile tous les jours, l'albinisme.

Je restais sans voix. De toute façon, je n'aurais pas vraiment pu parler tellement il me coupait le souffle. Alors je me contentai de grogner, mécontent de ma position d'infériorité. Celle-là même que j'aurais pu éviter si facilement dans d'autres circonstances. Mais qu'il me dise vouloir arracher mon autre oeil ne me laissait pas de glace. Je crois que j'aimais mieux sa première option. C'est toujours plus facile à guérir une infection qu'un deuxième orbite vide. J'y tiens à mon oeil, mec. J'veux pas devenir aveugle dès mon premier jour ici. Mais tout ça, je ne le dis pas. Pas besoin. Je suis sûr qu'il sait à quel point je bouille à l'intérieur en ce moment. Tout comme lui. Sauf que moi, je ne peux rien faire contre lui comme ça. Sa main, toujours à l'arrière de mon crâne tenant mes cheveux, me tira la tête vers l'arrière pour la décoller du sol. C'est alors que je me retrouvai dans une position pas du tout confortable. Mon cou en extension, ma trachée et mon œsophage se retrouvaient terriblement opprimés. J'avais encore plus de difficulté à respirer qu'avant.

- Tu veux me faire chier ? Désolé, mais j'aime pas qu'on m'embrouille sans mon accord. Ni les sales gosses dans ton genre, qui se sentent obligés d'attirer l'attention inutilement. J'suis pas baby-sitter, si tu veux trouver quelqu'un qui s'intéresse à tes conneries, vas voir ailleurs.

De toute façon, ça prend un accord pour faire chier quelqu'un? Pas que je sache, il me semble. Du coup, pour le reste, je devais avouer qu'il avait raison. J'aurais réagi comme lui si nos rôles avaient été inversés. D'ailleurs, je ne sais pas pourquoi j'avais été aussi collant. D'habitude, je ne le suis pas. Sûrement à cause du choc que je viens de subir. Ouais, vous ne vous en rappelez peut-être pas, mais c'est bien aujourd'hui que j'ai perdu mon oeil à cause de cette pourriture. C'est aussi aujourd'hui que j'ai fait mon apparition sur l'île. Toute ma merde s'est passée aujourd'hui, bordel. J'ai tout perdu et j'agis comme un con avec ce type. J'suis vraiment un con qui mérite son sort. Mais je n'allais pas me plaindre. Surtout pas. Avant que je ne puisse penser à d'autres choses, l'acajou plaqua à nouveau mon visage contre le sol sans aucune délicatesse. Je le sentis se relever en faisant bien exprès d'appuyer encore plus sur mon dos avec son genou. Je ne pus m'empêcher de laisser échapper un gémissement. Ça faisait mal, merde! En plus, j'ai de la difficulté à trouver mon air. Il faut pas qu'il en rajoute trop quand même! J'ai compris. Je vis vaguement sa main empoigner quelque chose. Je ne savais pas encore quoi puisque j'ai une vue plutôt mauvaise et qu'en plus elle commençait en s'embrouiller à cause de lui. Mais je me doutais très bien de quoi il s'agissait. Mon ombrelle. Eh merde. Puis je sentis un changement du côté de mon agresseur - parce que c'est ce qu'il est - et distinguai ce qui semblait être des ailes. Quelle sortent d'ailes? Je ne sais pas du tout. J'voyais même pas son expression, alors comment je pourrais dire comment sont ses ailes?

- Dis-moi, est-ce que ce truc t'es vraiment nécessaire ? Je pense que tu aurais meilleure tête avec quelques coups de soleils et des cloques. Ça t'irait bien.

Ah ouais, ça, c'est sûr. Bon, première des choses, je dois me libérer de son emprise si je veux pouvoir répondre à cette ordure. Je me souvins qu'il devait avoir un pouvoir d'auto-guérison ou quelque chose comme ça. Au moins, à son contact, je n'ai pas eu de mauvaises visions comme j'en ai d'habitude en touchant les gens et certains objets. Je ne sais pas pourquoi, mais bon. Alors le feu ne le dérangerait pas vraiment, mais peut-être que la surprise et la brûlure le ferait sursauter et relâcher son emprise sur moi. Je n'avais aucune certitude, mais je devais essayer sinon j'allais tomber dans les pommes. Je me concentrai,mais rien ne se passa. Bordel, allez! Soudainement, tout mon corps pris feu. Comme un joli feu de camp. Chaque parcelle de mon corps était en flammes. Ce fut suffisant pour me défaire de l'emprise de l'adorateur de sucreries. Je roulai vivement sur le sol et me relevai à toute vitesse. Je pris appuis sur le mur, car je me sentais mal. Je reprenais mon souffle en ne le lâchant pas du regard. Il tenait mon ombrelle et je crus discerner que ses ailes étaient celles d'un griffon. À cette constatation, je le regardai droit dans les yeux, les miens étant légèrement écarquillés.

- J'imagine que je l'ai bien mérité.
- Tu l'as mérité, mais il aurait pu être moins violent.
- Tu te moques de moi? Tu sais que j'en ai besoin, enfoiré. Mais fais-en ce que tu veux. J'ai moyen de m'en procurer une autre.


J'avais volontairement ignoré Black qui était revenu dans les environs. Je ne savais pas où il se trouvait, mes sens embrouillés par la douleur que je ressentais en ce moment. Je pris alors conscience de mon énorme faiblesse face à lui. Je n'avais aucune chance. J'avais été trop arrogant, comme d'habitude et je me suis mangé le sol. Mon corps toujours en flammes, je me redressai en ignorant la belle douleur qui fleurissait dans mon abdomen. Il y était vraiment allé fort, ce con.

- C'est ridicule de te frustrer pour de simples petites choses. Après moi, je comprends, mais pour cette sucreries? C'est enfantin. Je n'ai pas l'intention de rester plus longtemps, si tu veux mon avis. J'ai été assez lourd comme ça.

Portant inconsciemment ma main à ma cage thoracique avec une grimace de douleur, je reculai doucement. Fini de jouer. Ce type est vraiment dangereux. Il était à peu près temps que je m'en rende compte. Tu parles d'un con, quand même. Plus con que moi, tu meures. Je ne le quittais pas des yeux en reculant lentement et je tentai quelque chose d'impossible selon moi: sortir mes ailes de phénix. Il fallait que je réussisse. Ou peut-être que je devrais m'abstenir. Il en a lui aussi. Et savait mieux que moi s'en servir. Et pouvait maintenir ça pendant plus longtemps que je ne le pouvais. Mais qui sait? Sous le coup de l'adrénaline, on peut tout faire. Je ne voulais pas qu'il m'approche à nouveau. Il pouvait bien la garder mon ombrelle, s'il voulait, mais moi, je fiches le camp. À moins qu'il ne me surprenne encore. Auquel cas, je suis cuit.
© Gasmask




HRP| Oh. My. God. xD J'ai adoré ton message. J'étais très inspiré. Du coup, je ne sais pas comment va réagir Lyvion par la suite, mais ce rp tire à sa fin, d'après moi.



Merci Tia! ♥

K-do:
 


Ligues et fans club:
 


Spencer & Gretel:
 


Forever alone:
 




avatar
Invité
Invité
Re: Le phénix et le griffon, la rencontre. /PV Lyvion/ [+16] | Dim 25 Jan 2015, 23:54






Spencer & Lyvion
« Le phénix et le griffon, la rencontre. »



Décidément, l'éducation chez les jeunes se perdait. Depuis quand fallait-il foutre une bonne correction à un inconnu pour qu'il arrête de nous taper sur le système ? En plus d'un siècle de vie, Lyvion n'avait pas souvent eu à se faire respecter en usant de manières aussi violentes, et étrangement presque toutes ces occasions s'étaient présentées durant le dernier quart de siècle. Les parents ne faisaient plus leur boulot de toute évidence. Quoi que lui pouvait bien parler, sa mère l'avait peut-être éduqué durant les premières années de sa vie mais au final son grand-père s'est farci le plus gros du boulot.
Quoi qu'il en soit, il était temps pour Spencer d'apprendre à respecter ses aînés. Même quand ils semblaient aussi voir plus jeune que lui. Comment était-il censé savoir que l'acajou avait cinq ou six fois son âge, alors qu'il débarquait à peine sur l'île ?... Ben il le devinait voyons. Quoi, un souci avec sa logique ?
Mais si on me demandait le pire dans tout cela, je dirais : que le griffon ne garderait pas un souvenir durable de cette rencontre. Pour être plus précise, si jamais ils se recroisaient par la suite, il ne reconnaîtrais pas l'albinos de suite. C'était quelque chose de très frustrant chez lui, cette faculté de pouvoir faire l'impasse sur n'importe quelle personne rencontrée brièvement tout en ayant une bonne mémoire.

Bref, Spencer avait peut-être connu un instant de jubilation en voyant sa tête tandis que les bonbons s'échouaient au sol, mais ce triomphe ne fut que de courte durée. Lyvion ne comptait certainement pas le louper, après une telle atrocité ; après la bêtise venait l'heure de la correction.
Et évidemment, il ne se contenta pas de le gronder en lui disant que c'était mal. Nan, ce n'était pas son style, ça c'était pour les tapettes qui osaient pas par peur de passer pour un gros vilain bêta pas beau. Pourtant en général c'était ce qui marchait le mieux, puisque ainsi, on était sûr que la leçon serait retenue ; franchement, si le demi-dieu recommençait à lui casser les pieds après, alors il serait carrément suicidaire. Mais ce ne fut pas le cas, cependant abordons les événements dans leur ordre chronologique.
Ne plus entendre le gosse, sauf lorsqu'il râlait tout bas avec rage ou gémissait de douleur, voilà qui réjouissait notre dompteur. C'était à la fois du repos pour ses oreilles et une satisfaction personnelle, de l'avoir mis dans une telle position ; ah qu'il était beau, comme ça, prostré à terre tel un soumis. Se sentait-il faible ? Rageait-il de constater que, quelque part, le démon venait de lui montrer qu'effectivement il n'était pour le moment pas de taille face aux habitants de l'île céleste ? Se trouvait-il con, d'avoir autant insisté ? Oh, c'était si bien mérité.

Et ce n'était pas fini, car après l'avoir un peu malmené, le Drymärchen s'était levé pour ramasser son ombrelle. Ce qu'il voulait en faire ? Certainement pas se protéger de la faible luminosité de la ruelle, vous vous en doutez. Son but était plutôt d’illustrer ses propos ; de montrer à Spencer qu'on ne le cherchait pas sans son accord. Au passage il avait fait sortir ses ailes et, voyant que son interlocuteur n'était pas décidé à se lever, s'était réinstallé sur son dos. Ils restèrent un petit moment dans cette position, sans que celui pour qui elle était désagréable ne fasse de tentative désespérée pour se libérer. Cela déçut l'australien, qui aurait aimé avoir un bon prétexte pour le martyriser un peu plus.
Mais il s'avéra après quelques minutes qu'en fait, les efforts de l'albinos n'étaient tout simplement pas visibles. Il ne s'en rendit compte que quand sa combustion spontanée commença, et s'éloigna immédiatement pour ne pas être brûlé au-delà du second degré. Certes ce n'aurait pas été grand chose pour lui grâce à son don de régénération, mais n'empêche que ça n'avait rien d'agréable. Surtout que lui manipulait la glace, donc avait peu d'affinité avec le feu ou la chaleur. Et oui il parlait d'expérience : les tirs d'obus, vous connaissez ? Eh bien il devait faire partie des seuls à s'en être mangé un en pleine poire, sans y avoir succombé ni gardé de séquelle. Il ne savait pas ce qu'était d'être mutilé à vie. D'ailleurs, dès qu'il se fut redressé et éloigné de trois pas, les parcelles de sa peau qui avaient commencé à brûler lancèrent leur programme d'auto-guérison.

Spencer se releva difficilement, puis Lyvion soutint son regard en constatant sa surprise. Bah, même pour un natif de l'île céleste ce n'était pas si courant de voir des ailes de griffon, alors pour un nouvel arrivant ce n'était pas la peine d'en parler hein. Il releva pas son expression, sauf pour se dire qu'il avait l'air encore plus idiot comme ça.
Ensuite, pour la seconde fois de la journée, un miracle intervint sous la forme d'une réplique sensée. C'est que ce type commençait enfin à se servir de sa cervelle ! Comme quoi, ne pas y aller avec le dos de la cuillère, ça avait du bon. Malheureusement il n'eut pas le temps de répondre à cet éclair de génie qui frappa son vis à vis, puisque celui-ci enchaîna tout de suite. Les moyens de s'en procurer une autre ? Quelle tristesse, le but de la manœuvre était de le laisser dans le pétrin après. M'enfin, le priver de quelques Drachmes pourrait peut-être l'empêcher de trouver un logement pour la nuit, qui sait ; en tout cas, ce serait ça en moins dans ses économies, qui ne devaient déjà pas être importantes. Alors avec un haussement d'épaules, le jeune homme leva un peu le bras et utilisa sa manipulation de la glace pour transformer l'ombrelle en bâtonnet géant, puis l'avait fracassée contre le mur pour en faire de petits morceaux.

C'est juste après cette destruction que Spencer l'ouvrit une dernière fois, pour sortir des trucs sans intérêt mais aussi et surtout son troisième excès de lucidité. En l'entendant admettre qu'il avait été assez lourd, Lyvion haussa un sourcil. Sans blague, tiens. Pis d'abord, son addiction au sucre ne regardait pas les inconnus.
« Il était temps que tu le comprennes. C'est pas faute de m'être montré aimable. » Répliqua-t-il, sur un ton cassant. Il plaça alors ses mains au niveau de son bassin. « Je veux bien être gentil et te laisser trois secondes pour disparaître de ma vue. T'as intérêt à courir. » Pas la peine de préciser que, passé ce délai, sa sécurité ne serait plus garantie. Oui, le forain agissait presque comme si le sort de Spencer dépendait de son humeur, cela lui arrivait régulièrement quand il était de mauvais poil - après, allez savoir s'il avait tort ou non. Pourquoi lui laisser cette chance ? Disons que Lyvion s'était déjà pas mal défoulé, donc y était mieux disposé. En plus, il n'avait vraiment pas envie de s'attirer des ennuis avec les autorités là, bien qu'il ne ferait si jamais Spencer n'était pas assez rapide.
« Prêt, go ». Le compte à rebours put commencer.


made by MISS AMAZING.


HRp :
Contente qu'elle t'ait plu X'D ♥ Ils se calment enfin, nos deux cas sociaux !
Je pense aussi que ce Rp touche à sa fin, ça dépend de Spencer et de toi. Mpottes-moi après avoir lu pour me dire ce que tu aimerais faire please, que je sache quand archiver :3
Staff Creepy Spenc’trum

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
I.-Jared « S. » W. Snow
Staff Creepy Spenc’trum
Coeurs : 160 Messages : 442
Couleurs : #606060
#F0C300 [Black]

J'ai traversé le portail depuis le : 14/09/2014 et on me connaît sous le nom de : Sky Angel. Mon nom est : Immanuel-Jared William Snow dit Spencer. Actuellement je suis : célibataire et hétérosexuel. Il paraît que je ressemble à : Netami de l'artiste Naimane & Byakuran KHR - irl Shiloh Fernandez et à ce propos, j'aimerais remercier : Dudu pour le vava; Tia pour la signa et Reyenn pour les gifs!
Re: Le phénix et le griffon, la rencontre. /PV Lyvion/ [+16] | Lun 26 Jan 2015, 22:12

Le phénix et le griffon, la rencontre.
I.-Jared « S. » W. Snow
feat.
Lyvion E. Drymärchen


 

 



 

 

Tout simplement un mec albinisme doué d'une schizophrénie partielle à la vue mauvaise et dont le père se trouve à être le dieu de la guerre. Un mec qu'il ne faut pas embêter, quoi.  Δ Immanuel-Jared « Spencer » William Snow

Vous savez ce qui est plus chiant que de se faire choper son ombrelle? Se faire choper son ombrelle et que celui qui l'ait chopé, la fracasse en plusieurs morceaux après l'avoir transformée en glace. Je serrais les dents au moment où il balança mon ombrelle contre le mur pour la casser aussi facilement qu'un vulgaire bâtonnet. Bon. Je me suis peut-être foutu dans la merde solide avec cet acajou, mais je ne le regrette pas. Même si d'habitude, j'offre un peu plus de résistance que  ce que j'ai pu montrer à l'instant précédant. J'aime faire sortir les gens de leurs gonds. Et il faut dire qu'avec ce mec, c'est quelque chose de vraiment drôle. Oui, même si je me suis fait planter solide. C'est pour dire à quel point je suis maso. Nah. Je ne le suis pas vraiment, mais parfois, j'en doute. Comme en ce moment. C'est comme si j'avais voulu ce qui m'arrivait. Ah! J'comprends rien!

- Il était temps que tu le comprennes. C'est pas faute de m'être montré aimable.

Je roulai des yeux. Je me la fermais uniquement car je savais que je ne pourrais pas lui botter le cul à ce type. Je sais reconnaître quand je ne suis pas de taille. Quoique cette fois, je sois allé un peu trop loin. Mais c'est pas grave, parce que je me suis bien amusé. Je suis étrange, je sais. Je le vois vaguement mettre ses mains au niveau de son bassin en me regardant froidement. Faut dire que j'ai été un poids lourd avec lui. Très lourd. Mais c'est pas grave. J'suis sûr qu'il est le genre de type qui ne se souviendra même pas de ça si je le recroise. J'sais pas pourquoi. C'est juste une impression.

- Je veux bien être gentil et te laisser trois secondes pour disparaître de ma vue. T'as intérêt à courir.

Oh! Quelle gentillesse! Tu me prends pour qui, mec? Bon, je dois avouer que je vais disparaître en moins de trois secondes, mais pas en courant. Je ne peux pas lui montrer que j'ai peur de lui. En vrai, j'ai juste la chienne d'y laisser ma peau. J'ai repéré un mur qui se termine tout près de moi. Ça veut dire qu'il y a une rue juste derrière moi où je pourrai tourner et là, me mettre à courir. Orgueilleux? Moi? Nah! Je le regarde toujours sans vraiment savoir pourquoi je ne disparais juste pas tout de suite. J'attends qu'il commence à compter? Mais pourquoi je ferais ça? Si je pars tout de suite, ça me laisse plus que trois secondes, alors pourquoi mes jambes ne veulent pas bouger? Bordel, j'ai tant la chienne que ça?

- Prêt, go.

Quoi? Je clignai des yeux, ce qui me fit perdre une seconde. Je ne tardai pas à m'effacer de sa vue après ça derrière le mur pas loin. Je marchai rapidement le long du mur, suivant les ombres de l'immeuble. Je ne crois pas qu'il me suivra, mais je me dépêchai quand même. Je vis une autre intersection et y disparu vivement. Comme ça, s'il décide de venir voir par où je suis parti, il ne me verra pas. Une fois que je suis sûr d'être en sécurité, je m'adosse au mur et mes jambes se mettent à trembler. Elles ont demandé à qui si elles pouvaient se mettre à trembler? Pas à moi, en tout cas. Je me forçai à reprendre mon calme. Je me concentrai d'abord à faire ralentir ma respiration. Par pitié, il ne faut pas que j'en arrive à fumer un cigare. La raison est simple. C'est parce que je n'en possède pas en ce moment. J'ai pas eu le temps de m'en procurer. Il fallait vraiment que je me calme par mes propres moyens avant de retourner voir le marchand qui m'avait vendu mon ombrelle.

Ma respiration finit par ralentir et mon corps se calma graduellement. Je dus rester comme ça une bonne minute ou deux. Puis je déglutis et marchai lentement vers le marché. J'avais un très bon sens de l'orientation, alors je m'y retrouvai facilement même si ce n'est pas de par-là que je suis arrivé. Je voulais éviter de rebrousser chemin.

- Tu l'as échappé belle, cette fois, mais auras-tu autant de chance la prochaine fois?

Je serrai les dents. Je n'avais VRAIMENT pas besoin que ma chauve-souris domestique s'en mêle en disant ce genre de chose. C'est pourquoi ma main se dirige ver le sommet de mon crâne pour empoigner vivement le petit corps de la créature se trouvant être mon affilié. Je l'amenai à deux pouces de ma face.

- Toi, tu la fermes ou je t'écrabouille. Clair?

Black ne dit rien, mais je pouvais me douter que le message avait bien passé. Je le lâchai et il prit son envol. J'avais les nerfs en boule, alors que je me dépêchais à me procurer une nouvelle ombrelle. La prochaine fois que je vois cet acajou, je promets d'être assez fort pour pouvoir lui tenir tête comme il se doit.

FIN
© Gasmask





Merci Tia! ♥

K-do:
 


Ligues et fans club:
 


Spencer & Gretel:
 


Forever alone:
 
 
Le phénix et le griffon, la rencontre. /PV Lyvion/ [+16]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» La Gloire du Griffon - Empire vs Skavens - 1500 points
» Bronze PIXTILOS classe VI au griffon courant - c. 40-30 AC.
» Compo Griffon Inquisition 400PA
» [Lackey, Mercedes & Dixon, Larry] La guerre des mages - Tome 3: Le griffon d'argent
» Lackey Mercedes - Le griffon d'argent - La guerre des mages T3 (Les Hérauts de Valdemar)

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Marché-
Sauter vers: