Partagez | 
 

 Mad joker [feat Crimson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sang-Mêlé Mage & Mordu

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Kureiji B. Lichtenberg
Sang-Mêlé Mage & Mordu
Coeurs : 32 Messages : 52
Couleurs : MediumOrchid
J'ai traversé le portail depuis le : 25/08/2014 et on me connaît sous le nom de : Lizzy ou Daïa. Mon nom est : Kureiji "Rei" B. Lichtenberg. Actuellement je suis : Sýmvasi̱ de Allen, célibataire, bisexuel et potentiellement fiancé. Il paraît que je ressemble à : Add de Elsword et à ce propos, j'aimerais remercier : ma Kuru d'amour <3
Mad joker [feat Crimson] | Lun 22 Sep 2014, 20:12



« Mad Joker »
feat Crimson & Rei


Ta tête tourne, elle bat au rythme d'une musique imaginaire comme si quelque chose à l'intérieur voulait s'enfuir. Et ça fait mal. Tu serres les dents en tentant d'ouvrir les yeux, peine perdu. De toute façon, il fait aussi sombre les yeux ouvert ou fermé. Où est ce que tu pouvais être encore ? Pas dans ta chambre en tout cas, il y fait bien meilleur, et à part ta pièce privée, aucun endroit de la maison ne restait aussi sombre, et ce à cause d'un certain ange qui aimait bien ouvrir les volets pour faire entrer cette stupide lumière. Des fois, tu te demandes comment vous avez fait pour cohabiter aussi longtemps et puis les souvenirs te poussent à te dire que oui, maintenant, tu aurais du mal à te passer de lui. De ses yeux, son odeur -et celle de la cuisine quand il essaye de nouveaux trucs- et sa chaleur. Chaleur qui manque cruellement en ce moment, même si ce n'était pas franchement dérangeant.

Tu tentes de nouveau d'ouvrir les yeux, grondant intérieurement contre ce satané mal de tête. Tu n'avais jamais bu à ivresse, ça ne t'intéressait pas le moins du monde, ça ne pouvait donc vraisemblablement pas être une gueule de bois. Alors quoi ? Et où ? Entre tes paupières entrouvertes tu ne distingues rien. Vraiment. Pas de profondeur, de formes, de mur. Ou plutôt si, il y a des murs … A quelques centimètres de chaque coté. Ok, pas normal. Tu respires doucement, et cherches à rassembler le peu de souvenirs d'hier. Tu étais sortit. Encore. Allen était parti pour un moment, tu n'avais pas à t'inquiéter, tu pouvais largement te divertir avant qu'il ne rentre. Sauf que le manques d'action te manquait vraiment, et juste chasser n'avait rien de drôle aujourd'hui. Il te fallait du lourd, il te fallait …


Tu serres les dents sous un éclair de douleur, puis reprend le cours de tes pensées. Eux. Oui, eux, un groupe, avec un air mauvais et parmi eux un visage que tu crois reconnaître, mais c'est absurde ! Alors tu fais comme d'habitude. Plusieurs, c'est plus drôle. Sauf que le visage soit disant connut, ben il te connaissait vraiment, il t'a sentit venir de loin, et il avait vraiment pas l'air content de te voir traîner dans ses affaires. Jamais plus de quatre te disais tu au début. Six dont un caché plus loin, c'était peut être pas le meilleur des calculs. Et le coup franc et lourd porté à la tête n'avait pas vraiment arrangé les choses. Le monde avait viré rouge, puis blanc, puis noir. Et maintenant ?

Tu prends une autres respiration profonde et ouvre complètement les yeux. Où es-tu maintenant ? Tu sens le contact d'une surface contre ton dos, de chaque coté, et contre la pointe de tes chaussures, relativement proche de toi puisque tu as les jambes pliées. Et liées. Comme tes poignets. Cool, c'est la fête ce soir ! Si ça se trouve, tu vas encore rentrer en retard et dans un état pas possible, et ce sera de ta faute. Tu lèves tes poignets pour voir ce qui te retiens : plastique. Bon. Du bout des doigts, tu touche la surface de la caisse – puis que cela semble en être une – dans laquelle tu es enfermé. Bois. Et clous ? Normal, enfermé dans une caisse clouée, et attaché, super. Bon, ben, il ne reste plus qu'à sortir, n'est ce pas ?


Tu tends l'oreille, attentif. Pas un bruit, pas de voix distinct, rien. La voie semble libre. Tu te concentre sur ces toutes petites choses autour de toi. Tu les sens, une à une. Tu n'as pas l'habitude de manipuler du métal aussi petit et précis, ça demande du temps, et une concentration pour le moment limitée à cause de ton mal de tête. Mais tu peux le faire.
L'intérieur de la caisse s'illumine doucement d'une faible lumière rose venant de ton œil factice. Stupide machin. Une à une, tu extrais les vis avec une force venant du bout de tes doigts. Il ne faut pas qu'elles partent trop loin, sinon c'est perdu. Enfin, la dernière vis se retire du bois, te permettant de soulever le couvercle. Ne pas le faire tomber, ne pas le faire tomber …. NOOON ! Ouff, c'était limite. Dans un petit soupire discret, tu repose délicatement le panneau, avant de l'attaquer aux liens .

Maintenant, il suffit juste de sortir discrètement de là.





Sang-Mêlé Mage & Vampire

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Crimson
Sang-Mêlé Mage & Vampire
Coeurs : 71 Messages : 139
Couleurs : #d92334
J'ai traversé le portail depuis le : 22/07/2014 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Crimson Actuellement je suis : en couple avec ma magnificence. *hairflip* Il paraît que je ressemble à : Hisoka de Hunter x Hunter & IRL à Jackson Rathbone et à ce propos, j'aimerais remercier : ma magnificence. *hairflip*
Re: Mad joker [feat Crimson] | Dim 28 Sep 2014, 16:37



❝BE CAREFUL MAKING WISHES IN THE DARK,
CAN’T BE SURE WHEN THEY’VE HIT THEIR MARK
AND BESIDES IN THE MEAN TIME,
I’M JUST DREAMING OF TEARING YOU APART.❞ - fall out boys


♟ Un, deux, trois, la valse du temps continue tandis que ses pas le conduisent au travers des rues mal éclairées de la ville. Cet endroit sent la débauche et le crime à plein nez, si l’on va au-delà de l’odeur d’immondices et d’urine qui en imprègne les murs et les sols aux pavés irréguliers. Notre homme s’est enfoncé bien plus loin que la plupart des personnes douées d’un instinct de survie l’auraient fait dans cette partie de la ville. Il a dépassé la taverne de Dionysos il y a déjà un moment, et le silence complet qui l’entoure va de paire avec l’obscurité ambiante. Le sombre firmament qui s’étale au dessus de lui ne produit que peu de lumière, mais il ne s’en agace guère. Il se glisse entre les murs, flirtant avec les ombres avec une facilité née. Il se trouve pleinement dans son élément.

La nuit était fraîche, mais pas un seul frémissement ne parcourut son corps athlétique tandis qu’il parcourait ces lieux dévastés. Il croisa par-ci par-là des individus que beaucoup trouveraient peu fréquentables, mais que Crimson observait avec une curiosité non-dissimulée. S’il y avait quelqu’un qu’il ne fallait pas fréquenter, c’était bien lui, car il était très certainement la personne la plus dangereuse des parages. D’ailleurs la plupart de ses vis-à-vis durent le comprendre et l’évitèrent du mieux qu’ils le purent lorsqu’il croisait leurs chemins. De toute manière, il n’était pas là pour eux. Il avait un objectif pour s’amuser ce soir, et surtout un groupe à retrouver. Ce n’était pas bien compliqué d’ailleurs, car il avait récolté des informations sur ce gang. Il ne suffisait plus que de s’introduire dans leur « base » pour jouer un peu. Ils avaient la particularité d’avoir des mœurs très inhumaines, mais surtout, ils étaient réputés parmi les autres gangs comme étant redoutables. Voilà pourquoi Crimson s’intéressait à eux. Il voulait vérifier s’ils étaient aussi terribles que la rumeur le prétendait. Et s’ils l’étaient, ce serait vraiment une bonne chose, cela le divertirait un peu plus longtemps.

Les escaliers descendaient encore, et encore, s’enfonçant toujours plus dans les entrailles de la terre. Cela rappelait un peu la fin de sa « première vie » à Crimson. Sa dernière descente. Cette fois où il était allé dans ces mines avec son camarade, et qu’il avait fini brûlé vif dans une explosion. Le souvenir de la douleur intense de cet instant lui arrache un sourire. Dire qu’avant cela il aurait sans doute repensé à cet incident avec horreur. Cela lui donnait envie de rire. C’est grâce à cela qu’il était devenu ainsi. Et il n’avait absolument rien à regretter. L’adrénaline, parcourut son corps dans un frémissement irrégulier, tandis qu’il se servait de son pouvoir pour camoufler sa présence. S’il croisait qui que ce soit, ce dernier se trouverait face à un couloir vide. La descente achevée, il se retrouva face à un corridor sombre. On aurait presque dit une parodie de film d’horreur, à ce stade. Crimson continua son avancée, silencieux et invisible comme un serpent tapi dans l’ombre. Après quelques secondes, les voix lui parvinrent.

« On va faire quoi de ce connard ? Moi je dis qu’on ferait mieux de le fracasser maintenant ! »

« Du calme, Leeto ! Putain, tu m’fais chier à t’énerver comme ça ! Attends un peu que Zed trouve un truc à faire. Il a toujours un meilleur jugement que le tiens. »

« Ouais, tu parles. J’parie qu’il va vouloir le torturer pour lui soutirer des infos’. Alors autant commencer maintenant ! »

A cela, un bruit retentit fort, ressemblant à quelqu’un donnant un coup dans un meuble de manière violente. Le magicien se trouvait proche du fond du couloir, où une ouverture menait à une pièce éclairée. « MAIS TU VAS LA FERMER ABRUTI ?! Tu m’les brise !!! » S’en suivit en bruit de vêtements froissées et de pas désordonnés. Crimson aperçut la scène. Il y avait trois hommes : l’un d’eux était en train d’agripper un deuxième par le col, se lançant des regards meurtriers l’un à l’autre, tandis qu’un troisième avait placé son bras entre eux pour leur signifier d’arrêter. Etrangement, le premier lâcha celui que Crimson devinait être Leeto, une grimace rageuse sur le visage, tandis que celui qui les avait séparés croisait les bras sur sa poitrine calmement. Il était de taille moyenne avec des cheveux noirs corbeau, mais ses yeux étaient sombres et froids. Emanait de lui une impression de puissance qui n’échappa pas au joker qui le reluqua avec insistance. Il était très intéressant. Il prit d’ailleurs la parole.

« Marc, Leeto, du calme. Je vous l’ai déjà dit : si vous continuez à vouloir vous battre, je serai forcé de vous éliminer. »

A ces mots, les deux hommes se glacèrent et échangèrent un regard moins farouche que précédemment, ne souhaitant pas croiser celui de l’homme qui avait visiblement la plus de pouvoir dans la pièce. Un nouveau frisson parcourut Crimson, mais il n’eut pas le temps de réfléchir à ce qu’il allait faire, car l’homme qui l’intéressait tant secoua subitement la tête et fit un geste las de la main.

« C’est bon. Allez vous amuser avec notre prisonnier. Je n’ai que faire de lui. »

Puis, aussi soudainement qu’il semblait être apparu entre les deux hommes, il s’avanouit, comme s’il n’avait jamais existé. Les sourcils arqué de l’intrus se froncèrent tandis qu’il observait les deux acolytes se détendre légèrement tout en hochant la tête d’un air entendu, se dirigeant vers un porte qui se trouvait à droite dans la pièce.

« T’as entendu Zed. On va aller s’occuper de notre petit invité. »

Ils eurent un ricanement gras et vicieux tandis qu’ils déverrouillaient la porte. Crimson les suivit silencieusement, pénétrant à leur suite alors qu’il les entendait souffler des chapelets de jurons bien assaisonnés.

« T’es sûr que t’avais bien fermé la boîte ? »

« Mais oui, abruti ! Me fais pas chier j’avais même sécurisé avec des clous ! »

« Mais alors POURQUOI elle est vide cette putain de boîte ?! Tu lui avait laissé un pied de biche au cas où il aurait envie de se dégourdir les jambes ?! »

« Mec, t’as intérêt à plus me parler comme ça sinon… »

La menace ne vint pas. Elle fut remplacée par un bruit sourd ressemblant à quelqu’un gémissant tout l’air de ses poumons après avoir reçu un coup dans l’estomac. Intrigué, le magicien, entra à leur suite, toujours invisible, et le vit. Il l’avait déjà croisé à certaines reprises, et visiblement il avait réussi à bien se fourrer dans les ennuis. D’ailleurs, il venait de lancer un coup de pied bien placé à notre cher Marc qui se redressait à présent, la rage bouillonnant dans ses veines au même titre que son camarade.

« Enfoiré… tu vas me le payer ! »

Leeto se jeta en avant sur l’évadé, mais ne parvint pas à l’attraper. Et ce pour la bonne raison qu’il dut s’arrêter brusquement en se retrouvant nez à nez avec un Crimson sérieux. Prêt à en découdre. Un ricanement cynique roula dans la gorge de l’illusionniste tandis qu’il se mettait en garde face à ses adversaires. Les évènements avaient pris une tournure assez amusante, on doit dire. L’expression de parfaite incompréhension qui se peignait sur le visage des deux hommes n’avait pas de prix et avait pour effet d’agrandir encore plus le sourire moqueur de notre homme.

« Hein ? M-mais… t’es qui toi ?! »

« Bonsoir… veuillez accueillir un humble magicien. »

Il ne prit même pas la peine de se présenter. Ces deux idiots n’en valaient pas la peine, et Crimson le prouva en, après un enchaînement maîtrisé de coups, mettant au tapis son premier opposant. N’ayant pas même reçu un coup, il fit rouler sa tête sur son cou en faisant craquer ses cervicales de manière effrontée, signifiant à l’autre homme qu’il ne faisait vraiment pas le poids. Ce dernier cependant, lâche, sortit une lame de sa manche, fonçant vers Crimson avec l’intention de le poignarder dans le ventre. Ce dernier ne bougea pas d’un millimètre, n’essayant pas même d’éviter son attaque maladroite. Il frémit lorsque la lame s’enfonça dans sa chair, un sourire dément éclairant son visage. Il contracta ses pectoraux de manière à ce que l’homme ne puisse retirer son arme du ventre de l’illusionniste qui l’attrapa par le poignet, le piégeant dans son emprise puissante. Il se débattit quelques instants, son visage suintant d’horreur devant l’expression de son adversaire, avant de se répandre en hurlements déchirants pendant que ce dernier s’amusait à planter ses ongles à divers endroit de son faciès. Après quelques minutes de torture douloureuse, il lui retourna la tête avec aisance, le claquement sec des os se brisant emplissant la pièce de manière malsaine, avant de le laisser tomber par terre comme une vulgaire poupée de chiffon. Il retira la lame de son corps et la fit jouer à la lumière avant de l’essuyer sur sa manche et de vriller son regard dans celui de Kureiji qui avait eu le droit d’assister à la scène morbide. Il prit la parole tout en continuant de jongler avec le poignard.

« Comme on se retrouve… On dirait que tu as réussi à te mettre dans l’embarras. »

Il parlait dans un ton si neutre et parfaitement normal qu’on aurait pu croire qu’ils s’étaient croisés au supermarché au rayon fruits et légumes. Il s’approcha de lui et entreprit de briser ses liens avant de reculer d’un pas pour le regarder à nouveau, amusé.

« Alors, qu’est-ce que tu as fait pour te retrouver dans une situation pareille ? »

#Code by Nao ✖ M A D  J O K E R


Nom.:
 

LIGUES-PRO THX CALI & KENZA & REYENN ♥
Sang-Mêlé Mage & Mordu

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Kureiji B. Lichtenberg
Sang-Mêlé Mage & Mordu
Coeurs : 32 Messages : 52
Couleurs : MediumOrchid
J'ai traversé le portail depuis le : 25/08/2014 et on me connaît sous le nom de : Lizzy ou Daïa. Mon nom est : Kureiji "Rei" B. Lichtenberg. Actuellement je suis : Sýmvasi̱ de Allen, célibataire, bisexuel et potentiellement fiancé. Il paraît que je ressemble à : Add de Elsword et à ce propos, j'aimerais remercier : ma Kuru d'amour <3
Re: Mad joker [feat Crimson] | Dim 05 Oct 2014, 00:43



« Mad Joker »
feat Crimson & Rei


Une porte. Une seule et unique porte par laquelle sortir, ni fenêtre, ni trappe, ni système d'aération suffisamment grand pour pouvoir s'éclipser. Il semblerait que, cette fois, tu n’ai pas trop le choix.
Tu avais réussit à te débarrasser du lien autour de tes chevilles, avant de faire rapidement le tour de la pièce, observant les recoins faiblement éclairés par ton œil. Bon, ok, parfois il peut s'avérer pratique. Mais au final, il n'y avait rien d'autre que la porte, par laquelle filtrait un faible raie de lumière, seule trace d'ailleurs qui tranchait avec la noirceur de la pièce, en dehors de ta personne. Avec précaution, tu t'en approche, vaillant autant à ne pas faire de bruit qu'à combattre la douleur sourde qui te vrille encore la tête. Tel un chat, tu te places juste à coté, l'oreille tendue, toute ta conscience concentrée sur ce qu'il se passe de l'autre coté de cette porte qui te retient ici. Rien. Pas un son, à part le battement de ton propre sang et ton souffle profond. La voie est libre. Tu tends doucement la main vers la poignée, l'objectif entre toi et un monde plus inconnu encore. L'esprit tendu, douloureux, tu t'arrêtes en plein mouvement. Un bruit. Une voix. Non, deux. Elles viennent, elles s'approchent. Tu sers les dents, et recules de quelques pas, dans l'ombre, prêt à les recevoir.


Tu n'avais pas saisit ce qu'ils disaient, juste le rire vicieux de ceux qu'on ne peut plus sauver, ceux qui ont choisit que la douleur des autres étaient un bien qu'il ne fallait pas se refuser. Alors il n'y avait pas à s'en vouloir pour ce qui pouvait arriver ensuite. Ils étaient comme les autres. Des proies. Et la chasse allait continuer ici aussi.
La porte s'ouvrit d'un coup, et ils pénétrèrent dans la pièce sans aucune précaution, l'air sûr et stupide. Ils faisaient partit d'un groupe de tout à l'heure, ou peut être pas, ils avaient un peu tous la même tête après tout. En tout cas, il ne leur fallut qu'un instant pour se rendre compte que, désormais éclairée par la lumière extérieur, la caisse était entièrement vide et grande ouverte.

Ils se mirent à jurer, à s'énerver. Étaient-ils vraiment aussi stupide ? Ils auraient dut comprendre que tu étais encore là. Mais il ne faut pas trop en demander après, certains être ne sont pas fait pour comprendre.
Ils font encore quelques pas dans la pièce, se détachant nettement dans la lumière. Ils n'ont même pas daigné fermer la porte. D'un pas souple, tu te rapproches d'eux, le visage calme, concentré, alerte malgré le sang qui barre ta joue maintenant, comme un guépard prêt à tout. Ils sont deux, tu n'es pas en état, mais qu'à cela ne tienne, tu sortira d'ici. Pas eux.

« T’es sûr que t’avais bien fermé la boîte ? »

« Mais oui, abruti ! Me fais pas chier j’avais même sécurisé avec des clous ! »

« Mais alors POURQUOI elle est vide cette putain de boîte ?! Tu lui avait laissé un pied de biche au cas où il aurait envie de se dégourdir les jambes ?! »

« Mec, t’as intérêt à plus me parler comme ça sinon… »

Le coup partit, un coup de pied violent, rapide, que l'homme se prit en plein dans l'estomac, le pliant en deux sous le choc. Mais ce n'était largement pas suffisant.

« Enfoiré… tu vas me le payer ! »

Son visage avait prit une teinte rouge à cause de la douleur et de la colère. Tu montres les dents, prêt à le recevoir s'il tentait quoi que ce soit. Il allait voir, l'importun, ce qu'il en coûtait de t'énerver. Il se redressa, un rictus barrant son visage et chargea tel un animal sauvage. Tu fis un bon en arrière. Inutile. Parce qu'entre lui et toi, quelqu'un d'autre apparut. Quelqu'un de grand, avec une coupe ridicule et un rire …. Oh non, pas lui ! Tout mais pas lui ! Tu n'en as plus rien à faire des deux abrutis en face de toi, si ça se trouve de toute façon, tu vas même pas avoir besoin d'y penser, la seule chose que tu retiens, c'est que peut être, ce truc devant toi, c'est …

« Hein ? M-mais… t’es qui toi ?! »

« Bonsoir… veuillez accueillir un humble magicien. »

…. Merde, oui, ça ne pouvait être que lui. Tu l'avais déjà croisé, encore et encore, et à chaque fois, ça c'était finit de la même façon … Il envoya le premier mec voler en quelques secondes, puis commença à narguer le deuxième d'un air effronté. Et toi, t'avais qu'une seule envie, que le deuxième abruti n'en soit pas un et qu'il arrive à l'occuper pour de vrai, pour que tu puisses te barrer en douce. Sauf que c'était mal barré.

Il sortit une lame. Bel effort, mais tu repasseras. Il se jeta sur le clown qui ne bougea pas d'un iota. Pas très étonnant non plus. Enfin si, parce que du coup, la lame pénètre dans sa chair en même temps que l'odeur du sang emplit l'air. Mais il est lui, il est fou, et tu ne sais même plus si tu dois t'en étonner ou non. Ok, il avait déjà fait des trucs irréalistes, à ce point ? Va savoir.

Les premiers cris se firent entendre lorsque le clown commença à planter ses ongles peu commun dans le visage de son nouveau jouet. Cela t'étais égale, ce mec voulait te trucidé cinq minutes avant, mais tu ne trouvais pas ça très propre non plus. Et puis il finit par ce lasser, et la nuque de sa victime craqua comme du bois en formant un nouvel angle étrange, alors que le corps inerte tomba au sol comme un vieux chiffon inutile. Alors seulement Crimson se décida à retirer la lame de son corps, pour admirer ses reflets rouges. Décidément, c'est vraiment pas ton genre. Les gens plus fous que toi, c'est pas ta tasse de thé.


La lame essuyée et volant entre ses doigts, il plonge son regard dans le tiens. Tu n'as pas bougé devant cette scène macabre, pas plus que tu n'as frémit devant les cris ou la mort, parce que ça ne te fais plus rien. Mais lui … Ses yeux, perçant les tiens, remplit d'idées sournoises et bizarres, te glacent intérieurement. Et en même temps, tu sais qu'il ne te fait pas peur, non. Tu es aussi dangereux que lui. La différence est là, c'est qu'il n'a pas peur de toi non plus, alors il s'amuse avec toi, à chaque fois. Jamais il ne te laisse, jamais il ne fuit. Tant qu'il s'amuse, il reste. Et ce clown perfide à vraiment l'air de beaucoup s'amuser en ce moment.

« Comme on se retrouve… On dirait que tu as réussi à te mettre dans l’embarras. »


« Je t'ai pas sonné. »

Comme on pouvait s'y attendre, il parlait sur le ton de la conversation la plus normale du monde. Il ne semblait pas plus perturbé que toi, ou peut être l'était encore moins en fait. Parce que toi, tu avais encore un peu d'humanité enfouie au fond de ton être. Lui non.
Il s'avança vers toi pour briser le lien de tes poignets, que tu n'avais pas encore attaqué, puis recula d'un pas, comme un artiste admirant son œuvre, avec toujours ce regard amusé qui ne le quitte pas, peu importe la situation.

« Alors, qu’est-ce que tu as fait pour te retrouver dans une situation pareille ? »

« Ça te regarde pas, le Clown. Va voir ailleurs si j'y suis. »

Tu le défis un moment du regards. Tu n'as rien à prouver ici, il te suffit de partir, mais voilà. Ils t'énervent, lui et son sourire mesquin et supérieur. L'odeur du sang te monte à la tête, le tiens, le siens, le leurs. La pièce se remet à tourner un peu, mais tu te forces à ne pas fléchir. Il ne gagnera pas cette fois. Même si tu rentres stupidement dans son jeu.

Tu pousses un soupir agacé, et ton regard glisse vers la porte grande ouverte. Des pas, rapides, d'une seule personne. Un mec fin et alerte apparaît dans la lumière, sûrement alerté par les cris de son camarade quelques instant plus tôt. Ses yeux vont de Crimson à toi, de toi aux hommes à terre, puis de nouveau à Crimson. Avant qu'il ne disparaisse à une vitesse inhumaine et que son cri résonne dans l'étage où nous étions. Tu te retournes vers le pseudo magicien, plus qu'agacé maintenant, en pointant la porte de la main :

« Et ben voilà, c'est de ta faute ! La discrétion, tu connais ? Non, bien sur que non ! C'est tellement plus drôle de passer la nuit à massacrer des gens qui veulent te tuer, plutôt que de rentrer tranquillement ! »

D'autres bruits de pas se font entendre, beaucoup, beaucoup plus nombreux. Ils arrivent en nombre. Le premier mec passe la tête par l'ouverture, et ouvre la bouche pour crier un avertissement. Il n'en a pas le temps. D'un large mouvement de bras, tu envois voler le couteau des mains de Crimson vers lui, pour le faire taire.

« Vous voyez pas qu'on est entrain de s'engueuler là ? Attendez votre tour ! »




Sang-Mêlé Mage & Vampire

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Crimson
Sang-Mêlé Mage & Vampire
Coeurs : 71 Messages : 139
Couleurs : #d92334
J'ai traversé le portail depuis le : 22/07/2014 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Crimson Actuellement je suis : en couple avec ma magnificence. *hairflip* Il paraît que je ressemble à : Hisoka de Hunter x Hunter & IRL à Jackson Rathbone et à ce propos, j'aimerais remercier : ma magnificence. *hairflip*
Re: Mad joker [feat Crimson] | Dim 05 Oct 2014, 15:55



❝BE CAREFUL MAKING WISHES IN THE DARK,
CAN’T BE SURE WHEN THEY’VE HIT THEIR MARK
AND BESIDES IN THE MEAN TIME,
I’M JUST DREAMING OF TEARING YOU APART.❞ - fall out boys


♟«Je t'ai pas sonné. »

La réponse froide et directe du jeune homme ne fit même pas ciller le magicien, qui se contenta de sourire un peu plus devant son air borné. Il n’y a pas à dire, ce gamin avait toujours le don de le divertir. A chaque fois qu’il l’avait croisé, ça avait été la même chose, et étrangement, il ne s’en lassait jamais. Raison pour laquelle il lui arrivait de lui coller aux basques, ce qui avait pour effet de le rendre un peu plus furieux, rendant son vis-à-vis d’autant plus hilare.

« Ça te regarde pas, le Clown. Va voir ailleurs si j'y suis. »

Son interlocuteur vrilla son regard dans le sien, le soutenant d’un air défiant. Crimson eut pourtant comme réaction de glousser, adoptant une posture nonchalante qui ne semblait avoir rien à faire à cet endroit et à cet instant.

« Je vois que tu es toujours aussi froid, que faire, que faire… »

Il se tapota le menton du bout de son ongle manucuré, en ne cessant jamais de le regarder, faisant exprès de ne pas détourner les yeux pour obliger Kureiji à faire de même. Dans ce genre de situations, c’est comme si le simple fait de déverrouiller leurs yeux pouvait compter comme une défaite. C’est tout à fait stupide, mais c’est également ce qui amuse tant notre prestidigitateur qui se délecte de voir le jeune homme s’agacer à son encontre. Quoi ? Ah oui, en plus d’être un psychopathe, il est également vraiment, vraiment chiant. Et il en serait fier en plus.

Mais en plein milieu de cette intense joute de regards enflammés – j’exagère un tantinet – des bruits de pas retentirent dans la pièce adjacente. Nos deux intrus tournèrent la tête d’un même mouvement pour voir de qui il s’agissait. Oh~ c’était le beau brun de plus tôt, celui avec une superbe autorité. D’ailleurs, dès que ses yeux tranchants eurent aperçu les deux hommes et les deux corps par terre, il disparut tout en sonnant l’alarme. Oops !♥

« Et ben voilà, c'est de ta faute ! La discrétion, tu connais ? Non, bien sur que non ! C'est tellement plus drôle de passer la nuit à massacrer des gens qui veulent te tuer, plutôt que de rentrer tranquillement ! »

A ces mots, Crimson ne put retenir un nouveau pouffement, avant de prendre un air faussement innocent, haussant les épaules, avant de se reprendre et de replonger ses yeux dorés dans les siens, une lueur vicieuse y brillant. Il prit la parole de manière si provocante qu’on aurait cru entendre un mauvais élève déclarer fièrement à un professeur qu’il n’avait rien à faire de ses cours et qu’il n’avait pas l’intention d’en foutre une pendant toute l’année scolaire. Sauf qu’aucun ridicule petit élève ne pouvait donner l’effet menaçant que produisait le regard de notre homme.

« Tu m’ôtes les mots de la bouche, très cher… ~ à mon humble avis, une représentation est toujours plus intéressante lorsqu’elle est exubérante. »

Bien entendu, il faisait allusion à son travail. C’est sûr que dans le monde du spectacle, ça ne sert à rien de se faire discret, surtout dans un cirque où lumières, costumes bariolés et roulements de tambours sont au rendez-vous. Et Crimson est quelqu’un de très théâtrale. Il sait toujours soigner son entrée. Des bruits de pas précipités retentissent mais le magicien ne daigne même pas se retourner pour voir leur entrée précipitée dans la pièce. Le couteau qui était dans ses mains est passé dans celles de son vis-à-vis et a déjà fusé. Un type s’écroule au sol avec un hurlement qui se tait en quelques instants. Mais c’est qu’il vise bien, celui là ! Le couteau est arrivé entre les deux yeux. Pas étonnant qu’il n’ait pas fait long feu.

« Vous voyez pas qu'on est entrain de s'engueuler là ? Attendez votre tour ! »

Bien entendu, les hommes qui pénètrent dans la pièce, encore plus furieux en voyant leur camarade s’affaisser avant même qu’ils ne soient entrés, n’ont que faire de ces paroles. C’est bien malheureux pour eux d’ailleurs car ils se retrouvent face à nos deux hommes qui ne sont pas très disposés à être aimables. Vous l’aviez compris, c’est un euphémisme : il n’y aura que deux personnes qui ressortiront vivantes de cet affrontement, et ils ne faisaient pas partie du groupe de délinquants. Feintant une attitude lasse et agacée, comme quelqu’un d’éminent interrompu en pleine conférence pour quelque chose de bénin, Crimson poussa un soupir et pivota pour faire face aux arrivants. A peine eut-il posé son regard cruel sur cinq d’entre eux, qu’ils se mirent à lancer des hurlements horrifiés, se tordant dans tous les sens, leurs yeux agrandis par la terreur, battant des bras ou se recroquevillant sur eux même pour lutter contre ce qui était apparu sous leurs yeux. Bien entendu, ils étaient les seuls à voir ces « choses », que notre magicien se plaisait à créer à leurs yeux, illusions dangereuses. Que voyaient-ils ? Des araignées géantes souhaitant leur grimper dessus, ou bien un terrible essaim de frelons tueurs ? A moins qu’un nid de serpents rampait vers eux, menaçant et mortel ? Crimson ne pouvait en être certain, trop concentré sur la création de ces multiples illusions pour réellement en capturer le contenu. Vif et direct, il mit au tapis ces individus avec habileté tout en continuant sa conversation avec Rei.

« Tu me dis fautif, mais regarde-toi… c’est bien toi qui t’es retrouvé dans cette situation. Tu as dû être bien imprudent. »

Il parlait d’un air moqueur, commençant son travail qui consistait à jouer avec les nerfs du mage, tout en se préparant à la suite du combat. Il fit un moue dégoûtée en regardant les cadavres qui jonchaient déjà le sol de la pièce.

« Certains n’ont aucune connaissance de la politesse n’est-ce pas ? »

Bien entendu, notre homme était poli. Enfin, dans une certaine optique, il pouvait l’être. Seulement, étant donné qu’il considère la majorité  des personnes se trouvant dans cette base comme une bande d’idiots finis sans intérêt, il ne voit pas particulièrement l’intérêt de chercher à être civil avec eux. Vraiment pas.

#Code by Nao ✖ M A D  J O K E R


Nom.:
 

LIGUES-PRO THX CALI & KENZA & REYENN ♥
Sang-Mêlé Mage & Mordu

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Kureiji B. Lichtenberg
Sang-Mêlé Mage & Mordu
Coeurs : 32 Messages : 52
Couleurs : MediumOrchid
J'ai traversé le portail depuis le : 25/08/2014 et on me connaît sous le nom de : Lizzy ou Daïa. Mon nom est : Kureiji "Rei" B. Lichtenberg. Actuellement je suis : Sýmvasi̱ de Allen, célibataire, bisexuel et potentiellement fiancé. Il paraît que je ressemble à : Add de Elsword et à ce propos, j'aimerais remercier : ma Kuru d'amour <3
Re: Mad joker [feat Crimson] | Dim 12 Oct 2014, 19:47



« Mad Joker »
feat Crimson & Rei


Tu n'avais qu'une envie, là, tout de suite, c'était de lui coller ton poing dans la figure, pour qu'il arrête de sourire. Tu sais qu'il se moque de toi, de ta colère, tu sais que ça l'amuse de te regarder de haut et de te voir t'énerver. Mais si déjà habituellement tu n'arrives pas à trouver la patience de l'ignorer, aujourd'hui plus encore tu ne peux imaginer devoir rester encore en sa présence. Pourquoi faut-il toujours qu'il arrive au pires moments ? Pourquoi faut-il que, de tout les mecs du monde, ce soit le plus collant qui arrive à t'énerver à ce point ? Parce qu'encore, si tu arrivais à ne le voir qu'une fois par an, comme un cousin stupide qu'on doit se taper au moment des fêtes, ça irait. Mais là, pour une obscure raison, il parvenait à croiser ta route à chaque sortie ou presque ! Impensable. Incroyable. Insuportable.

Mais le pire, ce n'est même pas de le voir sourire … C'est de le voir rire à n'importe quoi, surtout à tes réponses :

« Je vois que tu es toujours aussi froid, que faire, que faire… »

Il fait mine de réfléchir. Comme si lui, ce … truc à apparence humaine, pouvait être doué de raison. Le tout en gardant obstinément son regard vrillé dans le tiens. Tu ne peux pas faiblir, pas face à lui, parce que tu sais que même en le laissant sur place, il te rattraperai, rien que pour continuer à jouer. Oui, c'est ça, en fait tu es son nouveau jouet, qu'il tente d'utiliser encore et encore, pour se divertir, et qu'il jettera sans doute quand il se sera lassé. Quelle désagréable sentiment que de n'être rien d'autre qu'une chose, même une chose aussi libre que tu l'es. Parce que tu le sais, même si tu peux l'oublier le reste du temps, tu vas devoir le supporter un moment. Et c'est ça que tu hais le plus chez lui. Ça, et son sourire, qui te rappelle cet homme. Mais même si il lui ressemble, tu ne peux -ou ne veux- pas croire que c'est vraiment lui. Parce que dans cette ruelle, même s'il avait eut le même caractère, la même envie de jouer sans pitié avec lui, cet homme s'était montré bien mon exubérant que ce que ce clown pourrait supporter. Jamais il ne pourrait résister à une petite mise en scène, alors que lui … Il avait juste fait ce qu'il voulait faire, efficace, sans plus. Une petite voix te souffle aussi que tu ne peux pas le croire responsable de ta situation, car cela voudrait dire que toute idée de vengeance était superflue. Cet homme est un monstre, pire encore que tout ce que tu pourrais jamais être. Il aime la mort, côtoie la souffrance et joue avec la peur. Le tuer, ou même le faire souffrir, semble être une tâche impossible. D'un certain coté, tu ne sais pas s'il te fait peur, ou si tu le considère juste comme supérieur en force.

Une chose est sur, cet être est définitivement fou. A peine l'homme, venu voir ce qu'il c'était passé, reparti, il se mit à pouffer de nouveau, avant de prendre un faux air innocent pas du tout convainquant. Voir même étrangement flippant avec cette lueur vicieuse qui danse dans ses yeux et qui tranchait avec le ton provoquant qu'il employa pour te répondre.

« Tu m’ôtes les mots de la bouche, très cher… ~ à mon humble avis, une représentation est toujours plus intéressante lorsqu’elle est exubérante. »

Tu ne sais même plus comment le prendre. Fait-il une métaphore, ou est-il vraiment sérieux ? Ce clown te rend fou, il est fou en fait, mais le monde autour de lui s'en retrouve empreint de la même folie. Alors tu en oublie ce que tu fais, qui tu es, tu frappe l'homme qui entre, intentionnellement certes, mais plus gravement que ce que tu aurais voulut. Et d'autres suivent derrière lui, mais tu n'as même pas le temps de te poser des question que déjà ils se mettent à hurler, mon étrange adversaire face à eux. Le magicien semblait prendre un cruel plaisir à voir ces hommes se tordre de peur, l'horreur défigurant leur visage. Ils n'étaient même pas encore tous au sol que ce sinistre et ridicule personnage reprenait votre conversation, comme si de rien n'était :

« Tu me dis fautif, mais regarde-toi… c’est bien toi qui t’es retrouvé dans cette situation. Tu as dû être bien imprudent. »

« Je le répète, ça ne te regarde en rien. J'ai bien le droit de me mettre dans la situation que je veux, pas besoin que tu la ramène derrière. »

Tu n'avais pas envie d'en parler avec lui, pas plus que d'avouer quoi que ce soit, tu lui réponds donc avec un ton froid et neutre, comme à un adulte trop collant. Et comble de tout, tu ne le regarde même plus, pas plus que le reste en fait. Tu enjambes ceux qui te gène le passage en oubliant complètement l'autre dingue. Tu sais qu'il va te suivre de toute façon. Tu l'entends derrière toi, et au ton de sa voix tu devines qu'une fausse expression dégoûtée à transformé son éternel sourire en une moue tout aussi ridicule et inappropriée.

« Certains n’ont aucune connaissance de la politesse n’est-ce pas ? »

Tu serres les dents, laissant échappé un petit sifflement de mépris malgré tout, en accélérant le rythme de tes pas. C'est l'hôpital qui se fou de la charité ! Comme si lui, il connaissait la politesse ! Lui, le clown, l'abruti, le chieur, le psychopathe, le … raaah. Tu tentes de l'oublier, de le supprimer de ta conscience comme de ton inconscience. Il n'est pas là, il ne te suit pas d'une manière totalement exubérante alors que tu essaye de te déplacer discrètement. Non, bien sur que non. Ce ne peut être qu'un illusion, encore une. D'une main, tu t'appuie sur le mur froid et dur pour te guider, et t'empêcher de tanguer. Pas devant lui. Pas devant qui que ce soit. Tu ne veux pas l'avouer, mais tu as mal, tu : vois un peu flou parfois, et l'odeur du sang autour et sur toi n'arrange rien. Saleté d'instinct animal. Tu passes une porte, puis une salle, puis une autre porte. Un couloir s'ouvre devant toi, long, remplit de portes identiques. Et quelque part, la sortie.

Ça te fais mal de l'admettre, mais sur le coup, tu n'as plus le choix. Pas question de passer la nuit ici, à essayer chaque chemin. Alors autant prendre le raccourcit, si celui ci est de bonne humeur. Après avoir vérifié l'absence de forme de vie proche, tu te retourne d'un bloque vers celui qui t'as suivit jusqu'ici, bras croisé, et tu lui demande d'un ton peut être un peu trop autoritaire :

« Hey le clown, t'es venu par où ? On fait comment pour sortir d'ici ? »





Sang-Mêlé Mage & Vampire

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Crimson
Sang-Mêlé Mage & Vampire
Coeurs : 71 Messages : 139
Couleurs : #d92334
J'ai traversé le portail depuis le : 22/07/2014 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Crimson Actuellement je suis : en couple avec ma magnificence. *hairflip* Il paraît que je ressemble à : Hisoka de Hunter x Hunter & IRL à Jackson Rathbone et à ce propos, j'aimerais remercier : ma magnificence. *hairflip*
Re: Mad joker [feat Crimson] | Dim 19 Oct 2014, 17:36



❝BE CAREFUL MAKING WISHES IN THE DARK,
CAN’T BE SURE WHEN THEY’VE HIT THEIR MARK
AND BESIDES IN THE MEAN TIME,
I’M JUST DREAMING OF TEARING YOU APART.❞ - fall out boys


♟Le sifflement de mépris qui glisse d’entre les lèvres de son interlocuteur ne lui échappe pas, et cela le fait sourire d’avantage. Crimson est juste purement manipulateur, il a fait exprès d’afficher une expression dédaigneuse injustifiée à un moment pareil (comme s’il pouvait reprocher à quelqu’un d’être malpoli dans une situation pareille… Bien sûr, il le faisait sans pour autant que cela le tienne à cœur autant qu’il pouvait le laisser croire).  Il avait intentionnellement affiché une telle expression dans le but d’agacer le sang-mêlé, ce qu’il était parvenu à faire. Seulement, sa réaction avait bien vite cessé d’être le centre de son attention car le magicien eut le temps de percevoir un infime vacillement dans les mouvements de la personne qui marchait devant lui. Il le vit passer sa main sur le mur, comme pour se tenir. Tout ceci n’échappa nullement au regard perçant de Crimson qui, dans le dos de son acolyte, avait cessé d’arborer son sourire factice. Il avait peut-être surestimé les capacités du jeune homme.

Après tout, il avait du se faire fracasser le crâne pour se retrouver enfermé dans une boîte par ces hommes. Le voir flancher ainsi, c’était si… non. Il ne devait pas perdre le contrôle de ses émotions maintenant, bien qu’il ne puisse empêcher l’excitation malsaine de parcourir son corps musculeux. Il humecta sa lèvre inférieure tout en suivant Kureiji dans le dédale de couloirs sombres, aussi détendu qu’il l’aurait été s’il était dans sa salle de bain. Il le savait bien : l’explosion qui avait eu lien il y a déjà une centaine d’années où il avait bien failli périr ne l’avait pas laissé indemne. Loin de là. Il était si différent que si les personnes qu’il avait connues étaient toujours en vie, elles ne le reconnaîtraient pas. L’époque où il avait été un honnête jeune homme qui faisait son travail pour gagner son pain, passait du temps avec ses camarades en ressentant de la solidarité à leur égard, et même de l’amour… elle était absolument révolue. Il n’avait pourtant aucun regret. Il embrassait avec force sa nouvelle personnalité, se jetant à corps perdu dans les méandres sombres de son esprit torturé. Et voir la souffrance d’autrui lui procurait toujours quelque chose d’assez… stimulant. Cela lui plaisait, mais il avait tendance à perdre le contrôle. Si jamais il ne faisait pas attention, avec l’odeur du sang qui régnait dans ces lieux, une pulsion meurtrière pourrait bien s’emparer de lui. Et il n’aurait d’autre choix que de l’assouvir ici-même si la personne la plus proche.

Bien heureusement, il n’en était pas là, et une distraction nouvelle mit une fin à ses pensées. Il sourit à lui-même en voyant toutes ces portes. Il savait exactement par où passer pour sortir, mais savait bien que ce n’était pas le cas du jeune homme qu’il accompagnait. Il se demandait ce qu’il allait faire… peu de possibilités. Soit il refusait de lui demander de l’aide et se mettait à chercher la sortie seul, mais d’ici là beaucoup de temps se serait écoulé et il y aurait des chances pour que nouveaux hommes arrivent. Soit… il ravalait son mépris et sa fierté et lui demandait par où sortir. D’ailleurs, il choisit la seconde option, se retournant brusquement, les bras croisés sur la poitrine, pour faire face au grand homme qui l’avait suivi silencieusement jusque là. Lorsqu’il l’interpella, Crimson baissa les yeux vers lui. Il ne dit rien pendant un instant, pesant ce qui serait le plus amusant à faire. Accepter… ou refuser ? Ou bien accepter et lui montrer le mauvais chemin ? Non… à vrai dire, il était de plutôt bonne humeur. Il avait pu se défouler, et son taux de folie sanguinaire était assez bas, si je puis dire, pour affaiblir son envie de jouer les chieurs. Il hocha donc lentement la tête, un léger sourire en coin sur les lèvres.

« Je te montrerais la sortie, à une condition. »

Et le revoilà. Bien entendu, venant de sa part, on peut vraiment s’attendre à tout, mais surtout au pire. On ne peut pas s’attendre à ce qu’il fasse quelque chose sans rien recevoir en retour. Crimson ne fait que des choses dans son intérêt, c’est pourtant bien connu… Bien heureusement, il ne fit que pointer son index à l’ongle pointu vers Kureiji en prenant un ton mielleux.

« "s’il-te-plaît" »

Il se pencha légèrement en avant, ses yeux dorés luisant dans le noir comme un prédateur nocturne, les vrillant dans ceux verrons qui appartenaient à la personne se trouvant en face de lui. Ce genre de détail peut paraître stupide, demander qu’il utilise « le mot magique » était se prendre pour mamie avec son petit fils, mais ce qui avait d’intéressant était plutôt la signification que cela aurait entre les deux hommes. Crimson aurait gagné une sorte de mini-partie. Pour lui, ce n’est pas ce qui avait le plus d’importance. Il avait simplement envie d’entendre la voix de ce garçon qui le détestait tant lui demander quelque chose ainsi. Et encore… il ne lui avait pas demandé de le supplier. S’il avait été d’humeur massacrante, il aurait pu. Une fois encore… il y a toujours des risques à se trouver en face d’une personne lunatique.

#Code by Nao ✖ M A D  J O K E R


Nom.:
 

LIGUES-PRO THX CALI & KENZA & REYENN ♥
Sang-Mêlé Mage & Mordu

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Kureiji B. Lichtenberg
Sang-Mêlé Mage & Mordu
Coeurs : 32 Messages : 52
Couleurs : MediumOrchid
J'ai traversé le portail depuis le : 25/08/2014 et on me connaît sous le nom de : Lizzy ou Daïa. Mon nom est : Kureiji "Rei" B. Lichtenberg. Actuellement je suis : Sýmvasi̱ de Allen, célibataire, bisexuel et potentiellement fiancé. Il paraît que je ressemble à : Add de Elsword et à ce propos, j'aimerais remercier : ma Kuru d'amour <3
Re: Mad joker [feat Crimson] | Dim 26 Oct 2014, 00:43



« Mad Joker »
feat Crimson & Rei


Et encore ce sourire ! Toujours. Tu aurais du t'y attendre, en te retournant, à le voir s'amuser de la situation. Novice. Comment fais-tu pour être encore surpris ? Même s'il est vrai que tu ne le montres pas, ce qui n'est déjà pas si mal. En fait, tu te contentes juste de le fixer, imperturbablement, en attendant de voir s'il va daigner ou non te répondre de façon claire. Mais le doute s'installe alors qu'il baisse les yeux vers toi – et les dieux savent combien tu as horreur de ça ! - : il a l'air d'humeur « joueuse » aujourd'hui. Mauvaise nouvelle. Tu t'attendais à tout moment à le voir lancer une autre de ses phrases énigmatiques et énervantes, mais rien de vient. Ce qui t'énerves encore plus. Parce qu'au delà du personnage lui même, la situation est des plus révoltantes. Tu es presque coincé ici, avec le mec que tu déteste le plus au monde, à attendre son bon vouloir pour pouvoir sortir, le tout alors que monsieur profite de ses quelques centimètres de plus que toi pour te rappeler qu'il doit baisser les yeux pour être à ton niveau. RAAAAAAAAAAH ! La prochaine fois, tu te le juges, il aura droit à ton poing dans la figure.


Finalement, il se décida enfin sur ce qu'il voulait, hochant doucement la tête avec un petit sourire. Mauvais ça. Pas bon, pas bon du tout. Qu'est ce qu'il va demander encore ? Parce que tu n'es vraiment pas d'humeur à danser comme un abruti pour ses beaux yeux.


« Je te montrerais la sortie, à une condition. »


…... Tu le sens mal, très mal. Bon, la bonne nouvelle, c'est que logiquement, ceci fait, il te laissera tranquille. Logiquement, j'ai dit. Mais encore faut-il remplir sa condition. D'un ton écœurant, il pointa l'un de son index pointu dans ta direction, lâchant enfin :


« "s’il-te-plaît" »


… Quoi ?! Non, en fait, rien. Tu aurais pu t'en douter. Mieux encore, le connaissant, tu peux presque t'estimer heureux que ce ne soit que ça. Enfin, une personne normale pourrait le faire. Après tout, ce n'est qu'une suite de mot qu'on dit chaque jours, des mots sans importance. Oui, mais toi, tu n'es pas une personne normale. Et il est hors de question que tu t'abaisses à ça devant lui. Mais ça, il n'a pas à le savoir. Car ça pourrait lui faire plaisir. Et c'est bien la dernière chose que tu veux. Impassible, tu le fixes d'un œil vide d'émotion tandis qu'il se penche vers toi, ses yeux luisant du même éclat que les prédateurs de la jungle que tu as rencontré, enfant. Tu sais qu'il s'amuse, tu sais qu'il veut te voir perdre, qu'il veut que tu montres combien ces mots te sont durs à lui dire. Mais il n'aura pas cette joie. Oh, bien sur, tu vas les dire. Tu veux sortir d'ici après tout. Mais il n'aura pas la grâce de voir la tête que tu tires intérieurement.


Tu prends une légère inspiration et un sourire innocent se dessine sur ton visage, les bras croisés dans ton dos désormais. Toi aussi, tu sais te déguiser, à ta façon. S'il pensait pouvoir gagner à si bon compte, c'est raté !


« Est-ce que vous pourriez m'indiquer la sortie ... Ton sourire s'agrandit encore un peu, tu laisses une pose avant de continuer en détachant un peu plus chaque syllabe. S'il vous p- »


Tu n'as pas le temps de finir, tu es coupé par un bruit assourdissant qui se répercutes dans les murs. Le sol tremble un instant sous tes pieds, et tu sais que se n'est pas ton esprit qui se joue de toi. Ton sourire s'est envolé, et tu te retourne d'un bloc vers la porte donnant sur le couloir. Tu es sur que le bruit venait de là. Tu te penches, tu veux voir. Par une porte ouverte un peu plus loin, tu le vois, tu croises son regards. Le type de tout à l'heure. Son regard est froid, déterminé, et pendant un court instant tu te demande ce qu'il va bien pouvoir faire. Et puis d'un coup, il disparaît. Avant que la pièce juste derrière lui n'explose littéralement. Une vague de chaleur vient lécher ton visage tandis que les murs se remettent à trembler plus fort encore. Tu jures entre tes dents : Tu as compris ce qu'ils essayent de faire.


« Raaah, les fils de …. »


Ils savent ce que vous avez fait, ils savent que vous êtes dangereux. Et ils ne veulent pas vous laissez remonter. Alors ils font tout sauter, dans l'espoir de vous exploser ou vous griller au passage. Fait chier. Une autre salle, un peu plus loin, explose, faisant de nouveau trembler tout l'édifice. Si ces explosions à répétition ne font pas tout s'écrouler, les flammes s'en chargeront. C'est vraiment pas ta soirée, faut bien se l'avouer. Sans même chercher à me retourner, pour continuer à observer les portes, ouvertes ou non, qui s'offrent à nous, je lance à celui que je suppose être toujours derrière moi, et qui doit bien s'amuser là, tout de suite :


« C'est plus l'heure de jouer là, tu peux nous faire sortir oui ou non ? »




"HRP : "Le voir flancher ainsi, c’était si… non. Il ne devait pas perdre le contrôle de ses émotions maintenant, bien qu’il ne puisse empêcher l’excitation malsaine de parcourir son corps musculeux." ….. J'ai peur D8 *PAN*"


Sang-Mêlé Mage & Vampire

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Crimson
Sang-Mêlé Mage & Vampire
Coeurs : 71 Messages : 139
Couleurs : #d92334
J'ai traversé le portail depuis le : 22/07/2014 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Crimson Actuellement je suis : en couple avec ma magnificence. *hairflip* Il paraît que je ressemble à : Hisoka de Hunter x Hunter & IRL à Jackson Rathbone et à ce propos, j'aimerais remercier : ma magnificence. *hairflip*
Re: Mad joker [feat Crimson] | Dim 26 Oct 2014, 18:46



❝BE CAREFUL MAKING WISHES IN THE DARK,
CAN’T BE SURE WHEN THEY’VE HIT THEIR MARK
AND BESIDES IN THE MEAN TIME,
I’M JUST DREAMING OF TEARING YOU APART.❞ - fall out boys



♟C’est
avec un amusement non-dissimulé que notre magicien en herbe observait son vis-à-vis en train d’entrer dans son jeu, refusant de lui céder la moindre parcelle de ses sentiments – laisser paraître son dégoût et son agacement, ah ça non jamais. Crimson savait pertinemment ce qui se passait dans l’esprit du jeune sang-mêlé, souriant de plus belle en entendant le début de sa phrase… cependant, elle ne se termina jamais. Rei tout comme lui cessèrent leur petit théâtre de mauvais goût pour se tourner vers l’endroit d’où le bruit tonitruant était parvenu. La galerie fut saisie de tremblements alors que le son se répercutait sur les murs, et la posture de Crimson changea immédiatement. Il avait eu le temps d’apercevoir son beau malfaiteur, qui avait à nouveau disparu comme si de rien n’était. Ses jambes étaient légèrement plus écartées, plus posé sur ses appuis, et ses doigts instinctivement séparés tandis que ses yeux de faucon se focalisaient sur les couleurs mordorées et rougeoyantes qui s’échappent d’une porte ouverte au loin, imprégnant la scène d’une lueur apocalyptique.

Sans crier gare, le masque tomba. Le sourire amusé avait disparu, remplacé par une lueur dangereuse, ô oui, scintillant dans son regard. Ses lèvres se retroussèrent en un rictus méchant. Pathétique. Vouloir le combattre, lui, avec des explosions alors qu’ils se trouvaient sous terre ? Cela n’était pas sans lui rappeler son dernier jour insouciant en temps que personne. Non, vraiment, le destin, les Dieux, le hasard, toute chose ou entité qui avait provoqué cette situation était risible. Une personne normale aurait paniqué en revivant une situation si proche de celle qui avait bien failli l’envoyer en enfer et qui l’avait profondément défiguré tant d’années auparavant. Mais là ou ces « personnes normales » auraient été traumatisées, transies, marquées, choquées, Crimson avait évolué. Son ancien lui, qui n’avait même plus de nom, avait été brisé pour laisser place à celui qu’il était à présent. Un homme à la logique, la réalité, les désirs si étranges et inhumains qu’il n’était plus digne que d’un seul titre : fou. Oui, il était fou. Complètement dingue, même. Et le fait qu’il en ait pleinement conscience et qu’il l’accepte, qu’il embrasse cette nouvelle personnalité faisait de lui une personne immensément plus dangereuse qu’un simple dérangé. Il se vautrait volontairement dans un monde malsain et blasphématoire, sa raison acceptant parfaitement ses actes immoraux et cyniques. Il ne répondait plus aux règles universelles. Il s’en était totalement affranchi. La seule personne qu’il écoutait désormais, c’était lui-même, son égo, ses envies, sa folie pourtant si réfléchie.

Crimson ne ressentait aucune peur, bien au contraire. Sous sa peau, dans ses veines courrait à présent une adrénaline venant de paire avec une excitation qui aurait pu paraître déplacée. Cependant, le souvenir de son corps brisé, brûlé, disloqué et toutes les sensations qui allaient avec ne ramenaient en lui qu’une vague de plaisir intense. Beaucoup auraient pensé, et avec raison, que lors de cet incident dans cette mine de charbon, son cerveau eut été endommagé ou en tout cas touché et modifié de manière irréversible. La peine et la douleur n’éveillaient en lui que du plaisir là où aurait dû en découler une terreur immense. Se jeter dans une fournaise, un gouffre béant ou bien un nid de scorpions, ne lui poserait probablement que peu de problèmes. Il avait oublié, lui tout comme son corps, ce que c’était que d’avoir peur, ou comment on la ressentait. Elle n’avait plus lieu d’être dans l’esprit tordu du magicien.

Un rire malsain monta dans sa poitrine, un rire qui aurait hérissé les poils de n’importe qui tant il était lugubre. Ce n’était pas le rire moqueur ou amusé de Crimson. A présent, il était sérieux, un sérieux bien à lui qui le rendait mille fois plus mortel et effrayant, sa concentration à son comble, son corps tout entier destiné à agir des manières les plus extrêmes. Cet instant où l’on ne peut plus douter de sa dangerosité : Cet homme vous tuerait pour son propre intérêt, vous manipulerait comme une vulgaire marionnette, jouirait de votre détresse et désarroi et contemplerait avec satisfaction votre être se consumer, se détruire avec une lenteur pénible. Oui, l’on n’en pouvait plus douter, rien qu’en plongeant notre regard dans le sien pendant quelques courts instants. Les ténèbres et l’abysse de folie que l’on y entrevoyait suffisait amplement à combler toute incertitude. Et c’est à n’en pas douter qu’après avoir observé ses malheureuses proies, jouets, sombrer dans la folie et l’horreur, il se jetterait à bras ouverts pour recevoir sa punition en temps et en heure. Restant droit et fier dans ses péchés et ses pires infractions, son cœur pétrifié incapable de ressentir un quelconque remord ou le moindre regret.

Le magicien hocha la tête et d’une voix grave et dénuée de tout le malice qui la rendait d’habitude mielleuse, répondit aux attentes de son camarade, tous deux ressentant jusqu’au plus profond de leurs entrailles les terribles tremblements qui ébranlaient le bâtiment tout entier tandis que ses fondations explosaient les unes après les autres autour d’eux dans un maelstrom écarlate. Ecarlate, hein ? Cela l’aurait presque fait sourire.

« Suis-moi, et reste proche si tu ne veux pas finir en temps que torche-humaine. Je peux te garantir que la douleur que tu subiras sera délicieuse… mais c’est sans compter que mon cerveau et mon système nerveux ont cessé de fonctionner normalement depuis maintenant bien longtemps. »

Sans plus attendre, pas même une réponse de sa part, il s’élança dans le dédale de couloirs, des nuages de poussière tombant du plafond accompagnés de détonations nouvelles. Ces enflures, ils étaient bien décidés à les enterrer dans les confins de la terre ! Dommage pour eux, cela ne sera pas le cas. Rester piégé ici serait fortement ridicule pour deux individus tels qu’eux. Traversant une pièce où un feu ravageur se propageait déjà rendant l’air suffocant, Crimson se retrouva face à un mur de flammes. Ils devaient passer de l’autre côté, c’était le moyen le plus sûr pour eux de s’en sortir, n’étant pas l’entrée principale. Oui en effet, notre illusionniste avait pris soin de mémoriser le plan du bâtiment et de ses compliqués souterrains. Ainsi, il savait parfaitement où ils devaient passer pour sortir au plus vite avec le minimum de chance de tomber sur un groupe d’hommes prêts à leur barrer la route ou encore un barrage d’explosifs. Ils n’auraient pas été jusqu’à en installée par là, il le savait. Ainsi, il dû bondir au travers du mur flammes, les flammes léchant sa peau et ses vêtements durant un cours laps de temps, ne le brûlant cependant pas grâce à l’air brassé par son mouvement rapide. Il se tourna Kureiji et lui fit signe de le suivre d’un mouvement de la tête.

« Il faut prendre cet escalier, il nous mènera directement vers l’extérieur. »

#Code by Nao ✖ M A D  J O K E R


HRP| C'est le but héhéhé What a Face


Nom.:
 

LIGUES-PRO THX CALI & KENZA & REYENN ♥
Sang-Mêlé Mage & Mordu

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Kureiji B. Lichtenberg
Sang-Mêlé Mage & Mordu
Coeurs : 32 Messages : 52
Couleurs : MediumOrchid
J'ai traversé le portail depuis le : 25/08/2014 et on me connaît sous le nom de : Lizzy ou Daïa. Mon nom est : Kureiji "Rei" B. Lichtenberg. Actuellement je suis : Sýmvasi̱ de Allen, célibataire, bisexuel et potentiellement fiancé. Il paraît que je ressemble à : Add de Elsword et à ce propos, j'aimerais remercier : ma Kuru d'amour <3
Re: Mad joker [feat Crimson] | Jeu 30 Oct 2014, 18:02



« Mad Joker »
feat Crimson & Rei


Tu attends une réponse, immédiate, mais rien ne vient. Tu le sens, tu sens sa présence derrière toi, mais il ne te répond pas. Tss, il attendait quoi ? Que l'immeuble s'effondre sur sa tête ? Saleté de clown narcissique ! Comme si on avait le temps de … Ouaah. C'est … perturbant. Tu as tourné la tête, pour voir s'il n'était pas entrain de faire la sieste ou une autre idiotie du genre, et à la place tu te retrouves face à … A quelqu'un ayant l'apparence de Crimson, mais rien de plus. Ou si, peut être juste la lueur dans ses yeux, dangereuse, cruel, comme celle qui le prenait tout à l'heure, lorsqu'il « s'amusait ». Mais cette fois, nul sourire fou, nul joie ou masque, nul mise en scène. Juste un visage sérieux, dur, les lèvres étirés pour dévoilé les crocs, la posture sûre et solide. Il était devenu sérieux. Et ça, plus qu'autre chose, ça fait peur.


Non, en fait, il y eut quelque chose qui fit plus peur encore. Ce fut le rire qui s'échappa de ses lèvres. Un rire fou, malsain, qui résonna plus fort encore que les explosions au milieu des murs de bétons. Un rire que même toi, tu ne pourrais imiter, tant il était sincère. Tu ne sais rien de l'être en face de toi, après tout tu as toujours tout fait pour éviter ce magicien sans limites ni complexes, qui venait te harceler parce qu'il trouvait ça drôle. Et maintenant plus encore qu'avant, tu sais ne sais qui il est, et pourquoi, mais tu t'en fiches. S'il est devenu sérieux, tant mieux, il va t'aider à sortir de là. Après, il suffira de le laisser jouer, et tu pourras t'en aller tranquillement. S'il est devenu plus fou encore, et bien … Une épreuve de plus dans ta journée, rien d'autre. Il suffira juste de le laisser se prendre des murs et sortir en vitesse. Si sortir est encore possible.


Mais finalement, cela ne sera sans doute pas utile. Alors qu'une autre explosion faisait de nouveau trembler le bâtiment sur ses fondations (qui semblerait-il ne sont pas loin en dessous de vous), tu le vis hocher doucement la tête, d'un air entendu et sérieux, et sa réponse s'éleva au dessus du vacarme environnant.


« Suis-moi, et reste proche si tu ne veux pas finir en temps que torche-humaine. Je peux te garantir que la douleur que tu subiras sera délicieuse… mais c’est sans compter que mon cerveau et mon système nerveux ont cessé de fonctionner normalement depuis maintenant bien longtemps. »


Sa voix semblait changée, vidée de ce ton qu'il prenait habituellement. Et cela ne rendait pas ses propos moins perturbant. Pourquoi fallait-il que tu sois coincé avec lui, hein ? Bon, vois le bon coté des choses … Au moins tu n'es pas avec un pleurnichard inutile qu'il aurait fallut traîner dans toutes les pièces. Ouais, c'est un bon point.


Tu vis Crimson passer devant toi, sans attendre quoi que ce soit, pour s'engager d'un pas sûr dans les couloirs qui s'étendaient devant lui. Tu lui emboîta directement le pas, t'élançant à sa suite en tentant de garder un rythme régulier et rapide. Il avait des jambes plus grandes que les tiennes, et marchait d'un pas si énergique que bientôt, tu du courir pour ne pas te laisser distancer – ou te déboîter la hanche en faisant des pas trop grand pour toi. La poussière pleuvait du plafond et la fumée commençait à se répandre partout, piquant les yeux et emplissant les poumons. Saleté. Le sol gronda à nouveau et une partie du plafond, loin derrière, s'effondra avec fracas. L'air ambiant, en plus de se remplir de fumée, devenait de plus en plus chaud par endroit, et l'oxygène manquait devant les pièces prises par les flammes. Une vraie promenade de santé.
Toujours collé – ou presque, faut pas déconner non plus – à Crimson, tu le suivais sans te poser de question. Pourquoi ? Ce type est fou, pas suicidaire, il allait bien réussir à vous sortir de là. Bon, ok, pas forcément le meilleur plan du monde, mais sur le coup, c'était le seul. Du moins, c'était ce que tu pensais, jusqu'à ce que se présente à vous un mur de flammes éclatantes vers lesquelles se dirigea le magicien, sans hésitation aucune. Ok, ce mec est fou, à ne pas oublier. Mais il devait quand même savoir que passer n'était pas possible, non ?


… Et bien non. D'un mouvement rapide, il sauta à travers les flammes, pour atterrir de l'autre coté, pratiquement indemne. Et d'un signe de tête, il te fit signe de sauter à ton tour, avant de te dire d'une voix assez fort pour recouvrir le vacarme :


« Il faut prendre cet escalier, il nous mènera directement vers l’extérieur. »


Ok … Cool. Super. Saloperie de feu. La manche plaquée sur ton nez et ta bouche pour ne pas sentir la fumée, tu cligne des yeux, tentant de voir à plus d'un mètre. Mais le feu t'éblouit, ma fumée te brûle, tu ne vois rien. Malgré tout, il est hors de question qu'il puisse passer et pas toi. Tu expires, ralentit le temps, cherches et … Oui, là ! Une brèche. Tu sautes à travers le feu dans cet absence de flamme pour atterrir de l'autre coté. Tu n'as rien, pas de brûlure en plus. A part de la suie sur tes vêtements, et probablement sur ton visage et tes cheveux. Tu vas encore mettre des plombes à nettoyer ça ! Oui, ce n'est sûrement pas le moment de s'en préoccupé, mais tu es toi, et tu ne changeras pas de si tôt. A moins que tu ne meurt aujourd'hui, mais on va peut être faire en sorte que ça n'arrive pas, hein ?


A peine arrivé de l'autre coté, tu lances à Crimson en lui emboîtant le pas :


« Allons-y, je te suis »


Tu sens l'adrénaline courir dans tes veines, chassant la fatigue et les douleurs dans le but de survivre. Une violente quinte de toux te prends, tu n'as pas l'habitude de la fumée, quelle qu'elle soit. Mais cela ne t'arrête pas pour autant, et vous arrivez enfin à ce fameux escalier. La porte qui le bloquait autre fois est au sol, dévoilant votre sortie. Les flammes ne semblent pas l'avoir attaquées pour le moment, il faut en profiter. Tu montes les marches aussi vite que tu le peux, économisant quand même ton souffle. Tu ne sais même pas où vous êtes, tu suis, c'est tout. Ou presque.

« Hey, on est encore loin ? »

Ta question se noie dans le fracas d'une autre explosion. Juste en dessous de vous. A quelques étages plus bas peut être …
Le sol tremble, craque, et une marche s'effondre sous ton pied. Tu jures entre tes dents en te décalant, pour éviter la chute. Plus bas, de nouvelles flammes commencent à gagner du terrain. Et merde. Tu sautes par dessus le trous qui vient de se former devant toi, pour rejoindre le palier. Il commence à faire particulièrement chaud, et la fumée envahit maintenant librement la cage d'escalier. Il faut se dépêcher de sortir de là avant que le plafond se mette à tomber aussi.


Et d'autres grondement se font entendre, mais les explosions n'en sont pas forcément la cause ...




Sang-Mêlé Mage & Vampire

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Crimson
Sang-Mêlé Mage & Vampire
Coeurs : 71 Messages : 139
Couleurs : #d92334
J'ai traversé le portail depuis le : 22/07/2014 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Crimson Actuellement je suis : en couple avec ma magnificence. *hairflip* Il paraît que je ressemble à : Hisoka de Hunter x Hunter & IRL à Jackson Rathbone et à ce propos, j'aimerais remercier : ma magnificence. *hairflip*
Re: Mad joker [feat Crimson] | Dim 09 Nov 2014, 14:07



❝BE CAREFUL MAKING WISHES IN THE DARK,
CAN’T BE SURE WHEN THEY’VE HIT THEIR MARK
AND BESIDES IN THE MEAN TIME,
I’M JUST DREAMING OF TEARING YOU APART.❞ - fall out boys


♟ Inferno.
Rei bondit à sa suite, traversant les flammes, puis ils repartirent. Ils grimpèrent dans l’escalier à une vitesse soutenue, mais un large craquement interrompit leur course. Crimson se retourna à temps pour voir le sol se dérober entre lui et son acolyte, formant un trou au milieu des marches. Il aperçut les flammes qui ravageaient à présent le bas de la cage d’escalier par cette ouverture importune, et redressa rapidement son regard mordoré vers le sang-mêlé face à lui qui venait de le rejoindre sur le palier d’un bond agile. La fumée montait de plus en plus, et elle obstruerait bientôt leur vue. L’air était difficilement respirable, et à présent, plus que les bruits des multiples explosions en contrebas, le bâtiment lui-même mugissait sous l’effort de rester debout. Pas besoin d’être un géni pour deviner que ce ne serait pas le cas beaucoup plus longtemps, raison de plus pour ne pas rester ici à ne rien faire.

Les deux hommes échangèrent un regard entendu – pour une fois – et reprirent leur course, s’élançant dans la cage d’escalier, montant sans s’arrêter, se prenant une pluie de poussière au passage, l’air si saturé par toutes ces saletés et cette fumée qu’il fut forcé de cacher son nez et sa bouche avec le col de son haut. Et ils l’aperçurent enfin, la sortie. Crimson ne ralentit pas, se précipitant vers la porte, sachant que chaque seconde serait importante s’ils désiraient sortir indemnes de ce piège à rat. Il attrapa vivement la poignée, la tournant… mais bien sûr, rien ne se produisit, et ce n’était pas parce qu’elle était verrouillée. Le bâtiment avait déjà commencé à s’affaisser, et l’encadrement de la porte avait du même coup été déformé, bloquant celle-ci au passage. Il faut dire, quand on fait exploser les fondations d’un bâtiment, il ne faut pas s’attendre à ce qu’il tienne plus de quelques minutes, d’ailleurs il était assez impressionnant que celui-ci ne soit pas déjà un tas de décombres fumants. Le temps pressait. Crimson regarda autour de lui au travers de l’épais nuage noir qui planait à présent autour d’eux, tapissant leur gorge d’un goût acre que rendait difficile chaque respiration. Elle leur collait à la peau et leur piquait les yeux, c’était plus inconfortable que douloureux, ce qui le rendait encore plus agaçant.

Ils ne pouvaient pas rester plus longtemps, car s’ils ne se faisaient pas enterrer par les décombres, ce serait l’asphyxie qui les atteindrait. D’ailleurs, une vive douleur lança les poumons du mage, se mettant à tousser un peu. Il avait beau être puissant, il avait toujours un organisme humain, et ses voies respiratoires n’appréciaient pas trop l’afflux soudain d’air pas filtré qui s’infiltrait dans son corps. Il avait des poumons assez résistants, de par son passé assez particulier – quand on respire un air empli de suie et de charbon chaque jour de la semaine, on finit par s’habituer. Cependant, il retira le haut qui lui protégeait le visage et prit une grande inspiration. La douleur ne se fit pas attendre, et il repartit dans une violente quinte de toux. Son pouvoir s’enclencha alors, et une puissance nouvelle se mit à pulser dans ses veines. N’attendant que cela, il assena un violent coup de pied dans la porte qui se plia dans un horrible crissement métallique. Avec sa force, il pourrait l’enfoncer, mais la souffrance n’était pas assez… disons, pure pour déclencher une puissance suffisante. Cela prendrait trop de temps. Les yeux de notre homme se plissèrent un peu plus. …du métal ? Alors, il se souvint, il pivota vers Kureiji, remettant son cache-nez dans le même mouvement puis lui montra la porte. Sa voix était rauque et étouffée par le tissu.

« Tu es capable de manipuler le métal, pas vrai ? Montres-moi donc de quoi tu es capable ! »

Oui, Crimson a tendance à en savoir un peu plus qu’il ne le devrait sur les individus qu’il croise en général. Il aime être informé, et arrive toujours à l’être. Ainsi, rien d’étonnant à ce qu’il sache pour le pouvoir de Kureiji…

#Code by Nao ✖ M A D  J O K E R


Nom.:
 

LIGUES-PRO THX CALI & KENZA & REYENN ♥
 
Mad joker [feat Crimson]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Papa Wemba feat Ophelie Winter
» Fally I. feat Olivia(candy shop) ADBM
» Le Joker (The Joker)
» THE DARK KNIGHT - JOKER BANK ROBBER (MMS79)
» Poison feat. Sam Tshintu

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Ruelles sombres-
Sauter vers: