Partagez | 
 

 where no one goes. ❞ (tiaros) ✘

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant




avatar
Invité
Invité
where no one goes. ❞ (tiaros) ✘ | Sam 13 Sep 2014, 00:04





We go where no one goes.
Let the wind carry us to the clouds, hurry up. We can travel so far as our eyes can see. We slow for no one : get out of our way. I'm awake when up in the skies, there's no break up so high. Let's make it our own.
Eros & Tia


Je vais vous le dire franchement : il n'y a rien de plus grisant que voler à dos de dragon. C'est dans ce genre de moments que j'ai envie d'embrasser les Parques pour avoir fait s'entrecroiser mon destin avec celui de Riptide... bon, je ne vous cache pas que cette envie s'en va très vite une fois que je me rappelle à quel point ces trois bonnes femmes qui se partagent un œil me font flipper, mais sur le coup c'est vrai que je suis tellement heureux qu'il m'arrive de l'oublier. Toujours est-il que pour me rendre à Sanctuary of Heart... il n'y a rien de mieux que le vol à dos de dragon. Riptide est plus petit que la plupart des dragons que je connais – Python était gigantesque, Ladon j'en parle même pas... – mais il n'empêche que je l'aime comme il est. Avec le morceau de sa queue qui manque et tout... oui parce que Rip' il a un handicap monstre en fait. « Je suis lié à toi, c'est ça mon handicap. » Va te faire foutre, reptile inutile ! Chez nous, c'est action-réaction. Action : je l'insulte. Réaction : mon dragon fait un looping et m'éjecte de son dos proprement... ce qui fait que je hurle si fort que je suis sûr qu'Hadès lui-même m'a entendu depuis les Enfers. C'est pas très viril je l'avoue, mais écoutez moi quand je déploie mes ailes – et c'est là la graaaande différence entre moi et le commun des mortels – j'ai une couronne de lauriers qui apparaît dans mes cheveux ; ça fait headband trop mignon, et plus viril tu meurs toi-même tu sais. « OK RIPTIDE. C'EST BON JE ME RENDS. JE SUIS DÉSOLÉÉÉÉ ! » je me mets à hurler, plus d'une fois. Je sais qu'il m'entend, malgré le vent et malgré la distance qui nous sépare. Je jette un coup d'œil derrière moi, le sol s'approche à une vitesse vertigineuse, j'en ai des frissons dans le ventre, qui s'ajoutent à ceux que j'ai déjà malgré l'habitude qu'a prise le reptile de m'éjecter chaque fois que je fais trop le malin. Vous me direz que je peux m'en prendre qu'à moi-même mais... ça fait partie de ma personnalité j'y peux absolument rien.

Riptide me rattrape avant que je ne m'éclate contre la surface de l'eau, et va s'écraser sur la rive du lac le plus chelou de l'univers. À Sanctuary of Heart plus rien ne devrait plus étonner personne mais... ce lac c'est un délire à lui tout seul, je le comprendrai jamais. Mais bref toujours est-il que Rip' a pas d'autonomie en vol – pas de gouvernail = pas d'autonomie, CQFD – et c'est pour ça qu'on s'écrase comme deux grosses merdes sur la rive, soulevant la poussière et tout. Je roule sur le côté dès que mon Affilié ouvre les ailes pour me laisser partir et me lève sur mes deux jambes en époussetant mes bras et mon pantalon qui ont pris un peu cher à cause de cet atterrissage très mal contrôlé. « Tu m'aurais pas ejecté, on n'en serait pas là. » m'exclamais-je alors que Riptide se redressait en position assise, le regard outragé. « Ah, parce que c'est ma faute maintenant ? » Je hoche la tête vigoureusement en observant l'état de mon American Apparel vert d'eau – édition spéciale, assortie à mes yeux – qui était couvert de poussière. En lançant un regard noir à un Riptide blasé, je sens qu'on est partis pour une séance "je te boude et si t'es aussi borné que moi bah c'est ton pronlème sale crétin" et continue de frapper sur mes fringues pour enlever les traînées de terre séchée qui y ont élu domicile.

En levant le nez vers le ciel j'aperçois un petit point brillant, qui ressemble à une étoile... mais vu qu'on n'est pas sensé les voir avant que le soleil ne se couche – ce n'est qu'une affaire de minutes soit dit en passant – je devine aisément qu'il s'agit d'une anomalie. « WAW. RIPTIDE Y'A UNE ÉTOILE FILANTE EN PLEIN JOUR. » Je pointe du doigt l'espèce de traînée blanche qui se dirige droit vers le lac et avant d'avoir pu réagir, je sens Riptide me balancer sur son dos et on s'envole dans le ciel rouge. « C'est pas une étoile filante, spèce de débile ! » m'explique-t-il en route, tandis que je m'accroche à lui pour éviter de tomber en arrière. Riptide a toujours été rapide, je crois que c'est l'un des nombreux avantages d'être un petit dragon. Je l'aide à se diriger, comme d'habitude – d'où l'importance de cette selle spécialement conçue pour nous deux. « C'est un portail ! » je finis par réaliser, tandis qu'on se rapproche de la lumière blanche qui file à toute vitesse vers la surface du lac. Je grimace à l'idée qu'il puisse y avoir quelqu'un à l'intérieur... décidément il est mal tombé si c'est bien ce que je crois. « Plus vite, mon grand... » je presse mon Affilié, qui redouble d'efforts pour finalement entrer en collision avec la lumière blanche qui finir par m'éblouir complètement. Le temps de reprendre mes esprits et on s'est déjà écrasés au sol, mais cette fois mon dragon ne me protège pas. On a été pris au dépourvu, je vais donc m'éclater contre un rocher lisse, si fort que ça me coupe le souffle. Le choc aurait dû me briser quelques os... mais je suis un dieu, techniquement je suis plus résistant que le commun des mortels. Je m'en sortirais avec quelques fractures, mais un peu d'ambroisie et ça devrait être réglé.

« Eros ? » Je grogne et me lève en titubant, appuyé contre le rocher sur lequel je me suis salement éclaté. « Ouais, ça va ! » je réponds en boitillant vers le bord du lac tout en me frottant la nuque. Riptide s'y trouve déjà, allongé la tête entre les pattes, les ailes recouvrant le tout. Je m'approche et pose une main sur son museau, et il ouvre ses grands yeux qui me rappellent vaguement ceux d'un chat. Je lui adresse un maigre sourire, en lui demandant comment il va, et passe une main douce sur les écailles de son nez. « Regarde un peu ça... » Il soulève son aile, et un frisson glacé me parcourt le dos. L'espace d'une milliseconde, j'ai peur qu'il se soit blessé, mais ce que je vois entre ses pattes... ben ça a le mérite de me rassurer. Je soupire, soulagé, avant de me laisser tomber sur la tête de Riptide – il est assez costaud pour supporter mon poids dessus – en riant si fort que j'en ai mal aux côtes. Enfin non, j'crois que c'est plutôt parce que j'ai dû m'en casser une ou deux... « Aaah, bon sang j'ai cru que tu t'étais blessé, tu m'as fait peuuur ! » Il me regarde, l'air de se demander comment prendre ma réaction. Il cligne des yeux tandis que je me lève, lui met quelques tapes sur les joues et m'accroupit près de ses pattes, qu'il dégage pour me laisser voir la fille qu'il a protégé d'une chute qui aurait pu lui être mortelle. « Elle respire. C'est bon signe nan ? » Elle se met à bouger, et Riptide se lève immédiatement pour bondir derrière moi. Inutile de la faire flipper en lui brandissant un dragon alors qu'elle débarque, vraisemblablement.

made by MISS AMAZING.
Staff Sweety Men'Tia'li

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
M-S "Tia" R. Harrison
Staff Sweety Men'Tia'li
Coeurs : 61 Messages : 370
Couleurs : #22BB9D & Darkgoldenrod
J'ai traversé le portail depuis le : 07/09/2014 et on me connaît sous le nom de : Misha Mon nom est : Melissa-Sirius Ramsey Harrison, dite "Tia". Actuellement je suis : perdue. Il paraît que je ressemble à : originaux (glumish+yuumei) & Emily Rudd (IRL) et à ce propos, j'aimerais remercier : Skullkid bae ♥ (vava) + myself (signa+gifs profil) + MISS AMAZING ♥ (gif signa)
Re: where no one goes. ❞ (tiaros) ✘ | Sam 13 Sep 2014, 15:55

Eros & Tia
Where no one goes

Elle tombe.
Elle ne comprend pas vraiment ce qu’il se passait. Quelques secondes plus tôt, elle était à la fenêtre de sa chambre d’hôpital, admirant les lanternes que son frère avaient envoyés dans le ciel. Desesperée - pour la première fois de son existence, même couverte de boue sous la pluie et le vent - elle forçait ses jambes à bouger, puis un écran blanc et...rien. Elle se sentait tomber, mais tout était blanc autour d’elle, tellement blanc et pur qu’elle devait fermer les yeux pour ne pas s’aveugler. Même si elle ne savait pas ce qu’il se passait, la capsule de lumière dans laquelle elle se trouvait avait quelques chose d’apaisant, aussi n’était-elle pas vraiment inquiète. Elle se sentait bien, et en aurait presque oubliée qu’elle chutait.

Sirius se demandait combien de temps encore devrait-elle attendre. Elle n’était pas du genre impatiente mais elle perdait la notion du temps tandis qu’elle tombait. La perspective qu’elle soit morte et que ce qu’elle “vivait” était la mort, et que donc elle allait tomber jusqu’à l’éternité, lui traversa l’esprit un instant. Non, non, le medecin avait dit que ce n’était pas mortel, ça n’était pas ça. Et puis, pourquoi serait-elle morte? Elle est loin d’être aussi vieille que Mama Adrika. Le souvenir de la vieille dame lui pince le coeur, mais elle refoule ce sentiment. Adrika aurait sut ce que c’était, elle! Les yeux clos, elle continue de tomber, verifiant de temps à autre que ses lunettes étaient toujours sur son nez; elle n’aurait pas aimé les perdre. Quand elle serait arrivée - où? elle n’en sait rien - elle en aurait sûrement encore besoin.

Au bout d’un temps qu’elle serait incapable de définir, Sirius commence à retrouver ses sens. Elle sent le vent qui souffle, et se sent tomber plus vite que jamais. La gravité l’attirait inexorablement vers le sol, mais, la capsule de lumière toujours autour d’elle, elle ne parvient pas à le voir. Elle tombe, tombe, de plus en plus vite, et commence à paniquer. A cette allure, peu importe où elle allait arriver, elle allait s’écraser; et si elle arrivait dans un milieu aqueux, elle se noierait, ses jambes n’étant pas capable de bouger. Les yeux toujours fermés, elle commence à gigoter, attrapant les vêtements de l’hôpital qui la recouvraient toujours, et tâtant ses jambes. Pas de sensations. Elle ne sentait que sa peau dure et griffée, et se demande au passage quel devait être leur état.

Elle tombait, elle tombait, toujours plus vite. Son coeur aussi. Mais, alors qu’elle sentait qu’elle pouvait hurler, un choc dans les côtes lui coupe le souffle, brisant la capsule de lumière. Sur le coup elle s’était demandé si ce n’était pas sa rencontre avec le sol; mais elle avait été projetée sur le côté et se tenait contre quelque chose de dur qui l’enlaçait fortement. Lors du second choc, bien plus violent, la tête de la brune heurte ce contre quoi elle était et elle perd conscience quelques secondes, évanouit contre les écailles aussi dures que ses jambes de la bête.

Il lui semblait entendre une voix au dessus d’elle. C’était assez flou, elle reprennait à peine connaissance. Son visage se crispe un instant, elle bouge les doigts: 8, 9, 10. Tous présents. Bien qu’elle ne pouvait pas bouger la partie inférieur, elle la sent encore et est persuadée d’être encore entière, ce qui est en soit une bonne nouvelle.
Elle respire. C'est bon signe nan ?
Elle retient son souffle et sent un mouvement près d’elle, comme quelque chose qui fuyait. L’herbe au sol lui chatouille le dos, étant donné que la robe de l’hôpital est fendue derrière, et elle sent le vent caresser son visage. Sirius ouvre doucement les yeux, notant que la lumière s’était considérablement atténuée; il devait être proche de la nuit. Au dessus d’elle, un visage flou aux cheveux noirs la regarde. Elle avait perdu ses lunettes lors du choc et sa vu était largement réduite depuis bien des années.
Ma...tteo?
Elle n’en était pas sûre, mais sur le coup il lui avait semblé que c’était son frère qui la fixait. Secouant la tête en essayant de remettre ses idées en place, la brune se hisse sur ses épaules, faute de mieux - même sa hanche avait du mal à fonctionner. En regardant à droit et à gauche, elle avise une vague forme qu’elle reconnaissait comme ses lunettes - c’est fou comme une personne myope peut facilement reconnaître ses lunettes sans elles - et tend la main vers elles. Trop éloignées. Un jour, elle avait fait un faux mouvement et était tombée de son lit d’hôpital, envoyant valser ses lunettes à l’autre bout de la salle; elle avait dut se trainer jusqu’au bout pour les récupérer et s’était rendormit par terre, tant la force de remonter dans son lit lui manquait. Ce qui se passait à présent lui rappelait se jour. Elle se retourne sur le ventre - ou du moins le torse, car les jambes trainent un peu - et, les mains au sol, rampe jusqu’aux lunettes, quelques dizaines de centimètres à côté, qu’elle chausse sur son nez en se retournant. C’était un parfait inconnu.
O...Oh, bon...bonjour.
Elle se sentait mal de l’avoir confondu avec son frère, et à bien y regarder, il ne dégageait pas l’aura froide et distante de Matteo, mais plutôt le contraire. La brune s’assit comme elle le peut, se maintenant à l’aide de ses bras, et dévisage le jeune homme en face d’elle, une lueur inquiète au visage en voyant son état.
Hem, vous...vous allez bien? Vous avez l’air...un peu amoché. Voir beaucoup.
Elle penche la tête, entraînant avec son énorme masse de cheveux emmêlés qui trainait sur l’herbe. C’était certain, elle allait avoir pleins d’herbe dedans et devrait passer trente minutes à les retirer un à un, comme le faisant Wendy. En attendant sa réponse, elle regarde autour d’elle et ouvre encore plus grand ses immenses yeux verts qui pétillent de plus en plus. Elle ne savait absolument pas où elle avait atterit. Mais ce qu’elle pouvait dire, c’est que c’était splendide. Même plus que magnifique, plus que sa perception du paradis. Il n’y avait pas de mot qu’elle puisse mettre dessus, elle qui a grandit dans dans la boue. Tout paraissait dégager de la lumière, et la même aura bienfaisante que celle de la capsule de lumière.

Sirius en restait bouche-bée, fixant le ciel. Un vrai ciel, un ciel comme elle n’en avait jamais vu. Un ciel bleu, quoiqu’un peu foncée avec l’heure tardive. Elle avait envie d’en pleurer. C’était tellement magnifique.
C...C’est...c’est dehors? Où on est?
Dehors. A l'extérieur. C’était une notion pour elle, car jamais elle n’était sorti de “l’intérieur”. Sur le coup, elle se sentit misérable, toute petite, sale. Elle s'affaisse, tripotant le tissu de sa robe et tourne la tête vers le garçon.




Spoiler:
 




avatar
Invité
Invité
Re: where no one goes. ❞ (tiaros) ✘ | Sam 13 Sep 2014, 20:01





We go where no one goes.
Let the wind carry us to the clouds, hurry up. We can travel so far as our eyes can see. We slow for no one : get out of our way. I'm awake when up in the skies, there's no break up so high. Let's make it our own.
Eros & Tia


« Ma...tteo? » je mets quelques secondes à réaliser que c'est en fait un prénom et non pas un mot dans une langue étrangère. Enfin, étrangère à celles que t'es sensé apprendre... pis de toute manière il y a un filtre sur Sanctuary of Heart, j'aurais dû comprendre si elle avait réellement dit quelque chose qui avait du sens. Enfin, je m'embrouille pour pas grand chose, c'est compliqué de vivre avec une copine qui a le cerveau qui tourne à 100km/h. Avec Riptide, on la regarde se hisser un peu sur le côté pour attraper une paire de lunettes tombées au sol, qu'elle met sur son nez. On a l'air cons tiens, dire que j'aurais pu les lui passer en tendant le bras... je jette un coup d'œil furtif par-dessus mon épaule pour un bref échange de regards avec mon Affilié, jusqu'à ce qu'elle décide de nous saluer. « Salut. » je m'exclame, pas trop fort car si ça se trouve elle est sensible des oreilles et que je risque de la faire flipper. J'esquisse un de mes habituels sourires, qui se transforme vite en une expression de surprise intense quand elle commente mon état. « Amoché ? » je répète, abasourdi, avant de me redresser sur mes deux jambes et faire volte face. « Rip' c'est sérieux ? J'ai pris cher ? » Le dragon penche sa tête sur le côté, ses grands yeux rivés sur mon visage. « T'as une griffure sur la joue, et l'autre est rouge... tu vas avoir un bleu demain. » Je jure en grec ancien, et fait la moue ; j'avais prévu de voir Psyché tout à l'heure, mais elle va s'inquiéter pour moi si je me ramène dans cet état et... j'aime pas quand ma copine s'inquiète. Ça flatte l'ego certes, mais ça fait un peu de mal quand même. « Pff. Spèce de fragile. » Je lui lance un regard noir en prenant une grande inspiration pour commencer à répliquer, mais la voix de la jeune fille retentit à nouveau, et je me tourne vers elle.

Elle est assise là, dans l'herbe, et vêtue d'une tenue assez bizarre. Je mets un moment pour réaliser qu'elle ressemble à celles des patients dans Dr. House – géniale cette série, j'suis deg qu'elle soit terminée – et réalise vite qu'elle doit débarquer de l'hôpital... si ce qui se passe dans les séries est une fidèle représentation de la réalité bien entendu ; après je n'ai jamais posé les pieds dans un hôpital alors... « Si par "dehors" t'entends "pas à l'intérieur"... ben ouais, on est dehors. » Geniuuuuuuus. On m'a donné la beauté à la naissance, pas l'intelligence – j'aurais postulé pour Athéna au lieu d'Arès en paternel sinon. Oui je suis méchant avec mon Papa, mais si on a plus le droit de rigoler... Je regarde brièvement Riptide, avant de m'accroupir près de la mortelle. « Bienvenue à Sanctuary of Heart ma p'tite. » Elle regarde autour d'elle comme si c'était la plus belle chose qu'elle ait jamais vu de toute sa vie. Je secoue mes mains devant ses yeux pour attirer son attention et une fois que c'est fait, je souris. « C'est beau hein ? Je sais, on m'le dit souvent... » Je joue des sourcils avant d'éclater de rire. On m'a toujours dit que mes grands yeux étaient avenants, et complétaient ce qu'imposait mon aura. Mineur ou pas, je reste un Dieu, et ça veut bien dire ce que ça veut dire... « Je plaisante. On m'appelle Eros, et lui derrière c'est Riptide. » Je désigne le dragon qui sort la langue, l'air content. Parfois je sais pas s'il vaut mieux l'assimiler à un chien ou un chat... puis finalement, je me dis que c'est juste un dragon et que c'est comme ça qu'il se comporte. Je finis par m'assoir en tailleur, et Riptide s'allonge derrière moi en posant sa tête près de mes jambes, les yeux rivés sur la jeune fille qui l'observe avec... je sais pas quoi assimiler à son regard, je vous rappelle quand c'est fait. Je gratte le cou de mon Affilié et il se met à ronronner à sa façon – c'est un bruit assez spécial, je pourrais pas vous le décrire. « Il est gentil, t'inquiète pas. » Les Terriens ne connaissent les dragons qu'à travers des mythes et légendes, mais généralement ils savent les reconnaître quand ils les voient.

« Alors, tu nous viens d'où comme ça ? » je finis par lui demander. Je vais vous avouer un truc : l'intégration des terriens c'est vraiment pas quelque chose que j'ai l'habitude de faire. Moi je leur envoie des flèches dans le cœur à mes heures perdues et, quand j'ai du temps à tuer, je les aide à trouver leurs âmes sœurs. Âmes sœurs, pas chemins. Je n'ai aucune idée de la manière de mettre à l'aise les petits nouveaux, et même si c'est pas la première fois que je le fais, la dernière doit bien remonter au siècle dernier. « Ah ouais, et pas de panique si la dernière chose que t'as vue sur Terre était une lumière blanche : contrairement à ce qu'ils disent ça veut pas dire que t'es morte. » je lui explique calmement, comme si c'était quelque chose d'anodin. Je me gratte la tête... pour réaliser que ce qui m'a sauvé de ma chute n'était pas une chance inouïe mais bien ma paire d'ailes que je ne sors jamais sous peine de recevoir les moqueries de mon BFF. En passant une main sur mon crâne, je sens la couronne de lauriers que j'ai en cadeau chaque fois que mes ailes se déploient. Je me retourne dans un mouvement de hanches et me rend compte qu'effectivement mes deux ailes duveteuses son bien à leur place. Je grimace tandis que Riptide lâche ce qui ressemble à un ricanement en dragon. « Tiens, Cupidon-le-retour. » Je hausse les sourcils et me retourne à nouveau vers la demoiselle. « Si tu te poses la question, c'était un portail qui relie la Terre à Sanctuary of Heart, tu l'as traversé et TADAAAM ! T'es là, à discuter avec moi. » Je lui fais mon plus beau sourire, l'air de dire « C'est pas beau la vie ? »

made by MISS AMAZING.
Staff Sweety Men'Tia'li

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
M-S "Tia" R. Harrison
Staff Sweety Men'Tia'li
Coeurs : 61 Messages : 370
Couleurs : #22BB9D & Darkgoldenrod
J'ai traversé le portail depuis le : 07/09/2014 et on me connaît sous le nom de : Misha Mon nom est : Melissa-Sirius Ramsey Harrison, dite "Tia". Actuellement je suis : perdue. Il paraît que je ressemble à : originaux (glumish+yuumei) & Emily Rudd (IRL) et à ce propos, j'aimerais remercier : Skullkid bae ♥ (vava) + myself (signa+gifs profil) + MISS AMAZING ♥ (gif signa)
Re: where no one goes. ❞ (tiaros) ✘ | Sam 13 Sep 2014, 21:08

Eros & Tia
Where no one goes
Sirius sursaute violemment en retenant un cri. Totalement omibulée par le paysage, elle n’avait pas du tout remarqué qu’un dragon se tenait près d’eux, totalement noir, petit, avec de grands yeux qui lui rappelaient ceux d’un chat. Elle s’arrête totalement de tripotter sa robe et fixe l’animal à travers ses lentilles, le visage plein d’admiration; elle n’avait vu de dragon qu’en dessin dans les livres d’Adrika, et ils n’étaient pas comme lui. Peut-être en avait-il d’autres ici? La petite mourrait d’envie de le savoir.
C'est beau hein ? Je sais, on m'le dit souvent...
Elle détourne enfin son regard du dragon pour regarder le jeune homme qui riait devant elle. Il avait l’air d’être tellement gentil que toute trace d’angoisse s’était effacé de la jeune fille. Elle sourit, rassurée, et se penche en avant pour ne pas forcer sur ses abdos et tomber en arrière, puisque sa hanche se mouvait très mal.
Je plaisante. On m'appelle Eros, et lui derrière c'est Riptide.
Elle jette un regard au dragon qui laisse pendre sa langue, comme le faisait le chien du quartier à Dheli, et son sourire s’agrandit, pendant qu’elle lui fait un signe de main, puisqu’il avait l’air de comprendre ce que le dénommé Eros disait. En y pensant, Sirius avait déjà lu ce nom quelque part; elle n’eut pas à chercher longtemps, il s’agissait de plusieurs livres dans lequels elle s’était plongée plusieurs semaines tellement elle aimait l’histoires qu’ils racontaient.
Eros? Comme dans la mythologie grec? C’est très jolie!
Un immense sourire fleurit sur son visage, juste avant qu’elle ne se rappelle ses bonnes manières.
Je m’appelle Sirius Harrison, mais v...t...vous pouvez m'appeler Tia.
Elle avait hésité un instant. Elle ne le connaissait pas, elle devait donc le vouvoyer, mais il paraissait tellement familier - la ressemblance avec Matteo? - qu’elle ne savait pas trop. Aussi attendrat-elle qu’elle lui dise lui-même. Eros pose sa main sur le cou du dragon, qui se met à produire un son qui ressemble vaguement à un ronronnement, et qui fait sourire la petite brune, l’écoutant lui assurer que Riptide était gentil. Sirius ne sentait aucune animosité envers l’animal, qui était loin d’être effrayant, elle se contente donc de hocher la tête.
Alors, tu nous viens d'où comme ça ? Ah ouais, et pas de panique si la dernière chose que t'as vue sur Terre était une lumière blanche : contrairement à ce qu'ils disent ça veut pas dire que t'es morte.
Ce qui confirmait donc son hypothèse, et son information un peu plus tôt l’avait renseigné sur l’endroit où elle se trouvait: Sanctuary of Heart. Bizarrement, elle ne se souvenait pas du tout d’avoir lu ce nom sur les cartes mondiale, mais apparemment ce n’était pas sur Terre. Elle passe sa langue sur ses lèvres sèche en réflechissant. C’était comme dans un rêve, mais elle savait qu’elle ne rêvait pas. Ou alors. Après tout, qu’est-ce qui lui prouvait qu’elle ne dormait pas? Sirius ne savait même pas dissocier réalité et rêve, ces derniers temps. Elle se mord violemment la langue, coupant court à ses pensées. Trop réfléchir lui donnait des migraines.

Ce qui était sûr, c’est qu’elle n’est pas morte. Il vient lui-même de le dire, et elle lui fait confiance - comme à tout le monde. Ce n’était donc pas le paradis, comme elle l’avait pensé. Mais ça y ressemblait beaucoup. Ca devait ressembler à l’extérieur. Adrika ne lui avait jamais montré à quoi ça ressemblait, mais Manjy avait dit que c’était beau. Très beau. Elle avait du mal à trouver quelque chose de plus beau que Manjy dansant, ou Matteo qui sourit, mais après tout. Pourquoi pas? Après quelques secondes dans sa tête, elle finit par répondre.
Dheli, en Inde! On est pas sur Terre, ici? C’est un monde parallèle ou quelque chose comme ça, comme on en voit dans les livres? Avec des dragons?
Elle continuait de regarder le dragon avec un grand sourire niais collé aux lèvres.
Si tu te poses la question, c'était un portail qui relie la Terre à Sanctuary of Heart, tu l'as traversé et TADAAAM ! T'es là, à discuter avec moi.
Elle hoche vigoureusement la tête. Elle comprenait à peu près ce qu’il disait, même si l’idée d’avoir changé de monde par le portail - la capsule de lumière, sûrement - lui paraissait bizarre. Mais lui plaisait. Elle n’avait jamais vraiment voulu quitter Dheli, mais maintenant qu’elle était dehors, elle ne voulait pas y retourner - juste y amener son frère et ses amis. Sirius dévisage Eros avec un air innocent, puis fixe son crâne.
Oh, c’est joli! C’est une couronne de Laurier? J’ai vu un dessin de ça, à Dheli il n’y avait pas vraiment de verdure dans les rues.
Et pour cause, tout n’était que mort. La jeune fille voti quelque chose bouger derrière lui, et se penche sur le côté; en voyant deux ailes blanches derrière le dos du jeune homme, elle retient une exclamation et ses yeux se remplissent d’étoiles. Surexitée, elle tape dans ses mains en se remettant droite.
Ce sont des ailes? Vous êtes un ange? Il y a des anges ici? C’est génial! Il y a aussi des fées? Vous savez, celles qui éclairent les chemins! Oh, mais, mais, pourquoi je suis là? Je ne suis pas un ange, et pas encore une fée!
Elle semblait sautiller sur place, et c’était presque ce que faisait son torse. Elle baisse les yeux sur ses jambes, une lueur de tristesse passe dans son regard pour s’en aller aussitôt, et remarque alors les marques, presque disparus, que ses ongles avaient laissés sur sa peau écailleuse. Un détail lui  vient alors à l’esprit, et elle lève les yeux vers Eros.
Quand est-ce que je dois repartir? Mon frère doit m’attendre, je suis partie sans prévenir, il va pas être content. Je pourrais peut-être l’emmener ici?
Elle était tellement inconsciente du fonctionnement du monde qu’elle passait souvent pour une idiote, une niaise ou une innocente pure.
Ou ou ou ou je dois vivre ici, peut-être? Ca serait génial! Même si je n’ai pas encore tout compris, ça a l’air d’être très différant de Dheli.
Au moins, elle était compréhensive. Sinon, elle n’aurait sûrement pas accepté l’idée d’être sur un autre monde, ou quoique ce soit. Et puis, elle était prête à écouter tout ce qu’Eros lui disait.




Spoiler:
 




avatar
Invité
Invité
Re: where no one goes. ❞ (tiaros) ✘ | Dim 14 Sep 2014, 10:25





We go where no one goes.
Let the wind carry us to the clouds, hurry up. We can travel so far as our eyes can see. We slow for no one : get out of our way. I'm awake when up in the skies, there's no break up so high. Let's make it our own.
Eros & Tia


« Ouaip, tout à fait comme dans la mythologique grecque ! » Lui dis pas que t'es un Dieu mec, elle risque de flipper. Ce n'est pas l'envie qui manque pourtant. Les gens ont tendance à le deviner, une fois que tu donnes ton prénom ils font vite le lien entre ça et la puissance qui émane de toi. Mais après elle débarque, ce qui veut dire qu'elle doit certainement penser que les mythes grecs sont fictifs. Si elle savait... « Nope ma'am, c'est pas un monde parallèle. C'est juste une île qui flotte au-dessus de la Terre. » Je répond à ses questions tandis qu'elle ne bouge pas. Elle a l'air assez innocente comme fille, ça change des miss-je-sais-tout que j'ai l'habitude de côtoyer – je les aime ces miss-je-sais-tout hein, surtout quand elles sont blondes et qu'elles ont les yeux gris. Lui expliquer a l'air plutôt facile étant donné qu'elle avale tout ce que je dis depuis tout à l'heure... je testerai p'têt une connerie à lui faire croire, quand elle aura passé le choc de son arrivée. Quoiqu'elle a pas l'air si choquée que ça au final... « Euh, ouais. C'est ça, une couronne de lauriers. Tu connais la légende de Daphné ? Ben ils viennent de son arbre. » C'est joli les malédictions des tontons en colère pas vrai ? En même temps c'est une fille, c'est normal qu'elle trouve ça joli ; personnellement je pense que c'est ridicule, mais le pire c'est que je peux pas m'en débarrasser à moins de ranger mes ailes... ce que je ne sais pas encore faire spontanément, vu le manque de pratique que j'ai de ce côté-là.

Tout à coup, elle se met à s'exclamer, et je sursaute face à tant d'enthousiasme. « Ce sont des ailes? Vous êtes un ange? Il y a des anges ici? » Un ange ? Je hoche la tête affirmativement, un peu pris au dépourvu, répondant à ses deux questions à la fois. « C’est génial! Il y a aussi des fées? Vous savez, celles qui éclairent les chemins! » Des fées qui éclairent les chemins ? Ça y est, je suis perdu. Je hausse des épaules d'un air hésitant, pas vraiment dans le mood de la contredire. « Oh, mais, mais, pourquoi je suis là? Je ne suis pas un ange, et pas encore une fée! » ... J'ai perdu le fil, au secours. Elle baisse les yeux vers ses jambes, et je sentirais presque une tension awkward qui commence à s'installer. Une lueur triste passe dans ses yeux cachés par quelques mèches de son visage – ma mère aurait été horrifiée et lui aurait même pu lui prévoir un rendez-vous express avec son coiffeur personnel. Mais cet instant est si court que j'en viens à me demander si c'était réel, et elle finit par relever les yeux vers moi, qui avait toujours mon bras posé sur la tête de Riptide ; on doit avoir la même tête, vu qu'on la regarde comme si c'était un OVNI. Ce qui était légitime, elle était bien un objet volant – enfin débarquant sur l'île, c'est la même chose – non identifié – puisqu'à vue de nez je ne savais pas ce qu'elle pouvait être, racialement parlant.

« Tu peux pas repartir d'ici. » je lui balance, en penchant la tête vers mon épaule comme si ce qu'elle venait de me dire était bizarre. Ce qui n'était pas faux... mais visiblement elle y connaissait rien à l'île. « T'inquiète pas pour ton frère, j'suis sûr qu'il viendra bientôt. » Je dis pas ça pour la rassurer ou quoi que ce soit, c'est pas vraiment mon genre, moi je suis honnête. Mais en principe si ils font partie de la même famille y'a aucuuuuune raison qu'il ne puisse pas voir le portail ! « Sanctuary of Heart c'est très différent de tout ce que t'as pu voir jusque maintenant ! » je m'exclame avec fierté, même si j'ai jamais contribué à sa création. C'est ça d'être un jeune dieu, on rate tous les Grands Événements de l'Histoire – c'est ironique j'en ai rien à cirer de ça. « Ça te plairait de vivre ici ? » je lui demande. J'en doute pas, elle a l'air enthousiaste mais... c'est pas facile de retirer les attaches à son ancienne vie. Je me lève, Riptide fait de même – c'est là que tu te rends compte que même un petit dragon c'est grand – et je lui tapote l'encolure sans me départir de mon sourire enthousiasme. « Tu viens ? J'te fais visiter si tu veux. » On peut traverser la plaine à pieds, ça nous mènera forcément quelque part. Avec un peu de chance on trouvera même Chloris, et quoi de mieux qu'une ville pour apprendre à vivre comme les gens d'ici ? Voyant qu'elle ne se lève pas, je l'examine de haut en bas avant de froncer des sourcils. « Elles ont quoi, tes jambes ? » Je m'accroupis à nouveau, fixe ses gambettes avant de me tourner vers son visage. « Tu peux pas les bouger ? »

made by MISS AMAZING.
Staff Sweety Men'Tia'li

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
M-S "Tia" R. Harrison
Staff Sweety Men'Tia'li
Coeurs : 61 Messages : 370
Couleurs : #22BB9D & Darkgoldenrod
J'ai traversé le portail depuis le : 07/09/2014 et on me connaît sous le nom de : Misha Mon nom est : Melissa-Sirius Ramsey Harrison, dite "Tia". Actuellement je suis : perdue. Il paraît que je ressemble à : originaux (glumish+yuumei) & Emily Rudd (IRL) et à ce propos, j'aimerais remercier : Skullkid bae ♥ (vava) + myself (signa+gifs profil) + MISS AMAZING ♥ (gif signa)
Re: where no one goes. ❞ (tiaros) ✘ | Dim 14 Sep 2014, 15:34

Eros & Tia
Where no one goes
Sirius cligne des yeux en les voyant, tout les deux, la fixer comme si elle venait d'apparaître sous leurs yeux; à vrai dire ça faisait plusieurs minutes qu’elle l’avait fait, aussi est-elle étonnée que cette réaction n’ait lieu que maintenant.
Tu peux pas repartir d'ici.
Sa voix lui fit l’effet d’un coup de canon dans l’estomac. Elle lui coupe le souffle et elle le regarde, cherchant une trace d’ironie sur son visage. Il était on ne peut plus sérieux, avec un petit air incrédule, comme si elle aurait dut le savoir. Pour elle, c’était comme un rêve dans lequel elle s’était plongée, et elle pourrait retourner à Dheli, en empruntant ce “lien” comme il l’avait décrit. Mais non. Elle ne pourrait plus y aller. Elle retourne l’idée dans tout les sens dans son esprit, atrappant tout les points positifs, comme elle savait si bien le faire. Elle n’aurait plus à vivre la-bas, et, il fallait l’avouer, c’était mieux. Et puis elle était à l’extérieur!
T'inquiète pas pour ton frère, j'suis sûr qu'il viendra bientôt.
Le souffle qu’elle avait perdu revient d’un coup. S’il allait venir, tout était parfait alors! Ils allaient refaire leur vie, dans un endroit mieux, plus beau, où on peut voir le ciel, avec des anges qui portent le laurier de Daphnée sur la tête et des dragons qui ronronne. Par contre, il ne faudrait pas qu’il traine, pour qu’elle ne se retrouve pas seule à chercher un endroit où dormir.
Sanctuary of Heart c'est très différent de tout ce que t'as pu voir jusque maintenant !
Les étoiles afluent dans les yeux de la petite et la joie se peint sur son visage. Ca ne devait pas être très compliqué de faire différent de sa vie quotidienne, même si l’hôpital avait beaucoup changé ça. Même si elle était heureuse, elle allait pouvoir avoir une autre vie, sûrement plus palpitante!
Ça te plairait de vivre ici ?
Oui!!
Elle avait hoché la tête en même temps. C’était vrai, ça lui plairait tellement, si Matteo venait aussi, avec Wendy et Julian. Un grand sourire au visage, il se relève, suivit du dragon qui paraissait nettement plus grand, et du regard de Sirius, qui, elle, ne pouvait pas bouger - à part ramper. Il fallait qu’elle trouve comment faire pour se déplacer, elle n’avait pas trop envie de passer sa nouvelle vie assise dans l’herbe, même si la vue est très belle.
Tu viens ? J'te fais visiter si tu veux.
La petite ne bouge pas d’un pouce. Elle fixe Eros, Riptide, puis ses jambes, se demandant toujours comment faire. Voyant qu’elle ne bronchait pas, le brun s’arrête et la regarde de haut en bas.
Elles ont quoi, tes jambes ? La brune lève les yeux vers lui pendant qu’il s’accroupissait.Tu peux pas les bouger ?
Sirius secoue négativement la tête, puis tire la robe d’hôpital vers le haut, découvrant ses cuisses couvertes d’écailles ternes, où les traces de griffures étaient à peines visibles. Elle pousse un petit soupire et passe ses mains dessus, constatant, encore une fois, qu’elle ne les sentait pas.
Ce fait très longtemps qu’elles se bloquent quelque fois, mais il y a quelques semaines, les...écailles sont apparus et je peux plus les bouger. Les medecins ont dis que j’avais de l’Ichtyose, mais je sais même pas ce que c’est.
Elle pose un doigt sur sa bouche en réflechissant à tout ce qu’elle avait lu.
En tout cas, je n’ai pas vu ce mot dans les livres que j’ai lu. C’est peut-être quelque chose qu’on apprend à l’école.
La petite n’y était jamais allé, tout ce qu’elle savait, elle le devait aux livres. maintenan qu’elle avait 17 ans, elle ne pouvait plus y aller, en tout cas, tout ratrapper, mais elle essayerait d’en apprendre encore plus. Il y avait sûrement des livres quelque part. Peut-être même une ville! Ou plutôt un village, puisqu’il avait parlé d’une Île et que, pour elle, sur une île il y avait des villages.
Il y a des villages ici? Avec un hôpital? Je devait peut-être y rester si je suis para...para...paraplégique, je crois qu’on dit comme ça.
Elle avait juste entendue une fois l’infirmière dire ce mot et avait cru comprendre le sens. Elle devrait chercher ce mot dans un dictionnaire, la prochaine fois qu’elle en aurait un sous la main, ça pourrait l’éclaircir sur le sens!




Spoiler:
 




avatar
Invité
Invité
Re: where no one goes. ❞ (tiaros) ✘ | Dim 14 Sep 2014, 22:43





We go where no one goes.
Let the wind carry us to the clouds, hurry up. We can travel so far as our eyes can see. We slow for no one : get out of our way. I'm awake when up in the skies, there's no break up so high. Let's make it our own.
Eros & Tia


Elle tire la robe d'hôpital vers le haut de ses jambes et je sens mes oreilles brûler. Je détourne brièvement le regard, mal à l'aise – pas de commentaire j'ai toujours été comme ça ! – et décide de regarder tout de même ce qu'elle a à me montrer. Ce serait malpoli de regarder autre part alors que ce n'est rien que... ben des cuisses. Je fronce les sourcils en voyant l'état de sa peau. « Les medecins ont dis que j’avais de l’Ichtyose, mais je sais même pas ce que c’est. » Elle se met à réfléchir tandis que je hausse les épaules. « Les médecins aiment bien utiliser des mots compliqués. » je la rassure. Moi non plus je n'ai jamais compris tous ces grands termes techniques qu'utilisent les médecins pour expliquer les choses simples. Elle mentionne l'école, et je fixe son visage un instant. Elle a quel âge au juste ? Dans sa manière d'être, on aurait juré qu'elle avait 12 ans. Seulement physiquement, elle devait en avoir pas loin de 15, peut-être 17 même – comme moi en gros. « Il y a des villages ici? Avec un hôpital? Je devait peut-être y rester si je suis para...para...paraplégique, je crois qu’on dit comme ça. » Je la regarde dans les yeux, avant de me tourner vers Riptide qui s'approche doucemement, ses grands yeux rivés sur les cuisses de la demoiselle.

« Ils sont un peu compliqués tous ces mots... » je finis par lâcher en grimaçant, en me grattant la tête comme je peux avec le feuillage qui l'orne. Je vois la tête de Riptide se rapprocher avec intérêt, avant de le pousser en lui demandant ce qu'il fait. « C'est une mue ! » Une quoi ? Je tombe sur les fesses tandis qu'il me pousse à son tour pour avoir la place de s'approcher d'avantage. Je dis à Tia de ne pas bouger – ce qui est assez débile étant donné qu'elle ne peut pas, je grimace intérieurement devant mon manque de tact – afin qu'elle ne prenne pas peur étant donné qu'un dragon se charge de l'osculter. Quand on a pas de médecin on fait avec les moyens du bords écoutez... « Un truc de reptiles, tu peux pas comprendre toi. » je l'entends me dire avec un air pompeux qui me fait hausser les sourcils. Mentalement je lui somme de m'expliquer, et au passage je lui demande pourquoi j'étais pas au courant que lui était concerné par un truc aussi bizarre que ça, et il me répond que c'est un peu plus compliqué étant donné qu'il est un dragon et pas un serpent.

Bref tout ça pour dire que j'ai pas très bien compris le délire, et que malgré tout c'est à moi d'en parler à mademoiselle. « Eh, Tia. Si je te dis que Riptide et moi on a trouvé une solution pour pas que tu restes à l'hôpital, tu me croirais ? » Je me redresse, passe un bras autour de l'encôlure de mon dragon qui commence à sortir sa langue de sa bouche. Je crois qu'il l'aime bien, Tia. « Tu vois Riptide ? Il a des écailles, comme toi. » Il s'approche d'elle, pour lui permettre de toucher son visage, et quand elle se met à le caresser comme un chat, il ronronne en remuant les oreilles. Pff, que de l'esbrouffe ce reptile inutile. Il m'envoie un coup de queue dans les jambes et je m'écrase au sol en jurant. Je me lève en restant à distance sécurisante de Riptide qui faisait copain-copain avec Tia. « Et... je pens– AÏE ! » je m'exclame quand mon dragon me met une claque avec le bout de son aile, et qu'il se met à gronder dans ma direction. « Oui, bon. Riptide pense que t'es en train de muer. Tu sais, comme les serpents... » je mime un rond avec mes mains, avant de me rendre compte que ce tic de parler en utilisant mes mains est complètement dénué de sens... « C'est que ta peau change. J'te parie que ça va bientôt partir, et après tu pourras à nouveau bouger tes jambes ! » Je ne peux rien assurer, je n'avais jamais croisé d'hybride qui ait fait des réactions comme ça... mais bon je ne vais pas remettre en cause les suppositions de mon reptile d'Affilié, il s'y connaissait vachement mieux que moi en la matière.

Je me penche à nouveau vers elle, sans m'asseoir au sol cette fois, puis lui fais un grand sourire. « Il faut que tu saches un truc : Sanctuary of Heart n'accueille que les gens spéciaux. » Je repense d'un coup à ce qu'elle a dit au sujet de mes ailes – ces dernières ce sont rétractée toutes seules, et la couronne disparue pendant que je n'y pensais pas, c'est toujours comme ça que ça se passe – et me penche encore vers elle. « Les fées et les anges comme t'as dit, mais plein d'autres. » Je lui fais un clin d'œil. « Mais je te laisse les découvrir toi-même, c'est plus drôle. » Quand j'étais petit, découvrir les richesses que regorgeaient Sanctuary of Heart avait été  une des meilleures expériences de ma vie. Avec Zeph on était tombés sur un village de loup-garous, un soir de pleine lune... j'ai jamais eu aussi peur pour ma vie depuis ma naissance ! « Je sais pas à quel point t'es spéciale, mais on va essayer de découvrir ça ensemble, ça va être marrant ! »

made by MISS AMAZING.
Staff Sweety Men'Tia'li

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
M-S "Tia" R. Harrison
Staff Sweety Men'Tia'li
Coeurs : 61 Messages : 370
Couleurs : #22BB9D & Darkgoldenrod
J'ai traversé le portail depuis le : 07/09/2014 et on me connaît sous le nom de : Misha Mon nom est : Melissa-Sirius Ramsey Harrison, dite "Tia". Actuellement je suis : perdue. Il paraît que je ressemble à : originaux (glumish+yuumei) & Emily Rudd (IRL) et à ce propos, j'aimerais remercier : Skullkid bae ♥ (vava) + myself (signa+gifs profil) + MISS AMAZING ♥ (gif signa)
Re: where no one goes. ❞ (tiaros) ✘ | Lun 15 Sep 2014, 19:41

Eros & Tia
Where no one goes
Riptide commençait depuis quelques instants maintenant à tourner autour de Sirius - du moins au sens figuré. Il s’approche d’elle, fixant ses jambes, puis elle, qui regarde à tour de rôle le brun et l’animal.
Ils sont un peu compliqués tous ces mots...
La petite brune hoche la tête, totalement d’accord. Bien qu’elle soit très intelligente, elle avait la manière de penser d’un enfant, de même que l’attitude, ce qui faisait que son âgé réel - 17 ans - ne se reflétait pas. Elle penche la tête en souriant au dragon qui s’avançait toujours, paraissant interessé, mais son maitre le pousse sur le côté, sûrement pour ne pas qu’il la gêne; Sirius ne l’était pas du tout, elle trouvait même le dragon adorable. Obéissante, elle reste immobile lorsqu’Eros le lui demande, observant Riptide s’occuper de ses jambes. Quelques minutes après, le jeune homme se décide enfin à lui parler, lorsque toutes les questions qui affluaient dans le cerveau de la brune lui brûlaient les lèvres.
Eh, Tia. Si je te dis que Riptide et moi on a trouvé une solution pour pas que tu restes à l'hôpital, tu me croirais ?
Elle reste bouche-bé devant le duo, souriant, qui lui fait face. Depuis plusieurs semaines elle pensait s’être faite à l’idée de rester assise toute sa vie, car après tout, depuis toujours, elle savait que se moment allait venir; depuis que la vieille dame lui avait demandé si elle avait un soucis. Mais en fait, elle pleurait la perte de ses jambes depuis des années. Elle croyait Eros et Riptide. Elle avait juste du mal à y croire.
V...vraiment?
Tu vois Riptide ? Il a des écailles, comme toi.
Sirius hoche la tête, et voyant celle du dragon s’approcher, tend la main pour la poser sur le haut de son crâne, caressant les écailles. Il ronronne à la manière d’un chat en remuant sa queue, ce qui fait sourire la petite, qui continue avec bien plus d’enthousiasme. Elle rit gaiement en voyant le dragon faucher Eros, qui se relève et s’éloigne un peu.
Et... je pens– AÏE ! Oui, bon.Riptide pense que t'es en train de muer. Tu sais, comme les serpents...
Elle ouvre de grands yeux, rivant son regard vers son nouvel ami le dragon, grattant doucement le côté de sa mâchoire, puis vers les gestes d’Eros qu’elle ne comprenait absolument pas. Sirius savait ce qu’était une mue, et un serpent; quand elle avait 10 ans, un charmeur de serpent nomade était passé à côté de chez elle, et elle était allée voir, émerveillée par l’animal. Par la suite, elle avait lu beaucoup de livres traitant dessus, mais les éloges étaient peu nombreuses. Eros lui assure avec un grand sourire qu’elle pourra à nouveau marcher dans quelques temps, ce qui la fait encore plus sourire - si c’est possible - avant de se pencher vers elle.
Il faut que tu saches un truc : Sanctuary of Heart n'accueille que les gens spéciaux. Les fées et les anges comme t'as dit, mais plein d'autres. Mais je te laisse les découvrir toi-même, c'est plus drôle.
La petite cligne des yeux. SI l’Île accueillait des dragons, des fées, des anges, et des petites filles qui muaient comme des serpents, elle n’en doutait pas. Après, ce qu’il entendait pas “gens spéciaux” restaient mystérieux, et elle voulait en savoir plus, tout savoir sur cette île étrange, l’environnement et ses habitants. L’initative de ne pas gâcher la surprise de la petite fit rire cette dernière d’un petit rire clair, comme elle n’en avait pas eut -ou très peu - depuis le décès d’Adrika et son entrée à l’hôpital.
Je sais pas à quel point t'es spéciale, mais on va essayer de découvrir ça ensemble, ça va être marrant !
Sirius hoche énergiquement la tête, ravie à l’idée de pouvoir rester plus de temps avec eux; après tout ils étaient les seuls qu’elle connaissait ici, et elle avait peur de rester toute seule sur une île aussi mystérieuse. Elle place l’index de sa main libre - l’autre était toujours en train de gratter le cou de Riptide - sur ses lèvres dans une expression de réflexion, avant de parler, une mine renfrognée et quelque peu déçue sur le visage.
Mmh...Dans tout ce que j’ai lu, le serpent est un symbole maléfique! Dans pleins de religions! Ananta, Shesha, le jardin d’Eden, Jörmungand, Leviathan, les Nagas, ils sont tous décrit comme le mal. Un peu comme la pomme qui est signe de pêché, pour Eden ou même dans la mythologie Grec, la pomme d’Or. Il y a plein plein plein de symboles cachés paaaartout!
Elle accompagne la fin de sa tirade par un large geste de bras circulaire autour d’elle.
Mais je suis sûre qu’ils ne sont pas tous méchants! Ceux qu’il y avait en Inde étaient très gentils, ils ne me faisaient pas de mal quand je m’approchait d’eux. C’est parce que j’ai une...peau de serpent, c’est bien ça?
La brune fait marcher ses méninges, sur le moyen de se débarrasser de la mue de serpent, puis fait claquer sa langue quand le souvenir lui revient.
Ah, c’était ça! Pour retirer la mue, ou en tout cas pour accélérer le truc, les petits serpents se frottent contre des rochers. Peut-être que je devrais faire de même...
Elle avait mimé le geste en même temps, comme il l’avait fait quelque minutes auparavant, qui devait être un tic chez les deux jeunes gens.




Spoiler:
 




avatar
Invité
Invité
Re: where no one goes. ❞ (tiaros) ✘ | Sam 20 Sep 2014, 15:08





We go where no one goes.
Let the wind carry us to the clouds, hurry up. We can travel so far as our eyes can see. We slow for no one : get out of our way. I'm awake when up in the skies, there's no break up so high. Let's make it our own.
Eros & Tia


Ce qu'on ne pouvait pas reprocher à Tia, c'était son côté "bon public". Étant donné qu'elle réagit à toutes mes remarques débordant d'intelligence et témoignant de mon incomparable esprit de logique... je suppose que mon petit numéro a fonctionné. En vrai je n'ai absolument aucune idée de ce que je me suis mis à avancer, mais n'était-ce pas l'une des tâches de l'Amour que de nourrir les mortels d'espoir, aussi factice puisse-t-il être. Vous avez une heure. Bon OK j'avoue c'est mal de plaisanter avec ça... mais on a joué les lycéens modèles avec Zephyr, il y a... trois-quatre ans ? Un délire dans le genre, mais en tout cas je peux vous témoigner les cours de philo c'est vraiment perché parfois. « Il y a plein plein plein de symboles cachés paaaartout! » J'te le fais pas dire... Toutefois je ne relève pas ce qu'elle raconte sur les religions crées par les terriens, après tout je suis bien placé pour dire que les mortels sont les meilleurs pour déformer la réalité. Tiens l'autre jour j'ai appris que j'étais le fils d'Iris et de Zephyr... L O L. « Nan t'as raison, ils sont pas tous méchants. » Je lui raconte en levant les yeux vers le ciel. Hm, il va pas tarder à faire nuit, le jour est déjà en train de se coucher, vu les teintes rouges que prend le ciel. Je n'aurais pas d'exemple à lui donner concernant les gentils serpents, c'est un symbole qui est venu assez tard... Python lui-même était un dragon, alors que c'est un nom que les scientifiques terriens ont choisi de donner à un petit reptile. « Si t'as une peau de serpent, c'est que tu fais sûrement partie de leur famille... un peu éloignée. » Voyant qu'elle me regardait encore avec de grands yeux étonnés – à moins que ce soit le verre de ses lunettes qui lui grossissait le regard ? – je poursuis. « Un peu comme des cousins, tu vois ? » Quand t'es un dieu et que tu te mets à étudier ton arbre généalogique... "cousin" c'est le mot qui te sauve la vie. Tu commences à l'écrire partout jusqu'à te rendre compte qu'identifier tout le monde c'est un peu trop demandé.

Elle me parle ensuite de se frotter contre les rochers... et alors quand je me mets à l'imaginer, je roule par terre en me mettant à rire. Moi aussi j'suis bon public, il en faut pas beaucoup pour me faire rigoler. Riptide reste avec Tia pendant que j'appuie sur mes côtes qui me font souffrir encore plus qu'elles ne le faisaient déjà. « Te frotte contre les rochers ? Par le caleçon d'Hadès, non pitié... » je balance entre deux rires, avant de commencer à m'étouffer par on ne sait quelle opération – les plus superstitieux me diront que c'est ma punition pour avoir juré sur les sous-vêtements du roi des Enfers – et tousser comme un vieux. J'ai du mal à reprendre mon souffle pendant un moment, et relève mes yeux brillants vers un Riptide plus que blasé et une Tia... super étonnée, comme d'habitude. « T'es trop mignonne. » je conclus en refoulant un rire et en essuyant les larmes sur le coin de mes yeux. Je soupire pour me calmer en tentant d'oublier l'image de la jeune fille en train de frotter ses jambes contre un rocher et finit par ramper – pas littéralement, mais presque – jusqu'à me retrouver à la hauteur de mes deux comparses. Je réflechis un peu à ce que je peux faire maintenant et saute sur mes deux pieds – TDAH quand tu nous tiens... – en faisant sursauter Riptide au passage. Il se redresse brutalement, comme un chat qu'on aurait fait flipper et grogne dans ma direction, tandis que je lui mets une gentille tape sur la joue. « Relax, mon grand ! » je fais en levant les mains en l'air, tandis qu'il s'adoucit en se mettant à quatre pattes. Il sait qu'il est temps de partir, la nuit devrait tomber dans une vingtaine de minutes, tout juste le temps de sortir de la plaine, et qui sait même peut-être atteindre Chloris... Je me baisse vers Tia et la gratifie de mon plus beau sourire. « OK, on a assez traîné maintenant... on y va ? » Prenant conscience qu'elle n'était pas en mesure de se déplacer toute seule, je décide de la porter façon princesse et la poser sur le dos de Riptide, en l'aidant à mettre ses jambes de part et d'autre du dragon. Je grimpe à mon tour devant elle – pas le choix – et mets mes jambes en place tout en frappant Riptide sur l'encôlure. « Il a un morceau de la queue qui manque. » Tout en fixant les harnais discrets qui me permettent de contrôler les trajectoires de Rip', j'explique à Tia en désignant le bout du gouvernail rafistolé par les Vikings de je-sais-plus-quand et que j'ai gardé comme tel parce que... j'aime bien ça comme ça. « Sans quelqu'un pour piloter, il peut pas voler, alors c'est indispensable que je sois là, tu vois ? » Ce n'est pas une histoire que j'ai l'habitude de raconter, généralement tout le monde s'en fout... mais pour moi c'est important, quand même.


J'ôte mon sweat à capuche American Apparel, vert d'eau – comme mes yeux, édition limitée et tout le tralalère, pour la passer à Tia. « T'vas avoir froid, habillée comme ça. » je lui explique, avant qu'elle ne le mette par-dessus ses épaules. Bon OK elle est un peu grande, mais bon c'est mieux que rien. « On est partis, accroche-toi à moi ! » Et alors Riptide se met à courir, puis on décolle vers les nuages. Riptide aime pas vraiment que je transporte des inconnus, ça le déséquilibre un peu... mais Tia est un poids plume, un peu comme Psyché – bon, ma copine a plus de formes, ça je le sais mais me demandez pas comment, j'suis un mec c'est tout. Même si elle c'est une autre histoire puisque Rip' connaît son poids depuis le temps. J'ai le vent dans les cheveux tandis qu'on monte encore et encore vers le ciel. On traverse le lac à grande vitesse, mais je laisse quand même le temps à la mortelle d'admirer le paysage qui défile sous nos pieds. Ça fait longtemps que j'ai oublié l'impression de vertige, depuis le temps que je chevauche mon dragon ailé... mais pour elle ça doit faire quelque chose. « La vue vous plaît, mademoiselle ? » je lui hurle contre le vent. Étant donné que je suis dos à elle, je ne perçois pas ses réactions, mais Riptide prend un peu plus d'altitude pour nous permettre d'avoir une vue d'ensemble, et de là où on est on arrive à percevoir une majeure partie de l'île. Les montagnes à droite et la forêt à gauche, la plaine à perte de vue droit devant et si l'on fait attention, on peut même voir un bout de la mer de nuages derrière nous – si mon sens de l'orientation est bon.

made by MISS AMAZING.
Staff Sweety Men'Tia'li

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
M-S "Tia" R. Harrison
Staff Sweety Men'Tia'li
Coeurs : 61 Messages : 370
Couleurs : #22BB9D & Darkgoldenrod
J'ai traversé le portail depuis le : 07/09/2014 et on me connaît sous le nom de : Misha Mon nom est : Melissa-Sirius Ramsey Harrison, dite "Tia". Actuellement je suis : perdue. Il paraît que je ressemble à : originaux (glumish+yuumei) & Emily Rudd (IRL) et à ce propos, j'aimerais remercier : Skullkid bae ♥ (vava) + myself (signa+gifs profil) + MISS AMAZING ♥ (gif signa)
Re: where no one goes. ❞ (tiaros) ✘ | Jeu 25 Sep 2014, 18:22

Eros & Tia
Where no one goes
La réaction d’Eros aurait put être n’importe quoi, elle ne l’aurait pas plus surprise. Il s’était mis à rouler litteralement de rire, devant le regard étonnée de la demoiselle qui ne pouvait pas retenir un sourire, lançant un regard amusé vers son ami le dragon.
Te frotte contre les rochers ? Par le caleçon d'Hadès, non pitié...
L’expression fit tilte dans l’esprit de la jeune fille, qui connaissait la mythologie sur le bout des doigts, en bonne passionnée qu’elle était. D’abord Eros, puis Hadès, ce monde devait avoir un rapport avec la mythologie grecque.  La petite observe le brun manquer de s’étouffer de rire, avant de se redresser en les regardant à tour de rôle, la petite brune appuyée contre Riptide, l’aidant à se tenir plus ou moins droite sans forcer sur ses faibles abdominaux. Il lui balance un compliment qui la fait sourire et vaguement rougir, peu habituée par ça, avant de se rapprocher d’eux et se relever d’un bond qui fait sursauter l’animal, et Sirius avec. Eros s’accroupie devant la petite - elle avait mal pour lui à devoir toujours se baisser et se relever; à l’hôpital elle était toujours surelevée - en lui souriant, imité par la brune.
OK, on a assez traîné maintenant... on y va ?
La petite brune hoche la tête, se doutant qu’il n’allait pas la laisser plantée là; en effet, il la porte jusqu’au dos du dragon, les bras sous ses jambes et son dos, et la cale sur la monture, mettant ses jambes comme il fallait. Eros se place devant elle, prenant les commandes de ce que Sirius devinait être une selle. Elle allait lui demander pourquoi, mais le brun la dévance et lui explique l’handicape du dragon, ainsi que le système du gouvernail. Aggripant le jeune homme par la taille, elle se penche de part et d’autre, observant curieusement le mécanisme, qu’elle commençait à comprendre. Alors qu’elle reporte son attention sur le brun, celui-ci retire son sweat et le tend à la petite qui l'attrape, hésitante.
T'vas avoir froid, habillée comme ça.
M...merci.
Sirius fixe le vêtement avec un mélange de crainte et d’admiration dans le regard. Elle n’avait jamais porté de vêtement comme ça, de vrais vêtements - mis à part les robes de ballets qui tenaient plus du costume que du vêtement - propre et soignés. Elle enfile timidement la veste, se blottissant dedans en profitant de la chaleur qui en émanait encore, et la ferme jusqu’au ras du cou.
On est partis, accroche-toi à moi !
La brune s'exécute et enroule ses bras autour de la taille d’Eros, juste au moment où Riptide se met à courir puis s’envoler. La petite retient sa respiration. La sensation de voler, de sentir son estomac rester à terre, les cheveux au vent et l’air s'abattre contre sa peau. Elle fixe le paysage avec tout l’émerveillement du monde dans les yeux, ceux-ci plongeant vers le sol, vers le lac, vers le ciel. C’était tellement magnifique qu’elle en avait les larmes aux yeux. Elle sert sa prise par reflexe, les yeux levés vers un ciel de plus en plus foncés, le soleil commençant à disparaitre au loin, derrière ce qui semblait être un amalgame de nuages, loin derrière aux. Des montagnes d’un blanc pur faisaient face à une forêt verdoyante, et face à eux s’étendaient des pans d’herbes douces à perte de vu. Ils grimpaient, grimpaient, ralentissant pour qu’elle puisse mieux voir.
La vue vous plaît, mademoiselle ?
Elle n’avait pas de mot à répondre. Tout les adjectifs qui lui passaient dans l’esprit étaient trop peu appropriés, Elle ne parvint, au bout de quelques secondes, qu’à répondre du bout des lèvres un simple C’est l’extérieur... .
Sirius n’avait jamais voulu aller à l’extérieur, sortir de son taudis. Mais, si elle aurait sut qu’il s’agissait d’un endroit aussi merveilleux, elle aurait couru vers la sortie depuis longtemps. Un déchirement se fait entendre, elle sursaute. C’était proche, très proche, et sur le coup, la petite se retourne en fixant la queue du dragon, mais celle-ci ne s’était pas déchirée. Elle retourne la tête, et un second petit bruit sourd la fait cligner des yeux. Et puis elle sent. Elle sent le vent s’engouffrer par la petite déchirure de sa peau, elle sent le vent caresser un petit bout de sa jambe droite. Elle frisonne et fixe ses gambettes, nues, où les écailles se serpents avaient disparus sans qu’elle s’en rende compte, laissant place à une plaque blanche englobant toute sa peau, et déchiré au dessus du genou droit. Elle frisonne, hésite un instant et retire une main du torse d’Eros, l’utilisant pour engouffrer ses doigts dans la déchirure, et tirer d’un coup sec.  La mue se déchire comme du papier, dans un craquement sonore, mais moins que le cri d’exitation de la petite brune.
Eros, Eros! Ma peau...mes jambes!
Elle se met à gigoter en arrachant la peau, libérant ses jambes de leur emprise. Elle sent le vent les fouetter, elle sent ses doigts les caresser. Elle bouge ses jambes, les plis, les déplis, s’assit correctement, droite, un large sourire aux lèvres. Et elle se lève. Profitant que Riptide avaient considérablement ralenti, elle se dresse sur ses deux jambes, une main agrippée à l’épaule du brun, et respire.

Elle se rassoit dix minutes après, tâtant toujours avec excitation ses jambes, aussi douces qu’une peau de bébé, avant de replacer ses mains autour du torse du brun. Les jambes collées contre Riptide, elle peut sentir ses muscles travailler sous sa peau, ses écailles frottant contre les siennes.




Spoiler:
 




Contenu sponsorisé
Re: where no one goes. ❞ (tiaros) ✘ |

 
where no one goes. ❞ (tiaros) ✘
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sanctuary of Heart :: Principaux lieux de l'île :: Plaine-
Sauter vers: