Partagez | 
 

 A new dawn, a new day ∞ Earl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Vampire Sang Pur

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Aria S. A. Ashcrown
Vampire Sang Pur
Coeurs : 50 Messages : 410
Couleurs : Silver
J'ai traversé le portail depuis le : 02/04/2014 et on me connaît sous le nom de : Bunny Mon nom est : Aria Stella Althéa Ashcrown Actuellement je suis : amoureuse, célibataire et hétéro' Il paraît que je ressemble à : Calista [TLS] & Kisara [YGO!] (IRL : Caitlin Stasey) et à ce propos, j'aimerais remercier : Hika pour l'avatar ♥, Nate pour le gif EarlAria **
Re: A new dawn, a new day ∞ Earl | Dim 21 Sep 2014, 15:09



A new dawn, a new day.❝I say love, it is a flower, and you its only seed.❞
Que penser de ce baiser ? Elle n'en savait rien... Aria avait l'impression de ne plus avoir pied dans cette réalité, d'être ballottée par un courant hors de contrôle. Ce genre de chose la dépassait complètement. Vous me direz, tout ce qui était « nouveau » la dépassait : elle était de ces personnes cloîtrées dans leurs habitudes, qui avaient beaucoup de mal à accepter qu'un élément inattendu faisait irruption dans leur petite vie bien cadrée. Son premier réflexe était de le rejeter, ensuite si elle était obligée de faire avec, il lui fallait un certain temps d'adaptation. Surtout pour quelque chose d'aussi abstrait et puissant que les étranges sentiments qui l'inondaient. Ils lui semblaient encore plus irréels que ce baiser.
Allait-elle eux aussi les rejeter par crainte ? Car si la jeune femme avait mis fin à cet instant si fort, c'était bien à cause des terreurs nées de son vécu. Le fait qu'Earl puisse la tenir dans ses bras sans qu'elle ne frôle la crise cardiaque était déjà impressionnant, alors ce genre de chose intimiste... Il lui faudrait parcourir un peu de chemin avant d'être capable de les accepter, surtout lorsqu'ils étaient aussi subits. De très mauvais souvenirs étaient associés aux contacts physiques. En revanche, ce genre d'attirance était nouveau pour elle.... Quoi que, il lui était déjà arrivé de ressentir quelque chose de similaire, mais ça avait été bien moins puissant et n'avait pas eu le temps de se développer.

Bref, les faits étaient que cette histoire était du passé et qu'à présent, notre Ashcrown était dans les bras d'Earl qu'elle venait de repousser. Ses craintes avaient dus se refléter l'espace d'un instant dans son regard, le fragiliser, mais ce n'était pas ce qui prévalait lorsqu'elle le regardait – elle ne voulait de toute façon pas qu'il puisse voir ses failles.
Après qu'elle ait pris la parole il s'était platement excusé et elle sentit qu'il était sincère. Mais en même temps elle pensait qu'il ne regrettait rien, ou du moins c'était ce que lui laissait suggérer ce qu'elle avait vu de lui durant leur baiser, qui leur avait permis de s'ouvrir à l'autre. Aria avait senti qu'il l'avait fait parce qu'il en avait eu envie. Une envie qu'elle devait partager un minimum, puisqu'au début elle lui avait répondu favorablement. Embarrassée par cette pensée, qu'elle ne voulait pas creuser par peur des déductions qui pourraient en découler, elle abaissa les yeux en rougissant légèrement. « Je ne t'en veux pas », laissa-t-elle glisser tout doucement sans trop savoir que dire d'autre. Son cœur cognait encore dans sa poitrine et plus les secondes passaient, plus l'héritière se sentait à nouveau nerveuse entre ses bras. Ou comment faire un pas en arrière ? Ce n'était pas vraiment le cas, car si dans les deux cas sa nervosité avait été dû au fait qu'elle était bien trop consciente de leur proximité physique, cette fois-ci c'était plus parce qu'il l'attirait. Et aussi à cause de ce qu'ils venaient d'échanger.

Quoi qu'il en soit, la vampire garda ensuite le silence en respirant doucement. Dans cette position son odorat était submergé par le parfum délicat d'Earl mêlé à celui du sang qui s'échappait de sa morsure à la nuque, cela lui faisait lentement tourner la tête et lui donnait des palpitations. C'était comme si vous mettiez une personne très sensible à l'alcool au milieu d'un bar rempli de grands buveurs : le simple fait d'être au milieu de toutes ses effluves suffisait à les bourrer. Elle se retrouva incapable de relever le visage vers celui du séduisant brun.
Au but d'un moment, il lui reprit la main avec la même douceur que s'il manipulait une poupée de porcelaine et exprima tout bas son soulagement. Sa voix à ce moment était celle d'un patient gravement malade à qui on vient d'annoncer qu'il pourra être sauvé. Aria se décida enfin à lever les yeux vers lui et le fixa quelques secondes sans répliquer, son esprit étant occupé à gérer les informations. C'est vrai qu'elle venait d'échapper de peu à la mort... Son corps entier trembla un peu sous l'effet du contre-coup, toute la terreur de ces dernières minutes s'étant décidée à venir la frapper. Elle porta sa deuxième main vers celles qu'ils avaient entrelacées, et tint celle du jeune homme, s'y raccrocha. Elle était en vie. Le soulagement s'installa sur son visage mais, étrangement, on aurait cru que la demoiselle allait se mettre à pleurer. Elle hocha la tête.

« Oui... Et c'est grâce à toi, Earl. Tu m'as trouvée ici, m'as donné la force de me battre, m'as offert ton sang... Merci, pour tout. » La sang-pur sourit alors, avec franchise et sincérité. Elle n'affichait pas souvent ce genre de sourire, mais pour le coup cela lui était venu naturellement. Pour montrer à Earl à quel point elle lui était reconnaissante. Il l'avait aidée à un point qu'il n'imaginait sans doute même pas. Était-ce le destin, les dieux avaient-ils manigancé tout ceci ? Dans ce cas, elle leur était quelque part reconnaissante d'avoir fait s'entre-croiser leurs routes, bien qu'ils l'aient tout de même fait vivre une sacrée journée. Ils avaient encore beaucoup de surprises comme ça, en réserve ?
Ils restèrent dans cette position encore quelques secondes, puis un certain fauve jugea qu'il était temps de se rappeler à leur bon souvenir. Oui car dans tout cela ils avaient un peu oublié Regulus, or il n'appréciait pas trop de se fondre dans le décor – même s'il le faisait très bien avec sa couleur de pelage. Alors il ne trouva rien de mieux à faire que de profiter du fait qu'ils n'étaient pas sur leurs gardes, pour approcher discrètement et se jeter sur Earl, les faisant ainsi tomber tous les deux. Aria se retrouva allongée sur le ventre dans la neige, il lui fallut un peu de temps pour se mettre en position assise. Cela fait elle fusilla Regulus du regard.

*Qu'est-ce qui t'a pris ?
- Pardon, mais ça me désespérait tellement que je ne pouvais pas vous laisser comme ça.
Dit-il avec ironie. Et puis, tu comptais vraiment rester là toute la journée ? Il fait froid, au cas où tu ne l'aurais pas remarqué.*

Pour toute réaction, Aria lui adressa un regard boudeur. Le fauve était en train de se ficher d'eux. Cependant, il n'avait pas entièrement tort : ils n'allaient quand même pas stagner ici en pleine montagne, c'était un coup à tomber malade. Surtout que Earl avait désormais deux belles plaies ouvertes au cou et qu'elle n'était pas encore au top de sa forme. Elle glissa donc le regard jusqu'à Earl.

« Excuses-le, il a simplement envie de rentrer... Et si on retournait au chalet ? Il y fera meilleur, et on pourra traiter ta morsure. »

La vampire avait presque craché ces deux derniers mots, elle savait très bien que ladite morsure était de son fait.
Ils retournèrent donc à la résidence secondaire, en prenant la moto d'Earl – ce qui avait forcé Regulus à se débrouiller. Aria chercha un bon moment où et comment s'accrocher, n'osant pas trop se tenir à lui, mais elle dût bien capituler et passer ses bras autour de sa taille athlétique. Cela menaça de la mettre dans tous ses états, heureusement il ne put pas voir ses rougeurs – elle alla jusqu'à appuyer sa tête contre son dos bien sculpté pour s'en assurer – qu'elle s'efforça de faire disparaître pendant le trajet. En revanche, sentir le vent soulever sa longue chevelure et les caresser était agréable et au bout du compte, le petit voyage ne lui déplût pas.

Quand ils arrivèrent à destination, la demoiselle était descendue assez rapidement et avait pris une grande inspiration. Ils entrèrent et se débarrassèrent de quelques couches de vêtements, puis ouvrirent à Regulus qui gratta à la porte pile quand ils allaient se diriger vers le salon. Earl l'escorta jusqu'à la salle de bains, où elle s'enferma pour se soigner tandis qu'il allait s'installer sur le canapé du salon. C'est justement là qu'elle le retrouva, après s'être équipée de la trousse de premier soin et avoir changé de haut. Elle s'installa à genoux en se tournant vers lui, posa la trousse à côté d'elle et regarda les marques de crocs qu'elle avait laissées. « Je vais m'occuper de tes plaies. » Est-ce que ça allait laisser des marques ? Aria espérait que non. En tout cas, elle sortit un coton qu'elle prit avec des pincettes et imbiba de désinfectant, avant de l'approcher du cou du jeune homme. Elle marqua un petit temps d'hésitation avant de l'appliquer, en remarquant qu'encore une fois ils étaient bien proches. Et ce fut encore plus vrai lorsqu'elle plaça le large pansement, car la bretteuse voulait bien faire mais que pour ça il fallait déjà qu'elle puisse voir ce qu'elle faisait - même s'il fallait bien admettre que, plus d'une fois durant toute la durée de son petit traitement, elle n'avait pu s'empêcher de jeter un regard vers le visage d'Earl. Une fois le pansement placé, elle leva les yeux vers lui un instant avant de s'asseoir correctement sur le canapé sans trop savoir où se placer. « Voilà. » .... Et maintenant ? Houlà, ne lui en demandez pas trop, c'était une mauvaise idée de compter sur elle pour trouver quelque chose à dire.


~ Une rose de Ruru ♥ ~

Mine ~ I love you ♥ :
 
Cadeaux & autres :
 
Leagues et Fan clubs :
 
Fée

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Coeurs : 90 Messages : 153
Couleurs : Brown & Burlywood
J'ai traversé le portail depuis le : 02/11/2013 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Earl Sky Grey Hottenberg Actuellement je suis : ... d'où ça te regarde? Il paraît que je ressemble à : Okita Souji | Hakuouki Shinsengumi Kitan + (IRL Ben Barnes) et à ce propos, j'aimerais remercier : Moi ♥ 83 + Kao pour la créa de la famille Hottenberg + tumblr pour les gifs ♥
Re: A new dawn, a new day ∞ Earl | Sam 27 Sep 2014, 13:03



A new dawn, a new day.❝I say love, it is a flower, and you its only seed.❞
La vague de soulagement qui le parcourait ne fit que s’accroître lorsque la seconde délicate main de pianiste d’Aria vint se poser sur la sienne, déjà emmêlée avec ses doigts fins et gracieux. Il n’avait plus envie de la lâcher. L’avoir vue si proche de la mort, la faucheuse prête à accomplir son immonde besogne à chaque instant. Sa peau si pâle, ses yeux si perdus, son corps brisé et sa voix plus douce qu’un chuchotement. Tout cela, il les avaient vus. Et c’est à cet instant qu’il en ressentait le plus de douleur. S’il n’avait pu la sauver, si elle avait expiré ici-même, dans ses bras, il n’aurait jamais été capable d’effacer cette vision de son esprit. Il en avait la certitude : elle l’aurait hanté, toute ses nuits, tous ses jours, prenant son cœur dans une étreinte si froide et cruelle qu’il n’aurait alors plus rêvé que de la rejoindre enfin au paisible royaume des morts qu’elle aurait sans doute foulé s’il n’avait pas retrouvé ses esprits à temps. Mais il ne l’aurait pas fait. Sa famille, il devait la protéger. Il ne pouvait les abandonner… aurait-il été si lâche qu’il aurait tout laissé tomber pour la suivre dans la tombe ?

La complexité de la réponse qui se formait dans son esprit eut pour effet de le glacer. Il baissa les yeux vers la splendide jeune femme à la peau nacrée teintée d’un rose qui l’enchantait, ses yeux brillant et son cœur battant vigoureusement contre le sien. Oui. Il l’aurait peut-être fait. Car la possibilité de sa mort avaot entrouvert une porte de son cœur. Et à l’intérieur de l’embrasure, il avait aperçu des choses pour lesquelles n’importe quel homme se damnerait et se jetteraient avidement dans les flammes de l’enfer. Il avait entrevu ce qu’il aurait ressenti sans elle. Comme si on lui arrachait quelque chose. Pas juste comme un bras ou une jambe. Comme si son âme elle-même serait partie avec elle dans les abysses du monde souterrain, ne laissant derrière elle qu’un corps empli de haine. Une haine dévastatrice. Qui l’aurait contrôlée et menée à la folie. Elle aurait consumé le reste de son être avant de ne laisser qu’une misérable coquille vide, un homme brisé, un spectre de la personne qu’il avait été. A moins qu’il n’aurait continué de glisser dans les entrailles profondes et aspirantes de la colère et du péché. Un frisson le parcourut. Il aurait commencé par retrouver ces misérables hybrides, puis il les aurait torturés un par un… Sa gorge se serra. Il avait toujours su que sa colère et son caractère de feu pourraient être dangereux s’ils dérapaient un jour. Mais il n’avait jamais imaginé quelque chose comme cela. Ce n’était pas lui. Comment… comment ?

Comment une seule rencontre peut-être autant changer un homme ? Comment Aria avait-elle fait pour se nicher si profondément dans le cœur d’Earl qu’une dévastation si terrible y aurait prit place si elle lui avait été enlevée ? Comment, comment, comment ? Le fae la couvrit des yeux à nouveau. Sa place. Il avait toujours cru qu’elle avait été auprès de sa famille, de ses cadets, des siens. Les personnes qu’il devait protéger, soutenir, aimer… mais à présent, il se rendait compte à quel point il s’était fourvoyé. Bien sûr, l’amour qu’il portait pour son frère et sa sœur n’avait pas changé. Mais ici… ici était sa vraie place. A un degré si supérieur qu’il en aurait eu le souffle coupé. C’était à ses côtés qu’il devait se tenir, auprès d’elle. C’était elle que son cœur à présent souhaitait le plus protéger, soutenir, et aimer… Aimer. Le mot vint à son esprit, comme chuchoté par Aphrodite elle-même, comme une évidence. La jeune femme qu’il tenait contre lui, qui avait les mains liées aux siennes, qui avait le regard plongé dans le sien. Il l’aimait. Il l’aimait avec tant de ferveur, de force, de passion, qu’il ne comprenait pas pourquoi son esprit se posait des questions. Son cœur, lui, n’hésitait pas. Il ne battait que pour elle.

D’ailleurs, il accéléra soudain sa course. Car devant lui se trouvait un ange. Au sourire si beau et lumineux qu’il n’aurait jamais pu s’en lasser. Voilà qu’il découvrait une nouvelle chose qui le pousserait à se jeter volontiers dans les Enfers. Car l’expression, si honnête, si gracieuse, que la demoiselle arborait semblait être la chose la plus douce qu’il ait eu lieu de voir en toute sa courte existence. Ses yeux s’agrandirent un peu alors qu’il observait ce spectacle qui le laissait, tel un papillon, ébloui et désœuvré. Elle l’avait remercié une nouvelle fois, mais il eut la soudaine impression d’avoir perdu sa langue. Mais avant qu’il ne puisse retrouver ses esprits, une immense boule de fourrure blanche lui sauta dessus, l’envoyant se vautrer dans la neige avec la splendeur d’un manchot – en même temps quand on a le poids d’un grand tigre blanc sur le dos, on fait pas le malin, surtout pris au dépourvu en plein milieu d’une tornade incontrôlée de sentiments abracadabrants. Une fois que le grand félin eut bien daigné se retirer du dos du grand brun, ce dernier se redressa en pestant, le nez rosi et les cils plein de neige. Aria lui lançais des regards réprobateurs qui avait quelque chose de très… mignon. Cela lui arracha un sourire attendri, mais le regard sérieux de l’immortelle le rappela à l’ordre. Lorsqu’elle mentionna ses morsures, il tressaillit légèrement. Il pensait tant à elle qu’il en avait même oublié ce détail ! (car oui, il considère cela comme un détail. Les hommes sont parfois vraiment des idiots).

Il acquiesça rapidement, pensant surtout à l’état de la jeune femme qui était toujours assez affaiblie – elle avait été gravement blessée bon sang ! – et il ne souhaitait pour rien au monde qu’elle attrape froid. Il l’invita donc à prendre sa moto, sortant le casque blanc qu’il réservait à Serah d’habitude (ou à ses autres passagers bien entendu), l’aidant à lui enfiler avant de récupérer le sien qu’il avait réellement envoyé valser à un cinquantaine de mètres de là dans sa fureur et son empressement. Encore une fois, il sut que l’ampleur de sa rage était dangereuse lorsqu’il voyait ce qu’il pourrait en faire. Il n’avait alors plus du tout contrôlé sa force incommensurable. S’il était tombé nez à nez avec les agresseurs d’Aria… il refusa de penser à ce qu’il aurait bien pu faire. C’était mieux ainsi. S’ils avaient été là, il se serait occupé d’eux. Et Aria serait probablement morte ce faisant. A nouveau en proie à une haine personnelle, il planta le casque teinté sur sa tête et repartit à la vitesse de l’éclair vers la moto, réduisant la grande distance à quelques foulées qui aurait rendu vert n’importe quel champion d’athlétisme. Ce n’est pas pour rien qu’il était une créature « surnaturelle » comme le disaient les humains ignorants. D’ailleurs, c’est un pléonasme. Les humains, de base, sont ignorants. C’est pour cette raison que Earl et tant d’autres se retrouvent à vivre sur cette île céleste. Pour préserver l’équilibre.

Il poussa un long soupir en enfourchant son véhicule, les bras frêles d’Aria enroulés autour de sa taille. Il poussa l’accélérateur avec prudence, refusant de la mettre en danger à nouveau, des envolées de poudreuse se soulevant autour d’eux comme un nuage dans le ciel bleu. Alors qu’il retrouvait le chemin guidant à sa demeure, il sentit son visage se presser contre son large dos, et un frisson le parcourut. L’envie de lui retourner son étreinte le démangeait tellement qu’il fut obligé de se mordre la lèvre pour se calmer, les yeux rivés sur les sols blancs qu’ils devaient franchir pour retourner au chalet. Il finit par se détendre, appréciant ce contact, et le sentiment de liberté que lui procuraient ses balades en moto comme d’habitude, bien qu’il soit bien plus lent que lorsqu’il n’avait pas de passager. Une fois arrivés à destination, Aria descendit rapidement du trial. Ils entrèrent dans la maison et retirèrent leurs manteaux. Ils allèrent s’installer au salon après avoir laissé entrer Regulus – qui au passage avait dû rentrer à pattes étant donné que se promener à deux avec un tigre blanc sur une moto n’est pas très recommandé si vous voyez ce que je veux dire. Earl s’assit sur un des sièges confortables, et Aria le rejoignit quelques instants après munie d’une trousse de premiers secours. Elle s’empressa de s’installer à genoux à ses côtés, souhaitant sûrement « réparer » ce qu’elle avait commis plus tôt. Mais Earl ne voyait bien sûr pas les choses comme cela. C’est lui qui l’avait poussée à le faire. Il en prenait l’entière responsabilité. Il resta cependant silencieux, laissant docilement la demoiselle s’affairer autour des morsures, laissant ses yeux parcourir son visage gracieux et ses gestes délicats. Il voulait se retenir, mais c’était plus fort que lui. Elle était si proche, qu’il voulait capturer chacun de ses actes, de ses soupirs, de ses petites mimiques. Il voulait tout voir, tout entendre. Car il avait été si proche de la perdre, de ne plus pouvoir la sentir à ses côtés, il se rendait compte de l’importance de chaque instant passé en sa compagnie. Depuis qu’il avait… qu’il avait découvert ses sentiments. Devait-il lui avouer ? Ou les taire ? Quelle serait la meilleure chose à faire ? Bien sûr, il voulait être honnête avec elle. Mais si cela l’apeurait ? Si elle le fuyait, craignant ce sentiment qui naissait en lui, comme une fleur éternellement jeune ? Lorsqu’elle s’éloigna un peu plus de lui après avoir placé les pansements finaux, il plongea ses yeux émeraude dans les siens.

« Merci, Aria. Mais dis-moi… comment te sens-tu maintenant ? Et tes blessures ? »

Son regard prit à nouveau la teinte inquiétée qu’il avait arborée tout au long de la journée à l’égard de la demoiselle. Il mit de côté ses questions existentielles sur ses sentiments. Il ne lui avouerait sûrement pas aujourd’hui. Il le voyait encore, la manière dont elle avait tressaillit dans la neige à leur premier contact, ou encore sa face glacée de statue qu’elle avait eue lors de leur entrevue. Il savait qu’il avait bougé quelque chose en elle, mais il aurait été trop tôt pour se mettre à lui parler de sentiments. Elle aurait sans doute mal réagit, et il n’avait aucune envie de l’éloigner de lui à présent. Il suffirait de bien contrôler ses émotions qui lui soufflaient de manière très insistante de franchir la distance qui les séparait pour la prendre dans ses bras. Il s’aventura cependant à poser avec légèreté sa main droite sur l’épaule de la jeune fille. La sentir physiquement le rassurait étrangement, comme un enfant qui serrerait son doudou préféré. Comme s’il avait peur qu’elle ne disparaisse, qu’elle ne soit qu’un spectre née de son imagination. Mais bien entendu ce n’était pas le cas.

« Si cela ne te dérange pas trop… je souhaiterais rester ici au moins pour cette nuit. Je refuse de te laisser seule après ce qu’il vient d’arriver, j’espère que tu comprends… »

Il avait parlé dans un ton si sérieux qu’il aurait été impossible de refuser, surtout qu’à la toute fin de sa phrase, il avait pris un ton légèrement suppliant. Il serait impossible pour lui de rentrer chez lui pour le moment après ce qu’il était arrivé. Imaginez, que ses agresseurs soient encore dans le coin ? Non. Et même si elle voulait le renvoyer chez lui, il resterait assis sur le pas de sa porte s’il le fallait. Il ne la laisserait pas sans surveillance. Pas après les blessures qu’on lui avait infligées. Après qu’il l’ait aperçue aux portes de la mort.




♥:
 

LIGUES-PRO & FANCLUBS:
 
Vampire Sang Pur

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Aria S. A. Ashcrown
Vampire Sang Pur
Coeurs : 50 Messages : 410
Couleurs : Silver
J'ai traversé le portail depuis le : 02/04/2014 et on me connaît sous le nom de : Bunny Mon nom est : Aria Stella Althéa Ashcrown Actuellement je suis : amoureuse, célibataire et hétéro' Il paraît que je ressemble à : Calista [TLS] & Kisara [YGO!] (IRL : Caitlin Stasey) et à ce propos, j'aimerais remercier : Hika pour l'avatar ♥, Nate pour le gif EarlAria **
Re: A new dawn, a new day ∞ Earl | Mar 07 Oct 2014, 20:31



A new dawn, a new day.❝I say love, it is a flower, and you its only seed.❞
Elle n'était pas réellement chez elle dans le chalet, puisque ce n'était pas le manoir, mais c'était presque tout comme : la petite construction en bois dégageait une atmosphère de bien-être apaisante, accentuée par le calme des alentours déserts. Si un foyer ne pouvait la réchauffer plus que celui de sa famille, cette résidence secondaire était sa favorite, celle où Aria aimait se rendre de temps en temps pour faire un break. Alors quand elle avait retrouvé son intérieur spacieux et douillet, elle s'était tout de suite sentie apaisée. Ici, ils ne risquaient rien. On ne chercherait pas à la tuer, Earl n'aurait pas à la sauver de nouveau, il ne prendrait pas de risque insensé. Qui sait, peut-être même que son cœur allait se calmer un peu ; son rythme changeait un peu trop souvent à son goût, jetant l'anarchie dans ses pensées. La demoiselle ne se pensait pas aussi... Sensible ? Émotionnelle ? Dans tous les cas, facile à déstabiliser. Mais ce qui la choquait le plus, c'était qu'elle éprouvait en présence du jeune homme une nervosité qui lui avait été jusqu'ici inconnue, alors qu'ils n'avaient passé que quelques heures ensemble – et que, parmi ces heures, une bonne partie avait été consacrée à leur sieste. Était-ce parce qu'il l'avait sauvée ? Parce qu'il était si avenant envers elle ? Quelle part l'attirance physique avait-elle ? Ou bien tout cela n'était-il que le produit de l'intensité de sa journée et de sa fatigue ?

Quoi qu'il en soit, une fois bien au chaud, Aria avait pu se soigner tranquillement puis panser les plaies laissées sur le cou d'Earl par ses crocs. Si ses propres blessures étaient nombreuses mais pour la plupart sous-cutanées, celles du brun étaient peu nombreuses mais bien ouvertes ; elle ne risquait théoriquement plus grand-chose à part des étourdissements et une grande envie de repos, tandis que lui pourrait souffrir d'une infection. Ainsi elle s'était appliquée en désinfectant la zone mordue, tout en espérant qu'il n'y aurait pas de complications. Parce que notre sang-pur s'en voudrait terriblement bien sûr mais, au-delà de son sens des responsabilités et de son inquiétude naturelle envers celui qui lui avait sauvé la vie, il y avait le fait qu'elle ne voulait pas qu'il lui arrive quoi que ce soit. A un tel point qu'on pouvait dire qu'elle se souciait en fait bien plus de lui que de quiconque. Seulement elle ne s'en rendait pas compte, même s'il lui faudrait bien l'admettre à un moment : pour elle, il était spécial.
Mais n'allons pas trop vite en besogne, pour l'instant nos deux protagonistes en étaient à s'envoyer des regards à la dérobée. On pourrait sans doute les comparer à des adolescents, à ne pas oser se faire face franchement. De plus, un observateur extérieur pouvait clairement sentir qu'ils ne disaient pas tout ce qu'ils avaient à l'esprit.

Quand Aria eut fini de jouer les infirmières, Earl lui demanda comment elle allait. Par réflexe elle abaissa le regard un instant, ne sachant trop que répondre ; grâce au sang qu'il lui avait donné elle ne risquait pas l'anémie, mais la Ashcrown n'était pas non plus en très bon état. Cependant il ne lui fallut pas longtemps pour décider de sa réponse, dès lors ses yeux remontèrent vers ceux de son vis à vis. « On me demandera sûrement de rester tranquille un moment, mais je survivrai. Les vampires tirent de la force du sang qu'ils boivent. » Elle porta alors sa main vers celle qu'il avait posée sur son épaule, mais se contenta d'apposer délicatement ses doigts dessus. « Je vais bien. », ajouta-t-elle plus bas. Combien de fois avait-elle prononcé ces mots, aujourd'hui ? Il lui semblait qu'elle n'arrêtait pas de le rassurer sur son état, ou du moins qu'elle essayait. Ou alors, que la bretteuse voulait tromper quelqu'un avec un demi-mensonge - mais qui donc ? Restait à savoir ce qu'il en penserait, ce qu'il percevrait.
N'empêche qu'il semblait inquiet. Assez pour songer à passer la nuit au chalet. Quand le jeune homme lui fit cette demande, la vampire le regarda tout d'abord avec surprise. Cela dit elle-même comprenait son raisonnement : les hommes de tout à l'heure n'avaient pas disparu, ils étaient encore bel et bien là, quelque part.
Cette pensée lui glaça le sang, se saisit brusquement de ses entrailles pour les nouer dans son étreinte perfide. Elle préférerait ne pas avoir à revivre une telle chose.

Cela suffirait-il à justifier qu'Earl passe la nuit ici ? D'un autre côté, avait-il seulement à se justifier ? Avaient-ils ? Ils n'étaient plus des enfants, l'époque où ils avaient besoin d'une autorisation pour qu'un ami dorme à la maison était révolue pour eux. Et puis, il semblait assez sérieux. Aria le regarda dans les yeux en gardant le silence un moment, en proie à ses réflexions. Puis elle se rendit compte que l'idée ne lui déplaisait pas. Non seulement sa présence la rassurerait grandement mais, en plus, elle se surprit à penser qu'ainsi ils pourraient passer plus de temps ensemble. Voilà qui ne serait pas pour lui déplaire. En outre, il y avait plusieurs chambres libres à l'étage, des draps propres dans les armoires de chacune d'entre elles, et quelques vêtements masculins devaient être rangés quelque part. Alors après un court instant, qui lui avait cependant paru durer plusieurs minutes, l'héritière hocha la tête. « D'accord. » Elle marqua une pause très brève, avant d'ajouter quasi-immédiatement, sur un ton moins formel. « Mais avant, j'aimerais que tu me dises : pourquoi ? Tu sembles si soucieux, j'ai l'impression que tu veilles sur moi et que je peux te faire confiance. Mais je ne sais pas quoi en penser... Alors réponds-moi. S'il te paît. » Cela l'intriguait, tout en étant une pièce nécessaire ; car les actes n'étaient pas tout, leurs motivations comptaient aussi pour elle. Quelles raisons avait-il de se soucier autant de son sort ? Qu'est-ce qui avait bien pu le pousser à mettre sa vie en danger deux fois ? Si cela se trouvait, Earl était simplement très altruiste. Elle n'en serait pas si surprise et l'accepterait. Le principal, c'était qu'il lui réponde.



~ Une rose de Ruru ♥ ~

Mine ~ I love you ♥ :
 
Cadeaux & autres :
 
Leagues et Fan clubs :
 
Fée

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Coeurs : 90 Messages : 153
Couleurs : Brown & Burlywood
J'ai traversé le portail depuis le : 02/11/2013 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Earl Sky Grey Hottenberg Actuellement je suis : ... d'où ça te regarde? Il paraît que je ressemble à : Okita Souji | Hakuouki Shinsengumi Kitan + (IRL Ben Barnes) et à ce propos, j'aimerais remercier : Moi ♥ 83 + Kao pour la créa de la famille Hottenberg + tumblr pour les gifs ♥
Re: A new dawn, a new day ∞ Earl | Mar 07 Oct 2014, 22:03



A new dawn, a new day.❝I say love, it is a flower, and you its only seed.❞
Le besoin de la voir saine et sauve pour de bon, sans danger imminent planant au dessus d’elle se propagea si fort dans tout l’être du jeune homme qu’il aurait insisté pendant des heures s’il l’aurait fallu pour qu’elle accepte de l’accueillir ce soir. Cependant, le soulageant, elle accepta après un temps de réflexion durant lequel de la surprise avait traversé son visage. Peut-être ne comprenait-elle pas tout à fait les raisons d’Earl, ou sa sollicitude exagérée à son sujet. Et cette idée fut soutenue immédiatement après par le questionnement de la jeune femme. Earl se tendit en entendant ces mots, son déjà sérieux s’assombrissant légèrement tandis qu’il baissait la tête. Ces questions étaient tout à fait légitimes. Qui, au nom d’une quelconque vertu, aurait-il même été jusqu’à faire tout cela pour une personne rencontrée le jour même ? Qui ? Lui-même se savant particulièrement juste, protecteur et droit, il ne se serait tout de même pas cru capable d’être autant à l’écoute d’une personne si peu connue.

Et pourtant… il était là, le ventre tordu par l’angoisse et la colère, des sentiments générés par les évènements ayant précédé lors de cette journée très riche en émotions. Mais savait-il lui-même la cause de cette envie de la protéger ? Oui. En tout cas, il croyait le savoir. Les portes d’Hadès ouvertes à ses yeux lui avaient laissé percevoir les véritables sentiments qu’il éprouvait, aussi fous et incroyables qu’ils puissent paraître. Mais n’est-ce pas là, la base d’un sentiment pur ? Passionné et incompréhensible ? L’amour pouvait-elle vraiment frapper sans crier gare dans le cœur de quelqu’un, l’attachant si profondément à une personne pourtant si peu connue ? Il fallait croire que oui. Car jamais, non jamais, n’avait-il ressenti de sentiments si intenses et profonds à l’égard d’une femme ne partageant pas son sang… Et encore, c’était bien différent. S’il éprouvait un attachement incommensurable pour sa mère, Eleanore, et sa sœur cadette Emma-Serah, ce qu’il éprouvait en présence de la splendide immortelle était… si puissant qu’il en restait chamboulé.

Quand ses yeux glissaient sur sa silhouette gracile, son visage harmonieux et ses yeux d’un bleu éclatant, il se retrouvait fébrile et le cœur battant. L’envie de la couvrir de réconfort, de soigner ses blessures, de la bercer pour qu’elle ne pense plus aux instants horribles qu’elle avait vécus plus tôt le prenait sans fin, réchauffant son cœur et son regard d’une tendresse infinie. Mais il ne se sentait pas le droit de lui avouer quoi que ce soit. Il était trop confus avec cette nouvelle impression qu’il n’aurait lui-même pas pu l’avouer à voix haute. Et certainement pas à elle, qui en était la source évidente. Alors… il dirait la vérité sur ses sentiments en omettant tout ce qui était plus… sensible. Il redressa son visage vers elle, son regard émeraude se plongeant dans le sien à nouveau.

« Je… C’est confus. En toute vérité, il est dur pour moi d’expliquer pourquoi je tiens tant à te préserver… en fait… lorsque j’ai compris que tu étais en danger, ou encore lorsque je t’ai retrouvée dans la neige, tout à l’heure… je me suis détesté. J’aurais pu éviter tout cela. Mais j’ai surtout eu… réellement peur. Je n’en explique pas moi-même la raison. La détresse que j’ai ressentie, et que je ressens toujours d’ailleurs, me pousse à rester. Je ne sais pas si cela suffira à me justifier… puisque nous nous sommes tout juste rencontrés, et pourtant, je dis la vérité. »

Sa voix sonnait avec tant de franchise qu’il était impossible de le contredire, même avec une très mauvaise foi. Ses yeux eux même démentaient une quelconque raison malsaine qui aurait pu se cacher dans sa demande. Il resterait, car il en avait envie, car il sentait que c’était ce qu’il devait faire, car il ne voulait pas la voir blessée. Car son corps, son esprit, son être tout entier lui hurlait de ne pas quitter son côté. Et quand bien même elle n’aurait pas été le moins du monde en danger, il n’aurait probablement pas moins voulu s’en aller. Détendant l’atmosphère, son visage se fendit d’un sourire éblouissant qui en aurait fait rêver plus d’une.

« En tout cas… dis-moi tout ce que je peux faire pour me rendre utile. Je refuse d’être un vulgaire parasite ! »

Son rire ténor retentit dans la pièce avec légèreté.




♥:
 

LIGUES-PRO & FANCLUBS:
 
Vampire Sang Pur

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Aria S. A. Ashcrown
Vampire Sang Pur
Coeurs : 50 Messages : 410
Couleurs : Silver
J'ai traversé le portail depuis le : 02/04/2014 et on me connaît sous le nom de : Bunny Mon nom est : Aria Stella Althéa Ashcrown Actuellement je suis : amoureuse, célibataire et hétéro' Il paraît que je ressemble à : Calista [TLS] & Kisara [YGO!] (IRL : Caitlin Stasey) et à ce propos, j'aimerais remercier : Hika pour l'avatar ♥, Nate pour le gif EarlAria **
Re: A new dawn, a new day ∞ Earl | Jeu 23 Oct 2014, 12:16



A new dawn, a new day.❝I say love, it is a flower, and you its only seed.❞
Quelle raison avait-elle de le croire ? Qu'est ce qui lui garantissait qu'il ne mentirait pas ? La réponse à cela était... Rien. Quand bien même Aria voulait faire confiance à Earl, ce n'était pas suffisant pour être certaine qu'il n'inventerait pas pour répondre à sa question. Après tout, n'importe qui est susceptible de mentir, même à ses proches. Certes c'était rarement pour les blesser, mais la vérité était là : les personnes à qui nous serions capables de confier notre vie ne sont pas forcément toujours honnêtes avec nous. C'étaient deux choses entre lesquelles elle faisait la différence, ne serait-ce que parce que les meilleurs manipulateurs étaient justement ceux capables de nous pousser à leur donner une confiance aveugle. Elle pratiquait donc l'art du scepticisme, remettant souvent en question ce qu'on lui disait.
Cependant, une autre vérité était que si la demoiselle voulait lui faire confiance, cela incluait ne pas douter de ses paroles. Alors elle l'avait écouté sans chercher d'errata, ce petit indice qui transformerait tout en un simple amas de belles paroles, en un tissu de mensonges joliment brodé. Non pas qu'elle aurait réussi à se méfier de lui de toute façon, la sincérité qui émanait de lui aurait immédiatement balayé n'importe quel doute, les aurait emportés comme les puissants torrents d'onde claire font rouler les pierres mal agencées.

Le jeune homme avait pourtant commencé par détacher son regard du sien en semblant hésiter, mais notre Ashcrown comprit rapidement qu'il ne réfléchissait pas à un mensonge – ou plutôt elle le pensa, ce qui était un fait notable. Il paraissait plutôt chercher les mots exacts, ceux qui exprimeraient le mieux sa pensée. Ceux qui pourraient atténuer la réalité tout en sonnant juste, peut-être. Dans tous les cas, à partir du moment où Earl avait de nouveau remonté les yeux vers elle, la laissant entrevoir toute sa sincérité, elle avait gardé le silence. Aria s'était contentée de le contempler et de l'écouter, en sentant que chacun de ses mots faisaient écho en elle. Ces explications relativement vagues et ses propres ressentis confus étaient comme deux fils parallèles, reliés par des passerelles.
Peu avant qu'il n'arrive à la fin de sa réplique, tandis que les pensées de la vampire erraient sur l'un de ces ponts, elle comprit quelque chose : il était tout aussi incertain et déstabilisé qu'elle. Ni l'un ni l'autre ne comprenait vraiment ce qu'il se passait. En revanche, si cela l'effrayait au point qu'elle évitait inconsciemment d'y réfléchir ou même d'en approcher, lui pourrait sans doute y faire face sans se cacher les yeux ou se boucher les oreilles. De ce qu'elle avait vu, il avait la force mentale et le caractère pour.

Quoi qu'il en soit, happée qu'elle était par l'honnêteté d'Earl et ne sachant que trop lui répondre, Aria se contenta d'accepter ses explications d'un hochement de tête. Ensuite il lui adressa un large sourire, à réchauffer les cœurs de pierre - et à leur faire louper un battement. Elle espéra secrètement qu'il pourrait continuer à afficher ce genre d'expression plutôt que celle qu'il avait arboré en tenant son corps refroidi entre ses bras. Il continua la discussion sur un ton plus léger en accompagnant ses paroles d'un rire aussi chaleureux que les rayons de miel du jour. Cela permit à l'héritière de chasser leur précédent sujet de son esprit et de retrouver un peu d'aplomb grâce au rôle de maîtresse de maison. Elle étira les lèvres un court instant, s'étant détendue, avant de se lever.

« Dans ce cas, mettons-nous en action tout de suite. Avant toute chose, une visite des lieux s'impose. »

Aussi tôt dit, aussi tôt fait : nos deux protagonistes se mirent immédiatement en branle. Earl ayant déjà vu le plus gros du premier étage, ils n'y passèrent pas beaucoup de temps avant de passer au second, où la jeune femme lui montra notamment sa chambre (qu'il la repère, quand même, ça peut être pratique) et la salle de bains en lui disant qu'il pourrait s'en servir à sa guise. Après une journée comme la leur, un bon bain bien chaud ne pouvait être que le bienvenu.
Le tour des lieux se termina par une chambre, la plus spacieuse du chalet avec la sienne. Quand ils arrivèrent devant elle les fit s'arrêter et fournit quelques indications à monsieur le presque-touriste.

« Cette chambre est normalement celle de mon père. Mais puisqu'il n'est pas là et qu'elle est plus confortable que la chambre d'ami, tu peux y dormir. » Elle prit alors les devants et ouvrit la porte, pour la lui tenir en l'invitant à entrer d'un mouvement de bras. « N'hésites pas à prendre tes aises. Ah et... » Elle se dirigea vers l'un des placards, qu'elle fouilla pour en tirer un pyjama neuf. « Il devrait t'aller ! » Dit-elle en allant le poser sur le lit. « Voilà, je pense que c'est tout... »

Aria regarda alors l'heure grâce à l'horloge posée sur la table de chevet. Dix-huit heures, déjà ? Tout s'était enchaîné si vite qu'elle n'avait pas vu les heures défiler. Au moins ils n'avaient pas besoin de penser au dîner, puisqu'il restait des pâtes à la bolognaise du précédent repas.
Par la suite ils passèrent chacun leur tour par la case salle de bains. Pendant qu'Earl se rinçait le corps, la sang-pur lui sortit des vêtements propres et mit ceux dont il s'était débarrassé dans la machine à laver. Quand tous leurs vêtements sales furent réunis dans le bac elle lança le programme. Puis ils migrèrent vers la cuisine, réchauffèrent le plat, mirent la table et mangèrent tranquillement tout en bavardant un peu. Même si elle avait bu quelques décilitres de sang dans la journée, se remplir l'estomac avec quelque chose de chaud lui fit du bien. Regulus partagea son avis, il fut heureux de voir un beau morceau de viande bien fraîche dans sa gamelle.
Une fois les assiettes vides et placées dans le lave-vaisselle avec les couverts, ils préparèrent un plateau garni d'une théière, de deux tasses, d'une sucrière et de petits gâteaux. Le tout fut placé sur la table basse du salon, après quoi Aria tenta de réfléchir à une occupation. Mais ne sachant pas ce qu'Earl aimait faire, elle lui demanda tout simplement :
« Il y a quelque chose que tu aimerais faire ? Un film qui te ferait envie ? »
Tout en posant cette question, elle se rendit compte qu'elle espérait par là même en savoir un peu plus sur lui et ses goûts. Mais en quoi cela lui importait-il ?



~ Une rose de Ruru ♥ ~

Mine ~ I love you ♥ :
 
Cadeaux & autres :
 
Leagues et Fan clubs :
 
Fée

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Coeurs : 90 Messages : 153
Couleurs : Brown & Burlywood
J'ai traversé le portail depuis le : 02/11/2013 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Earl Sky Grey Hottenberg Actuellement je suis : ... d'où ça te regarde? Il paraît que je ressemble à : Okita Souji | Hakuouki Shinsengumi Kitan + (IRL Ben Barnes) et à ce propos, j'aimerais remercier : Moi ♥ 83 + Kao pour la créa de la famille Hottenberg + tumblr pour les gifs ♥
Re: A new dawn, a new day ∞ Earl | Mer 29 Oct 2014, 00:31



A new dawn, a new day.❝I say love, it is a flower, and you its only seed.❞

L'
ambiance s’allégeant aussitôt, les deux jeunes gens se mirent à visiter les lieux. Earl suivit docilement sa guide, observant un peu partout autour de lui en écoutant les descriptions qu’elle lui faisait. Lorsqu’ils s’arrêtèrent dans la chambre qui, apparemment était celle du père d’Aria d’habitude, Earl se mit à réfléchir à toute vitesse et de manière désordonnée. Son père, hein… il fallait qu’il le rencontre. Après tout, à présent, il avait envie de la connaître, tout autant que sa famille et… mais quoi ? Earl se surprit lui-même à penser cela. Il était sérieusement en train de s’exciter tout seul à propos de ça, sans même que sa raison ait l’occasion de suivre ! Il était là avec elle, cela faisait un jour qu’ils se connaissaient à peine, et il songeait déjà à rencontrer son père. Il pensait comme s’il avait l’intention de la demander en mar-… Earl se racla la gorge, gêné par son propre cheminement de pensées, se concentrant sur le splendide visage de la jeune demoiselle en face de lui. Il lui offrit un grand sourire, se distrayant de ses idées pour le moins surprenantes. Elle était si adorable, à lui proposer la chambre la plus spacieuse. Elle aurait très bien pu le laisser dormir sur le canapé dans le salon – il l’aurait fait avec joie de toute manière, déjà fort heureux qu’elle ait accepté qu’il squatte ainsi sa demeure pour une nuit. Elle était vraiment toute pleine d’attentions, lui proposant même un pyjama. Un sourire tendre se peignit sur ses lèvres alors qu’il la regardait s’affairer à ce qu’il soit bien confortable. Franchement, s’il s’écoutait, il la prendrait dans ses bras- AH ! Encore ! Ça recommençait ! Mais bon sang… reprends-toi mec, arrête de jouer les pervers deux minutes ok ? Vraiment… il se passa la main sur le visage. Il reprit son sourire comme si de rien n’était.

« Merci beaucoup, cela me touche énormément que tu me laisses rester ici comme ça… »

Il se détourna ensuite doucement, reprenant avec grande difficulté le contrôle de ses émotions mais ne laissant rien paraître. Disons que cette journée avait été assez riche en action, il avait déjà montré mille facettes de sa personnalité à Aria, même des choses que certains de ses amis proches n’avaient jamais vues. Et voilà qu’il se mettait à penser de manière toute romantique. Certes, il avait compris ses sentiments, mais cela avait quelque chose de très… dérangeant. Earl n’avait pas l’habitude. La dernière fois qu’il avait été amoureux remontait à l’époque où il était en plein milieu de l’adolescence, celle qui te booste d’hormones et te rend totalement sentimental sans raison, t’emportant dans des relations amoureuses qui n’ont pas de bases et qui en réalité sont creuses. Donc disons que bien qu’il ait de l’expérience avec les filles, les sentiments étaient une toute autre chose. L’amour, avec un grand A n’avait encore jamais frappé à sa porte… jusqu’à ce jour.

Tous ces symptômes ridicules et pourtant renversants étaient au rendez-vous pour l’obliger à faire face à la réalité : il était tombé pour elle. Son cœur battait plus fort sans raisons, son esprit dérivait sur des sujets qu’il n’abordait jamais d’habitude, il avait tant envie de l’avoir près de lui que cela en paraissait stupide – ils étaient dans la même pièce, ce n’est pas comme si elle allait soudain disparaître dans un nuage de fumée – le son de sa voix l’enchantait et son adorable visage lui donnait une irrépressible envie de sourire. Et ses joues bon sang – tout à l’heure, il avait rougit. Mais vous vous rendez compte ? Earl ne rougit. Jamais. Enfin, très rarement, disons. Il n’est pas timide, il est même plutôt extraverti. Il n’est pas peureux, et est difficilement gêné – ou en tout cas ne le laisse pas paraître. Et pourtant, il avait piqué un fard. Et à plusieurs reprises en plus ! Il avait senti la chaleur lui monter au visage, et ses doigts trembler imperceptiblement tandis que des papillons s’envolaient dans son ventre. Foutez-vous de moi ! Earl-Sky, oui, je parle bien de cet Earl-Sky (et en même temps tu connais beaucoup de gens qui s’appellent Earl-Sky toi ?) était amoureux. Profondément, irrémédiablement amoureux.

Il n’arrivait pas à croire que son cœur ait flanché si vite pour elle, en une seule petite journée, qu’il y ait eut tant de changements. Il n’avait pas tenté de le nier, mais plus il y pensait plus… arrrgh. Tandis que son sens du devoir se calmait, un tas de prises de consciences « annexes » étaient arrivées d’un coup, et cela le laissait pantois, totalement hébété. Il alla prendre sa douche lorsque ce fut son tour, plongeant sous le jet d’eau brûlant avec volupté, digérant peu à peu tout cela tout en se frottant avec du savon odorant. Bien entendu, comme tout le monde, il se doutait qu’un jour cela arriverait sûrement, mais que ce soit si soudain… Mais plus il pensait à son sourire, plus il semblait accepter tout ce qui allait avec. Oui, aussi stupide que cela puisse paraître, je crois bien que je l’aime…. Bon sang ! Qu’est-ce que c’était étrange comme pensée !!!

Bref, lorsque notre héro aux cheveux mordorés et au corps d’adonis eut terminé sa toilette, il rejoignit sa chambre d’emprunt – en serviette, donc vous imaginez la scène, mais il s’est dépêché, disons que se retrouver face à celle qui faisait battre son cœur vêtu juste d’une serviette pour le bas de son corps n’était pas forcément idéal sauf s’il souhaitait la charmer avec son corps mais bref passons ce commentaire était tout à fait inutile – et y trouva des vêtements propres dans lesquels il se glissa avec gratitude. Elle pensait vraiment à tout, c’était trop mignon.

Il la rejoignit ensuite en bas, où ils s’occupèrent du linge puis de manger les restes de pâtes du midi. Une ambiance agréable s’était installée entre eux, le mur sans émotion de la vampire ayant totalement fondu, étant plus naturelle et spontanée, montrant plus d’émotions bien que plutôt timides. La douche avait réussi à calmer un peu le beau fae qui à présent se contentait de ne laisser aucun mouvement de la demoiselle échapper à son regard, puisque c’était tout ce qu’il pouvait faire à présent. Il ne pouvait certainement pas lui avouer quoi que ce soit ou (pire) lui faire des avances plus physiques, cela allait à l’encontre de ses manières en général et il refusait de faire quelque chose d’aussi peu mesuré. Si ce qu’il ressentait à son égard était assez fou et impressionnant pour une connaissance d’une journée seulement, alors elle ne pouvait pas raisonnablement avoir les même. De toute façon il ne voulait pas se laisser imaginer quoi que ce soit.

Un fois le dîner terminé, ils migrèrent au salon où Aria lui proposa des activités. Un film paraissait bien, après une journée pareille, se changer les idées avant d’aller se coucher ne serait pas plus mal. Bon après, il avait des goûts assez variés niveau film… Il fit un large sourire chaleureux, s’installant dans le canapé.

« Hmmm… Un film serait sympa ! J’ai des goûts assez variés… voyons cela… »

Aria lui montra l’impressionnante collection de films qu’elle possédait – pas étonnant que ce soit une maison de vacances – et ils se décidèrent finalement pour Avengers. Un bon film d’action qui leur permettrait l’un comme l’autre de se changer les idées ; et d’ailleurs, c’est un plutôt bon film. Earl se plongea rapidement dedans, buvant calmement sa tasse de thé brûlante. Il allait vraiment bien. Il était près d’une personne qui lui était très chère, il était détendu et enfin serein. Ce soir, il dormirait bien, de plus la perte de sang de plus tôt – qui n’était à ses yeux pas une réelle perte puisqu’il avait pu sauver Aria avec – l’avait fatigué plus qu’il ne l’aurait pensé. A moins que ce ne soit juste la totalité des évènements de la journée qui avait fait qu’à présent, il n’espérait qu’une chose : pouvoir profiter d’un bon sommeil réparateur. A la fin du film, ils discutèrent un peu, un simple bavardage léger et agréable, puis après avoir débarrassé les dernières tasses et assiettes de la table basse, s’escortèrent mutuellement à l’étage. Un fois rendu devant la porte de la chambre d’Aria, Earl lui fit un sourire tout doux, lui souhaitant bonne nuit de son ténor velouté. Il s’apprêtait à s’écarter, puis se tourna à nouveau vers elle, lui portant son regard si franc et empli de tendresse.

« Merci pour tout, Aria. »

Leurs yeux restèrent mêlés quelques instants comme si aucun des d’eux n’avait envie de briser le contact de leurs regards, puis avec douceur, il se tourna pour se diriger vers sa chambre. Une fois entré, il se enfila le bas de pyjama – il préférait dormir torse-nu – puis il se glissa sous la couette, fatigué et pourtant réellement satisfait. La fatigue et le sommeil s’emparèrent de lui dès que se paupières furent closes, l’emportant dans le royaume de Morphée. Dans son sommeil, Earl esquissa un sourire alors que dans ses rêves, l’harmonieux visage d’Aria resplendissait de joie.


Love is in the aiiiir ♥



♥:
 

LIGUES-PRO & FANCLUBS:
 
Vampire Sang Pur

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Aria S. A. Ashcrown
Vampire Sang Pur
Coeurs : 50 Messages : 410
Couleurs : Silver
J'ai traversé le portail depuis le : 02/04/2014 et on me connaît sous le nom de : Bunny Mon nom est : Aria Stella Althéa Ashcrown Actuellement je suis : amoureuse, célibataire et hétéro' Il paraît que je ressemble à : Calista [TLS] & Kisara [YGO!] (IRL : Caitlin Stasey) et à ce propos, j'aimerais remercier : Hika pour l'avatar ♥, Nate pour le gif EarlAria **
Re: A new dawn, a new day ∞ Earl | Lun 03 Nov 2014, 21:28



A new dawn, a new day.❝I say love, it is a flower, and you its only seed.❞
Aria avait pris son rôle d'hôtesse de maison/guide très au sérieux. Non seulement parce qu'elle était du genre à vouloir faire les choses comme il fallait, mais aussi parce que le bien-être d'Earl lui importait ; elle voulait qu'il se sente le plus à l'aise possible. C'était le moins qu'elle puisse faire pour rembourser sa dette, non ? Laisser dormir celui qui nous a sauvé la vie deux fois en une journée sur un canapé, aussi confortable celui-ci pouvait-il être, n'était pas une belle preuve de reconnaissance.
Oui, c'était tout aussi naturel que le fait qu'elle ait accepté de le laisser dormir au chalet. Quoi que, cela n'avait pas été aussi naturel que cela, tout compte fait. Il était quasiment un inconnu, et pourtant la demoiselle n'avait pas hésité bien longtemps. Sans doute parce qu'au fond elle ne le considérait pas vraiment comme un étranger, mais comment expliquer cela ?  Comment se faisait-il que le jeune homme s'était bien plus rapproché d'elle en une journée, que certaines de ses connaissances en un siècle ? Bon en même temps, rares étaient ses connaissances possédant ce truc, ce petit quelque chose qui l'apaisait. C'était très étrange, mais plus ils passaient du temps ensemble, plus la vampire se sentait bien près de lui. De plus, il faisait partie des rares personnes qui lui paraissaient sincères et fiables – soyons logiques : dans le cas contraire, elle ne le laisserait pas passer la nuit au chalet alors que personne d'autre ne s'y trouvait.

Personne d'autre... Voilà un détail qui la frappa alors qu'ils étaient dans la chambre de son père adoptif, juste après qu'elle ait répondu aux remerciements de Earl par :
« Tu n'as pas à me remercier, c'est le moins que je puisse faire. Tu m'as sauvé la vie et maintenant tu veilles sur moi, ce serait plutôt à moi de te remercier. Et à vrai dire, te savoir ici me rassure... »
Si au début son ton avait été vif voir un peu précipité, vers la fin elle avait un peu baissé le ton, en se disant qu'elle en dévoilait trop. Aria détacha son regard de celui de son interlocuteur, en se pinçant doucement la lèvre inférieure de sa canine. Sa dernière phrase lui avait complètement échappé.
C'est ce moment que les rouages de son esprit choisirent pour lui indiquer qu'ils n'étaient que tous les deux. Juste pour le plaisir d'obtenir une accumulation de faits embarassants. Cela la mit quelque peu mal à l'aise : elle allait passer la nuit seule avec un homme. Avec Earl. Était-elle plus nerveuse parce qu'il s'agissait de lui, ou parce que ce n'était pas dans ses habitudes d'avoir une telle intimité avec le sexe opposé (mis à part Eril et Zeno, mais ils ne comptaient pas puisqu'ils étaient de sa famille), et qu'elle avait du mal avec les hommes ? Soudain, la jeune femme sentit ses joues chauffer doucement et son cœur accélérer légèrement. Heureusement, elle ne mit pas longtemps à refréner le phénomène.

Bon sang, pourquoi fallait-il qu'elle soit encore plus sensible lorsque le séduisant brun qui allait squatter pour la nuit était concerné ? Et puis, c'était parfaitement idiot de stresser pour cela. Ce n'était pas comme s'ils allaient partager le même lit, une épaisse cloison les séparerait. Donc, c'était parfaitement idiot. C'était elle, quoi. Sur cette pensée Aria se calma, puis ils passèrent de l'étape visite à l'étape douche.
Et je vous l'assure, elle n'était pas une voyeuse perverse. Mais le fait est qu'elle vit brièvement Earl sortir de la salle de bains recouvert d'une simple serviette pour camoufler son intimité. L'immortelle à la chevelure argentée se retourna immédiatement bien sûr, mais n'empêche qu'elle était devenue rouge pivoine de la tête aux pieds. Le pire, c'était qu'il était drôlement bien sculpté, il devait s'entretenir régulièrement pour avoir un physique pareil... Non, Aria Stella Althéa Ashcrown, on  a dit que tu n'étais pas une voyeuse perverse ! Vires ça de ta tête, tout de suite !
Autant dire qu'elle eut du mal à mettre de l'ordre dans ses pensées avant de se retrouver sous le jet d'eau. Tout était si perturbant depuis que la journée avait commencé, qu'elle en était à se demander si ce n'était pas juste un long rêve...

Mais les petites douleurs qui la tiraillaient ça et là l'assuraient du contraire. Tout comme les différentes réactions que le fae lui avaient tirées, d'ailleurs. Elles étaient bien trop intenses pour un rêve, tellement qu'elles la perdirent dans le vaste courant de ses pensées alors qu'elle se lavait. Bah, de toute façon, Aria ne souhaitait pas que sa rencontre avec Earl et leur journée sot une simple création de son imaginaire. Elle préférait qu'il soit bien réel. Qu'ils puissent continuer à parler, qu'il lui sourisse encore avec douceur. Bref, ce n'était pas tout de rêvasser, mais il fallait aussi se nourrir. Enfin c'était surtout vrai pour son invité, le pauvre devait quand même avoir un creux.
Durant le repas, la sang-pur qui était désormais plus calme et posée se surprit à être plus expressive que d'habitude. Plus spontanée. Elle se sentait rafraîchie, allégée d'un poids. Ce n'était pas désagréable du tout, être sérieuse et fermée en permanence était fatiguant à la longue. Là, elle avait trouvé un petit oasis de tranquillité. Leur discussion n'en fut que plus animée et intéressante (ayons une pensée pour ceux qui essayent de communiquer avec des murs). Et si on y réfléchissait, ce devait être la conversation la plus banale ainsi que la plus amusante qu'ils avaient eu jusqu'ici ; ils se sont donc respectivement découverts de nouvelles facettes.

Leurs estomacs remplis, il ne restait plus qu'à nos deux jeunes gens de trouver une occupation (ils n'allaient tout de même pas se coucher si tôt, bien que les dernières heures aient été éprouvantes). Bien sûr passer la soirée à discuter était une option, mais pas une bonne idée de l'avis d'Aria : il y avait des risques qu'ils s'endorment une nouvelle fois sur le canapé, or on faisait plus confortable. Ainsi elle lui demanda à Earl ce qui lui plairait (pour ne pas se retrouver comme une crétine à les lancer sur quelque chose qu'il n'aimait pas) et, finalement, ils se décidèrent sur le film Avengers. C'était ce qu'on appelle un blockuster, et surtout une superproduction américaine qui avait connu un succès fou dans les salles de cinéma. Elle-même appréciait ce film, qu'elle suivit sans en perdre une miette tout en sirotant distraitement son thé.
L'action était présente tout le long, bien qu'elle connaisse des hauts et des bas, ce qui la maintint éveillée jusqu'au bout. Après les crédits et la fin cachée vinrent évidemment les commentaires sur le long-métrage, étonnamment leurs avis concordaient sur pas mal de points ce qui facilitait leur parlotte. Cependant ils n'avaient pas l'énergie de disserter jusqu'à pas d'heure, c'est donc bien rapidement qu'ils débarrassèrent la table basse, éteignirent les lumières du premier étage et grimpèrent les escaliers.

Le silence dans lequel ils montèrent n'était pas celui, désagréable, du tracas. Il était plus causé par leur fatigue, et la satisfaction d'avoir passé une bonne soirée. Ce fut Earl qui le brisa, tandis qu'ils étaient chacun postés devant la porte de leur chambre. Son regard dirigeait vers notre Ashcrown une vague de tendresse qui la submergea ; c'était une inondation de chaleur, qui lui procura une sensation de confort inouïe. Comment pouvait-elle ne pas lui faire confiance, quand il posait sur elle un regard aussi doux ? Ou n'éprouver aucune sorte d'attirance, alors qu'il la faisait se sentir à l'aise ? C'était impossible.
Aria étira les lèvres pour rendre son sourire au jeune homme.
« Merci à toi, Earl. » Suite à cela ils restèrent un moment sans rien dire, à se fixer simplement. À croire qu'ils ne voulaient pas se séparer. Durant ce moment de calme, elle crut sentir un échange ; mais finalement, elle rompit cet instant en prononçant un doux « Bonne nuit » avant de pousser lentement la porte de sa chambre. Une fois celle-ci franchie et refermée, la vampire s'y adossa un instant en fermant les yeux. Elle se sentait si étrangement heureuse, cela se vit au sourire qui flotta sur son faciès.
Bon, ce n'était pas tout, mais elle avait besoin d'un peu de repos. Elle ne resta donc dans cette position qu'une poignée de secondes seulement, avant d'enfiler une nuisette puis de se glisser sous sa couverture.

Il ne lui fallut pas longtemps pour tomber dans les affres du sommeil. Cependant, si au début sa nuit fut paisible, au bout d'un moment cela se déteriora.
Un cauchemar. De ceux qui nous coupent le souffle et nous font trembler dans notre sommeil. Qui nous empêchent de trouver le repos. Nous tétanisent de peur.
Elle savait que c'était faux. Qu'elle n'était pas vraiment dans une forêt sombre, en pleine nuit d'hiver, en train de courir pour préserver sa vie. Les hommes et le grizzli de tantôt n'étaient pas en train de la chercher comme un chasseur vicieux cherche sa proie : lentement, méthodiquement, en la poussant vers l'épuisement total. En la torturant aussi bien physiquement que mentalement.
Aria n'était pas en danger, et en avait conscience. Cependant, elle n'arrivait pas à se sortir de ce cauchemar digne d'un film d'horreur. Elle se sentait prisonnière de ces bois, de cette traque, de son propre subconscient. Dans son lit, son corps endormi se débattait faiblement en réaction au stress de cette situation imaginaire.
Mais rien n'y faisait. Elle n'avait plus qu'à attendre la fin pour être délivrée de ce supplice. Dans son « rêve » elle se réfugia derrière un tronc, haleta quelques secondes, puis se laissa glisser le long de l'écorce pour s'accroupir et enfouit son visage en entourant ses jambes de ses bras.

Soudain on l'attrapa par le bras pour la soulever de terre, en lui prodiguant quelques encouragements. Surprise par cette intervention inattendue, la demoiselle leva le regard vers l'inconnu. Mais elle n'eut pas le temps de voir son visage.
Son réveil se fit dans un sursaut. Elle inspira bruyamment, goulûment, comme si on venait de maintenir sa tête immergée plusieurs dizaines de secondes. Sa respiration était rapide, ses yeux, grands ouverts sur l'obscurité. Il lui fallut un bon moment pour se ressaisir ; quand Aria y parvint enfin elle tenta de se rendormir, en vain. Elle en avait très envie, pourtant.
Au lieu de tourner vainement pendant une bonne heure, elle décida de se dégourdir un peu les jambes – et d'en profiter pour s'hydrater, parce qu'il y avait un désagréable goût de sang dans sa gorge irritée. D'ailleurs, quand notre bretteuse se leva, ses jambes étaient si faibles qu'elle eut l'impression d'avoir réellement couru un marathon au milieu des arbres. Que c'était désagréable.

Boire un peu d'eau lui fit le plus grand bien. Cela fait elle remonta à l'étage, seulement au lieu de retourner dans son lit, elle s'arrêta devant une autre chambre et y rentra en silence. À l'intérieur Earl était en train de dormir paisiblement, mais ce n'est qu'une fois installée qu'Aria se rendit compte qu'il y avait déjà quelqu'un dans le lit. S'était-elle trompée de pièce ? Bah, ce n'était pas si grave... L'esprit embrumée, la jeune femme à moitié endormie assimila cette présence à celle d'Eril – après tout, c'était lui qui dormait ici en général. Et si c'était son père adoptif, alors elle s'en fichait bien ; il y avait assez de place pour deux, elle était bien trop épuisée pour se relever, et ça n'aurait pas été la première fois qu'ils auraient dormi ensemble. Collant son dos à celui de son voisin, elle ferma les yeux en laissant la chaleur humaine ainsi diffusée la relaxer.
Et ainsi la jolie vampire se rendormit, sans se douter de la surprise qui l'attendait au réveil.



~ Une rose de Ruru ♥ ~

Mine ~ I love you ♥ :
 
Cadeaux & autres :
 
Leagues et Fan clubs :
 
Fée

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Coeurs : 90 Messages : 153
Couleurs : Brown & Burlywood
J'ai traversé le portail depuis le : 02/11/2013 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Earl Sky Grey Hottenberg Actuellement je suis : ... d'où ça te regarde? Il paraît que je ressemble à : Okita Souji | Hakuouki Shinsengumi Kitan + (IRL Ben Barnes) et à ce propos, j'aimerais remercier : Moi ♥ 83 + Kao pour la créa de la famille Hottenberg + tumblr pour les gifs ♥
Re: A new dawn, a new day ∞ Earl | Ven 07 Nov 2014, 10:41



A new dawn, a new day.❝I say love, it is a flower, and you its only seed.❞

Ê
tre amoureux. C’est un concept très abstrait, vous ne trouvez pas ? Beaucoup pensent que tout le monde le voit et le vit de manière différente. Pourtant, beaucoup tombent d’accord sur des symptômes qui reviennent systématiquement. Earl-Sky avait toujours pensé que c’étaient des idioties, bien qu’il respecte lorsque quelqu’un avouait être fou amoureux d’une personne. Pourtant, aujourd’hui, il avait traversé toutes ces choses dont il avait tant entendu parler chez ses amis au lycée ou encore dans des magazines qui traînaient dans la chambre de sa sœur par exemple. Et encore une fois, son petit cœur et son esprit travaillaient de paire pour ne pas lui laisser oublier ses sentiments naissants. Morphée et Hypnos s’amusaient à piocher dans son cerveau endormi pour lui envoyer maintes images de celle qui à présent était au centre de son monde. Cette nuit là, Earl dormit comme un loir.

8 : 30.
Il est assez tôt (nous parlons d’Earl je vous rappelle), mais Earl émerge peu à peu de sa torpeur agréable. Il n’ouvre pas les yeux pourtant et reste le nez fourré dans son oreiller, profitant de la chaleur de ses couvertures. Il pourrait très certainement rester dans cette position pendant une heure ou deux, tellement il se sentait à l’aise. Il serre un peu plus un autre oreiller contre lui, l’entourant de ses bras langoureusement. Earl n’est pas très matinal, et il a tendance à être grognon au lever. Pourtant, ses sens s’éveillent doucement, et avec, il se met à percevoir son entourage. Il se rappelle. Il se trouve chez Aria – son cœur se met à battre un peu plus fort lorsqu’il repense à son visage – et elle l’a laissé dormir dans cette chambre. Il sourit aux anges, se rappelant de cette autre « légende » à propos des amoureux : la première chose à laquelle je pense en me levant, c’est elle. C’est drôle comment il arrivait déjà à s’habituer à l’idée qu’il était tombé pour elle. En dehors de la couette, la pièce est un peu froide – raison de plus pour rester bien enfoncé dans les couvertures – mais ça ne le gêne pas trop. Il respire à fond et reconnait l’odeur de la jeune fille qu’il aime. Ca sent trop bon… presque comme si elle était près de lui, dans le lit. Earl se moque intérieurement de lui-même, à avoir des pensées aussi inadaptées, mais un coin de son cerveau mobilise rapidement son attention embrumée. Il n’y a pas que la respiration d’Earl qui sonne à ses oreilles.

Se rendant compte de cela, le jeune homme interrompt ses pensées pour se concentrer sur ce son, léger et régulier. Une personne qui dort ? Oh non. Non non non non non… Earl, qui était couché sur son flanc, ouvre les yeux doucement, retenant presque sa respiration et… son cœur manque un battement. Aussi belle qu’un ange, Aria est paisiblement endormie, le visage à quelques centimètres du sien. Et il se rend également compte que ce qu’il croyait être un oreiller n’était autre qu’elle. Et il la serre contre son torse nu, ses bras enroulés autour de sa taille. Béat, le jeune homme reste quelques instants sans réagir, à fixer ce magnifique visage. Son ventre se tord brutalement et son cœur ne veut cesser d’accélérer sa course. Et bon sang… elle ne porte qu’une nuisette !!!

Earl tente de détourner son regard pour arrêter de le laisser vagabonder et finit par fermer ses yeux, ne sachant quoi faire d’autre. calme toi, calme toi, calme toi bon sang… Il n’ose plus bouger, de peur de la réveiller. Mais comment ce sont ils retrouvés dans cette situation ? Il n’aurait quand même pas marché jusqu’à sa chambre pendant la nuit… ? Un coup d’œil au plafond contredit sa pensée immédiatement. Ce n’était pas la chambre de la jeune fille mais la sienne. Mais alors, comment s’était-elle retrouvée, elle dans son lit ? La question plana dans son crâne tandis qu’une série de réponses chaotique s’enchaînait dans son cerveau. Elle était si délicate et… sans défense. Cela lui donnait encore plus envie de la protéger, bien que le problème… c’est que ce serait plutôt de lui-même qu’il devrait la protéger à l’instant présent. Il se mordit la lèvre inférieure. Et je fais quoi maintenant ?





♥:
 

LIGUES-PRO & FANCLUBS:
 
Vampire Sang Pur

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Aria S. A. Ashcrown
Vampire Sang Pur
Coeurs : 50 Messages : 410
Couleurs : Silver
J'ai traversé le portail depuis le : 02/04/2014 et on me connaît sous le nom de : Bunny Mon nom est : Aria Stella Althéa Ashcrown Actuellement je suis : amoureuse, célibataire et hétéro' Il paraît que je ressemble à : Calista [TLS] & Kisara [YGO!] (IRL : Caitlin Stasey) et à ce propos, j'aimerais remercier : Hika pour l'avatar ♥, Nate pour le gif EarlAria **
Re: A new dawn, a new day ∞ Earl | Dim 23 Nov 2014, 02:33



A new dawn, a new day.❝I say love, it is a flower, and you its only seed.❞
Il pouvait arriver à n'importe qui, de faire des erreurs bêtes par fatigue. Mais de la à être assez étourdie pour se tromper de chambre, puis se dire en se rendant compte que quelqu'un dormait déjà ici qu'il s'agissait d'une personne se trouvant à plusieurs kilomètres de là ? Aria devait être encore plus fatiguée qu'elle ne le pensait. Et puis comment avait-elle pu confondre les deux hommes ? Ils n'avaient même pas des carrures identiques - semblables peut-être, mais sans plus. De plus elle en connaissait un depuis un paquet de décennies, tandis que sa rencontre avec le second était toute récente. Ou du moins dans les faits, parce qu'au fond, elle n'arrivait pas à le considérer comme un étranger. Mais pour quelqu'un alliant pudeur et méfiance envers le sexe opposé, et qui n'avait jamais dormi avec un homme à l'exception de son père, la plus forte des affinités ne suffirait pas à empêcher ce qui allait se produire à son réveil. Allons Blanche-Neige, n'es-tu pas heureuse d'avoir un prince à tes côtés ? Il ne manquerait plus qu'il te réveille par un doux baiser d'amour, et on pourrait se croire dans un conte. C'est le rêve de toutes les filles, non ? Peut-être, mais celle-là n'avait pas la bonne mentalité pour accepter avec joie ce genre de surprise. Autant dire que si Earl avait fait ce coup, aussi gentil puisse-t-il être et malgré tout ce que tu lui devais, elle n'aurait pas hésité à le mettre à la porte, sans lui laisser le temps de s'habiller - mais s'en serait ensuite voulue de lui avoir infligé ce traitement.

Quoi qu'il en soit, la jeune femme ne pouvait nier qu'elle dormit extrêmement bien. Peu de personnes avaient ce quelque chose qui l'apaisait - pour tout dire elle n'en connaissait que trois ou quatre au total -, calmaient par leur simple présence ses nerfs si souvent à vif. Pour tout vous dire, ils se comptaient sur les doigts d'une main. Pourtant ce matin-là, elle qui avait plutôt tendance à souffrir de troubles de sommeil que de paresser au lit le matin, se sentit alourdie par la décontraction en émergeant. Aria eut l'impression d'être dans une petite alcôve conçue spécialement pour elle. Un cocon personnel, douillet, chaud et rassurant. Le bien-être à l'état pur. Si seulement cela avait pu durer !
Cela dit, se retrouver près d'un homme vêtu uniquement d'un bas au réveil, sans trop comprendre le pourquoi du comment, vous conviendrez que ça pouvait provoquer une légère panique. En particulier lorsque la veille, on avait échangé un baiser avec l'homme en question – et qu'on éprouvait une certaine attirance pour lui. Certains événements de la veille avaient été embarrassants pour elle, eh bien de toute évidence la série n'était pas finie. A force, elle allait finir par ne plus éprouver aucune honte devant Earl, ni d'étonnement face à ses réactions inhabituelles – ça, ça viendra quand ses sentiments auront évolués un peu et qu'elle les aura compris.

Bref, il est temps pour moi de vous raconter ce réveil presque – par là je veux dire de loin, dans la nuit et en pleine forêt – comme les autres.
Au début, durant cette période où on est presque réveillé, Aria n'avait conscience de rien à part du confort et de la chaleur qu'elle ressentait. Elle avait vaguement l'impression d'être collée à quelque chose ayant une température humaine, mais ne se posa pas de question : quand on est encore dans les vapes et qu'on se sent aussi bien, on se contente d'en profiter.
Puis ses sens se réveillèrent petit à petit, sans que son cerveau ne suive. C'est le moment où on sent qu'on ne dort plus vraiment, sans être tout à fait réveillé pour autant. Quand la sang-pur arriva à ce stade elle protesta en poussant un râle, qui se traduisit par un « mhhh » plaintif, tout en se blottissant contre la source de chaleur toute proche. Elle aurait bien aimé se rendormir, seulement son esprit ne tarda pas à entamer le processus de mise en route, l'en empêchant définitivement. Un soupir aux lèvres, elle songea qu'au moins elle ferait une grasse matinée.
C'est à ce moment qu'elle se rendit compte que quelque chose clochait. Pourquoi le traversin (?) contre lequel elle s'était réfugiée était aussi large, ferme et tiède ? Pourquoi avait-elle l'impression qu'on lui ceignait la taille ? Et surtout, pourquoi avait-elle l'impression de ne pas être seule sous la couette ?

Ma foi, c'était sans doute parce que ce n'était pas le cas. Son toucher lui transmit alors la sensation d'une peau lisse contre la sienne, et son odorat une délicieuse odeur mêlant au savon du chalet une note musquée typiquement masculine.
Soudain, Aria ouvrit les yeux en sentant son cœur tonner plus vigoureusement. Toute torpeur l'avait quittée, laissant place à une stupeur mêlée d'incompréhension et de frayeur. Pourquoi y avait-il quelqu'un, un homme qui la tenait par la taille de surcroît, dans son lit ?
Dans son champ de vision apparût un cou doté d'une pomme d'Adam ; elle avait calé sa tête à quelques millimètres de celui-ci quelques instants plus tôt, en voulant s'accoler un peu plus à une source de chaleur dont la nature et l'origine ne l'avaient jusque là pas intriguée. Dans son sommeil elle avait inconsciemment placé ses avants-bras contre le torse du jeune homme, ce qui lui fournit un bon appui pour prendre précipitamment ses distances avec ce corps masculin et ainsi voir le visage qui y correspondait. Notre Ashcrown reconnut sans mal Earl, et c'est avec tout autant de facilité que lui revint en mémoire leur baiser de la veille. Leurs visages étaient si proches qu'elle n'avait pas pu s'en empêcher. Cependant, ce souvenir était typiquement du genre à ne pas la laisser indifférente : elle sentit une bouffée de chaleur l'envahir.

Réagir en se rappelant un baiser... Que c'était gênant. Et nouveau pour elle, tout comme cette situation cocasse. Complètement déboussolée, Aria poussa un cri et sortit précipitamment du lit pour aller se coller au mur. Ensuite elle déglutit difficilement, pour articuler faiblement un « Earl... Que... ».
Si seulement elle avait pu se fondre dans la paroi derrière son dos. Elle aurait donné n'importe quoi pour changer de pièce, ne plus être soumise au regard d'Earl, ne plus l'avoir dans son champ de vision. Le simple fait de le voir la faisait presque trembler actuellement - d'ailleurs ses joues la brûlaient, signe qu'elle rougissait -, et bloquait toutes ses facultés mentales. Ou pour être plus exacte, elles étaient entièrement mobilisées sur le fait qu'ils avaient passé la nuit dans le même lit. En plus, la demoiselle ne portait qu'une nuisette ! Lorsqu'elle s'en rendit compte – enfin s'en souvint –, elle eut pour réflexe immédiat de s'accroupir à terre en fermant les yeux. Malheureusement la technique de l'autruche ne fonctionnait pas.
Mais comment en étaient-ils arrivés là ? Sa mémoire se mit alors en route pour répondre à cette question. Étrangement cela l'aida à se détendre un peu, la demoiselle put donc rouvrir les yeux et les porter vers le brun.

Aria réalisa à ce moment qu'il aurait très bien pu profiter de leur position, ne serait-ce que pour se rincer l’œil. Non, cette idée était ridicule, ce n'était pas comme s'il s'était passé quelque chose.... N'est-ce pas ? Le doute l'envahit soudain. Earl aurait très bien pu profiter de sa vulnérabilité durant son sommeil... Un frisson d'horreur secoua son échine, écho du tremblement qui saisit son esprit lorsque l'idée l'effleura. Non, il n'aurait pas osé, ce n'était pas son genre. Elle se força à positiver de la sorte pour se débarrasser de ces obscures pensées, mais ne put s'empêcher de se recroqueviller un peu plus sur elle-même.
Finalement, la vampire prit une grande inspiration et se lança.
« Tu es réveillé depuis longtemps ? » Demanda-t-elle difficilement. Elle s'était inconsciemment mise sur la défensive. Décidément, ce réveil était magnifique, parfait pour débuter sa journée rapidement.



~ Une rose de Ruru ♥ ~

Mine ~ I love you ♥ :
 
Cadeaux & autres :
 
Leagues et Fan clubs :
 
Fée

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Coeurs : 90 Messages : 153
Couleurs : Brown & Burlywood
J'ai traversé le portail depuis le : 02/11/2013 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Earl Sky Grey Hottenberg Actuellement je suis : ... d'où ça te regarde? Il paraît que je ressemble à : Okita Souji | Hakuouki Shinsengumi Kitan + (IRL Ben Barnes) et à ce propos, j'aimerais remercier : Moi ♥ 83 + Kao pour la créa de la famille Hottenberg + tumblr pour les gifs ♥
Re: A new dawn, a new day ∞ Earl | Dim 23 Nov 2014, 11:52



A new dawn, a new day.❝I say love, it is a flower, and you its only seed.❞

L
e corps entier du jeune homme s’était à présent tendu, en opposition avec la décontraction qu’il éprouvait seulement quelques minutes plus tôt. Que faire ? Que faire ?! Cette question passait en boucle dans son cerveau. Décidément, le sort se moquait vraiment de lui. Le faire tomber amoureux aussi soudainement pour qu’il se retrouve ensuite dans ce genre de situation ! Il devait y avoir une caméra cachée, c’est pas possible !!! Et bien entendu, tandis que lui était totalement désarmé sans savoir quoi faire, il sentit Aria remuer contre lui. Elle gémit en se réveillant. Elle ne devait pas s’être rendue compte de ce qu’il se passait… et Earl s’apprêtait à retirer ses bras d’elle en hurlant des excuses lorsqu’elle se raidit soudainement tout en s’écartant de lui en le repoussant avec ses avant-bras. Leurs regards se croisèrent.

Eh merde… Elle avait l’air à la fois choquée et déboussolée et parfaitement mal à l’aise. Ses joues d’habitude d’un albâtre parfait étaient devenues cramoisies et elle bondit bientôt en dehors des couvertures avec un cri, se collant au mur derrière elle. Earl se redressa en position assise, désemparé. Il leva ses mains mais ne sachant pas quoi en faire, les reposa de chaque côté de son corps. Et… oh non bon sang. Il détourna les yeux rapidement tandis qu’il piquait un fard – quoi ?! MOI je pique un fard ?! – . Oui, ce n’est pas parce qu’à présent notre belle endormie s’est éveillée qu’elle en est plus couverte… au contraire. Autant avant son corps était dissimulé en grande partie par la couverture. Ici, elle se tenait face à lui, ses jolies courbes épousées par la nuisette qu’elle portait. Et je peux vous dire que c’est un spectacle qu’Earl n’a pas détesté apercevoir. D’ailleurs, elle se rendit bien compte de cela à son tour et se recroquevilla contre le sol. Earl ne tourna pas tout de suite la tête vers elle, tentant de se calmer. Bons Dieux elle était bien trop jolie pour sa propre sûreté.

Il y eut un long silence gênant durant lequel les deux individus tentaient de recouvrir leurs moyens chacun de leur côté, deux vrais adolescents face au mystère de l’amour. Puis, la mélodieuse vois d’Aria s’éleva, incertaine et tremblotante. Doucement, Earl pivota son visage vers elle, la regardant bien dans les yeux – et non pas ailleurs, car oui le truc du « je te fixe dans les yeux » ça marche. Il s’éclaircit la gorge, qu’il fut surpris de découvrir sèche et serrée, avant de prendre la parole d’une voix tout aussi gênée que celle de la demoiselle.

« …Non, pas vraiment. Ca fait à peine quelques minutes. »

Il y eut un nouveau silence, encore plus pesant que le premier, puis Earl s’adressa à nouveau à elle.

« Hum… je… qu’est-ce que tu faisais dans mon lit… ? »

A présent, la gêne s’était un peu estompée, laissant place à une véritable curiosité. Earl arqua un sourcil tandis qu’une partie de lui-même se moquait de la situation. Franchement ? C’est trop drôle. Enfin… j’aimerais vous y voir, vous. D’ailleurs, bien que cela ne lui déplaise pas qu’Aria soit habillée de la sorte, il attrapa la couverture et se leva du lit. Doucement, il s’approcha d’elle sans faire de mouvements brusques, comme un soigneur ne voulant pas faire peur à un bébé animal, puis s’accroupit en face d’elle avant de l’enrouler dans les couvertures. Il lui fit un gentil sourire en la regardant avec tendresse. Elle était trop adorable comme ça, avec seulement sa tête décoiffée pointant du tas formé pas la couette enveloppée autour d’elle.

« Bon, ça n’a pas d’importance. Je suis désolé si je t’ai fait peur… mais j’avoue que tu m’as fichu la frousse à moi aussi ! »

Il rit de bon cœur, sachant très bien que ce ne devait pas être le même genre de peur qui les avait habités l’un l’autre. Disons qu’il n’y avait pas grand risque pour Earl de se faire abuser dans son sommeil pas une femme – non, vraiment pas. Imaginez-vous seulement la scène ! Pas possible. Il avait craint de passer pour un… euhm… gigolo, pervers, obsédé, tout ce que vous voulez. Mais bon, cela ne l’empêchait toutefois pas de se rapprocher d’elle tout de même. Sachant cependant qu’après cet incident, sa proximité ne serait probablement pas désiré, il se redressa souplement et fit un pas en arrière. Distraitement, il frotta son ventre où de fines tablettes de chocolat se dessinaient – pas genre Rambo, non, plus subtile. La situation était certes cocasse, elle n’en avait pas été moins dangereuse. Imaginez qu’il ait eu une espèce de fantasme dans son sommeil et qu’il se soit retrouvé à… lui faire des choses ?! Cette simple pensée l’accabla et il se passa nerveusement la main dans les cheveux, fronçant les sourcils pour lui-même. Quelle histoire, hein ? Difficile de protéger la femme qu’on aime quand on a peur de la blesser soi-même…

« Bon… cette situation est déjà suffisamment gênante ainsi. Veux-tu que je quitte la pièce ? »

Il eut un grand sourire, son humeur générale reprenant le dessus. Il avait toujours plein d’humour et se laissait difficilement gêner. Quoi ? Ah oui, une sorte d’extraverti, si vous voulez. Il s’avança vers la porte, s’adossant contre le mur juste à côté de celle-ci tout en attendant la réponse d’Aria. Il croisa les bras d’un air nonchalant, un sourire malicieux prenant place sur ses lèvres de David.


Désolée fallait que je parle de ses abdos à un moment donné. *sbafff*



♥:
 

LIGUES-PRO & FANCLUBS:
 




Contenu sponsorisé
Re: A new dawn, a new day ∞ Earl |

 
A new dawn, a new day ∞ Earl
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tales Of Symphonia : Dawn Of The New World
» Dawn of war et autre préview
» Machinima - Dawn of War - Le Dernier Ordre d'Idaeus
» Tourne, roue magique de Dawn Powell
» Pride and Prejudice and Zombies : Dawn of the Dreadfuls

Sanctuary of Heart :: Principaux lieux de l'île :: Montagnes-
Sauter vers: