Partagez | 
 

 I Need a Hero, to save my life... ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant




avatar
Invité
Invité
I Need a Hero, to save my life... ~ | Dim 16 Fév 2014, 21:03









NOM & HAYLEY

I Need a Hero to save my life


J'arrête de caresser Coussin et  baille aux corneilles. Je suis définitivement crevée. Tellement que je n'ai pas trouvé la force de faire les magasins ! J'ai rien foutu aujourd'hui. C'est tout simplement horrible.   Je devrais bouger, ça fait peu de temps que je suis à Sanctuary Of Heart, il serait bon de trouver du monde avec qui parler, ou à emmerder.  Je me lève d'un geste nonchalant et me poste devant mon miroir. Je prends une des très nombreuses brosses qui se trouve dans mon tiroir et commence  à me coiffer. Je marche par automatisme. Tient, il serait temps que je refasse ma teinture, les mèches roses commencent à partir en couille.
« Tu vas où?  me demande mon chat ailé préféré quoiqu'un peu chiant
Je sors un peu, j'ai rien foutu today et il serait temps que j'vois du monde.
Tu deviens sociable ! C'est bien ça, tu verras, la vie serait tout de suite plus joyeuse!
Te fais pas de faux espoirs toi, j'vais simplement chercher du monde à emmerder en fait.

Il soupire, décidément lui et moi ne nous comprendrons jamais. Il est bourré de belle vision du monde et de rêves de paix, il est trop mignon. ♥

Je me passe un gant d'eau froide sur le visage afin de me réveiller. Ca va tout de suite mieux !  Je me maquille, mascara, fond de teint, tout y est. J'assortis mes quelques percing à ma tenue du jour, prends un peu d'argent et sors. Où puis-je aller ?

Il est 19h, le soleil est au rendez vous et il fait bon quoiqu'un peu frais. Je sens à nouveau tous les regards posés sur moi, moi et toujours moi. J'aime ça. Je mets mes mains dans mes poches, sûre de moi.  J'avance dans les rue du quartier résidentiel, rien de bien intéressant. Je continue jusqu'à arrive au centre ville.

Une pancarte se dresse à une dizaine de mètres de moi. On y voit écrit en typographie manuscrite « taverne de Dyonisos ». Mhh.. De tête, une taverne c' est comme un bar mais en moins réglo. Enfin je crois.
Toujours est il que j'ai trouvé mon  occupation pour ce soir. J'peux rester jusqu'à 22h30 et après je rentrerais chez moi.  

Je poussa la grosse porte de bois lourde et me retrouve dans un autre monde. Il n'est que 19h20 et pourtant une ambiance festive règne déjà.  Les murs de terres sont sombres et le plafond semble soutenu ça et là par de grosses poutres en bois. Les tables, loin d'être alignées, sont recouvertes de tasses plus  ou moins vides. On trouve de gros sièges miteux et des canapés non en meilleur état.

Il fait humide et chaud, ça sent l'alcool à plein nez et il y a pas mal de monde, je commande un verre de jus d'orange-Vodka au comptoir, pas trop l'en faut, et vais m'asseoir à une table. Peu de temps après, un groupe de jeunes hommes -style plutôt normal, pas moches mais pas cannons non plus- vient me rejoindre. Ils sont apparemment déjà un peu bourrés mais rien de bien méchant.


« Hey ma jolie ! Ca te dirait de rester un peu avec nous ce soir ?   me lance-il sur un ton plutôt enjoué.
- Mhh.. Si vous voulez. Je suis gentille, je fais acte de présence, et même si ça n'a pas l'air d'être un groupe de mauvais bougres, j'ai appris à me méfier un peu.
-Rooh, sois pas timide comme ça ! On va rien te faire t'sais !   Me lance un de ses potes
MOI ? Timide ? Vous avez fumé les mecs. Je vais leur montrer. Je prends mon verre et avale son contenu d'un coup rapide et sec  et hausse un sourcil « j'suis toujours autant timide ? C'toi qui a trop bu mec. » Il éclate de rire et fait de même avec son verre. Mh, petit joueur, il tente de m'impressionner c'est tout, enfin j'ai de quoi passer la soirée. Après tout je ne suis pas venue pour me trouver un compagnon ou avoir une conversation sur le réchauffement climatique et son impacte sur la vie des escargots.  Je pourrais ainsi voir une fois de plus à quel point je suis supérieure au commun des mortels et moins mortels.

Nous discutons,  ça ne vole pas bien haut. Je commence à avoir chaud. Il faut dire qu'avec 5 verres d'alcool c'est normal. Je suis un peu perchée là. Je regarde ma montre, il est 22h, j'ai encore 30 minutes devant moi.

Je remets mes cheveux en place ainsi que mon haut. Je sens un bras passer au dessus de mon épaule, je tourne la tête surprise, mais je n'ai pas la la vitesse d'esprit  nécessaire pour le rembarrer. Tant pis, demain une fois plus en forme j'irais lui en coller trois.

« Tu veux que j'aille te chercher un autre verre ?» Me lance il avec un beau sourire. Je ne sais pas si c'est l'alcool qui veut ça mais je le trouve de moins en moins moche.  Je n'ai cependant pas le temps de répondre que non, j'ai assez bu comme ça qu'il revient avec un autre verre. Je regarde autour de moi, tout le monde semble bourré.  

Je joue avec le verre plein, il roule doucement entre mes doigts fins, je n'ai pas envie de boire, j'ai plus soif et ma tête commence à tourner :
« Alors, tu bois pas ? »
-J'ai plus soif. Puis j'vais pas tarder, c'tait sympa avec vous ce soir. » Il est évident que je mens, ils sont moches, 'fin un peu quand même, et leurs blagues vaseuses et remarques incessantes sans aucun sens ni fond commencent très sérieusement à me saouler. J'aime qu'on me dise que je suis belle et bonne, mais là ça en devient lassant.   Tout tourne, je crois que me pensées ne  sont plus claires, je ne distingue plus très bien le vrai du faux, je ne sais même pas si je pense ce que je devrais penser.

Je me lève doucement, ma tête me tourne.
« Aller, finis juste ton verre alors... »
Je lève les yeux au ciel, bois le contenu du verre et prend appuis sur mes deux mains afin de me lever. Je sens une main qui me retient, je me retourne vivement. Ai, ma tête. Ca tourne. Je me rassied et demande simplement : « qu'est-ce que tu veux ? » Je sens qu'on m'enlace par derrière, doucement, mais impossible de bouger « que tu restes avec moi pour la nuit ♥ »
J'écarquille les yeux, et me débat « J'ai un ami qui m'attends chez moi, j'peux pas là. » Il me mord l'oreille, je lui donne un coup de coude bien placé dans les côtes.
« Laisse moi tranquille. » Je ne suis pas très fière là, et j'ai perdu toute crédibilité.


Pour la première fois de ma vie sûrement, je lance un « AIDEZ MOI ». Malheureusement, seulement un petit cris arrive à sortir, je suis fatiguée et totalement perchée.

Je vois une petite boule de poils arriver vers moi, il se pose sur le siège à côté, il est furieux. Contre moi je crois, mais je ne suis pas d'humeur à tergiverser et de toute façon je ne peux pas.
« J'me suis inquiété parce que tu ne rentrais pas et que tu ne m'as pas donné d'heure!"

Il se jette sur l'autre gros ours et lui mort la joue. Peut être parce que je suis incapable de raisonner correctement, j'ai cru qu'il pourrait m'aider. Mais non. Il se retrouve violemment projeté contre le mur noir de terre d'en face.

Je me retrouve en un rien de temps couchée sur un canapé miteux, le pieds par terre mais le dos  bien plaqué, je sens son halène puant l'alcool tellement il est près de moi. Je le pousse mes de mes deux mains, autant que je le peux, et tante dans un dernier espoir un « PUTAIN MAIS QUE QUELQU'UN M'AIDE ».


Ca m'apprendra à être gentille et accepter de tenir compagnie à des thons.



HRP: Si quelque chose ne te va pas, et cela pour tout le Rp, envoie moi un mp !
HRP²: J'ai eu un problème de code, j'ajoute ton icon itoo quand cey réglé. °w°
Fée

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Earl-Sky G. Hottenberg
Fée
Coeurs : 90 Messages : 153
Couleurs : Brown & Burlywood
J'ai traversé le portail depuis le : 02/11/2013 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Earl Sky Grey Hottenberg Actuellement je suis : ... d'où ça te regarde? Il paraît que je ressemble à : Okita Souji | Hakuouki Shinsengumi Kitan + (IRL Ben Barnes) et à ce propos, j'aimerais remercier : Moi ♥ 83 + Kao pour la créa de la famille Hottenberg + tumblr pour les gifs ♥
Re: I Need a Hero, to save my life... ~ | Mer 19 Fév 2014, 16:04

Earl fit un sourire éclatant en regardant la caméra, posant de façon aussi naturelle qu’il respirait. Le photographe prit une série de photos puis annonça à tout le monde que la séance était finie. Earl soupira bruyamment. Il avait passé l’après midi à poser, mais à présent il se sentait satisfait. En réalité, il s’était fait à moitié harceler pendant deux mois entiers par une agence de mannequinat, et il avait enfin accepté une offre. Il savait que quand il accepterait, sa sœur en entendrait forcément parler. Mais maintenant c’était fait, alors au pire… Il souffla à nouveau puis remerçia les gens pour leur travail. Les maquilleuses gloussaient dans un coin en le regardant. Tout ça l’avait épuisé, alors il partit d’habiller rapidos avant de quitter le studio d’enregistrement. Une fois dehors et libre comme l’air, il se senti un peu mieux. Il avait beau se plaindre, au fond, ça lui avait pas trop déplu, ce boulot. Il recommencerait peut être.

A présent, il devait être à peu près 20 heures, et il avait tout bonnement la flemme de rentrer. Il s’étira donc longuement avant de se promener un peu. Il était à Skyworld, alors il passa devant trois tonnes de magasins, regardant distraitement les vitrines décorées. Il se sentait en pleine forme, et n’avait aucune envie de retourner au village. Il vagabonda donc un peu plus jusqu’à se retrouver devant les ruelles sombres. Le fait est, qu’il savait très bien où il allait. C’est pas un type paumé qui marche sans savoir où il va. Il connait cette ville comme sa poche, et avait déjà une petite idée en tête quand il avait commencé sa balade. Il continua d’avancer tranquillou, passant dans les ruelles les plus mal famées de l’île. Des immondices jonchait le sol, les pavés étaient humides et sales, irréguliers. Un vrai casse binette. Une goutière mal fixée au mur était limite en plein milieu du passage. Le jeune homme sourit. C’était vraiment le bordel ici, mais à un point ! Si jamais son père apprenait qu’il traînait dans des coins comme ça, il se demandait ce qu’il en penserait. Après tout il était adulte, il s’en fichait un peu, mais il était certain que ça ne plairai pas à sa famille un peu « richou ». Mais que voulez vous ! Rien de mieux pour aller boire un verre que d’aller à la taverne de Dionysos ! On a beau dire, c’est l’endroit où on trouve les meilleurs alcools ! Bien que la plupart des personnes y allant ne viennent pas pour apprécier la douce saveur d’un St Emilion 1953.

Alors qu’il s’approchait de sa destination, il croisa une fille aux cheveux blancs qui semblait jurer totalement par rapport à cet univers répugnant. Il la regarda partir plus loin avant d’entrer dans une vieille maison. C’était pas le plus idéal pour une jeune fille comme ça de vivre dans un endroit pareil, hein… Il haussa les épaules. Visiblement elle était en un seul morceau. Mais cela l’avait tout de même un peu intrigué.
Cette apparition lui dit oublier la violence des lieux où il entra quelques instants plus tard, et où il fut surpris de voir déjà des types en train de se rouler par terre. Il ne savait pas trop s’ils étaient en train de s’empêcher de tomber ou de se battre, tellement ils étaient souls. Il évita soigneusement la zone de turbulence et s’approcha du comptoir. Il s’y accouda et fit un sourire au barman.

« Hey, tavernier ! Comment ça va ce soir ? Y’a déjà de l’ambiance à ce que j’vois… »

Le tavernier en question connaissait bien Earl et il lui fit un bref sourire avant de lui faire une tape bourrue dans l’épaule. De toute évidence c’était sa façon de montrer son affection. Sa voix grave et puissante retentit.

« Ah, ça faisait longtemps ! Eh oui, comme tu as pu le voir, j’ai déjà des cas sur les bras. Je regrette un peu parfois de ne pas tenir un endroit plus calme… »

« Haha, mais moi je ne te vois pas tenir un petit restaurant culinaire à Paris, désolé ! »

Le barman éclata d’un rire tonitruant avant de donner une autre tape capable d’assommer un éléphant dans l’épaule d’Earl à l’aide des sa large main. Il lui tendit ensuite une bonne bière dont il avait le secret avec un clin d’œil synonyme de « cadeau de la maison ». Earl le remercia avec un sourire puis partit d’installer à une table. Il s’adossa à sa chaise puis observa les clients habituels de l’établissement. Le papy endormi sur sa chaise au fond, le trio d’hybrides salariés qui pouvaient fêter tout et n’importe quoi juste pour pouvoir venir boire un coup, mais il finissaient toujours à hurler des chansons paillardes avec leur cravatte sur la tête. Tiens, Le groupe de vampires déprimés était toujours là ! Et bien sur, le beau blond qui essaie toujours de mettre les serveuses dans son lit. Earl sourit pour lui-même puis reprit une gorgée de sa boisson. Cet univers à la fois hostile et familier était pour lui quelque chose dont il ne se lasserait jamais. C’était un endroit où on ne s’ennuyait jamais, et on en apprenait toujours beaucoup. Enfin, peut être pas autant que pendant les parties hebdomadaires de bridge des commères du quartier, mais pas loin. Il passa le temps en papotant avec d’autres clients, buvant un peu mais raisonnablement. Cependant, il remarqua quelque chose d’autre. Il y avait toujours d’autres personnes qui passaient seulement de temps en temps. Et il y avait un groupe là bas qui visiblement s’était engagés dans un joyeux gueuleton. Un groupe de mecs et… ah ? Il y avait une fille aussi. Visiblement, elle aussi était ivre, mais elle ne semblait pas très ravie d’être ici. Bah, au pire, ils devaient être amis, peut être qu’elle avait juste trop bu. Earl ne s’en inquiéta pas plus que ça et ramassa sa veste et salua le barman chaleureusement avant de quitter la taverne.

Mais à peine eut il fait quelques pas qu’un cri retentit derrière lui. Une voix de femme, visiblement, qui disait quelque chose comme « PUTAIN MAIS QUE QUELQU'UN M'AIDE »
Le sang d’Earl ne fit qu’un tour. Il fit volte face et entra précipitemment dans la taverne, posant directement ses yeux sur une scène des plus désespérantes. La jeune femme de tout à l’heure était couchée sur le dos sur un canapé, un des types qui lui tournaient autour au dessus d’elle et avec visiblement des intentions très claires. Le barman est fort, mais pas très rapide, et il sortait à peine de son arrière cuisine qu’Earl avait déjà intervenu. En effet, le jeune homme avait littéralement bondi de l’endroit où il était, et de sa force impressionnante avait soulevé le sale type du sol et l’avait envoyé valser à l’autre bout de la pièce avec fureur. C’est fou. Un moment il se sent paisible, et il lui suffit de voir un crétin faire quelque chose qu’il abhorre et s’en est fini de son sang froid.

Ses potes, visiblement pas très sobres regardèrent Earl du genre ‘mais t’es qui toi, d’où tu balance notre pote’ ? L’un deux s’avança vers lui et tenta de lui envoyer un coup de poing dans la face, mais seulement c’est lui qui en reçu un en pleine mâchoire, avant de se retrouver à l’autre bout de la pièce à son tour, balancé par l’homme au sang de fée. Les autres, plus très fiers après avoir vu la démonstration de force du beau brun, se décidèrent à fuir précipitamment en dehors de la taverne en lançant des beuglements apeurés. Le tavernier remerçia brievement Earl puis chopa les deux autres qu’il avaient mis KO puis les envoya dehors avec un coup de pied aux fesses. « Et ne remettez plus les pieds ici, bande de voyous ! »
A cet instant, la colère d’Earl s’était un peu calmée, et il se concentrait à présent sur autre chose. En effet, la principale intéressée, si vous voyez ce que je veux dire. Il l’aida à se redresser sur le canapé, puis s’assit à côté d’elle.

« Ca va ? Ce sale type t’a rien fait ? »

En effet, on peut considérer que c’est une question stupide. Mais qui sait ? Après tout, c’est une question de bonne mesure, et Earl essaie toujours d’être poli dans la mesure du possible, sauf quand il se trouve confronté à des sous-crottes comme le groupe qu’il avait mis en débandade. Et puis, vu que la demoiselle devait se sentir un peu secouée et surtout pas très… fraîche, après avoir bu autant, il se disait qu’une question simple serait déjà un bon test pour savoir dans quel état elle est. Parce qu’il y a tout plein de façon d’être quand on est bourré. Il y a l’excité de la vie qui saute partout, l’excité d’en dessous la ceinture qui veut sauter tout le monde, ou alors l’inverse. Les gens qui deviennent plutôt étourdis, qui parlent de tous les problèmes de leur vie sans aucune raison et se mette à pleurer en deux secondes chrono alors qu’il y a dix minutes ils riaient comme des dérangés…

HRP| Coucou ♥ J'espère que ça te plaira! Le code viendra plus tard, j'ai la flemme d'en faire un pour l'instant... xD S'il y a un truc qui te chiffonne, n'hésite pas à me MP! :) Et euh... je crois que je voulais dire autre chose, mais je sais plus quoi! xD Si je m'en souviens, j'éditerais 8D



♥:
 

LIGUES-PRO & FANCLUBS:
 




avatar
Invité
Invité
Re: I Need a Hero, to save my life... ~ | Ven 21 Fév 2014, 00:33









NOM & HAYLEY

I Need a Hero to save my life


Ah. Enfin quelqu'un. Je ne sais pas quels seront les tenants et aboutissements de cela, mais déjà que quelqu'un m'entende c'est un bon début. Puis je ne suis pas trop en posture pour râler en ce moment même, toute aide est dont bien évidemment la bienvenue. Profitez, c'est bien la seule fois où je ne protesterais pas.

En quelques coups, ils sont KO. J'en suis presque jalouse, moi qui n'ai pas pu ne serait-ce que faire un mouvement afin de me débarrasser de ces mecs carrément trop lourds.

J'entends la voix roque du tavernier « Et ne remettez plus les pieds ici, bande de voyous ! » , je n'ai même pas la courage de me lever. J'aime qu'on me regarde, certes, j'aime qu'on me voit, certes, j'aime qu'on me trouve jolie et bonne, certes.  Mais qu'on vienne me tripoter alors que j'ai pas donné la permission alors ça non. J'estime que j'ai quand même mon mot à dire en ce qui concerne mon corps.

Mon honneur est parti en fumé. Je me sens honteuse, pitoyable, horrible, tout simplement stupide. Stupide. Stupide ne pas avoir vu directement les intentions, stupide de ne pas avoir pu me défendre seule. Stupide d'avoir accepté, d'avoir eu pitié. Faible. Faible de n'avoir réussi à dégainer ne serait-ce qu'une insulte. Faible, cette femme que je n'ai jamais voulu être. C'est décidé, une fois remis sur pieds, je leur fait la peau, à tous. Comme une promesse à moi même, comme une vengeance qui n'attend que son exécution, je bouillonne. Mais il est aussi possible que ça soit à cause de la cuite que je vient de me faire. Au pire on s'en fout.

« Ca va ? Ce sale type t’a rien fait ? » M'adresse celui qu'on pourrait qualifier de sauveur. J'hésite à l'appeler comme ça, car toute princesse à un sauveur, un prince, cependant cela voudrait dire que j'avais besoin d'être sauvée. Il me reste encore une once de fierté, je ne suis pas encore totalement morte.


Je porte ma main à mon front, brûlant, mon dos me fait mal, j'ai l'impression d'avoir couru un marathon.  Je suis courbaturée, à fond. Il faut dire que j'ai sûrement un peu forcé sur l'alcool. A vitesse normale, je tiens plutôt bien, mais là je me suis enfilée 2 verres un peu trop vite et l'alcool a eu le temps de me monter à la tête. Je grommelle, tente d'articuler : 
« Mis-à-part le fait que j'ai perdu tout honneur, non ça va, ils m'ont rien fait de répréhensible. Peut-être  à cause de l'alcool, j'avoue ensuite en toute sincérité- Merci, j'sais pas trop il m'serait arrivé quoi sinon. Non sérieux, je le dis qu'une fois, mais si t'as besoin de moi un jour je te rendrais la pareille. »

N'allez pas croire que je deviens gentille, j'aime juste pas devoir des trucs aux gens. Un service en vaut un autre, et dans la mesure du possible, j'essaierais de lui rendre la pareille.

Je me redresse, difficilement. Coussin vient se mettre sur mes genoux, et appuis ses pattes avant sur ma poitrine « Tu vois fallait m'écouter ! »
Je hausse un sourcil, mais je bronche pas. Je suis trop mal en point pour tergiverser ou même chercher à avoir raison.

Je m'affale, le dos collé contre le dossier humide de transpiration. Dégoûtant.  Je soulève mes cheveux en queue de cheval, les retourne maladroitement avant de les faire passer par dessus mon épaule. Je remonte mes jambes contre ma poitrine, pose ma tête sur mes genoux et soupire bruyamment.

Coussin s'assied  en face de moi :
« Tu viens ? On rentre ?  »

Je lève les yeux au ciel :
« Je pue l'alcool, je peux pas bouger, laisses moi le temps de décuver veux-tu. »

En réalité, mes muscles sont trop crispés pour vouloir m'obéir. Mon cerveau quant-à lui semble émettre un bip irrégulier. Ouais, je vous jure, j'entends mon cerveau. Je pique du nez, je m'affale sur le côté. Sur l'autre inconnu qui se trouve à côté de moi. Je n'ai plus a u c u n e dignité.

Je n'arrive même pas à me relever, j'suis trop mal pour ça en fait. J'entends le bruit sourd de la taverne diminuer, il doit y avoir moins de monde. Pourtant il doit être 23h30 à tout casser.  Peut-être le jeune homme leur a-il fait peur ? Peut-être est-ce tout simplement un putain de tueur ?


J'entends la petite voix de ma conscience qui annonce d'une voix aiguë «  De toute façon, Timmy, -Je hais quand elle me donne ce surnom- si il avait voulu te tuer, il l'aurait déjà fait. Et dans le pire des cas, tu es trop bourrée pour courir. Donc au pire, rendors-toi, tu sentiras-rien. »

La voix de ma conscience a toujours été très chiante. D'une part, le fait qu'elle a souvent raison ! Encore plus que coussin !  Mais d'autre part, le fait qu'elle soit toujours là pour entendre ce que j'aimerais qui reste secret. C'est une putain de stalkeuse.

Je me recroqueville en position fœtale et dans un dernier râle je décide de me laisser aux bras de Morphée. Juste un peu. Puis cet inconnu m'inspire confiance. Oui. Un peu.


Fée

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Earl-Sky G. Hottenberg
Fée
Coeurs : 90 Messages : 153
Couleurs : Brown & Burlywood
J'ai traversé le portail depuis le : 02/11/2013 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Earl Sky Grey Hottenberg Actuellement je suis : ... d'où ça te regarde? Il paraît que je ressemble à : Okita Souji | Hakuouki Shinsengumi Kitan + (IRL Ben Barnes) et à ce propos, j'aimerais remercier : Moi ♥ 83 + Kao pour la créa de la famille Hottenberg + tumblr pour les gifs ♥
Re: I Need a Hero, to save my life... ~ | Dim 16 Mar 2014, 12:02

La jeune fille lui répondit d’une vois pâteuse, parlant lentement.

« Mis-à-part le fait que j'ai perdu tout honneur, non ça va, ils m'ont rien fait de répréhensible. Merci, j'sais pas trop il m'serait arrivé quoi sinon. Non sérieux, je le dis qu'une fois, mais si t'as besoin de moi un jour je te rendrais la pareille. »

Earl la regarda avec surprise puis eut un petit sourire amusé. C’était rare qu’une jeune femme propose ce genre de choses même après avoir été sauvée. En général, les filles dans ce genre de situations s’accrochaient à son cou comme des sang-sus désespérées, mais bon. Vu come elle avait réussi à ameuter cette bande de beauf autour d’elle, elle était sans aucun doute en mesure de se dégoter des beaux mecs toute seule. Et puis, ça faisait plaisir, de voir que certaines personnes n’avaient pas perdu la notion de loyauté et de justice. « Ce serait avec grand plaisir.~ » Alors que la jeune fille se redressait avec lenteur, Earl resta près au cas où elle serait prise de vertiges, ou de nausées. Une boule de poil sauta sur ses genoux à ce moment, et Earl se souvint qu’il l’avait vu voler contre un mur après être entré. Ce devait être l’affilié de l’inconnue, mais il n’avait pas l’air si mal en point que ça.

Elle se redressa et remonta ses jambes contre sa poitrine avant de poser sa tête sur ses genoux, visiblement pas prête à rentrer chez elle. Earl pouvait voir à son visage qu’elle était vraiment très saoule. Voilà qui pimentait un peu sa soirée. Et puis il avait pu botter l’cul à ces crétins et franchement, ça lui avait fait du bien. Se défouler sur des abrutis avec le QI à peu près égal au néant, ça fait du bien. Mais alors qu’il repassait la scène du combat (ou plutôt de la correction, parce qu’on peut pas vraiment dire que l’équipe adverse ait vraiment pu répondre aux attaques de la fée) avec un plaisir vicieux, il sentit quelque chose de doux sur son épaule. Il tourna la tête et s’aperçut que la jolie fille bourrée s’était endormie et avait glissé contre son lui. Il eut un sourire doux. Bah, si ça la soulage, elle peut dormir. Seulement, il y a toujours des types pas très nets dans les environs, donc une fille endormie (autrement dit, sans défenses), il ne pouvait pas la laisser seule. Il soupira puis sourit à nouveau. Bah, il lui servirait de garde du corps pour cette fois ! Certains lascars de la taverne avaient quitté les lieux après avoir observé la démonstration de force du grand jeune homme qui prenait un air tout à fait désinvolte et décontracté, comme si ça lui arrivait tous les jours d’envoyer valser des types dans les tavernes pour sauver des filles saoules sur le point de se faire violer. En attendant, il écoutait la respiration paisible de l’inconnue pendant qu’elle dormait. Est-ce qu’il devait la ramener chez lui, tout en sachant qu’il devrait donc aller chez sa mère et sa sœur pour ne pas avoir à faire le trajet jusqu’aux montagnes de l’île ? Mais sa sœur lui sauterait dessus pour avoir des réponses par rapport à sa soirée et il n’était pas trop d’humeur. Ou alors… Une idée, pourtant assez simple,  germa dans son esprit. C’était vraiment tout con en plus. Il se tourna vers l’affilié de la belle endormie.

« Hey, il attendit que le chat, pelotonné contre sa maîtresse, comprenne qu’il était en train de lui parler. Tu voudrais bien me conduire jusque chez la miss ? J’pense qu’il faudrait pas trop rester ici. Au pire, je pourrais toujours rester dehors si tu préfère pas que je rentre. »

Parce que oui, il se doutait que vu comme il avait balancé des types à travers la pièce tout à l’heure, les gens lui feraient pas forcément confiance. Mais contre toute attente, le petit chat bondit sur le sol et se dirigea vers la porte avant de regarder par-dessus son épaule. Earl savait pas trop ce qu’il pensait de lui, mais en tout cas il avait décidé de le mener quelque part. Alors autant le suivre. Il attrapa doucement la fille et la hissa sur son dos avec délicatesse pour ne pas la réveiller, avant de sortir dehors. Il fut heureux de voir que le groupe de crétins de plus tôt n’avaient pas décidé de rester planqué là pour lui tendre une embuscade – ce qui aurait été une perte de temps pour lui. Il suivit le félin qui le conduisit en dehors des ruelles sombres puis jusque dans un quartier résidentiel. Ils étaient presque arrivés à destination quand il sentit sa charge remuer doucement. Elle s’est réveillée ? Il continua d’avancer tout en restant attentif aux mouvements de la jeune fille. Et puis d’ailleurs, elle avait quel âge ? Il était en train de se poser cette question quand le minou s’arrêta devant une résidence de deux étages. Ce devait être ici.

HRP| Héhé! Bon, je sais, je suis une spécialiste pour changer d'endroit en plein milieu d'un RP comme ça, mais pour le topic on a qu'à le laisser au même endroit xD Sorry! J'espère que ça t'ira, si tu as un problème, MP moi! ♥



♥:
 

LIGUES-PRO & FANCLUBS:
 




avatar
Invité
Invité
Re: I Need a Hero, to save my life... ~ | Sam 22 Mar 2014, 15:01









EARL & HAYLEY

I Need a Hero to save my life


Je me trouve comme pour ainsi dire dans un état second. Il m'est impossible de bouger, de parler, ou même de contrôler ma respiration ; cependant je peux encore penser. Même si mon monde est totalement instable, et ma façon de comprendre les choses peut être erronée, je peux tout de même me faire une idée de ce qui se passe. Morphée est une sacré sadique ; elle souhaite quand même que j'entende ce qui m'arrivera. C'est si compliqué que ça, de m'endormir ?! Quelle salope.

Le jeune homme se décale un peu, je bouge légèrement, suivant les mouvements de son corps (logique, je suis accoudée de tout mon poids à cet inconnu). Mes muscles se crispent, j'ai mal, très mal. Je crois que je ne tiens pas aussi bien l'alcool que je ne le pensais. Cette douleur, comme si plus rien ne m'obéissait, tout m'échappait. Mon corps tout entier souhaite me punir pour quelque chose dont je ne suis pas entièrement coupable et me tiraille toute entière.

« Hey,Tu voudrais bien me conduire jusque chez la miss ? J’pense qu’il faudrait pas trop rester ici. Au pire, je pourrais toujours rester dehors si tu préfère pas que je rentre. » 

J'imagine que Coussin, en bon chat surprotecteur, a d'abord posé les pour et les contre avant de donner sa réponse. Évidemment, je ne peux rester ici totalement saoule ; mais d'un autre point de vu, ce mec nous ne le connaissons ni d'Eve ni d'Adam. Cependant mon jeune chaton semble avoir joué la carte de la confiance, j'entends ses petites pattes atterrir contre le sol en terre de la taverne. Je me sens ensuite soulevée de canapé miteux sur lequel j'étais couchée il y a encore trois minutes. Je me sens tellement lourde, et pourtant si légère, il me porte avec une facilité presque déconcertante et cela prouve l'aisance qu'il a a me soulever.

Ses pas sont réguliers et légers, je sens le vent froid dans mes cheveux. J'ai l'impression d'être un sac à patate. Mais un joli sac à patate tout du moins.

Il s'arrête, je devine que nous sommes arrivés vu que je n'entends plus les pas de Coussin -mes sens sont tous engourdis, mis à part l'ouïs-.

Je tente tant bien que mal de me dégager, y arrive après quelques secondes. Je tombe, sans aucune grâce, sur le béton dur et froid. Je sens une violente décharge partir du sol et monter tout le long de ma colonne vertébrale. Je manque de m'écraser au sol, et me tiens fermement contre le bras de l'inconnu. S'en suivent quelques secondes d'adaptation et je titube jusqu'aux escaliers que je monte avec peine, puis enfin j'arrive à ma porte. Je lance du haut de la mezzanine : « Tu peux venir tu sais, Coussin dira rien. »
Je fouille dans mes poches un certain temps avant de sentir quelque chose de froid : mes clés ! Je tente de viser le trou de la serrure, ce qui est plus compliqué que ça en à l'air, et après quelques essais vains j'y arrive enfin. Je tourne la clé dans la serrure, doucement, puis ouvre.

J'appuie sur l'interrupteur, tout s'allume. Je recule légèrement, ma tête vient de subir le création de l'univers, le big bang, tout résonne dans ma tête, un Boum régulier vient cogner contre mon crâne. Je gémis, c'est horrible. Je baisse la tête, frotte mes yeux en tentant tant bien que mal de m'habituer à la luminosité presque surnaturelle que dégagent mes plafonniers.

Je laisse la porte entrouverte, devinant que mon beau sauveur me suit. Je me retourne face à lui, tente d'articuler quelques mots :
« J'vais juste passer dans la salle de bain, vas t'asseoir sur l'canapé -je marque une pause, pour reprendre ma salive - Si tu veux. »
Évidemment, c'est plus un ordre qu'une proposition : je souhaite savoir qui il est.

Je tourne les talons, me mord la lèvre inférieure, j'ai mal à la tête. La douche ne me fera pas décuver mais au moins je l'espère, je ne sentirais plus l'alcool. Une femme qui boit c'est laid.

Je ferme la porte de la salle de bain derrière moi. Le blanc immaculé de celle-ci me fait mal aux yeux, j'aimerais rester polie, mais impossible : Mes yeux me lancent, à un point tel que j'ai l'impression qu'ils veulent sortir de leurs orbites. Oui, je sais, c'est glauque.

J'ouvre la porte vitrée de la douche, la referme après moi, caresse du bout des doigts le bouton et fait tomber l'eau fraîche. Je m'adosse au mur de carrelage froid, mes jambes tremblent : Elles ont du mal à supporter mon faible poids. Je sens comme des fourmis, je ne peux rien faire, ça ne fait pas mal mais c'est comme si mon sang s'arrêtait le temps de quelques secondes.

Peu à peu je reprends possession de mon corps, qui semblait comme mort pas endroits. Décide de sortir de la douche après une bonne dizaine de minutes. Contrairement à d'habitude, je ne peux pas rester des heures sous l'eau. Premièrement j'ai un inconnu dans mon salon, deuxièmement mes jambes je peuvent supporter mon poids et mon corps tout entier est capable de me faire une mauvaise blague et ma salle de bain n'est pas le lieu idéal

Je me recoiffe de deux couettes, prends une nuisette blanche à bretelles m'arrivant à mi-cuisses, remets mes lentilles et me remaquille plus discrètement. J'enfile un châle blanc avec lequel je recouvre mes épaules nues, sort de la salle de bain.

Mes pieds nus contre le carrelage, puis ensuite sur le parquet, je contourne mes canapés afin d'arriver dans la cuisine à l'américaine.
J'allume la bouilloire, attends que l'eau boue et la sers dans deux mugs. J'y ajoute deux sachets de thé à la mente, un sucre et amène tout ceci à mon invité d'un soir (dit comme ça j'ai l'impression d'être une pute (ce qui n'est évidemment pas le cas)).

Je pose la première tasse sur la table basse et garde la mienne entre mes mains afin de me réchauffer. Je souffle dessus doucement, remonte mes jambes contre ma poitrine, adossée contre le dossier du canapé installé perpendiculairement à celui de mon sauveur.

Je lève les yeux, articule doucement, sous le regard méfiant de Coussin qui semble se demander pourquoi je l'ai amené chez nous. La réponse est bien évidemment que j'lui dois un service et que plus tôt je lui aurais rendu mieux je me sentirais.
« Tu t'appelles comment ? Moi c'Hayley, fais en ce que tu veux. »

Coussin tourne la tête vers moi et vient se poser sur mes genoux. Je sens à son attitude qu'il ne veut pas que l'autre me touche, ce dont je doute puisque je suis chez moi et que chez moi c'est moi qui commande.


HRP: C'est un peu bizarre, désolée. >w<
Fée

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Earl-Sky G. Hottenberg
Fée
Coeurs : 90 Messages : 153
Couleurs : Brown & Burlywood
J'ai traversé le portail depuis le : 02/11/2013 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Earl Sky Grey Hottenberg Actuellement je suis : ... d'où ça te regarde? Il paraît que je ressemble à : Okita Souji | Hakuouki Shinsengumi Kitan + (IRL Ben Barnes) et à ce propos, j'aimerais remercier : Moi ♥ 83 + Kao pour la créa de la famille Hottenberg + tumblr pour les gifs ♥
Re: I Need a Hero, to save my life... ~ | Sam 17 Mai 2014, 16:16

Alors qu’Earl regardait le bâtiment, il sentit la demoiselle se remuer dans son dos, et avant qu’il ait eut le temps de faire quoi que ce soit, elle glissa de son emprise et descendit de son dos. Il se retourna assez vite, la voyant manquer de se ramasser la figure. Elle se retint à lui avant de tituber jusqu’à l’appartement en face d’eux. Il reste relativement près, au cas où. Il avait déjà vu des personnes saoules et il savait pertinemment que si elle pouvait perdre connaissance en une seconde, elles pouvaient aussi commencer à faire des choses d’une débilité extrême. Alors qu’elle monte les escaliers, il la regarde avec attention et se demande ce qu’il ferait s’il voyait Serah rentrer comme ça un soir. Il serait probablement furieux, mais un peu inquiet à la fois. Une jeune fille peut paraître si sensible et fragile dans ce genre de situation, qu’il n’a pas trop besoin de se demander pourquoi les beuveries entre amis terminent souvent mal.

Il entend alors la voix un peu rauque de la demi-déesse.

« Tu peux venir tu sais, Coussin dira rien. »

Il sourit et la rejoint. Après une lente progression, ils arrivent enfin jusqu’à une porte où Hayley tente d’insérer sa clé dans la serrure avec, vraisemblablement, des difficultés. Mais, comme par miracle – trololo – elle arrive enfin à ouvrir sa porte et se glisse à l’intérieur. Elle appuie sur un interrupteur et la lumière s’allume. Earl suit la jeune fille chez elle – cette phrase sonne vraiment louche – et il la voit gémir en se tenant la tête quelques instants. Ah. La lumière, forcément. Il lui lança un regard compatissant alors qu’elle se tournait vers lui.

« J'vais juste passer dans la salle de bain, vas t'asseoir sur l'canapé - Si tu veux. »

Il afficha un sourire qui semble signifier qu’il ne va pas s’enfuir dès qu’elle aura tourné le dos.

« D’accord. Prends ton temps. »

Une fois que la brunette a disparu dans la salle de bain, la fée regarde distraitement autour de lui. C’est plutôt pas mal, comme appart. Suivant les directives de la demoiselle, il s’installe sur le canapé puis attend calmement, pensif. Après environ quinze minutes à bailler aux corneilles en scrutant de façon pas gênée chaque recoin de la pièce (vous savez aussi bien que moi que les gens font des choses bizarres quand elles s’ennuient), Earl entend la porte de la salle de bain se déverrouiller. Il retourne s’installer sur le canapé qu’il a quitté pour faire les cent pas en visitant la pièce dans laquelle il se trouvait. Il la voit alors, vêtue d’une nuisette blanche avec un châle pour se couvrir, qui se dirige vers sa cuisine américaine. Elle s’active un peu derrière son plan de travail, puis revient vers lui avec deux mugs fumants dans les mains. Elle en pose une sur la table basse se trouvant devant lui puis se love dans le canapé avec la sienne. Earl a gardé le silence tout ce temps, se disant qu’en fait, il allait attendre qu’elle lui pose des questions. Ce qui ne tarde pas d’arriver.

« Moi c’est Earl. »

Alors, comme s’il était parfaitement à l’aise (ce qui est le cas, en réalité), il saisit la tasse de sa grande main adroite et la remonte jusqu’à ses lèvres. Il prend quelques gorgées puis plante son regard émeraude dans celui de la demoiselle.

« Merci pour le thé. J’adore ça. »

C’en est presque cocasse. Avoir une discussion aussi ridicule après tous les évènements de la soirée… mais bon. Ca caractérise bien Earl. Ses lèvres se fendent en un large sourire, puis se décide à reprendre la parole.

« Si tu veux en savoir plus sur moi, j’ai rien à cacher. J’ai 24 ans, mon nom complet est Earl-Sky Grey Hottenberg, je suis une fée, je suis né sur l’île... ‘fin rien de bien particulier. »

Il reprend ensuite une gorgée du doux liquide chaud avant d’avoir un petit rire en voyant le fameux coussin grimper contre sa liée, se dressant presque entre les deux jeunes gens.

« Je vois que ton affilié est très protecteur. Dans une telle situation, le mien lèverait à peine son nez des couvertures et continuerait de dormir tranquille. »

Son regard s’intensifie alors qu’il continue.

« Mais je pense qu’en réalité, c’est parce que je ne suis pas une jeune fille avec un total inconnu dans son salon. »

Puis, il s’adossa nonchalamment contre le dossier du canapé. Cependant il affichait un air beaucoup plus sérieux qu’avant.

« Bien sûr, j’ai aucun droit de te dire quoi faire, mais tu devrais faire gaffe quand aux types que tu fréquentes. Je dis pas non plus que je suis parfait, mais au moins j’ai certains principes. Je ne sais pas comment tu t’es retrouvée avec eux, mais je peux te dire qu’ils avaient déjà de pas très bonnes intentions à ton égard bien avant d’être bourrés. »

Il continua de regarder la demoiselle dans les yeux. Il ne voulait pas lui faire de leçon – elle en avait déjà suffisamment appris par elle-même – mais éviter qu’elle se retrouve à être traumatisée. Bah oui, il ne la connait pas, mais il sait bien qu’une adolescente peut être suffisamment fragile pour rejeter la présence des hommes après ce genre d’incident. Il ne savait pas vraiment comment cette soirée allait se terminer (déjà qu’il n’était plus très sûr de comment elle avait commencé), mais il attendait sa réponse. Ou peut-être sa non-réponse, aussi. On ne sait jamais.

HRP|Désolée de l'attente!! QAQ



♥:
 

LIGUES-PRO & FANCLUBS:
 




avatar
Invité
Invité
Re: I Need a Hero, to save my life... ~ | Dim 25 Mai 2014, 00:55









EARL & HAYLEY

I Need a Hero to save my life

« Moi c’est Earl. » 
Je sirote doucement ma tisane, commence à émerger. Je sens mon cerveau crépiter comme du papier bulle.  Ce qui est plutôt pratique avec mes gueules de bois, c'est que je suis comme un loir durant la première heure, mais après une bonne douche, je me sens mieux. Bon, ça n'empêche en rien le fait que je suis toujours comme sous extasie et un peu lente, mais c'est mieux que pour certaines.  Les joies de l'alcool. En même temps là c'est pas ma faute c'est eux.  C'est jamais ma faute en fait.

Je tourne la tasse entre mes mains pour me réchauffer, j'me souviens de mon prénom, c'est déjà un bon début.

Coussin semble s’apaiser, pose sa tête sur mes genoux, il s'est calmée et ça n'est pas un mal. Vous comprenez, à seize ans, avoir son chat qui est encore entrain de nous imposer une heure de rentrer, c'est la honte. Encore plus quand, le seul jour où il ne donne pas d'heure, on manque de faire violer dans un bar et qu'on est si mal qu'un inconnu est obligé de nous ramener. Si après ça il me laisse encore sortir je crois que je vais honorer les dieux. Non je déconne, j'ai autre chose à faire pour l'instant.

« Si tu veux en savoir plus sur moi, j’ai rien à cacher. J’ai 24 ans, mon nom complet est Earl-Sky Grey Hottenberg, je suis une fée, je suis né sur l’île... ‘fin rien de bien particulier. » 

Je frotte mes yeux de ma main libre, c'est compliqué tout ça. Je l’appellerais tout juste  Earl. Earl. Ca me fait penser à Merle. Et Merle ça ressemble à perle. Et Perle ça. … non mais l'alcool me fait totalement divaguer ! Je commence à réfléchir, c'est la fin je crois.  Je prends une fine gorgée de tisane et savoure doucement.  24 ans. Damn, il est vieux.  8 ans de plus que moi. 8 ANS.
Coussin me regarde avec des gros yeux. L'air de dire « tu ramènes des inconnus de 24 ans, alors que toi t'as tout juste ta majorité sexuelle ?! ». Regard auquel je réponds par un soupir. De toute façon sans lui j'étais dans la merde, donc autant jouer toutes mes cartes, hein.
8 ans. C'est vieux. Mes amies avaient mon âge, et le plus vieux copain que j'ai eu avait 4 ans de plus que moi. Je viens de me prendre un putain de coup de vieux dans mes dents.  
Je remarque, entre autre, qu'il est vachement bien éduqué. Ou prévoyant. Ou gentil. Bref, adorable. Moi perso je ne présente très rarement comme ça.

« Je vois que ton affilié est très protecteur. Dans une telle situation, le mien lèverait à peine son nez des couvertures et continuerait de dormir tranquille. » 
J'étouffe un rire, il ne sait pas à quel point c'est chiant un chat pareil et il continue sa phrase :
« Mais je pense qu’en réalité, c’est parce que je ne suis pas une jeune fille avec un total inconnu dans son salon. » 

Je m'apprête à répliquer quand, plus sérieux, il me regarde dans les yeux et m'explique alors :
« Bien sûr, j’ai aucun droit de te dire quoi faire, mais tu devrais faire gaffe quand aux types que tu fréquentes. Je dis pas non plus que je suis parfait, mais au moins j’ai certains principes. Je ne sais pas comment tu t’es retrouvée avec eux, mais je peux te dire qu’ils avaient déjà de pas très bonnes intentions à ton égard bien avant d’être bourrés. » 

Je baisse les yeux, honteuse. L'alcool me fait perdre ma confiance en moi, mais là je crois qu'il a raison. Je m'adosse contre le dossier du canapé, lève le nez et soupire :
« En fait, j'ai pas trop réfléchi, puis... j'ai pas réfléchi, puis puis puis.. » Je n'arrive pas à trouver mes mots, ni comprendre ce que je ressens. De la honte, oui. Mais j'ai pas l'habitude d'être aussi touchée quand on me fait des reproches. D'habitude je m'en fous complètement pour tout vous avouer. Mais là, non.

Je pose ma tasse de tisane sur la petite table basse grise qui se trouve devant nous, et prend Coussin dans mes bras. Il ne fait aucun commentaire pour une fois -sinon je l'aurais lancé car il me saoule quand il commente. Je fourre mon nez dans ses doux poils longs, tous doux. Je sens une boule se former dans ma gorge, remonter doucement. J'suis pas bien, je crois.

Une larme, deux larmes perlent sur mes joues. Je sens mes jambes qui tremblent, je sens ma tête qui cogne. J'ai honte, Ô que j'ai honte. Et je ne peux rien faire. Ca en est de trop.  

Je frotte mes yeux, mais ça ne veut pas partir, cette boule dans mon cœur et dans ma gorge, qui ne cesse de vouloir monter. Je suis une fille forte, je suis une fille forte, je suis une femme forte, je suis une femme forte. Rien n'y fait, je n'y arrive pas.  Je suis forte d'habitude, hein ? Mais là, non. Je me sens mal, honteuse, triste. Si malheureuse. Et ces larmes qui ne demandent qu'à couler, aussi.
Coussin tente de fourrez son nez dans mon cou, très certainement pour me calmer. Je le repousse, puis viens prendre Earl dans mes bras, fourrez mon visage sur son épaule. Je sens les larmes couler, fort, fort, vite.  Je cache ma tête du mieux que je le peux, parce que c'est nul une fille qui pleure. Une fille qui pleure c'est une fille pathétique. Là je l'avoue, je suis pas au maximum de ma perfection et je crois même que je suis devenue faible.

Après quelques minutes de larmes non stop, il a du drôlement se faire chier, je relève le nez doucement, frotte mes yeux et mets mes cheveux autour de mon visage, comme pour cacher cette face embarrassée . Je dis alors, entre deux hoquets :
« Désolée... », et après avoir dit cela, je rebaisse les yeux, et refourre mon nez contre lui, et reste accrochée, comme ça, sans trop savoir que faire ou dire.


HRP: J'trouvais pas quoi dire pour rajouter du punch, donc voilà, fais en ce que tu veux, j'espère que ça te plait. ♥ Puis no sushi pour le "retard", prends ton temps ♥
Fée

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Earl-Sky G. Hottenberg
Fée
Coeurs : 90 Messages : 153
Couleurs : Brown & Burlywood
J'ai traversé le portail depuis le : 02/11/2013 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Earl Sky Grey Hottenberg Actuellement je suis : ... d'où ça te regarde? Il paraît que je ressemble à : Okita Souji | Hakuouki Shinsengumi Kitan + (IRL Ben Barnes) et à ce propos, j'aimerais remercier : Moi ♥ 83 + Kao pour la créa de la famille Hottenberg + tumblr pour les gifs ♥
Re: I Need a Hero, to save my life... ~ | Mer 11 Juin 2014, 15:58

Ayant terminé sa tirade, la pièce s’emplit à nouveau de silence. La demoiselle baissa les yeux avant de soupirer. Elle s’adressa à nouveau à son « sauveur », qui lui attendait calmement sa réaction.

« En fait, j'ai pas trop réfléchi, puis... j'ai pas réfléchi, puis puis puis… »

Earl sourit avec tendresse. Cette adolescente avait baissé la tête devant lui comme un petit chiot ayant fait une bêtise l’aurait fait. Il savait que ça n’avait pas été une expérience agréable pour elle, et à présent il comprenait vraiment la situation. Les erreurs de jeunesse sont nombreuses et souvent les plus connes, mais elles sont aussi inévitables sans quelqu’un pour vous surveiller le derrière. Certaines personnes se surveillent elle-même, d’autres pensent être capables de faire les bons choix… mais c’est ça le truc avec les erreurs de jeunesse. C’est que ce sont les premières, et on a pas toujours un précédent ou un modèle pour nous montrer que c’est pas judicieux. Mais il sait que cette fille n’est pas idiote au point de ne pas savoir qu’il faut éviter de boire en compagnie de totaux inconnus. C’est juste qu’on ne se dit jamais que ça peut aller aussi loin. C’est pas grave, j’ai bu qu’un peu de vodka, je peux bien conduire ! C’est pas grave, j’ai fumé qu’un joint, je vais pas en mourir ! Sauf qu’un jour, le pire peut arriver. Et ça, c’est difficile à prédire.

Et Earl a fait des erreurs. Il en a fait plein. Et il va continuer jusqu’à ce que la mort éteigne son existence. C’est ça, être humain. Les erreurs font partie du quotidien, qu’elles soient insignifiantes ou d’une importance planétaire. La honte, les regrets, la douleur… tous ces sentiments liés aux échecs, il les avait ressentis plus d’une fois. Et parfois, il en frémissait encore.

Mais alors qu’Earl se perdait de plus en plus dans ses réflexions, il remarqua les mouvements de l’adolescente. Il posa son regard sur elle, et s’aperçut des légers tremblements de ses épaules, et le fait qu’elle avait le visage à moitié enfoui dans la fourrure de son affilié ne l’empêcha pas de remarquer les larmes qui perlaient de ses yeux. Earl se leva immédiatement, mais avec douceur, s’apprêtant à aller voir si elle n’allait vraiment pas bien, mais il n’eut pas le temps de faire un pas de plus. La jeune fille se leva de son siège puis enroula ses bras autour de lui. Il resta un peu surpris, puis il se rassit avec douceur tout en la tenant contre lui. Elle enfouissait son visage contre son torse.

Doucement, il se mit à lui caresser les cheveux comme pour la calmer, calmer ces sanglots qui la secouaient. Peut-être étais-ce la situation, ou l’alcool, mais Earl comprit que ce serait sans doute très rare de voir cette jeune fille dans un tel état. Elle lui rappelait un peu une petite sœur, il avait envie de la réconforter. Il sentait que sa chemise était mouillée à l’endroit où le visage de l’adolescente était pressé contre ses pectoraux, mais il s’en fichait royalement.  Après plusieurs minutes à la tenir contre lui tout en continuant de caresser ses cheveux, elle leva enfin son visage vers lui. Son nez était tout rouge et il y avait encore quelques larmes accrochées à ses cils. Il sourit à lui-même en voyant cette petite tête toute mignonne alors qu’elle remettait tant bien que mal ses cheveux autour de son visage.

« Désolée... »

Puis, sans rien ajouter, elle se remit comme avant. Earl sourit de plus belle. Il secoua la tête tout en prenant la parole.

« Non, c’est moi. Tu n’as pas à t’excuser, tu ne me dois rien. J’ai juste fait ce que j’ai pour principe de faire, ce n’était pas de la pitié. Et surtout, ne sois pas si honteuse. J’ai déjà fait des choses vingt fois pires que ça… alors n’affiche pas un tel air devant moi, je n’le mérite pas. »

Puis, tout doucement, il l’écarta de sa poitrine puis planta ses yeux émeraude dans les siens avec un sourire chaleureux.

« Ok ? »

Puis, cherchant à améliorer l’atmosphère, il se réinstalla plus confortablement dans le canapé sans pour autant la repousser.

« Tu sais, t’as encore la chance d’avoir quelqu’un pour veiller sur toi… »

Il désigna le chat qui les fixait avec beaucoup d’insistance.

« Moi, en réalité, je me suis toujours occupé de moi-même et de mon frère et ma sœur. J’étais l’aîné, alors je ne me laissais pas le droit d’échouer, ou de montrer que j’avais des faiblesses. Quand c’est devenu compliqué avec mes parents, le cordon a vraiment été coupé, et dès lors, j’ai ressenti le devoir de m’occuper d’eux. Ils étaient si petits, et je me sentais apte à m’occuper de la situation. Mais bien sûr, j’ai souvent fait n’importe quoi. Haha, et ça m’arrive encore ! Je sais même pas ce que je veux faire comme boulot, la preuve. Je suis juste un gros paumé… »

Il rit un coup. Il savait pas vraiment pourquoi il s’était mis à raconter sa vie. C’était sorti tout seul. Pas comme si il avait grand-chose à cacher, mais il aimait pas trop s’étaler sur sa vie privée, et encore moins sur ce qu’il ressentait quand il était gamin. En fait, il aimait pas parler de ses sentiments les plus profonds. Mais bon, quel mal ça lui ferait de se confier à cette fille qui, malgré leurs différences et, surtout, qu’ils ne se connaissaient pas, avait décidé de lui faire confiance. La moindre des choses, c’était de lui faire confiance en retour.

HRP|Hmm... je suis pas super contente de ce que j'ai fait pour le coup... J'espère que ça te convient à toi! ♥ Et au fait, ta réponse était parfaite! ;)



♥:
 

LIGUES-PRO & FANCLUBS:
 




avatar
Invité
Invité
Re: I Need a Hero, to save my life... ~ | Sam 14 Juin 2014, 22:03









EARL & HAYLEY

I Need a Hero to save my life

Il aurait suffit qu'il m'envoie chier, qu'il se moque de moi, pour que je ne perde pas tout mon honneur, que je puisse me relever. J'ai pas besoin de gens pour m'aider, vous savez. J'suis une femme forte, moi. Une femme bien. Une femme qui n'a besoin de personne. Une femme qui n'est plus une enfant. Et pourtant. Et pourtant. Il caresse mon crâne doucement, d'un geste fraternel. J'aimerais reculer, l'empêcher de faire ça. Et non. Je suis bien. Je suis mieux. Il est gentil, Earl. Comme un frère. Et moi, comme une enfant, je ne peux partir, parce que mon cœur, il a besoin de ça. Je serre mes poings sur sa chemise et n'ose relever les yeux de peurs de voir dans les sens du mépris ou de la moquerie. En ce moment, me voir dans une glace serait horrible. Assumer. Il faudrait assumer .Assumer ? Non. Je ne veux pas.

« Non, c’est moi. Tu n’as pas à t’excuser, tu ne me dois rien. J’ai juste fait ce que j’ai pour principe de faire, ce n’était pas de la pitié. Et surtout, ne sois pas si honteuse. J’ai déjà fait des choses vingt fois pires que ça… alors n’affiche pas un tel air devant moi, je n’le mérite pas. » 

Il relève ma tête, j'esquisse un sourire. Earl plonge ses yeux expressifs dans les miens. Il est beau, il est gentil. Des choses pire que ça ? Pire que quoi, au juste ? Puis lui ? A moins d'avoir la fameuse dark face, je ne vois pas. Je ne distingue aucune méchanceté dans ce regard emplis de bonté et de justesse.

« Ok ? » 

Je hoche la tête doucement et il cale son dos contre le dossier du canapé sans pour autant se détacher de mon étreinte. Il désigne Coussin d'un coup de tête. Je le regarde aussi. Mon chat, Coussin. C'est vrai qu'il est casse couilles, mais genre vraiment. Mais il est aussi toujours là pour m'aider, pour m'accompagner. Pas comme un ami, comme un père. Il sait mieux que moi où se trouvent mes sous-vêtements ou encore mon carnet de santé, il sait à quelle heure je dois me lever pour aller bosser et quand je dois rentrer pour voir mon épisode de série tout juste sorti. Il est comme ça, ce chat. Et même si je peste régulièrement, je lui suis profondément reconnaissante. Je l'aime bien, Coussin.

« Moi, en réalité, je me suis toujours occupé de moi-même et de mon frère et ma sœur. J’étais l’aîné, alors je ne me laissais pas le droit d’échouer, ou de montrer que j’avais des faiblesses. Quand c’est devenu compliqué avec mes parents, le cordon a vraiment été coupé, et dès lors, j’ai ressenti le devoir de m’occuper d’eux. Ils étaient si petits, et je me sentais apte à m’occuper de la situation. Mais bien sûr, j’ai souvent fait n’importe quoi. Haha, et ça m’arrive encore ! Je sais même pas ce que je veux faire comme boulot, la preuve. Je suis juste un gros paumé… » 

Je le contemple avec admiration. Il est grand, lui. J'veux bien être aussi irresponsable. Je pris à mon tour la parole, parlant lentement, cherchant mes mots, essayant de les ordonner le plus normalement possible :

« J'ai toujours vécu sur terre, en tant que fille unique. Enfin maintenant j'suis plus fille unique vu qu'apparemment j'suis fille d'un Dieu et j'ai un demi frère. C'moi où ils couchent avec tout le monde les Dieux au fait ?
Bref, j'ai vécu sur terre, aux States en tant que fille sans frère et soeurs J'étais bien là bas. Enfin pas aussi bien qu'ici, parce qu'ici j'ai ma petite liberté et j'me sens à ma place. J'ai jamais été coupée de ma mère... Enfin, elle courait toujours partout à tout faire, tout le temps, donc on se voyait pas trop. Elle était gentille, ma maman. Quand j'étais là bas, j'la trouvais trop protectrice et chiante, mais au final maintenant j'ai mon chat et il est pire -Coussin me jette un regard noir, ce à quoi je réponds par un sourire amusé. Des fois j'aimerais bien être une femme responsable tu vois, mais en même temps, j'trouverais ça chiant, de devoir être sérieuse et toujours penser aux conséquences de mes actes.. Puis de toute façon je crois que même quand j'essaie, je les vois pas, les conséquences.. Donc c'est peine perdue... 
»

Je frotte mes yeux. J'ai prononcé cette dernière phrase encore plus lentement. J'ai la tête qui tourne, j'ai envie de dormir, j'me sens pas bien, j'suis crevée... Je pose ma tête contre le torse d'Earl, ferme les yeux. Juste deux secondes. Deux secondes. Deux... secondes.... ….. Deux sec...


Si j'avais été éveillée, j'aurais pu voir Coussin qui se levait du canapé d'en face. Si j'avais été éveillée, j'aurais pu voir Coussin qui disait, avec son simple regard « Si tu la touches je m'arranges pour que tu ne puisses au moins plus te servir de tes yeux. » Si j'avais été éveillée, j'aurais pu voir que mon chat allait se coucher un peu plus loin. Mais je dors, alors je ne verrais rien..

… … …

Je me réveille, totalement sonnée. J'suis où déjà ? Je tourne la tête, les lumières sont éteintes. Seule la faible lumière bleue du radio-réveil indique l'heure : 2h45. Ah oui, je suis chez moi. Je n'arrive pas à bouger, j'suis totalement paralysée, la cuite que j'me suis prise hier; sûrement. Il faut chaud, je frotte mes yeux comme pour m'habituer à la noirceur de la pièce. J'suis sur quoi au juste ? C'est mou... Ah mais attendez... En plissant les yeux, j'crois apercevoir Earl. J'suis dessus... J'ai un don pour me retrouver dans des positions bizarres, la nuit. Je bouge tant que ça ? Nooon... Bah si... Parce que sinon je serais pas comme ça... Et j'peux pas relancer la faute sur lui puisque chez Ethan c'tait pareil... Au pire là on s'en fout, et je sens que si je bouge de toute façon je me retrouverais par terre. Or je ne me sens pas d'encaisser une chute du haut de mon canapé à trois heures du matin. Au pire on verra demain, hein. C'est pas à moi de réfléchir à cette heure là.


HRP: Ta réponse était cool. *^* J'espère que la mienne te va >< Pour te faire une idée de comment ils dorment, voilà => http://www.zerochan.net/1414354 xD Si tu es pas inscrite sur ZC, tu pourras pas voir par contre >< et retire le filtre ecchi aussi, car elle est classée dedans... QWQ
Fée

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Earl-Sky G. Hottenberg
Fée
Coeurs : 90 Messages : 153
Couleurs : Brown & Burlywood
J'ai traversé le portail depuis le : 02/11/2013 et on me connaît sous le nom de : Naomiie Mon nom est : Earl Sky Grey Hottenberg Actuellement je suis : ... d'où ça te regarde? Il paraît que je ressemble à : Okita Souji | Hakuouki Shinsengumi Kitan + (IRL Ben Barnes) et à ce propos, j'aimerais remercier : Moi ♥ 83 + Kao pour la créa de la famille Hottenberg + tumblr pour les gifs ♥
Re: I Need a Hero, to save my life... ~ | Dim 15 Juin 2014, 14:50

« J'ai toujours vécu sur terre, en tant que fille unique. Enfin maintenant j'suis plus fille unique vu qu'apparemment j'suis fille d'un Dieu et j'ai un demi frère. C'moi où ils couchent avec tout le monde les Dieux au fait ? »

Earl sourit à ces mots. Il était également assez curieux, d’une curiosité qu’on a quand on rencontre une personne demi-déesse pour la première fois. Ca court pas les rues non plus, même si les dieux peuvent être frivoles.

« Bref, j'ai vécu sur terre, aux States en tant que fille sans frère et soeurs J'étais bien là bas. Enfin pas aussi bien qu'ici, parce qu'ici j'ai ma petite liberté et j'me sens à ma place. J'ai jamais été coupée de ma mère... Enfin, elle courait toujours partout à tout faire, tout le temps, donc on se voyait pas trop. »

Earl hocha la tête doucement. Il comprenait. Lui-même avait des parents qui, même s’ils aimaient leurs enfants énormément, étaient très pris par leurs travails respectifs. Même si elle venait du monde des humains, elle avait connu des choses identiques à ce que lui aurait pu connaître. Il avait étudié le monde des humains en classe, et connaissait bien entendu les Etats-Unis d’Amérique. Il avait d’ailleurs très envie d’y aller, étant donné qu’il avait appris certaines langues terriennes – oui, il en a peut-être pas l’air, mais Earl c’est quand même un peu un intello. Il continua d’écouter la demoiselle parler de sa mère, puis de sa relation avec son affilié – ce qui le fit sourire à nouveau.

« Des fois j'aimerais bien être une femme responsable tu vois, mais en même temps, j'trouverais ça chiant, de devoir être sérieuse et toujours penser aux conséquences de mes actes.. Puis de toute façon je crois que même quand j'essaie, je les vois pas, les conséquences.. Donc c'est peine perdue... »

Ah. C’est vraiment une petite fille, au fond, hein. Il comprenait. Parfois c’était vraiment chiant d’être mature et réfléchi. Quand il était gamin, il avait souvent voulu se rouler en boule dans un coin, se boucher les oreilles et fermer les yeux pour ne plus voir son monde s’écrouler autour de lui. Mais le truc avec Earl, c’est qu’il avait jamais pu se résoudre à être lâche. Car il était un modèle pour ses cadets, et parce qu’il voulait être un vrai homme. Bon. Au moins, aujourd’hui, il n’y avait aucun doute sur le fait que c’était un vrai bonhomme.

Pfff… « Chui crevé ». Voilà la phrase qui tourne en boucles dans sa tête actuellement. Il sait pas trop pourquoi, mais ça le fait chier là. Il a envie de pioncer. Il baisse les yeux vers la demoiselle qui a posé sa tête contre son torse et… ah. Elle dort. Comme ça, posé sur le canap’ d’une adolescente endormie, avec ladite adolescente qui est sur lui. Earl se retient de rire devant la situation digne d’une comédie romantique pourrie avec des rires sitcom qui retentissent dès qu’une personne prononce un mot. Il tourne la tête vers le minet qui trône sur le canapé en face, qui lui lance un regard digne de terroriser Jack L’Eventreur. Earl, insolent, lève les yeux au ciel, puis hausse les épaules l’air de dire « comme si j’allais faire quelque chose » avec un sourire en coin provocateur. Puis, comme il va pas aller réveiller la demoiselle alors qu’elle risque de se taper une bonne gueule de bois, il pivote légèrement sur le canapé pour se retrouver dans un position plus confortable, avant de fermer les yeux. C’est pas si mal, de s’endormir comme ça…

Un mouvement contre son torse réveille doucement Earl. Il n’ouvre pas les yeux, mais sent le poids (bon, c’est pas un hippopotame non plus, mais comme chaque être humain, elle possède des os et des muscles) qu’il a contre le torse se redresser un tout petit peu, et pas dans un mouvement de sommeil. Dans le noir, Earl fronce un peu les sourcils. Au fait, comment ça se fait qu’ils se retrouvent dans cette position en particulier ? Bon… au pire hein, c’est pas si grave, lui s’en fiche. Ca lui donne surtout envie de se marrer. Mais comme c’est en général pas le type qui est bien frais et dispo’ dès le réveil, il reste là sans broncher et replonge doucement dans le sommeil.

Lumière. ‘Tiiiin, c’quoi c’te lumière ?! Earl entrouvre les yeux et retient de justesse un gémissement de douleur lorsque les rayons du soleil atteignent sa rétine encore pas très éveillée. Il porte une main à son visage, puis regarde l’heure à la montre qu’il porte au poignet. 11h45. Wouah. Il a dormi comme une souche. Il tente de se redresser, avant de se raviser. Non mais quel con. Il avait presque oublié où il était, et surtout avec qui il se trouvait. Assez difficile de le manquer surtout quand, à deux centimètres de son visage, se trouvent les cheveux noirs de la jeune fille allongée sur lui. Leurs jambes sont un peu entremêlées – WTF, comment c’est arrivé – et il a un bras enroulé autour de sa taille. Bon eh bien, autant dire qu’ils se sont transformés mutuellement en doudous l’un pour l’autre le temps d’une nuit. Il remarque aussi que son T-Shirt à lui a remonté et dévoile la quasi-totalité de son abdominaux. Non mais il s’est passé quoi, elle a pas gesticulé tant que ça dans son sommeil, si ? Parce que lui a rien senti. Il lâche un long soupir, puis fixe le plafond. Enfin, c’est ce qu’il avait l’intention de faire, sauf qu’à la place, il rencontra les grands yeux ronds d’un félin et il sursauta comme un ouf.

« Rha, p’naise, Coussin, tu m’as fait flipper ! »

La preuve que le lié d’Hayley avait biiien veillé sur eux toute la nuit pour ne manquer aucune occasion de crever les yeux de beau brun si jamais il tentait un geste déplacé vis-à-vis de la demi-déesse.


HRP| T'en fais pas, je suis bien inscrite sur ZC! :D Très chou comme image au fait! (AloisXClaude Lolilol)



♥:
 

LIGUES-PRO & FANCLUBS:
 
 
I Need a Hero, to save my life... ~
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bibliothèque de Baptiste
» The Fray
» i need a hero to save me now. » dick && barbara.
» [AIDE] j'ai un htc hero et je n'arrive pas a envoyer des mp3 par bluetooth
» [ROM MAGIC 32B]09/11 - (V1.6) Qteknology HTC HERO PORT from [2.73.405.5]

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Ruelles sombres-
Sauter vers: