Partagez | 
 

 #Do or die - [Pv Judith]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mage

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
W. Matthew Harrington
Mage
Coeurs : 69 Messages : 183
Couleurs : seagreen
J'ai traversé le portail depuis le : 23/12/2012 et on me connaît sous le nom de : MISS AMAZING. Mon nom est : William Matthew Harrington. Actuellement je suis : complètement fou d'elle (Judith) Il paraît que je ressemble à : Flippy from Happy Tree Friends & quelques oeuvres originales et à ce propos, j'aimerais remercier : moi-même (edit)
#Do or die - [Pv Judith] | Sam 12 Oct 2013, 00:06





#Do or die
Matthew & Judith

« Mec, t'es sûr que t'es célibataire ? »
« Putain mais tu veux quoi d'plus, un certificat ? » grognais-je, assez fort pour couvrir les bruits autour de nous.
« T'es gay alors ? »
« Tu tiens vraiment pas à la vie toi... »
« Nan mais sérieux, si t'es ni l'un ni l'autre, trouve moi une explication au fait que tu n'aies toujours pas abordé la charmante demoiselle qui te lance des regards de tigresse depuis tout à l'heure... »

Un soupir m'échappa tandis que l'autre boulet ne pouvait s'empêcher d'ouvrir sa bouche pour dire des conneries plus grosses que lui. Je terminai mon verre et tournai la tête dans la direction de cette "charmante demoiselle" qui effectivement lançait des regards dans notre direction. Une grande blonde à la peau hâlée, comme on en voyait à chaque coin de rue ces derniers temps, à croire que c'était à la mode, le fond de teint. Elle resta un long moment à me fixer, mais je ne lui accordai pas le privilège d'un sourire; qu'elle n'aille pas se faire des idées ce soir, je n'étais pas intéressé. Le temps de revenir à mes moutons et je me retrouvai nez à nez avec Jeremy qui me fixait de ses grands yeux bleus qui lui avaient toujours donné des airs hibou surpris. Je repris possession de mon verre, l'agitai en direction du barman qui vint pour le remplir et haussai un sourcil.

« Y'a quoi, tu veux un autographe ? »
« Prends pas trop la confiance. C'est pas parce que t'es mannequin que t'a le droit de refuser les avances de jolies nana hein... »
« Elle est même pas jolie ta nana... » fis-je remarquer en levant les yeux au ciel.
« Fais pas l'difficile ! »
« Je suis pas intéressé de toute façon. Va la voir si ça t'éclate. »

Il se leva du tabouret et s'en alla, vexé. Le barman reposa mon verre sous mon nez et je suivis Jeremy du regard. Cet abruti était allé voir la fille en question, et je l'observai tandis que la chanson jouée par les haut-parleurs de la boîte de nuit [HS: no comment, on va dire qu'il y en a e___e] résonnait fort, faisant battre mon coeur au rythme de la musique. Je ne me sentais pas très bien au début de la soirée, et c'était par pure charité que j'avais accepté d'accompagner Jeremy, fraîchement plaqué par sa chère et tendre pour avoir osé poser les yeux sur une autre. Les yeux et autre chose, mais il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même. Pourtant, ça ne l'avait pas empêché de se faire passer pour la victime durant ces derniers jours, ce qui m'avait foutu à bout rapidement. Pour lui changer les idées - et en bon ami que j'étais, ahem - je l'avais emmené ici... ce qui n'avait pas amélioré ma condition. Ce que vous venez de voir plus tôt n'était qu'une de ses habituelles crises de jalousie qui le prenaient dès qu'il allait mal, et qui parvenaient à le convaincre qu'il était de la merde à côté de moi. Un vrai boulet.

Je le regardai parler à la blondasse, qui malgré tout ne me quittait pas du regard. Difficile de ne pas deviner ce qu'elle avait derrière la tête, et pourtant ça ne me faisait absolument rien du tout. Elle sortit finalement son téléphone, discuta un peu avec Jeremy et ce dernier finit par revenir dans ma direction, tout sourire. Sourire qui ne présageait rien de bon évidemment, et qui me poussa à me méfier de cet abruti d'ami qui préparait sans aucun doute possible un sale coup de pute.

« Qu'est ce que tu manigances encore ? »
« Ben rien, elle m'a donné son numéro. Tu l'veux ? »
« Je t'ai dit j'étais pas intéressé. »

Voulant sûrement donner un effet dramatisant à la scène, je me levai du tabouret et me retournai. C'est alors que je rentrai dans une nana trop petite pour que je puisse la voir - en fait je suis juste un con qui sait pas où mettre les pieds - et qui déversa malencontreusement le contenu de son verre sur ma chemise blanche. Trop surpris pour répliquer, je la regardai un long moment, puis finit par reprendre mes esprits.

« J'suis trempé putain, tu pouvais pas faire attention ? »

Oui je suis gonflé, et alors ? On m'attrapa par le col à ce moment, et je regardai d'un air méprisant le mec -sûrement le sien - qui venait faire le gars devant sa copine. Il se mit à m'insulter je suppose, mais c'est tout juste si j'entendais ce qu'il était en train de me raconter, avec tout le bruit qui allait autour. En attendant, le sucre allait finir par sécher à un moment ou un autre et je lui forçai la main pour qu'il me lâche, ce qu'il fit au bout de quelques petites secondes en comprenant que je ne pigeais rien à ce qu'il était en train de me raconter.

« Bon, j'ai pas que ça à faire d'attendre que les conneries de ta traînée de copine sèchent sur ma chemise... tu m'excuseras mais... »

ET PAF. Un coup de poing dans la gueule de Matthew, un. J'ignore s'il vient d'elle ou lui, mais je tombe au sol comme un con. Wah, ça fait trop mal ces conneries, c'est abusé. Je vis Jeremy amorcer un pas vers moi mais je le stoppai en me relevant tout seul comme un grand. Non mais faut pas croire que je vais m'arrêter à un petit poing de rien du tout...

« Quand j'disais que les gens ici c'étaient des sauvages, c'était pas des conneries... » marmonnais-je en passant une main sur ma lèvre qui saignait.

Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : tumblr


EDIT - Pour ceux qui auraient lu "Checkmate" et qui se diraient "WTF ?" en lisant ce post... je vous annonce qu'on reprend le lien des personnages à zéro o/


Ange déchue

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Judith Levy-Cohen
Ange déchue
Coeurs : 126 Messages : 423
Couleurs : #585858
J'ai traversé le portail depuis le : 17/06/2013 et on me connaît sous le nom de : Judy. Mon nom est : Judith Levy-Cohen. Actuellement je suis : follement amoureuse de lui (Matthew) Il paraît que je ressemble à : des œuvres originales • IRL : Megan Fox et à ce propos, j'aimerais remercier : delgnvflue.
Re: #Do or die - [Pv Judith] | Sam 12 Oct 2013, 17:48

Do or die [J&M]

« J'ai pas pu venir tout à l'heure, j'espère pour toi que t'as pas attendue dehors sous la pluie. » « - Bah si... Je croyais que tu allais venir, moi. » « T'es vraiment conne. C'est dans des moments pareils que je me dis que si je devais choisir entre sauver la vie d'un chien errant ou la tienne, j'aurai plus de pitié pour l'animal. »

En relisant la conversation qu'elle avait eue la veille par messages, mademoiselle Levy s'était mise à rire. Judith excellait dans le domaine de tout ce qui touchait au sarcasme, à la méchanceté, à l'arrogance et j'en passe. Faire des faux plans à celles qui se qualifient comme étant ses "amies" c'était une des choses qu'elle préférait le plus. Enfin... C'était surtout que l'ange déchue n'en avait quelque part rien à foutre de les laisser poireauter dehors comme des prostituées. Comparer les autres à des animaux -surtout à des gros chiens- était devenu une habitude, depuis longtemps. Dans sa tête, c'était comme si elle pouvait apporter plus d'affection à de pareils êtres qu'à des humains ou aux habitants de l'île. Après celle que cette jeune femme se porte à elle même, bien sûr. Narcissique ? Même pas. Bon d'accord, un tout petit peu on va dire, rien que pour vos beaux yeux qui ne le sont -selon ladite Judy- pas autant, voir pas plus que les siens. Bref. Lorsqu'elle eut terminé de relire tous ses sms, elle jeta son téléphone portable sur son lit, fit quelques pas en arrière, se retourna et s'était regardée pendant un bon moment devant le miroir qui lui faisait face.

Elle fit quelques poses, puis arrangea sa coiffure une énième fois, avant de tirer légèrement sa robe vers le bas avant de finalement essayer de la remonter. Au final Soraya avait galéré une bonne dizaine de minutes pour rien, parce qu'à la fin elle avait toujours l'air d'une pétasse qui cherchait qu'à montrer ses formes. Résignée, elle décida de retirer sa robe pour en enfiler une autre qui cette fois-ci lui donnait un air moins trash et au contraire assez classe, sans l'être trop, ni trop peu quand même. « C'est mieux comme ça. »

Etant déjà prête, elle n'avait plus qu'à sortir de l'appartement et se rendre jusqu'en boîte. C'était pas si loin que ça de chez elle, alors. Et puis ça lui faisait un peu de marche, du coup c'était ok.

------- # -------

Judith rencontra un groupe de jeunes femmes qui avaient apparemment décidé de la coller, alors que la seule chose qu'elle souhaitait à la base c'était danser. Quoique. Tout compte fait la ravissante ange déchue avait préféré rester en la compagnie de ces commères dingues de leurs petits copains, vêtues de robes ultra courtes et au trop plein de maquillage sur leurs visages. Elles étaient restées dans un coin près des toilettes, avant d'y entrer. Tandis que ses " amies " -bouche trous en fait, mais bon- rajoutaient des couches de poudre sur leurs gueules et de rouge à lèvres rose bonbon sur leurs fines lèvres, miss Levy les regardait de haut en bas. Malgré tout ce que ces pouffiasses pouvaient faire pour se rendre belle, elles n'étaient comparé à votre modèle *kofkof* que des pâles copies de Valeria Lukyanovna, la simili bimbo ukrainienne qui se prend pour la petite amie du Ken russe, Justin Jedlika ; qui de plus étaient tous les deux hideux.

« Et toi, t'es en couple ou pas ? » Lui avait demandé une des nanas du groupe. La concernée étant la tête dans les nuages car trop occupée à les traiter en pensant, n'avait pas tout de suite capté que son interlocutrice s'adressait à elle. En guise de réponse celle au physique de mannequin se contenta de légèrement tourner sa tête de gauche à droite, lui faisant ainsi comprendre que non, elle ne l'était toujours pas, tout en haussant les épaules, pour lui faire aussi piger qu'elle vivait bien son célibat et que mademoiselle n'avait absolument pas l'envie de se poser avec quelqu'un ; pour pas changer. « C'est bête, dire que t'as plein de mecs à tes pieds... Qu'est-ce que j'aimerai être à ta place, moi ! » Lui répondit alors la fausse blonde.

Judy n'avait pas aimé. En même temps le mot " bête " était de trop dans cette phrase qui parlait d'elle et non pas d'une autre personne. « Je sais. » & Bim. Arrogante ? Oui. Encore là ça va, elle avait fait preuve d'une certaine sympathie, étant donné qu'elle avait fourni un très grand effort sur elle-même pour ne pas lui balancer un " il y a tout de même de quoi m'envier ", et des injures sur le physique de celle qui lui avait posée cette question qui lui paraissait un peu (trop) déplacée.

Sans attendre de laisser le temps aux autres de tenter de dissiper la mauvaise ambiance qui régnait à présent entre ces jeunes femmes, Soraya sortit des toilettes la tête haute en claquant la porte. Une fois à l'extérieur de cette pièce où il y avait une odeur désagréable, la musique lui fit un effet étrange. Elle plissa ses grands yeux comme si cela allait changer quelque chose en se dirigeant plus ou moins loin de la piste [no comment aussi, chui fatiguée e__e].

------- # -------

Pardon ? Attendez une petite seconde … C’est de moi qu’il a parlé comme ça ? Il croit trop chui sa petite lui, faut arrêter les conneries hein parce que là je vais péter un câble. Un gros, même. Tout le monde sait que je cherche tout le temps la merde et que j’adore la foutre partout et tout le délire mais là j’ai rien fait. Ah bah c’est tant pis pour son haut j’ai envie de dire, de toute façon si cet enfoiré aurait fait attention et ne se serait pas pris le contenu de mon verre sur sa chemise, je le lui aurais lancé en pleine gueule. Juste comme ça, pour le fun d’asperger un inconnu. En plus j’suis même pas sûre que je le connais pas. Avec le peu de lumière qu’il y a dans ce coin là, les bruits autour de nous et cet abruti de Zachary qui est même pas foutu de ne pas se mettre en travers de mon chemin, mais surtout de ne pas me foutre la honte. Ce mec il veut trop faire mon daron chépa il veut quoi à me protéger comme ça ; calme je suis ni muette ni sourde ni quoi que ce soit, j’ai pas besoin de garde du corps. Pis il fait chier lui aussi à s’arrêter pour un truc pareil … Il est en forme ou quoi ? Mmh mh c’est peut-être gentil de sa part mais moi je suis absolument pas reconnaissante envers ceux qui me rendent un service ou quoi. Le meilleur c’est que le plus souvent j’me mets à râler ensuite. Non mais j’adore ça, à ce qui paraît les gens aiment pas, ça blesse, etc. Faire le mal c’est bien.

C’est pas que rester planquée comme une froussarde j’aime pas ça mais ouais je déteste. Donc. Où en étais-je ? Ah oui : j’ai viré de là l’autre pot de colle. « C’est ta SOEUR la traînée, bâtard. » Avais-je hurlé au mec qui m’avait traité il y a quelques minutes. Ouais je sais j’ai la voix qui porte mais si ça vous plaît pas allez bouffer un panini, ça vous fera du bien. Bon, le premier qui me sort un " pour une réplique c’est un peu fort " je lui crache dessus. & Puis là j’ai été sympa donc sans commentaire merci. « TA SOEUR, TA COUSINE, TA GRAND MERE, TOUTES LES NANAS DE TA TRIBU C’DES SUCEUSES J’PARIE DONC VIENS PAS OUVRIR TA GUEULE ET TRAITER LES AUTRES ALORS QUE T’AS PAS DE DOSSIERS NI RIEN. » Tranquille j’ai pas dit " ta mère ", no rage le peuple. C’est alors que je m’étais mise à applaudir.  « Ah bah bravo, même le barman que tu vois là bas il en a plus dans le crâne que toi. Franchement, chapeau quoi : t’aurais pas pu mieux faire. Plus con que toi y a pas ! » Ok ok j'ai compris je vais arrêter de crier pour rien. Non mais c'est vrai en plus chui même pas fringuée comme une te-pu comparée aux autres qui se déhanchent comme des poulettes en chaleur.

« Et pour répondre à ta question : non, parce qu'en plus j'avais pas à le faire. C'est toi qui m'as foncé dedans alors faudra penser à m'en payer un autre, de verre. »
(c) sky hologram (luchy)


12 roses. ♥

bang bang shot you down:
 


Judith & Matthew:
 
Mage

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
W. Matthew Harrington
Mage
Coeurs : 69 Messages : 183
Couleurs : seagreen
J'ai traversé le portail depuis le : 23/12/2012 et on me connaît sous le nom de : MISS AMAZING. Mon nom est : William Matthew Harrington. Actuellement je suis : complètement fou d'elle (Judith) Il paraît que je ressemble à : Flippy from Happy Tree Friends & quelques oeuvres originales et à ce propos, j'aimerais remercier : moi-même (edit)
Re: #Do or die - [Pv Judith] | Dim 20 Oct 2013, 08:58





#Do or die
Matthew & Judith

« QU'EST C'QUE TU VIENS FOUTRE MA SOEUR DANS TES CONNERIES ? T'AS DES DOSSIERS TOI PEUT-ÊTRE ?! VIENS PAS M'FAIRE LA MORALE, ON CROIRAIT RÊVER ! »

Je suis en tort, ouais et alors ? C'est ma faute si elle a débarqué comme une fleur avec son putain de cocktail dans les mains ? Elle se mit à applaudir et à me reprocher d'être con. « Arrête, t'as passé l'âge de dire des conneries comme ça... » Même avec tout ce boucan en fond, j'avais cette impression que tout le monde était concentré sur notre dispute improvisée... si les videurs n'étaient pas encore arrivés, ça n'était qu'un coup de chance parmi tant d'autres. Je sentis le goût du sang tomber sur ma langue, ce qui m'informa très vite de l'état de ma lèvre inférieur. C'est trop fragile ces conneries.

« T'as cru que j'étais un de tes chiens ou quoi ? Je vais pas me mettre à tes pieds comme l'autre bouffon qui s'est barré juste parce que tu lui as demandé. »

Le ton avait baissé, mais on sentait l'électricité qui passait dans l'air. Je vis Jeremy débarquer, puis toiser la nana de haut en bas. Ça n'était pas intelligent de ma part de l'avoir traitée de pute, mais disons que j'avais tellement l'habitude qu'aucune ne réagisse jamais que je l'avais sorti plus machinalement qu'autre chose. Mais il ne fallait pas rêver, je n'allais pas m'excuser.

« T'iras te l'chercher toute seule ton verre. Je paye pas les put- »

Jeremy me coupa dans mon élan avec un nouveau verre. Cette fois c'était de l'eau, et il me le lança dans la figure. Le temps de me rendre compte de ce qui m'arrivait et j'avais saisi mon pote par le col de la même manière que l'avait fait le larbin de l'autre.

« TU VAS PAS T'Y METTRE TOI NON PLUS ! »
« Matt', calme toi... c'est la soeur de Jude. »
« La soeur de... ? Mais qu'est c'que j'en ai à branler putain ?! »

Je lâchai Jeremy qui passa une main dans ses cheveux. C'est bon, s'ils ont décidé de tous me faire chier aujourd'hui, ils ont gagné. Je poussai Jeremy puis m'avançai pour faire un tour aux toilettes, jusqu'au moment où je tombai nez à nez avec l'autre pute qui me regardait avec un regard tellement méprisant que si j'avais pas été un mec, je lui en aurai collé une au visage. Le visage trempé, je devais être bien beau à voir tiens... « Puis merde, toi tu viens avec moi. » Je me baissai et la saisit par la taille, pour au final la balancer par-dessus mon épaule comme si elle avait été un sac. Dans les films, ça parait facile mais une fois que la nana se débat, je vous jure que c'est pas simple de la garder avec soi. Elle avait beau se débattre, maintenant que j'avais commencé, je ne la laisserais pas filer. Trop énervé pour me rendre compte que les gens me regardaient comme si j'étais un extraterreste, je continuai mon chemin jusqu'aux toilettes qui, dans mon souvenir, étaient nettement plus propres que la salle en elle-même.

D'un coup de pied, j'ouvris la porte et pénétrai dans la salle qui, comme je l'avais prévu, était impeccable. Un des seuls lieux propres dans les ruelles sombres, puisque le Castle of Heart avait fait des dons pour installer un filtre magique nettoyant dans cette partie de la boite de nuit; question d'hygiène oblige. Je déposai - enfin laissai tomber - la nana en entrant dans la pièce puis m'avançai jusqu'aux miroirs pour constater l'ampleur des dégats. Mon reflet dans le miroir était celui d'un alcoolique pas capable de boire correctement et trempé de sueur. Sauf que c'était de l'eau, et la grosse tâche était dûe à une pute qui ne savait pas marcher droit.

« T'as gaché ma soirée donc je gache la tienne, comme ça on sera quittes. »

J'ôtai ma chemise et la jetai dans le lavabo, puis allumai l'eau en tentant de me recoiffer un minimum. C'était pas ma semaine de toute manière, j'aurais dû rester chez moi.

Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : tumblr


Ange déchue

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Judith Levy-Cohen
Ange déchue
Coeurs : 126 Messages : 423
Couleurs : #585858
J'ai traversé le portail depuis le : 17/06/2013 et on me connaît sous le nom de : Judy. Mon nom est : Judith Levy-Cohen. Actuellement je suis : follement amoureuse de lui (Matthew) Il paraît que je ressemble à : des œuvres originales • IRL : Megan Fox et à ce propos, j'aimerais remercier : delgnvflue.
Re: #Do or die - [Pv Judith] | Lun 21 Oct 2013, 22:24

Do or die [J&M]

« Puis merde, toi tu viens avec moi. » Alors que j'allais lui dire qu'il avait complètement craqué et que s'il voulait de la compagnie il n'avait qu'à se trouver une autre, et de préférence -'fin pour lui quoi moi ça me passe par dessus la tête- une pute comme la sœur qu'il doit sans aucun doute avoir. Oui je sais dès que j'ai un truc en tête bah je le garde et voyez vous maintenant que je sais que ça le fait chier que j'insulte sa frangine, je vais le faire tout le temps. Quoique. Je le reverrais sans doute jamais et pour tout vous dire j'en ai rien à battre, après si ça peut le faire rager je prendrai sur moi et continuerais à l'insulter de toutes les insultes que je connais ... Soit beaucoup. Mais dans le genre très très beaucoup de trop, pas juste un peu too much. Ah, oops. Oui donc pour finir la phrase que j'avais commencée : monsieur l'inconnu que j'avais un peu de mal à voir m'avait jetée (ouais parce que côté délicatesse, hein, je préfère ne même pas faire de commentaires sinon ça n'en finirait pas). Je vous laisse deviner la réaction que j'ai eue, tout ce qui s'en est suivi, etc.... Hum ? Vous trouvez pas ? Bah c'est facile on va dire que je lui ai tout simplement ordonné de me reposer à terre, ce qu'il n'a pas fait, ce qui m'avait d'ailleurs mise en rogne parce que je savais même pas où il allait comme ça -et donc moi aussi- et qui en PLUS -comme si c'était pas déjà assez- me faisait passer pour une sale biiip (bon, au point où on en est je pense que censurer les gros mots ça sert un peu énormément à que dalle mais c'est pas grave).

-----#-----

« T'as gâché ma soirée donc je gâche la tienne, comme ça on sera quittes. » NON BEEEN. Comment il me parle trop mal lui, pff. Il croit trop que j'suis sa pote ah ouais. Comme j'ai l'habitude de TOUJOURS avoir le dernier mot, j'ai répété ce que ce mec a dit, mais d'une façon à bien lui faire comprendre que s'il avait fermé sa gueule s'aurait été super. « De toute manière tu peux rêver hein, j'vais pas passer le reste de la soirée avec toi : j'ai pas que ça à faire, moi. » C'est là que j'ai tenté de me barrer en ouvrant la porte comme tout les gens normaux et pas en donnant un coup dedans -quoique j'ai été tentée de le faire-, mais aussi que j'ai constaté que je n'y arrivais pas car elle était cassée. Comment ? ...

Mmh mh, faut que j'arrête de penser à n'importe quoi moi, j'ai eu une idée pas très... Disons pas très catholique. Déjà je le suis pas alors je sais même pas ce que je dis mais bref.

« J'vais péter un câble. » Ai-je dit après avoir lâché un soupir. « J'suis quand même fière de moi : j'ai réussi à te foutre en rogne. » Je suis née pour faire chier le monde et je dois accomplir ma mission. Les autres sont sortis du trou pour faire de grandes études, faire des gosses, avoir les fesses bien au chaud, trois téléphones, deux voitures minimum et de belles baraques. Pas moi. Après j'suis différente des autres tu vois, du coup j'suis pas à mettre dans le même sac que la populace, mais après moi j'peux avoir tout ça quand je veux. Si demain je décide de me marier, ben je me marie. Si j'veux être riche, j'me marie à un riche – et après je le tue (bien sûr) ; mais ça c'est qu'une option. Bah quoi ? Je suis une ange déchue hein, va pas croire que je suis Sainte Marie des Près mon gros. Tu peux t'attendre à tout avec moi, même à rendre l'âme.

-----#-----


« Comment tu me prends trop pour une nana comme les autres, saaale. » Le " sale " à la fin voulait juste dire un truc style... Euh... Comment dire ? C'est un mot en plus mais pas une insulte puisque je lui parlais tout en me parlant à moi-même. Oui chui compliquée et je vous emmerde et je vous fait de gros fuck parce que j'suis juste trop (y a pas de mot après, quand je dis " juste trop " ça veut dire que c'est le top du top).

& Pouf une bombe à terre. Pas de panique j'suis pas tombée, j'me suis juste assise par terre. Heureusement que j'ai pas gardé la robe rouge, autrement j'aurais dû rester debout pendant un très long moment, étant donné que ... Elle serait trop remontée. « Moi c'est Judith. » J'ai levé la tête vers mon interlocuteur. Ça va en fait, il est pas moche. Il est même beau. Mais bon ça je vais pas le lui dire comme ça, hein. C'pas parce que ce con est un beau gosse que je vais oublier de si tôt tout ce qu'il a osé me dire. « Et toi, tu es ... ? » Pas que ça m'intéresse, mais c'est tout ce que j'ai trouvé à dire et puis en plus c'est tout ce qu'il y a à faire. On est deux jeunes adultes, seuls dans des chiottes et enfermés à l'intérieur. Comment ça y a autre chose à f-... MAIS CASSEZ VOUS. Pff, tous des fous. Une pétasse aurait cherché à flirter avec, pas moi. Même pas une pétasse ; vu le physique de ce mec, même une meuf qui tient à rester vierge jusqu'au mariage aurait tenté de le séduire. Toutes les nanas sont des NO LIFE en réalité, sauf moi. Après on peut pas leur en vouloir, mais voilà quoi c'est dommage pour elles d'êtres aussi connes.

« T'es pas un démon j'espère. Hmph, manquerait plus que ça ... »
(c) sky hologram (luchy)


12 roses. ♥

bang bang shot you down:
 


Judith & Matthew:
 
Mage

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
W. Matthew Harrington
Mage
Coeurs : 69 Messages : 183
Couleurs : seagreen
J'ai traversé le portail depuis le : 23/12/2012 et on me connaît sous le nom de : MISS AMAZING. Mon nom est : William Matthew Harrington. Actuellement je suis : complètement fou d'elle (Judith) Il paraît que je ressemble à : Flippy from Happy Tree Friends & quelques oeuvres originales et à ce propos, j'aimerais remercier : moi-même (edit)
Re: #Do or die - [Pv Judith] | Jeu 31 Oct 2013, 01:34





#Do or die
Matthew & Judith

J'écrasai ma chemise dans mes mains, laissant l'eau couler dessus comme... comme un gamin qui sait pas comment faire. J'ai jamais rien lavé à la main, vous voulez quoi ? Je la tournai dans tous les sens, roulée en boule de la même manière que s'il s'agissait d'un vulgaire morceau de chiffon à deux balles. Alors qu'il en valait vingt fois plus. Enfin. Je suis un fils à papa, merci mais on me le dit bien assez.

« Y'a pas de quoi être fière, c'est pas un exploit... » marmonnais-je entre mes dents.

Je n'étais pas con au point de ne pas me rendre compte à quel point j'étais irritable. Déjà, devoir laver ce bout de tissu à la main me foutait à bout, alors imaginez un peu ce qu'il s'était passé dans ma tête quand elle m'avait renversé son putain de cocktail tout plein de sucre sur le ventre. Depuis le miroir qui se trouvait en face de moi, je pouvais lui parler sans avoir à me retourner comme un tocard, et alors que je m'apprêtais à lui demander ce qu'elle avait de plus que les autres, pour être aussi fière de le dire... je m'étais arrêté en me rendant compte que, au final, cette nana avait peut-être ce petit truc en plus. Plus jolie, mieux roulée, plus chiante. C'étaient les trois qui me venaient à l'esprit avant que je ne me reconcentre sur le nettoyage de ma chemise, qui me servait plus à passer le temps qu'autre chose.

« Tu t'en fous, de qui j'suis. » avait été la réponse à sa question.

...
Quoi ? Elle m'avait foutu en rogne, elle l'a dit elle-même. Et puis c'est pas comme si j'avais tort; j'avais presque dit ça pour elle vous voyez. Je suis trop bon, je ne vous le fait pas dire.
Je serrai si fort ma chemise entre mes mains pour l'essorer que je vis les grosses veines de mes bras ressortir encore plus que d'habitude. Je finis par laisser tomber cette histoire et balançai ma chemise dans un coin de la salle. Quelqu'un finirait pas la trouver, libre à lui de faire ce qu'il voulait avec. C'est pas comme si j'y tenais réellement.

« J'aurais déjà essayé de te violer si j'avais été un démon. »

Dans le genre stéréotype, je faisais fort ce soir. J'avais traité cette nana de traînée parce qu'elle portait une tenue courte et qu'elle traînait près d'un mec qui m'avait l'air louche... cela dit ma propre petite soeur était incapable de porter une tenue qui descendait en-dessous de ses genoux, et les dieux savaient à quel point elle pouvait tourner autour de mecs louches, pourvu qu'ils aient un joli derrière. J'avais fini par connaître Haylei, et c'était bien l'une des raisons parmi lesquelles jamais je ne songerai à l'associer au mot "pute". Je venais de rencontrer Judith - c'est pas commun, c'est pour ça que je retiens, allez pas vous faire des idées - et par conséquent, l'insulter sans la connaître était plus facile. Mais pour en revenir aux stéréotypes, j'avais sorti cette phrase du tac au tac à cause de la poignée de démons qui je connaissais et qui, compte tenu de leur statut social - au même niveau que le mien - se payaient le loisir d'aller aux putes pour assouvir leurs besoins naturels. Ou d'aller chercher des filles dans des boîtes de nuit comme celle-là pour les mêmes raisons, avec ou sans consentement. D'ailleurs, c'était presque étonnant qu'il n'y ait personne dans les chiottes, à part elle et moi.

En risquant un regard en direction de Judith, par le biais de son reflet dans le miroir, je ne pus m'empêcher de penser qu'effectivement, si j'avais l'un des leurs... faire des choses interdites aux mineurs tout de suite ne m'aurait pas déplu. Mais j'ai encore assez de dignité pour que tout cela ne reste qu'un flash dans ma tête de malade. Je m'avançai vers la porte et tentai de l'ouvrir à mon tour, en forçant un peu plus que ce qu'elle avait pu faire pour essayer de la débloquer - ne savait-on jamais, après tout c'était une fille - mais rien n'y fit, on était bel et bien coincés tous les deux. Je lâchai un soupir agacé et mis un coup haineux dans la porte qui trembla sans pour autant s'ouvrir à nouveau. Saloperie de magie, quand tu nous tiens...

« Matthew. »

Je n'avais pas déclaré forfait, loin de là. Seulement quitte à ce qu'on doive attendre le prochain couple venu faire des cochonneries pour pouvoir sortie, autant le faire ensemble. Devant sa mine dénuée d'expression, je ne pus empêcher un haussement de sourcil.

« Ça suffit ? Ou alors t'as besoin d'un "enchanté de faire votre connaissance, my lady" ? »

Difficile de savoir si j'étais en train de plaisanter ou pas. Même moi je l'ignorais, car j'avoue: je suis sorti avec des filles qui avaient le besoin qu'on les mette sur un piédestal. Rassurez-vous, ça n'avait jamais duré très longtemps dans ces moments-là, j'ai tendance à apprécier moyennement les délires bizarres... c'est comme les jeux sadomasos; t'aime ou t'aime pas. Il y a pas de juste milieu.

« Y'a des nanas qui croient aux contes de fées, qui pensent qu'on doit les appeler "princesse" tout le temps. »

J'eus un sourire.

« Pour ma part, j'aurai plus tendance à t'appeler "poupée" que "princesse". Après faut voir, ma p'tite sœur croit au prince charmant. Je crois. »

Je passai une main dans mes cheveux. Ça y est, je commence à me comporter de façon très étrange. Je m'avançai vers le mur d'en face et m'y adossai, pour finalement me laisser glisser tout le long et finir par sentir le sol froid à travers mon jean. Avant qu'elle ne puisse ajouter quelque chose de plus à ce que je venais de dire, j'ouvris une nouvelle fois la bouche en faisant un signe de la main pour lui indiquer qu'il fallait se taire et m'écouter.

« Dis rien sur ma soeur. J'commence à me calmer, là. Faudrait que ça dure. »

Non parce qu'il ne faut pas abuser. Le seul qui a le droit de dire à Haylei ce qu'il faut ou pas faire, c'est moi. Et Louka à la limite. Mais ça s'arrêtait là.

Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : tumblr


HRP - T'inquiète ça arrive x) J'ai bien aimé ton post en tout cas !


Ange déchue

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Judith Levy-Cohen
Ange déchue
Coeurs : 126 Messages : 423
Couleurs : #585858
J'ai traversé le portail depuis le : 17/06/2013 et on me connaît sous le nom de : Judy. Mon nom est : Judith Levy-Cohen. Actuellement je suis : follement amoureuse de lui (Matthew) Il paraît que je ressemble à : des œuvres originales • IRL : Megan Fox et à ce propos, j'aimerais remercier : delgnvflue.
Re: #Do or die - [Pv Judith] | Lun 04 Nov 2013, 00:45

Do or die [J&M]

« Ca se voit que t'as pas entendu parler de moi, toi. »

Je lançai un bref regard dans la direction de mon interlocuteur afin de voir sa réaction, mais en fait je crois surtout qu'il ne m'a apparemment pas entendu, avant de tourner à nouveau ma tête vers la porte, comme si au bout de quelques minutes elle allait s'ouvrir toute seule. C'était stupide mais sur le coup je n'avais trouvé rien d'autre à faire - ou du moins pendant les trente secondes que j'ai attendues avant que monsieur ne se remette à parler, cette fois-ci de petites sottes. La façon dont il a dit cette phrase m'a donné l'impression que ce mec n'avait peut-être pas beaucoup de considération pour ces filles-là. Bien, ça nous fait un point commun, alors. Pas que j'en ai quelque chose à battre, mais disons juste que c'est agréable de savoir que des inconnus partagent le même point de vue que soi.

Oh. Il a sourit. Mmh, pas mal, pas mal ...

Sans doute aurais-je eu un peu moins de mal à le blairer, si je l'avais vu se mettre à gueuler sur une de celles-là au lieu de la sublime jeune femme que je suis. Il en a eu de la chance ce gars, pour être tombé sur moi au lieu de n'importe quelle autre. Manque de bol pour moi par contre, car je dois le supporter jusqu'à ce que quelqu'un ayant une envie pressante ne se pointe.

« Pour ma part, j'aurai plus tendance à t'appeler "poupée" que "princesse". Après faut voir, ma p'tite sœur croit au prince charmant. Je crois. »

Et merde. J'ai rien dit du tout, je retire ce que j'ai dis. Je n'aurais définitivement pas pu le blairer, même dans une autre vie. Je ne pouvais pas espérer pire, sérieux. Et pour ne rien arranger, il a fallu que sa frangine soit ce genre de meuf. Fait chier. Bon, tant qu'il ne se met pas à la couvrir de compliments pour une raison qui m'échapperait - y en a des détraqués sur cette île, j'en ai déjà croisé plein - alors ça passe encore.

« Pff, ta soeur ça doit être une de ces s-... » ans amis. J'parie que si tu fais attention, tu trouveras que des branleurs dans sa liste de contacts. Allais-je dire, enfin ... Avant qu'il ne m'interromp indirectement en me faisant signe de me la fermer encore un instant, ce grand frère protecteur à deux balles. Comparé au mien, y a du changement, hein. Ça se voit d'avance qu'on vient pas du même milieu nous deux. " Tu marches ou tu crèves " c'est ce que Jude m'a toujours répété quand j'étais encore petite. Lui, je parie qu'il a dû dire de nombreuses fois à sa petite qu'il était là, quand elle pleurait, ou j'sais pas quelle autre scène typique de films américains/anglais du genre mielleux où tout va bien et où les bourges sont mis à l'avant. Mais bon je ne peux pas le blâmer pour ça, c'est ce que la plupart des frères font, alors ... Bref.

« C'est un ordre ? » J'aime bien chercher à m'embrouiller avec les gens. C'est plus fort que moi, quand j'en ai l'opportunité, je ne me gêne pas de provoquer mon adversaire ou à le faire péter un plomb. C'est marrant, divertissement, quasi garanti et gratuit : que demander de mieux ? Oui je vous l'accorde, je suis mauvaise. Mais malgré tous mes défauts vous m'aimez quand même, alors on fait comme si de rien n'était ou au pire vous faites comme vous voulez, parce que je n'en ai rien à foutre. « C'est bon hein, calme. » ai-je dis avant même qu'il ne me réponde. Bah quoi ? J'essaye d'éviter la dispute qui aurait sans doute suivie si je n'avais pas causé à l'avance - parce que, oui, c'est sûr à cent pour cent que maintenant Matthew ne va pas monter sur ses grands chevaux.

C'est après m'être assise plus confortablement que je me suis mise à le fixer longuement. N'ayant rien à dire, j'ai lâché un soupir. Il aurait mieux fait de continuer à parler, au moins ça m'aurait occupé un minimum. Je pourrai bien le faire mais c'est pas mon fort, vous voyez. C'est que je ne suis pas une pipelette, moi. Ce sont habituellement les autres qui font tout ce qui est en leur possible pour que l'on ne s'ennuie pas lorsqu'ils sont en ma compagnie, et moi qui profite en faisant quelques commentaires de temps à autres. Là c'est pas fun. C'est ... Plat. J'aurais mieux fait d'aller sonner à la porte d'un pote, au lieu de venir ici. Non mais vous imaginez ? Je suis en boîte de nuit, et je peux même pas m'éclater. C'est fou ça. P'tain ! Quand j'y pense, ça me fout la haine.

« Et donc, tu es un ... ? Hybride, mage, autre ? » Le "autre" était de trop, et ça n'était pas si correct que cela de parler des autres issus de races différentes, mais en dehors des anges déchus, des hybrides et des mages, pour moi les autres c'était un peu des êtres issus de contes de fées à la turlututu chapeau pointu. Mmh mh pas que je ne les apprécie pas particulièrement moins que les autres, détrompez vous : un de mes meilleurs amis est une fée, la preuve ! " Comme tous les racistes " vous allez me dire, oui mais allez niqu- bon ok je vais pas commencer à sortir les membres de votre famille, j'suis en mode toute sympathique ce soir. No rage.

« T'as une clope ? » Ou comment changer de sujet en une fraction de seconde.

Non sérieux j'ai envie d'une tiote bonne clope là sauf que j'en ai pas sur moi, donc je suis une belle gosse au bout du rouleau qui est résignée à devoir demander une cigarette à un inconnu. Sauf que je ne le remercierai pas par la suite. Faut ni abuser, ni rêver.
(c) sky hologram (luchy)


12 roses. ♥

bang bang shot you down:
 


Judith & Matthew:
 
Mage

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
W. Matthew Harrington
Mage
Coeurs : 69 Messages : 183
Couleurs : seagreen
J'ai traversé le portail depuis le : 23/12/2012 et on me connaît sous le nom de : MISS AMAZING. Mon nom est : William Matthew Harrington. Actuellement je suis : complètement fou d'elle (Judith) Il paraît que je ressemble à : Flippy from Happy Tree Friends & quelques oeuvres originales et à ce propos, j'aimerais remercier : moi-même (edit)
Re: #Do or die - [Pv Judith] | Dim 10 Nov 2013, 09:50





#Do or die
Matthew & Judith

Je haussai des sourcils. Dans le genre grande gueule casse-couilles, il était difficile de faire mieux dans l'immédiat. Et ma mauvaise humeur qui n'arrangeait rien aux à-priori que je me faisais à propos de cette fille, en plus. Mais ça devait être plus fort qu'elle, parce que Dieu sait qu'il existait des nanas dans ce genre sur Terre, pour qui faire chier le monde qui les entoure relève du besoin plus que de l'envie. Et quand c'est les deux, c'est encore pire. Et d'un certain côté, je savais pertinemment que j'en avais une pure et dure en face de moi, adossée contre ce mur dans sa petite tenue. Je laissai échapper un soupir exaspéré quand elle me somma de me calmer, comme si sa question n'avait été que rhétorique. De toute manière, je n'avais pas besoin de répondre à ce genre de provocations, en principe. Entendre les basses taper contre les murs me donnait la chair de poule tellement j'étais frustré d'être coincé ici alors que j'aurais pu en ce moment me trouver de l'autre côté, à m'éclater comme n'importe quel jeune adulte de mon âge. Il y a mieux que les chiottes d'une boîte de nuit pour passer son samedi soir, croyez moi. Et dire que les gens kiffent baiser ici, il a fallu qu'ils s'abstiennent le seul jour où j'avais besoin qu'ils le fassent. Un pseudo couple aurait pu débarquer et ouvrir la porte... mais rien à faire, on était tout seuls. La galère totale quoi.

« Comment ça autre ? Imagine que j'sois un ange, ça aurait été super vexant. » ricanais-je.

Il y avait des gens qui avaient tellement peu de considération pour les races qu'on n'avait pas forcément besoin de citer quand on vivait en ville que c'en était drôle. Pour ma part, et en tant que mage de sang-pur... rien ne me permettait de prendre mal cette question ce soir. Ma tête cogna contre le mur quand je tentai de la relever, mais trop légèrement pour me causer une quelconque douleur. Je fermai les yeux et prit une grande inspiration, tout ça parce que le souffle commençait à me manquer, faute d'espace autour de moi.

« Mage. »

Les répliques en un seul mot, c'est quelque chose qui me suivra toute ma vie. Disons que le blabla inutile était quelque chose que j'avais en horreur et qui m'ennuyait bien vite. Le sujet vira vite à un sujet plus actuel, avec cette question qui revenait quotidiennement dans mon entourage. Je fouillai dans la poche de mon pantalon, et en sortit un paquet de cigarettes quasiment vide. Je l'ouvrit avec le pouce, ne découvrit qu'un petite clope esseulée et le refermai. Depuis le bout de la pièce, je le lançai à la jolie brune, qui le rattrapa au vol.

C'était un véritable acte de bonté que je venais de faire là. Pas pour lui avoir donné un paquet de cigarettes hors de prix – nous n'avons pas les mêmes valeurs – mais pour lui avoir cédé la dernière clope alors que j'en avais terriblement besoin. « Mais pas de briquet. » D'un coup ça devenait un peu plus difficile de fumer. Personne ne se balade avec ce genre de gadgets sur soi à moins d'être réellement dépourvu d'amis. Pour ma part, j'avais toujours quelqu'un dans mon entourage capable de maîtriser le feu, alors c'était bien le cadet de mes soucis.

« Démone ? »

En principe, tous ceux-là savaient maîtriser le feu, raison pour laquelle j'avais sorti un tel discours. Son beau visage se changea immédiatement, et un rire m'échappa. « Ah non, pas démone. » Ma colocataire était démone - sirène en plus mais c'est une autre histoire - et le fait que Judith me rappelle Lorelay dans sa manière d'être m'avait laissé penser que la jeune femme qui me tenait compagnie pouvait elle aussi être une forme de succube. Mais visiblement, mes conclusions ne lui plaisaient pas.

Une idée me vint alors pour créer du feu. Je me levai alors si vite que j'en eus le tournis quelques secondes, le temps de tituber jusqu'aux lavabos pour y piquer une serviette que personne n'utilisait. Alors je m'approchai de Judith et me laissai tomber à ses côtés. Lorsque mes fesses heurtèrent le sol, je tendis la main vers la demoiselle.

« Il y a un crayon au fond du paquet, passe le moi. »

Ce n'était pas réellement un ordre, mais j'avais une façon de parler qui le laissait paraître. J'osais espérer qu'elle l'ait compris. « Je fais ça pour toi hein. » ajoutais-je, histoire de dire que c'était pas pour rien que je me baladais avec des crayons dans la poche. Elle finit par me le tendre, et je me mis alors à l'ouvrage. En quelques secondes, un briquet à peu près potable - carrément bien fait en vérité – trônait sur la serviette en papier, et je rangeai le crayon dans ma poche pour finalement poser une main sur le dessin. Lorsque je refermai le poing sur ce dernier, il fut projeté dans ma main et je rouvris la paume pour vérifier. Un briquet aussi blanc que la serviette et aussi réaliste que s'il avait s'agi d'un vrai trônait au centre, et je tournai la tête vers la jolie brune qui venait de me voir me servir de mon don.

« Pour me faire pardonner de t'avoir vexée. »

Non bien sûr, je n'avais rien du tout à me faire pardonner. J'avais une grande gueule, c'est tout.

Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : tumblr


Ange déchue

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Judith Levy-Cohen
Ange déchue
Coeurs : 126 Messages : 423
Couleurs : #585858
J'ai traversé le portail depuis le : 17/06/2013 et on me connaît sous le nom de : Judy. Mon nom est : Judith Levy-Cohen. Actuellement je suis : follement amoureuse de lui (Matthew) Il paraît que je ressemble à : des œuvres originales • IRL : Megan Fox et à ce propos, j'aimerais remercier : delgnvflue.
Re: #Do or die - [Pv Judith] | Lun 11 Nov 2013, 20:20

Do or die [J&M]

En moins d’une seconde, le visage de Judith prit une toute autre expression de celle qu’elle avait depuis que le mage l’avait reposée à terre, et pour cause ; il l’avait prise pour une démone. C’était une des choses que ceux qui ne la connaissaient pas encore tout à fait bien faisaient le plus souvent : la comparer à une jeune femme venant des Enfers. S’ils pensaient – et disaient mais ça, ceux qui ne portaient pas leurs couilles préféraient ne pas le lui demander – cela c’était parce que mademoiselle possédait un caractère de feu et qu’elle avait tout d’une « meuf » pareille. Si ladite Judy faisait tout pour ne pas avoir à déployer ses ailes noires devant du monde, ça n’était pas pour rien. Tout ce que cette dernière faisait était calculé, et rien ne se faisait spontanément. Quoique si quand même, quand il s’agissait d’insultes, c’était la première à ouvrir sa bouche et en général, mettre K.O. ses ennemis d’entrée de jeu… Mais bref, pas la peine d’aller plus loin. Vous avez tous très bien compris que cette Levy a toujours été loin d’être facile à comprendre, à apprécier, mais avant tout à supporter.

« Je t’emmerde. » avait-elle chuchoté assez fort pour que son interlocuteur l’entende. Cette jeune adulte était mal-élevée mais vous ne pouviez pas la blâmer pour ça. Si ses parents l’auraient éduquée alors sans doute n’aurait-elle pas répondu comme cela à Matthew, qui lui ne lui avait rien dit de pareil et qui à la base n’était pas celui qui cherchait à la provoquer depuis qu’ils étaient enfermés dans les w.-c., et qui ne lui manquait pas plus de respect que sa personne le faisait vis-à-vis de l’être magique. Comme quoi Soraya avait toujours une bonne excuse pour s’en sortir ou pour se défendre. Par contre ça n’était pas pour autant que cette ange déchue allait remettre sur le tapis son enfance à chaque fois que quelqu’un se permettait de lui faire une remarque sur sa façon d’être. Non non, ses parents eux, ils étaient intouchables. Si même elle n’en parlait jamais, alors pourquoi une autre personne se permettrait-elle de le faire ? Il y avait des limites à tout et même si la plupart du temps cette sublime jeune femme abusait beaucoup trop, quand il s’agissait de géniteurs, mademoiselle savait se la fermer un certain temps, ce pourquoi elle n’appréciait pas que les autres ne fournissaient pas d’efforts tels les siens.

Lorsqu’elle vit le jeune homme aux cheveux verts dessiner de quelques coups de crayon un croquis qu’elle n’arrivait pas à bien voir, les seules choses que Judith avait fait était hausser un sourcil et se demander à quel jeu cet inconnu était en train de jouer. Soudain, un briquet apparu sur la paume de la main de l’homme à ses côtés. Tu…Comment ? S’apprêtait à lui demander l’ange déchue aux iris dorées, mais sa rapidité de réflexion ainsi que sa logique l’avaient retenue, et pour cause : mademoiselle avait saisi que le mage venait d’utiliser un de ses pouvoirs. Habituée à voir ceux qu’elle fréquentait user leurs pouvoirs le plus souvent offensifs et surtout élémentaires, la scène à laquelle sa personne venait d’assister l’avait quelque peu surprise. Après une dizaine de secondes, elle se laissa tomber au sol. Une fois assise auprès de Matthew, elle alluma la cigarette, déposa le briquet à terre puis regarda longuement la clope entre ses deux doigts, en train de réfléchir à tout et n’importe quoi. Miss porta finalement la cigarette jusqu’à ses lèvres. Aspirant une longue bouffée de nicotine, Judith l'expira longuement, la tête légèrement penchée en arrière, les yeux clos, savourant ce petit plaisir malsain. Même si elle ne le lui a pas dit – et elle ne le lui dira pas – la Levy trouvait que le pouvoir de son interlocuteur était plutôt cool. ‘Fin … Un peu, pas beaucoup. Si elle avait pensé cela, c’est surtout car moins d’une trentaine auparavant, elle ne le connaissait ni d’Adam ni d’Eve.

---#---

Même si je ne le lui ai pas dis – et je ne le lui dirai pas – son pouvoir il gère. Après je ne le connais pas bien, que je ne suis pas sa meilleure amie (c’est tant mieux si vous voulez tout savoir) et qu’il n’est ni mon pote ni mon mec ni mon frère ni un proche ni même un gentil toutou. Orf non c’est bon j’arrête, ça se fait pas de traiter les autres comme ça. En plus c’est tellement pas mon genre … Vous allez finir pas vous méprendre, en me prenant pour une meuf ayant la grosse tête et qui veut dominer le Monde du haut de son un mètre soixante-quinze. Parce que ouais, je ne suis pas comme ça et je ne le serai jamais. Donc au lieu de me traiter d’arrogante, dites plutôt que je sais ce que je veux, et au lieu de dire que je me la pète, dites plutôt que je suis sûre de moi. Au moins comme ça on sera tous d’accord, et celui qui aura un problème on l’enculera et puis c’est tout !

Mmh, je ne fais pas dans la dentelle moi. Quand je vous disais que je suis directe et malpolie, ce n’était pas des bobards. Je vous ai déjà dit ça, d’ailleurs ? Maintenant que je me pose la question, je commence à douter de ce que je suis en train de vous raconter …

Mais bref ce n’est pas grave parce que de toute manière ça n’a jamais été un secret pour personne. « J’suis une ange déchue. » J’ai retiré la cigarette de ma bouche, écrasant légèrement son bout à terre avant de croiser les bras et de tourner la tête vers le mage. « Ça t’étonne ? » J’aurais même pu lui demander si le fait d’avoir la chance de me causer lui donnait l’impression d’être supérieur aux autres, ou un truc dans le genre. Bah quoi ? C’est vrai en plus, c’est pas tout le monde qui a l’opportunité de parler avec une ange déchue. Y en a pas des masses, c’est que ! J’suis même la seule, si ça se trouve. Ouais j’en suis sûre et certaine, d’ailleurs. Si y en a une autre, elle a qu’à se faire une réputation. Entre temps je suis la seule, l’unique – du moins officiellement – et j’en profite bien. Sérieux, vous devez me respecter normalement, je me demande comment les hautes sphères n’ont pas encore pensé à créer une statue à mon effigie. J’en réclame pas une avec marqué en dessous « Reine suprême des anges déchus » ou « seule Judith de toute l’île » ; rien qu’un « La plus belle gosse de toutes » me suffit, je vous jure. Pour une fois que je ne demande pas grand-chose, faites-moi ce petit plaisir. Et puis ça ne coûte pas une somme astronomique, quand même… Bon bah tant pis hein écoutez, de toute façon avec ou sans, je n’aurais pas de plus belles jambes que celles que j’ai à présent.

« Tout à l’heure t’as dit que c’était pour te faire pardonner de m’avoir vexée… Ok, mais tu m’as vexé une deuxième fois. » Je glissai une deuxième fois la clope entre mes lèvres. De la nicotine, vite. C’est plus fort que moi. Au début c’était juste pour faire genre – ça m’éclatait, j’étais gamine – mais ensuite c’est devenu presque une sorte d’addiction. Un peu comme la drogue que John ne peut s’empêcher d’injecter dans son sang au moins deux fois toutes les deux semaines ; ne me posez pas la question idiote qui vous brûle les lèvres, vous savez votre « Comment tu sais ? » habituel qui me tape sur les nerfs, on croirait presque que vous en avez oublié d’où mon frangin ramène tous les drachmes que je dépense sans compter. Ca mais aussi ma relation avec ce gars-là. Faites pas semblant, tous les anciens savent qu’avant c’était mon meilleur. Avant que je le laisse de côté et avoir troqué sa place contre celle de Jasper qui au début n’était qu’un simple ami avec qui je me tapais deux trois délires quand on était en forme. Allez pas croire que ça m’a rien fait de laisser tomber celui qui a été mon meilleur ami pendant plus de quatre ans, même si j’avoue que j’ai commencé à regretter que lorsque j’ai remarqué qu’il s’y était fait, et que ça ne lui faisait ni chaud ni froid. J’ai été bête d’espérer que le Hawkins allait se renfermer sur lui-même, ne penser qu’à moi et tenter de se rapprocher à nouveau de ma personne et ce malgré tout. J’aime être importante pour les autres, j’aime pouvoir dire haut et fort que je ne suis pas n’importe qui et que même si ça n’est pas réciproque, les gens me prennent pour leur seule. C’est sans doute un de mes plus grands défauts, mais comme chacun de nous possède le même, comparé à d’autres celui-ci ne se remarque pas.

De toute façon j’ai beau faire et beau changer d’avis à chaque fois, je ne suis jamais entièrement satisfaite. Même avec le Walker ça commence à devenir la merde, j’ai l’impression qu’on en est à la dernière phase de notre « belle » amitié, bien qu’au jour d’aujourd’hui je ne la juge pas comme telle. J’en ai peut-être juste marre de lui. Y a des jours comme ça, des fois je me lève et je me dis que je ferai mieux de l’oublier carrément et je sais que ça lui arrive aussi. Si ça était arrivé à une autre, cette conne aurait été jalouse de son propre frère, qui lui arrivait malgré tout à garder la même relation avec son frère de cœur alors que celle de cette dernière ne faisait qu’empirer. Je crois qu’on en est à la fin et qu’à moins que l’on ait un coup de pied divin dans le cul histoire que l’on se ressaisisse, on n’arrivera pas à s’entendre comme avant. J’ai même pensé à mettre John à sa place. J’aurais pu penser à Ethan qui lui est mon binôme de bastons et un de mes plus proches amis, mais après réflexion je me suis dit qu’avec l’autre je gagnerai plus dans l’affaire. Je ne suis pas insensible au charme du brun et lui n’est apparemment pas non plus insensible au mien, mais je sais mieux que n’importe quelle autre que jamais il ne se casera avec moi, pour la simple et bonne raison que … ça ferait trop bizarre. Et puis c’est un mec à meuf, monsieur ne changera pas du jour au lendemain. Pas que ça me dérange parce que je n’en ai rien à foutre étant donné que je ne ressens rien envers lui, mais il faut dire ce qu’il en est.

Bref. Revenons-en à ma situation actuelle. Judith, Matthew. Seuls. Enfermés dans des toilettes.

« Quand on sortira de là ... »

N’allez pas croire que j’ai envie de le faire monter à ma case, ni même flirter avec. Je l’aurais déjà fait, autrement. C’est juste que je me dis que lorsque l’on pourra enfin sortir de là, je n’aurais plus du tout l’envie de m’amuser. Soit je fais les choses à fond, soit je ne les fait pas. C’est comme quand vous couchez avec quelqu’un. Si vous le faites c’est parce que vous en avez VRAIMENT l’envie, pas juste pour le fun de vous occuper alors que cette idée ne vous emballe pas trop. Oui je sais que j’avais pu choisir un autre exemple parce que celui-ci n’est pas très … Eh bien il ne se dit pas comme ça par question de principe, voilà. Sauf que vous semblez oublier que moi je n’en ai pas. Ni de principes, ni gêne, ni tabou.

« Non rien. Te fais pas de film, hein. M'enfin... Si, je m'en fous de toute manière, alors... »

En terminant ma phrase, je me suis levée et me suis dirigée jusqu’un des lavabos, où j’ai écrasé la clope que m’avait donné quelques minutes auparavant celui qui possède la même teinte des yeux que la mienne. J’en ai eu assez : c’est après une dispute que je kiffe fumer, ensuite quand la tension se calme ça ne me dit plus rien. Un peu comme maintenant quoi. A croire que Matthew est aussi bon que moi, on a tous deux décidé de fournir des efforts afin qu’il n’y ait pas de blessé ce soir.

(J'ai trop parlé, meeeeeeeeeerde !)
(c) sky hologram (luchy)


12 roses. ♥

bang bang shot you down:
 


Judith & Matthew:
 
 
#Do or die - [Pv Judith]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NE TUEZ PAS LA MERE PORTEUSE de Judith Henry-Wall
» [Delom, Sylvie; Gueyfier, Judith] La Bestiole
» Judith Park (interview)
» [Wall, Judith Henry] Une mère en danger
» [Les éditions J'ai lu] Une mère en danger de Judith Henry Wall (Ne tuez pas la mère porteuse)

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Ruelles sombres-
Sauter vers: