Partagez | 
 

 Un après-midi plein de folie ! [PV Alice L./Roxas K./William D.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Co-Fondatrice Maman P'Hika-chou

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:



http://sanctuary-of-heart.forumactif.org/
avatar
Hikari "Amy Rose" Relyse
Co-Fondatrice Maman P'Hika-chou
Coeurs : 307 Messages : 1466
Couleurs : HotPink & SlateBlue
J'ai traversé le portail depuis le : 10/01/2011 et on me connaît sous le nom de : Hikari Relyse Mon nom est : Hikari Cassandra Relyse Actuellement je suis : en période de vide total. Il paraît que je ressemble à : Luka Megurine de Vocaloid et à ce propos, j'aimerais remercier : T.Brownie (vava) / Neven (Signa')
Re: Un après-midi plein de folie ! [PV Alice L./Roxas K./William D.] | Sam 07 Mai 2011, 11:20

Tout le monde commencèrent à entamer leur barbe à papa, Alice et Roxas en avaient presque engloutie la moitié. Je demandais à Alice ce qu'elle et William avait fait durant notre tour dans la grande roue.

- Rien de spécial, on vous a attendus au stand de pêche à la ligne.
- Ouais, et on a rencontré des gens... puis voilà, vous êtes arrivés en mode "main dans la main". On devrait plutôt s'intéresser à ce que vous, vous avez fait !

Je tournai ma tête vers Roxas pour lui dire de se taire alors qu'un sourire se dessina sur ses lèvres. Mes joues avaient un peu rosies, je ne pouvais m'empêcher de rougir en repensant à la scène du baiser.
Cela me soulagea quand Roxas répondit simplement que l'on avait discuter. Alice ne semblait pas nous croire et ça se voyait dans ses yeux, c'était sûr que quand j'allai être seule avec elle je ne pourrai m'empêcher de tout lui raconter.
Quand Roxas s'était approché de mon visage, et qu'il avait posé ses lèvres sur les miennes...


- Faut que j'arrête de penser à ça... pensai-je subitement.

Soudain, Alice qui observait la maison hantée la pointa du doigt.

- Dites, ça vous dit de faire un tour là-bas ? fit Alice brusquement. J'y suis jamais allée...

Je me crispai quand elle prononça le nom de l'attraction qu'elle voulait faire. "La maison hantée"... Je n'aimais pas vraiment ça, surtout que j'avais une peur bleue des fantômes. Rien que les voir me faisait hurler et je faisais des cauchemars la nuits... Mais ce qui est pire que les fantômes c'était les clowns, j'en avait la phobie.Lorsque j'étais petite, mes parents m'emmenèrent au cirque du parc d'attraction. Je devais avoir trois ou quatre ans. Soudain mon père s'écria : "Regarde ma chérie, ce sont des clowns, ils sont très drôles !" Je tenais mes parents dans chaque main et ils m'emmenèrent vers les clowns.
Au début je les trouvais drôles, mais plus le temps passait plus ils riaient et faisaient n'importe quoi. Leurs rires et leurs sourires les déformaient, leur maquillage m'effrayaient de plus en plus. Je tremblais de tout mes membres et j'enfouis ma tête dans la robe de ma mère tellement j'avais peur de les voir.
"]Faites qu'ils ne me voient pas..." murmurai-je de ma petite voix.
Après quelques minutes, on entendait plus les clowns en train de rire ou de blaguer. Je levai ma tête de la robe de ma mère et à quelques centimètres de moi un clowns qui me sourit. Mais sourire, ce visage, ce maquillage me fit vraiment peur que je m'étais mise à sangloter. Le clown me prit par le bras et me sourit tout en me caressant la joue.
"Il ne faut pas pleurer petite, je ne te ferai aucun mal..."
J'étais figée, je voulais m'enfuir, et ne plus jamais revenir. avec ma petite main d'enfant, j'attrapai sa main qui me tenait le bras et essayai de la retirer de force. Je m'étais mise à hurler tout en pleurant.
"Papa ! Maman ! J'ai peur !"
Je me débattais, c'était un souvenir horrible, rien que les voir me faisait déjà trembler. Je détestais leur rire effroyable, leurs gags n'étaient plus drôles.
Mon père lui trouvait la scène amusante, il me prit dans ses bras et me chuchota de sa voix douce comme du velours liquide.
"Ne pleure plus, ne t'en fais pas je suis là."
Mes larmes séchèrent immédiatement, ma mère m'embrassa sur la joue et son sourire me rendit le mien. Mais quand j'étais encore une petite enfant, à chaque fois que je croisais un clown où que j'en voyais un, je tremblotais, mes larmes coulaient sur mes joues et je ne disais plus rien. Je me figeais en le fixant et en me disant "Faites qu'il ne me voit pas, faites qu'il ne me trouve pas..."
Puis mes parents me dirent que j'avais la phobie des clowns depuis ce jour.
Mais, dans un maison hantée, il n'y avait pas de clowns à ce que je sache.


- Moi non plus je l'ai jamais faite, on y va ? dit Roxas en souriant.

Sans plus attendre, il me tira le bras et automatiquement je pris celui d'Alice qui tira celui de William.
Il y avait très peu de monde dans la queue alors notre tour fut vite venu.
Alors qu'Alice s'était installée et m'attendait sûrement, Roxas poussa William dans le wagon. La barrière de sécurité s'abaissa, ils ne pouvaient plus sortir.
Et pour en rajouter un peu, le demi-démon les saluait de la main en souriant.
Je me mise à rire, c'était vraiment amusant la manière dont il les avaient poussés et qu'ils avaient essayer de sortir après. Eh bien, ils allaient faire l'attraction ensemble.
Lorsque notre wagon arriva, Roxas sauta dedans et je le suivis, je commenças à avoir un peu peur.


- T'en fais pas, je suis là. me susurra-t-il à l'oreille.

Je lui souris et il me tint la main. Mon père m'avait dit ça le jour où on découvrit ma phobie des clowns. Cela me rassura et l'attraction démarra.
Nous entrâmes dans une pièce sombre, on avait un peu du mal à distinguer des silhouettes. Il y avait des lumière fluorescentes, des décors effroyables et une musique très sinistre. Parfois, des zombies des fantômes des insectes nous sautèrent dessus et je criais à chaque fois faisant rire Roxas qui sursautait légèrement. Je lui serrai la main et murmurais:


- J'ai peur, j'ai peur...

Soudain, des clowns en sang surgirent de nulle part et nous faisaient des grimaces tout en souriant sadiquement...
Je me mis à hurler d'une voix stridente qui devait s'entendre dans toute l'attraction. Et me jetai dans les bras de Roxas en sanglotant.


- J'ai peur, j'ai trop peur, je veux sortir...

J'avais vraiment peur des clowns, c'est bon ce soir j'allais faire de nombreux cauchemars...Je voulais que l'attraction se termine au plus vite pour en sortir. [/color]

[\o/ 74 lignes ! \o/]





Hikari Relyse:
 

CADO ♥:
 




avatar
Invité
Invité
Re: Un après-midi plein de folie ! [PV Alice L./Roxas K./William D.] | Mar 10 Mai 2011, 00:45

Alors que Hikari avait insisté pour que je prenne une des barbes à papa qu'elle avait achetées, mais n'étant pas très "sucre", je me demandais ce que je pourrais en faire. Cette question trouva sa réponse lorsque je sentis qu'Alice et Storm tiraient dessus, comme si je ne les voyais pas. La demi-déesse proposa alors de faire un tour dans la "Maison Hantée", attraction qu'elle et Roxas n'avaient jamais fait, d'après ce qu'il avait répondu. Sa réponse était illogique puisqu'il n'existait pas ce genre de choses en Enfers, mais je ne dis rien, préférant les laisser faire. Il attrapa alors la main de Hikari, qui attrapa celle d'Alice. Cette dernière prit alors la mienne, et Roxas nous traina tous les quatre en direction d'un espèce de manoir décoré de fantômes, zombies et autres grossièretés. Je ne comprenais pas l'origine des cris qui retentissaient à l'intérieur de la maison et nous entrâmes rapidement, puisque la queue n'était pas bien longue.
Liddell s'installa dans le premier wagon, et alors que je m'avançais afin de m'asseoir dans celui de derrière, je sentis que quelqu'un me poussait violemment contre le premier. Le temps que je reprenne mes esprits, le wagon dans lequel j'étais installé aux côtés d'Alice était parti et je voyais Roxas nous adresser de grands signes.


- Tu vas me me payer ! hurlai-je.

Maintenant, il était un peu trop tard pour sortir de ce merdier. La barre de sécurité s'était abaissée, et je ruminais sur son inutilité. À quoi bon ajouter ce genre de choses dans une attraction aussi banale ? Il faisait sombre et le wagon avançait doucement, laissant le temps au spectateurs d'apprécier le décor qui était noir et fluorescent. Un truc de gamin, évidemment. À chaque fois que quelque chose apparaissait soudainement, je sentais qu'Alice bondissait littéralement du siège et je pris mon visage entre les mains. L'irréalisme de cet endroit me donnait la nausée, mais tout le monde paraissait mort de trouille. La Princesse ne tremblait pas, mais je voyais clairement qu'elle avait un peu peur. Posant une main sur sa tête, je déclarai d'un air qu'on pourrait qualifier de "prétentieux".


- T'as peur de petits trucs comme ça ? fis-je en pointant un squelette pendu au dessus de nous.

Elle allait répliquer quelque chose mais l'énorme araignée qui se lança sur sa gauche la fit hurler. En
Même temps, j'entendis le cri de Hikari qui devait avoir vu quelque chose dans le genre. Elle s'élança à sa droite, hurlant de peur comme une fillette et se pressant contre moi comme lorsque je l'avais fait s'envoler. Tremblant presque autant que sur la Grande Roue, je décidait de la laisser se calmer un peu avant de déclarer.


- Ça fait deux-un, pour moi.

Les wagons s'arrêtèrent net. L'attraction devait s'être terminée et je soupirai lorsque la barrière se releva. Je descendis et sentis que la Princesse se détendait un peu, mais ne lâchait pas la prise qu'elle avait sur ma chemise. Elle se tenait fermement au dos de cette chemise et je jetai un coup d'oeil autour de nous. En fait, treize chemins s'offraient à nous, tous introduits par une porte noire, et je me dis sérieusement que la véritable attraction se situait là. Une voix caverneuse sortie de nulle part annonça que nous étions treize wagons, et que chaque wagon devait explorer chacun un couloir différent, ce qui faisait que nous étions repartis en binômes. Faire équipe avec une trouillarde dans le genre d'Alice Liddell avait été un cadeau du Ciel... merci à tous les Dieux. Non mais vraiment... Je pointai le couloir en face de nous et lui déclarai que nous devions le traverser si nous voulions sortir, et elle me suivit docilement, en faisant attention au moindre mouvement suspect dans l'ombre. Je poussai alors la porte qui portait le chiffre de notre wagon et arrivé à l'intérieur, il faisait noir. Les cris provenant de derrière nous me laissai supposer que les portes contenaient tous un décor différent. Roxas et Hikari sauraient se débrouiller, vu la complicité dont ils faisaient preuve depuis la veille. Même s'ils s'étaient rencontrés un jour plus tôt, on aurait très bien pu croire qu'ils étaient amis depuis toujours et que rien ne s'était jamais interposé entre eux deux.

Une faible lumière éclaira alors le couloir, et il cette apparition soudaine de luminosité était due aux torches qui encadraient de nombreux tableau accrochés aux murs situés de part et d'autre du couloir. Même s'il y avait de la lumière, on ne distinguait pas si le couloir se terminait ou pas. Marchant le long du couloir, sans faire attention aux qui semblaient animés. Au fur et à mesure que nous marchions, je m'aperçus que les mêmes tableaux revenaient, et je m'arrêtais alors.


- On tourne en rond, ça ne sert à rien de continuer à marcher, finis-je par dire à Alice qui avait l'air d'avoir repris ses esprits.
- Mais oui, Will' ! Ça ne sert à rien du tout, du tout, du tout ! clama une voix qui m'était familière.

L'origine de cette voix provenait du tableau d'une femme aux cheveux noirs et au visage de poupée. Si teint blafard rappelait celui des vampires et ses yeux étaient aussi bleus que les miens. Cette femme était la seule que je n'aie jamais aimée. Septième fille du Diable. Ma mère, en vérité.
Le portrait de ma mère, plus précisément, puisque la vraie avait été assassinée. Nous n'avions jamais retrouvée son corps et certain affirmaient qu'elle était encore en vie. Des bêtises. Elle me regarda d'un air sévère et dit soudainement:


- Alors comme ça, on déshonore sa pauvre Maman ?
- Pardon ?
réussis-je à articuler.
- Tu sais très bien de quoi elle parle ! répondit le portrait d'une jeune femme aux cheveux blonds, qui devait avoir aux environs d'une vingtaine d'années. Batifoler avec une demi-déesse, on aura tout vu ! Pour un descendant direct du Diable, tu abuses un peu...

Pour être franc, j'avoue que je ne comprenais rien à la situation. Tous les tableaux étaient animés et se mettaient soudainement à débattre entre eux. Le portrait de ma mère était en face de la fie blonde qui nous fixait, Alice et moi, d'un air un peu perplexe. Je réussis soudainement à voir une inscription sous le tableau de la blonde, et l'écriture m'était inconnue.

- Tu arrives à lire ce qu'il y a marqué sous ce cadre ? demandai-je à Alice.
Fondatrice Super Ali'cendre

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:



http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
avatar
Alice S. « T » Liddell
Fondatrice Super Ali'cendre
Coeurs : 231 Messages : 839
Couleurs : Crimson & Coral
J'ai traversé le portail depuis le : 10/01/2011 et on me connaît sous le nom de : MISS AMAZING. (aka Kao') Mon nom est : Alice-Calypso Sharon « Thunder » Liddell. Actuellement je suis : célibataire et non intéressée. Il paraît que je ressemble à : cutie Nill (dogs;bullet&carnage). – IRL : Freya Mavor. et à ce propos, j'aimerais remercier : Mido ♥ (zelda.) thank youuu ~
Re: Un après-midi plein de folie ! [PV Alice L./Roxas K./William D.] | Mar 10 Mai 2011, 20:32

    « Tout le monde paraissait vouloir faire la maison hantée, et ce fut donc avec une certaine allégresse -n'exagérons pas cependant- que petit groupe entra dans le bâtiment. À première vue, les décors paraissaient presque irréels, et ça ressemblait beaucoup à ce que faisaient les gens sur Terre. Je n'avais jamais eu vraiment peur de ça mais lorsque la file d'attente fut terminée -je remarquai qu'elle était très courte, j'entrai dans le premier wagon et Roxas poussa William à l'intérieur. Je devais m'y attendre, puisqu'il était à fond sur Hikari. Le wagon démarra et la barre de sécurité -ne me demandez pas pourquoi il y en avait une- s'abaissa, nous obligeant à rester sur notre siège.

    - Tu vas me le payer ! avait hurlé William.
    - Faites pas trop de cochonneries ! renchéris-je avec une certaine moquerie dans la voix.

    L'attraction démarra de façon très douce. Les décors étaient presque grotesques, mais la façon dont les choses vous tombaient dessus faisaient sursauter. De nombreuses fois, je me retins de sauter dans les bras de William mais je n'étais pas encore assez effrayée pour tenter ce genre de choses.
    Malheureusement, ce qui devait arriver arriva. Une énorme araignée rampa sur le wagon à une vitesse folle, m'obligeant à me décaler de plus en plus, tout en essayant de la repousser. Impossible de savoir si elle était vraie ou non, et c'est pourquoi je craquai et me balançai contre lui. Il avait dû trouver ça drôle -hum, peut être pas le bon terme- car il déclara.

    - Ça fait deux-un, pour moi.
    - Tu vas voir où je te le mets, ton deux-un... marmonnai-je.

    Sur ce, les wagons s'arrêtèrent et la barre de sécurité se releva. C'était étonnamment court, et je ne voyais pas pourquoi les gens trouvaient cette attraction effrayante. Ce n'était pas si phénoménal que ça n'en avait l'air...
    À la grande surprise de tout le monde, une voix sortie de nulle part annonça que nous devions chacun emprunter une des treize portes qui se dressaient devant nous, sans se séparer de son camarade de wagon. William et moi nous jetâmes un regard dégoûté et la voix s'éteignit. Poussant la porte, William entra dedans et je le suivis sans broncher. D'autres s'étaient empressés d'entrer dans leurs salle, et j'entendais déjà des cris stridents provenant sûrement d'âmes sensibles. Frissonnant à chaque pas, je décidai de m'accrocher à la chemise de William, puis à son bras gauche. Il ne me repoussa pas, et je n'allais pas lui faire remarquer car il serait capable de me laisser mourir de peur toute seule. La porte se referma derrière nous et de légères lumières s'allumèrent.

    Nous étions en fait dans un couloir, dont je n'apercevais pas le fond, faute de luminosité. Des tableaux animés -je vis cela car ils nous regardaient tous avec des yeux choqués, comme si nous avions fait quelque chose de mal- étaient accrochés sur les murs qui nous entouraient, chuchotant entre eux et ne nous quittant pas du regard. Sans m'en rendre compte, je serrai le bras de William de plus en plus fort au fur et à mesure que nous avancions dans ce long couloir, mais ce dernier restait de marbre jusqu'au moment où il décida de s'arrêter.

    - On tourne en rond, ça ne sert à rien de continuer à marcher, déclara-t-il.
    - Mais oui, Will' ! Ça ne sert à rien du tout, du tout, du tout !

    Je sursautai lorsque j'entendis cette voix. Elle provenait du portrait d'une femme qui possédait de longs cheveux noirs, de magnifiques yeux bleus, des lèvres rouge sang et une peau de porcelaine. Je sentis que William était déstabilisé, et je compris de cette soudaine tension lorsque la femme prononça le nom de "Maman". Tout cela n'avait rien de logique, mais lorsque je fis plus attention, un nom était écrit sous le tableau: Superbia Van Drake. Elle devait avoir un lien de parenté avec William, étant donné qu'ils avaient le même nom de famille. Leur ressemblance me confirma alors qu'elle était bel et bien sa mère, mais elle me paraissait un peu jeune pour être la génitrice de ce dernier.

    - Tu arrives à lire ce qu'il y a marqué sous ce cadre ? fit soudainement William.

    Je sursautai. J'étais complètement plongée dans mes pensées et il me fallut un moment pour me rendre compte qu'il pointait le tableau d'une jeuen fille qui ne devait pas avoir plus de vingt ans. Son nom à elle était écrit en grec ancien, et ma partie déesse me permettait de déchiffrer facilement cette langue oubliée. Le nom qui y était inscrit ne m'était pas totalement inconnu.

    - Artémis Diane, déesse de la Chasse, répondis-je alors.
    - Dis-moi, petite soeur... que fais-tu avec un individu de la sorte ? dit le portrait de la déesse.

    Je n'avais jamais proprement parlé à une des personnes de ma famille, mais je ne sus quoi répondre. Ce n'était pas comme si nous étions en face de la véritable Artémis, puisque ce n'était qu'un tableau. Il ne fallait pas oublier que j'étais encore dans une attraction, donc rien de cela n'était vraiment réel. Je ne répondis pas et serrai un peu plus le bras de William. Tout cela était tellement étrange que je ne savais pas quoi faire. Devais-je répondre à la déesse -plutôt à son portrait- ou rester muette ?

    - Mais oui, Willou, continua Superbia Van Drake. Tu m'as trahie comme ton père l'a fait, en ayant affaire à de jolies demi-déesses.
    - C'est pour cela que les hommes ne valent pas mieux que de vulgaires arcs cassés, marmonna Diane. Toujours là pour sauter sur la première femme venue...

    J'étais en partie en accord avec ce qu'avait dit Artémis. Beaucoup d'hommes abandonnaient leurs femmes pour partir avec des jeunes filles. Je ne connaissais pas l'histoire des parents de William, mais il avait affirmé que sa mère était morte. Enfin ce n'était toujours qu'une peinture et il ne fallait pas confondre fiction et réalité. Tout paraissait tellement réel que je ne savais quoi penser. Superbia toisait William avec un air dégouté et je sentis que ce dernier semblait perdu. Je me postai en face de lui, essayant de voir les réactions qu'il avait au niveau du visage.

    - William... ça va aller ? lui demandai-je timidement.




: (kiralice) ♥ love you brother :
 

: always & forever ♥ (willalice) :
 




avatar
Invité
Invité
Re: Un après-midi plein de folie ! [PV Alice L./Roxas K./William D.] | Dim 15 Mai 2011, 21:52

My Pretty Angel me sourit tendrement mais je savais qu'au fond, elle était encore effrayée à l'idée de faire cette attraction, pour la rassurer je lui pris la main et ses joues rosirent.
Cette douce main que je ne voudrais plus jamais lâcher. Elle était mignonne quand elle rougissait et je me sentais bien quand j'étais avec elle. J'oubliais tous mes soucis et mes problèmes.
L'attraction démarra et les portes blindées s'ouvrirent, et lorsque nous passâmes, elles se refermèrent derrière nous. Plusieurs monstres essayèrent de nous effrayer, et ce petit manège parut faire peur à Pretty Angel. Elle hurlait à chaque fois que quelque chose surgissait de nulle part.
Notre wagon avançait doucement sur un long chemin semé de monstres et d'autres créature effroyables qui, ma foi, ne m'effrayaient guère. Cependant, c'était vraiment amusant de voir my Pretty Angel crier sur tout ce qui apparaissaient, je ne pouvais m'empêcher de rigoler à chaque fois.
Elle avait de plus en plus peur et me serrait la main en murmurant d'une voix tremblante :


- J'ai peur, j'ai peur...

Soudainement des hommes maquillés bizarrement avec des nez rouges surgirent, ils étaient couverts de sang. Je sursautai sur le coup, leurs visages étaient étaient déformés par leurs sourires sadiques et leurs expressions déjantées.
My Prety Angel hurla d'une voix stridente qui me transperça les tympans. Elle se jeta dans mes bras en pleurs, cette fois-ci elle eut très peur...
Les clowns reculèrent et disparurent.


- J'ai peur, j'ai trop peur, je veux sortir...

Elle tremblait de tous ces membres et respirait avec difficulté. Elle pleurait et hoquetait, je la serrai dans mes bras et lui caressai doucement la tête.

- T'en fais pas, je suis là... lui susurrai-je encore une fois. J'ai trouvé ton petit point faible...

Elle avait une peur bleue des clowns, ça je l'ignorais. Au bout d'un certains temps, notre wagon s'arrêta. Nous descendîmes et nous trouvâmes devant treize portes différentes.
Je jetai un vif coup d'oeil à notre wagon, il portait le numéro "treize", je me souvins qu'en Enfers, j'avais rencontré plusieurs personne qui me disait que ce chiffre portait malheur. Comme je n'étais pas superstitieux, je poussai d'un air tranquille cette porte au même numéro que notre wagon.
Je ne m'attendais pas à ce que la chose qui se cachait derrière cette porte, allait me rappeler de très mauvais souvenirs. Des souvenirs que je voulais absolument oublier car ils me hantaient chaque nuit, m'empêchant de dormir...
Nous étions sur un long chemin semé de cailloux. Il faisait sombre et seules de petites lumière éclairaient notre route. Je m'avançais prudemment sur ce chemin, my Pretty Angel me tenant le bras, je scrutais les alentours. Cet endroit me paraissait familier, des choses gisaient par terre.
Soudain, je m'aperçus avec horreur que mes mains étaient couvertes de sang, je restais figé et sur le sol, gisaient une centaine de clowns ensanglantés et parfois démembrés. Je dus me mordre la langue pour ne pas hurler, cette scène, était la même. La même que j'avais vu de mes propres yeux, j'avais l'impression de la revivre. My Pretty Angel n'osait pas regarder les cadavres et avait enfoui sa tête dans ma chemise, elle tremblait et haletait. Je l'a tenais toujours contre moi et avançais lentement tout en dévisageant les corps. Je posai ma main sur les yeux de Pretty Angel, elle ne devait pas voir ce désastre.
Je gardais au fond de moi un lourd secret que j'avais du mal à supporter.
Chaque nuit le même cauchemar revenait, encore et encore. Avant d'arriver sur l'île, des gens en Enfers me détestaient car j'avais du sang d'ange qui coulait dans mes veines. Ils m'insultaient, m'injuriaient, me persécutaient. Et pourtant, je gardais le sourire, mais ce sourire était faux. au fond de moi-même j'étais blessé, presque tué...
Un jour, l'un me dit :


- Tu sais, ton père et ta mère n'étaient que des traîtres, ta mère devait une traînée pour t'avoir fait avec cet ange. Tu a du sang souillé en toi. Tu n'aurais jamais du exister....

Là c'en était trop, j'entrai dans une colère noire, mon côté démon ressorti et en quelques secondes, tua tous ceux qui s'étaient moqués de moi et qui m'avaient insulté. Ils devaient être une centaine ce jour-là...
Lorsque je repris mes esprits, ma Keyblade était couverte de sang, mes mains étaient désormais souillées par le crime. Je voulais mourir, je ne méritais plus de vivre, je ne méritais plus rien...
Un meurtrier, un assassin, un criminel, voilà ce que j'étais devenu. Depuis ce jour, j'eus la phobie des cadavres...

Alors que je marchais sur ce chemin qui me parut tellement long, je tombai soudainement à genoux. J'avais peur et je souffrais. Je ressentis toutes les émotions que j'avais ressentis le jour où tous ces gens avaient péri à cause de moi. Je plaquai mes mains sur ma tête, elle allait exploser !


- Ce n'est pas de ma faute... Je ne les ai pas tués ! dis-je en tremblant. C'est Roxas...Roxas pourquoi... Pourquoi as-tu fait ça ?! Je ne voulais pas, je ne voulais pas...

Ce cauchemar me tuait...
Co-Fondatrice Maman P'Hika-chou

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:



http://sanctuary-of-heart.forumactif.org/
avatar
Hikari "Amy Rose" Relyse
Co-Fondatrice Maman P'Hika-chou
Coeurs : 307 Messages : 1466
Couleurs : HotPink & SlateBlue
J'ai traversé le portail depuis le : 10/01/2011 et on me connaît sous le nom de : Hikari Relyse Mon nom est : Hikari Cassandra Relyse Actuellement je suis : en période de vide total. Il paraît que je ressemble à : Luka Megurine de Vocaloid et à ce propos, j'aimerais remercier : T.Brownie (vava) / Neven (Signa')
Re: Un après-midi plein de folie ! [PV Alice L./Roxas K./William D.] | Mer 18 Mai 2011, 13:30

J'avais peur, déjà que je détestais les fantômes...Les clowns c'était la goutte qui faisait déborder le vase. Roxas sentit ma détresse et essayait de me rassurer du mieux qu'il put. Je me rendis soudain compte qu'être avec lui, me rassurais un peu et que je pouvais lui faire entièrement confiance.

- T'en fais pas, je suis là... me susurra-t-il encore une fois. J'ai trouvé ton petit point faible...

Super... Je l'imaginais déjà en train de m'effrayer en costume de clown.
Cependant, être dans ses bras et le fait qu'il me répète cette phrase me faisait du bien. Mon père avait prononcé la même phrase lorsque j'avais eu peur des clowns autrefois.
La wagon continuait à avancer et plusieurs monstres gores surgissaient de temps à autre.
Lorsque notre wagon s'arrêta, je fus soulagée croyant que c'était la fin de l'attraction mais à mon grand malheur c'était loin d'être terminé...
Nous nous trouvâmes devant treize portes, ne sachant laquelle choisir je laissai Roxas faire son choix. Il jeta un vif regard à notre wagon qui allait disparaître derrière un rideau noir et avança d'un pas décidé vers la porte qui portait le numéro "treize".
Je n'étais pas superstitieuse mais j'avais un mauvais pressentiment en passant cette porte.


Derrière cette porte se trouvait un long chemin, il faisait sombre, on se croirait dans une grotte. Tenant fermement le bras de Roxas, celui-ci avançait doucement. De petites lumières éclairaient notre chemin sinueux. J'avais du mal à apercevoir quoi que ce soit, j'avais l'impression que ce "couloir" semblait long.
Je sentis que Roxas tremblait légèrement, cependant aucun mot ne sortit de ma bouche tellement j'étais effrayée.
Soudain il s'arrêta net, je le regardai, anxieuse, puis tournai ma tête dans la même direction.

- Des cadavres... murmurai-je d'une voix presque inaudible.

Des corps gisaient sur le sol, des mares de sang ,des bras, des jambes ou des têtes étaient un peu dispersés... C'était un spectacle vraiment effrayant. J'avançais en même temps que Roxas vu que je lui tenais le bras. Il se pencha légèrement pour observer un des cadavres, je fis de même et aperçus que c'était des clowns. J'écarquillai les yeux d'horreur et enfouie immédiatement ma tête dans les bras de Roxas. Non pas encore, pas encore des clowns !
Le demi-démon posa sa main sur mes yeux et nous continuâmes le chemin.
Plus on avançait, plus je sentis qu'il tremblait de plus en plus. Soudainement il tomba à genoux, tenant sa tête avec ses mains.


- Ce n'est pas de ma faute... Je ne les ai pas tués ! fit-il en tremblant. C'est Roxas...Roxas pourquoi... Pourquoi as-tu fait ça ?! Je ne voulais pas, je ne voulais pas...

Je ne savais pas ce qu'il lui arrivait mais il ne se sentait pas bien. Je m'agenouillai à côté de lui et le pris dans mes bras. De quoi parlait-il ? Et...De quel "Roxas" parlait-il ?
Aurait-il tué des gens ?
De nombreuses questions se bousculèrent dans ma tête. Je posai ma main sur le visage de Roxas et levai sa tête. Il me regardait avec un regard effrayé. Il avait sûrement été traumatisé lorsqu'il était jeune sans doute.


- Roxas... Je ne sais pas ce qui est arrivé auparavant mais tu n'as jamais rien fait de mal. Tu es quelqu'un de bien. Dis-je en le regardant avec insistance puis je lui souris. Qui-est-ce qui m'avait fait une promesse ? Et puis, avec toi... J'ai moins peur...

Il secoua vivement sa tête et se leva. Je lui souris, me levai sur la pointes des pieds pour lui poser un doux baiser sur ses lèvres.
Un baiser goût barbe à papa...
Puis je lui pris le bras, fis un effort pour ne pas penser aux clowns et avançais sur le chemin sans jeter un seul regard aux cadavres. Il fallait être courageuse !





Hikari Relyse:
 

CADO ♥:
 




avatar
Invité
Invité
Re: Un après-midi plein de folie ! [PV Alice L./Roxas K./William D.] | Mer 18 Mai 2011, 22:46

La personne représentée sur le portrait qui avait parlé en compagnie de celui de ma mère n'était autre que Artémis, déesse de la Chasse. D'après ses propos, elle ne portait pas les hommes dans son cœur mais ce ne fut pas ses paroles qui me heurtèrent. Superbia avait affirmé que je l'avais trahie, à cause du fait que j'étais en compagnie d'une demi-déesse. C'était aux côtés d'une femme de cette race-là que mon père avait quitté ma mère, et aucun de nous deux ne lui avait pardonné. Si elle le montrait moins que moi de son vivant, elle ne s'empêchait pas de dire des horreurs sur mon paternel, puisque l'orgueil démesuré de cette femme lui empêchait de comprendre qu'il puisse exister mieux qu'elle. D'un certain côté, elle avait toujours été pour moi le stéréotype de la femme fatalement parfaite, et jamais je ne l'avais vu baisser les yeux une seule fois. Son nom, qui signifiait en latin "Orgueil" était l'un des principaux traits de son caractère, et je l'avais toujours beaucoup respectée. Qu'elle soit morte dans de telles conditions m'avait profondément déçu, et une petite part de moi-même se persuadait qu'elle était bel et bien vivante. Voir ce portrait parler de la même façon et de reproduire les mêmes gestuelles qu'elle me troublait à un point tellement haut que je n'arrivais pas à me dire que tout cela n'était que le fruit d'une quelconque magie destinée à déstabiliser les personnes qui faisaient cette attraction.

Pour en revenir à ce qu'elle avait dit, ce fut non seulement les paroles qu'elle avait prononcées, mais aussi le regard chargé de reproche et presque dégouté qu'elle me lança à ce moment précis. Jamais une fois la vraie Superbia ne m'avait regardé de la sorte, et ça me mettait presque mal à l'aise. Je sentis mon regard se baisser lentement vers le sol, ainsi que l'étreinte du bras d'Alice contre le mien se relâcher. Elle se posta presque craintivement devant moi, avant de me demander une chose que je n'aurais jamais cru possible venant d'elle.


- William... ça va aller ?
- Fous moi la paix, répondis-je sèchement.

Ces paroles étaient sorties presque automatiquement de la bouche. C'était  en partie l'habitude que j'avais de repousser tous ceux qui avaient de la compassion pour moi, mais il y avait autre chose. Peut être était-ce la gêne que me provoquait la soi-disant présence de ma mère qui haïssait les demi-dieux presque autant que moi...
Parler aussi sèchement à la Princesse, je l'avais fait beaucoup de fois déjà. Je ne regardai pas sa réaction, qui avait du être aussi banale que toutes les autres depuis la nuit dernière. Même si cela faisait peu de temps que nous nous connaissions, je savais déjà beaucoup de choses  sur elle, mais pour elle, j'étais presque un inconnu. Une telle différence de connaissances me donnait l'avantage au cas où je devrais faire pression sur elle -la faire voler, par exemple- mais cette pensée ne m'intéressais guère. J'avais d'autres problèmes à gérer pour le moment. Comme cette histoire de peinture parlante. Un sourire satisfait s'était dessiné sur le personnage de Superbia Van Drake, et je supposai qu'elle avait du être contente de ma réponse auprès de la demi-déesse. Ce n'était pas pour me faire une bonne image devant la peinture parlante, mais simplement pour ne pas oublier la catégorie dans laquelle se trouvait Alice. Une sang-mêlé. Une demi-déesse parmi tant d'autres. Une des personnes que je haïssais le plus à cause de son sang divin et de sa manière de se sentir supérieure. Sous prétexte qu'ils était les enfants d'un des Dieux de l'Olympe ils se croyait tout permis, et cette façon de penser me dégoutait au plus haut point.


- Laisse, Alice, fit la voix de Diane. Il n'en vaut pas la peine.
- C'est plutôt elle qui ne vaut pas la peine que mon fils fasse attention à elle ! clama aussitôt Superbia. Non mais pour qui elle de prend, cette sang-mêlé ? De ne serait-ce que d'adresser la parole à un sang-pur tel que William...

J'aurais pu être fier que ma mère parle ainsi de moi, mais je me rappelai soudainement que ce n'était qu'un vulgaire tableau qui se jouait de ce qu'il y avait dans ma tête. Une hallucination, de la pure fiction. Je vis à côté de la peinture de ma mère celles de ces six sœurs, mes tantes. Certaines nous observaient, d'autres discutaient comme elles le faisaient dans mes souvenirs. Voilà ce qu'utilisait la personne qui tirait les ficelles de ce jeu. Mes souvenirs, mes sentiments. Le fait d'être autant manipulé entrainait une rage énorme au fond de moi-même et je sentis soudainement que je perdais le contrôle de mes actes. Sombrer dans les ténèbres et ne plus penser à rien... c'était tellement dur.
Je donnais un violent coup de poing dans la peinture de ma mère qui parut terriblement surprise.


- Tu ne seras jamais la vraie, tu m'entends ? Jamais.

Dans le reflet des yeux de la femme peinte, je pus voir que mes yeux avaient pris leur teinte rouge et qu'un sourire horriblement sadique s'était dessiné sur mon visage. Le seul fait d'avoir repris le contrôle sur mes émotions m'avait permis de faire la différence entre fiction et réalité. Dans la fiction, ma mère me parlait. Dans la réalité, elle était morte.
Le portrait se déforma soudainement, avant de devenir entièrement noir et j'eus la confirmation qu'elle était partie lorsque le nom disparut sous le tableau. Je soupirai et me laissai tomber au sol.


- C'est fini, déclarais-je finalement en fermant les yeux.
Fondatrice Super Ali'cendre

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:



http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
avatar
Alice S. « T » Liddell
Fondatrice Super Ali'cendre
Coeurs : 231 Messages : 839
Couleurs : Crimson & Coral
J'ai traversé le portail depuis le : 10/01/2011 et on me connaît sous le nom de : MISS AMAZING. (aka Kao') Mon nom est : Alice-Calypso Sharon « Thunder » Liddell. Actuellement je suis : célibataire et non intéressée. Il paraît que je ressemble à : cutie Nill (dogs;bullet&carnage). – IRL : Freya Mavor. et à ce propos, j'aimerais remercier : Mido ♥ (zelda.) thank youuu ~
Re: Un après-midi plein de folie ! [PV Alice L./Roxas K./William D.] | Ven 20 Mai 2011, 23:30

    « - Fous moi la paix, répondit brusquement William.

    Je sursautai par tant de violence dans sa voix mais ne fit rien, me contentant de croiser les bras sur ma poitrine. Alors comme ça, il ne voulait pas que je m'inquiète pour lui ? Très bien. Je ne savais vraiment pas pourquoi je m'étais fait autant de soucis et décidai de rester muette quand à la réponse de sa mère, qui me traita littéralement de sang-mêlé. Qu'elle dise ce qu'elle veut, c'était loin d'être une honte d'appartenir à deux races différentes, et je n'allais pas me rabaisser à répondre à de telles idioties. Je hochai la tête quand à la réaction du portrait de ma demi-soeur, puis après un long moment de silence, je vis William bouger. Il paraissait réfléchir intensément et, avec une vitesse hallucinante que je ne lui avais jamais vue, il donna un violent coup de poing dans le portrait de sa mère, qui le regarda, choquée. Je n'avais pas prêté attention à la couleur des yeux du démon jusqu'à maintenant, mais à l'instant où son poing avait touché la peinture, ses pupilles étaient devenues d'un rouge sombre, et un sourire terrible éclairait son visage. Le spectacle du tableau se noircissant était vraiment bizarre, et lorsque le nom de Superbia Van Drake s'effaça, je sus qu'elle ne reviendrait pas. Le démon ferma les yeux et se laissa tomber lourdement au sol, en soupirant longuement. Je m'avançai vers lui et le secouai à l'aide de mon pied.

    - Bon, maintenant que tu t'es bien défoulé... On y va ? déclarai-je d'un ton hautain. Plus vite on sera sortis d'ici, plus vite on pourra...

    Je ne pus pas terminer ma phrase car le tissu rouge qui tapissait le sol du couloir parut prit d'un mouvement semblable à celui d'une vague, et je basculai sur William sous la force de l'ondulation. Je regardai le tapis d'un air ahuri, et lorsqu'il se propulsa vers le plafond, je me couvris la tête à l'aide de mes mains, tout en fermant les yeux. Alors que mon crâne aurait dû heurter violemment le plafond, je ne sentis presque rien et, surprise, je rouvris les yeux.
    Grave erreur.
    Nous nous trouvions au-dessus de la ville de Skyworld, que je reconnus grâce à l'énorme château de cristal qui trônait au milieu. Le temps de me rendre compte que nous étions à une centaine de mètres au dessus du sol, je hurlai de peur et me recroquevillant sur moi-même, les yeux hermétiquement fermés et la tête enfouie entre mes mains. Le vent me hurlait dans les oreilles et j'avais quasiment les larmes aux yeux. Pitoyable situation, je devais l'avouer. Peu m'importait l'image que je donnais, du moment que nous pouvions descendre au plus vite de ce maudit tapis magique. Tremblant comme une feuille, je m'approchai du bord du tapis en m'efforçant de ne pas détourner les yeux de mes pieds, cette fois-ci.

    - Je veux partir... marmonnai-je. J'en ai marre d'être aussi haut... fais descendre ce tapis !

    Pour la dernière phrase, j'avais hurlé de toutes mes forces et avais replié mes jambes contre ma poitrine, comme si ça allait me protéger. Je n'arriverais pas à tenir une seconde de plus dans ce tapis volant, et s'il le fallait, je sauterais bien dans le vide. Sauter dans le vide, ça paraissait tellement facile dit comme ça, mais j'avais beaucoup trop de fierté pour choisir de mourir. Ôter la vie d'un autre était tellement plus facile que de s'ôter la vie soi-même.


[HorsRP: Willou, fais nous sortir de l'attraction et si vous voulez, Hika et Rox, faites pareil. x)]




: (kiralice) ♥ love you brother :
 

: always & forever ♥ (willalice) :
 




avatar
Invité
Invité
Re: Un après-midi plein de folie ! [PV Alice L./Roxas K./William D.] | Dim 22 Mai 2011, 19:40

[Désolé il est merdique mon RP ><]

Ce souvenir me revint, il y avait des morts partout. J'étais désemparé devant cette horrible scène qui me rongeait l'esprit. Je ne me sentais pas bien, je voulais à tout prix sortir de ce cauchemar.
My Pretty Angel me tenait toujours le bras et me regardait inquiète. Sans le vouloir je lui lançai un regard de détresse lorsqu'elle releva ma tête vers elle.


- Roxas... Je ne sais pas ce qui est arrivé auparavant mais tu n'as jamais rien fait de mal. Tu es quelqu'un de bien. Dit-elle en le regardant avec insistance puis elle me sourit. Qui-est-ce qui m'avait fait une promesse ? Et puis, avec toi... J'ai moins peur...

Je secouai ma tête, je lui avais fait une promesse et je comptais bien la tenir. J'étais vraiment content qu'elle soit là. Je me levai et lui souris. Je me sentais mieux à présent. Il était temps de se battre contre cette peur et ce rêve qui me hantaient depuis plusieurs jours.
My Pretty Angel fit une chose qui me surprit. Elle se mit sur la pointe des pieds et m'embrassa. Son baiser était sucré comme tous les autres, avec un arrière goût de barbe à papa cette fois-ci.
Elle me prit le bras et avançait d'un pas décidé vers le bout de ce tunnel. Elle regardais devant elle, sans jeter un regard vers les cadavres. Je souris et j'eus une idée. Je la soulevai et la prise dans mes bras puis je me mis à courir aussi vite que je pus pendant qu'elle hurlait.
Je courus une courte distance avant d'atteindre une porte. Sur un écriteau était écrit : "Bravo à vous braves gens, vous avez su faire preuve de courage devant vos pires cauchemars."
Puis il disparut et la porte s'ouvrit. Et comme nous avions passé beaucoup de temps dans des endroits sombres, la lumière du jour nous aveugla. Nous nous assîmes sur un banc en attendant Lacie et William.

- Dis Pretty Angel, comment ça se fait que tu as peur des clowns ? demandai-je.

Il y avait sûrement une raison à cela et j'avais hâte de la découvrir.
Co-Fondatrice Maman P'Hika-chou

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:



http://sanctuary-of-heart.forumactif.org/
avatar
Hikari "Amy Rose" Relyse
Co-Fondatrice Maman P'Hika-chou
Coeurs : 307 Messages : 1466
Couleurs : HotPink & SlateBlue
J'ai traversé le portail depuis le : 10/01/2011 et on me connaît sous le nom de : Hikari Relyse Mon nom est : Hikari Cassandra Relyse Actuellement je suis : en période de vide total. Il paraît que je ressemble à : Luka Megurine de Vocaloid et à ce propos, j'aimerais remercier : T.Brownie (vava) / Neven (Signa')
Re: Un après-midi plein de folie ! [PV Alice L./Roxas K./William D.] | Lun 23 Mai 2011, 18:21

Roxas était tellement de bonne humeur après que je lui avais donné mon baiser qu'il me souleva avec ses bras et se mit à courir vers la fin du chemin. Après une courte course, une porte en cristal se dressa devant nous et il y avait écrit sur un écriteau:

"Bravo à vous braves gens, vous avez su faire preuve de courage devant vos pires cauchemars."

Puis la porte s'ouvrit et une lumière aveuglante nous éblouis. J'ouvris mes paupières et aperçus que nous étions dehors. Nous étions sortis de l'attraction. je soupirai de soulagement, enfin le cauchemar était fini ! Même si c'était passé, j'en tremblais encore un peu. je jetai des regards autour de nous et n'aperçus Alice et William.

- Ils sont assez grands pour se débrouiller seuls, pensai-je.

Roxas s'assit sur un banc et je me joins à lui. j'avais encore la scène avec les cadavres des clowns dans la tête. C'était vraiment horrible. Le demi-démon se tourna vers moi et me posa une question à laquelle je ne voulais absolument pas répondre.

- Dis Pretty Angel, comment ça se fait que tu as peur des clowns ?

Comment ça se fait ? A ton avis petit curieux !
Je le regardais surprise, comme si mon visage disait "Tu veux vraiment que je te le dise ?", il me sourit et me fixait avec insistance. son visage disait "Dis-le moi ! Dis-le moi !"
Je soupirai et lui contais toute l'histoire. J'eus un peu du mal à certains moment de mon récit car je tremblotais un peu en repensant au sourire du clown qui m'avait effrayé auparavant.
après avoir fini mon histoire je lui posai une question à mon tour.


- Et toi, de quoi as-tu peur ? Je n'ai pas réussi à percer ta peur durant l'attraction.

Durant toute l'attraction, je ne savais pas de quoi il avait peur, le moment avec les cadavres devait être choquant pour de nombreuses personnes. La maison hantée était réputée pour refléter la phobie des gens durant l'attraction. Mais, je n'avais pas trouver celle de Roxas.





Hikari Relyse:
 

CADO ♥:
 




avatar
Invité
Invité
Re: Un après-midi plein de folie ! [PV Alice L./Roxas K./William D.] | Mer 25 Mai 2011, 00:17

- Bon, maintenant que tu t'es bien défoulé... On y va ? déclara Alice en me secouant avec son pied. Plus vite on sera sortis d'ici, plus vite on pourra...

À mon grand soulagement, elle ne finit jamais sa phrase. Cependant, le sol bougeait d'une manière étrange sous nos pieds et je dus avouer que c'était surprenant. Moi qui pensait en avoir fini avec cette maudite attraction inutile, j'étais assez loin du compte. Tel un serpent, le tapis ondula dangereusement avant de s'envoler vers le plafond. Ce dernier s'effaça à l'instant où nous le traversâmes, et j'entendis les hurlements emplis de détresse de la demi-déesse.
Je decidai de l'ignorer et observai le paysage. Je l'avais déjà vu une fois, lors de mon arrivée. L'énorme château m'avait permis de reconnaitre la ville de Skyworld, que j'avais survolée la nuit précédente avec une Alice relativement calme, puisqu'elle dormait. Si seulement elle avait ou être dans un état semblable à celui d'une gamine endormie, l'attraction aurait peut-être été plus reposante. Je l'entendis me hurler de poser ce tapis, et je répliquai que je n'avais aucune idée de comment faire cette chose. Le souvenir de l'Alice endormie me fit penser à une chose.
Mon père m'avait appris à rendre inconscient une personne en exerçant une pression au niveau du cou, et j'allais sûrement mettre cette chose en pratique. Je posai alors ma main sur le coup d'Alice, qui n'osa même pas tourner les yeux vers moi. Je lachai un "Tu m'soules" qui se perdit dans les airs et appuyai avec la main au niveau de son cou. Je la rattrapai alors qu'elle basculait sur le coté, complètement inconsciente. Maintenant que ceci était fait, je la pris dans les bras et sautai dans le vide, ralentissant au fur et à mesure syénite descendions. Au bout de quelques minutes de descente qui me parurent interminables, je touchai enfin le sol et vit une porte semblable à celle que nous avions traversée pour entrer dans le couloir. Je fis basculer la Princesse évanouie par dessus mon épaule et poussai la porte, sans prendre la peine de lire l'écriteau accroché.

Lorsque je franchis la porte, je dus fermer les yeux un instant afin de m'habituer à la lumière du jour. Beaucoup de gens sortaient des portes, pales comme des linges et les yeux injectés de sang. Je passai ma main qui ne retenait pas Alice dans mes cheveux et regardai autour de moi. Nous étions réellement -je l'espérais- sortis de l'attraction. Le soleil se préparait à se coucher e j'en déduis que nous avions passé une bonne heure dans la Maison Hantée. Alice sur l'épaule, je cherchais Hikari et Roxas, les trouvant finalement assis tranquillement sur un banc. Je les rejoignis d'un pas nonchalant, sans faire attention à s'ils m'avaient aperçu ou pas. La demi-déesse remua alors sur mon épaule mais ne réagit pas plus. Je ne savais pas ce qu'allaient penser les deux autres en voyant l'état de la blonde mais je choisis tout de même de les rejoindre et, arrivé à leur hauteur, je declarai.


- Alors, vous avez eu quoi, derrière la porte. Des portraits et des tapis volants ?

C'etait en tout cas ce à quoi nous avions eu le droit, Alice et moi. Peut être avaient-ils du voir autre chose, mais je ne savais pas qu'est ce que pouvait bien avoir imaginé le créateur de cette chose.
 
Un après-midi plein de folie ! [PV Alice L./Roxas K./William D.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un après-midi plein de folie ! [PV Alice L./Roxas K./William D.]
» Amber sur M6 cet après midi
» Après midi dansant oriental samedi 30 mai 2009
» Petit repas sympa hier après midi
» Petite série de l'après-midi

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Parc-
Sauter vers: