Partagez | 
 

 winged whale's nightmare} elliot &shane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Elliot S. Sky-Meltemson
Staffien
Coeurs : 86 Messages : 392
Couleurs : LightSteelBlue
J'ai traversé le portail depuis le : 14/06/2013 et on me connaît sous le nom de : misha Mon nom est : Elliot Sullivan Sky-Meltemson. Actuellement je suis : célibataire. Il paraît que je ressemble à : V (mystic messenger) + Originaux (zxs1103) + Cody Christian (IRL) et à ce propos, j'aimerais remercier : Kingyo la meilleure (signa) ET REYENN MY LOV IOIZFHZF (cs) ♥
winged whale's nightmare} elliot &shane | Lun 05 Aoû 2013, 22:48


« Hey ! Elliot ? Ça va ? »

Un ange. C’était un ange en face de moi. Je ne distingue pas ses yeux, mais son sourire resplendissant me transperce le cœur. Calme. Posée. L’Ange semblait serein. Son sourire était plus rassurant que tous ceux que j’avais vus jusqu’à présent. Ce n’est pas faute d’en avoir vu, mais de tous ceux que j’avais vu, aucun n’avaient jusque-là réussis à me calmer autant. Sans doute était-ce parce qu’il s’agissait là d’un sourire sincère, et que les autres ne sont que des sourires hypocrites d’enfants corrompu par la société pourrie jusqu’au noyau. Je ne dis pas que je suis un saint. Loin de là. Je sais très bien que je suis corrompu moi aussi, que je ne suis qu’un gamin hypocrite qui ne veut que ce dont il a envie. Les sourires sont le reflet du cœur. Mon sourire à moi est tout aussi effacé, tout aussi rongé par le pêché que les autres. Pourtant, cet ange ne semble pas être d’une quelconque hypocrisie. Il a l’air pur, comme son sourire d’une infinie beauté. Ses cheveux claires tombent devant son visage, et de là où je suis – vers le bas ? – je ne vois rien de son visage mis à part son sourire. Mais je sais qu’il me regarde. Dans son dos, un amas de plumes blanches semble terriblement doux. J’ai envie de les toucher pour sentir la douceur, mais je sais que je suis dans un rêve. Un rêve qui me semble terriblement réaliste. L’Ange tend sa main vers moi, et alors que je vais la toucher, ses cheveux virent au noir. Son sourire ne change pas. Seuls ses cheveux se transforment. Je reconnais ce sourire, ces cheveux. Je peux même dire que ses yeux sont d’un bleu époustouflant. J’aimerais prendre sa main, sentir la chaleur de son corps, mais je suis paralysée par la peur. Quelle peur ? Je n’en sais rien.

« Hey ! Elliot ! »

Une larme coule sur ma joue et me fait ouvrir les yeux. Ces derniers un peu trop écarquillés à mon goût, je lève la tête en essayant de me rappeler où je suis et ce que je faisais avant ce rêve. Un joli visage – d’homme, évidement – anxieux se positionne devant le mien, et les yeux verts espiègles de Jack me fait réfléchir. Ah oui ! C’est vrai. Avec ce rêve horrible, j’avais un peu perdu mes notions, mais je me souviens être à la Taverne avec des potes. Ce n’est pas rare que j’y aille ; mais le fait que j’y sois accompagné de plus d’une personne l’est plus. Je m’y rends de temps en temps pour flâner, le reste du temps, c’est pour coucher. Ce qui arrive nettement plus souvent. Assis à une table sur le côté, il s’agissait d’une de celles qu’on voyait dès qu’on passait la porte. Ce n’était pas spécialement moi qui l’avait choisie, mais plutôt deux ou trois mecs avec lesquels je suis. Ce qui est marrant avec eux, c’est qu’ils passent leur temps à vouloir se faire remarquer par les autres, ce qui est souvent le cas vu leur physique. C’est en quelque sorte leur passe-temps, surtout quand ce sont des nanas qui entrent et qui les matent alors que la plupart, comme moi, sont gays. Les autres sont bi’. Profiteurs de notre physique ? Totalement. A nous sept, on est une bombe sexuelle. Je choisis mes fréquentations à partir de leur physique, moi.

Je cligne des yeux quand Jack agite sa main devant, penchant sa tête sur le côté, ce qui fait agiter ses cheveux blonds. Lorsqu’on agite un truc devant moi, ça me sort toujours de mes pensées, même des plus profondes. Sentant le liquide, qui coulait de mes yeux, atteindre mon menton, je passe une main sur mon visage pour en retirer toute trace, puis la passe dans mes cheveux bleus ciels, pour une fois lâchés sur mes épaules.

« Ça va ? Tu t’agitais dans ton sommeil. »
« Ouais, c’est bon…c’est rien, un cauchemar. »

Ce n’est pas vraiment un mensonge. Ce dont j’avais rêvé était à mi-chemin entre le cauchemar et le souvenir. Voir le visage de Sven me faisait toujours l’effet d’une décharge électrique, mais jour après jour, ses traits me paraissaient moins nets, jusqu’à ce que j’aie du mal à reconstituer son visage de mémoire. Je ne l’oublierais jamais, c’est certain. Mais jusqu’à quand va-t-il me hanter ? Je secoue mentalement la tête. Arrête de penser à ça, El’, tu vas te ruiner la santé à te faire autant de mouron pour ça. C’est de l’histoire ancienne. Je redresse vivement la tête, faisant reculer la tête du blond, mon sourire espiègle collé aux lèvres, mes yeux océans à moitié fermés. Il me rend mon sourire, mais de sa façon, avec ce sourire à la fois carnassier et infiniment sexy qui m’avait fait le remarquer. Alors que je m’apprêtais à parler, un verre se pose brutalement juste devant moi, ce qui me fait sursauter. Mon regard passe du liquide blanchâtre à celui qui vient de me le filer, avant de revenir sur le liquide.

« Tiens El’, boit ça. »

Curieux, j’hausse les épaules et fixe une demi-seconde ce qui m’a tout l’air d’être de l’alcool, avant t’attraper le verre pour le porter à mes lèvres. Jetant ma tête en arrière, je laisse l’alcool couler dans ma bouche et ma gorge, me procurant un goût rappelant la vodka, le rhume et la bière. Encore un putain de mélange. Il me faut à peine un centième de seconde pour sentir ma gorge me brûler, posant le verre aussi brutalement que la première fois avec un visage écœuré.

« Putain Alan, c’est archi fort comme truc ! T’y as foutu quoi ? »
« Héhé ~ »
« Salaud… »

Une des choses que j’apprécie avec eux et qui n’est pas le cas avec tout le monde, c’est que je peux passer 99% de mon temps à les insulter de tous les noms et jurer comme bon me semble, ils s’en branlent totalement. En fait, ce groupe est super ouvert. On s’entend tous super bien, on comprend les autres, et si l’un de nous fait une connerie, tant pis. Il n’y a aucun sujet tabou, et celui dont on parle le plus souvent et ce pourquoi on est si unis tiens en quelques mots : appétit sexuelle surdéveloppé. Certains d’entre nous l’ont à cause d’une maladie, d’autre par envie, ou encore grâce à un pouvoir un peu trop vicieux. Pour mon cas, il s’agit des deux derniers. Il n’est pas rare d’entendre des propos chelous dans nos conversations, surtout quand on se balade dans la rue et qu’on décide de chercher des BG.

« T’as l’air pâle. Tu devrais te reposer un peu. »

Jack s’inquiète toujours pour rien. Surtout lorsqu’il s’agit de moi. Il est un peu trop protecteur à mon goût, mais après tout, je ne vais pas m’en plaindre. Avoir quelqu’un qui prend soin de soi, c’est pas si mal que ça. Ça me rappelle des souvenirs. Je jette un coup d’œil vers la fenêtre, fixant le ciel gris qui faisait prévoir des orages sur Skyworld. La pluie ne va pas tarder à tomber, et une tempête est à prévoir. D’ici une trentaine de minutes, plus personne n’entrera dans la taverne et ça sera moins fun.

« Mmh… Je vais aux toilettes. Si je reviens pas dans 15 minutes, c’est que je suis parti en haut. »

Par ‘’en-haut’’, les autres savaient pertinemment de dont je veux parler. Il est possible que je croise quelqu’un et que ça finisse en partie de jambes en l’air. Ça m’arrive rarement lorsque je suis avec eux, mais ça m’arrive quand même. Jack hoche la tête et se pousse sur le côté pour me laisser la voie libre. Je me lève sans bruit, finit rapidement le quart de verre qu’il me reste cul-sec, avant de m’éloigner. Je n’ai pas fait 5 mètres que Rei me balance une capote que j’attrape au vol, avant de soupirer en levant les yeux aux ciels. « Je suis gay, crétin » est la seule chose qui s’échappe de mes lèvres alors que je m’éloigne en direction des toilettes, l’emballage toujours dans ma main toute fois. M’enfin, je vais pas la garder éternellement, et la balance au passage sur la table d’un couple de jeunes idiots d’hétéros, avant de continuer de marcher en ignorant le cracha de cocktail et les balbutiements indignés derrière moi.

Je pousse la porte des toilettes, ignorant totalement les autres hommes présents, et me dirige vers un lavabo vide, tournant le robinet d’eau froide pour asperger mon visage. Je me fixe dans la glace. Jack a raison, mon visage est un peu pâle. Avec l’eau dessus, il parait encore plus translucide, ce qui fait ressortir le bleu de mes yeux et de mes cheveux mi- longs relâchés, qui me tombent devant les yeux et autour du visage. D’ordinaire ils sont à moitié attachés, mais là j’avais envie qu’ils volent au gré du vent. ‘parait que je ressemble encore plus à mon père là. Je reste quelques instants à me regarder, appuyer contre le meuble, avant de m’apercevoir qu’il n’y a plus personne dans la petite salle. Je passe une main mouillée dans mes cheveux, ce qui les trempe aussi, et secoue la tête pour me débarrasser de quelques gouttes. Je tends la main sur la gauche afin d’attraper le papier blanc qui sort d’une boite, et tire dessus d’un coup sec, assez violement pour en arracher une feuille. Je la passe rapidement sur mon visage, avec plus de délicatesse que la norme – les mecs disent que je prends trop soin de mon visage – avant de la jeter dans une poubelle prévu à cet effet. Je jette un dernier regard dans le miroir, contemplant le visage assez peu inhabituellement encadré d’épaisses mèches bleues, avant de me tourner doucement. Ah, mince. Je suis pas si seul que ça en fait.






avatar
Invité
Invité
Re: winged whale's nightmare} elliot &shane | Mer 21 Aoû 2013, 20:54

WINGED WHALE'S NIGHTMARE
Little vermin...

Let me play with you



22 heures.

L’obscurité commençait règne lorsque Shane émergea de son appartement, un sourire mauvais accroché aux lèvres. C’était une des choses les plus déconcertantes chez ce démon. Ce sourire tordu accroché sur son visage qui sous-entendait absolument toute les horreurs qu’il allait vous faire subir. Cela avait tendance à rendre très inconfortable. Il s’en délectait d’ailleurs telle une drogue à laquelle il était profondément accro. Car oui, Shane ne pouvait passer une journée sans être craint. Malade ? Ouais. Mais si jamais quelqu’un venait à lui, il éclatait de rire et ensuite, il faisait la fête à la pauvre personne qui avait essayé de lui balancer une vanne. C’était toujours comme ça avec lui. Se trouver seulement sur son chemin constituait un risque en permanence. Il ne se retenait pas afin de garder cette précieuse image à laquelle il tenait tant. Ses yeux vairons scrutèrent tous ceux qui croisaient sa route. Il était à la recherche de la victime parfaite. Il finirait par trouver, il en était certain. C’était toujours comme ça que cela se déroulait. Il observait tout le monde et finissait par trouver sa victime du moment d’un simple regard. C’était comme s’il le flairait au moment où ses yeux se posait sur l’heureux – ou l’heureuse – élue. La peur avait une odeur – ou presque – et il en avait tellement prit l’habitude que cela devenait instinctif.

Il aurait très bien resté chez lui à relaxer, mais il ne pouvait s’empêcher de venir terroriser encore quelqu’un. C’était un maître dans l’art du sadisme. Un vrai partisan du Marquis de Sade lui-même. Shane admirait son génie et le dérangement que l’on ressentait à travers ses écrits. C’était un peu comme s’il le comprenait. Entre psychopathes, ils se comprennent. Enfin, c’est ce que l’on pouvait supposer. Dès qu’on se montrait un tantinet dans la même branche que lui, notre cher démon ne pouvait qu’admirer cet individu avec qui il pouvait avoir des intérêts communs. Mais encore là, il fallait la mériter cette place et ce n’était pas gagné d’avance. Vous pouvez en être sûrs. Plongeant ses points dans les poches de son pantalon, Shana dévalait les rues en songeant à la manière dont il s’y prendrait cette fois. Le visage de cette gamine qu’il avait effrayé plus tôt dans la journée restait imprégné dans son esprit. Elle serait certainement bonne pour une thérapie, mais Shane n’en avait que faire. Lui, il avait pris son pied et c’était là bien plus important que tout le reste. Elle n’avait qu’à ne pas traîner dans ses pattes cette pauvre petite coquerelle. Il n’allait quand même pas verser une larme pour elle. C’était contre ses principes.  De toute manière, tout le monde finissait par se retrouver nez à nez avec la peur. Shane ne l’avait que préparé bien assez tôt à la chose. Il se devait de le faire, non ? Il lui avait rendu service à cette enfant.

Néanmoins, cette fois, le jeune homme cherchait une victime plus mure. Pas une mamie, mais qui a plus d’âge, plus de conscience. Pas d’une victime qui se laissait faire. Ceux-là, elles devenaient très vite lassantes. Lui, il aimait lorsqu’on le surprenait. Ses souffre-douleurs avaient tous une manière bien à eux de réagir et en plus, ils n’était pas du genre à se laisser complètement faire. Quelques-uns d’entre eux finissaient même par le traiter de tous les noms. C’était là, la meilleure des provocations à ses yeux et il les brisait d’avantage. Sadique manœuvre, mais lui, il adorait ça. N’essayez pas de lui faire la morale. Vous signerez votre arrêt de mot ou votre descente aux enfers, croyez ça sur paroles. Et d’ailleurs, il n’irait pas de bonté de cœur. Avec lui, la pitié ne fonctionnait pas. Cela ne faisait qu’augmenter son envie de torturer ses victimes lorsqu’elles essayaient d’obtenir sa pitié. Elles étaient tellement ridicules ainsi qu’il avait envie d’hurler de rire à s’en détruire les cordes vocales.

L’horloge devait approcher les 23 heures et Shane n’avait toujours pas trouvé de victimes idéales. Cela avait tendance à l’irriter. Mais où les bonnes cibles avaient-elles foutues le camp ? Minuit approchait à grand pas, mais il y avait toujours des oiseaux de nuit qui trainaient dans les rues à ces heures-là. C’était inévitable. C’est alors que du bruit vers la droite attira son attention. Ça y était. Il s’élança alors vers la provenance de ces voix qui parlaient fusaient d’un ton un peu trop fort à son goût. Elles semblaient trop joyeuses, trop exubérantes. Ça le dégoûtait qu’on puisse être aussi heureux. Il retiendrait ses haut-le-cœur et il irait vomir plus tard. Shane voulait plutôt les entendre crier d’effroi. Ils seraient encore plus beaux avec le visage déformés de détresse. Le démon s’engagea dans la ruelle. Devant lui se trouvait quelques personnes faces à une porte. Mais oui ! Pourquoi n’y avait-il pas pensé ? La Taverne de Dionysos était le lieu des malfamés. L’endroit parfait où croiser de grosses brutes épaisses, des jeunes femmes aux mœurs légères, de petits vantards et pleins de petits connards. C’était le parfait gibier pour Shane. Ce soir, ce serait une virée grandiose et terrifiante. Il passa tout près des jeunes qui gueulaient à lui en donner mal à la tête. Une fois à leur hauteur, il ne les gratifia que d’un regard sans grand intérêt. Il trouverait beaucoup mieux à l’intérieur. Il pénétra dans la Taverne et se mêla à la foule. Il ferma ses yeux en inspirant longuement. Déjà là son moral venait d’augmenter. Il prit une cigarette et la mit à ses lèvres avant de l’allumer. Il alla se chercher une consommation au bar avant de se retourner et d’observer tous ceux qui étaient présents ce soir. Hm. Et si il essayait cet homme baraqué qui faisait de l’heure à cette demoiselle aux cheveux violets ? Hm. Non. Trop prévisible. Et cette fille aux cheveux blancs qui se dandinait jusqu’à une table ? À bien y penser, il préféra laisser tomber. Il n’avait aucun intérêt pour elle. Il prit une gorgée de sa bière en continuant son étude. Les minutes passèrent jusqu’à ce qu’il ait déjà terminé sa boisson. Il alla en commander une autre lorsque sa vessie le ramena à la réalité. Ça l’énervait tout ça. C’était peut-être sa deuxième vie, mais il avait encore les mêmes besoins vitaux que lorsqu’il n’était qu’un vulgaire humain. Il s’en serait passé sans que cela vienne déranger sa conscience. C’est avec l’air blasé qu’il prit le chemin des toilettes et qu’il s’y engouffra. Il alla vers l’urinoir et s’y soulagea avant d’ensuite se nettoyer les mains. Ce n’était pas parce qu’il était un monstre qu’il n’avait pas d’hygiène. Il n’était pas dégueulasse à ce point tout de même.

Le démon allait sortir de cette pièce lorsque du bruit se rapprochait de la porte. Il se recula et alla se mettre au fond de la pièce. Qui sait, ce sera peut-être des gens intéressants qui débarqueront. Il l’espérait en tout cas. C’est alors qu’un jeune homme aux cheveux bleus poussa la porte et un sourire machiavélique s’étira sur les lèvres de Shane. Il venait de trouver sa cible de la soirée. Ils allaient passer du bon temps tous les deux, c’était indéniable. Il passa quelque instant à l’observer tel un prédateur guettant sa proie. Ce serait sa fête à celui-là, il n’y avait aucun doute. Les toilettes commençaient à se vider peu à peu et Shane s’approcha lentement du mec à la chevelure bleuté. Bientôt, il ne resta qu’eux deux. Le démon était maintenant à un peu plus d’un mètre derrière lui lorsque l’inconnu se retourna pour lui faire face.  Shane lui adressa un sourire malicieux avant de le détailler de haut en bas.

« Ça va pas ? Tu m’as l’air un peu pâlot. » Déclara-t-il avant de se diriger vers la porte et de s’y adosser. De cette façon, il bloquait l’accès à quiconque voudrait entrer ou sortir de ces lieux.

Au fond, Shane se fichait que sa victime aie le moral au non. Il devait cependant se faire passer pour quelqu’un de bien avant de détruire son image par la suite. C’était le moment qu’il préférait lorsqu’il brisait l’illusion que l’on se faisait à son sujet. Il s’en régalait. Quelqu’un donna une poussée dans la porte et Shane la repoussa fermement, laissant son dos appuyé contre celle-ci. Des râlements de mécontentements fusèrent à l’extérieur. Le démon aux prunelles bicolores roula les yeux en soupirant. « C’EST OCCUPÉ, TU VOIS PAS ?! »  Hurla-t-il en guise d’argument. Ceux qui se trouvaient à l’extérieur pouvaient penser un tas de possibilités. Shane les laissa croire ce qu’ils voulaient. Ils n’arriveraient pas à entrer de doute façon. Il ne leur donnerait pas cette chance. Il reporta son attention sur son joujou de la soirée et l’observa quelque secondes.

« Si tu pouvais avoir la chance que ton pire cauchemar devienne réalité, il ressemblait à quoi ? » Demanda-t-il sérieusement en le fixant.

Il n’allait quand même pas passer par quatre chemins. Ce n’était pas son genre. Lui, il allait droit au but et ce, depuis toujours.
Code by AMIANTE
Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Elliot S. Sky-Meltemson
Staffien
Coeurs : 86 Messages : 392
Couleurs : LightSteelBlue
J'ai traversé le portail depuis le : 14/06/2013 et on me connaît sous le nom de : misha Mon nom est : Elliot Sullivan Sky-Meltemson. Actuellement je suis : célibataire. Il paraît que je ressemble à : V (mystic messenger) + Originaux (zxs1103) + Cody Christian (IRL) et à ce propos, j'aimerais remercier : Kingyo la meilleure (signa) ET REYENN MY LOV IOIZFHZF (cs) ♥
Re: winged whale's nightmare} elliot &shane | Sam 24 Aoû 2013, 21:25


Après l'Ange, c'est au tour du démon. 'fin d'après ce que je sens. Avoir traîné jour et nuit avec un démon aide pas mal à les sentir, et ça se sentait bien que le type en face de moi était un démon. Il me détaille de haut et bas et je commence naturellement à faire de même. Plutôt grand, enfin plus que moi - même si c'est pas bien difficile du moment qu'on a plus de 16 piges -, bien bâti - voir très -, cheveux gris claire tirant sur l'argenté et yeux vairons, un gris et un rose. Putain, il était canon. Le style de mec sauvage et super sexy. J'adore ça. Il finit de me regarder au moment où je me demandais comment c'était sous son tee-shirt et lève les yeux avec un sourire à croquer.

« Ça va pas ? Tu m’as l’air un peu pâlot.»

Ce ne répond pas, déjà parce que je sens au ton de sa voix qu'il ne s'inquiète pas vraiment de ma santé. Et puis qui s’inquiéterait de ma santé, sérieux? Bon, à par Léo', Sven et ma mère, ça va de soit. Je lâche à peine un mini grognement style « mmh... » en le regardant s'éloigner vers la porte. Joli cul. Il s'y adosse - contre la porte, pas contre son cul, hein... -, bloquant l'entrée et me laissant un arrière-goût de méfiance. Bah je sais pas trop pourquoi il fait ça mais ça me dit rien de très bon. Enfin après, je connais pas du tout ses intentions, si ça se trouve il est comme moi et dans ce cas-là, c'est plutôt une bonne choses. Hum, pardon. Je vois rapidement la porte s'entre-ouvrir et le mec la refermer avec force - miam - tout en plaquant son dos contre, provoquant des hurlement indignés de l'autre côté. Il roula des yeux alors que je pouffais discrètement en souriant, avant de hurler pour les faire taire.

« C’EST OCCUPÉ, TU VOIS PAS ?!»

Ce qui avait le mérite de marcher, ou du moins considérablement puisque les hurlements stoppèrent presque entièrement. Je me hisse sur le lavabo puisque apparemment il n'a pas l'air de vouloir me laisser partir. J'en aurais surement pour un moment, alors autant me mettre à l'aise dès maintenant, et croise mes jambes, les laissant se balancer dans le vide. Je regarde mon jean extra-moulant, ou plutôt ma peau pâle à travers les nombreuses déchirures du-dit pantalon, tapotant le rebord du lavabo à l'aide de mon index droit.

« Si tu pouvais avoir la chance que ton pire cauchemar devienne réalité, il ressemblait à quoi ?»

Je lève les yeux en les clignant, surpris. Bah ça, c'était pas franchement la question que j'entendais le plus souvent. Spécial comme type. Je le dévisage, mon regard sans expression plongeant dans le sien, cherchant une quelconque trace de blague. Mais à par un sarcasme franche et une ironie sadique, je ne voyais pas grand chose. Je passe la langue sur ma lèvre supérieur, d'un geste purement innocent pour une fois, tout en stoppant mon tapotement. D'un côté je réfléchissais sérieusement à sa question. Elliot, quel est ton pire cauchemar? Ton père adoptif? Ton suicide? Voir même Sven lui-même? La terreur de le voir te mépriser est-elle plus grande que de revoir ton faux père? Pour être franc j'en sais rien du tout. Avant de le vivre je savais pas lequel était le pire. La tristesse ou la haine? La peine ou la peur? Aucune idée.

« Mmh...Je sais pas trop ~ ♥ ça dépendrait de ce que tu entend par cauchemar. La haine et la peur, ou la peine et l'horreur? ♫»

Je souris. Je commençais à m'amuser de cette soirée, même si au fond je savais qu'elle ne serais pas si bonne que ça. Si ce type m'a posé cette question, c'est forcement qu'il va y avoir une suite, non? Et bizarrement, la suite, je suis pas si pressée que ça de la connaitre. Sauf que la suite vient toujours avant qu'on en ai envie, avant qu'on la prédise. Et la suite, elle arrive maintenant. En tout cas c'est ce que j'ai découvert après. Parce que pour le moment, tout ce que je vois, c'est que la porte s'ouvre dans un grand fracas, délogeant le joli coeur de sa place. Puis une main attrape l'encadrement. Une main tenant un couteau de cuisine.

« Qu...»

Je me crispe automatiquement. Tout mes muscles se raidissent, mes dents se serrent et mon regard se pétrifie devant l'homme baraqué qui entre dans les toilettes de la taverne. Attend attend. Il n'a rien à faire ici. Il devrait pas être là. Ce n'est juste pas possible. Pourquoi? L'homme braque ses yeux noisettes vers moi, des yeux remplies de rage et de haine. Je déglutis alors que mon coeur s’accélère. L'adrénaline me monte au cerveau, alors que mes jambes ne bougent pas. Je ne peux pas bougé, tetanisé devant le couteau de cuisine que tient l'homme qui avance qui vers moi. Lorsque mon angle de vu change, mon regard déjà terrifié vire à l'horreur la plus total en voyant ce qu'il tient dans l'autre main. Des cheveux blonds. Une masse de cheveux blonds, plus doré que l'or, qui pendant de sa main, appartenant à un corps que l'homme traîne derrière lui. Le corps sans vie d'une femme, d'une magnifique femme. Je n'arrive pas à décider de qui il s'agit. De quelle mère il s'agit. Son visage leur ressemble à toutes les deux, c'est juste impossible pour l'homme terrifié que je suis de distinguer.

Il s'avance vers moi, son couteau en avant. Je parviens à peine à glisser sur le côté, en direction d'un des deux murs, reprenant peu à peu de l'assurance, mes mains serrant le rebords du meuble. Son regard sauvage est comme dans mes souvenirs. Comme dans mes souvenirs après que j'ai laissé sa femme mourir. Non, ce n'est pas ma faute. J'avais 9 ans. J'AVAIS NEUF ANS BORDEL. Evidemment que je ne savais pas ce qu'il se passait! Comment pouvait-il en vouloir à un môme qui avait vu sa mère crever dans ses bras, le visage déformé? C'était à ça que j'avais pensé lorsque je lui avait pris son couteau de cuisine, il y a maintenant trois ans.

« Eeeelliot, te voila enfin...»
« Tss...Je savais pas que t'étais revenu...»

Mes mâchoires sont serrés, je transpire à grosse gouttes et tout mon corps tremble. Pourtant, je trouve encore le moyen de me moquer de lui, d'être sarcastique.

« Voyons, tu pourrais dire bonjour à ton père! Quel petit malpoli, ce n'est pas comme ça que je t'ai élevé! »
« Pour commencer tu m'as pas élevé. Et t'es pas mon père. On a rien en commun. Tu sais parfaitement que j'aurais rien pus faire quand elle est morte. Alors tu poses ce couteau et tu te casses. Je t'ai déjà buté une fois et je pourrais recommencer, ok?»

Il fronce ses sourcils et son faux sourire disparaît. Ses pas auparavant lents se font plus rapide, ce qui me pousse à descendre de mon perchoir en me calant contre le mur, sur la défensif. Si il persistait à vouloir me tuer, je me gênerais pas. Je le ferrais avant lui. Je ne pense pas qu'on accorde une autre vie à ceux qui sont déjà morts. Ce qui est mon cas, et surement le sien aussi. Il avance vers moi et je le fixe, tremblant. J'ai peur. Ouais, je suis effrayé. ça fait mal de l'admettre mais j'aurais tout donné pour ne pas être ici. Il lève son couteau, je serre le poing, et le bruits sourd d'un train résonne dans mes oreilles. Un train?

« Casses-toi.»


HRP: tu m'excuseras mais j'ai légèrement "joué" Shane, enfin, en faisant ouvrir la porte quoi; c'est que sinon ça serait tout petit et tout pourri, donc j'ai fait commencer le cauchemar x'3






avatar
Invité
Invité
Re: winged whale's nightmare} elliot &shane | Mar 27 Aoû 2013, 04:26

WINGED WHALE'S NIGHTMARE
Don't be like this...

We're gonna have a lot of fun together



Shane le scrutait en silence avec amusement. Il voulait l’étudier dans ses moindres détails. On ne pouvait pas le lui reprocher. C’était pour lui une fierté d’arriver à faire ça. Il aimait connaître ses victimes par cœur. C’était une façon de parler, car il se foutait éperdument de ce son joujou adorait manger et sa couleur préférée. Ça, c’était absolument inutile et sans intérêt pour le démon. Lui, ce qui voulait savoir, c’était les peur et les faiblesses de ses victimes. En arriver là était la clé afin de les malmener. Il était un monstre et l’objectif qu’il se donnait était de se retrouver dans leur palmarès de leurs plus grandes peurs. De voir cette air d’horreur incontrôlée sur leur visage alors qu’il entrait dans leur champ de vision était de loin l’une de ses victoires préférées. Shane, c’était le dérangement le plus complexe et le plus simple à la fois. Jamais on n’était arrivé à le déchiffrer et personne n’aurait droit à ce luxe. C’était même trop beau pour être vrai. De toute évidence, il valait mieux être craint qu’aimer. Car aimer, c’est la faiblesse, c’est l’espoir qu’on vient vous détruire du jour ou lendemain et Shane en savait beaucoup dans ce domaine-là. Détruire l’espoir était sa spécialité. Son péché mignon, même.

À voir l’expression qui s’affichait sur le visage de jeune homme à la crinière bleutée, le démon avait réussi à le surprendre. Un sourire mauvais tordit ses lèvres agréablement dessinées. Il lui arrivait très souvent de tirer profit de cette apparence à tomber que la nature lui avait donné. Qui se douterait qu’un homme de ses airs pourrait être aussi terrifiant ? Pas tout le monde. Certains arrivaient à voir clairement dans son jeu. Eux, Shane s’amusait davantage avec. Il n’aimait pas qu’on sache exactement ses intentions, mais à vrai dire, il faisait justement en sorte qu’on devine ses intentions par moment. Cela lui donnait l’occasion d’être encore plus horrible. Shane ne faisait que les enfoncer encore plus. Qui avait dit qu’il les favoriserait ? Il n’était jamais là pour leur faire du bien. Il y avait des exceptions certes, mais elles étaient plutôt rares ces derniers temps.

« Mmh...Je sais pas trop ~ ♥ ça dépendrait de ce que tu entends par cauchemar. La haine et la peur, ou la peine et l'horreur? ♫ »

Shane le fixa en réfléchissant à la question qu’il venait de lui poser. Hm. Comment mettre des mots exacts à ce qu’il avait tenté de lui demander ? Ce n’était pourtant pas compliqué à comprendre. Peut-être était-il attardé ou qu’il cherchait à gagner du temps. Pour lui, rien n’était question de temps. Il prenait tout le temps qu’il fallait. Contrairement à ce que l’on aurait pu croire, le démon était un individu plutôt patient. Lorsqu’il était d’humeur assez terrifiante et fourbe, il pouvait attendre des mois, voire des années pour terroriser quelqu’un. Comment s’y prenait-il ? Il se rapprochait d’un individu, se rapprochait de cette personne et faisait tout afin de gagner sa confiance et ensuite, c’était là que les choses se gâtaient et qu’il mettait un terme à sa couverture. Ce comportement témoignait de son taux de sadisme assez élevé. S’il n’avait pas été si cruel, peut-être aurait-il pu faire une bonne fréquentation. Au moins, avec lui, on aurait été certain que personne ne vendrait nous embêter. Cependant, c’était impossible Shane n’avait pas le sens de l’amitié. En fait, il l’avait autrefois, mais maintenant, ce n’était qu’un souvenir inutile qu’il faisait tout ce qui était en son pouvoir afin de l’oublier. « Ici, la haine et la peine de sont que de piètres illusions. Je parle du cauchemar à sa forme la plus brute, de la peur et de l’horreur elles-mêmes. N’ont-elles par un parfum délectable ? » Ce fut un déclic qui résonna à l’esprit de Shane. Il ne craignait pas que qui que ce soit de dérangeant entre dans les toilettes. Non, ce qui s’en venait était beaucoup plus amusant que ça. Il se déplaça assez rapidement de la porte alors que celle-ci venait d’ouvrir dans un grand fracas. Il se recula de quelques pas afin d’observer la scène et que tout soit bien mis en ordre afin que ce soit le plus crédible possible. Il mettait tout sa concentration dans cette matérialisation. Ce qu’il pouvait adorer se servir de son pouvoir chéri. Une main tenant un couteau de cuisine avait immergé de l’encadrement de la porte et ce fut ensuite au tour à l’homme à qui celle-ci appartenait de faire son entrée. Dans son autre main, il tirait une femme par les cheveux. Elle était morte sans le moindre doute. C’était un joli cauchemar qu’on avait-là.

Le démon tourna son regard vers son jouet, un sourire sadique aux lèvres. L’homme s’avançait vers le mec aux cheveux bleus avec un air de maniaque. De son vivant, il devait être une belle terreur celui-là. Shane était certain qu’il l’aurait apprécié, lui. À voir l’échange qu’ils avaient, leur relation était mauvaise. Très mauvaise. Parfait. Le démon pourrait en tirer profit. L’expression faciale de Shane se fit encore plus mauvaise. Les choses allaient se corsées et le jeune homme aux yeux vairons l’appréhendait. « Voyons, tu pourrais dire bonjour à ton père! Quel petit malpoli, ce n'est pas comme ça que je t'ai élevé! » « Pour commencer tu m'as pas élevé. Et t'es pas mon père. On a rien en commun. Tu sais parfaitement que j'aurais rien pus faire quand elle est morte. Alors tu poses ce couteau et tu te casses. Je t'ai déjà buté une fois et je pourrais recommencer, ok? » Petit imbécile ! Comment pourrait-il réussir à tuer une illusion aussi convaincante soit-elle ? Shane avait envie d’en rire tellement c’était absurde. Néanmoins, il se retint. Cela aurait gâché toute sa mise en scène et Hadès sait comme il y tenait. Il se devait de conserver son œuvre et de l’amplifier de plus en plus jusqu’à ce que sa victime soit brisée en mille petits morceaux.

C’était assez gratifiant de voir à quel point sa victime y croyait. Encore une fois, il avait visé juste. Il passerait bientôt au titre de Maître de l’Épouvante, s’il ne le possédait pas déjà. Aucune pause n’était possible avec lui. Shane se reconcentra sur le cauchemar et celui-ci s’avança avec plus de conviction vers le pauvre petit jouet. Il était terrifié, voir même horrifié. Jamais Shane ne se lasserait de voir cette expression faciale. C’était son trophée et sa collection était assez immense à vrai dire. L’homme leva son couteau vers le jeune homme et celui-ci ne cacha pas sa peur. « Casses-toi. » C’était peine perdue. On avait beau essayer de supplier, Shane n’arrêtait que lorsqu’il arrivait au bout. Avec le démon, personne n’était au bout de ses peines. C’est alors que l’homme s’élança vers le jeune homme en brandissant le couteau de cuisine, allant jusqu’à le blesser. C’était bien évidement une illusion, mais il était assez facile de se faire prendre. Shane avait même réussir à faire naître l’illusion d’une quelconque souffrance. Ce mec-là, il avait peur de cet homme et qu’il lui fasse du mal, alors voilà pourquoi il arrivait à en arriver là avec son don du ciel. Shane s’approcha d’eux en souriant. Il voulait être aux premières loges et voir chacune des expressions faciales de son joujou. L’homme releva encore plusieurs fois son couteau, menaçant. Shane s’en délectait. C’était le moindre que l’on puisse dire. S’il ne se retenait pas de s’esclaffer, il cèderait aussitôt et serait pris d’un rire incontrôlable.
Code by AMIANTE
Staffien

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Elliot S. Sky-Meltemson
Staffien
Coeurs : 86 Messages : 392
Couleurs : LightSteelBlue
J'ai traversé le portail depuis le : 14/06/2013 et on me connaît sous le nom de : misha Mon nom est : Elliot Sullivan Sky-Meltemson. Actuellement je suis : célibataire. Il paraît que je ressemble à : V (mystic messenger) + Originaux (zxs1103) + Cody Christian (IRL) et à ce propos, j'aimerais remercier : Kingyo la meilleure (signa) ET REYENN MY LOV IOIZFHZF (cs) ♥
Re: winged whale's nightmare} elliot &shane | Mer 28 Aoû 2013, 02:50

Après tout, la terreur dans mon coeur était surement cet homme. L'autre mec avait parlé de cauchemar qui devient réalité. C'était ça? Qu'est-ce que ça peut lui apporter de faire vivre ça aux autres? Pas grand chose. Si ce n'était de la satisfaction, et dans ce cas il serait un gros psychopathe. Bien roulé mais psychopathe quand même. Je ne prète plus attention au type. Je suis concentré sur cet homme qui se croyait mon père, avec ce couteau de cuisine que j'avais tenu. Il le lève vers moi et frappe. Plusieurs fois. Le couteau m'eraffle, m'évite et me touche, la douleur me fait mal. Je ne fais pas de bruits, je me tais, je souffre en silence. Hurler et le traiter ne serviraient a rien de toutes façons, il continuera. Je met ma tête entre mes mains, recroqueviller sur le sol alors qu'il me frappe. Le bruit du train continue de se divulger dans mes typants, de plus en plus près, comme si un train arrivait, se rapprochait dangereusement de moi. Je jete un coup d'oeil vers l'homme. Il lève l'arme. Plus haut. Il va me tuer. Non. Je ne veux pas mourir.

Je ne sais pas si c'est l'adrénaline. Je ne sais pas ce que c'est. Je me redresse. Mon instinct vital doit être trop élevé quand je frôle la mort. Il me regarde, sans pitié, et abaisse le couteau droit vers mon coeur. Non, je ne vais pas mourir. Je ne peux pas mourir. Je n'ai encore rien fait dans ma nouvelle vie. J'ai encore des choses à faire. La douleur semble me traverser la main lorsque je stoppe le couteau avec ma main. Je sens qu'elle saigne mais ce n'est pas ce que je regarde. De l'autre main, je déchire sa veste et sa chemise. Et violemment, brusquement, avec une cruauté que je ne me connaissais que trop bien, j'enfonce ma main dans so torse. Je sens mes doigts traverser sa peau, sa chair, ses organes, et atteindre le coeur. C'est dégeulasse. Comment quelqu'un comme lui peut avoir un coeur? J'attrape ce dernier, et sans aucune compassion, je sers. Fort. L'organe vitale explose dans ma main. Le sang chaud dégoulinent sur mes doigts, entre toute cette chair. Doucement, je retire ma main. Mes yeux sont vitreux. Je ne sais plus trop fe que je fais. Mis a part que je sais que j'ai explosé le coeur de cet homme. Encore. Quoique la première j'avais planté son couteau dans sa gorge. Autant le refaire, non? J'attrape l'arme et m'execute. Le sang gicle partout. Dans toute la pièce, sur mon jean noir, mes bottes, mon tee-shirt blanc. Sur mes cheveux bleus et ma peau pâle.

« Oh. Je l'ai encore fais?»

Merde. C'est la seule chose que j'arrive à dire. Avec un automatisme horrible, ma mémoire s'embrouille au point de me projeter dans le passé, 3 ans auparavant. Et là, c'est: je l'ai tué. Je n'ai plus de parents. La réunion est pour bientôt, on va tout découvrir, je serais soit emprisonné soit tué. Je refuse qu'on le sâche. Que les autres me regardent autrement alors qu'il y a enfin des gens qui m'aiment pour ce que je suis. Ah non, c'est vrai, je suis un tueur. Ils ne savent pas. Ils ne sauront jamais, si je me tue avant. N'est-ce pas?

Sauf qu'avec des pouvoirs, c'est tellement plus simple. De se tuer. Et dans cette folie meurtrière, ne plus connaitre les conséquances est tellement normal. Je m'écroule par terre, les yeux vitreux dirigés vers le beau gosse que je ne vois même pas. Et d'un coup, je retire l'air de la pièce. Comme ça. Enfin, pas vraiment d'un coup. Mais plutôt progressivement. Et doucement, je sens mes forces quitter mon corps.


HRP: DE LA DAUUUUUUBE. J'suis désolé, c'est franchement pourri X.x si tu veux que je modifie, hésites pas O: c'est que je savais pas trop quoi noter (ㅠзㅠ)'






Contenu sponsorisé
Re: winged whale's nightmare} elliot &shane |

 
winged whale's nightmare} elliot &shane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Général Skandor Akbar décédés et décés de NightMare Ted Allen
» Duel : Jane Austen n°6 - Caroline Bingley vs Elizabeth Elliot
» [Stevens, Shane] Au-delà du mal
» Shane McMahon démissionne!
» Elliot Grant

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Ruelles sombres-
Sauter vers: