Partagez | 
 

 I'll never tell you that I basically love you well. [pv Judith]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mage

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Lanson H. Brighstone
Mage
Coeurs : 39 Messages : 50
Couleurs : #4C0019
J'ai traversé le portail depuis le : 10/03/2013 et on me connaît sous le nom de : Daïa ou Lizzy. Mon nom est : Lanson Hash Brighstone. Actuellement je suis : Célibataire et hétérosexuel. Il paraît que je ressemble à : Lelouch - Code geass et à ce propos, j'aimerais remercier : ma Kuru d'amour !
I'll never tell you that I basically love you well. [pv Judith] | Sam 27 Juil 2013, 02:45


«Les imprévus font partit de la vie, c'est comme ça.»


       



Judith & Lanson
I'll never tell you that I basically love you well.  


Mes pas résonnaient sur les pavés inégaux de la ruelle, résonnant contre les murs. Les hautes immeubles de part et d'autre de la rue bloquaient une partie de la lumière du jour qui déclinait déjà, plongeant les recoins dans l'ombre. L'air était emplit d'odeur bien différentes de celles des grandes avenues que je fréquentais habituellement et, au loin, on pouvait entendre le cri qu'un ivrogne en plein délire, comme on en attendait souvent dans ce genre d'endroit. Un endroit pas franchement fort sympathique que bien des gens évitaient, pour la simple et bonne raison qu'ils donnent la chair de poule. Personnellement, je ne m'en souciait pas plus que ça. Je venais dans les ruelles uniquement pour affaire, en temps normal, mais aujourd'hui c'était bien différent.
Et sûrement beaucoup plus dangereux.

Mon sac de voyage battait contre la hanche dans un rythme régulier, remplit du nécessaire que j'avais put emporter. J'avançais à pas rapide, une main sur l'accroche, Karren à mes cotés. Ça ne la réjouissait pas plus que ça, mais nous n'avions pas vraiment le choix. A l'idée de ce que nous allions affronter, je frissonnais. Puis je me remis à scruter les façades autour de moi, jusqu'à retrouvé celle qui m'étais familière. C'était un immeuble assez sombre, mais propre. Relativement luxueux en fait, dans les environs.
Ça m'avais marqué lorsque je l'avais raccompagné pour la première fois.
Je passais la porte, Karren sur mes talons. J'avançais sans hésitation dans les couloirs mal éclairés et les escaliers sombres aux lumières clignotantes. Rien à voir avec mon chez moi, ça, c'est sur. Mais étant donné que, pour le moment, mon chez moi était inocupable, pour cause de fuite et j'en passe, j'étais obliger de me trouver un autre logement.
J'arrivais enfin devant sa porte. Prenant une grande inspiration, prêt pour ce qui allait s'annoncer une possible rude bataille, j’attrapais fermement mon sac et toquait un coup sec à la porte. Un instant plus tard, celle-ci s'ouvrit sur une silhouette bien connut. La jeune fille aux cheveux noires avec qui je passais pas mal de temps, sans trop comprendre exactement comment j'y arrivais, me fixais de ses yeux ambrés. Je lui fis mon sourire habituel (sachant pertinemment que ça ne marchait pas avec elle), et je lançais, joyeusement :

"Yo Judy, comment ça va ? "

Et puis, sans même lui laisser le temps de répondre, j’enchaînais directement :

"Est-ce que j'pourrais venir squatter chez toi, un jour ou deux ?"

Ouais, la subtilité d'un éléphant. Mais avec elle, tourner autour du pot, ça sert à rien, alors quit à y être …

(C) MISS AMAZING




get that smile:
 

Spoiler:
 
Une rose de Never ♥
Ange déchue

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Judith Levy-Cohen
Ange déchue
Coeurs : 126 Messages : 423
Couleurs : #585858
J'ai traversé le portail depuis le : 17/06/2013 et on me connaît sous le nom de : Judy. Mon nom est : Judith Levy-Cohen. Actuellement je suis : follement amoureuse de lui (Matthew) Il paraît que je ressemble à : des œuvres originales • IRL : Megan Fox et à ce propos, j'aimerais remercier : delgnvflue.
Re: I'll never tell you that I basically love you well. [pv Judith] | Sam 27 Juil 2013, 16:28






Ce jour là avait été l'un des plus merdiques de toute sa vie, selon l'ange déchue. Elle n'était pas sortie, elle n'avait ni fait chier, ni tapé, ni insulté qui que ce soit et n'avait pas non plus foutu le bordel ou autre chose dans le même genre. Nan. Judith était restée endormie jusque quatorze heures trente  - c'est le type qui pourrait dormir des heures et des heures sans s'en lasser -, et à son réveil n'avait fait rien d'autre si ce n'est prendre une douche, s'être coiffée, maquillée et changée. Allez savoir pourquoi d'ailleurs. Ce soir la jeune femme ne comptait pas sortir. Personne ne l'attendait. Personne n'allait venir toquer à sa porte pour l'emmener dehors. Pas ce soir en tous les cas. C'était mieux ainsi. De temps à autre il valait mieux faire un " break ". Une pause en quelques sortes. Se couper du monde extérieur, rien que l'espace d'une journée et d'une nuit entières. Plus par contre, c'était impossible. Même si elle l'aurait voulu, elle n'aurait pas pu. Pour la simple et bonne raison que dehors il y avait des gens qui s'étaient habitués à sa présence. A sa façon de faire la gueule et de les envoyer bouler. A sa façon d'agir, de s'exprimer et des fois si cette dernière était de bonne humeur, de lui arracher des expressions faciales plutôt gaies comparées aux habituelles que tous lui connaissent. La dite Levy n'en avait rien à faire de ce qu'ils pouvaient penser de sa personne, mais ce qui était sûr et certain c'était qu'à sa manière, elle comptait pour eux. Et c'était réciproque. Mais ça bien évidemment, cette jeune femme ne le leur disait pas. Ils le comprenaient déjà. 'Fin ... Il lui semblait. Sinon tant pis. Ouvrant la porte du réfrigérateur, elle en avait sorti une cannette de bière. Sauf que miss l'avait fixée un bon moment, avant de finalement la remettre à l'intérieur tout en lâchant un soupir. Qu'est-ce que c'est pourri de pas pouvoir tenir l'alcool. & Puis même. Un truc en haut lui disait de la laisser. Va savoir. P'têt que Jude allait rappliquer. Nan nan c'pas possible. Il est parti sur Terre. Et quand monsieur y va, c'est pour minimum cinq jours. Faut le comprendre aussi.. C'pas tout les jours qu'il a l'opportunité d'aller voir les membres de sa famille -ces derniers l'ignoraient totalement, ils le prenaient pour un simple ami avec qui ils aimaient passer du temps-, à plusieurs kilomètres en bas de l'île céleste, juste au cœur du centre ville de Jérusalem. C'était un secret dont seuls les Levy connaissaient l'existence. Les deux enfants d'Abel et de Jumana étaient reliés à la nation juive car leur mère l'était, avant de mourir et de renaître en tant qu'ange. Du coup malgré le fait que leurs demi-cousins du côté de Jum' - comme ils le disent - ignoraient leurs liens de parenté, c'était pas grave. Ils avaient l'opportunité de les connaître. C'était mieux que rien après tout. Et pis même, 'faut vous avouer que derrière tout ce coup de théâtre se cache une raison bien précise : les relations plus qu' " amicales " entre eux et certain " potes " ici bas. Judickaël était un chaud lapin depuis toujours et Judith ... Un peu la même. Sauf qu'elle savait s'imposer des limites, et qu'elle n'allait pas sauter sur le premier mec mignon qui allait passer par là. D'autant plus que sur l'île son comportement envers les êtres du sexe opposé était tout autre. On se demandait presque pourquoi cette jeune femme était insensible au charme de plus d'un. Comment elle avait fait pour ne pas vouloir être la copine ne serait-ce qu'une seule fois d'un des nombreux jeunes hommes qui s'étaient présentés après avoir sonné à la porte de son cœur. Bah. Ni l'argent, ni la beauté, ni l'intelligence, ni quoi que ce soit dans ce genre importait de son point de vue.  Tout ce qui comptait, c'était qu'un courant passe entre les deux. Étrangement à cet instant, le seul qui était dans sa tête et qui prenait toute la place, c'était Matthew. Judy a tourné la tête de gauche à droite, après avoir brusquement refermé la porte du frigo et être sortie de la pièce pour s'étaler de tout son long sur le côté du canapé qui faisait face à la télévision. Son regard était posé sur la table basse et son bras touchait le sol tant il pendait. Un soupir s'était échappé d'entre ses lèvres pulpeuses et teintées de rose très clair. Franchement. Des fois il lui arrivait de sa haïr, tant elle se rendait compte que petit à petit sa façon d'être ainsi que son avis sur les autres s'adoucissaient. Bordel de merde ! Judith Soraya Levy était censée détester tout le monde, pas devenir tendre comme une madeleine. C'était vraiment exaspérant tout ça. Limite dégueulasse de se rendre compte que cette effrontée perdait un peu de sa méchanceté en y repensant. Une Soraya pas mauvaise c'était comme si j'te disais une mère Therésa pas gentille. Non mais allô quoi. Bientôt on verra une météorite s'écraser sur le Panthéon et l'obsédé qu'est Zeus épouser une gamine de sept ans et demi. Non mais voilà quoi. Y a un problème technique quelque part dans le système. Bwef. Il me faut de l'herbe. Dans les situations pareilles, la belle commençait à penser cela à chaque fois. Rassurez vous elle n'est pas encore une droguée dépendante à 200 %. Même pas à cent pour-cents. Juste que ouais, c'était sûr et certain qu'avec une bonne dose de sky dans les veines, miss oubliait tous ses problèmes ainsi que toutes ses idées roses. Sauf que pour en avoir, il fallait qu'elle bouge son cul de là. Il fallait aussi qu'elle mette ses chaussures, cherche un sac dans son armoire où il y a mille et un habits ainsi qu'un gilet large pour le mettre au dessus afin de cacher son petit trésor. En plus il aurait notamment fallu que l'ange déchue aille rendre une petite visite aux mecs de la bande. Et si c'était pour que ses " frères " lui en refile et après aillent tout redire à Jude, non merci. En toute sincérité une morale faite par ce drogué de frangin aîné ne lui disait rien qui vaille. Elle aurait pu penser à de nombreuses choses pareilles, mais un " toc toc " l'avait tirée de son duel contre sa propre personne.

« C'est qui ça encore ? »

Avait-elle dit, tout en se levant et se dirigeant vers la porte d'entrée. Sa main tira sa chemise vers le haut. On sait jamais qui ça peut bien être. Si c'est un violeur elle pourrait se défendre, mais c'est surtout que miss voudrait pas qu'un inconnu pose son regard sur ses formes -aussi généreuses soient-elles. En plus il commençait à se faire vachement tard. 'Fin c'était le début de la nuit. C'pas le père Noel qu'allait toquer à sa porte hein, Judith s'en doutait. Elle hésita un long moment avant d'ouvrir la porte, fixant sa fine main pâle posée sur la clenche. Oh oui, c'était vrai : elle n'avait pas utilisé son pouvoir de la journée. C'est naturelle que la personne allait la voir (m'enfin avec un peu de maquillage sur la gueule tout d'même) - et donc ; cheveux noirs, iris ambrées, peau pâle. C'est surtout la teinte de cette dernière qui a changé. D'habitude elle utilise son pouvoir de sorte à avoir une peau hâlée. De son point de vue c'était bien mieux que d'avoir l'air d'une poupée de porcelaine... Comme maintenant. Une trentaine de secondes plus tard la porte s'était ouverte sur un jeune homme. Ouais exactement. Un mec qui lui était pas inconnu du tout. Mais qu'est-ce qu'il fout là, lui ? Elle n'avait pas pris la peine de répondre à ses questions que déjà la porte s'était refermée. On vous cache pas que c'est l'ange déchue qui lui a claqué la porte au nez. Mais comme sa curiosité la tuera toujours, et qu'il fallait qu'elle place le dernier mot ou ne serait-ce qu'un simple commentaire - instructif ou pas -, elle avait de nouveau ouvert la porte. . « Tu t'fous d'ma gueule ? » Si c'était le cas alors c'était pas drôle du tout. M'enfin il lui avait semblé que c'était une mauvaise blague - Judy était persuadée que ce gars était le mal incarné et qu'il était prêt à tout pour la faire chier - jusqu'à ce que son regard se pose sur le sac du Brightone. « Oh putain ... » Sans même lui accorder la parole, elle avait fait quelques pas en arrière, histoire de le laisser passer. « Toujours prêt à me faire chier, hein ? Décidément. Tu m'laisseras jamais tranquille ma parole. » Avait-elle lâché en un seul et unique souffle, se retournant vers le beau brun. « Soit. Que m'vaut ta visite ? »




En espérant que ça t'as plu. ~
(c) Luchy


12 roses. ♥

bang bang shot you down:
 


Judith & Matthew:
 
Mage

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Lanson H. Brighstone
Mage
Coeurs : 39 Messages : 50
Couleurs : #4C0019
J'ai traversé le portail depuis le : 10/03/2013 et on me connaît sous le nom de : Daïa ou Lizzy. Mon nom est : Lanson Hash Brighstone. Actuellement je suis : Célibataire et hétérosexuel. Il paraît que je ressemble à : Lelouch - Code geass et à ce propos, j'aimerais remercier : ma Kuru d'amour !
Re: I'll never tell you that I basically love you well. [pv Judith] | Sam 27 Juil 2013, 21:48


«Les imprévus font partit de la vie, c'est comme ça.»


       



Judith & Lanson
I'll never tell you that I basically love you well.  


« C'est qui ça encore ? »

Aucun doute, j'étais bien chez la bonne personne, et en plus elle était là. Un instant j'avais eut peur qu'elle soit sortit traîner je ne sais où, et de devoir l'attendre sur le palier. A travers la porte, il me sembla l'entendre s'approcher, mais il se passa quand même un moment avant qu'enfin la porte ne s'ouvre sur la demoiselle. Et j'avais à peine finis de lui poser ma question que déjà, la porte c'était refermé devant moi. Totalement normal. Karren, pas très habitué encore, me regarda, prête à partir, mais je ne bougeais pas d'un pouce. Trois. Deux. Un. La porte s'ouvrit de nouveau. On ne refait pas une personne après tout. Judith était du genre à toujours vouloir placer le dernier mot, claquer la porte sans rien dire n'étais pas du tout son genre. J'eus donc droit à un magnifique :

« Tu t'fous d'ma gueule ? »

J'étais prêt à lui répondre lorsqu'elle vit le sac et lâcha tout naturellement :

« Oh putain ... »

Pas besoin de rajouter autre chose, Judith comprenait ce genre de cas, elle n'était pas stupide. Elle recula un peu pour me laisser passé, ce que je fis tout de suite, histoire qu'elle ne change pas d'avis. Ce serai bête quand même. Karren suivit immédiatement, restant collé à moi, observant l'appartement de Judith pour la première fois.

« Toujours prêt à me faire chier, hein ? Décidément. Tu m'laisseras jamais tranquille ma parole. »

Elle avait lâché ça d'un bloc en se retournant vers moi, et je ne pus m'empêcher de rétorquer :

" Je sais très bien que tu ne peux pas te passer de moi, voyons. "

Je savais pertinemment que c'était le genre de phrase qui la faisait réagir. Un petit jeu entre nous. Allez savoir comment on faisait … Nan, pardon, aller savoir comment ça se faisait que je ne m'étais pas déjà pris un poing en pleine face de sa part. Elle reprit immédiatement :

« Soit. Que m'vaut ta visite ? »

J'étais entrain de détaillé ce que j'avais autour de moi lorsqu'elle avait posé sa question. Faut dire que j'étais pas allé plus loin que le palier, du moins que je m'en souvienne. L'appartement était assez grand (à peu près la taille de mon salon et ma cuisine), et relativement sympathique. Je continuais à regarder un peu tout en répondant :

"J'suis poursuivis par un groupe pas très fréquentable, qui surveille chez moi. J'ai tué l'un des leur et depuis, ils veulent ma tête. Ils connaissent déjà mes habitudes, c'est trop risqué d'aller chez ceux que je fréquente le reste du temps. Ici, c'est le dernier endroit ou ils viendraient me chercher."

Je la fixais dans les yeux, le plus sérieux du monde … Avant de reprendre mon habituel grand sourire :

" Ça aurait la classe, hein ? Mais nan, en fait, c'est juste un gros problème dans mon immeuble, tuyauterie j'crois, je peux pas retourner chez moi pour un ou deux jours. Et comme il est hors de question que je retourne chez mon père, tu étais la meilleur option que j'avais. "

Voila un bon résumé de la situations. Plus ou moins.

" Au fait, jolie appart' "

(C) MISS AMAZING




get that smile:
 

Spoiler:
 
Une rose de Never ♥
Ange déchue

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Judith Levy-Cohen
Ange déchue
Coeurs : 126 Messages : 423
Couleurs : #585858
J'ai traversé le portail depuis le : 17/06/2013 et on me connaît sous le nom de : Judy. Mon nom est : Judith Levy-Cohen. Actuellement je suis : follement amoureuse de lui (Matthew) Il paraît que je ressemble à : des œuvres originales • IRL : Megan Fox et à ce propos, j'aimerais remercier : delgnvflue.
Re: I'll never tell you that I basically love you well. [pv Judith] | Dim 28 Juil 2013, 01:32



« Ouais et moi j'ai trois gun entre les jambes tant qu'on y est. » J'me demande pourquoi j'me suis retenue de lui sortir ce commentaire cinglant avant qu'il ne justifie la véritable raison pour laquelle il s'est ramené jusque chez moi et non pas chez sa meuf - il doit en avoir une, fait moi pas croire le contraire ok - ou quelqu'un d'autre ... Qu'il doit apprécier et qui l'apprécie en retour. Et bah nan, monsieur a eu un problème de tuyauterie parce qu'un de ses voisins a dû trop pondre de la merde du coup ça a bouché le long machin en fer qui longe les murs extérieurs et donc, ce gars s'est retrouvé à la rue l'espace d'un ou deux jours. Si j'aurai pas été toute seule et que j'aurai pas voulu de la compagnie d'une personne - comment souvent d'ailleurs - je l'aurai déjà mis dehors mode : " ouais ouais sors de là tout d'suite ". Sauf que bon ... Quitte à n'avoir rien à foutre autant faire un truc que j'ferrai pas une prochaine fois. Ma foi. On verra bien c'que ça me coûtera de pas faire ma crevarde pour l'espace de deux jours entiers. Par contre j'dis pas que j'accepte hein. J'dis juste qu'on verra... Mais que je fais la promesse - oh mon Dieu qu'est-ce que je viens de dire ? Bref. Comptez pas sur moi pour la tenir t'façon, j'vous l'dis tout de suite. - de faire des efforts (aussi infimes soient-ils / ok j'arrête à force on va me prendre pour une jeune femme des plus narcissiques, alors que j'le suis absolument pas. Sisi j'te jure !).

« Je sais. ~ » ai-je dit en me retournant de nouveau histoire d'avancer un peu plus vers le salon parce que c'est con de rester devant la porte comme des imbéciles - lui il l'est p'têt mais moi, j'ai des doutes -, après avoir fermé la porte. « Chui toute seule pour au moins cinq jours, du coup tu peux rester. » J'ai éloigné quelques mèches courtes et rebelles d'au dessus de mes grands yeux dorés (encore une caractéristique physique que j'ai de Jum'). « Bon bah ... Installe toi. Y commence à s'faire nuit, mais comme j'me doute que tu comptes me retenir debout toute la soirée... 'Fin tu peux dormir dans la chambre au fond durant ces deux jours. » Je l'ai regardé droit dans les yeux, puis me suis avancée jusque devant lui et je lui ai fait un signe de la main pour lui faire comprendre qu'il est censé me suivre car je vais " lui montrer le chemin " blablabla, mais comme moi je sors du lot et que j'ai pas que ça à foutre de perdre ma salive à lui dire des trucs futiles & inutiles, j'suppose qu'il a dû piger de lui même. En même temps c'pas bien difficile avec moi, surtout quand on me connaît bien. On va dire qu'il me connaît chouya chouya, le Lanson. On traîne souvent ensemble - c'est plutôt qu'il me colle oui ! - donc on peut pas dire qu'on est des inconnus. Même si ni lui ni moi ne connaissons grand nombre de choses l'un sur l'autre. Trève de " commentage ", j'me suis mise à marcher avec lui derrière moi qui me suit - sûrement -. Une fois arrivés au lieu de destination qui se trouve être ma chambre, et anciennement celle de mes défunts parents, je l'ai laissé rentrer devant moi, puis l'ai suivi.

« Tu peux poser tes affaires là-bas ... » J'ai marqué un temps de pause avant de continuer : « Moi j'vais changer le drap le temps que tu t'mettes à l'aise. » Je suis passée à côté de lui, et avant de sortir de la chambre ait jeté un bref regard sur mon interlocuteur. « La salle de bain c'est la pièce juste à côté, au fait. » Bahwi, qu'il mette sa brosse à dents itou le bordel. Quelques minutes plus tard je suis revenue - oui encore - un drap à la main. J'ai pas pris la peine de toquer à la porte - il a dû la fermer, ou alors c'était moi sans m'en rendre compte -, chui chez moi après tout. Puis il était pas à poil non plus. Et pis même. Des mecs à walpé j'en ai vu plein, c'pas ça qui va me choquer, sérieux. Hein ? Ouais je sais je manque de tact et je t'encrotte par devant et par derrière. J'entre donc sans une aucune discrétion - pour pas changer -, puis retire l'ancien drap d'au dessus du matelas du grand lit double et met le nouveau de couleur blanche. Dès que j'ai fini - j'aime bien que les choses soient bien faites, du coup j'ai tardé un peu. Ouey j'te signale que c'est moi qui fais la bouffe et tout ici - même si j'en ai carrément pas l'air je l'avoue - non mais oh !

« Déjà ça de fait. »

(c) Luchy


Du coup bonjour le post merdique. Désolée mais j'ai fais ça en dix minutes. Promis la prochaine fois je posterai une réponse comme j'en ai l'habitude ! o/


12 roses. ♥

bang bang shot you down:
 


Judith & Matthew:
 
Mage

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
Lanson H. Brighstone
Mage
Coeurs : 39 Messages : 50
Couleurs : #4C0019
J'ai traversé le portail depuis le : 10/03/2013 et on me connaît sous le nom de : Daïa ou Lizzy. Mon nom est : Lanson Hash Brighstone. Actuellement je suis : Célibataire et hétérosexuel. Il paraît que je ressemble à : Lelouch - Code geass et à ce propos, j'aimerais remercier : ma Kuru d'amour !
Re: I'll never tell you that I basically love you well. [pv Judith] | Mar 30 Juil 2013, 01:49


«Les imprévus font partit de la vie, c'est comme ça.»





Judith & Lanson
I'll never tell you that I basically love you well.


« Je sais. ~ »

Elle c'est avancé vers le salon, sans m'expulser dehors tout de suite … ça à l'air bien parti ! Après tout, elle aurait très bien put me mettre à nouveau dehors – j'aurai même crus que c'était ce qu'elle allait faire – mais non. Au contraire, elle confirma même :

« Chui toute seule pour au moins cinq jours, du coup tu peux rester. »

Coup de chance ou juste un prétexte ? En fait, je m'en fiche, ça m'arrange bien. Je la rejoint sans me presser, pendant qu'elle balaye quelques mèches de son visage.

« Bon bah ... Installe toi. Y commence à s'faire nuit, mais comme j'me doute que tu comptes me retenir debout toute la soirée... 'Fin tu peux dormir dans la chambre au fond durant ces deux jours. »

La chambre ? A ce point ? Moi qui pensais dormir sur le canapé, je tiens mon coup de chance aujourd'hui ! Mais pour la forme, je me contente d'un sourire mi-amusé et d'un discret [color:c598=#4C0019 ]" Fort aimable "à peine audible. En temps normale, je l'aurai peut être dit clairement, mais là mes nuits futur sont en jeu, alors on va éviter, hein ? C'est en tout cas l'avis de Karren, même si elle n'est pas franchement au courant de nos habitudes. Judith, quand à elle, se contente de me fixer droit dans les yeux …. de façon totalement déroutante, et de s'approcher de moi, pour me faire suivre de la suivre. Ouais, avec Ju', on se contente du minimum niveau mots. Mais bon, faut pas plus après tout. A force, je commence à la connaître. C'est pas comme-ci je traînais souvent avec elle. M'enfin, comme-ci elle supportais ma présence à longueur de temps. Je sais très bien qu'elle apprécie lorsqu'on est ensemble – du moins je crois – , de là à savoir si c'est pas juste moi qui la force, c'est autre chose. M'enfin, qui s'en préoccupe ? Si elle avait vraiment voulut se débarrasser de moi, elle l'aurait déjà fait, et depuis longtemps.
Et j'en aurai encore mal.
Elle c'est dirigée vers le couloir, tandis que je lui emboîtais le pas, Karren sur mes talons. Ça me fais penser que je n'ai pas la moindre idée de la forme de son affilié, voir même si elle en a un. Faudra que je lui pose la question. Elle s'arrête devant l'une des portes, et me laisse passer devant elle, avant de désigner un coin de la chambre :

« Tu peux poser tes affaires là-bas ... »Elle à marquer une pose avant d'enchaîner.« Moi j'vais changer le drap le temps que tu t'mettes à l'aise. »

Elle est passer à coté de moi pour ressortir, mais c'est arrêtait juste avant pour lancer :« La salle de bain c'est la pièce juste à côté, au fait. »
J'ai même pas eus le temps d'ajouter quoi que ce soit qu'elle était déjà repartie, fermant la porte derrière elle. Sacré fille. J'ai posé mon sac au sol sans aucune délicatesse. Pour une fois que je ne trimbale rien de fragile, je vais pas me gêner. Je retirais également ma veste, ne gardant plus que mon haut sans manche. Karren c'était installé dans un coin, sans s'occuper de moi, et elle commençait déjà à partir dans une de ses siestes dont on ne sait jamais si elle dort vraiment ou non. Sieste qui n'avait pas dut vraiment avoir le temps de commencer, vu qu'un instant plus tard, Judith est de nouveau entrée dans la chambre, un drap blanc dans les bras. Sans plus faire attention à moi, elle a commencé à enlever le drap du lit double pour le remplacer par l'autre.
Toute les règles de bonne conduite m'auraient fait l'aider sauf que … Ouais, honte à moi, mais j'ai absolument aucune idée de comment on fait un lit. Enfin, pas que je n'ai pas compris le principe, c'est juste que je le fais comme un sac. Ben ouais, toute mon enfance, on l'a fait pour moi, et maintenant, j'en m'en fiche plus que royalement, alors bon … Donc au lieu d’exhiber mon incompétence aux yeux de la demoiselle, je l'ai laissé faire le lit seule, pendant que je continuais de m'installer, le plus normalement du monde. Faut dire aussi qu'elle avait pas l'air de vouloir d'aide.
J'eus le temps de retrouver ma brosse à dents dans le fatras de mon sac avant qu'elle ait fini.

« Déjà ça de fait. »

Je m'étais approché discrètement d'elle par derrière. Elle avait l'air tellement concentré sur sa tâche que s'en était marrant. J'avais envie de m'amuser un peu, juste un peu, même en sachant qu'elle ne me prenais absolument pas au sérieux. Alors une fois derrière elle, j'avais lancé, tout doucement, d'une voix assez inquiétante :

[color:c598=#4C0019 ]" Alors comme ça, tu es seule pendant cinq jours, hein ? … dans ce cas ..."

Et puis j'ai repris la voix la plus normale du monde, comme si de rien n'étais :

[color:c598=#4C0019 ]" Tu veux que j'fasse la cuisine ?"

Nan, sans blague, la cuisine est peut être la seule chose que je sache correctement faire. Les plats tout fait, ça va un ou deux jours, pas plus. Ouais, j'suis un peu chieur sur les bords de ce coté là, et alors ? Chacun son style et ses habitudes !

(C) MISS AMAZING




get that smile:
 

Spoiler:
 
Une rose de Never ♥
 
I'll never tell you that I basically love you well. [pv Judith]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vos Chouchous - Grille : Thème N° 1
» Boku No Koe
» Le caméléon (The Pretender)
» Vos playlists
» MystiVania's Top 100 Video Game Musics [FINISH]

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Ruelles sombres-
Sauter vers: