Partagez | 
 

 Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête [Pv : Haylei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




avatar
Invité
Invité
Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête [Pv : Haylei] | Dim 21 Avr 2013, 10:08


Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête

« Saleté de déchets ! »
A. Never Doggyvery & L. Haylei Harrington


J’avançais tranquillement dans les ruelles sombres avec mon casque sur les oreilles. Le soleil s’était déjà couché depuis un moment déjà. Au sol, des déchets comme d’habitude dans les ruelles sombres, c’était toujours comme ça. Je m’arrêtai pour faire une pause un instant. Il n’y aucun bruit dans les ruelles contrairement à cet après-midi, le son qui sortait de mon casque était du coup beaucoup trop fort, même pour quelqu’un comme moi qui aimai écouter de la musique au max. Le silence des ruelles était presque troublant, le vent soufflait, je reculai et je buttai sur une poubelle et tombai par terre. Gracieuse, franchement, cette chute avait était très gracieuse, magnifique même. Je me relevai difficilement et une fois debout je ne pus m’empêcher de shooter dans la poubelle.

« Saletés de déchets ! » Criai-je

La poubelle atterrit tout droit sur le visage d’une fille et elle explosa. La fille était maintenant recouverte de déchets de la tête au pied et avait un visage de déchets au sens propre.

« Euh... Bonjour ? » Osai-je

Puis je m’enfuis en courant, je n’avais pas vraiment peur d’elle mais une fille fait très attention à son corps et cette situation allait vraiment la faire enragée. Je tournai à chaque coin de rues en courant aussi vite que mes jambes me le permettait. Mais soudain je pensai à autre chose, mes ailes. J’avais hérité de ses magnifiques ailes noires de ma mère démone mais je ne m’en étais jamais servie. Je ne savais pas voler mais je comptais bien essayer au moins une fois. Je pris de l’élan et poussa fort contre le sol. La sensation que j’éprouvai à cet instant était quasiment indescriptible, c’était juste... Magique. Je planai au dessus des ruelles sombres, comme un oiseau. Je tentai de localiser la file sur qui les déchets de la poubelle étaient tombés tout à l’heure et je finis par la trouver. Je la suivais par le ciel, elle, elle ne se doutait de rien, elle continuait juste à me chercher. Il fallait peut-être que j’aille m’excuser ? NON ! Je n’étais pas du genre à m’excuser je ne suis pas un ange, je suis un démon. J’atterris devant la fille. Je fis apparaître de la buée noire tout autour de nous et, ne pouvant plus me voir je déclarai :

« Méfie-toi ! Si tu te venge tu ne finiras aveugle et tu ne pourras plus sortir des ruelles. Ceci n’est que le premier avertissement mais il n’en y aura pas deux. »

Puis je poussai une nouvelle fois contre le sol et m’envolai...

CODAGE PAR MADOUCE SUR EPICODE
Staffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
L. Haley Harrington
Staffienne
Coeurs : 93 Messages : 191
Couleurs : LightGreen & Peru
J'ai traversé le portail depuis le : 23/02/2013 et on me connaît sous le nom de : misha. Mon nom est : Leah Haylei Harrington. Actuellement je suis : Hétérosexuelle et célibataire. Il paraît que je ressemble à : C.C (Code Geass) + Karen (gorgeous) Gillan. et à ce propos, j'aimerais remercier : Ello pour le CS ♥
Re: Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête [Pv : Haylei] | Dim 21 Avr 2013, 21:26

A. Never Doggyvery & L. Haylei Harrington
Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête




Il y a des fois où je me demande franchement ce que je fous. Comme là, maintenant. J'ai un léger trou de mémoire, en fait. Je me souviens bien que j'étais parti en soirée en entraînant ma jolie cousine avec moi, et qu'une fois sur place...on était ensemble, puis quelqu'un m'a tiré sur le côté. Puis là, c'est flou, je sais plus trop ce qu'il s'est passé. Il n'empêche que maintenant, je me retrouve dans la rue, la nuit, et ma veste a disparu. Comme par hasard. Ce qui donne une jolie jeune femme, seule dans la rue, vêtu d'une robe drôlement courte noir et blanche, et de de ballerines compensées. En plus, j'ai paumé Seraph. Bon, il doit se débrouiller de là où il est, mais au bout d'un moment ça va faire mal si je ne le retrouve pas. Pour le moment, je commence par marcher dans les ruelles. En tombant devant une vitre, je regarde mon reflet, et...misère. Mes cheveux sont ébouriffés, ma robe froissée, et en plus, pas à la bonne place. Comme si on l'avait touché. Le léger maquillage au dessus de mes yeux coule légèrement, me donnant un air franchement déprimante. Mon Dieu. Mais qu'est-ce que j'ai fais? Je ne sais même pas combien de temps il s'est écoulé. pas de montre. Je soupire en tenant en vain de me recoiffer. Finalement, je continue de marcher.

Un groupe de garçon, à quelques mètres de moi, rigole et me siffle. Ils ont vraiment rien de mieux à faire. Pitoyable. Je me retourne en les fusillant du regard, lâche un "Tsss.." inintéressé et continue mon chemin. Faite que je ne tombe sur personne que je connais...ce serait trop honteux. Sauf Kaori, évidement. Ce serait même mieux, d'ailleurs. Ah, mais...je peut l'appeler! Pourquoi n'y ai-je pas pensé plus tôt? Avec un élan d'espoir, je plonge ma main dans la poche de ma robe...rien. Pas de téléphone. J'en sors juste un numéro de téléphone qui n'est apparemment pas un que je connais, sur un bout de papier. Ooooh...j'ai peur de me souvenir, tout à coup... Tout en rêvassant, je continue mon chemin, shootant dans un caillou qui passait par là, dans une ruelle sombre. Et en réponse, je me prend une poubelle dans la tronche. Elle devait vraiment pas être contente, la pierre.

Les ordures me tombent dessus et glissent, alors que j'étais stoïque, immobile, pétrifiée. Une poubelle. Des ordures. Sur moi. Quelle horreur. J'entend vaguement une salutation hésitante, et distingue une silhouette qui s'enfuit. Oh le connard. Il va m'entendre, si je le rattrape. Et j'en ai bien l'intention. Je retire le maximum de déchet sur moi, avec un visage au plus haut point dégoûté, avant de sortir un petit carnet et un crayon de ma poche. Ne jamais sortir sans, c'est toujours très utile. je dessine rapidement un gros seau repli d'eau, et le fait apparaître au dessus de moi. Ouf, c'est bon. Plus de déchet sur ma personne, plus d'odeur, rien. Tout est par terre. par contre, je suis mouillée. Enfin, trempée, exactement. Mes vêtements et mes cheveux sont dégoulinants, ma peau est trempée, et ça caille. Un truc de dingue. Je commence à courir vers la direction que le sale type a prit, avant de m'arrêter au coin. Je sais même pas quel chemin il a prit. Bon. Autant faire au pif, au point où j'en suis.

Je continue donc de marcher à l'aveuglette, mes bras autour de moi pour me tenir un minimum chaud. C'est pas gagné. Un mouvement en haut et le mec atterrit face à moi, avant de disparaître dans une sorte de fumée noir. Non mais à quoi il joue?

NEVER »Méfie-toi ! Si tu te venge tu ne finiras aveugle et tu ne pourras plus sortir des ruelles. Ceci n’est que le premier avertissement mais il n’en y aura pas deux.

J'ouvre de grand yeux. Il est fou. Il v se faire interner. Et c'est pas moi qui ira lui rendre visite. Je le sens s'en aller, mais je n'ai pas dit mon dernier mot. J'en ai même pas dit, en fait. Chopant mon carnet en vitesse, j'y dessine deux cordes qui se lancent toute seules sur le mec qui s'envole, et le tire pour le plaquer au sol. D'un bond, je me jette dessus, en faisant bien attention à lui frapper le ventre avec mon talon, style "oups, j'ai pas fait exprès de t'écraser le bide avec mon talon haut!", avant de m'asseoir dessus et de le clouer au sol. Cette position est un chouilla compromettante, surtout avec ma petite robe sans manches, mais franchement, là, j'en ai pas grand chose à faire. Attrapant ses deux poignets pour l'empêcher de faire un mouvement, je plongea mon regard vert assez noircit par le pakontentisme dans celui, rouge, du mec. D'ailleurs, ses cheveux aussi étaient rouges.

HAYLEI» Tu te fous de ma gueule, là? Tu m'balance des ordures à la tronche, dans mes cheveux, et j'dois rien faire? ... Paye-moi au moins un shampoing, mes cheveux vont puer pendant des jours sinon, et j'ai finis le mien ce matin.

J'avoue, ça fait vachement con comme réplique, mais j'étais très sérieuse. J'avais plus de shampoing. D'ailleurs, c'était ça que je devais demander à Kaori tout à l'heure; si elle avait du shampoing à me prêter.


HTML © Kuru'


HRP: autre code fait \o/
Ah, et le Rp se déroule en même temps que celui d'Orion et Kaori :3


1 Rose de Never ♥️
1 Rose de Kao' ♥️
1 Rose de Lux' ♥️


Spoiler:
 




avatar
Invité
Invité
Re: Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête [Pv : Haylei] | Lun 22 Avr 2013, 16:04


Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête

« Saleté de déchets ! »
A. Never Doggyvery & L. Haylei Harrington


La fille sur laquelle j’avais balancé les déchets en pleine face était disons, plutôt en colère vu qu’elle me rattrapa in extremis avec des cordes qi sortaient de je ne sais où. Les cordes tirèrent toutes seules et je me retrouvai à terre sans pouvoir réagir. La fille aux cheveux verts me bondit dessus et c’était encore pire quoique la robe légère qu’elle portait ne fût pas pour me déplaire, bien au contraire. Elle avait d’ailleurs une très jolie… Non. La je deviens beaucoup trop pervers, faut que je me calme. Le talon de l’autre salade qui pue des cheveux vint m’écraser le bide jusqu’à l’estomac. Comme si ma position n’était pas déjà embarrassante, elle attrapait mes poignets pour que je ne puisse faire plus un seul geste. Elle le regarda de ses yeux verts… Vert poubelle. Décidément cette fille pouvait faire un magnifique sac poubelle, ce qui avait été le cas il y a maintenant plus de dix minutes.

« Tu te fous de ma gueule, là? Tu m'balance des ordures à la tronche, dans mes cheveux, et j'dois rien faire? ... Paye-moi au moins un shampoing, mes cheveux vont puer pendant des jours sinon, et j'ai finis le mien ce matin. »

Je dois avouer que le début de cette réplique s’annonçait bien mais non… La poubelle salade, qui fait penser à plus belle salade ce qui est plutôt vrai dans l’ensemble, je veux parler de la salade bien sûr, pas de plus belle, donc revenons. La poubelle salade avait absolument foiré sa réplique en parlant du shampoing, si elle croyait que le fils d’Apollon et d’une démone allait lui acheter du shampoing, elle pouvait se brosser mais alors à un point… Bref, sa réplique était foirée et cela allait me permettre de reprendre l’avantage.

« Du shampoing ? Sérieuse ? Si tu pense qu’un mec comme moi va te repayer du shampoing tu peux rêver mais grave là. » Avait-je répliqué

Ca c’était une réplique. Je me demandai bien ce qu’elle allait trouver à répondre cette fois. Un truc bidon qui tient pas le route, ou va-t-elle faire sortir un flingue de je sais pas où pour me la fermer. Ma dernière hypothèse était ridicule comme si une fille comme elle allait se servir d’un flingue, ce serait n’importe quoi, franchement. Les mecs avait toujours été plus doué que les filles pour les flingue non franchement imaginez vous une fille avec un flingue juste un instant quoi, c’est… Inconcevable et ridicule. Il me restait une solution grâce à laquelle j’étais sûr de pouvoir m’échapper de l’étreinte de poubelle salade. Je commençai à utiliser mon chant hypnotique pendant que la fille lâchait, sous l’ordre que je lui lançais, petit à petit son étreinte. Mes poignets étant libres et mon ventre également je dégageai les cordes qui me retenait au sol et me leva. Avant de retirer le contrôle sous hypnose de la poubelle salade, je la fis entrer dans une autre poubelle et refermai le couvercle à l’aide d’une très lourde pierre. Je levai ensuite le charme que j’exerçais sur elle. Je m’enfuis en m’envolant avant que la poubelle salade ne se rende compte de où elle était et comment elle allait sortir. Je m’envolai très loin et me posai sur un toit duquel je pouvais assister à la manière dont la poubelle salade allait sortir de la vraie poubelle…

CODAGE PAR MADOUCE SUR EPICODE
Staffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
L. Haley Harrington
Staffienne
Coeurs : 93 Messages : 191
Couleurs : LightGreen & Peru
J'ai traversé le portail depuis le : 23/02/2013 et on me connaît sous le nom de : misha. Mon nom est : Leah Haylei Harrington. Actuellement je suis : Hétérosexuelle et célibataire. Il paraît que je ressemble à : C.C (Code Geass) + Karen (gorgeous) Gillan. et à ce propos, j'aimerais remercier : Ello pour le CS ♥
Re: Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête [Pv : Haylei] | Lun 22 Avr 2013, 17:35

A. Never Doggyvery & L. Haylei Harrington
Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête




Ok, j'aurais dus m'en douter, franchement, mais ma réplique ne fit pas abandonner le type. De toute façon, on peut pas abandonner face à ça. Mais bon. C'est toujours bien de s'amuser. Par contre, c'était un peu moins amusant que le mec s'énerve.

NEVER »Du shampoing ? Sérieuse ? Si tu pense qu’un mec comme moi va te repayer du shampoing tu peux rêver mais grave là.

Bah, j'aurais toujours essayé. "Un mec comme moi", ooooh, mais c'est qu'il s'y croyait en plus. Il semble oublier qu'il est en position de faiblesse. Genre, là, tout de suite, je pourrais le castrer à vie. Ne jamais prendre à la légère une fille avec des talons. Ça peut faire extrêmement mal. Mes sourcils se fronçèrent alors que je sers les dent. Haylei pas contente. Haylei va faire des dégâts. Les Faräwell-Harrington ont un tas de trucs en communs. Et, ma jolie petite Kaori -oups, pas petite, excuse-moi chérie - est une tueuse à gage. Faut pas chercher les emmerde, chez nous.

J'allais répliquer une réplique venimeuse et moins idiote que la précédente, lorsque le type ouvrit la bouche. Et pis là, plus rien. Trou de mémoire. Ça commence à faire beaucoup en une soirée, là. Un trou, c'est moyen, mais deux, ça commence à faire chier. Il n'empêche que je reprend conscience dans un endroit petit, noirs, et qui sent pas la rose. Qui sent même très mauvais. Quoique je peux pas sentir grand chose. Bref. Il faut vraiment que je sorte de là rapidement. Je ne suis pas très petite, et pas non plus contorsionniste. Je ferme les yeux - enfin, je pense, vue que de toute manière j'y vois que dalle - et respire à grand coup...par la bouche, avant d'activer mon pouvoir. Et hop, je me retrouve...sous une douche! merveilleux. Je suis d'avance désolé vis à vis de celui que je viens d'envoyer dans la poubelle, mes plus plates excuses. En attendant, je prend rapidement une douche, profite au max du shampoing, re-met mes vêtements - encore trempée, saperlipopette - et je réactive mon pouvoir. Une micro-seconde, je me retrouve dans la poubelle, pour remettre le pauvre homme à sa place, puis sur un toit. J'espère ne pas avoir fait choper de crise cardiaque à quelqu'un. Et si c'est le cas...j'irais mettre une fleure sur votre tombe!

Bref. Je me retrouve donc sur le toit, et, comme par hasard, derrière le mec. Et genre il m'a pas vu. Tant mieux. Il ne me repérera pas à mon odeur, déjà, tout est parti, je sens bon le shampoing! Bon, je dois tout de même avoir une sale tronche, vue que mon maquillage a coulé et mes vêtements sont trempées - d'ailleurs, on voit peut-être mes sous-vêtements... j'espère que non. Je pousse un discret soupir en s'asseyant en tailleur, mon menton dans une main.

HAYLEI»Limite on croirais que t'as pas assez de fric pour en acheter. Et pis c'est vachement pas galant ce que t'as fais. J'te signale que les cheveux, c'est hyper précieux pour une fille. Surtout pour moi.

Avec un peu de chance, il a eut la trouille de sa vie de m'entendre derrière lui. Il n'empêche que maintenant, j'ai plus envie de bouger. C'est bien les toits, la nuit. C'est calme. un peu moins avec ce mec qui semble vraiment péter le feu, mais bon. Surtout que j'imagine qu'il ne me laissera pas tranquille. Ah, mais je dois retrouver Kaori avant tout. Et Seraph aussi. Je me demande ce qu'elle fait, d'ailleurs. J’espère qu'elle a trouver quelqu'un pour l'aider. Si elle état paumait, ça ferrais vraiment mal. Ou si elle tombait sur des fées...outch, j'aime même pas imaginer. Je lève les yeux vers le mec aux cheveux rouges. Rouges, comme une tomate. Tiens, Luxus!

HAYLEI»Eh crétin, tu veux pas t'asseoir? Tu m'empêche de voir et si j'te cause j'vais me choper un torticolis. C'est pas que j'ai envie de te parler, mais on est un peu seul sur les toits, là. Y en a pas des masses qui se trimbalent par ici la nuit, d'ailleurs.

D'ailleurs, je me demandais ce qu'il foutais par ici. C'est pas rare, les bad boys qui traînent la nuits, peut-être qu'il en faisait parti. Mais après tout, les villes les plus grandes ont presque autant d'activité la nuit que le jour. Je devrais retourner dans la taverne de Dionysos, d'ailleurs. Il doit encore y avoir mon portable et mes affaires, il faut à tout prix que j'aille les chercher. Et que je sache ce qu'il s'était passé.


HTML © Kuru'


1 Rose de Never ♥️
1 Rose de Kao' ♥️
1 Rose de Lux' ♥️


Spoiler:
 




avatar
Invité
Invité
Re: Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête [Pv : Haylei] | Sam 27 Avr 2013, 19:45






Heylei & Never
Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête


Bon okay ma dernière réplique était peut être un peu nase aussi parce que la toute suite l’autre salade pouvait… N’entrons pas dans les détails disons juste qu’elle pouvait faire quelque chose de compromettant pour ma vie future. Bref, la salade serait les dents et je me demandai ce qu’elle allait faire la toute suite devant moi. Bon alors je fis mon chant qui tue ou plus communément le chant hypnotique et envoya la salade dans la poubelle puis je m’envolai sur un toit duquel je pouvais voir ce qu’elle allait faire.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bon ça fait maintenant plus de 30 minutes que j’attends qu’est ce qu’elle fout ? Elle veut rester dans la poubelle et bien qu’elle y reste c’est sa place après tout.

« Limite on croirais que t'as pas assez de fric pour en acheter. Et pis c'est vachement pas galant ce que t'as fais. J'te signale que les cheveux, c'est hyper précieux pour une fille. Surtout pour moi. »

Okay elle était derrière moi, elle ma fichu la trouille de ma vie mais bon j’allais pas perdre la face devant elle, surtout pas elle, si ? Bon elle était à côté de moi, assise, mais elle va pas rester là putain ?! En tout cas JE veux pas qu’elle reste là. Elle réfléchissait puis elle me regardait.

« Eh crétin, tu veux pas t'asseoir? Tu m'empêche de voir et si j'te cause j'vais me choper un torticolis. C'est pas que j'ai envie de te parler, mais on est un peu seul sur les toits, là. Y en a pas des masses qui se trimbalent par ici la nuit, d'ailleurs. »

« Bah alors tait-toi si tu veux pas me parler. Et puis t’a plein d’autre endroit que le toit pour t’asseoir, oh mais j’oubliais, une poubelle ça à pas de maison, c’est une maison. »

Cette fois ma réplique allait lui clouer le bec et bien fait pour elle. Non mais franchement c’est vrai y a plein d’autre toits elle est pas obligée de rester à côté de lui. Mais au fond c’est vrai que sa compagnie était pas mauvaise, si ça se trouve elle connaissait une personne qui serait digne de son amour…

« Dit tu parlais de famille toute à l’heure. Tu peux m’en parler ? »

Okay c’est vrai que j’avais vraiment l’air lunatique là mais bon qui sait peut-être qu’un jour sa sœur ou sa cousine ou j’en sais rien moi, sera dans mes bras.

« T’as pas une cousine ou je ne sais quoi ? Parce que si t’en as une je veux bien que tu m’en parle. »

Là c’est sûr j’avais vraiment l’air lunatique mais tant pis je préfère avoir l’air lunatique que pervers mais bon on ne sait jamais peut être que dans quatre ans je serais marié avec sa cousine qui sait ?


« Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête » by Never



(C) MISS AMAZING
Staffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
L. Haley Harrington
Staffienne
Coeurs : 93 Messages : 191
Couleurs : LightGreen & Peru
J'ai traversé le portail depuis le : 23/02/2013 et on me connaît sous le nom de : misha. Mon nom est : Leah Haylei Harrington. Actuellement je suis : Hétérosexuelle et célibataire. Il paraît que je ressemble à : C.C (Code Geass) + Karen (gorgeous) Gillan. et à ce propos, j'aimerais remercier : Ello pour le CS ♥
Re: Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête [Pv : Haylei] | Dim 28 Avr 2013, 13:40

A. Never Doggyvery & L. Haylei Harrington
Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête




NEVER »Bah alors tait-toi si tu veux pas me parler. Et puis t’a plein d’autre endroit que le toit pour t’asseoir, oh mais j’oubliais, une poubelle ça à pas de maison, c’est une maison.

Alors là, j'avais juste envie de lui foutre une tarte dans la tronche. Et un coup dans les [***]. Personne n'accepte jamais d'être traité de poubelle, moi encore moins. Il devait être franchement maso, ce mec, si il se mettait à appeler les gens comme ça.

HAYLEI»Genre et tout, tu dois être franchement naze en cours si tu crois qu'une poubelle c'est une maison, crétin. Personne n'y habite, personne n'en vend, personne n'en loue. Tss.

Un peu de cours sur les fonctions d'une maison, ça fait pas de mal. Malgré le fait que c'était la nuit, il faisait vachement chaud, et le fait que je sois presque apwal ne paraissait ne rien y changer. C'est franchement barbant, ça. Je tira nonchalamment sur mon decolleté afin de souffler dedans, procurant un peu d'air à ma poitrine calée dans ma robe.

NEVER »Dit tu parlais de famille toute à l’heure. Tu peux m’en parler ?

Je levai la tête vers le mec, un sourcil relevé. Il se foutait de moi ou quoi? Genre il change de ton et d'attitude en dix secondes chrono. En tout cas, qu'est-ce qu'il voulait savoir? Tout sur Louka, Matthew, Kaori et Niji? Qu'il aille se faire empaler par une quille, c'est hors de question.

HAYLEI»Nan.

Si avec ça il la fermait pas, c'est qu'il tenait du harceleur. Un refus catégorique était souvent le meilleur moyen pour mettre fin à une conversation. Et c'était ce qu'il voulait à la base, non? C'est fou ce qu'il peut se contredire tout seul.

NEVER »T’as pas une cousine ou je ne sais quoi ? Parce que si t’en as une je veux bien que tu m’en parle.

Je...je rêve ou quoi? IL SE FICHE DE MOI? IL M'IGNORE EN PLUS? Qu'est-ce qu'il lui veut à ma Kaori? Il la touche, j'le bouffe. C'tout. Je lui lançai un regard meurtrier, avant de lui répondre.

HAYLEI»Hein? Tu déconnes ou quoi? P'tain t'as pété un plomb, c'pas possible. Tu touches à Kaori, j'te bouffe.

Tout à coup, un détaille me frappa. Kaori. KAORI! Je devais à tout prix la retrouver le plus rapidement possible. Sauf que je ne sais pas comment. Mon téléphone avait disparu...mais sans doute qu'il en avait un!

HAYLEI»Hey, toi, files-moi ton tel, j'ai un coup de fil à passer.

Sans attendre qu'il n'ouvre la bouche, je me relevai, me jetai sur le mec en plongeant mes mains dans ses poches pour trouver son téléphone. Une fois trouvé, je préfère m'éloigner de lui pour taper le numéro. On sait jamais, il pouvait espionner ou m'agresser pour récupérer son mobile. Je colle mon oreille contre l'appareil, priant pour qu'elle réponde. Allez, chérie, décroche...

REPONDEUR»La personne que vous tenter de joindre est indisponible pour le moment, veuillez laisser un mess...

HAYLEI»MERDE!

Putain, mais où elle est pour ne pas avoir de réseau à un moment pareille? Je raccrochai le téléphone rageusement, manquant de le balancer par terre, en me souvenant juste à temps qu'il n'était pas à moi. Bon, il était seulement au mec, mais bon. Toujours en jurant, je lançai l'appareil à son propriétaire, en faisant les cents pas en rond. Le truc hyper stressant que je déteste que les gens le fasse, mais que je fais instinctivement. Après avoir réfléchit le temps de faire une dizaine de tour sur moi-même, je m'arrêtai face au mec, la tête qui tourne légèrement.

HAYLEI»Toi, là! Tu restes avec moi, j'ai besoin de ton téléphone. J'dois trouver ma cousine avant que Niji soit au courant, j'ai pas envie de me faire engueuler. Donc, tu viens avec moi la chercher. T'as pas le choix.


HTML © Kuru'


1 Rose de Never ♥️
1 Rose de Kao' ♥️
1 Rose de Lux' ♥️


Spoiler:
 




avatar
Invité
Invité
Re: Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête [Pv : Haylei] | Dim 28 Avr 2013, 14:58






Heylei & Never
Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête


« Genre et tout, tu dois être franchement naze en cours si tu crois qu'une poubelle c'est une maison, crétin. Personne n'y habite, personne n'en vend, personne n'en loue. Tss. »

Alors là, j’était sûr que ce serait la réplique qui obtiendrait la médaille de l’inutilité cette année. Franchement c’est vrai. Sur un point elle s’était complètement gourée et je n’allait pas le laisser passer.

« D’après les lois de la relativité selon Einstein, si « personne n’y habite » comme vous le dites si bien pourquoi vous vous y habitez ? C’est indéniable. »

Bravo, mes talents d’acteur étaient géniaux. N’empêche que je passais vraiment pour un intello là. Bon il fallait que je me rattrape, bah ouais, être intello c’est un pêcher chez moi. La salade remettait son décolleté, excellente occasion. Je sifflai. Ca y est le pervers est de retour !

« Dit tu parlais de famille toute à l’heure. Tu peux m’en parler ? »

Elle leva sa tête de poupée en plastoc pour me regarder. Elle était moche en fait, ça m’étonnerait qu’elle est des amis digne de mon amour éternel, mon dieu que je deviens romantique.

« Nan. »

Ca avait le mérite d’être clair comme réponse mais ça ne me convenait pas trop.

« T’as pas une cousine ou je ne sais quoi ? Parce que si t’en as une je veux bien que tu m’en parle. »

Bon alors, elle me répond ou pas, ça fait je sais pas combien de temps que j’attends.

« Hein? Tu déconnes ou quoi? P'tain t'as pété un plomb, c'pas possible. Tu touches à Kaori, j'te bouffe. »

Kaori hein ? Très joli nom. Finalement elle est pas si mal sa famille manquait plus que de la rencontrer. Apparemment cette Kaori machin chose était importante pour la salade parce que la seconde d’après elle sauta sur lui pour lui prendre son portable.

« Hey, toi, files-moi ton tel, j'ai un coup de fil à passer. »

Elle appuya sur les touches à vive allure et mon portable sonna. Et mon forfait alors ? J’ai que deux heures d’appels moi. La salade patientait sur mon portable. GROUILLE ! Elle allait vraiment griller tout son forfait. La j’entendit une petite voie sortant de mon portable.

« La personne que vous tenter de joindre est indisponible pour le moment, veuillez laisser un mess... »

« MERDE! »

Elle voulait vraiment parler à Kaori machin-chose mais elle était pas là. Dommage pour elle tant mieux pour moi, j’aurais encore du forfait.

« Toi, là! Tu restes avec moi, j'ai besoin de ton téléphone. J'dois trouver ma cousine avant que Niji soit au courant, j'ai pas envie de me faire engueuler. Donc, tu viens avec moi la chercher. T'as pas le choix. »

Bon maintenant c’est elle qu’est lunatique pas moi.

« Nan. » Dis-je sur le même ton qu’elle l’avait dit précédemment

Et voilà, l’arroseur arrosé.


« Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête » by Never



(C) MISS AMAZING
Staffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
L. Haley Harrington
Staffienne
Coeurs : 93 Messages : 191
Couleurs : LightGreen & Peru
J'ai traversé le portail depuis le : 23/02/2013 et on me connaît sous le nom de : misha. Mon nom est : Leah Haylei Harrington. Actuellement je suis : Hétérosexuelle et célibataire. Il paraît que je ressemble à : C.C (Code Geass) + Karen (gorgeous) Gillan. et à ce propos, j'aimerais remercier : Ello pour le CS ♥
Re: Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête [Pv : Haylei] | Mar 30 Avr 2013, 16:42

A. Never Doggyvery & L. Haylei Harrington
Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête




NEVER »Nan.

AZYLA. Y me fait quoi le type, là? On dirait un gamin de CE1 qui fait sa crise d'ado' trop tôt. En plus il se contredit tout seul. Il est un peu con, le mec, tout de même. Voir un peu beaucoup. J'hausse un sourcil, style "Euuh...ouais mais naaaan.", en restant immobile. Vas-y, déguste ta seconde de gloire, tu vas te la prendre dans la tronche dans deux secondes. Un petit rire s’échappe de ma bouche, style mec hyper sombre au coin de la rue, avant d'augmenter le volume au max. Genre pliée de rire en deux - merci ça se dit pas, mais j'fais c'que j'veux - en riant fort et claire. Très fort, même. J'espère que les mures sont insonorisé d'ailleurs. Par précaution de futur charriage à venir, je préfère mettre une main devant ma bouche, question d'élégance. Et d'égo, aussi. Puis je finis par me calmer au bout de quelques dizaines de secondes, sous le regard ébahi de l'autre ahuri.

HAYLEI»Oh mon Dieu, c'que t'es con! T'as aucune imagination question réparti, c'est horrible. Et tu sais même pas imiter les gens. T'aurais pus faire un effort, j'sais pas, moi.

Je continue de pouffer devant lui après ma petite tirade. C'était tellement pitoyable ce qu'il avait dit, j'en avais mal au bide. Aaaah, ça fait trop mal...J'lui ferrais un procès pour tentative de meurtre, à celui-là... Bon, ça suffit, un peu de sérieux ma chérie, t'arriveras à rien sinon. Je me redresse, inspirant profondément de longue bouffés d'air frai nocturne, et agite ma main devant moi.

HAYLEI»Bref, en tout cas, si, tu viens avec moi, t'arrête d'être chiant, même si je me doute que ça va être compliqué. Hum. Pis en plus tu te contredit tout seul. C'toi qui voulais que je te parle de ma cousine, donc lorsque je vais la chercher, tu viens et tu fais pas chier. Mais si tu veux pas, j'vais pas te supplier, hein. Juste t’assommer.

Et bim, dans sa tronche. Je lui fis un sourire que j’espérais jolie, pas trop forcé, ni trop carnassier et encore moins sadique. Un sourire à peu près normal, en gros. Très gros. Gigantesque. Ahem, bref. Puisque je n'allais pas rester comme ça toute la nuit, déjà j'allais avoir une crampe à la mâchoire à force de sourire comme une idiote à un abruti finit, en plus c'est un coup à se choper un torticolis qui vous cloue au lit deux mois, je m'étirai en vitesse en hauteur. En parlant de hauteur, j'étais bien plus grande que le mec. Genre d'une demi-douzaine de centimètres, voir plus. Surement grâce à mes talons, héhé. Sans, on aurait...mmh...fait la même taille? A peu près. Mais de toute façon, il avait vraiment l'air d'être plus jeune que moi, ne serait-ce qu'au niveau du visage - quoiqu'au niveau du visage, il fout vraiment les chocottes - donc j'étais plus âgée et plus grande. Qu'il ne me fasse pas chier maintenant. 'fin avec un peu de chance, il le remarquerait. Mais même avec, il continuerait surement, à mon grand énervement. Bref, revenons à nos brebis. Je me retourne, cherchant une petite tâche verte parmi le noir de la nuit. Rien du tout. Que dalle. Nada. Dommage. Je pousse un énième soupire agacé et commence à avancer au bord du toit, ou plutôt à sauter jusqu'à la gouttière en évitant de me ramasser encore. Je parvins à garder mon équilibre, même si ma robe encore trempée, donc logiquement transparente, est vachement déstabilisante. Autant pour moi que les autres, d'ailleurs, même si ça n'a l'air de faire aucun effet sur le roux. Dommage, j'en aurait bien profité. Pour le manipuler, hein. Je me retourne encore, un air franchement agacé dessiné au marqueur indélébile sur le visage.

HAYLEI»Hoy, tu viens? Tout de suite.

Et il ne semblait pas du tout avoir envie d'avancer d'un micro-millimètre. Putain c'qu'il est chiant, on dirait qu'il a juste envie de contre-dire son monde. Je pleins ses parents. Honnêtement. Bon, je vais pas y passer toute ma vie, je retourne auprès de lui à grands pas prudents - le sol m'aime toujours, et pas le toit - et le chope par le bras, avec la force d'une crevette sous-vitaminé. C'pas grave, je réussis quand même à le tirer vers l’extrémité du toit, et avec la grâce d'une gymnaste - ou d'un plongeur - de sauter du toit tout en le tenant. j’atterris avec chance sur mes deux jambes fléchis, mais avec malchance sur mes talons. mes talons hauts. Le truc qui fait trèstrèstrès mal. Je retins de me plaindre, ce qui aurait encore donné au roux une occasion en or de me saouler, et me contente d'une grimace de douleur, avant de me redresser et de tourner la tête des deux côtés. Toujours pas de jolie petite elfe aux cheveux verdoyant. Merde. Je commence à m'éloigner, avant de me souvenir que je n'étais pas toute seule - j'avais déjà oublié, c'est fou ce qu'il peut être oubliable malgré sa carrure - et de me tourner vers le roux.

HAYLEI»Eh, ramènes-toi, j'vais pas y passer la nuit.

Oh, et puis, tant qu'à faire, je prend mon carnet et y griffonne quelque chose en m'approchant du mec. Une fois finis, c'est-à-dire dix secondes après, je pose un doigt dessus - carrément inutile, mais c'est comme les formules magiques ou les signes, ça donne un genre et c'est rigolo - et une poêle apparaît dans ma main. Poêle avec laquelle je m'empresse de le frapper à la tête. Classique, mais ça marche toujours. A moitié sonné, voir totalement, il sera plus facilement transportable. Je le retiens avant qu'il ne tangue, et...BORDEL, ce qu'il est lourd! J'ai l'impression de porter un camion, là. Bon, p'têt pas, mais tout de même. Après tout j'ai jamais porté de camion. Mais j'ai une force de mouche, en plus, c'est pas ça qui va m'aider. Par contre, ce qui était super énervant, c'était que je sentais ses vêtements, voir sa peau, sur la mienne, et contre mes - mon - vêtements trempées. Génial. J'avais limite une grimace de dégoût.

Lorsqu'il eut reprit le peu d'esprit que je lui laissais avoir, je lui attrapai la manche et commençai à marcher avec de grandes enjambées, le tirant derrière moi. Au moins, il tenait sur ses jambes, ce qui m'empêchait à mon grand soulagement de le porter. Vue que de toute manière, j'en aurais été incapable. Et je me doute bien que la seule solution aurait été de lui prendre son portable et de lui laisser un petit mot avec noté mon adresse, pour qu'il vienne le récupérer. Quoique le fait qu'il connaisse mon adresse ne m'enchantait pas des masses.

Je marchais depuis quelques minutes la poêle à la main lorsque je m'arrêtai sur un banc qui passait par là. Je lâchai le mec et me jetai sur le banc de bois, fatiguée de marcher. Même si j'avais fais à peine moins d'un kilomètres, traîner de force un type derrière soit est éprouvant pour ma musculature de chamallow - chamallow, crevette, mouche, je sais, mon vocabulaire est laaaaarge, trèèèès large. Je me retourne, à genoux sur le banc, penchée en avant, en fixant mon reflet dans la vitre face à moi. Bon, ça va encore, je suis présentable. Je posai mon arme sur le dossier du banc blanc - tout les bancs sont blancs ou verts, c'est comme les vigiles taillés comme une porte, c'est comme ça épicétou - , fit attention à ce que ma robe ne découvre pas ma culotte derrière - même si je fais qu'elle soit trempée rendait la choses quasi-impossible - et sortis un peigne de ma poche pour commencer à coiffer mes cheveux rebelles et ma frange, encore humides, sans me préoccuper de si le roux poussait des jérémiades à côtés. Une fois coiffée, je me retournai en m'asseyant sur le dossier, les jambes croisées et le dos appuyé contre la vitre. Classe et très distinguée. Les bras croisées sous mon imposante poitrine, je tendis une main vers le rouquin, tout en gardant ma poêle dans l'autre.

HAYLEI»Refile moi ton téléphone, j'vais réessayer.

Oh, et puis bon. Comme il y a à peine quelques secondes, je me penche vers lui et chope son portable dans sa poche. Au cas où il veuille le récupérer, je me prépare à l'intercepter avec mon talon aiguille dans le crâne. Allant dans les derniers numéros appelés, je clique sur le petit téléphone verts - dans la même catégorie que le bancs et le vigiles, le verts qui signifie "appeler", on sait même pas pourquoi - et le porte à mon oreille. Allez, sil te plais...OUI! Ça sonne! J'attend un petit peu, sautillant sur place, que les "biiip" d'attente finissent, ce qui me parait sacrement long, encore plus que d'habitude. Au quatrième son, j'entend au bout du fil un léger son de décrochage, et je me redresse d'un bond, offrant une vue sur ma culotte à tout spectateur se situant sous le banc, les yeux pétillants d'espoirs et un sourire de gamine collée au visage.

HAYLEI»KAORI?


HTML © Kuru'


1 Rose de Never ♥️
1 Rose de Kao' ♥️
1 Rose de Lux' ♥️


Spoiler:
 




avatar
Invité
Invité
Re: Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête [Pv : Haylei] | Mer 01 Mai 2013, 16:07






Heylei & Never
Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête


-Nan.

Je sautai limite de joie, et prend ça salade ! Oui euh... Bon. Faut que j'me calme là sinon j'vais avoir l'air d'un hystérique. La salade haussa un sourcil genre : Non en fait ta gueule, mais limite j'm'en fous complètement. Puis là l'autre pouf se plie en deux comme ça d'un coup. C'est limite stressant. Elle se tort, elle manque de tomber plusieurs fois, ce serait le bon moment pour la pousser, histoire qu'elle se ramasse par terre comme une merde, rien que pour le fun. Elle s'arrêta après 10 secondes de fous rires intensifs, c'est limite à se demander si c'était pas elle qu'avait besoin de se faire interner, les hommes en blancs auraient été là, je pense qu'elle serait déjà partie avec une camisole de force à l'asile le plus proche.

-Oh mon Dieu, c'que t'es con ! T'as aucune imagination question repartie, c'est horrible. Et tu sais même pas imiter les gens. T'aurais pas pu faire un effort, j'sais pas, moi.

Et elle se mit une nouvelle fois à poufer comme une... pouf. Pas d'imagination, hein ? Oui c'est vrai pas d'imagination mais concernant son insertion dans l'asile je pense que dans pas longtemps... Bref, bref, bref ! Elle se releva difficilement et s'arrêta de poufer. Elle agita sa main genre pour se faire de l'air, nan mais elle s'y croit en plus.

-Bref, en tout cas, si, tu viens avec moi, t'arrêtes d'être chiant, même si je me doute que ça va être compliqué. Hum. Pis en plus tu te contredit tout seul. C'toi qui voulait que je te parle de ma cousine, donc lorsque je vais la chercher, tu viens et tu fais pas chier. Mais si tu veux pas, j'vais pas te supplier, hein. Juste t’assommer.

Bon, bon maintenant elle voulait m’assommer, sa confirme se que je disais, c'est une folle dangereuse bonne à interner. Elle me fit un sourire. Moche. Le seul mot qui pouvait qualifier sa tronche avec le sourire. Elle était quasiment plus belle quand elle puait le poisson pourri. Elle s'étira, okay, maintenant elle s'étire. Nan mais elle va pas s'endormir sur un toit quand même, si elle le fait j'me grouille d’appeler l'asile le plus rapidement possible, franchement, dormir sur un toit qui l'a déjà fait ? L'aut' salade se retourne, scrute l’horizon et c'est là que je ne put m'empêcher de lui sortir un truc.

-Tu cherches quoi une nouvelle poubelle pour dormir ou une autre salade pour avoir des enfants mi-salades mi-horreur humaine ?

Elle va me tuer mais ça en valait la peine. Elle poussa encore un soupir, nan mais cette fille ne savait faire que ça ou quoi ? Elle glissa le long de la gouttière pour arriver en bas, nan, je n'allais pas la suivre. Sa petite robe mouillée laissait voir à travers elle et on voyait sa magnifique culo... Elle tourna le regard vers moi et je détourna le mien pour faire croire que ça ne m'affactait pas le moins du monde.

-Hoy, tu viens? Toute suite.

Nan, nan et re nan. Elle rêve là. J'm'en fous qu'il y est Kaori truc muche ou pas elle rêve mais bien profond. Elle sortit son carnet et gribouilla un truc dessus, elle va sortir des cordes et me tirer avec elle, elle est conne. Non, pas des cordes, cette fois une poêle ! Mais, mais... Elle est vraiment conne.
Et la boum ! Le coup de poêle c'est pour ma pomme. Je tombe et devinez où ? Dans les bras d'une salade qui ressemble à une femme, un mutant quoi. L'avantage c'est que j'avais une vision plongeante, très plongeante sur ses sei... Vêtements ! Hum, hum, bref ! Elle prit ma manche genre : vient mon chien. Elle est vraiment conne. Elle courut vers un banc pendant que je m'écrasai à terre puisque, c'est malheureux de l'admettre, sa poêle m'avait achevé. Elle se coiffa en se regardant dans une vitre.

-Refile moi ton téléphone, j'vais réessayer.

Et elle fit la même chose que la dernière fois, elle me sauta dessus comme une folle. Je m'écrasai, bah oui elle m'a sauté dessus comme un ninja en pleine action, elle se croit dans un film ou quoi ? Bref, le portable sonna et la salade gueula comme une folle quand le clic du décrochage se fit entendre.

-KAORI ?

Putain ma tête ! Elle pourrait parler moins fort ! Et là une idée me vint, la poêle était posée sur le banc. Je me relevai difficilement et attrapa cette dernière. Je la brandit et frappa la tête de la salade.

-On fait moins la fière par terre hein ?

Sadique ! Je suis juste complètement sadique. Je reprit mon portable et raccrocha au nez de Kaori machin chose. Mon portable, équipé d'un méga satellite, à repéré l'endroit où se terrait cette Kaori truc muche. La taverne. Je laissais la salade par terre et partit vers la taverne.

-A jamais, patate verte !


« Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête » by Never



(C) MISS AMAZING
Staffienne

Fiche de personnage
Capacités & Armes:
Relations & Commentaires:




avatar
L. Haley Harrington
Staffienne
Coeurs : 93 Messages : 191
Couleurs : LightGreen & Peru
J'ai traversé le portail depuis le : 23/02/2013 et on me connaît sous le nom de : misha. Mon nom est : Leah Haylei Harrington. Actuellement je suis : Hétérosexuelle et célibataire. Il paraît que je ressemble à : C.C (Code Geass) + Karen (gorgeous) Gillan. et à ce propos, j'aimerais remercier : Ello pour le CS ♥
Re: Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête [Pv : Haylei] | Jeu 09 Mai 2013, 20:41

A. Never Doggyvery & L. Haylei Harrington
Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête




KAORI »'LEI ! Oh, ça fait trop plaisir de t'entendre !

Sur le coup je manque d'hurler de joie. A la place je gémis de joie. Hyper sekcie. On aurait dit une fan en délire à qui son idol a fait un clin d'oeil. Genre la fille qui va s'évanouir de plaisir. Non, j'allais pas m'évanouir, 'faut pas pousser le bouchon trop loin.

HAYLEI»Kao', j'suis trop contente aussi! J'ai essayé de l'appeler tout à l'heure mais tu répondais pas, j'me suis trop inquieté! T'es où? t'es seul? Y a quelqu'un? T'es en sécurité? T'es près de la taverne? t'es pas blessé? T'as rien de grave?

Là, ça tiens de la harceleuse, okey okey. mais 'faut pas m'en vouloir, je m'inquiète grave pour elle. Je sais pas du tout ce qu'elle a fait, où elle est, et pis d'après ce qu'elle m'a dit, si elle est contente que je la contacte, c'est surement pas qu'elle s'éclatait je sais pas où. Pire même, en tendant l'oreille j'ai l'impression qu'elle pleure. Mais qu'est-ce qu'il lui arrive? Oooh, Kaori, tu me fais peur ma chérie. Les sanglots s'éloignent, et j'entend à peine quelques mots que ma cousine prononce. J'entend quelqu'un choper le téléphone, et le coller contre son oreille. C'est qui? Elle est avec qui? Quelqu'un que je connais pas? Qui ça? Il est méchant? Gentil?

HAYLEI»A...Allô? T'es qui? Tu veux quoi à Kaori? Vous êtes où? Elle va bien? Vous...#BANG#

Je sais pas ce qu'il se passe. J'étais en train de parler, lorsque je sentis un frottement dans ma main. Je n'ai pas eus le temps de tilter que quelqu'un venait de m'arracher mon arme des mains que je me retrouvai totalement sonnée, allongé sur le banc, n'importe comment, dans une position plus qu'indécente; du genre PLEINE VUE SUR MA CULOTTE, WOUHOUU. Des trucs bizarres dansaient devant mes yeux, alors que je tentais de reprendre mes esprits. Merde, ça faisait vachement mal en fait, ce truc! Je me redressai difficilement, grimaçant à chaque fois que je bougeais ma tête - un peu tout le temps donc - tellement ça faisait mal. Tout tanguait autour de moi, on aurait dit une boule de verre qu'on agite, avec la neige qui tombe partout. Horrible. Je posai mes pieds au sol en essayant de voir quelque chose. Non, à part mes jambes nues, mes ballerines à talons et ma robe qui m'arrive au ras du cul, je vois strictement rien. Avec un peu de réticence, je finis par réussir à me relever, en me tenant au banc d'abord, puis sans. Je ferme les yeux dix secondes. C'est bon. Je suis à peu près normal. J'aurais mal au crâne pendant un moment, et je suis sur que j'aurais une bosse, mais bon. Salaud, il va s'en prendre une. Même plusieurs. Bon, par contre, il a disparu de la circulation, là.

En marmonnant des injures toutes pires les unes que les autres, je prend mon petit carnet dans ma poche, ainsi que mon crayon, et y dessine un grand oiseau. Il se matérialise devant moi, un oiseau aussi noir que la nuit. De quoi passer inaperçu. Je grimpe dessous avec difficulté, vue que c'est pas facile-facile de grimper sur un truc noir, la nuit, avec plein de plume, lorsqu'on est à moitié sonné. Surtout lorsqu'on est à moitié sonné. m'enfin j'y parvins quand même, et l'animal s'envole silencieusement, dans une pluie de plume noirs. J'ai pas spécialement le vertige, mais voir tout ça me donne franchement la nausée, c'est affreux. je m'accroche avec l'énergie du désespoirs aux plumes du piaf. Ne tombe paaas, ne tombe paas...

Au bout de plusieurs minutes, je finis par distinguer rapidement un point rouge qui se déplace en courant dans les rues. Le voila. Pour ne pas dégueuler n'importe où sur n'importe qui, je re-cache ma tête dans le plumage de l'oiseau géant. Celui-ci descend, amorce un atterrissage sur un toit, avant de disparaître d'un coup. Me faisant tomber à 5 mètres du sol. L'hurlement reste coincé dans ma gorge. Dommage, j'aurais bien aimé qu'il sorte celui-là. Avec beaucoup de chance, j’atterris sur mes jambes, pas trop brutalement. En fait, j'ai même pas mal. Encore un coup de chance. Et l'autre idiot est en bas. Chouette!

Chancelante, je me remet sur mes jambes et me dirige sur le bord du toit plat. Je m'y assois avant de me laisser tomber en avant, atterrissant sur le sol après avoir prit appuie sur une fenêtre fermée. ça tourne presque plus autour de moi. D'ailleurs, quand je pense au roux, je sors mon carnet et y déchire le bout de papier sur lequel j'avais dessiné la poêle. Hop, comme ça elle disparaît. Je me penche au croisement, suivant l'autre sale type. Yeah, il est là. Mode stalkeuse activé! Je le suivit, au début à distance, puis finalement il me gave trop. J’accélère, je cours, et au bout de la rue, je lui saute dessus après avoir hurlé.

HAYLEI»TOI, ARRÊTES-TOI LA!


Il n'a pas le temps de faire un mouvement que je lui saute sur le dos, enroulant mes jambes - nues, bordel, qu'il aille pas croire autre chose - autour de sa taille, en mode koala, pour le frapper par derrière. Ça fait tellement furie, ce que je fais.

HAYLEI»SALAUD, POURQUOI T'ES PARTI? ON ARRACHE PAS LES TÉLÉPHONES DES MAINS DES GENS, C’ÉTAIT IMPORTANTS!

Je continue à le frapper avec ma force de souris, avant de m’apercevoir qu'on est pas tout seuls dans ce croisement. A quelques mètres de là, l'adorable frimousse de ma cousine aux cheveux verts parait ahuris, juste à côté d'un grand mec, bruns, aux yeux rouges/roses. La vaaache, le beau gosse. Et là, je me rend compte que je suis presque apwal, dans une robe au ras-du-cul, blanche, transparente à cause de la flotte, sur le dos d'un mec flippant. Situation ambiguë.

HAYLEI»Euuh...coucou?


HTML © Kuru'


1 Rose de Never ♥️
1 Rose de Kao' ♥️
1 Rose de Lux' ♥️


Spoiler:
 
 
Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête [Pv : Haylei]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand une salade verte se prend des déchets dans la tête [Pv : Haylei]
» Salade verte gésiers de canards confits pignons de pin
» Potage à la salade
» Jus de salade verte(EXTRACTEUR)
» Que faire lorsque la routine, la monotonie s'installe dans un couple ?

Sanctuary of Heart :: La Cité de Skyworld :: Ruelles sombres-
Sauter vers: